Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le pouvoir colonial et la question de la main-d’œuvre en Indochine dans les années vingt

Marianne Boucheret
p. 29-55

Résumé

Dans les années 1920, alors que s’affirme un discours « humanitariste » de la colonisation, le ministère des Colonies et ses agents en mission outre-mer paraissent animés de velléités réformatrices en matière de politique sociale dans l’Empire. Reprenant le projet d’une réglementation du travail dans les colonies, le gouverneur d’Indochine A. Varenne arrête en 1927 des dispositions susceptibles de défendre une main-d’œuvre dont le recrutement et l’exploitation provoquent des scandales. Mais cette tentative, premier pas vers une protection ouvrière en Indochine, s’insère dans le cadre d’un système fondé sur l’inégalité et la contrainte. Et c’est cette dernière dimension qui caractérise globalement la politique d’une administration indochinoise soumise à la pression des milieux économiques coloniaux et désireuse avant tout de maintenir l’ordre établi dans la colonie.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Indochine

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Paul Monet, Les Jauniers, Les Documents Bleus, 343 p., 1930.
  • 2  En 1930 le Comité de Défense des Producteurs de Caoutchouc Français estimait le nombre de plantati (...)
  • 3  Dans la deuxième moitié des années vingt, sous l’effet d’un plan de restriction international, les (...)
  • 4  Entre 1926 et 1930 plus de 70 000 ouvriers furent engagés au nord de l’Indochine pour travailler p (...)
  • 5  Voir l’article de Pierre Brocheux, « Le prolétariat des plantations d’hévéas au Vietnam méridional (...)

1En 1930 parut en France un brûlot intitulé Les Jauniers 1, du nom donné à ceux qui étaient accusés d’être des trafiquants de « chair jaune » et de prospérer grâce au recrutement d’une main-d’œuvre toujours plus nombreuse au nord de l’Indochine, au Tonkin et en Annam, pour les plantations des colons installés au sud, en Cochinchine et au Cambodge. Il est vrai que le développement extraordinaire de l’hévéaculture 2, introduite à la fin du siècle précédent dans la péninsule mais ne conquérant véritablement la faveur des financiers que grâce au boom que connut le caoutchouc dans les années vingt 3, accrut l’exigence en main-d’œuvre des colons lancés dans le défrichement de terres jusqu’ici hostiles à la présence des hommes. Or les conditions dans lesquelles s’effectuait l’embauche d’hommes et parfois de femmes dans le nord du pays 4ainsi que le sort qui leur était réservé une fois arrivés sur les plantations 5pour remplir généralement un contrat les liant pour trois ans à leurs employeurs faisaient l’objet de dénonciations croissantes.

  • 6  Paul Monet, op. cit., p. 2.
  • 7  Ibidem, p. 3.

2Paul Monet, l’auteur des Jauniers, ne se comptait pas pour autant parmi ceux qui considéraient « la colonisation comme un crime contraire au droit des peuples » 6. Il se félicitait au contraire des transformations des territoires sur laquelle la France avait imposé sa domination dans la deuxième moitié du xixe siècle : en Cochinchine notamment il s’ébahissait de ce que « d’immenses étendues de joncs ou de forêts, peuplées seulement naguère de moustiques et de fauves, sont maintenant couvertes de rizières ou de superbes plantations, et sillonnées de routes parcourues par les automobiles des gros propriétaires fonciers indigènes dont les riches villas se dressent jusqu’au fond des provinces où régnait la malaria »7.

  • 8  Ibidem, p. 15.

3Mais s’il jugeait comme nombre de ses contemporains que la colonisation bénéficiait globalement à « l’indigène » ou du moins à une partie d’entre eux, il s’effarait des abus provoqués par une spéculation poussant les « grands capitaines d’industrie qui ont si fortement participé à la belle œuvre indochinoise [à] la compromet[tre] actuellement »8.

4Les réflexions de Paul Monet le conduisaient à mettre en cause la politique menée par les autorités, la « politique indigène » comme on le disait à l’époque, à un moment où un « esprit de lucre » s’était emparé d’après lui des entrepreneurs coloniaux. Le pouvoir colonial était-il le complice, au nom de la « mise en valeur », du sort exécrable de milliers d’ouvriers agricoles, les coolies, que des enquêtes de plus en plus nombreuses révélaient ?

  • 9  Arrêté du 25 octobre 1927, complété par deux arrêtés du même jour « sur l’émigration de la main-d’ (...)

5Pourtant, en 1927, le gouverneur de l’Indochine Alexandre Varenne avait signé un arrêté long d’une centaine d’articles « portant réglementation sur la protection de la main-d’œuvre indigène et asiatique étrangère par contrat sur les exploitations agricoles, industrielles et minières en Indochine »9. S’agissait-il d’une tartufferie ou bien encore d’une mesure extraordinaire décidée par un gouverneur atypique parce que socialiste ? Ces explications paraissent un peu courtes. Le sens à donner à l’action du pouvoir colonial, incarné à la fois par le ministère des Colonies et le Gouvernement Général de l’Indochine, nous semble devoir être replacé dans l’analyse des velléités réformistes qui travaillaient les autorités publiques et des pressions contradictoires auxquelles elles étaient soumises. Celles-ci étaient exercées par les décideurs économiques exerçant depuis la métropole leur influence sur la colonie, les faiseurs d’opinion publique en France et le mouvement révolutionnaire vietnamien en formation. Dans le cadre de cet article nous nous demanderons en particulier si l’on peut affirmer que l’administrateur colonial se trouvait finalement à la botte du planteur dans l’Indochine des années vingt.

Des préoccupations réformistes, de la métropole à la colonie

Une conception « humanitariste » de la colonisation se développe

L’infléchissement du discours colonial

  • 10  Albert Londres, Terre d’ébène, réédité avec le reste de son œuvre par les éditions Arléa en 1992, (...)

6Les années vingt furent marquées par un infléchissement du discours colonial, parallèlement à l’expression de critiques de plus en plus vives sinon du système colonial du moins de ses travers les plus criants. Les autorités étaient pressées de donner à leur politique coloniale une dimension plus conforme aux principes républicains. Albert Londres, de retour d’Afrique, les interpellait en ces termes : « (...) des nègres s’exilent, d’autres meurent. La révolte se lève dans l’Oubangui-Chari. Pendant qu’on l’étouffe, le ministère des Colonies fait dire qu’il est optimiste et qu’il ne croit pas à ces choses. Et la France est heureuse d’être trompée. »10

  • 11  Cf. Préface de la réédition des Œuvres complètes d’Albert Londres, Arléa, 1992.

7Et le voyage organisé par le gouverneur général de l’AOF à l’intention d’une douzaine de journalistes et autant de parlementaires 11, avant même que le témoignage d’Albert Londres ne paraisse sous le titre Terre d’ébène, ne pouvait suffire à faire taire les reproches.

  • 12  Cité par Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, PUF, 1978, 302 p., p. 38.
  • 13  Charles-Robert Ageron, op. cit., Chapitre II.
  • 14  Lettre adressée le 20 février 1928 par M. Cotin, président de la Chambre Mixte de Commerce et d’Ag (...)

8Spécialiste de l’histoire coloniale, Georges Hardy, exprima l’avis que « notre colonisation sera morale ou cessera d’être »12. Ainsi, la conception humanitariste de la colonisation apparaissait donc simultanément comme un devoir et une nécessité pour sa survie. Charles-Louis Ageron 13a montré que le développement de l’idée d’une « colonisation juste » doit à la fois aux milieux catholiques, dont le ralliement à la colonisation avait été rendu possible par un apaisement de l’anticléricalisme, et à une gauche influencée par l’esprit de Genève, internationaliste et pacifiste. Le discours sur la nécessité de tenir compte de l’homme et de réfréner la tendance à ne rechercher que le profit fut repris largement, y compris par certains colons affirmant regretter que la spéculation ne connût « ni borne, ni obstacle »… surtout quand elle était imputée à des intérêts concurrents 14.

Le positionnement des radicaux

  • 15  Serge Berstein, Histoire du Parti Radical, Presses de la FNSP, volume I, 1980, 487 p.
  • 16  Albert Sarraut, La mise en valeur des colonies françaises, 1922.
  • 17  Cité par Serge Berstein, op. cit., p. 330.
  • 18  Cf. les travaux de Agathe Larcher, notamment « La voie étroite des réformes coloniales et la colla (...)

9Du côté des responsables politiques, la défense d’une colonisation habillée de couleurs plus sociales revint plus particulièrement aux radicaux. Car, bien que la question coloniale mobilisât apparemment peu les militants du parti radical 15, celui-ci disposait en la personne d’Albert Sarraut d’une des principales figures de la politique coloniale. Gouverneur de l’Indochine à deux reprises (1911-1914 ; 1916-1919) puis ministre des Colonies dans la première moitié des années vingt (1920-1924), il dota son parti d’un véritable programme colonial avec le fameux plan de mise en valeur 16qu’il dressa. Certes, l’exécution de ce plan fut rapidement abandonnée, dès 1922. Mais les principes qui l’avaient inspiré, tentant de lier préoccupations économiques et préoccupations sociales, correspondaient bien à la fois à la doctrine radicale et à une conception renouvelée de la colonisation et lui survécurent. Le député Archimbaud souligna lors du congrès du parti radical, tenu à Marseille en 1922, que malgré l’intérêt économique représenté par les colonies, surtout en période d’après-guerre, « elles ne sont pas faites pour les capitalistes »17et rappela la mission protectrice et civilisatrice dévolue selon lui à la France. Les discours de Sarraut exercèrent d’ailleurs une influence non seulement sur les hommes de l’appareil colonial mais aussi sur tous ceux acquis à l’idée d’une « collaboration avec les indigènes » ; le sarrautisme eut ses adeptes jusque dans les rangs des intellectuels vietnamiens 18.

10Au-delà donc de ce qui peut apparaître parfois comme un habillage rhétorique, peut-on discerner dans les actes du pouvoir les traces d’une volonté réformatrice dans le domaine colonial ?

  • 19  J.-B. Alberti, L’Indochine d’autrefois et d’aujourd’hui, Paris, 1934, p. 529.
  • 20  J.-B. Alberti, op. cit.

11Face aux problèmes posés par les mouvements migratoires de plus en plus importants générés par la colonisation, Édouard Daladier, successeur de Sarraut au ministère des Colonies après la victoire du Cartel des Gauches, lui aussi membre de la famille radicale, s’attacha à poser les principes qui devaient servir de base à une réglementation générale du travail dans l’empire. Il signa en juillet et octobre 1924 des circulaires allant dans ce sens, qui furent interprétées une décennie plus tard comme la traduction du sentiment que « nos traditions de progrès, de justice, et d’humanité devaient trouver leur application dans notre œuvre coloniale »19. Mais l’auteur de ces propos ajouta immédiatement, évoquant le mandat rempli par Alexandre Varenne à la tête de l’Union indochinoise (1925-1927), que « nul ne pouvait mieux comprendre les instructions du pouvoir central et saisir les divers aspects de cette question que le nouveau Gouverneur Général »20. C’était une façon élégante de signifier que l’apparente harmonie entre les conceptions du ministère et celles des administrations en place dans l’Empire cachait mal l’autonomie de ces dernières, enclines à ne suivre les ordres ministériels qu’à certains moments. Pourtant, penser que les velléités réformatrices exprimées par le pouvoir colonial en métropole n’avaient absolument aucune incidence sur les différents territoires semble un peu simplificateur. Deux exemples pris cette fois-ci dans la période où le portefeuille des Colonies échut au radical Maurice Perrier (juillet 1926-novembre 1928) en attestent.

Un ministre radical ouvre la boîte de Pandore

L’ouverture d’une enquête sur la main-d’œuvre dans les colonies

  • 21  CAOM, 7AFFECO25.

12Aux côtés de Sarraut, cette fois-ci aux commandes du ministère de l’Intérieur, Maurice Perrier prit place dans le Gouvernement d’Union Nationale qui succéda au Cartel des Gauches à l’été 1926. Le nouveau ministre des Colonies ouvrit alors en quelque sorte la boîte de Pandore en commandant l’ouverture d’une enquête au sujet de la main-d’œuvre dans l’empire colonial. La circulaire n° 5216, datée du 17 novembre 1926, répondait surtout à un souci de chiffrage des populations dans une perspective économique. Mais l’administration centrale cherchait globalement à connaître la situation de la main-d’œuvre, tant d’un point de vue statistique (catégories de travailleurs, mouvements d’immigration et d’émigration) que réglementaire (législation) et social (conditions d’existence, rapports entre patrons et ouvriers). La commande ministérielle aboutit à la collecte d’une importante documentation. Les réponses fournies par les différents services de l’administration indochinoise furent centralisées par le Gouvernement général, qui répondit finalement au questionnaire ministériel le 30 janvier 1928 21. Les Gouvernements locaux (Gouvernement de la Cochinchine, Résidences du Tonkin, de l’Annam, du Laos, et du Cambodge) s’étaient contentés essentiellement de transmettre les quelques textes, arrêtés, circulaires, etc., relatifs à la main-d’œuvre en vigueur alors dans chaque pays de l’Union indochinoise.

L’impact de la commande ministérielle

  • 22  CAOM, 7AFFECO25.
  • 23  Sur la genèse de l’Inspection du Travail en France, voir Jean-Louis Robert (dir.), Inspecteurs et (...)

13Il semble que l’initiative du ministre eut, dans le contexte particulier de l’Indochine où la question de la main-d’œuvre se posait vivement dans la deuxième moitié des années vingt, un certain impact, difficile à évaluer cependant. Nous constatons en tout cas que de nombreux rapports sur la situation de la main-d’œuvre virent le jour dans les années qui suivirent, paraissant faire écho à l’initiative ministérielle 22. Certes, il faut prendre en compte le fait que leur production résultait en grande partie de la mise en place d’une Inspection Générale du Travail 23en 1927, dont la création était à mettre à l’actif du gouverneur général d’Indochine et non du ministère directement. Toutefois, on peut penser que cette initiative même était prise en conformité avec l’esprit qui régnait alors au ministère des Colonies. L’idée couramment admise d’une impuissance totale de l’administration centrale devrait alors être nuancée, dans la mesure où sans commander véritablement la politique effectivement menée dans les territoires, celle-ci n’était pas sans rapport avec l’état d’esprit qui présidait à Paris.

  • 24  Albert Londres, op. cit., p. 512.

14Pour Albert Londres, la responsabilité des « catastrophes » qu’il avait observées en Afrique noire incombait « moins à la colonie qu’à la métropole » 24. Il usait pour le démontrer d’une image évocatrice, comparant l’AEF à une ampoule électrique et la métropole au secteur. Restituant sa responsabilité à l’administration centrale, y compris d’ailleurs dans le fait qu’elle laissait un grand pouvoir – en théorie et en pratique – aux chefs des administrations locales, nous pourrions donc juger que les étincelles réformatrices du ministère pouvaient rejaillir outre-mer, du moins quand le courant passait.

  • 25  CAOM, 7AFFECO26, Mission Tixier 1926-1927, Rapport n° 11 signé Gayet, Situation financière de la C (...)

15Le ton vif qu’employa en janvier 1927 l’Inspecteur des Colonies de 3e classe Gayet, dans un rapport sur le fonctionnement de l’administration de Cochinchine 25, ne serait dans cette perspective pas étranger aux préoccupations réformatrices de la rue Oudinot. Les inspecteurs des colonies comptant parmi les rares agents à opérer la liaison entre les autorités métropolitaines et l’administration en place dans les colonies, il apparaît particulièrement intéressant d’analyser le regard qu’ils portaient sur la situation dans l’empire et d’en examiner l’éventuel retentissement.

Un Inspecteur des Colonies dénonce l’existence d’un « véritable servage » en Indochine

Les critiques de l’inspecteur Gayet

16L’inspecteur Gayet porta une appréciation sévère sur l’Inspection du Travail de Cochinchine, institution créée en 1918 sous le gouvernorat de Sarraut et censée protéger tout particulièrement la main-d’œuvre agricole recrutée au Tonkin. Il releva des « défectuosités graves » et alla jusqu’à parler de l’existence d’un « véritable servage » que les autorités locales n’avaient pas su ou voulu empêcher. Il s’appuyait pour étayer son jugement sur une série d’observations relatives aux modalités du recrutement et aux conditions de vie sur les plantations. Il nota par exemple que beaucoup d’engagés, ignorants de leurs droits au moment où ils étaient recrutés, étaient « parqués dans une prison exiguë » et mêlés à « des gens douteux » dont « des bagnards retour de Poulo Condor » à leur arrivée dans le Sud. Les engagés, prisonniers d’un genre nouveau, semblaient le rester à l’issue de leur contrat. En effet, d’après Gayet, la modestie de leur rémunération et surtout l’existence d’un système combinant avances et retenues de salaire conduisaient la moitié d’entre eux à renouveler leur engagement, « faute de pouvoir mieux faire » car ils se trouvaient dépourvus de toute ressource. Auparavant ils avaient dû survivre à des conditions de vie éprouvantes. Le rapport de l’Inspecteur des Colonies s’offusquait notamment de ce que les engagés vivent entassés dans « de misérables paillotes » et souffrent de « distributions de riz (...) insuffisantes ». L’organisme affaibli par ces conditions de vie quotidiennes, les coolies rejoignaient les rangs des nombreux malades évacués de manière irrégulière et tardive. Logiquement dans ces conditions, une partie des coolies cherchait à quitter l’exploitation avant le terme de leur engagement : les départs atteignaient jusqu’à 10 % de l’effectif alors même qu’ils « se termin[ai]ent toujours mal pour le coolie (décès, prison) » jugé coupable d’avoir rompu son contrat. La réaction était quelque fois collective : des « arrêts concertés du travail » se produisaient.

  • 26  L’analyse qui suit repose sur une exploitation des Statistiques du Service d’Immigration, annexées (...)

17Les remarques rédigées par l’inspecteur Gayet reposaient sur un travail que l’on peut qualifier de sérieux 26. Si le nombre des plantations qu’il visita était assez réduit (environ 1/6 des plantations de Cochinchine recourant à des engagés), elles employaient une part considérable de la main-d’œuvre recrutée sous contrat (plus du 1/3) et étaient représentatives des différents types de plantations qui existaient alors. On trouve dans l’échantillon constitué par l’inspecteur Gayet à la fois des petites plantations situées dans les terres grises proches de Saïgon, qui appartenaient à la première génération des plantations hévéicoles en Indochine, et celles ouvertes sur les riches terres rouges créées plus tardivement dans des régions plus difficiles.

Un témoignage parmi d’autres et pourtant singulier

  • 27  CAOM, 7AFFFECO26, Rapport mensuel du mois de novembre 1928 sur le fonctionnement du service de l’A (...)

18D’autres témoignages émanant de l’administration coloniale, relatifs cette fois à des plantations créées au Cambodge, recoupent en partie l’enquête menée par Gayet en Cochinchine. Un rapport du directeur local de la Santé au Cambodge 27évoqua par exemple sa visite sur l’exploitation de Kantroei, laquelle appartenait à la Société Indochinoise des Plantations de Mimot. Il fut frappé par l’inexistence des soins médicaux, l’état d’abandon dans lequel étaient laissés les malades au point que l’infirmerie évoquait pour lui « l’image d’une cour des miracles », l’insuffisance de la distribution du riz pour une poignée duquel il vit des « malades se battre ». Mais il reconnaissait par ailleurs que les campements étaient « assez bien installés », quoiqu’il projetât nombre de travaux pour les améliorer. Surtout il dressait un portrait bien différent de la situation sur la plantation de Snoul propriété pourtant de la même société. Le jugement sur la direction de cette plantation était nettement positif : elle était perçue comme voulant « le bien-être et la santé de ses travailleurs ». D’ailleurs le « directeur s’occupe lui-même de ses coolies, il veille à l’application des prescriptions médicales (...) et, sur les conseils du médecin de la plantation, il fait cesser le travail une demi-heure plus tôt aux coolies atteints de plaies afin de leur faire prendre des bains formolés qui donnent de très bons résultats ». Les propos tenus par les dirigeants de la société à l’occasion des assemblées générales d’actionnaires à Paris étaient évidemment plus uniformes et le point de vue défendu largement laudateur. Le rapport présentant le bilan pour l’année 1927 de la Société Indochinoise des Plantations de Mimot avait ainsi affirmé quelques mois auparavant que

  • 28  Rapport à l’Assemblée Générale des Actionnaires du 28 juin 1928.

19« les soins que nous avons pris dès le début pour le logement et l’hygiène de nos travailleurs ont eu (...) d’excellents résultats et la mortalité sur nos plantations n’a pas été supérieure à 3 %, chiffre comparable au pourcentage de mortalité que l’on constate dans de grandes agglomérations telles que Saïgon et Cholon »28.

  • 29  Le témoignage le plus connu étant celui du révolutionnaire Tran Tu Binh, qui s’engagea en 1927 sur (...)

20On pourrait en fait multiplier les témoignages allant soit dans le sens d’une critique de la situation des coolies embauchés par les sociétés coloniales 29, notamment ceux recrutés par contrat, victimes très souvent de brutalités dont le rapport Gayet ne souffla mot, soit au contraire dans l’affirmation que tout était fait pour veiller à leur état de santé et à leurs conditions de vie.

  • 30  Daniel Hémery in Jean Sagnes (dir.), Histoire du syndicalisme dans le monde, Privat, 1994, 575 p., (...)
  • 31  Albert Sarraut, Exposé sur la politique coloniale de la France fait en 1923 à Bruxelles, cité par (...)
  • 32  Lettre du Ministère des Colonies (2e Bureau) au Gouvernement Général, 7 février 1928 (CAOM, 7AFFEC (...)
  • 33  Voir en particulier la lettre du Gouvernement de la Cochinchine au Gouvernement Général datée du m (...)
  • 34  Rapport de l’Inspection générale du travail d’Indochine au ministre des Colonies, daté du 9 juin 1 (...)

21Mais ce qui nous paraît le plus intéressant de souligner ici c’est que le rapport Gayet, dénonciateur de la condition servile imposée à des Vietnamiens, émanait non d’un adversaire de la colonisation mais d’un homme chargé de faire tourner la machine coloniale. On ne peut évidemment nier une sensibilité propre à l’auteur du rapport mais il n’est pas anodin qu’un fonctionnaire du ministère des Colonies ait dressé un tel réquisitoire contre le mode d’exploitation de la main-d’œuvre tonkinoise. Certes le rapport n’avait qu’une portée réduite dans la mesure où il était à usage interne, et où il reposait sur la conviction qu’il était possible de remédier aux lacunes des services administratifs contrôlés. D’ailleurs la virulence de son analyse trouvait ses limites dans la modestie des propositions émises, essentiellement la nomination d’un nouvel inspecteur du travail moins porté à faire preuve de l’« inaction optimiste » reprochée à son prédécesseur. Toutefois le rapport de l’Inspecteur des Colonies révèle la sensibilité d’un représentant du pouvoir à la condition matérielle d’une catégorie de main-d’œuvre créée par la colonisation, un « îlot prolétarien »30dont la vie quotidienne ne reflétait pas, c’est le moins qu’on puisse dire, le progrès qui était attendu d’une colonisation se devant être « essentiellement une création d’humanité »31. Il reflétait aussi les interrogations qui couraient alors sur la nature du travail exigé par l’État colonial ou les colons, sur lesquelles nous reviendrons. Notons pour l’instant que le rapport Gayet eut un certain retentissement. Le ministère des Colonies fit savoir aux autorités de l’Indochine qu’il jugeait inadmissibles les négligences dont l’Inspection du Travail s’était rendue coupable 32. Cela entraîna d’ailleurs une véritable mobilisation de l’administration de Cochinchine pour riposter aux griefs faits par l’inspecteur des colonies et se justifier 33. Mais surtout, le rapport Gayet joua un rôle 34dans l’élaboration par le pouvoir colonial local d’une réglementation susceptible de supprimer les abus constatés en Indochine.

Les choix d’un gouverneur socialiste, Alexandre Varenne

L’adoption d’une réglementation protectrice de la main-d’œuvre dans le cadre de la « mise en valeur »

Une continuité avec Sarraut

  • 35  J.-B. Alberti, op. cit., p. 498.

22« (...) En peu de temps, M. Alexandre Varenne a accompli des réformes de la plus haute importance qui le classent parmi les plus grands chefs que l’Indochine ait eus »35.

23Un tel éloge avait pour principale fonction de redorer le blason d’un gouverneur après son départ forcé d’Indochine sous la pression des milieux coloniaux et plus particulièrement de l’inscrire dans une sorte de généalogie des chefs de l’Indochine, au premier rang desquels l’auteur plaçait très probablement Sarraut, chef de file du réformisme colonial.

  • 36  Fiche biographique d’Alexandre Varenne par J. Raymond dans J. Maitron (dir.), Dictionnaire biograp (...)

24Alexandre Varenne 36, avocat, journaliste, militant socialiste et député du Puy-de-Dôme à plusieurs reprises, avait été nommé une première fois gouverneur général de l’Indochine par le Cartel des Gauches. Il retrouva brièvement ce poste (de mai à octobre 1927) sous le Gouvernement d’Union nationale dirigé par Poincaré, quittant alors momentanément une SFIO passée à l’opposition, afin de continuer à œuvrer en Indochine. Lors de ce deuxième mandat, il décida notamment de mettre en œuvre une réglementation protectrice de la main-d’œuvre.

25Les autorités coloniales indochinoises avaient montré précocement de l’intérêt au problème des besoins croissants en ouvriers agricoles de plantations très « consommatrices » de main-d’œuvre, en raison de l’ampleur des travaux de défrichement suscités par l’engouement pour l’hévéaculture mais aussi de l’absence de politique de préservation d’une main-d’œuvre soumise à des conditions pénibles et souvent tentée de fuir. Déjà, en 1911, avait été décidée, sous la pression des colons, la mise en place d’une commission chargée d’étudier les moyens de favoriser une émigration depuis le Tonkin présenté comme surpeuplé vers le sud de la péninsule indochinoise. En 1918 un arrêté avait été pris par Albert Sarraut, gouverneur général pour la deuxième fois, réglementant la main-d’œuvre agricole et instaurant une Inspection du Travail en Cochinchine.

  • 37  Lettre de Varenne au ministre des Colonies, datée du 22 juin 1927 (CAOM, 7AFFECO25).
  • 38  D’autres tentatives furent faites ailleurs dans l’empire : un décret institua ainsi en 1920 en Océ (...)
  • 39  La nouvelle réglementation était applicable aux différents pays composant l’Union indochinoise apr (...)

26En 1927, Varenne s’inscrivait donc dans la continuité du fervent défenseur de « la mise en valeur des colonies » en décidant de « faire revivre » l’inspection du travail, organisme qui « a vécu quelque temps puis (...) a disparu »37. Il cherchait, lui aussi, à protéger une population travaillant et vivant sous la férule des colons, à satisfaire ces mêmes colons dont les entreprises étaient considérées comme profitables à l’ensemble de la colonie, et également à empêcher l’éclosion de troubles susceptibles de mettre en cause la domination française. Toutefois, si l’on retrouve dans les années vingt ce cocktail de motivations sociales, économiques et politiques à l’origine d’une réglementation 38, étendue cette fois en principe à l’ensemble de l’Union indochinoise et à quasiment toute la main-d’œuvre salariée 39, l’initiative de Varenne ne peut être réduite à un simple copiage des travaux de son prédécesseur. D’abord parce que les circonstances s’étaient modifiées.

Un contexte marqué par des critiques plus virulentes

  • 40  Cf. Jean-Pierre Biondi, Les anticolonialistes (1881-1962), Robert Laffont, Les hommes et l’histoir (...)
  • 41  André Gide, Voyage au Congo, paru en 1927, qui sera suivi dans la même veine par l’ouvrage évoqué (...)
  • 42  Léon Werth, Cochinchine, publié en 1926, édité récemment avec une présentation de Jean Lacouture, (...)
  • 43  La Cloche fêlée, journal lancé par Nguyen-An-Nimh et Dejean de la Batie, 17 mars 1924, n° 10.
  • 44  Dans la métropole même un journal vietnamien, La Résurrection, publia dans son premier numéro en d (...)
  • 45  Discours de Varenne à l’Institut Colonial de Marseille, publié par Les Cahiers Coloniaux, 30 novem (...)

27La politique de Varenne était arrêtée dans un contexte où les critiques sur la colonisation, tout en étant encore très minoritaires 40, étaient plus virulentes. Elles étaient portées par des intellectuels de renom, André Gide de retour du Congo 41ou Léon Werth convaincu après un voyage en Cochinchine que « la sottise de l’Europe colonisante est désormais résignée aux solutions qui l’expulseront »42. De plus en plus fréquemment les mises en cause de la colonisation étaient relayées par la gauche de la classe politique : de la première conférence anticolonialiste tenue en février 1927 à Bruxelles était née la Ligue contre l’Oppression Coloniale et l’Impérialisme. Dans la colonie même, des journaux publiés en langue française parvenaient à contourner la censure et à dénoncer « la traite des Annamites »43envoyés dans les possessions du Pacifique puis dans les plantations de Cochinchine ou du Cambodge 44. On peut donc penser que les arrêtés sur la protection de la main-d’œuvre étaient une manière de répondre aux contempteurs de la colonisation et de faire face, selon les termes d’Alexandre Varenne, à une « propagande antieuropéenne organisée [en] Extrême-Orient » avide de présenter les autorités d’Indochine « avec faits indéniables à l’appui comme exploiteurs vis-à-vis dizaine (sic) milliers coolies à introduire annuellement Sud Indochinois (sic) »45. Alexandre Varenne avait très probablement alors en tête l’éclatement d’une révolte communiste à Java en juillet 1927. Mais si la conjoncture politique incitait tout particulièrement le pouvoir colonial à se poser en protecteur des populations colonisées, elle n’explique pas à elle seule la décision d’adopter une réglementation du travail dans un territoire colonial, décision qui obéissait à des motivations complexes.

Un effort d’harmonisation du droit du travail

  • 46  Discours de Varenne à l’Institut Colonial de Marseille, publié par Les Cahiers Coloniaux, 30 novem (...)
  • 47  Les différents codes parurent entre 1910 et 1927, année même de l’adoption de la réglementation in (...)
  • 48  Note de Monguillot au ministère des Colonies datée du 4 décembre 1927 (CAOM, 7AFFECO25).

28Alexandre Varenne se défendit, une fois de retour dans l’hexagone et devant les représentants des intérêts économiques coloniaux de Marseille, d’avoir voulu « introduire en Indochine de toutes pièces la législation métropolitaine »46. Et il est indéniable que la crainte d’une agitation politique ainsi que les besoins des entreprises coloniales implantées en Indochine étaient spécifiquement pris en compte, nous y reviendrons, par la réglementation indochinoise de 1927. Toutefois, les articles la composant font bien écho au droit social adopté en métropole, lequel avait été codifié tardivement 47. À la fin de l’année 1927, une note du Gouvernement Général, dont l’intérim était alors assuré par Maurice Monguillot, adressée au ministère des Colonies affirma d’ailleurs que les trois arrêtés sur la main-d’œuvre constituaient les « véritables bases d’un code du travail indochinois »48, témoignant d’une volonté de doter la colonie d’un code du travail comme l’était la métropole, quel que soit le degré d’adaptation prévu.

  • 49  Article 34 de l’arrêté « portant réglementation sur la protection (...) », op. cit.

29Sans entrer ici dans le détail de leur analyse, nous signalerons que les quatre thèmes majeurs qui se dégagent des textes de 1927 entretiennent un cousinage certain avec la législation en vigueur dans l’hexagone. Il s’agit de la protection des femmes et des enfants, de la protection de l’ensemble des travailleurs (temps de travail, santé), de la rémunération, et enfin de l’emploi (recrutement et fin de contrat). Outre un décalage dans le temps (en France un âge minimal au travail est fixé à la fin du siècle à 13 ans alors qu’il faut attendre 1927 pour qu’il soit établi, en Indochine, à 14 ans), des différences apparaissaient certes entre le système métropolitain et le système colonial. Par exemple les textes indochinois ne prévoyaient pas de limitation chiffrée du recours aux heures supplémentaires bien qu’ils subordonnent celui-ci à la nécessité d’exécuter des « travaux urgents et exceptionnels »49. Transparaissait en outre le souci de pousser la protection des salariés de la colonie dans le domaine sanitaire en raison des conditions déplorables dont ils étaient victimes. La préservation de l’état de santé des ouvriers était synonyme bien sûr d’une économie de la force de travail mais permettait aussi au pouvoir colonial de s’abriter des critiques portant sur le coût humain de la colonisation. La plupart des clauses relatives à la santé, comme celles concernant la lutte contre le paludisme, étaient d’ailleurs imposables aux entrepreneurs employant la main-d’œuvre dite libre et non pas seulement à ceux faisant appel à la main-d’œuvre dite engagée, c’est-à-dire recrutée par contrat triennal. Mais, globalement, on a bien, à la lecture de la réglementation indochinoise confrontée aux dispositions françaises, le sentiment d’une ébauche d’harmonisation de la législation du travail.

30Toutefois, la réglementation conçue par Varenne conjuguait le souhait de protéger la main-d’œuvre, de faire bénéficier celle-ci de dispositions inspirées par la législation métropolitaine et la volonté de reconnaître une forme de travail particulière au nom de la « mise en valeur » coloniale.

...qui légitime en fait une forme de travail marqué par la contrainte

Esclavage, travail forcé, contrats à long terme : des questions à l’ordre du jour

  • 50  Maurice Besson, « La législation du travail dans les colonies françaises », Revue Internationale d (...)
  • 51  Maurice Besson, op. cit., p. 515.
  • 52  Ibidem.

31Un article de Maurice Besson paru en avril 1927 dans la Revue Internationale du Travail 50, émanation du Bureau International du Travail, permet de mieux cerner le contexte politique mais aussi « mental » dans lequel les arrêtés adoptés en octobre de la même année furent préparés. Dirigeant le Service du Travail institué au sein du ministère des Colonies, Maurice Besson était particulièrement au fait des questions sociales telles qu’elles se posaient dans l’empire et il suivait attentivement l’activité du BIT en la matière. Pour le fonctionnaire colonial, après l’adoption en 1926 de la convention de la SDN appelant à la suppression de toute forme d’esclavage, la cause était entendue : « il n’y a[vait] plus à faire état du travail servile dans la législation coloniale (...) »51. Il estimait pourtant « nécessaire de l’avoir toujours présent à l’esprit, afin d’éviter que, par l’extension habile de modalités d’engagement imposées à ces grands enfants que sont encore les indigènes, on ne parvienne à rétablir sous une forme déguisée le travail forcé »52. Méfiant apparemment à l’égard des intentions des employeurs recourant aux contrats à long terme et faisant preuve au mieux de paternalisme envers les populations colonisées, Maurice Besson ne condamnait pourtant par cette forme de travail. D’ailleurs la France s’était montrée hostile à l’établissement par la SDN d’une réglementation internationale du contrat de travail à long terme susceptible de limiter son emploi… à un moment où les pouvoirs publics eux-mêmes l’utilisaient dans certaines colonies. Conformément à cette position, le fonctionnaire du ministère des Colonies chercha à montrer à la fois que ce type de contrat était nécessaire et qu’il différait du travail forcé.

  • 53  Ibidem, p. 509.

32Maurice Besson présenta d’abord le contrat à long terme comme indispensable, pour des raisons démographiques, raciales et économiques : l’institution de tels contrats était selon lui « apparue nécessaire pour assurer la mise en valeur des colonies avec une main-d’œuvre réduite et d’un rendement limité »53. Il le légitima ensuite du fait de son encadrement par la puissance publique : elle seule était capable de veiller à la fois à la prospérité des entreprises et à la protection des populations. Alexandre Varenne, lorsqu’il conçut au printemps 1927 les arrêtés finalement adoptés à l’automne, savait donc que la marge était étroite entre un travail forcé et un travail libre qui prenait la forme d’engagements de longue durée. Il avait également conscience que les experts de la SDN suivaient attentivement l’action des autorités françaises. Cela suffit-il à bannir de la réglementation indochinoise les éléments susceptibles de rapprocher la condition des ouvriers agricoles du « servage » dénoncé par l’inspecteur Gayet ?

La réglementation de 1927 perpétue un rapport colonial contraire aux principes de liberté et d’égalité

  • 54  Sur la question de la nature du travail développé sur les plantations et sur le caractère capitali (...)

33L’analyse des arrêtés pris par Varenne, si l’on prend la précaution de les replacer dans leur contexte, montre une spécificité coloniale qui nous fait douter du caractère libre des formes de travail développées alors dans la péninsule 54. La minutie même avec laquelle les modalités de l’établissement du contrat de travail étaient détaillées, la réitération des dispositions sur le recrutement font surgir des doutes, non seulement sur la capacité des autorités – avec les moyens réduits qui étaient les leurs – à les imposer, mais aussi quant à l’objectif même de la réglementation. Ne s’agissait-il pas finalement, sous des dehors protecteurs, de la reconnaissance d’une forme de travail se situant à mi-chemin entre travail libre et travail forcé ?

  • 55  Paul Monet, op. cit., p. 125.

34Vont particulièrement dans le sens de cette idée les clauses relatives à l’acceptation initiale du contrat par l’engagé et celles portant sur sa capacité à s’en libérer. L’article 8 de l’arrêté sur la protection de la main-d’œuvre par exemple stipulait qu’un représentant de l’administration devait « s’assurer que l’engagé a[avait] une parfaite connaissance des conditions de son contrat ». D’une part, cela semblerait indiquer que le rédacteur du texte lui-même ne croyait guère en la vertu des dispositions précédentes qui prévoyaient, entre autres, que le contrat soit lu à l’engagé dans sa langue avant signature (article 5). Quand on sait, d’autre part, que le représentant administratif, éventuellement le maire d’un commune tonkinoise, avait tout intérêt à faire signer de tels contrats car parfois sa complaisance était rémunérée 55, on peut s’interroger sur la validité de l’acquiescement arraché au nouveau recruté.

35Un autre point confirme le caractère contraignant de l’engagement qui liait l’ouvrier à son employeur. Si la réglementation accordait à celui-ci la possibilité de résilier le contrat relativement facilement, par exemple s’il jugeait son employé coupable de « mauvaise volonté ou d’actes susceptibles de jeter le trouble dans l’exploitation » (article 86), les conditions imposées à l’engagé désireux de mettre un terme à l’expérience étaient draconiennes. Il ne pouvait en effet résilier son contrat qu’après avoir servi pendant 18 mois, donné un préavis trois mois auparavant, remboursé avances, frais de recrutement et de transport. À la lumière de la condition misérable qui poussait les Tonkinois à signer les contrats d’engagement pour les plantations du Sud et du système des retenues sur salaires pour des raisons diverses, on peut considérer que l’acte était matériellement rendu impossible.

36En dépit donc de l’apparence contractuelle qui avait été choisie, les deux parties, colon d’un côté, colonisé de l’autre, n’étaient pas mises sur un pied d’égalité. Si les plus importantes plantations d’hévéas étaient à cette époque le résultat d’une expansion du capital métropolitain, leur création et leur exploitation reposaient sur l’utilisation d’une forme de travail proche de certaines formes en vigueur dans les systèmes précapitalistes. Le monde colonial apparaît donc ici comme une combinaison originale entre aspects « modernes » et « archaïques » auxquels une nouvelle vie est donnée. Parmi les premiers nous retiendrons, sur un plan économique, la création d’entreprises reposant sur une mobilisation à une échelle industrielle de capitaux, de techniques et faisant appel à une organisation de la production elle aussi empruntée à l’industrie ; sur un plan social, l’extension – très progressive certes – du droit du travail. Mais parmi les seconds, nous inscrirons le recours à une forme de travail ambiguë que nous appellerons « travail contraint » ainsi que la propension des pouvoirs publics à dénier aux travailleurs contractuels tout droit collectif.

  • 56  Daniel Hémery dans Jean Sagnes (dir.), Histoire du syndicalisme dans le monde, op. cit.
  • 57  Alain Ruscio, Le credo de l’homme blanc, Éditions Complexe, 1996, 410 p.

37En effet, la réglementation proposée par Varenne ne leur reconnaissait pas le droit à s’organiser et à faire grève pour exprimer leur mécontentement, conformément à la situation qui prévalait alors dans l’ensemble de l’Asie du Sud-Est 56. Nous avons vu qu’un arrêt de travail suffisait à l’employeur pour rompre le contrat. Il est frappant donc de constater non seulement un décalage entre droits reconnus à la main-d’œuvre en métropole et ceux accordés dans la colonie, mais aussi la permanence avec laquelle l’État tenait les colonisés en situation d’infériorité. Les exemples du mépris exprimé par les colons envers les peuples qu’ils croyaient avoir soumis sont connus, Alain Ruscio a rappelé ces « scènes de la vexation quotidienne »57, mais il est utile de rappeler également comment, en mettant le travailleur colonisé dans l’incapacité d’exprimer son sentiment, une réglementation censée le défendre figeait les rapports entre les « indigènes » et la puissance publique dans l’Indochine des années vingt.

...mais ne diminue pas l’hostilité de la société coloniale

  • 58  La Cloche fêlée, 3 décembre 1925, n° 22.
  • 59  La Cloche fêlée, 12 avril 1926, n° 56.

38Si les décisions prises par Varenne en matière de main d’œuvre répondaient in fine au désir des colons en leur reconnaissant le droit de recourir à des contrats d’engagement à long terme et révélaient une conception plaçant en position subordonnée les populations colonisées, le gouverneur socialiste fut confronté à l’hostilité globale de la société coloniale. Celle-ci, composée de quelques milliers de fonctionnaires et de colons, lui fit grief de ses tentatives pour faire évoluer dans un sens libéral et social la politique de la France en Indochine : bien que modestes, les dispositions dans le domaine de la liberté de la presse, les efforts d’association des « indigènes » à la gestion du pays, les tentatives de réglementation des concessions… et de la main-d’œuvre bousculaient le pouvoir acquis par les Français d’outre-mer. Pour le journal La Cloche Fêlée, peu enclin pourtant dans un premier temps à prendre la défense d’un homme métamorphosé de « socialiste militant » en « colonialiste tout court »58, Varenne avait fini par liguer contre lui « d’une part, les administrateurs des services civils qui tiennent à rester, vis-à-vis des indigènes, seigneurs et maîtres absolus de leur circonscription et, de l’autre, les colons qui, eux non plus, ne veulent rien abandonner des libertés et privilèges qu’ils tirent du régime actuel dont les indigènes sont les seuls à souffrir »59.

  • 60  Léon Werth, Cochinchine, op. cit., p. 161.

39Faisant écho aux propos du directeur de La Cloche Fêlée avec lequel il avait parcouru la Cochinchine, Léon Werth confirmait : « la force coloniale, financière, administrative et parfois ecclésiastique est intacte »60. Le rapport de force imposé dans la colonie par les intérêts privés appuyés par la puissante Banque de l’Indochine, par les chefs des pays composant l’Union indochinoise, notamment le gouverneur de la Cochinchine, par les Missions, constituait un frein puissant au volontarisme politique de quelques hommes convaincus de la nécessité de réformer, dans la perspective de sa propre survie, le système colonial.

  • 61  Cf. Benjamin Cohen, William B. Cohen, Empereurs sans sceptre. Histoire des administrateurs de la F (...)
  • 62  Philippe Devilliers, L’Asie du Sud-Est, Tome II, Sirey, 1971, p. 752.

40Alexandre Varenne, il est vrai, paraît avoir été un gouverneur général atypique. Sa carrière résultait du jeu politique hexagonal et non du parcours impérial réservé aux fonctionnaires émoulus de l’École coloniale 61. Ceux en poste en Indochine ne se privèrent d’ailleurs pas de lui reprocher un manque de connaissance du terrain, argument classique dans le milieu colonial lorsqu’il s’agissait de riposter à une critique exprimée à leur égard ou à une tentative de réforme. L’opposition à Varenne de l’administration en place dans la colonie se manifesta par une sorte de résistance passive ; elle n’obéit qu’avec « une extrême réticence aux impulsions du gouverneur »62. Et pourtant, les différences entre d’une part un ministère des Colonies aux velléités réformatrices prolongées par un gouverneur général atypique et les autorités en place dans la colonie, des gouverneurs généraux qui succédèrent à Varenne aux fonctionnaires des différents services administratifs qui se maintinrent à leurs postes, ne doivent pas être exagérées outre mesure du point de vue de leur conception de la colonisation. Il est indéniable que les points de vue variaient selon qu’ils viennent de Paris ou de Saïgon et que cela constitue en soit un objet d’étude intéressant. Mais il serait simplificateur d’opposer le « bon colonial » ayant depuis ses bureaux le souci d’humaniser la colonisation et le « méchant » sur le terrain qui n’en aurait cure.

  • 63  Nommé le 23 août 1928 et entré en fonction à partir du 26 décembre 1928, après une période d’intér (...)
  • 64  Patrice Morlat, Les affaires politiques de l’Indochine (1895-1923). Les grands commis : du savoir (...)
  • 65  Paul Monet, op. cit., p. 111.

41Il faut donc étudier avec soin la politique menée sur le terrain par le successeur de Varenne, Pierre Pasquier 63, l’un des grands commis de l’Indochine membre de l’équipe constituée en son temps par Albert Sarraut 64. Présenté par Paul Monet comme tenant ses promesses « lorsqu’il sait que, derrière ceux à qui il les fit, se dresse une force capable d’en exiger le respect »65, on peut se demander s’il n’était que le jouet des financiers qui se relayaient dans des opérations de lobbying auprès de ses services.

La politique des successeurs de Varenne : le gouverneur à la botte du planteur ?

L’administration indochinoise sur la sellette

Une double campagne contre le recrutement au Tonkin

  • 66  Ngo Van, Viêt-nam 1920-1945, révolution et contre-révolution sous la domination française, L’Insom (...)
  • 67  CAOM, 7AFFECO25, Commentaire sur le tract trouvé le 27 novembre 1928 dans la boîte aux lettres du (...)

42L’année suivant l’adoption de la réglementation sur la main-d’œuvre, en 1928 donc, une campagne démarra au Tonkin contre les conditions dans lesquelles se faisaient les opérations de recrutement et dans lesquelles vivaient les ouvriers agricoles sur les exploitations du Sud. Un tract attribué au Parti de la Jeunesse Révolutionnaire Annamite 66, après avoir protesté contre le poids des impôts et les arrestations arbitraires, s’indigna ainsi de ce que : « Maintenant ils (sic) recrutent des coolies en les narcotisant (sic), puis les transportent de force au loin pour les exterminer ! »67

  • 68  CAOM, 7AFFECO26, I.G.T., Rapport sur l’émigration et l’immigration ouvrière en Indochine et l’immi (...)
  • 69  Souligné par nous.
  • 70  CAOM, 7AFFECO25, Note confidentielle du Directeur de la Police et de la Sûreté Générale au RESUP T (...)
  • 71  Ibidem.

43Sans être nommées, les autorités publiques étaient désignées comme responsables des procédés employés par les recruteurs au service des entrepreneurs privés. En dépit donc des précautions prises par le pouvoir colonial, cherchant à faire admettre la distinction entre travail forcé et engagements à long terme, le caractère non libre du travail découlant de ce type de contrat était mis sur le devant de la scène. Les services de l’administration coloniale concernés nièrent tout ou partie des accusations formulées contre les conditions d’engagement. Toutefois, l’Inspection du Travail 68, dépendante du Gouvernement Général, dut reconnaître la « fâcheuse impression » que produisait le retour d’ouvriers « sans ressources et dans un mauvais état de santé ». Mais elle regretta alors que « cette propagande à rebours » ne soit pas contrebalancée par le témoignage des coolies qui restaient chez leurs employeurs. Elle reprochait à la population de ne pas se rendre compte « qu’elle ne voyait revenir et se plaindre que le déchet de main-d’œuvre » ­69, résultat de la situation particulière de plantations créées hâtivement au moment du boom. Pour « absurdes » que leur paraissaient les « fables (...) répandues dans le public » sur le recrutement, le transport et le destin des engagés – des maisons de prostitution pour les femmes qui refusaient de se marier aux bêtes fauves auxquelles étaient promis les femmes et les enfants « dont on ne peut tirer profit »70– les autorités s’alarmaient toutefois de leur effet. La Sûreté faisait état de la propagation des rumeurs, de ce que des groupes se formaient dans les rues pour les commenter et les grossir et que des personnes commençaient à être prises à partie 71. Et la tension monta d’un cran avec l’assassinat le 9 février 1929 d’Alfred Bazin, Conseiller du Commerce Extérieur et directeur de l’Office Général de la main-d’œuvre, agence privée de recrutement.

  • 72  Circulaire d’avril 1929 citée par Paul Monet, op. cit., p. 122.
  • 73  Ibidem, p. 123-124.

44Cet événement fut par la suite exploité par les autorités coloniales pour durcir leur domination. Mais il leur fallait dans le même temps mettre hors de cause l’administration dans la manière dont était engagée puis exploitée la main-d’œuvre. Or, si Pierre Pasquier envoya en avril 1929 une circulaire recommandant aux résidents supérieurs du Tonkin et de l’Annam de faire comprendre à la population que les recrutements n’avaient « aucun caractère officiel » et que le Gouvernement n’intervenait « nullement pour les provoquer »72, l’adoption en 1927 d’une réglementation sur la main-d’œuvre encourageait de fait ce mouvement. Et le rôle joué par les administrations locales, prévu dans ces textes, plaçait les autorités coloniales en première ligne des critiques. Paul Monet, dans l’ouvrage que nous avons déjà évoqué, montra que les autorisations délivrées par le Protectorat du Tonkin et de l’Annam, communiquées aux chefs de province, lesquels faisaient descendre l’information jusqu’aux chefs de cantons et de villages étaient considérées par les fonctionnaires français et indigènes comme un « ordre »73. Selon lui, à l’échelle des recruteurs, l’autorisation qui leur était donnée par l’administration leur conférait « une vraie investiture ».

  • 74  CAOM, 7AFFECO26, I.G.T., Rapport sur l’émigration et l’immigration ouvrière en Indochine et l’immi (...)

45L’administration coloniale était d’autant plus jugée responsable dans les affaires de recrutement de main-d’œuvre que les chefs du Tonkin et de l’Annam avaient décidé de limiter les contingents d’ouvriers en partance pour les plantations du Sud, sous l’influence de colons du Nord. Ceux-ci, inquiets de voir partir une main-d’œuvre susceptible de leur faire défaut, avaient usé de divers moyens pour obtenir ce résultat. Utilisant les institutions dans lesquelles ils siégeaient, par exemple la Chambre d’Agriculture du Nord Annam, s’exprimant largement dans le journal La Volonté Indochinoise fondé par le marquis Laborde de Monpezat, délégué au Conseil Supérieur des Colonies et concessionnaire de plantations et de mines qui s’était déjà opposé à l’émigration tonkinoise vers les établissements du Pacifique, ils n’hésitèrent pas à mettre en cause le caractère spéculatif de l’hévéaculture et réfutèrent l’idée d’un surpeuplement du delta du Tonkin. Mais les dirigeants des sociétés intéressées dans le secteur hévéicole réagirent vivement à une campagne animée conjointement par des colons et des « éléments anti-français »74, laquelle risquait de tarir une source de main-d’œuvre dont ils avaient encore besoin.

Les pressions des sociétés installées dans le Sud sur le pouvoir colonial

  • 75  CAOM, 7AFFECO26, Câblogramme de Varenne à Simoni du 8 octobre 1927.
  • 76  CAOM, 7AFFECO25, GOUGAL à COLONIES, 17 décembre 1928.

46La pression qu’exercèrent les sociétés ayant des intérêts dans le caoutchouc conjointement sur le ministère des Colonies et le Gouvernement de l’Indochine fut forte. Celui-ci avait été pris à partie du temps où Varenne en était le chef et où il reprenait les critiques contenues dans un certain nombre de rapports administratifs sur la condition sanitaire des ouvriers des plantations 75, et elles attendaient de ses successeurs une politique défendant mieux leurs intérêts. Elles menèrent ainsi une campagne active dans la presse, aussi bien métropolitaine que locale, pour exiger la suppression de la réglementation imposée en octobre 1927 dont elles prétendirent qu’elle avait compromis le développement de leurs entreprises 76. Surtout, elles ne tardèrent pas à mettre en cause à leur tour la responsabilité directe de l’administration dans les difficultés de la main-d’œuvre.

  • 77  CAOM, 7AFFECO26, Lettre de Lionel Marie (SICAF) à SIMONI, 30 novembre 1927.
  • 78  CAOM, 7AFFECO25, Mémoire du Comité de l’Indochine au ministre des Colonies, juin 1929.
  • 79  P.V. de la séance du Conseil Économique du Conseil Supérieur des Colonies, 28 juin 1929.
  • 80  Dépêche Coloniale, 18 septembre 1928, Lettre signée des sociétés suivantes : Société des Caoutchou (...)
  • 81  Dépêche Coloniale, 18 septembre 1928

47Déjà, en novembre 1927, un des dirigeants de la SICAF, société mise en cause par Varenne, avait renvoyé les autorités publiques à leurs propres défaillances. À propos de la mortalité élevée touchant les ouvriers qui travaillaient sur les plantations appartenant à sa société, il avait répondu en évoquant la mortalité sur les chantiers publics, dont celui de la ligne de chemin de fer Brazzaville-Océan qui faisait alors scandale 77. Lorsque une crise du recrutement surgit en 1928, les autorités en furent tenues pour responsables. Les moyens utilisés par le lobby colonial furent diversifiés : des courriers, des mémoires 78furent adressés aux autorités officielles, des pressions furent exercées sur des institutions comme le Conseil économique des Colonies qui adopta un vœu sur la main-d’œuvre allant dans le sens des intérêts des planteurs 79. Le canal classique de la presse fut également utilisé. La Dépêche Coloniale publia ainsi en première page une longue lettre ouverte au gouverneur Pasquier qui venait d’être nommé à ce poste en août 1928, signée des sociétés les plus importantes 80. Elles y affirmaient « qu’à partir du moment où la question du recrutement se pose, l’administration intervient ». Les intérêts économiques firent valoir l’inefficacité de la sélection médicale opérée par l’administration avant la signature des contrats et l’insuffisance des mesures de surveillance et de police des grands domaines. Ils réclamaient « une collaboration confiante et continue (...) entre les représentants des plantations et l’administration », afin que la main-d’œuvre jugée « naguère (...) intelligente et souple » ne perde pas « tout sentiment de ses obligations et de ses devoirs »81. Cet appel au gouverneur Pasquier, qui se défendit d’être une « défense de quelque gros intérêt particulier » fut-il entendu ?

Une intervention croissante de la puissance publique au nom de l’intérêt de la colonisation

Poursuite et infléchissement de l’œuvre réglementaire

  • 82  Voir par exemple le discours de Monguillot, gouverneur général par intérim, au Conseil de Gouverne (...)

48Avant même l’entrée en fonction de Pierre Pasquier, qui n’intervint qu’en décembre 1928, différentes dispositions avaient été prises qui allaient dans le sens de la satisfaction des desiderata des intérêts du sud de la colonie. Ainsi l’ordre avait été donné au Résident Supérieur de l’Annam de revenir sur sa décision de limiter le nombre d’émigrés autorisés à quitter le pays pour la Cochinchine 82. Toutefois, au-delà de décisions ponctuelles, l’effort de réglementation du travail fut poursuivi, comme en témoignent les arrêtés adoptés par le gouverneur de la Cochinchine, Blanchard de la Brosse, connaissance de longue date de Pierre Pasquier. L’arrêté du 26 juin 1928 imposait par exemple l’application en Cochinchine des textes sur la main-d’œuvre élaborés par Alexandre Varenne en 1927 et celui du 5 janvier 1928 organisait un corps de contrôleurs du travail. À l’échelle de l’Union indochinoise, il fut décidé par le décret du 1er mai 1929 d’instituer une caisse du pécule.

  • 83  CAOM, 7AFFECO26, Rapport semestriel de l’Inspection du Travail de Cochinchine, 16 février 1928.
  • 84  Projet publié en annexe du Livre noir du colonialisme, op. cit. En 1930, la France choisit de s’ab (...)
  • 85  Voir par exemple CAOM, 7AFFECO25, GOUGAL à RESUP TONKIN, 29 janvier 1929, GOUGAL à MINISTRE DES CO (...)
  • 86  CAOM, 7AFFECO26, Rapport sur l’émigration et l’immigration ouvrière en Indochine et l’immigration (...)

49Mais, tout en s’inscrivant officiellement dans la continuité de l’œuvre initiée par Sarraut et prolongée par Varenne, la politique menée dans le domaine de la main-d’œuvre par le gouverneur de la Cochinchine et le gouverneur général de l’Indochine fut marquée par l’attention portée aux réclamations des planteurs et à la nécessité de rétablir l’ordre. Cela fut visible dans les mesures concernant la lutte contre les « désertions » de plantations 83et surtout dans le souci de mettre une fin définitive aux troubles suscités par l’établissement d’un courant migratoire entre le nord et le sud de la péninsule. Non que le système de l’engagement fût condamné, malgré les déclarations officielles affirmant la préférence pour le travail et l’émigration libres, à un moment où le BIT élaborait un questionnaire aux différents gouvernements sur la question du travail forcé 84. Mais un arsenal de dispositions sur les modalités du recrutement ainsi que des mesures prises concernant les rapatriés 85furent décidées entre 1928 et 1930. L’arrêté du 16 juillet 1930 réglementa par exemple la profession de recruteur. Un rapport de l’Inspection Générale du Travail d’Indochine se félicita alors que grâce à ces nouvelles dispositions prirent fin « presque tous les abus qui avaient jeté au Tonkin le trouble dans les opérations de recrutement et d’engagement »86.

  • 87  Paul Monet, op. cit., p. 113.

50Ainsi, l’intervention réglementaire croissante des autorités publiques, en permettant la mobilisation et le contrôle de la main-d’œuvre pour les grands domaines aux mains des colons, servait les intérêts de ces derniers pourtant rétifs initialement à ce qui leur apparaissait comme une intrusion coûteuse. Et l’action de l’État relevait dans le même temps d’un souci qui, s’il était partagé par les intérêts économiques, lui était spécifique et qui consistait à maintenir « l’ordre » dans la colonie. Aussi, si Paul Monet jugea que le gouverneur Pasquier était pris dans la contradiction entre d’une part « les promesses aux financiers dont il tenait sa nomination au poste suprême » et d’autre part « la crainte légitime des complications redoutables qui résulteraient certainement de cette angoissante question de la main-d’œuvre »87, on peut penser que sa politique fut finalement une tentative de conciliation entre les intérêts économiques et les intérêts politiques afin de maintenir la domination de la France sur la péninsule indochinoise.

Pressions sur les intérêts privés pour corriger les abus

  • 88  CAOM, 7AFFECO25, GOUGAL à COLONIES, 17 décembre 1928.

51Une fois le recours par les colons à une main-d’œuvre contrainte à s’engager par des contrats à long terme non seulement toléré mais légitimé, il était de l’intérêt du pouvoir colonial de veiller à corriger ce qui avait été interprété comme des abus du système. Le gouverneur général par intérim assura en décembre 1928 au ministère des Colonies qu’il avait la volonté de faire appliquer la réglementation de la protection de la main-d’œuvre « intégralement et sans faiblesse » vis-à-vis de « sociétés plus préoccupées de leurs bilans que de la répercussion que peuvent avoir dans la masse des populations annamites les fautes et les erreurs commises sur certaines exploitations »88. Et ce regard critique sur ce qui se passait sur certaines exploitations, nourri comme nous l’avons vu par les rapports détaillés de fonctionnaires envoyés sur le terrain, déboucha sur des mises en garde aux sociétés concernées.

  • 89  CAOM, 7AFFECO26, Lettres de Pasquier au président du Conseil d’Administration de la Compagnie des (...)
  • 90  CAOM, 7AFFECO26, Rapport mensuel…, op. cit.
  • 91  Dont un arrêté sur les détails d’application au Cambodge était en cours de préparation.
  • 92  Par exemple le discours de Pasquier au Grand Conseil des Intérêts Économiques et Financiers de l’I (...)

52Le gouverneur Pierre Pasquier adressa ainsi en mars 1929 un courrier aux dirigeants de la Compagnie des Caoutchoucs du Mékong et de la Société Indochinoise des Plantations de Mimot, puissantes sociétés installées au Cambodge 89. Il y déplora « l’état d’abandon dans lequel sont laissés [les] engagés tonkinois tombés malades », reprenant les informations communiquées par les services de santé 90et leur fit clairement entendre leur responsabilité. Répondant en effet aux critiques émises par les sociétés que nous avons déjà signalées sur l’insuffisance du contrôle médical effectué par l’administration, il mit en avant « le coefficient de robusticité amoindrie » que présentaient des engagés « poussés à quitter leur village d’origine par la misère » : ce fait devait inciter les sociétés à « se préoccuper tout particulièrement de leur ravitaillement, de leur alimentation dans [leurs] formations sanitaires et soins à leur donner », conformément d’ailleurs à la réglementation de Varenne 91. Il conclut en faisant valoir que la situation précitée aboutissait non seulement à « des pertes immédiates en main-d’œuvre » mais contribuait à « entraver et à tarir à sa source un recrutement qui est cependant indispensable au développement de vos entreprises et au succès de notre œuvre de colonisation en Indochine ». Cette correspondance, mais aussi des discours tenus en public 92, témoignent de l’existence de tensions entre les sphères politique et économique malgré une entente globale entre les deux parties sur la colonisation.

Le primat du maintien de l’ordre

L’État, tuteur et surveillant

53La politique du pouvoir colonial visait en fait essentiellement, à côté des proclamations sur la nécessaire mise en valeur et le devoir moral de protection des populations, à supprimer tout facteur de trouble de l’ordre colonial et à imposer, y compris vis-à-vis des colons et de leurs commanditaires métropolitains, son autorité. C’est dans cette perspective qu’il faut lire les réprimandes adressées aux sociétés ainsi que les dispositions, prises au lendemain du départ du gouverneur Varenne, qui tentaient de contenir la violence ayant cours sur les grands domaines.

  • 93  CAOM, 7AFFECO25, Note de Monguillot adressée au ministère des Colonies, 4 décembre 1927.

54Il s’agissait d’éviter la révolte des coolies en en éliminant une cause majeure, la brutalité de la domination imposée par l’encadrement, depuis le directeur de la plantation jusqu’au surveillant indigène, le « caï » souvent d’origine cochinchinoise alors que les engagés agricoles venaient du Tonkin. Ainsi le décret, élaboré par le gouverneur par intérim Monguillot et adopté en janvier 1929 sous le gouvernement de Pasquier, qui accordait des pouvoirs de simple police aux contrôleurs du travail afin de lutter contre les ruptures de contrat, cherchait, en satisfaisant les employeurs, à supprimer leur « tendance à se faire justice soi-même »93. Les agents de l’État étaient donc chargés de remplir vis-à-vis des engagés un « rôle à la fois de tuteur, de juge de simple police et de surveillant ». Il était prévu que les contrôleurs du travail bénéficient pour les y aider de l’appui « d’une force auxiliaire » désignée par le Chef d’Administration Locale, mais on envisageait déjà qu’en fait, dans la majorité des cas, c’était la gendarmerie qui serait amenée à jouer ce rôle.

55S’imposant comme un intermédiaire incontournable dans les relations entre employeurs et engagés, l’État colonial prenait alors le risque de déplacer des luttes sociales, celles d’ouvriers agricoles recourant parfois à la violence individuelle contre la hiérarchie les encadrant dans un contexte où leur était dénié le droit de s’exprimer collectivement, sur un terrain politique. Les autorités s’exposaient donc au retournement d’une violence nourrie par l’exploitation de la main-d’œuvre par les puissantes sociétés coloniales, à l’émergence de laquelle elles contribuaient elles-mêmes en exerçant une violence institutionnelle.

Violence de l’État colonial

  • 94  CAOM, INDO/NF/2618, Note pour le ministre, ministère des Colonies, Direction Politique, 3e Bureau, (...)
  • 95  Ibidem.
  • 96  Ibidem.

56L’affaire de l’assassinat du directeur de la plus importante agence de recrutement de main-d’œuvre, Bazin, que nous avons évoquée plus haut, fut exploitée par le gouverneur Pasquier pour lancer une campagne de répression contre les mouvements de résistance à la domination française. Le gouverneur général saisit la Commission criminelle, une juridiction d’exception chargée par le décret du 15 septembre 1896 modifié le 14 avril 1906 « des crimes ou des délits intéressant la sécurité du Protectorat ou le développement de la colonisation française, commis par un indigène ou assimilé justifiable des tribunaux français »94qui n’avait pas été convoquée depuis 1918. Une note du ministère des Colonies fit part de la manière dont le gouverneur Pasquier entendait sa décision, « mûrement réfléchie »95. Il s’agissait dans son esprit « d’une œuvre nécessaire d’assainissement politique à entreprendre et à poursuivre délibérément avec calme à une heure que j’estime particulièrement opportune et dont développement pourra avoir avantage nous fournir indications les plus précieuses dans intérêt tranquillité publique et notre sécurité future » 96.

  • 97  CAOM, INDO/NF/2622 Dossier du ministre Pietri. Notes prises pendant les discours de la Chambre de (...)
  • 98  CAOM, INDO/NF/2618, Note pour le ministre des Colonies, Direction Politique, 3e Bureau, 5 juin 193 (...)
  • 99  CAOM, INDO/NF/2614, Télégramme de PASQUIER au ministre des Colonies, 19 mai 1930.
  • 100  Ibidem.
  • 101  CAOM, INDO/NF/2618, Note pour le ministre, ministère des Colonies, Direction Politique, 3e Bureau, (...)
  • 102  Ibidem.
  • 103  Paul Monet, op. cit., p. 116-117.

57Le lien entre l’assassinat de Bazin, dont les accusés furent jugés par un tribunal ordinaire, et la convocation de la Commission criminelle fut rappelé par un rapport sur la situation politique fait à la Chambre des députés lors de la séance du 7 novembre 1929 97. C’est à la suite des perquisitions effectuées après que fut trouvé sur l’un des participants au meurtre de Bazin un carnet contenant les noms de plusieurs membres du mouvement révolutionnaire Viet Nam Quoc Dan Dang (VNQDD), que furent déférés devant la juridiction d’exception les individus accusés de complot. Notons cependant que, selon les sources, l’identité de la personne sur laquelle aurait été trouvé le carnet varie. D’après le rapport à l’Assemblée il s’agit du principal accusé, Nguyen Van Long, un ancien employé de la Société Michelin 98, mais d’après une note interne au ministère des Colonies c’est Léon Sanh qui aurait été porteur de cette pièce compromettante. Or Van Long et Sanh ne connurent pas le même destin. Le premier se « suicida » par pendaison dans la prison de Hanoi 99, le second, fut acquitté 100.Condamné le 3 janvier 1929, donc avant le meurtre de Bazin, pour avoir rédigé et distribué des tracts invitant la population à s’opposer au recrutement des coolies 101, subit-il des pressions pour jouer un double jeu récompensé ultérieurement par la liberté ? Ou bien dut-il ce verdict à sa qualité de citoyen français obtenue en tant que « fils de naturalisé »102? L’hypothèse d’une intervention de la Sûreté, au moins sur les lieux du crime après qu’il fut commis, fut déjà avancée à l’époque par la presse critique envers le Gouvernement Général. Ainsi Paul Monet rapporta dans les Jauniers l’idée que « (...) il importait de ne pas présenter à l’opinion métropolitaine cet attentat comme la conséquence directe du recrutement des coolies : un grand complot fut donc immédiatement découvert par la Sûreté générale, qui selon l’Argus Indochinois de Monsieur Clémenti, aurait eu d’autant plus de facilité à cette découverte qu’elle aurait largement participé à son organisation »103.

  • 104  Les communications et les discussions de cette conférence tenue en juillet 1930 furent publiées so (...)
  • 105  Félicien Challaye, Souvenirs sur la colonisation, op. cit., p. 90.

58L’assassinat du directeur de l’Office Général de la Main-d’Œuvre conduisit à mettre sur la place publique la question du recrutement et de l’exploitation des ouvriers agricoles du Tonkin par les grandes plantations d’hévéas, que le livre intitulé Les Jauniers fit connaître en métropole. Il contribua aussi à faire prendre conscience d’un malaise croissant en Indochine. Dès 1930, une conférence du Comité National d’Études Sociales et Politiques réunit sous la thème « Le malaise actuel de l’Indochine »104des financiers, comme le colonel Bernard ou Octave Homberg que la rumeur avait accusé au Tonkin d’avoir mis au point un narcotique pour recruter de force des ouvriers, des hauts responsables de l’administration coloniale, dont Blanchard de la Brosse, ex-gouverneur de la Cochinchine, ou Albert Sarraut, ancien gouverneur de l’Indochine et ministre des Colonies, mais aussi Félicien Challaye, militant de la SFIO et de la LDH et fervent contempteur de la colonisation. Pour celui-ci, l’origine du malaise résidait dans le maintien en Indochine de « la féodalité des bureaucrates et des colons, au sommet de laquelle il convient de placer la Banque de l’Indochine, [qui] continue à voir dans les Annamites des serfs taillables et corvéables à merci »105.

59Une réglementation du travail vit donc le jour en Indochine dans la deuxième moitié des années vingt, grâce aux efforts conjoints d’une administration centrale plus encline à considérer la question sociale dans le monde colonial et surtout d’une administration locale inquiète des répercussions des scandales provoqués par le traitement de la main-d’œuvre engagée sur les grandes plantations coloniales. Mais, sous la pression non seulement des intérêts privés mais aussi des conceptions dominantes de la « mise en valeur » de l’empire, le pouvoir colonial inscrivait dans son action réglementaire les rapports inégaux entre employeurs et employés, qui étaient aussi des rapports de domination entre blancs et indigènes, vietnamiens ou cambodgiens. Tentant de corriger à la marge la politique des entreprises privées, les chefs de l’Union indochinoise, aussi différents qu’ils purent apparaître, se montrèrent incapables de faire intervenir dans le dialogue entre intérêts privés et puissance publique les populations qu’ils déclaraient protéger. Celles-ci s’organisaient cependant clandestinement et des militants révolutionnaires s’engagèrent dans les années 1928-1929 sur les plantations. Ce mouvement de « prolétarisation » fit le lien entre questions sociales, questions politiques, et exploitation coloniale. Les autorités l’y avaient aidé, donnant à leur ingérence dans les relations entre dirigeants des entreprises coloniales et main-d’œuvre indigène une dimension politique forte, révélatrice à la fois des velléités interventionnistes croissantes de l’État après la Première Guerre mondiale et d’une conception dominatrice des rapports avec les populations des colonies.

Haut de page

Notes

1  Paul Monet, Les Jauniers, Les Documents Bleus, 343 p., 1930.

2  En 1930 le Comité de Défense des Producteurs de Caoutchouc Français estimait le nombre de plantations à plus de 400, couvrant environ 105 000 ha et faisant travailler 80 000 ouvriers agricoles (CAOM, Agefom, 189/105). Les chiffres de l’exportation de caoutchouc par l’Indochine illustrent le succès de cette culture : en 1912 seulement 231 tonnes sont exportées représentant 1 050 000 francs (courants), en 1929 ce sont 10 308 tonnes qui sont exportées, pour une valeur de 113 000 000 francs, le caoutchouc est alors passé au second rang après le riz des exportations indochinoises (INSTITUT COLONIAL DE MARSEILLE, Annuaire économique colonial, 4ème édition, Marseille, 1930).

3  Dans la deuxième moitié des années vingt, sous l’effet d’un plan de restriction international, les cours s’élevèrent au-dessus de 10 F/kg avec un pic à plus de 30 F/kg en 1925 et 1926.

4  Entre 1926 et 1930 plus de 70 000 ouvriers furent engagés au nord de l’Indochine pour travailler pour trois ans, à côté de la main-d’œuvre dite libre, sur les plantations du Sud (Bunout, La main-d’œuvre et la législation du travail en Indochine, 1936, Esquivillon, Le régime de la main-d’œuvre engagée, novembre 1937). Au premier janvier 1930 ils auraient été au nombre de 36 350 sur les plantations (CAOM, 7AFFECO26, Gougal, Rapport sur l’émigration et l’immigration ouvrière en Indochine et l’immigration chinoise, s.d.), soit près de la moitié des salariés embauchés dans des entreprises agricoles en Indochine au nombre de 81 188 en 1929, alors que les salariés d’entreprises commerciales ou industrielles étaient au nombre de 86 624, et ceux des entreprises minières 53 240 (CAOM, 7AFFECO26, GOUGAL à COLONIES, Note sur la main-d’œuvre en Indochine, 2 septembre 1929).

5  Voir l’article de Pierre Brocheux, « Le prolétariat des plantations d’hévéas au Vietnam méridional : aspects sociaux et politiques (1927-1937) », Le Mouvement social, n° 90, janvier-mars 1975, et sa communication au Colloque d’Amsterdam de septembre 1990 (Plantations labor un South Asia and South East Asia) « The plantations labor and the labor movement in Vietnam » dont nous remercions l’auteur pour nous l’avoir transmise.

6  Paul Monet, op. cit., p. 2.

7  Ibidem, p. 3.

8  Ibidem, p. 15.

9  Arrêté du 25 octobre 1927, complété par deux arrêtés du même jour « sur l’émigration de la main-d’œuvre tonkinoise » (45 articles), et « sur le pécule » (10 articles), parus au Journal Officiel de l’Indochine le 9 novembre 1927.

10  Albert Londres, Terre d’ébène, réédité avec le reste de son œuvre par les éditions Arléa en 1992, p. 512.

11  Cf. Préface de la réédition des Œuvres complètes d’Albert Londres, Arléa, 1992.

12  Cité par Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, PUF, 1978, 302 p., p. 38.

13  Charles-Robert Ageron, op. cit., Chapitre II.

14  Lettre adressée le 20 février 1928 par M. Cotin, président de la Chambre Mixte de Commerce et d’Agriculture du Nord-Annam (Vinh), au Président du Syndicat des Planteurs de caoutchouc de Cochinchine (à Saïgon), citée par Paul Monet, op. cit., p. 80.

15  Serge Berstein, Histoire du Parti Radical, Presses de la FNSP, volume I, 1980, 487 p.

16  Albert Sarraut, La mise en valeur des colonies françaises, 1922.

17  Cité par Serge Berstein, op. cit., p. 330.

18  Cf. les travaux de Agathe Larcher, notamment « La voie étroite des réformes coloniales et la collaboration franco-annamite (1917-1928) », in Revue Française d’Histoire d’Outre Mer, 4e trimestre 1995, p. 387-419.

19  J.-B. Alberti, L’Indochine d’autrefois et d’aujourd’hui, Paris, 1934, p. 529.

20  J.-B. Alberti, op. cit.

21  CAOM, 7AFFECO25.

22  CAOM, 7AFFECO25.

23  Sur la genèse de l’Inspection du Travail en France, voir Jean-Louis Robert (dir.), Inspecteurs et Inspection du Travail sous la IIIe et la IVe République, La Documentation française, 1998, 262 p. Le champ colonial n’est pas couvert par l’ouvrage mais la manière dont y est abordée la question du rôle de l’institution, entre contrôle du respect de la loi et pacification des relations sociales, est éclairante.

24  Albert Londres, op. cit., p. 512.

25  CAOM, 7AFFECO26, Mission Tixier 1926-1927, Rapport n° 11 signé Gayet, Situation financière de la Cochinchine, Budget Local, 24 janvier 1927.

26  L’analyse qui suit repose sur une exploitation des Statistiques du Service d’Immigration, annexées au rapport de l’Inspection du Travail de Cochinchine en date du 16 février 1928 (CAOM, 7AFFECO26).

27  CAOM, 7AFFFECO26, Rapport mensuel du mois de novembre 1928 sur le fonctionnement du service de l’Assistance médicale du Cambodge.

28  Rapport à l’Assemblée Générale des Actionnaires du 28 juin 1928.

29  Le témoignage le plus connu étant celui du révolutionnaire Tran Tu Binh, qui s’engagea en 1927 sur la plantation Phu Rieng, publié en langue anglaise sous le titre The Red Earth. À Vietnamese Memoir of Life on a Colonial Rubber Plantation, Ohio University, 1985, 90 p.

30  Daniel Hémery in Jean Sagnes (dir.), Histoire du syndicalisme dans le monde, Privat, 1994, 575 p., p. 232.

31  Albert Sarraut, Exposé sur la politique coloniale de la France fait en 1923 à Bruxelles, cité par J.-B. Alberti, op. cit., p. 389.

32  Lettre du Ministère des Colonies (2e Bureau) au Gouvernement Général, 7 février 1928 (CAOM, 7AFFECO26).

33  Voir en particulier la lettre du Gouvernement de la Cochinchine au Gouvernement Général datée du même jour, le 7 février 1928 (CAOM, 7AFFECO26). Il en fut de même après le rapport d’un fonctionnaire tonkinois envoyé dans le sud de la péninsule : voir notamment le courrier adressé par le Gouvernement de la Cochinchine au Résident Supérieur du Tonkin, daté du 9 septembre 1928 (CAOM, 7AFFECO25).

34  Rapport de l’Inspection générale du travail d’Indochine au ministre des Colonies, daté du 9 juin 1928 (CAOM, 7AFFECO26).

35  J.-B. Alberti, op. cit., p. 498.

36  Fiche biographique d’Alexandre Varenne par J. Raymond dans J. Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Les Éditions Ouvrières.

37  Lettre de Varenne au ministre des Colonies, datée du 22 juin 1927 (CAOM, 7AFFECO25).

38  D’autres tentatives furent faites ailleurs dans l’empire : un décret institua ainsi en 1920 en Océanie des syndics et des contrôleurs du Travail (CAOM, 7AFFECO25).

39  La nouvelle réglementation était applicable aux différents pays composant l’Union indochinoise après adoption des arrêtés idoines conformes à la réglementation générale par les gouverneurs locaux. Elle concernait l’ensemble de la main-d’œuvre « indigène » et « asiatique étrangère » sauf les Javanais, travaillant pour des entreprises publiques ou privées, dans le secteur agricole, commercial, industriel ou minier. Signalons toutefois que pour importante que soit l’émergence en elle-même d’une classe salariée, celle-ci était encore très minoritaire, comptant environ 220 000 individus (CAOM, 7AFFECO26, Note sur la main-d’œuvre en Indochine, 2 septembre 1929).

40  Cf. Jean-Pierre Biondi, Les anticolonialistes (1881-1962), Robert Laffont, Les hommes et l’histoire, 389 p., 1992.

41  André Gide, Voyage au Congo, paru en 1927, qui sera suivi dans la même veine par l’ouvrage évoqué supra de Albert Londres, Terre d’ébène.

42  Léon Werth, Cochinchine, publié en 1926, édité récemment avec une présentation de Jean Lacouture, par Viviane Hamy, 1997, 251 p., p. 160.

43  La Cloche fêlée, journal lancé par Nguyen-An-Nimh et Dejean de la Batie, 17 mars 1924, n° 10.

44  Dans la métropole même un journal vietnamien, La Résurrection, publia dans son premier numéro en décembre 1928 puis dans son troisième numéro le rapport très sévère de Delamarre, Inspecteur des affaires politiques en Indochine, sur les plantations Mimot (Cambodge). Extraits publiés dans la réédition des « Souvenirs sur la colonisation » de Félicien Challaye sous le titre Un livre noir du colonialisme, Les Nuits Rouges, 1998, 203 p.

45  Discours de Varenne à l’Institut Colonial de Marseille, publié par Les Cahiers Coloniaux, 30 novembre-7 décembre 1927. Varenne présente et défend à cette occasion son bilan en tant que gouverneur général dans la période s’étendant de juillet 1925 à octobre 1927.

46  Discours de Varenne à l’Institut Colonial de Marseille, publié par Les Cahiers Coloniaux, 30 novembre-7 décembre 1927.

47  Les différents codes parurent entre 1910 et 1927, année même de l’adoption de la réglementation indochinoise. Sur le caractère tardif de l’élaboration du droit du travail en France et le sens à lui donner, voir Norbert Olszak, Histoire du droit du travail, PUF, Que sais-je ?, 1999, 128 p.

48  Note de Monguillot au ministère des Colonies datée du 4 décembre 1927 (CAOM, 7AFFECO25).

49  Article 34 de l’arrêté « portant réglementation sur la protection (...) », op. cit.

50  Maurice Besson, « La législation du travail dans les colonies françaises », Revue Internationale du Travail, avril 1927, volume XV, n° 4, p. 509-533.

51  Maurice Besson, op. cit., p. 515.

52  Ibidem.

53  Ibidem, p. 509.

54  Sur la question de la nature du travail développé sur les plantations et sur le caractère capitaliste ou non de ces dernières, voir Journal of Peasant Studies, 1992, volume XIX, N° 3/4, en particulier l’introduction de Tom Brass et Henry Bernstein, « Proletarianisation and Deproletarianisation on the Colonial Plantation », p. 1-40 et l’article de Martin J. Murray, « ‘White Gold’or ‘White Blood : The Rubber Plantations of Colonial Indochina, 1910-40 », p. 41-67.

55  Paul Monet, op. cit., p. 125.

56  Daniel Hémery dans Jean Sagnes (dir.), Histoire du syndicalisme dans le monde, op. cit.

57  Alain Ruscio, Le credo de l’homme blanc, Éditions Complexe, 1996, 410 p.

58  La Cloche fêlée, 3 décembre 1925, n° 22.

59  La Cloche fêlée, 12 avril 1926, n° 56.

60  Léon Werth, Cochinchine, op. cit., p. 161.

61  Cf. Benjamin Cohen, William B. Cohen, Empereurs sans sceptre. Histoire des administrateurs de la France d’Outre-Mer et de l’École coloniale, Paris, Berger-Levrault, 1973, 304 p.

62  Philippe Devilliers, L’Asie du Sud-Est, Tome II, Sirey, 1971, p. 752.

63  Nommé le 23 août 1928 et entré en fonction à partir du 26 décembre 1928, après une période d’intérim assurée par Maurice Monguillot.

64  Patrice Morlat, Les affaires politiques de l’Indochine (1895-1923). Les grands commis : du savoir au pouvoir, L’Harmattan, 1995, 320 p.

65  Paul Monet, op. cit., p. 111.

66  Ngo Van, Viêt-nam 1920-1945, révolution et contre-révolution sous la domination française, L’Insomniaque, s.d. n.l., 445 p.

67  CAOM, 7AFFECO25, Commentaire sur le tract trouvé le 27 novembre 1928 dans la boîte aux lettres du Bureau de poste Phy-Ly.

68  CAOM, 7AFFECO26, I.G.T., Rapport sur l’émigration et l’immigration ouvrière en Indochine et l’immigration chinoise, s.d. (postérieur à juin 1930).

69  Souligné par nous.

70  CAOM, 7AFFECO25, Note confidentielle du Directeur de la Police et de la Sûreté Générale au RESUP TONKIN, s.d.

71  Ibidem.

72  Circulaire d’avril 1929 citée par Paul Monet, op. cit., p. 122.

73  Ibidem, p. 123-124.

74  CAOM, 7AFFECO26, I.G.T., Rapport sur l’émigration et l’immigration ouvrière en Indochine et l’immigration chinoise, s.d. (postérieur à juin 1930).

75  CAOM, 7AFFECO26, Câblogramme de Varenne à Simoni du 8 octobre 1927.

76  CAOM, 7AFFECO25, GOUGAL à COLONIES, 17 décembre 1928.

77  CAOM, 7AFFECO26, Lettre de Lionel Marie (SICAF) à SIMONI, 30 novembre 1927.

78  CAOM, 7AFFECO25, Mémoire du Comité de l’Indochine au ministre des Colonies, juin 1929.

79  P.V. de la séance du Conseil Économique du Conseil Supérieur des Colonies, 28 juin 1929.

80  Dépêche Coloniale, 18 septembre 1928, Lettre signée des sociétés suivantes : Société des Caoutchoucs de l’Indochine, Société des Plantations des Terres Rouges, Compagnie du Cambodge, Société Indochinoise des Cultures Tropicales, Société des Caoutchoucs de Padang, Société des Caoutchoucs de Binh-Loc.

81  Dépêche Coloniale, 18 septembre 1928

82  Voir par exemple le discours de Monguillot, gouverneur général par intérim, au Conseil de Gouvernement le 19 novembre 1928.

83  CAOM, 7AFFECO26, Rapport semestriel de l’Inspection du Travail de Cochinchine, 16 février 1928.

84  Projet publié en annexe du Livre noir du colonialisme, op. cit. En 1930, la France choisit de s’abstenir sur la question de la suppression du travail forcé qu’elle n’abolit dans les textes qu’en 1947.

85  Voir par exemple CAOM, 7AFFECO25, GOUGAL à RESUP TONKIN, 29 janvier 1929, GOUGAL à MINISTRE DES COLONIES, 25 février 1929.

86  CAOM, 7AFFECO26, Rapport sur l’émigration et l’immigration ouvrière en Indochine et l’immigration chinoise, s.d.

87  Paul Monet, op. cit., p. 113.

88  CAOM, 7AFFECO25, GOUGAL à COLONIES, 17 décembre 1928.

89  CAOM, 7AFFECO26, Lettres de Pasquier au président du Conseil d’Administration de la Compagnie des Caoutchoucs du Mékong et au président du Conseil d’Administration de la Société Indochinoise de Mimot, 6 mars 1929.

90  CAOM, 7AFFECO26, Rapport mensuel…, op. cit.

91  Dont un arrêté sur les détails d’application au Cambodge était en cours de préparation.

92  Par exemple le discours de Pasquier au Grand Conseil des Intérêts Économiques et Financiers de l’Indochine le 22 octobre 1929.

93  CAOM, 7AFFECO25, Note de Monguillot adressée au ministère des Colonies, 4 décembre 1927.

94  CAOM, INDO/NF/2618, Note pour le ministre, ministère des Colonies, Direction Politique, 3e Bureau, s.d.

95  Ibidem.

96  Ibidem.

97  CAOM, INDO/NF/2622 Dossier du ministre Pietri. Notes prises pendant les discours de la Chambre de novembre 1929 à juin 1930, séance du 7 novembre 1929.

98  CAOM, INDO/NF/2618, Note pour le ministre des Colonies, Direction Politique, 3e Bureau, 5 juin 1930.

99  CAOM, INDO/NF/2614, Télégramme de PASQUIER au ministre des Colonies, 19 mai 1930.

100  Ibidem.

101  CAOM, INDO/NF/2618, Note pour le ministre, ministère des Colonies, Direction Politique, 3e Bureau, s.d.

102  Ibidem.

103  Paul Monet, op. cit., p. 116-117.

104  Les communications et les discussions de cette conférence tenue en juillet 1930 furent publiées sous le titre Le malaise actuel de l’Indochine.

105  Félicien Challaye, Souvenirs sur la colonisation, op. cit., p. 90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Boucheret, « Le pouvoir colonial et la question de la main-d’œuvre en Indochine dans les années vingt », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 29-55.

Référence électronique

Marianne Boucheret, « Le pouvoir colonial et la question de la main-d’œuvre en Indochine dans les années vingt », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 01 octobre 2004, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1740

Haut de page

Auteur

Marianne Boucheret

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page