Navigation – Plan du site
DOSSIER

Projets coloniaux et mise en pratique : la politique des « fils » de Sarraut en Indochine dans les années vingt

Patrice Morlat
p. 13-28

Résumé

Albert Sarraut prend à deux reprises la direction du gouvernement de l’Union indochinoise avant de devenir ministre des Colonies. Il y impulse une série de réformes afin de justifier la domination française sur la péninsule. L’équipe de spécialistes des affaires indigènes dont il s’entoure parvient dans les années 1920 au sommet de l’appareil administratif colonial. Ces grands commis mettent en œuvre les projets modernisateurs de Sarraut. Mais si l’Indochine répond en partie aux espérances de la métropole, la politique d’association franco-indigène qu’ils prétendent mener montre rapidement ses limites et celles de la capacité réformatrice du pouvoir colonial.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Indochine

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir Patrice Morlat, Indochine années vingt : le balcon de la France sur le Pacifique, Les Indes S (...)

1La France est présente en Extrême-Orient, au début du xxe siècle, grâce à sa colonie indochinoise. Mais elle a aussi des intérêts au Japon, au Siam, dans les Straits Settlements britanniques, et surtout en Chine où elle est le second investisseur juste derrière l’Angleterre, devant l’Allemagne, le Japon et les États-Unis 1. En fait, l’Indochine lui sert essentiellement de tremplin vers la Chine, de justification pour revendiquer une zone d’influence dans les provinces méridionales chinoises. Mais la Première Guerre mondiale, en mettant en question la présence française sur les berges du Pacifique, pose le problème de la fonction de l’Union Indochinoise au sein de l’empire colonial de la IIIRépublique. Quel projet Albert Sarraut a-t-il conçu pour cette possession éloignée, comment fut-il mis en pratique par ceux qui furent ses disciples ?

L’initiative « sarrautienne »

Un jeune radical de talent au service de la colonisation

  • 2  Les papiers retraçant la carrière politique d’Albert Sarraut ainsi qu’une partie importante de sa (...)

2Albert Sarraut domine la vie politique coloniale indochinoise dans les années dix et celle de l’Empire dans les années vingt. Né le 28 juillet 1872 à Bordeaux, il entre en politique au parti radical en 1898 et passe l’année suivante son doctorat de droit. Il est élu député de l’Aude en 1902, poste qu’il conserve jusqu’en 1924, et dirige à la même époque l’antenne parisienne de La Dépêche de Toulouse. Il entre au gouvernement pour la première fois comme sous-secrétaire d’État à l’Intérieur de mars 1906 à juin 1907 dans les ministères Sarrien et Clemenceau puis occupe les mêmes fonctions à la Guerre de juillet 1909 à novembre 1920 sous les deux ministères Briand 2. En novembre 1911, Albert Sarraut est nommé gouverneur général de l’Indochine par le cabinet Caillaux. Messimy prend la Guerre, Delcassé reste à la Marine et de Selve passe aux Affaires étrangères. C’est dans le cadre de ce cabinet de gauche que se définit le choix du gouverneur général de l’Indochine. Une nouvelle équipe se met en place aux Colonies avec Albert Lebrun comme ministre, Van Vollenhoven comme chef de cabinet, et Albert Sarraut en Indochine.

3Albert Sarraut débarque à Saigon en novembre 1911. La domination coloniale se présente alors sous la forme de l’Union Indochinoise composée de quatre pays de protectorat (le Tonkin, l’Annam, le Cambodge et le Laos), d’une colonie (la Cochinchine) et d’un territoire à bail (Guangzhouwan) dans le Guandong, au sud de la Chine. L’influence franco-indochinoise s’étend dans le Yunan (grâce au chemin de fer Hanoi-Yunnanfou) et d’une façon plus diffuse dans les deux autres provinces méridionales de la Chine, le Guandong et le Guanzi.

Sarraut et ses grands commis indochinois

4Sarraut arrive en Indochine trois ans après l’éclatement de graves troubles. À Hanoi le vieux chef révolutionnaire, le Dê Tham, a tenté d’attaquer la citadelle après l’empoisonnement de la garnison. En Annam, Phan Chu Trinh a mené les manifestations des « cheveux coupés » contre l’impôt. En Cochinchine, Gilbert Chieu anime un réseau d’envoi de jeunes Vietnamiens vers le Japon pour rejoindre Phan Boi Chau. En métropole, un débat s’est ouvert à la Chambre sur la politique coloniale à mener. Dans ce contexte, Sarraut a pour mission d’étudier sur place les conditions de mise en place d’une collaboration franco-indochinoise et d’effectuer un certain nombre de réformes, notamment dans les domaines de l’enseignement et de la justice. Il décide pour cela de s’appuyer sur de jeunes administrateurs coloniaux de talent. Jules Bosc reçoit en 1912 la direction des Affaires Politiques de l’Indochine. Ce choix n’est pas anodin : Sarraut a retenu de son passage au ministère de l’Intérieur la nécessité d’avoir une police politique efficace, moderne et centralisée et Jules Bosc est justement le grand spécialiste des affaires politiques indochinoises. Il a par exemple dirigé le service des Affaires indigènes du Tonkin en 1900.

  • 3  Sur la carrière de ces grands commis de l’Indochine, consulter le fonds des dossiers personnels d’ (...)

5Bosc a appelé à cette occasion auprès de lui de jeunes commis de valeur, tous érudits, maniant les langues et cultures chinoises et vietnamiennes, et pour plusieurs d’entre eux collaborateurs de l’École Française d’Extrême-Orient. Il s’agit de Paul Blanchard de la Brosse, de Pierre Pasquier, de René Robin, de Louis Marty et enfin de Jean Przyluski 3, que nous retrouverons plus tard aux commandes de la colonie. Pour l’heure, en 1908, Blanchard de la Brosse est entré au bureau des Affaires politiques du gouvernement général. C’est à lui qu’est donc revenu de lancer les enquêtes consécutives aux troubles qui ont éclaté, et ce en coordination avec la justice annamite et la cour criminelle de Saigon mais aussi avec la Commission criminelle du Tonkin, juridiction d’exception mise en place pour juger les crimes contre la sûreté du protectorat, à la tête de laquelle se trouvait… Jules Bosc. Les autres commis indochinois se sont retrouvés également à des postes clefs. Louis Marty et Jean Przyluski ont travaillé aux Affaires indigènes du Tonkin, René Robin et Pierre Pasquier ont été tour à tour nommés chef de cabinet du gouvernement général. Ce petit groupe de fonctionnaires des services civils ont donc été chargés de la répression politique. Pierre Pasquier avoua plus tard que c’est bien durant les troubles de l’année 1908 que se sont nouées ses relations d’amitié avec Paul Blanchard de la Brosse. Très concrètement, ils ont travaillé sur les mêmes dossiers ensemble, à Hanoi. Les sièges de la Résidence supérieure du Tonkin et les locaux du Gouvernement général se trouvent d’ailleurs dans le même quartier. Ils se sont donc vus pratiquement tous les jours. Ces jeunes commis, en tissant des relations amicales, en partageant un esprit de corps et une vision commune de la politique indigène à mener en Indochine, ont constitué une sorte de noyau de spécialistes des affaires indigènes.

6En 1912, ils entrent, soit ensemble soit à tour de rôle, dans la nouvelle direction des Affaires politiques mise en place par Sarraut. Jules Bosc fait éliminer la même année le Dê Tham, Jean Przyluski met en place les services secrets indochinois, articulés autour des consulats de France dans le sud de la Chine à partir de l’année suivante. Louis Marty représente lui l’Indochine à Pékin en 1914, pour mener les négociations sur la nouvelle commission mixte franco-chinoise de police à la frontière. L’alliance entre Albert Sarraut, le réformateur colonial radical-socialiste, et l’équipe de jeunes commis qui lient leur sort au sien constitue la donnée dominante de la politique coloniale indochinoise jusqu’à l’arrivée du Front Populaire en 1936.

  • 4  Concernant le mouvement national vietnamien : Charles Fourniau, Annam-Tonkin (1885-1896). Lettrés (...)

7De retour en France en 1914 pour assurer sa réélection dans l’Aude, Albert Sarraut occupe le poste de ministre de l’Instruction publique d’août 1914 à octobre 1915. Cependant, il n’en a pas fini avec l’Indochine. En effet, face à une nouvelle campagne insurrectionnelle au Tonkin et en Cochinchine 4, celle de la Ligue Duy Tan, mais aussi face à des troubles au Cambodge, il est à nouveau envoyé en Indochine à la fin de 1916 pour prendre un second mandat de gouverneur général. Il a pour objectifs de renforcer la participation de l’Indochine à la guerre, de mettre en place la collaboration avec les élites indochinoises en vue d’une marginalisation des mouvements patriotiques vietnamien et cambodgien et, enfin, de conceptualiser le plan d’équipement industriel nécessaire à la mise en valeur de l’Indochine dans le cadre défini lors de la Conférence Maginot.

L’Indochine, une bonne affaire pour une métropole en guerre

  • 5  Albert Sarraut, La mise en valeur des colonies françaises, Payot, Paris, 1923.

8Sous sa houlette, l’aide indochinoise fournit près de 100 000 hommes à la métropole, pour moitié des tirailleurs, ce qui entraîne la création de 17 bataillons indochinois, et pour l’autre moitié des ouvriers. En effectifs globaux, sur les 544 510 combattants fournis par les colonies, l’Indochine, malgré son éloignement géographique et la pénurie de bateaux, arrive en troisième position après l’Algérie et l’AOF. Et elle se situe en deuxième position, derrière l’Algérie, en ce qui concerne les ouvriers spécialisés. L’Indochine se fait également remarquer par sa capacité à fournir des capitaux. En effet, sur le milliard de francs-or versé par l’ensemble des colonies aux emprunts nationaux, elle fournit à elle seule plus de 367 millions de francs-or, dont un tiers versé par les indigènes. En souscrivant pour plus d’un tiers de l’ensemble, elle arrive largement en tête des autres colonies. Il en va de même pour les souscriptions dites libres, et cela pour près de 14 millions de francs-or. Elle prend en plus de tout cela la charge des soldes militaires de ses troupes pour un montant de 60 millions de francs-or de 1919 à 1925 5. Enfin, avec une masse de 336 000 tonnes de matières premières fournies, elle prend la seconde place derrière l’AOF. Le résultat était remarquable.

Une politique indigène au service du mandat colonial

9En 1919, la métropole, victorieuse mais en grande partie détruite, humainement, financièrement et industriellement, se tourne vers l’Union indochinoise pour en faire son balcon sur le Pacifique. Plusieurs facteurs concourent à ce choix. D’abord, la force économique particulière de l’Indochine au sein de l’Empire et sa capacité à développer un commerce excédentaire avec les pays d’Asie, susceptible de fournir à son tour à la métropole un marché pour ses produits manufacturés. Ensuite, l’Indochine offre des perspectives financières à un moment où le milieu bancaire français d’Extrême-Orient est secoué par une crise, avec l’écroulement de la Banque Industrielle de Chine, la liquidation du Crédit Foncier d’Extrême-Orient et les conflits politiques bloquant le renouvellement du privilège accordé à la Banque de l’Indochine. La France est alors privée de sa liberté de manœuvre financière dans la région. Enfin, coup de grâce, la perte des avoirs des emprunts franco-russes, venant s’ajouter aux difficultés bancaires, diminue la capacité de la métropole à tenir un rôle de grande puissance économique en Asie. L’Union indochinoise est donc chargée de représenter les intérêts de la France dans cette partie du monde, économiquement, diplomatiquement et également militairement.

10De son côté, Albert Sarraut, devenu l’homme fort du parti colonial en France, avance en plusieurs occasions sa vision du devenir de l’Empire colonial français. C’est le cas en Indochine, à Hanoi, en 1918 où il proclame que Les colonies sont des États en devenir, et dans son projet de loi d’équipement impérial à la Chambre, en 1921, à l’occasion duquel il affirme que les arrière-petits-neveux accéderont à l’indépendance. Le but affiché est d’amener les possessions françaises à une forme d’autonomie, voire même d’indépendance administrative, au sein d’un système mondial où l’on parle la langue française, où la monnaie française reste un pivot, et enfin où la métropole, faisant l’économie des gestions politiques, administratives et politiques des anciennes colonies, ne profite plus que des avantages économiques d’un négoce mondial centré sur elle. Le profit sans la contrainte ou, pour reprendre des termes sarrautiens : la grandeur sans la servitude !

Les disciples de Sarraut à l’ouvrage

L’équipe formée par Sarraut reprend le flambeau

11Ce cadre général attribué à l’Indochine dès 1919 constitue le champ d’action des nouveaux grands commis de l’Indochine, disciples proclamés de celui qui devient ministre des Colonies, pour quatre années. Ils prennent progressivement en main les rênes de l’Indochine. Arrivent ainsi à la tête des pays de l’Union : Jules Bosc (résident supérieur du Laos en 1918), Pierre Pasquier (résident supérieur de l’Annam en 1921), René Robin (secrétaire général de l’Indochine de 1921 à 1925, puis résident supérieur du Tonkin), Paul Blanchard de la Brosse (gouverneur de la Cochinchine en 1926 après avoir été nommé directeur de l’Instruction publique de l’Indochine en 1924), Louis Marty (résident supérieur du Laos après avoir dirigé le service de Législation et d’administration indigène du gouvernement général de 1920 à 1925 et les Affaires politiques). Enfin, certains parviennent au sommet : Pierre Pasquier en 1926 et René Robin en 1927 assurent l’intérim du gouvernement général de l’Indochine avant de devenir gouverneurs généraux respectivement en 1928 et 1934.

12L’ensemble de la politique indigène des grands commis disciples de Sarraut tend vers un but : aider l’Indochine à réaliser les objectifs impériaux qui lui sont confiés, en d’autres termes mener une politique indigène au service de la mise en valeur. Mais ils se heurtent à l’impossibilité de mener un ensemble de pays comptant plus de 25 millions d’habitants par un groupe ethnique dominant ne dépassant pas les 20 000 individus sans allier à son action une partie importante de la population : son élite. Leur action consiste donc à moderniser cette élite qui, traditionnellement, est constituée par des lettrés confucéens. Il leur faut des chefs d’entreprise, des hommes d’affaires, des intellectuels, journalistes et professeurs, susceptibles d’influencer positivement les masses indochinoises. Louis Marty s’appuie sur Pham Quynh et Nguyên Ba Trac. Il a fait connaissance avec le premier à l’École Française d’Extrême-Orient au début des années dix. Pham Quynh était alors interprète et assure les traductions de la Direction des Affaires Politiques de l’Indochine pendant la guerre après s’être lié d’amitié avec Marty. Il devient un fonctionnaire des Affaires Politiques. Nguyên Ba Trac est lui un révolutionnaire qui a suivi Phan Boi Chau au Japon puis en Chine du Sud. Condamné à mort par le gouvernement général, il se rend en Europe avec le prince Cuong Dê. Il fait partie du groupe de révolutionnaires qui, autour du prince, fait des ouvertures à Sarraut au début de 1914. Après son arrestation à Hong Kong, il est retourné par les Services politiques et décide de travailler pour l’Union indochinoise. Il entre comme Pham Quynh à la Direction des Affaires Politiques avec Louis Marty. À des fins de propagande, ils éditent la revue Nam Phong à la fin de l’année 1917. Dans le contexte de mise en place de la politique d’association, ils fondent en 1919 l’AFIMA (Association pour la Formation Intellectuelle et Morale des Annamites), cercle culturel et social regroupant à Hanoi les nouvelles élites indochinoises.

  • 6  Sur l’instruction publique en Indochine, voir les fonds des Missions Étrangères de Paris, rue de B (...)
  • 7  A propos de l’action coloniale sur la société vietnamienne : Pierre Brocheux, Daniel Hémery, Indoc (...)

13L’instruction revêt une importance fondamentale dans l’émergence d’une nouvelle élite6. Louis Marty, Pierre Pasquier, Pham Quynh, Paul Blanchard de la Brosse jouent un rôle de premier plan dans ce domaine. En 1924, sous la direction de Blanchard de la Brosse qui suit les grandes lignes préconisées par les autres grands commis, il est arrêté que la langue vietnamienne (le quoc ngu) sera enseignée dans le primaire, le français dans le secondaire et le supérieur. Le but est qu’au somment de l’Empire les élites de tous les pays colonisés parlent la langue de la métropole. Les Indochinois sont en outre orientés en priorité vers les fonctions jugées utiles à la mise en valeur, dans les domaines industriels, commerciaux, techniques. Quelques-uns sont appelés à devenir infirmiers voire médecins, et fonctionnaires de l’administration coloniale. L’administration indigène est également modernisée et Pierre Pasquier fonde dans ce sens à Huê, en 1922, l’École des Hautes Études Annamites. S’inspirant de cet exemple, Louis Marty et René Robin mettent en place à Hanoi l’École des Hautes Études Indochinoises, laquelle remplit le même type de fonction mais pour l’ensemble de l’Indochine 7.

L’association politique, projet et mise en œuvre

14Sur le plan de l’association politique, la tâche est plus difficile. Il faut associer les élites à la gestion administrative, financière, commerciale et agricole sans pour autant les faire entrer dans le domaine de la politique. L’administration coloniale doit toujours, dans l’idée de Sarraut, conserver l’initiative des réformes et de leur progression. Or se pose le problème de la participation concrète des indigènes à la fois à la gestion administrative mais aussi aux destinées de la grande possession française. Le traité de Versailles, la création de la SDN, ainsi que la multiplication des conférences pan Pacifique soulèvent la question de la présence de la France dans cette région du monde. La France ne peut parler au nom des Indochinois qu’à partir du moment où elle les représente, au moins dans une certaine mesure. Les grands commis sarrautistes élaborent donc progressivement une théorie de la représentation indigène dans les structures politiques et administratives de l’édifice colonial indochinois. Des notables, dans les communes, au Conseil de Gouvernement, les indigènes présents dans les assemblées doivent représenter les populations qui les choisissent. L’assiette électorale est cependant censitaire et le suffrage indirect. Les adultes masculins payant un impôt suffisant élisent les notables communaux, qui désignent à leur tour les conseillers de district et de province, lesquels choisissent les représentants des assemblées de pays. Enfin, ces derniers envoient au sommet de l’édifice les délégués indigènes au Conseil de Gouvernement. Ce système apparaît dans les rapports et les projets soumis par les Affaires Politiques au Gouvernement général à partir de la seconde moitié des années dix et dans la première moitié des années vingt. Quelle était alors la réalité institutionnelle de l’Indochine ?

15L’appareil consultatif indochinois s’est mis en place, assez rapidement, après la conquête de la Cochinchine. La composition des conseils créés en Cochinchine en 1880 puis dans les autres pays de l’Union reflète la domination de l’exécutif colonial et d’une oligarchie, française et indigène. Ce trait et la définition des attributions de ces conseils permettent de rapprocher ces derniers plus des Comices de la République romaine archaïque que des institutions démocratiques métropolitaines. D’un impact faible sur les populations au moins initialement, le système des conseils s’est installé non pas en tant qu’instrument démocratique et représentatif mais en tant qu’outil de gestion et de décision colonial.

16Les grands commis de l’Indochine tentent alors de combler les manques de l’édifice existant et apportent un certain nombre de réformes, qui vont dans le sens de la Charte indochinoise proposée par Sarraut. René Robin demande à Louis Marty, le 16 avril 1920, de lui fournir un projet de réforme du Conseil colonial de Cochinchine. Le 18 août 1921, Louis Marty adresse une note pour le Gouverneur général dans laquelle il défend l’idée d’un élargissement de cette institution. Le projet de décret, devant passer en conseil des ministres, est arrêté le 9 juin 1922. Il est officialisé le 12 juillet : le collège électoral passe de 1 600 à 20 822 électeurs indigènes et 3 495 français. Parallèlement, en Annam, l’ordonnance royale du 13 mai 1920 institue une Chambre consultative indigène. Enfin, au Laos, l’arrêté du 13 octobre 1920 instaure, sous l’impulsion de Jules Bosc, des conseils consultatifs provinciaux et l’arrêté du 27 avril 1923 installe une assemblée consultative indigène à la tête du pays. Un conseil du royaume de Luang Prabang est également mis en place cette année-là.

La réforme, un temps repoussée, du gouvernement colonial

17Parallèlement aux travaux de réforme du Conseil colonial de Cochinchine et à l’institution de conseils dans les différents pays de l’Union, se dessine un projet de plus grande envergure. Il vise à transformer le Conseil de gouvernement de l’Indochine, lequel serait scindé en deux organismes distincts, le Congrès de l’Union indochinoise – le terme mis à la mode par l’action de Gandhi en Inde – et le Conseil Supérieur de l’Indochine. Maurice Long, le nouveau gouverneur général de l’Indochine, en accord avec Sarraut mais aussi avec René Robin alors secrétaire général de l’Indochine, souhaite modifier l’assemblée suprême, incapable de représenter les nations colonisées rassemblées dans l’Union indochinoise. La plus importante critique porte sur le fait que le Conseil de gouvernement ne comprend que des fonctionnaires ou des membres désignés par le gouvernement général. En fait, il ne satisfait personne. Les Français lui font grief de n’entendre la voix des contribuables appelés à faire face aux charges budgétaires que pour la forme. Les indigènes constatent, de leur côté, que leur représentation est insuffisante. L’idée est donc de faire participer davantage les représentants élus des diverses chambres de l’Union indochinoise.

18L’importance du développement économique de l’Indochine en ce début des années vingt, l’arrivée de capitaux français mais aussi indigènes, imposent une participation accrue de la société civile à la gestion de la colonie. La mort de Maurice Long, à qui succède à la tête de l’Indochine Martial Merlin, fait toutefois traîner le projet en longueur. René Robin ne le présente qu’à la session ordinaire du Conseil de gouvernement de 1924. Le projet de décret est préparé à l’adresse du président de la République le 3 décembre 1924 par Merlin. Mais les problèmes budgétaires de l’Indochine, ajoutés au changement de majorité politique en France, le remplacement du ministre rue Oudinot et les incertitudes sur le nom du nouveau gouverneur général repoussent dans le temps un projet qui n’est cependant pas abandonné. C’est Pierre Pasquier qui le réalise en décembre 1927, sous le nom de Grand conseil des intérêts économiques et financiers de l’Indochine.

La difficile réforme de la commune vietnamienne

19Restait à réformer la commune pour mettre en place l’édifice représentatif indochinois voulu par Sarraut. Ce n’est pas une mince affaire. Louis Marty est favorable à l’élection des grands notables par les paysans contribuables. Mais inquiet de la portée politique que ce type d’élections était susceptible d’avoir, Maurice Monguillot, successeur de Sarraut, ramène le problème à sa seule dimension administrative.

20L’arrêté du 20 juillet 1919 est consacré exclusivement à la réorganisation de l’administration indigène. Un débat semble alors s’ouvrir à la tête de l’État colonial entre Monguillot, Long, Marty et Robin, sur la réforme à apporter aux institutions communales. Le 12 août 1921, Maurice Monguillot sectorialise le problème en réformant uniquement la commune tonkinoise, par la voie de deux arrêtés. Les villages du Tonkin sont désormais dirigés par un conseil administratif communal élu par les paysans majeurs.

L’impérative réforme de la justice

21Un État en voie de modernisation ne pouvait se suffire de codes et de procédures judiciaires pré-coloniaux. Depuis les origines de la colonisation, le pouvoir en place à Hanoi ainsi que ses correspondants du ministère des Colonies à Paris n’avaient eu de cesse réformer la justice indigène. Ces réformes avaient entraîné des discussions âpres parmi les grands commis, mais aussi parmi les politiciens envoyés de France pour gérer la possession asiatique. En gros, une partie criait à l’apprenti sorcier lorsque l’on touchait à l’armature mandarinale classique, une autre souhaitait la garder tout en la faisant évoluer progressivement vers un modèle occidental, et une dernière allait jusqu’à vouloir la faire disparaître dans le cadre d’une assimilation généralisée. Sarraut évolua, passant de la troisième option à la seconde, sous l’influence de ses grands commis.

22Concrètement, la succession de ces différentes politiques avait donné naissance à un canevas judiciaire assez composite. Face à la complexité d’une organisation judiciaire tributaire également de la diversité des pays de l’Union, et face à une justice souvent rendue à la douzaine par des magistrats débordés, Louis Marty entreprend un travail de modernisation de premier plan. Le Service de Législation et d’Administration fait sous sa direction un travail de publication de codes très important, qui constitue en fait la mise en application des réformes Sarraut entreprises durant ses deux mandats. Louis Marty rédige et publie en 1919 un manuel intitulé La Codification tonkinoise, qui touche à l’organisation des tribunaux, la procédure civile et la procédure pénale du Tonkin. L’ouvrage revisite le code de Gia Long en l’adaptant sous la forme d’un Code pénal expurgeant les peines corporelles. Dans la foulée, le Code civil cambodgien est publié en 1920. Le décret du 16 février 1921 institue lui une justice indigène de paix à compétence étendue en Cochinchine, celui du 25 juillet 1923 y établit un corps des juges de paix. En ce qui concerne le Cambodge, un manuel est publié en 1922, préfacé par le secrétaire général Robin, sur la réorganisation de l’administration et de la justice indigènes du pays. Les réformes vont dans le sens d’une politique d’association.

Grandeur et impasses de la politique coloniale en Indochine

La grandeur indochinoise des années vingt

  • 8  Pour les aspects économiques : Patrice Morlat, Indochine années vingt : le balcon de la France sur (...)

23L’Indochine des années vingt répond à bon nombre des espoirs de la métropole. Sur le plan économique, elle sert de base au placement de capitaux, en une période de spéculation sur le franc. De 1924 à 1928, plus de 450 millions de francs-or y sont investis, rapportant des plus-values bancaires exceptionnelles. Dans le même temps, un sérieux coup de pouce est apporté à la production. Celle du riz passe de 1,18 million de tonnes à 1,7 million, celle du maïs de 8 800 tonnes à 64 700, celle du teck de 4 000 tonnes à 14 000, celle du caoutchouc de 2 000 tonnes à 13 000, enfin celle de la houille monte à 1 235 000 tonnes. Il est possible d’estimer, pour une période allant de 1896 à 1928, l’apport financier total de l’Indochine à la métropole (excédent commercial, contributions budgétaires, intérêts des emprunts et plus-values des capitaux investis) à 3,156 milliards de francs-or, soit 54,280 milliards actuels 8.

  • 9  Archives des Affaires étrangères, Fonds Asie 1918-1940 (Indochine, Chine, Siam, Japon, Hong Kong, (...)

24Sur le plan diplomatique, l’Union indochinoise permet à la France de participer à la conférence de Washington en 1922, et plus largement à l’ensemble des conférences sur le Pacifique et à la signature de nouveaux traités de commerce. Elle lui permet également de prendre part à des congrès de médecine tropicale. Grâce à sa colonie donc, la France amoindrie demeure présente dans le Pacifique et en Extrême-Orient, à un moment de montée de l’impérialisme américain dans la région. Par son assistance humanitaire à Tokyo après le grand tremblement de terre de 1923, l’Indochine aide au rapprochement franco-japonais issu de la conférence de Washington. En expédiant plusieurs milliers de coolies vietnamiens dans les plantations françaises du condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides, elle donne aux colons français le moyen de prendre le pas sur leurs rivaux anglais. En envoyant plusieurs milliers de soldats vietnamiens de l’armée coloniale dans la concession française de Shanghai en 1927, elle renforce encore la présence française, face à la montée du Guomindang mais aussi face à ses partenaires américains et anglais aux exigences croissantes. Enfin, avec la construction de la grande station de télégraphie sans fil de Saigon, elle diffuse l’information française librement dans tout l’Extrême-Orient, faisant pièce à la prépondérance de l’agence Reuter 9.

Un État sans devenir

25Ce sont pourtant ces succès économiques et politiques soutenus par les réformes qui anéantissent paradoxalement ceux de la politique indigène. En effet, dans les villes, les élus indigènes faiblement associés à la gestion de l’Indochine se rendent rapidement compte qu’ils sont les dindons de la farce de cette mise en valeur. Les scandales, la corruption, la voracité de certains affairistes français et de leurs alliés vietnamiens ou chinois, lesquels trustent et concentrent les fruits de la croissance économique indochinoise, les choquent. Les élites indigènes, qui ont soutenu les projets de Sarraut, se voient laissées sur le bas-côté du chemin de la prospérité coloniale et se heurtent aux limites de l’association politique, économique et culturelle conçue par lui.

  • 10  CAOM, Fonds des publications périodiques.

26Cette désillusion émerge dans les colonnes de la presse indochinoise. Dès 1924, la presse constitutionnaliste en langue française, non soumise à la censure et à l’autorisation préalable, dont La Tribune indigène de Bui Quang Chieu et L’Écho annamite de Nguyen Phan Long, publient des éditoriaux et des articles qui dénoncent à la fois les magouilles politiciennes liées aux élections des conseils consultatifs et les scandales liés aux attributions des divers monopoles économiques par le gouvernement colonial. Celui du port de Saigon provoque ainsi nombre d’articles. Après 1924, la presse se radicalise avec l’apparition de titres comme La Cloche fêlée de Nguyên Anh Ninh, L’Argus indochinois de Clémenti, L’Essor indochinois de Cao Canh et enfin L’Indochine de Malraux et Dejean de la Batie 10.

27Le plus grand danger aux yeux du pouvoir était arrivé, celui de la concurrence. Ce n’était plus l’administration coloniale qui dirigeait l’évolution du champ politique indochinois à travers des réformes pensées et adaptées aux intérêts français, c’était les associés d’hier qui en revendiquaient de nouvelles en fonction de leurs intérêts propres.

28Les jeunes instruits dans les écoles de la colonisation, qui devaient devenir les piliers de la collaboration, se cherchent alors de nouveaux maîtres à penser. Ils se tournent soit vers de vieux chefs patriotes comme Phan Boi Chau, Phan Chau Trinh et Lê Hoan, soit vers de nouveaux visages comme Nguyên Anh Ninh et Nguyên Ai Quoc. Bientôt, Pham Quynh mais aussi Bui Quang Chieu sont assimilés à l’appareil colonial, et les jeunes générations s’orientent vers une opposition claire et directe au pouvoir colonial.

29Il est également possible, à notre avis, de voir dans l’apparition du Caodaïsme – mouvement syncrétique religieux alliant Bouddha, Jésus-Christ et Victor Hugo entre autres, fondé en 1925 par l’ancien conseiller colonial de Cochinchine Lê Van Trung – la manifestation, sous une forme religieuse, de la désillusion d’un certain nombre de Vietnamiens qui avaient cru dans les promesses de Sarraut. Le soutien des Constitutionnalistes au Caodaïsme, les rapports très critiques à son encontre des commis de la Direction des Affaires Politiques de Hanoi, ainsi qu’une partie même de son message religieux, confirment l’hypothèse d’une tentative de « sortie par le haut » d’intellectuels vietnamiens pris dans la nasse de l’idéologie et des contraintes coloniales.

  • 11  Sur l’histoire de la présence catholique en Indochine : Frédéric Mantienne, Monseigneur Pigneau de (...)

30Dans les campagnes, la réforme de la commune, si elle apparaît dans un premier temps comme un succès, se révèle ensuite comme difficilement applicable voire dangereuse. En effet, les véritables notables sont ceux qui possèdent les terres et les richesses et non ceux qui sont élus ou désignés par l’administration pour tenir les registres cadastraux et les finances de la commune. En fait, ce sont les riches et les lettrés retirés qui continuent de tenir en partie les rênes du village. La réforme apparaît comme dangereuse dans la mesure où elle ébranle l’armature traditionnelle des communes et provoque des critiques de toutes sortes. La revue Nam Phong publie ainsi un grand nombre d’articles, dans la première moitié des années vingt, sur les mauvaises pratiques en usage dans les communes, comme celle qui consiste à offrir des banquets. L’argent dépensé est considéré comme pouvant être mieux utilisé pour la construction d’écoles ou la réfection des infrastructures villageoises. Par ailleurs, les chrétiens et les prêtres se retrouvent souvent en conflit avec les notables et les mandarins lors de conversions 11. Attaqués par les uns, critiqués par les autres, lâchés par l’administration coloniale, les vrais chefs de la commune vietnamienne se retrouvent affaiblis et ne peuvent s’opposer sérieusement à la montée des idées nationalistes et surtout communistes sur le partage des terres.

31Les appareils de répression commencent alors, dès 1925, après l’attentat manqué à Canton contre le gouverneur général Merlin, dans un contexte de progrès de la IIIe Internationale, et face à la persistance d’un mouvement national vietnamien de plus en plus attiré par Moscou ou le Guomindang, à prendre un rôle accru dans les instances du pouvoir colonial. La Direction des Affaires Politiques et la Sûreté générale pèsent d’un poids de plus en plus lourd dans les orientations de la politique coloniale. Les grands commis à l’image de Sarraut lui-même, peut-être sous l’effet d’une certaine désillusion ou par affirmation de tendances personnelles, participent au premier chef à cette radicalisation du pouvoir colonial.

32Ainsi, le projet Sarraut, annoncé officiellement en 1918 à la pagode de Confucius, perd son crédit dès 1924 et se heurte à ses limites en 1926. Deux ans plus tard, en 1928, avec l’assassinat du recruteur de coolies Bazin à Hanoi et avec le crime de la rue Barbier à Saigon, l’opposition violente au projet colonial apparaît au grand jour. Le grain de sable national a grippé la machine impériale. Les disciples de Sarraut, transformés en acteurs de la répression coloniale, sont incapables de freiner un processus qui mène la grande possession française d’Asie vers l’enfer des guerres d’Indochine. Le projet Sarraut n’aura eu le vent en poupe auprès des populations indigènes que l’espace d’un moment.

Annexes

Haut de page

Notes

1  Voir Patrice Morlat, Indochine années vingt : le balcon de la France sur le Pacifique, Les Indes Savantes, Paris, 2001.

2  Les papiers retraçant la carrière politique d’Albert Sarraut ainsi qu’une partie importante de sa correspondance personnelle sont conservés aux Archives de l’Aude, à Carcassonne. Une autre partie au Centre des Archives d’Outre-Mer (CAOM), à Aix-en-Provence (fonds des papiers d’agents). Voir la maîtrise de Agathe Larcher-Goscha, Réalisme et idéalisme en politique coloniale, Albert Sarraut en Indochine (1911-1914), Paris VII, sous la direction de Daniel Hémery.

3  Sur la carrière de ces grands commis de l’Indochine, consulter le fonds des dossiers personnels d’agents au CAOM. Lire aussi Patrice Morlat, Les Affaires politiques de l’Indochine (1898-1922). Les grands commis : du savoir au pouvoir, L’Harmattan, Paris, 1996.

4  Concernant le mouvement national vietnamien : Charles Fourniau, Annam-Tonkin (1885-1896). Lettrés et paysans vietnamiens face à la conquête coloniale, L’Harmattan, Paris, 1989 ; Vietnam, domination coloniale et résistance nationale (1858-1914), Les Indes Savantes, Paris, 2002 ; Christopher Goscha, Thailand and the Southeast Asian Networks of the Vietnamese revolution (1885-1954), Curzon Richmond, 1999 ; Daniel Hémery, « Du patriotisme au marxisme : l’immigration vietnamienne en France de 1926 à 1930 », Le Mouvement Social, janvier-mars 1975 ; Hô-Chi-Minh. De l’Indochine au Vietnam, Découvertes Gallimard, Paris, 1990 ; Patrice Morlat, La répression coloniale au Vietnam, L’Harmattan, Paris, 1990 ; Pierre Brocheux (textes réunis par), L’extrême-gauche asiatique et le mouvement national vietnamien (1905-1925), Lille, PUL, 1981 ; David Marr, Vietnamese anti-colonialism (1895-1925), Berkeley, University of California Press, 1971 ; Georges Boudarel, Phan Boi Chau et la société vietnamienne de son temps, France Asie 199, Paris 1969 ; Mémoires de Phan Boi Chau, Traduction et notes de Georges Boudarel, France Asie 194-195, 1968 ; Louis Marty, Note sur l’agitation anti-française depuis 10 ans et sur le parti nationaliste annamite, Hanoi, 1916, Gouvernement Général de l’Indochine ; Pour contribuer à l’étude des sociétés secrètes en Indochine, Hanoi 1916, Gouvernement Général de l’Indochine.

5  Albert Sarraut, La mise en valeur des colonies françaises, Payot, Paris, 1923.

6  Sur l’instruction publique en Indochine, voir les fonds des Missions Étrangères de Paris, rue de Babylone, et ceux du Grand Orient de Paris, rue Cadet, pour les problèmes liés à la guerre scolaire en Indochine. Lire Patrice Morlat, Indochine années vingt : le balcon de la France sur le Pacifique, op. cit., Trinh Van Tao, L’école française en Indochine, Karthala, Paris, 1995.

7  A propos de l’action coloniale sur la société vietnamienne : Pierre Brocheux, Daniel Hémery, Indochine la colonisation ambiguë, La Découverte, Paris, 1995 ; Nguyen Van Ky, La société vietnamienne face à la modernité, L’Harmattan, Paris, 1995.

8  Pour les aspects économiques : Patrice Morlat, Indochine années vingt : le balcon de la France sur le Pacifique, op. cit. ; Pierre Brocheux, Daniel Hémery, Indochine la colonisation ambiguë, op. cit. ; Gilles de Gantes, Coloniaux, gouverneurs et ministres. L’influence des Français du Viêt-nam sur l’évolution du pays à l’époque coloniale (1902-1914), Thèse de doctorat de l’Université de Paris VII, 1994, sous la direction de P.B. Lafont et Nguyen The Anh ; Marc Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque de l’Indochine, Fayard, Paris, 1990 ; Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, Albin Michel, Paris, 1984 ; Martin Murray, The Development of Capitalism in Colonial Indochina (1870-1940), Berkeley, 1980 ; Paul Bernard, Le problème économique indochinois, Nouvelles éditions latines, Paris, 1934.

9  Archives des Affaires étrangères, Fonds Asie 1918-1940 (Indochine, Chine, Siam, Japon, Hong Kong, Australie, Nouvelle Zélande, Îles océaniques).

10  CAOM, Fonds des publications périodiques.

11  Sur l’histoire de la présence catholique en Indochine : Frédéric Mantienne, Monseigneur Pigneau de Béhaine, MEP Archives et documents n° 8, Paris, 1999 ; Alain Forest, Les missionnaires française au Tonkin et au Siam, L’Harmattan, Paris, 1998.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1735/img-1.png
Fichier image/png, 5,2M
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1735/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Morlat, « Projets coloniaux et mise en pratique : la politique des « fils » de Sarraut en Indochine dans les années vingt », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 13-28.

Référence électronique

Patrice Morlat, « Projets coloniaux et mise en pratique : la politique des « fils » de Sarraut en Indochine dans les années vingt », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 01 octobre 2004, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1735

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page