Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-4

Texte intégral

1D’une domination à l’autre… De l’historicisation des dominations de sexe à celle des fonctions de l’État. Du numéro 84, « Sexualité et dominations » à ce présent numéro 85, « Le pouvoir colonial », les Cahiers d’histoire poursuivent leur enquête sur la diversité des modalités de la domination et des formes du « pouvoir ».

2La question coloniale est revenue ces derniers mois sur le devant de la scène publique. Ce passé récent, vite renvoyé dans le lointain des temps révolus, revient dans le présent d’une société française où nombreux sont ceux qui demandent des comptes sur un passé escamoté et cherchent à mieux le comprendre. Non sans difficultés, des archives s’ouvrent, les historiens peuvent mener des enquêtes neuves. Les derniers livres parus à propos de la torture en Algérie dont « Dossier » propose la lecture par Sharon Elbaz, soulignent à la fois la fécondité et l’acuité des enjeux de ces enquêtes. Au-delà des luttes sanglantes de la décolonisation, la connaissance des pratiques de la domination coloniale prend un tour nouveau. Comme le rappelle Marianne Boucheret dans l’introduction à ce dossier qu’elle coordonne, les séminaires de recherche, les journées d’étude se multiplient. Les domaines de spécialisation, calqués notamment sur le découpage spatial de l’ancien empire, tendent à se décloisonner. Le dossier centre l’enquête sur les formes de l’exercice du pouvoir par la colonie et sur la complexité des relations entre les tenants – divers, rivaux – de l’état colonial et de leurs relations avec les habitants des colonies, colonisés comme colons. Les Cahiers d’histoire sont heureux d’apporter leur contribution au besoin de synthèse qui traverse les études sur la colonisation ainsi qu’à la vaste réflexion en cours sur l’historicité de l’État, ses modes de fonctionnement, ses rapports avec la société dite civile, avec les forces politiques.

3L’analyse du pouvoir colonial s’avère être une façon particulièrement efficace d’aborder, dans ces configurations vécues par les acteurs tour à tour comme spécifiques et exemplaires, la question des responsabilités propres de l’État et de ses agents, acteurs plus ou moins autonomes, passifs ou insoumis selon les temps, les lieux… et les personnalités.

4Par ailleurs, « Chantiers » amène le lecteur vers un autre aspect de l’entre-deux-guerres, qui fut aussi ce moment intense de recomposition aussi bien organisationnelle qu’idéologique pour l’ensemble du mouvement syndical en même temps que pour les organisations politiques. Ici c’est le monde du syndicalisme enseignant, traversé de luttes violentes, de conflits idéologiques permanents qui est analysé à travers le fonctionnement de l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement de 1919 à 1932. Laurent Frajerman aborde avec une infinie précision les rapports de force mouvants, traduction d’âpres rivalités, qui traversent ce milieu fortement politisé où un puissant courant anarcho-syndicaliste – en partie animé par des membres du Parti Communiste – s’oppose aux injonctions de l’Internationale Communiste.

5Le Moyen Âge nous ramène au présent. Dans « Un certain regard...» la critique historienne de deux films récents rencontre l’attrait persistant des cinéastes pour ces temps lointains, propices au développement de vastes paraboles personnelles aux auteurs et faisant plus ou moins de cas des connaissances des historiens. Rencontre toujours difficile du cinéma et de l’histoire, source de bien des déceptions qu’explorent ici dans deux films aux ambitions et aux qualités très différentes nos historiens critiques.

6La rubrique « Débat » plonge elle aussi le lecteur dans les débats du présent à travers ce vaste Moyen Âge, qui, cette fois, n’est pas un temps lointain ! Débats d’historiens certes, mais ils ne manquent pas pour autant de vivacité. Fidèle à son intérêt pour les méthodes et les enjeux de l’histoire (voir notamment ses compte rendus dans « Livres lus » !), et à son parler franc, Guy Lemarchand propose ici une lecture engagée – au sens où elle est délibérément non neutre – du livre de Guy Bois, La grande dépression médiévale des xive et xve siècles. Le précédent d’une crise systémique. Guy Lemarchand salue notamment, dans ce livre qui a été accueilli de façon controversée par les médiévistes, une ambition de compréhension globale et un effort de théorisation dont il déplore en termes piquants l’absence dans nombre d’études contemporaines. Qui commentera l’ambition évoquée ici de ceux qui s’enivrent dans « l’art d’accommoder les queues de cerises » ou les « insuffisances de l’empirisme historique » ? Il est à souhaiter que cette vive incitation à la réflexion sur les pratiques historiennes contribue à vivifier un débat si nécessaire à la discipline dont les Cahiers d’histoire seront heureux d’accueillir les échos dans ces pages.

Haut de page

Annexe

Bonne lecture et donc, chers/es lecteurs et lectrices, à vos plumes !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 3-4.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 01 octobre 2004, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1732

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page