Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-François Labourdette, Histoire du Portugal

Paris, Fayard, 2000, 704 p.
Michel Zylberberg
Référence(s) :

Jean-François Labourdette, Histoire du Portugal, Paris, Fayard, 2000, 704 p.

Texte intégral

1Pendant longtemps, les Français qui s’intéressaient à l’histoire du Portugal n’ont connu que quelques épisodes faute d’une histoire globale. Cela portait sur la Reine Morte, victime d’un roi en 1355 et qui fut mise en scène par Montherlant, la conquête d’un empire à partir surtout de l’arrivée aux Indes de Vasco de Gama, du tremblement de terre de Lisbonne en 1755 qui impressionna énormément Voltaire et bien entendu de la Révolution des œillets en 1974 qui mit fin au régime autoritaire en place depuis près de cinquante ans et qui fut à l’origine de la naissance de la démocratie libérale. C’est depuis une dizaine d’années que des histoires sur cette partie de la Péninsule ibérique apparurent. Ce fut le cas, entre autres, de Robert Durand et de Jean-François Labourdette, spécialiste de l’histoire moderne qui avait rédigé un petit ouvrage sur l’histoire du Portugal publié dans la collection Que sais-je ? en 1995. Ce dernier vient nous donner un livre beaucoup plus considérable qui dépasse les sept cents pages et qui nous permet d’avoir une connaissance fondamentale de toutes les périodes de ce pays même si, pour lui, le Portugal ne débute vraiment qu’au milieu du xiie siècle. Il est vrai qu’auparavant, que ce soit la période préhistorique, la conquête romaine, les invasions barbares et la pénétration des Arabes à partir de 711 – encore que sur cette période un livre vient de paraître – il n’existe guère de nombreux documents sur ces moments. Il nous présente donc avec beaucoup de précisions la création en 1140 du premier roi du Portugal qui met en place un système féodo-vassalique, la crise du xive siècle et l’arrivée d’une nouvelle dynastie, celle des Avis. Pour Jean-François Labourdette qui met en question l’historiographique classique portugaise, le soulèvement contre l’ancienne dynastie n’est pas le résultat d’un affrontement entre deux classes, noblesse contre masses populaires, mais celui de deux partis recrutés dans toutes les couches de la population. Cette conception selon laquelle les masses populaires ne jouent pas un rôle dirigeant, l’auteur la reprend à plusieurs reprises. Au xve siècle éclate une guerre civile, mais pour l’auteur, il s’agit d’un conflit entre la grande et la petite noblesse, cette dernière appuyant le roi Jean II contre l’aristocratie nobiliaire, le Tiers-état demeurant à l’écart.

2Il en va de même, selon lui, dans l’histoire contemporaine. En 1820 éclate une nouvelle révolte contre le système absolutiste et qui est imprégnée par la Révolution française. Une Constitution sera mise en place en 1822. Or, pour Jean-François Labourdette, la paysannerie portugaise qui à cette date représente la majorité de la population portugaise y est farouchement hostile car elle serait très favorable à la monarchie absolue contrairement à la bourgeoisie qui serait profondément marquée par les événements révolutionnaires français. Et quand, dans les dernières décennies du xixe siècle, un mouvement républicain prend naissance, cette même paysannerie profondément catholique serait indignée par l’anticléricalisme des républicains. Mais peut-on vraiment penser que toute la paysannerie adopte ce comportement ? L’auteur lui-même nous indique qu’il existe de profondes différences entre les paysans du nord du pays qui possèdent de petites exploitations et ceux du sud, qui, en très grande majorité, sont des ouvriers agricoles travaillant au service de l’aristocratie.

3Passant au xxe siècle, Jean-François Labourdette a longuement présenté le régime de Salazar, l’Estado Novo. Il s’appuie en particulier sur les écrits de Salazar qu’il cite à de très nombreuses reprises et beaucoup plus que les autres protagonistes de l’histoire du Portugal. Et l’auteur manifeste une certaine sympathie pour Salazar, considéré comme un excellent dirigeant pendant les premières décennies de son régime même si, dans ses dernières années, il commencerait à faire des erreurs. Ce personnage récuserait toute forme de totalitarisme, affirmerait que l’Estado Novo serait un État de droit avec deux valeurs essentielles, Dieu et la Patrie. Celui que l’on considère comme un dictateur bénéficierait selon l’auteur de l’appui constant des nouvelles générations pour lesquelles l’essentiel serait de maintenir l’ordre et l’autorité.

4En ce qui concerne sa politique étrangère, pour Jean-François Labourdette, c’est « avec justesse » que Salazar déclarait que la nation portugaise lorsqu’elle intervenait en Europe le faisait rarement pour défendre ses intérêts vitaux. En conséquence, Salazar pendant la Seconde Guerre mondiale décida que le Portugal devrait demeurer neutre et ne s’allier ni avec la Grande-Bretagne ni avec l’Allemagne hitlérienne. Toujours d’après l’auteur, Salazar réussit à empêcher Franco, le dictateur espagnol, de s’allier avec l’Italie et l’Allemagne qui, pourtant l’avaient aidé à vaincre la République. Franco aurait donc refusé d’entrer dans tout conflit avec les puissances de l’Axe. Pourtant, nous le savons bien, le Caudillo envoya des troupes combattre l’Union soviétique en alliance avec l’Allemagne nationale-socialiste. Quant à Salazar, fut-il d’une hostilité à toute épreuve envers Hitler ? L’auteur nous indique que le Portugal mit sur pied un « commerce de contrebande » qui lui permit d’envoyer à Hitler du wolfram et de l’étain, ce qui permettait à la Wehrmacht de disposer de matières stratégiques qui lui permettaient de combattre les puissances alliées, que ce soit l’Union soviétique ou le Royaume-Uni. Peut-on vraiment parler de contrebande quand le régime portugais ne s’y oppose pas le moins du monde ? Cela n’empêche pas Jean-François Labourdette de faire savoir, contrairement à d’autres historiens, que Salazar n’avait aucune sympathie pour les puissances de l’Axe.

5La Révolution des œillets que nous décrit avec beaucoup de précisions l’auteur permet enfin la mise en place d’une démocratie qui va devenir ensuite un des membres de l’Europe. Le Portugal au début du xxie siècle peut désormais devenir l’égal des grandes puissances européennes même s’il est affecté par un certain nombre de maux, notamment démographiques car il possède toujours une vocation impériale. Mais est-ce vraiment ce terme qui permettra l’entente entre l’Europe et les anciennes colonies portugaises, que ce soit le Brésil, l’Angola ou le Mozambique ?

6On ne peut donc pas accepter toutes les affirmations de Jean-François Labourdette. Mais désormais on ne pourra pas, lorsqu’on voudra approfondir les réalités anciennes et modernes du Portugal, se passer de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Zylberberg, « Jean-François Labourdette, Histoire du Portugal », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 13 novembre 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1730

Haut de page

Auteur

Michel Zylberberg

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page