Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Thomas Bouchet, Le roi et les barricades, une histoire des 5 et 6 juin 1832

Paris, Seli Arslan, 2000, 224 p.
Maurice Genty
Référence(s) :

Thomas Bouchet, Le roi et les barricades, une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, Seli Arslan, 2000, 224 p.

Texte intégral

1Sous ce titre, l’auteur entreprend, non pas le récit en soi-même des 5 et 6 juin 1832, mais l’histoire des représentations que s’en sont faites leurs acteurs et leurs contemporains d’abord, puis les mouvements politiques et les historiens, ainsi que divers écrivains. Pourquoi ces journées apparaissent-elles comme « un événement (…) indéterminé, simple péripétie entre les révolutions de juillet 1830 et de février 1848 » (p. 7) ? Pourquoi n’ont-elles « jamais été intégrées au cours de l’histoire » (p. 8) ? Et pourquoi leur souvenir a-t-il été peu à peu oublié ? C’est à ces questions que l’auteur s’efforce de répondre.

2Reconstruire l’événement des 5 et 6 juin 1832 apparaît comme une gageure – « un récit introuvable » (p. 26) –, en écrire « une histoire totale » (p. 10) comme une entreprise impossible. L’historien dispose sans doute de milliers de données, mais éparses, « petits morceaux (…) mal ajustés » (p. 19), pièces officielles ou récits émanant d’acteurs, de témoins et de contemporains immédiats, auteurs d’articles de journaux ou de lettres privées, les unes et les autres également « faibles ou inachevées » (p. 39), donnant des versions multiples de l’événement ; l’auteur y ajoute des données concernant l’origine socioprofessionnelle et géographique des insurgés tués au combat et des prévenus jugés ensuite, ainsi que les déclarations faites par ceux-ci lors de leur procès, sans qu’il soit toujours possible de préciser leurs véritables motivations. Ainsi ne peut être dissipé le « flou » qui a pesé dès l’origine sur la nature et l’identité de ces journées. Du côté du régime, après la mise en avant de la thèse d’un complot unissant les légitimistes et les républicains, l’idée d’une insurrection républicaine est bien vite affirmée. Pourtant, « les chefs républicains n’hésitent pas à se désolidariser des insurgés », considérant les 5 et 6 juin « comme un gâchis sur le plan humain et sur le plan politique » (p. 55) ; comme « un événement pour rien » (p. 65). « Les polémiques les plus âpres » portent cependant, plutôt sur les responsabilités, « sur les formes de la répression », plaçant les vainqueurs dans la position d’accusés ; ce « malaise partagé des défenseurs du régime et de leurs opposants traditionnels » explique la mise à distance de ces journées, dont le souvenir, dès juin 1833, « tend à ne plus se traduire que sous la forme de micro-événements » (p. 118).

3L’auteur traque ensuite le destin que ces journées connurent depuis tant sur le plan politique que sur le plan littéraire. Sous la Monarchie de Juillet, après les insurrections d’avril 1834, qui bénéficièrent d’une « identité nette » (p. 121), celles de juin 1832 firent pâle figure. Dès lors, « le silence gagne et l’oubli progresse » ; c’est « le temps de la mémoire éclatée, des résurgences ponctuelles » (p. 127). Cependant, c’est dans les années 1840 que sont publiées les deux seules synthèses utilisables dans le travail d’interrogation de l’événement, les Mémoires de l’ancien préfet de police de juin 1832, Gisquet, favorable au régime, et l’Histoire de dix ans de Louis Blanc, qui devint la référence républicaine, tandis que trois romanciers approfondissent le « travail d’écriture de l’événement » (p. 138), Stendhal dans Lucien Leuwen, G. Sand dans Horace et Balzac dans plusieurs ouvrages.

4La IIe République allait représenter « un rendez-vous manqué » (p. 143) ; si « la première tentative de réactualisation publique du souvenir » des journées de juin 1832 s’ébauche alors, celles-ci sont « évacuées de l’axe républicain modéré » après les journées de juin 1848 – qui amènent la République à renier son passé insurrectionnel – ne restant « vivaces que dans les milieux plus extrémistes » (p. 150), qui organisent encore leur commémoration en juin 1849.

5Avec le Second Empire, ce ne sont d’abord que de « rares références qui apparaissent dans des recueils de souvenirs » (p. 155), ceux notamment de G. Sand et d’A. Dumas. C’est alors pourtant, en 1862, que V. Hugo allait faire revivre et immortaliser le souvenir de juin 1832 dans Les Misérables, mais le roman « masque les 5 et 6 juin autant qu’il les révèle » (p. 173) et « l’événement d’origine tend (…) à devenir méconnaissable » (p. 178). Après le Second Empire, les résurgences de juin 1832 demeurent rares dans l’histoire française ; paradoxalement, son souvenir n’a pas été mobilisé pendant la Commune de Paris et les rares échos qui se font entendre « résonnent plutôt après (son) écrasement (…) davantage sur le versant du mythe que de l’histoire » (p. 181). Puis, si quelques vagues références aux 5 et 6 juin 1832 sont repérables au xxe siècle, elles sont « si profondément dissociées de l’événement (…) qu’elles perdent presque tout intérêt » (p. 182).

  • 1  Michel-Antoine Brunier et Patrick Rambaud, Les complots de la liberté (1832), roman historique, Pa (...)

6Ainsi, « Les 5 et 6 juin sont essentiellement devenus l’affaire des historiens » (p. 183) – bien qu’un roman relativement récent ait pris ces journées pour thème1, mais « les récits et les interprétations n’évoluent guère » (p. 183) ; ils n’ont d’ailleurs donné lieu à aucune publication en tant que tels », plutôt abordés dans les histoires du républicanisme et du mouvement ouvrier, de sorte que leur identité reste incertaine et qu’ils demeurent « inclassables » (p. 187), « émeute, révolte, insurrection ? Républicaine, ouvrière, les deux à la fois » ? (p. 185) . C’est sur cette interrogation que conclut l’auteur au terme d’une étude exemplaire par sa méthode, mais qui, comme il le reconnaît lui-même, dépasserait les forces d’un chercheur isolé pour des événements moins limités.

Haut de page

Notes

1  Michel-Antoine Brunier et Patrick Rambaud, Les complots de la liberté (1832), roman historique, Paris, Grasset, 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Genty, « Thomas Bouchet, Le roi et les barricades, une histoire des 5 et 6 juin 1832 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 12 novembre 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1729

Haut de page

Auteur

Maurice Genty

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page