Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Christine Le Bozec, Lemonnier, un peintre en Révolution

Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2000, 180 p.
Claude Mazauric
Référence(s) :

Christine Le Bozec, Lemonnier, un peintre en Révolution, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2000, 180 p.

Texte intégral

1Le peintre rouennais Gabriel Lemonnier parcourut en quelque sorte deux vies successives. Cette donnée, à elle seule, justifiait les deux moments clairement identifiés de l’excellent livre que Christine Le Bozec a consacré à cet artiste réputé, devenu dans le second temps de son existence, à 48 ans en 1791, un surprenant gestionnaire d’œuvres d’art au service du public et de l’État après avoir exclusivement exercé son talent au crayon et au chevalet pendant presque un quart de siècle !

2Né le 6 juin 1743, à Rouen dans une famille de négociants aisés, Gabriel Lemonnier eut la chance de bénéficier dès sa plus tendre enfance de trois avantages objectifs qui en firent un héritier et ont scellé sa « vocation » d’artiste et d’amateur d’art : d’abord s’inscrire par sa naissance dans le sillage du célèbre Jouvenet (1644-1717) auquel sa famille était liée et qui était devenu, en 1705, directeur de l’Académie royale de peinture, puis de profiter de l’enseignement du non moins célèbre Jean-Baptiste Descamps, fondateur en 1741, à Rouen, de la première « École gratuite de dessin » créée en France ; de vivre et de s’instruire ensuite dans une cité qui devint dans la seconde moitié du xviiie siècle l’un des lieux les plus intenses de la vie culturelle provinciale du royaume (peinture et dessin, musique, théâtre, édition, sciences et techniques…) ; de se trouver en 1765, enfin, aspiré, au vu de son talent et de ses protections, par l’Académie au sein d’un groupe de jeunes artistes, parmi lesquels il côtoya son condisciple David, sous le magistère de son maître Vien. À Paris, Lemonnier compléta sa formation sans négliger pour autant de fréquenter les salons, comme celui de Mme Geoffrin où il croisa les philosophes et gens du beau monde. Couronné Prix de Rome (contre David !) en 1772 (1770, en réalité), Lemonnier intégra ensuite de 1775 à 1784, en deux séjours séparés, comme pensionnaire, l’Académie de France à Rome. De retour en France, on l’élit membre de l’Académie royale de peinture et sculpture ; la consécration d’une vie, la première.

3La notoriété du peintre, en son temps, se fit considérable et, de 1785 à 1791, sa production abondante. À la contempler aujourd’hui, on lui trouvera ce cachet « académique » qui dénote le bon faiseur sans génie, qui sait se plier dans tous les genres (la peinture d’histoire et l’allégorie, le portrait, le dessin) à toutes les règles édictées par le grand et le petit goût et trouver le meilleur parti expressif, le discours pictural ad hoc. Christine Le Bozec, qui se défend modestement et on ne sait pourquoi d’être une « historienne d’art », nous suggère fort bien le talent ordonné et subtil d’un peintre, dont, hélas !, les deux œuvres majeures ont disparu sous les bombardements de Rouen au cours de la Seconde Guerre mondiale : « Hommage à Louis XVI », véritable portrait du roi en groupe, commémorant la visite que ce dernier fit à la ville de Rouen le 28 juin 1786 à l’occasion de son seul voyage dans son royaume, et l’immense toile consacrée au « Génie du commerce » (8,25 m, 4,62 m), commencée en 1786, esquissée en 1789 et présentée au public le 26 mai 1791. Ces deux œuvres ont disparu dans la tourmente et l’incendie de la Chambre de commerce de Rouen du 31 mai 1944. Heureusement, de cette dernière toile, nous restent une première esquisse (1787) conservée au Musée des Beaux-Arts de Rouen, des descriptions et photographies et la gravure, conservée à Montréal, qu’en tira le graveur Levasseur (1734-1816).

4Le « Génie du commerce » commandé par le négoce de Rouen et dont l’inspiration est puisée dans le contenu de l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal peut être qualifié d’œuvre apologétique, destinée à célébrer les mérites du puissant milieu de négoce et de banque qui dominait la vie rouennaise. Mais cette apologie devait prendre la forme d’une exaltation, sur fond de brume marine et d’activités portuaires, des avantages du marché, de la mer libre, de l’échange libéré, créateur d’abondance, d’indépendance et de bonheur pour les individus, de croissance et de progrès technique et scientifique, d’union entre les « nations » ; cependant s’y remarquent l’inégal développement, la passion dominatrice de ceux qui définissent la règle (l’Europe), l’Amérique dévoilée qui aspire à dominer son avenir prometteur, la douleur obscure de l’Afrique, à peine camouflée derrière l’Inde fascinante et rétive à la puissance de l’Angleterre. La charge idéologique de l’œuvre est évidente : Lemonnier, qui était proche des milieux libéraux portuaires où la Gironde et les Brissotins rencontrèrent leurs meilleurs soutiens, sut exalter la révolution libérale et fondatrice des premières années : mais in extremis car la révolte des esclaves à Saint-Domingue, après celle des « hommes de couleur », est exactement contemporaine de l’exposition de son tableau à Rouen !

5La mise à la disposition de la nation des biens du Clergé, c’est-à-dire leur nationalisation, leur séquestre et leur vente possible ou leur attribution à des organismes publics conduisaient à une formidable mobilisation de richesses foncières, immobilières et mobilières : parmi ces richesses, l’immensité des biens mobiliers des églises et des monastères, objets du culte, tableaux, sculptures, ferronneries, surplis et étoles, tissus divers… Rouen, la cité aux cent clochers, avec ses 37 paroisses intra-muros et les extérieures, ses dizaines de couvents, ses établissements ecclésiastiques de toute sorte, offrait une incroyable panoplie de tous ces biens accumulés depuis le xiie siècle. Les disperserait-on ? Que pourrait en être la braderie ? Paris absorberait-elle le meilleur du lot ? C’est ici qu’apparaît le second Lemonnier de Christine Le Bozec. Simultanément à Paris dans l’été de 1791, quand il est désigné membre de la Commission conservatrice des monuments qui se réunit au Louvre et qui deviendra sous la Convention, après de rudes débats, la Commission temporaire des Arts, commission au sein de laquelle il siègera jusqu’en mars 1794, comme à Rouen où il est appelé à faire partie d’un petit groupe chargé par le Département de la Seine-inférieure d’inventorier et de proposer le dépôt public des œuvres d’art, Lemonnier se fait expert, administrateur, conservateur. Des 758 œuvres dont il proposera la classification comme nous dirions, le Département en retint 141 qui se trouvèrent un temps entreposées dans la nef de l’abbatiale Saint-Ouen avant de gagner d’autres lieux muséaux et le reste se trouva tantôt dispersé, tantôt attribué à des administrations où il arrivait encore récemment qu’on les puisse retrouver. Poursuivant parallèlement mais très mollement, son métier de peintre, Lemonnier se consacrait de plus en plus à sa nouvelle passion de conservateur et d’expert : 6 œuvres peintes entre 1793 et 1814 contre 24 entre 1772 et 1793 ! En 1797, il devint membre du jury-conseil de l’Administration du Muséum central républicain et l’année précédente, il avait signé la pétition de Quatremère de Quincy au Directoire l’appelant à la circonspection à propos du déménagement des œuvres d’art de Rome à quoi l’on paraissait devoir se soumettre malgré le prévisible scandale en Europe ! Échouant en 1808 dans sa tentative de devenir directeur de l’Académie de France à Rome, il eut par contre la satisfaction d’être nommé en 1810 par l’Empereur administrateur de la manufacture impériale des Gobelins d’où le chassèrent, en 1816, les ultras de la Seconde Restauration. En 1821, trois ans avant sa mort survenue le 17 août 1824, il légua sa collection personnelle au Musée de Rouen qu’il avait contribué à fonder et à approvisionner en œuvres diverses – provenant notamment des rapines opérées en Italie sous le Directoire et le Consulat – bien avant son ouverture au public en 1809. Son fils Hippolyte poursuivit au bénéfice du Musée des Beaux-Arts de Rouen cette entreprise de donation qui explique en partie sa grande richesse d’aujourd’hui en œuvres anciennes et du xviiie siècle.

6Lemonnier vécut en homme de son temps, « au cœur des débats de son temps » dit excellemment C. Le Bozec. Sans doute a-t-il connu les limites de son imagination et de son talent de peintre mais il n’a pas méconnu la valeur éducative de l’art dans une nation qui prétendait refonder les bases de son identité politique et culturelle par la prise en considération critique de ses héritages de longue durée, matérialisés par la succession et la magnificence des œuvres d’art. Lemonnier ne resta donc pas extérieur – à la différence de son maître Vien qui émigra dès 1791 – à la passion collective du nouveau qui traversa la France. Inséré dans sa ville mais ouvert aux plus larges horizons comme son contemporain Vivant Denon – lequel sut manifester cependant, comme artiste et comme rassembleur de collections, cette once de génie dont Lemonnier fut privé –, l’artiste rouennais se donne comme un modéré en tout : mais ce modéré devint lui aussi, à sa façon, un enfant exemplaire de la France révolutionnée.

7La monographie de Christine Le Bozec, consacrée à nous redonner un Lemonnier sorti de l’obscurité, est fondée sur une bibliographie étendue et efficace et l’utilisation de sources d’archives exploitées jusqu’ici de manière surtout globale. Écriture cursive (peut être trop !), démonstration alerte (on reste quelquefois sur sa faim !), originalité de la démarche, voilà bien un ouvrage qui éclaire la période révolutionnaire et impériale d’une lumière qui rompt avec les clichés encore trop complaisamment répandus. Du coup cette monographie précieuse vient à son heure pour compléter nombre de travaux récents de recherche comme, par exemple, Musée, Nation, Patrimoine 1789-1815 de Dominique Poulot, paru en 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Mazauric, « Christine Le Bozec, Lemonnier, un peintre en Révolution », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 12 novembre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1727

Haut de page

Auteur

Claude Mazauric

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page