Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Anne Jollet, Terre et société en Révolution. Approches du lien social dans la région d’Amboise

C.T.H.S., Paris, 2000, 549 p.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

Anne Jollet, Terre et société en Révolution. Approches du lien social dans la région d’Amboise, préface de M. Vovelle, C.T.H.S., Paris, 2000, 549 p.

Texte intégral

1Prenant un terrain d’étude volontairement réduit, 16 communes rurales du Val de Loire de part et d’autre du fleuve, soit en 1794, 10 000 habitants, et une petite ville au centre, Amboise (5 500 habitants), l’auteur n’a pas cherché à faire une monographie régionale classique. Elle a établi une problématique en bonne partie neuve : la recherche du lien social à la fin du xviiie siècle. Elle a tenté d’y répondre en mettant en œuvre des sources sérielles chiffrées volumineuses et habituelles en histoire sociale : rôles de taille, actes de l’Enregistrement, PV de vente des biens nationaux, actes notariés. D’emblée l’ouvrage s’impose par sa sûreté méthodologique : les comptages sur les documents, souvent arides comme le relève M. Vovelle dans sa préface, s’appellent les uns les autres et peu à peu les comportements humains ainsi que leurs transformations sur près de 40 ans, de 1780 à 1811, se précisent au fil des pages. Elle innove d’ailleurs volontiers dans le traitement de ces sources. Ainsi, en ce qui concerne la majorité des taillables dont la profession n’est pas précisée dans les rôles, elle établit par comparaison entre les rôles et en rapprochant les noms des cotes d’impôt et de leur localisation qu’il s’agit essentiellement de pauvres vivant de petites occupations, surtout des veuves et quelques femmes célibataires. Dans l’analyse des actes du Centième Denier et de l’Enregistrement, elle distingue le nombre des occurrences (mentions de noms des participants à une transaction) et le nombre des individus acheteurs et vendeurs, un même homme pouvant participer à plusieurs opérations, ce qui permet de saisir la totalité de ceux qui se sont intéressés au marché et avec quelle intensité ils l’ont fait. Elle ne craint pas non plus de reprendre des discussions et des schémas interprétatifs des années 1950-1970 que certains, d’inspiration en fait idéaliste et libérale, jugeront comme appartenant à une conception de l’histoire dépassée, et elle s’appuie dessus tout en allant plus loin dans la réflexion afin de caractériser avec plus de précision et de profondeur le type de la société du xviiie siècle et de façon à lier plus fortement entre elles division en ordres et division en classes. Telle est l’évocation des débats sur la définition des catégories sociales de l’Ancien Régime remontant dans l’exposé historiographique au rapport fameux d’E. Labrousse de 1955 en passant par A. Soboul jusqu’aux travaux récents de R. Chartier (1998), ou bien encore le schéma de l’évolution de la répartition de la propriété foncière pendant la Révolution d’après la thèse de G. Lefebvre. Enfin, loin de s’enfermer dans son quartier de Touraine, A. Jollet procède aux comparaisons interrégionales indispensables et éclairantes : pour le marché foncier avant et après 1789 avec la Beauce de G. Béaur, pour la vente des biens nationaux avec l’Eure de B. Bodinier, la Haute-Marne de J.‑J. Clère ou le Domfrontais de J.‑C. Martin. Du même coup, elle peut aborder de grandes questions concernant la période et les changements apportés par la Révolution, par exemple la thèse défendue par P. Bois selon laquelle l’Ouest aurait été le théâtre d’une opposition systématique et favorable à la Contre-Révolution entre paysans, furieux entre autres d’être frustrés par la mainmise des citadins lors des enchères sur les biens d’Église et les biens d’émigrés, et les bourgeois bénéficiaires de l’opération. A. Jollet montre que rien ne vient confirmer ici une telle interprétation, ni dans la répartition des acquisitions entre catégories sociales, ni dans les événements, aucun incident entre candidats à l’achat ne pouvant être relevé et aucune plainte sur un accaparement éventuel des biens n’étant rapportée.

2Après la présentation géographique du milieu, des terres pauvres, fortement peuplées cependant, où la vigne de faible notoriété et le fleuve comme artère commerciale apportent un peu de richesse, et une ville administrative sans grand négoce et aux manufactures endormies, la première partie du livre dresse d’abord le tableau de la société à la fin de l’Ancien Régime à partir de la répartition professionnelle et de l’échelle relative des cotes fiscales. On distingue ainsi d’après l’appellation individuelle avec ou sans marque d’honneur, les métiers et le niveau d’impôt, quatre couches dans la population. Au sommet sont les nobles dont certains possèdent plusieurs centaines d’hectares et une Église assez riche globalement avec 8 % du sol. Puis viennent classiquement les roturiers pour lesquels le critère premier de distinction est la division entre travailleurs manuels, réputés inférieurs même à revenu confortable, et les « marchands » plus prestigieux mais qui peuvent n’être que de petits entrepreneurs à bas revenus. Le Tiers-état se divise lui-même en une élite de bourgeois divers et de grands fermiers, marchands de produits agricoles, les artisans et boutiquiers établis principalement à Amboise dont les plus nombreux travaillent dans le textile et ne sont guère plus riches que les manouvriers, avec pourtant les tonneliers qui réussissent à sortir de la basse médiocrité, et, de loin majoritaires, les paysans constitués de laboureurs sans grande aisance, de parcellaires et de petits vignerons dont quelques individus atteignent un niveau confortable. Dernière couche : celle des pauvres (20 % des actifs et davantage sans doute avec les mendiants, quoique A. Jollet ne se pose pas assez la question), des journaliers et surtout des veuves.

3Quels liens existe-il entre ces divers groupes ? Il y a d’abord selon l’auteur les rapports créés par la proximité physique : vie familiale avec parents et ménages rassemblés dans le même logement constitué le plus souvent d’une seule pièce d’habitation, voisins qui partagent la même cour ou le même chemin d’accès, travail aux champs étant donné l’enchevêtrement du parcellaire et la densité de l’habitat qui rapprochent les villageois. S’ajoute la proximité morale créée par la faiblesse des écarts sociaux, par l’homogénéité des activités avec la prédominance écrasante de l’agriculture et la diffusion de la vigne, alors que les bourgeois résident pour la plupart à Amboise. Mais A. Jollet va plus loin dans l’analyse en étudiant les rapports économiques vus à travers les échanges de biens immobiliers causés par les héritages et par la volonté des acteurs de regrouper leurs fonds, à travers surtout les quittances de 1791 déposées au contrôle des Actes et à l’Enregistrement de la ville. Dû aux prêts, aux rentes et aux baux fonciers, le mouvement des paiements met en relation les différentes catégories de la population. Les paysans sont les plus nombreux, mais pour des sommes modestes, et les bourgeois y figurent évidemment pour les montants les plus élevés. La circulation des fonds est inégale suivant les lieux : la ville réunit 65 % des sommes pour lesquelles il est donné quittance, mais nombre de paroisses rurales arrivent à des chiffres qui dépassent nettement leur poids dans la population de la région. Dans le même esprit, on remarque qu’un quart des échanges de terre ont lieu entre gens de communes différentes. Par là l’auteur fait saisir l’ouverture et la monétarisation de l’économie régionale, y compris les campagnes, et l’importance de la ville. Celle-ci apparaît bien comme le lieu par excellence, mais non exclusif, de l’accumulation capitaliste, car une part de l’argent des campagnes y demeure et y fructifie. Le système économique dont il s’agit est bien ce que quelques historiens ont appelé le système féodo-marchand, transition entre le féodalisme et le capitalisme, bien que l’auteur n’emploie aucune de ces expressions. On regrettera par ailleurs qu’elle ne mentionne pas parmi les éléments du lien social la communauté d’habitants connue pour la région avec les travaux de R.H. Andrew et surtout de B. Maillard, d’autant qu’elle n’oublie pas de mentionner, à juste titre, la seigneurie. De même pour la structure municipale d’Amboise.

4La seconde partie de l’ouvrage est consacrée en premier lieu aux modifications des tendances du marché immobilier pendant la Révolution et l’Empire à partir de l’analyse d’une année tous les 5 ans. Entre 1780 et 1811, le nombre des ventes quadruple, chaque année 2 % du sol change de mains et, en 1811, 1 foyer sur 2 intervient, ce qui est considérable. Le niveau de1791 est plus élevé que celui de 1786 qui marquait une baisse due à la mauvaise conjoncture, de même que la crise apparaît dans les chiffres de 1796. Mis par la critique conservatrice du xixe siècle au compte de la Révolution avec son droit successoral égalitaire et avec le démantèlement des grandes fermes devenues biens nationaux puis revendues en morceaux par leurs acheteurs, l’émiettement de la terre se produit effectivement, mais il a commencé dès avant 1789. En 1780, tous les groupes achètent et vendent à proportion à peu près de leur nombre relatif dans la société, la bourgeoisie toutefois ayant une part nettement supérieure à son importance numérique. En 1811, ce sont les paysans qui sont les acteurs principaux de l’augmentation des actes, bien que la bourgeoisie garde la même part qu’à la fin de l’Ancien Régime et qu’elle accroisse sa part d’acquisition de terre paysanne. À la fin de l’Empire, le marché est de plus en plus pénétré par les étrangers à la région, habitants de Tours et Parisiens. En même temps, la proximité de résidence entre acheteurs et vendeurs tend à diminuer tout en restant largement majoritaire. Le poids d’Amboise dans les transactions diminue aussi fortement. La vigne est particulièrement présente dans les ventes dès 1780, encore plus en 1811, la bourgeoisie préférant d’abord le bâti. En ce qui concerne les superficies, en 1780, tous les groupes, y compris la noblesse et notamment les laboureurs, sauf les femmes, sont gagnants. En 1811, le bilan des ventes et achats est particulièrement favorable aux paysans, surtout encore les laboureurs, mais également nombre de petits propriétaires exploitants portés par les hauts prix agricoles ; il est défavorable pour les journaliers dont les transactions ne concernent que de petites surfaces. Les bourgeois profitent largement aussi de la période et ils confortent leur première place pour les montants acquis. Pourtant, comme l’observe A. Jollet, un glissement s’est produit parmi eux du fait de la Révolution : avec la disparition de la vénalité des offices et des ordres privilégiés, beaucoup d’administrateurs et quelques nobles sont devenus des « propriétaires », rentiers qui, à la fin de l’Empire, l’emportent sur le plan du bilan sur les marchands. Gonflée par les créations de titres nobiliaires par Napoléon, la noblesse est revenue sur le marché, principalement comme acheteuse, reconstituant partiellement ses anciens domaines, tandis que les Amboisiens ont cette fois un bilan négatif pour les valeurs.

5La vente des biens nationaux confirme plutôt ce qui se dégage de l’étude de l’évolution du marché des biens privés. Elle porte sur une surface particulièrement importante : 15 % des deux cantons observés, la moitié tenue par l’Église, abbayes et chapitres comme partout détenant la meilleure part, l’autre moitié appartenant à la noblesse émigrée. La grosse majorité de ces biens a été vendue entre 1791 et 1795, 1791 voyant se réaliser 50 % des acquisitions de fonds de première origine. La description minutieuse des opérations montre que le retentissement de l’opération dans la population a été très sensible et dépasse de beaucoup les acquéreurs. Pour les biens ecclésiastiques, après recensement et évaluation par les municipalités et les experts, 40 séances de ventes ont été tenues, provoquant 5 000 interventions dans les enchères par 1 200 individus. Et il est probable, mais il faudrait le vérifier, que la presse locale a encore amplifié l’écho de l’événement. On devine donc que cela n’a pas pu ne pas susciter des discussions abondantes qui, par ricochet, risquaient de faire évoquer des questions politiques et sociales connexes : la constitution civile du clergé, le sort des locataires des fermes vendues ou le problème de l’assistance aux pauvres secourus jusque-là – souvent chichement – par les revenus des terres d’Église… D’autant que, une fois de plus, on constate que l’intérêt pour ce marché ne s’est pas limité à la ville, même si celle-ci a la première place : les Amboisiens figurent pour 24 % des participants aux enchères mais ils ne raflent que 35 % de la surface cédée. Pour le total des biens de première et de seconde origine, les ruraux constituent 70 % des acquéreurs et 30 % des foyers campagnards ont acheté des fonds. Certes, la part en superficie des paysans est plus faible que dans d’autres régions, mais elle n’est pas négligeable, surtout pour la seconde origine vendue en 1794-95, d’autant plus qu’elle est concentrée, pour les trois quarts, dans la main des laboureurs et que s’y ajoutent 10 % pour les grands fermiers et plus de 2 % pour les artisans ruraux souvent partiellement cultivateurs. Évidemment les bourgeois ont la première part : 64 % de la surface vendue. On retrouve par ailleurs une certaine ouverture du marché, surtout pour les biens d’église avec, pour ces derniers, 7 % d’acheteurs extérieurs aux deux cantons. La vente des biens nationaux a bien été une grande affaire nationale contribuant à fixer dans des milieux étendus l’option en faveur de la Révolution.

6En dépit de la sécheresse inévitable des statistiques, toujours présentées clairement, qu’il accumule, le livre d’A. Jollet montre fortement qu’on peut à partir des chiffres appréhender des attitudes humaines et le cœur du fonctionnement d’une société. Fidèle à l’enseignement des pères fondateurs de l’histoire sociale quantitative, ce livre ne se contente pas de répéter mais renouvelle la méthodologie et élargit la problématique d’une orientation de la recherche historique qui n’a pas fini de prouver son efficacité opératoire lorsque l’historien ne se limite pas à la description mais veut passer à l’explication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Anne Jollet, Terre et société en Révolution. Approches du lien social dans la région d’Amboise », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 12 novembre 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1725

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page