Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Voyage dans les archives du PCF

Alexandre Courban
p. 125-130

Résumé

Cet article est une contribution à l’histoire du communisme. Tout en préparant un doctorat d’histoire consacré au journal l’Humanité, son auteur est chargé de la réalisation des inventaires des archives du PCF de l’entre-deux-guerres. Depuis 1997, il assure le développement d’une base de données des archives de direction. C’est en tant qu’étudiant chercheur et archiviste qu’il s’intéresse aux questions liées aux archives 1.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Archives, L’Humanité, PCF

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2  Le Siècle des communismes, Paris, Édition de l’Atelier, 2000, p. 76-77.

1Les polémiques entre historiens du communisme sur la relecture de faits à la lumière des archives récemment ouvertes montrent que les archives sont un des tout premiers enjeux de cette histoire. Au-delà de la « querelle des archives »2, l’ouverture de fonds d’archives à Paris, à Moscou ou ailleurs doit être saluée. La communauté scientifique ne peut qu’encourager l’accès à d’autres fonds détenus par d’autres institutions. Cette révolution archivistique doit être appréciée d’autant plus qu’aujourd’hui à Moscou, il devient à nouveau difficile, voire impossible, d’avoir accès à certains dossiers. Par exemple, le fonds du secrétariat de Dimitri Manouilsky, essentiel pour les recherches sur la France dans les années 1930, n’est plus accessible aux chercheurs.

  • 3  Pour obtenir des informations complémentaires, il suffit de prendre contact avec l’association « A (...)

2Avant de présenter la base de données des archives de direction, l’un des chantiers en cours de réalisation 3, il est utile de faire quelques observations.

Être historien dans des archives longtemps interdites

  • 4  « Dix ans après l’ouverture des archives de Moscou, où en est l’histoire du Komintern et du commun (...)
  • 5  Jean-Marc Berlière, « Des archives pour quoi faire ? », Le Débat, n° 115, mai-août 2001, p. 118-12 (...)
  • 6  Serge Wolikow (dir), Une histoire en révolution ? Du bon usage des archives de Moscou et d’ailleur (...)
  • 7  Denis Peschansky, « Pour une histoire raisonnée des archives », Une histoire en révolution ?, op. (...)

3La difficulté du métier d’historien est accentuée par l’afflux d’archives auparavant inaccessibles. Des illusions sont nées du secret qui les entourait jusqu’à leur ouverture récente. L’historien n’est-il pas fasciné par les archives ? N’éprouve-il pas un sentiment mêlant l’angoisse et l’émerveillement 4 ? Avoir accès à des archives jalousement gardées n’est pas sans conséquences sur la façon d’être historien. Les archives sensibles, selon l’expression de Jean-Marc Berlière, suscitent des « mirages et vertiges néopositivistes »5. En 1994, un colloque a réuni à Dijon des chercheurs du communisme pour proposer « un bon usage des archives, de Moscou et d’ailleurs »6. Dans sa contribution, Denis Peschansky signale quatre écueils : immédiateté, néopositivisme, impérialisme de la source et impérialisme de la nouveauté 7.

4Quand, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la direction du PCF décide d’écrire son histoire, elle dispose d’un modèle : l’Histoire du PC (b) de l’URSS. Le choix d’écrire son histoire conduit la direction du PCF à aborder la question des sources. Au rythme d’initiatives commémoratives diverses, le PCF permet la mise en place d’un réseau d’institutions : la Bibliothèque marxiste de Paris (BMP), l’Institut Maurice-Thorez, le Musée Lénine. L’essentiel des sources conservées se limite alors à des sources imprimées diverses (ouvrages théoriques de dirigeants, presse et revues du mouvement communiste).

  • 8  Un aperçu du fonds de l’entre-deux-guerres est en ligne http://www.internatif.org/EspMarx/BMP/IML  (...)
  • 9  Bref guide en langue russe des fonds et collections, Moscou, 1993, 202 p. p. 102. Pour être exhaus (...)
  • 10  Les archives occupent les locaux de l’ancien Institut du marxisme-léninisme (IML). En août 1991 l’ (...)

5Depuis 1993, le PCF rend librement accessible aux chercheurs ses archives postérieures à 1944. 300 consultations ont lieu chaque année depuis 1998. Les archives antérieures à la Seconde Guerre mondiale déposées à la Bibliothèque marxiste de Paris sont accessibles depuis les années 1980. C’est au début des années 1970 que l’Institut du Marxisme-Léninisme de Moscou communique une partie des archives concernant l’activité du PCF avant 1939, suite aux demandes des dirigeants de l’Institut Maurice-Thorez. Ces archives sont restituées sous forme de microfilms jusque dans les années 1980. Elles contiennent l’essentiel des comptes rendus des réunions des organismes de direction, la correspondance échangée entre la direction nationale et les directions régionales, l’activité de certains secteurs de travail (agit-prop, travail parmi les paysans, travail parmi les femmes), etc. 8 Après l’ouverture des archives à Moscou, il est possible d’estimer la quantité des archives dupliquées par les autorités soviétiques à moins de la moitié du total des archives du PCF à Moscou : 865 dossiers parfois incomplets sont disponibles sur les 2 055 existants 9 et consultables au RGASPI 10.

Une base de données

6À partir de janvier 1997, le service des archives du PCF, la BMP et l’Institut d’Histoire Contemporaine de l’Université de Bourgogne (UMR CNRS 5605) décident de constituer une base de données à partir des archives de direction du PCF. Il s’agit de procéder à l’indexation de l’ensemble des comptes rendus des réunions du secrétariat et du bureau politique.

Le choix d’indexer les archives de direction

  • 11  Ces microfilms sont la copie des originaux consultables à Moscou au RGASPI, provenant du fonds 517 (...)

7Les archives des réunions de ces divers organismes existent pour l’ensemble de la période ouverte aux chercheurs. Leur nature comme leur support de conservation changent selon la période considérée. Les réunions du bureau politique ou du secrétariat sont des documents dactylographiés. Le procès-verbal est la forme privilégiée, retenue jusqu’en 1935. Après 1935, on trouve essentiellement le relevé des décisions prises. Les archives du bureau politique et du secrétariat se présentent sous forme de microfilms 11 (1920-1938), puis sous leur forme originale pour la période postérieure (1944 à nos jours). Les archives du comité central rassemblent les rapports et les interventions. Elles se présentent sous forme microfilm et papier. À partir de 1953, elles sont disponibles sous la forme d’enregistrement sonore.

8Ces archives ont une histoire. Le choix de privilégier telle ou telle façon de rendre compte d’une réunion est à prendre en considération. Quand la sténographie des réunions est abandonnée au profit du résumé des interventions ou au relevé des décisions, les traces des débats internes sont plus éparses voire disparaissent. La connaissance du débat est réduite à ses participants.

9Une exploitation sans méthode de ces archives renforcerait le mythe de la parfaite organisation communiste. Si les nombreuses décisions et directives donnent à voir le fonctionnement d’une machine apparemment bien huilée, la fréquence des mêmes décisions ou la confrontation avec d’autres sources permet de nuancer les tentations téléologiques. Ces archives en disent parfois plus long sur l’institution qui les produit que sur un événement ou une personnalité. Par exemple, c’est au début des années 1930 qu’apparaît la sacro-sainte phrase introductive « je suis d’accord avec le rapport du camarade… » avant toute intervention devant le Comité central.

Au cœur de l’indexation

10La base de données est un instrument de recherches qui ouvre des perspectives comme le montre la description des différents champs d’indexation. La conception de la base est le résultat d’une réflexion collective en liaison avec l’équipe de l’IHC – UMR CNRS 5605 associant des historiens et des archivistes. La réalisation technique est assurée par Rosine Fry (IGE) à partir d’un programme 4d. L’indexation est confiée à des doctorants en histoire.

11À ce jour, plus de 20 000 pages sont indexées pour la période de l’entre-deux-guerres. Il est possible d’interroger la base de données sur l’ensemble des procès-verbaux du bureau politique de 1923 à 1971. Pour la période de l’entre-deux-guerres, l’ensemble des sessions du Comité central est également disponible, ainsi que l’essentiel des décisions du secrétariat. Concernant la période postérieure à 1944, les réunions hebdomadaires du secrétariat sont indexées jusqu’en 1955.

12La description des différents champs d’indexation permet de saisir l’ambition du projet. Pour identifier chaque réunion, les auteurs de la base de données précisent l’auteur collectif principal (bureau politique, secrétariat, comité central), la date et la nature du document (procès-verbal, décisions). Cette identification est complétée par la cote, les repères de vues pour les microfilms, le nombre de pages. Enfin, les principaux points à l’ordre du jour sont résumés. Le champ « résumé » permet de connaître les principaux points de l’ordre du jour abordés lors de la réunion. Ce travail préliminaire permet de prendre connaissance par une lecture rapide des différentes réunions selon un ordre chronologique ou en fonction de l’auteur collectif principal.

13L’indexation consiste à renseigner trois champs spécifiques : « auteurs », « mots matières » et « lieux ». Tous les noms de lieux géographiques sont indexés en respectant la forme sous laquelle ils apparaissent. Il est possible de rechercher toutes les occurrences d’une ville. L’organisation du thésaurus géographique permet d’étendre et de compléter une recherche. Par exemple, on peut chercher toutes les occurrences de la ville d’Argenteuil, puis étendre la recherche à l’ensemble du département de la Seine-et-Oise. On obtiendra ainsi toutes les occurrences mentionnant l’une des communes qui forment le département de la Seine-et-Oise sans avoir à effectuer la recherche pour chacune des différentes communes.

14L’indexation par mots-matières est la principale valeur ajoutée analytique à l’inventaire. L’indexation permet l’interrogation avec fiabilité d’un ensemble de documents marqué par une conceptualisation et une terminologie qui ont évolué avec le temps. Les possibilités offertes par le thésaurus introduisent une dimension qui prend en compte les évolutions linguistiques. Cela offre la possibilité de mener des requêtes synthétiques et exhaustives. L’indexation par mots-matières permet d’obtenir un résultat exploitable. Les informations jugées pertinentes sont sélectionnées à partir du document original préalablement lu dans son intégralité. L’indexation par mots-matières introduit une dimension diachronique et synchronique.

15Ce travail permet de retrouver, par exemple, toutes les réunions évoquant le thème des manifestations. La présence dans le résumé du terme « manifestation » permet de déterminer si cette forme d’action est un point important de l’ordre du jour ou bien si une manifestation a été plus ou moins évoquée lors de la réunion.

16Enfin, l’ensemble des noms propres est non seulement indexé mais aussi qualifié. On distingue les statuts suivants : auteur, intervenant, cité et présent. Ainsi, il est possible de disposer du corpus des réunions où un dirigeant intervient, des réunions où il est simplement présent ou cité. Par exemple, on peut retrouver les interventions de Maurice Thorez devant tel ou tel organisme de direction. On peut également trouver des éléments sur Maurice Thorez. On s’intéressera alors à Maurice Thorez « cité » et non plus « intervenant ». On peut également s’intéresser à la perception d’un dirigeant international du mouvement communiste (par exemple Staline) ou bien du mouvement ouvrier (par exemple Léon Blum).

Des perspectives nouvelles

17Ce type nouveau d’inventaire permet d’élargir la réflexion autour d’un objet. Il facilite par exemple une approche comparatiste. Ce traitement systématique des archives de direction du PCF ouvre des perspectives nouvelles. Sans remettre en cause le classement, l’informatisation permet de dépasser les interrogations induites par les inventaires classiques. Cette base de données permet une approche transversale et thématique.

18D’autres formes d’histoire que l’histoire vue d’en haut ou que l’histoire politique événementielle devraient se trouver ainsi revalorisées. Sans prétendre esquisser seul et ici un programme de recherche pluridisciplinaires, on proposera quelques pistes de réflexion. Des champs de recherches parfois inédits s’ouvrent. D’autres sont à revisiter. On peut imaginer le développement d’une histoire sociale qui s’attacherait à suivre des catégories sociales, par exemple les cheminots, afin d’étudier leur poids, leur influence, l’attention qu’elles suscitent.

  • 12  Jacques Ozouf, Mona Ozouf, La République des instituteurs, 2e édition, Seuil, 1992, 487 p.

19L’histoire orale pourrait également bénéficier de l’apport de cet inventaire. Des enquêtes comme celle que de Jacques Ozouf et de Mona Ozouf à propos des instituteurs sont possibles 12. Par exemple, les annexes des secrétariats postérieures à 1944 sont riches d’autorisations de voyages à l’étranger. Une approche des voyageurs en démocraties populaires est plus aisée. L’approche biographique, individuelle ou collective, usera avec intelligence des informations accessibles par l’intermédiaire de la base de données. Enfin, l’étude des processus de prise de décision devrait bénéficier largement de cet outil.

20Cette base de données est un outil de travail face à la masse documentaire. Les seules archives microfilmées représentent plus de 75 000 pages. Cela peut être une aide face à la dispersion des archives. Cette base de données pourrait modifier sensiblement les façons de travailler. La lecture systématique et sérielle des archives de direction pourrait être abandonnée profitant des résultats du travail d’indexation. Mais la qualité des inventaires ne dispensera jamais de consulter les documents originaux. L’existence de la base de données rend crédible le projet de numérisation des archives de direction. Cette opération aurait le double avantage de sauvegarder le fonds physique et de rendre plus aisé l’accès aux documents. Toute personne ayant travaillé sur les archives de direction du PCF, qu’elles soient microfilmées ou conservées sur papier, sait la difficulté matérielle d’accéder à l’information. Il faut souvent lire un nombre important de pages avant d’accéder à l’information recherchée. Dans notre société de l’immédiateté, cette possibilité mettra à la disposition de la communauté historienne un instrument de travail unique.

  • 13  Georges Haupt, L’historien et le mouvement social, Maspero, 1980, p. 18. Cité par Claudie Weill, « (...)

21Ce projet s’inscrit pleinement à la suite du programme défini par Georges Haupt : « Forger des instruments de travail, inventorier les sources, rédiger des biographies, éditer des documents, élaborer des monographies »13.

Haut de page

Notes

1  Cette contribution est le résultat d’une réflexion collective qui associe notamment Pascal Carreau (responsable des archives du PCF), Catherine Bensadek (bibliothécaire), Lucie Fougeron (responsable de la base de données iconographiques des archives du PCF), Rosine Fry (ingénieur d’études, Université de Bourgogne), Cécile Jacquet et Tania Régin (co-réalisatrices de la base de données des archives de direction), et Serge Wolikow (professeur à l’Université de Bourgogne, UMR CNRS 5605, responsable de l’Institut d’Histoire Contemporaine).

2  Le Siècle des communismes, Paris, Édition de l’Atelier, 2000, p. 76-77.

3  Pour obtenir des informations complémentaires, il suffit de prendre contact avec l’association « Archives du communisme français » (association loi 1901), 2, place du Colonel-Fabien, 75167 Paris cedex 19. Cette association récemment créée réunit des historiens, des étudiants-chercheurs, des archivistes, des bibliothécaires, des militants et anciens dirigeants du PCF. Elle a vocation à gérer les archives ouvertes et les fonds documentaires du PCF avec l’ambition d’en faciliter l’accès. Une autre base de données est en cours de réalisation à partir du fonds iconographique, voir Lucie Fougeron, « Les affiches du PCF : création d’un fonds d’archives », Sociétés et représentations, n° 12, octobre 2001, p. 321-325.

4  « Dix ans après l’ouverture des archives de Moscou, où en est l’histoire du Komintern et du communisme ? », Table ronde, La Chaux-de-Fonds, 15 mars 2002.

5  Jean-Marc Berlière, « Des archives pour quoi faire ? », Le Débat, n° 115, mai-août 2001, p. 118-124 ; p. 118.

6  Serge Wolikow (dir), Une histoire en révolution ? Du bon usage des archives de Moscou et d’ailleurs, éditions Universitaires de Dijon, 1996, 315 p.

7  Denis Peschansky, « Pour une histoire raisonnée des archives », Une histoire en révolution ?, op. cit., p. 125-126.

8  Un aperçu du fonds de l’entre-deux-guerres est en ligne http://www.internatif.org/EspMarx/BMP/IML % 20WORD/Annees. htm [page consultée le 14 février 2002].

9  Bref guide en langue russe des fonds et collections, Moscou, 1993, 202 p. p. 102. Pour être exhaustif il conviendrait d’ajouter au fonds 517-1, les fonds de André Marty (517-2, 61 dossiers) ; Maurice Thorez (517-3, 34 dossiers) et une série de documents sur la Seconde Guerre mondiale (517-4, 16 dossiers).

10  Les archives occupent les locaux de l’ancien Institut du marxisme-léninisme (IML). En août 1991 l’Institut s’est transformé en Centre russe de conservation et de documentation en histoire contemporaine (CRCEDHC), devenu aujourd’hui les Archives d’État russe pour l’histoire sociale et politique (RAGSPI). On peut obtenir des renseignements à l’adresse suivante : http://www.iisg.nl/~abb/abb_b12.html [page consultée le 14 février 2002].

11  Ces microfilms sont la copie des originaux consultables à Moscou au RGASPI, provenant du fonds 517 inventaire 1.

12  Jacques Ozouf, Mona Ozouf, La République des instituteurs, 2e édition, Seuil, 1992, 487 p.

13  Georges Haupt, L’historien et le mouvement social, Maspero, 1980, p. 18. Cité par Claudie Weill, « L’héritage scientifique de Georges Haupt », Une histoire en révolution ? Du bon usage des archives…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Courban, « Voyage dans les archives du PCF », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 86 | 2002, 125-130.

Référence électronique

Alexandre Courban, « Voyage dans les archives du PCF », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1723

Haut de page

Auteur

Alexandre Courban

Doctorant (Université de Bourgogne – Institut d’Histoire Contemporaine – UMR CNRS 5605)Archiviste (Archives du communisme français)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page