Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Un travail de mémoire de la gauche égyptienne

Entretien avec Ramses Labib, coordinateur du Comité des archives du mouvement communiste (jusqu’à 1965)
Didier Monciaud
p. 115-123

Entrées d’index

Géographie :

Égypte

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique poursuivent leur enquête sur la constitution des fonds d’archives à travers l’espace et le temps. Didier Monciaud, jeune chercheur, spécialiste du mouvement communiste en Égypte, est particulièrement bien placé pour aborder la question des archives de ce courant politique longtemps interdit. À travers l’interview de Ramses Labib, coordinateur du Comité des archives du mouvement communiste, il met en évidence combien le travail de collecte des sources imprimées et orales est dépendant des conditions politiques et économiques des pays concernés et s’avère lent, difficile et précaire – lié à la détermination et au courage de quelques individus – dans ce cas précis du mouvement communiste de l’Égypte du xxe siècle.

2Dans le contexte des intenses luttes nationales que connaît le monde arabe durant le xxe siècle, de la lutte contre un pouvoir royal inféodé à la puissance britannique de l’entre-deux-guerres aux luttes du pouvoir nassérien pour favoriser égyptianisation puis panarabisme, la place du mouvement communiste et, singulièrement du Parti communiste, membre du la IIIe Internationale, a été difficile à trouver. Les propos de Ramses Labib témoignent du fait qu’aujourd’hui encore le poids des luttes passées et les incertitudes politiques du présent pèsent sur la constitution des archives.

Pouvez-vous brièvement évoquer l’histoire de la gauche en Égypte ?

  • 1  « Délégation », nom du principal courant nationaliste libéral dans les années 1919-1952.

3La première phase débute avec le premier Parti communiste en 1922, après la création d’un Parti socialiste. Ce parti est actif et influent jusqu’en 1924. Le Wafd 1l’attaque alors sévèrement. Une loi interdit toute activité communiste. Le mouvement est donc réprimé et devient illégal. La seconde étape va des années 1930 et 1940 aux années 1960. Il existe alors plusieurs organisations dont les deux principales se dissolvent en 1965 pour rejoindre le projet nassérien. Ensuite, c’est une autre période qui commence…

41965 représente donc une date charnière. La question de l’écriture de l’histoire du mouvement communiste jusqu’à ce moment est posée. Elle concerne tant les documents, journaux, brochures, archives que les témoignages des vétérans.

  • 2  On citera entre autres ses volumes regroupés sous le nom de « Tarîkh al haraka al chuyu’ya al misr (...)
  • 3  Voir Fakhri Labib, « Chuyu’yun wa nasseryun », 2 vol.
  • 4  Anciens militants auteurs de récits de prison.

5Après 1965, le travail d’écriture de cette histoire est quasi « privé » (khâssa). Il émane d’anciens militants et dirigeants comme le Docteur Rifa’t al Sa’îd qui fournit un gros effort avec sa série d’ouvrages 2ou encore Fakhri Labib 3. On citera aussi d’autres publications comme celles de Fathî ‘Abdel Fattâh, Ilham Seif al Nasr ou Tâher ‘Abdel Hakîm 4. Ces derniers ouvrages relèvent d’ailleurs des mémoires autobiographiques. Il s’agit d’une écriture de l’intérieur. Le docteur Rifa’t al Sa’îd dispose de la plus grande quantité de documents. Fakhri Labib aborde lui l’expérience de la prison pendant le régime nassérien et la question de la dissolution des organisations communistes.

6Ces différents ouvrages sont marqués par l’engagement partisan des auteurs et leur caractère personnel. Cela pose le problème de l’existence de différentes sensibilités au sein de la gauche marxiste égyptienne. Une tendance réductrice peut exister chez certains auteurs…

  • 5  Ramses Labib.
  • 6  Actif au sein de la gauche depuis les années 1940 et avocat extrêmement respecté en Égypte pour so (...)
  • 7  Figure historique du mouvement communiste actif depuis les années 1930. Co-fondateur d’un des prin (...)

7Dans une telle situation, le sentiment existait d’un réel besoin d’écrire d’une nouvelle façon l’histoire du mouvement communiste. Une volonté s’est cristallisée de mener à bien, enfin, l’écriture d’une telle histoire. Elle s’est concrétisée dans un projet spécifique : il s’agit d’agir collectivement pour rassembler les archives de cette histoire. Une série de discussions a donné naissance au projet. Au départ, des amis, Fakhri, Nagati et moi-même 5, avons réfléchi et débattu. On a présenté l’idée à Nabil al Hilali 6et à Youssef Darwiche 7. L’idée de départ consistait à chercher et collecter les documents. Il s’agissait aussi de conserver des témoignages avant la disparition des acteurs de cette période.

Quand ce projet « archives » s’est-il mis en place ?

8Vers 1995.

  • 8  Ancien dirigeant communiste, figure de la gauche égyptienne et romancier connu.

Sherif Hatata 8 n’avait-il pas eu une idée similaire ?

  • 9  Mohamad Hassaneyn Haykal, journaliste responsable du groupe de presse Al Ahrâm dans les années 196 (...)
  • 10  Al Ahrâm, principal quotidien égyptien. Groupe de presse très puissant et influent, nationalisé so (...)
  • 11  Figure de la gauche égyptienne. Il fut dirigeant de Tali’ât al ‘Ummâl (Avant-Garde ouvrière), du P (...)

9En effet, il y a eu deux autres tentatives de même nature. Au début des années 1970, Haykal 9a essayé au sein de l’institution Al Ahrâm 10. Il a réuni divers protagonistes comme Nabîl al Hilâlâ, Rifa’t al Sa’îd ou encore Abu Seif Youssef 11. L’objectif était d’écrire l’histoire de la gauche. Les archives et leur accès ont posé problème. Haykal désirait que Al Ahrâm soit le lieu de dépôt. C’est alors que Rifa’t al Sa’îd a entrepris son immense travail de collecte et d’écriture.

  • 12  Figures de la gauche égyptienne. Économistes de renom, ils exercèrent des responsabilités importan (...)
  • 13  Voir Abu Seif Youssef (dir), Watha’îq wa mawâqif min tarîkh al yasar al masri 1941-1957, Le Caire, (...)

10Sherif Hatata a ensuite conçu un nouveau projet et initié une série de réunions avec, entre autres, Fou’ad Morsy et Isma’il Sabri Abdallah 12. Le coût de ce projet fut estimé à 250 000 livres égyptiennes. Il s’est révélé impossible de le mettre en œuvre. Abu Seif Youssef a lancé un projet de collecte des archives du courant Tali’a al ‘Ummâl avant d’en écrire l’histoire. Cet immense effort a duré plusieurs années et donné lieu à la publication d’un énorme ouvrage en 2000 13.

  • 14  Littéralement « victime d’une injustice ».

11Notre projet enfin repose sur l’idée de rassembler et de rendre accessibles les archives. Depuis 1995, le projet prend forme, se développe et s’élargit. Le comité constitué a veillé à rassembler l’ensemble des sensibilités et tendances du mouvement communiste, y compris trotskiste. Ce courant a été en effet un véritable mazloum14au sein du mouvement communiste.

Comment le comité a-t-il été créé ? Qui sont ses animateurs ?

  • 15  Figure du syndicalisme ouvrier des années 1930 et 1940, auteur d’importants ouvrages sur le mouvem (...)

12La réunion de fondation a eu lieu le 07.03.1995. Elle a rassemblé Taha Sa’d ‘Uthman15, Choukri ‘Azer, Nabil al Hilali, Khaled Hamza, Fakhri Labib, Fou’ad Habachi, FathAllah Mahrous, Salah al ‘Amrosi, Omar al Shafe’i, Béchir al Siba’i et moi-même. D’autres personnes nous ont rejoints comme Mahmûd Amîn al ‘Âlem. Un collectif de 16 à 18 personnes environ anime le comité et conduit les activités.

Pouvez-vous expliquez le choix d’arrêter l’action du comité à l’année 1965 ?

13Le groupe est composé essentiellement d’anciens militants du mouvement de la seconde période qui va jusqu’à 1965. Aujourd’hui, cette phase relève de l’étude et de l’écriture…

Quelles sont les activités du comité ?

  • 16  Universitaire connu et réputé, professeur à l’université de Helwân (Sud du Caire).
  • 17  Le Centre de Recherches Arabes est une structure indépendante très active malgré la faiblesse de s (...)

14Le comité cherche à rassembler des documents de nature diverse (journaux, bulletins, tracts, textes, brochures,...) et des témoignages de militants. Il s’est intéressé aux différents fonds existant hors d’Égypte comme aux Pays-Bas, en Italie, en France ou dans l’ex-URSS. Le comité bénéficie de la participation de Samir Amin, de l’historien ‘Asem al Dessouqi 16et de Mustafa Al Gamal, chercheur au Markaz al Buhûth al ‘Arabeya 17.

15Plus de 70 témoignages ont été rassemblés à ce jour. Ce travail d’interview s’opère en deux temps : en premier, il s’agit de bien connaître le profil personnel de l’acteur, ensuite de proposer un questionnaire. Le comité avait d’abord songé à recruter des jeunes pour réaliser ces entretiens. Le problème est que des jeunes interviewers manquent de connaissances sur cette période et sur les éléments marquants de telles expériences.

16De plus, l’existence d’une réelle connivence avec les anciens militants reste un avantage pour obtenir une meilleure expression. Le comité a pris l’engagement de publier in extenso les témoignages recueillis. L’hypothèse d’une réécriture a été catégoriquement rejetée.

17Le comité a fait le choix de publier à ses frais des témoignages sous la forme d’ouvrages. Cinq volumes sont déjà sortis. Le sixième numéro est en cours d’impression. Ces témoignages se révèlent être des documents de qualité, même s’ils ne sont pas exempts de faiblesse liées aux défaillance de la mémoire, à la subjectivité...

  • 18  Nous terminons la recension des différentes publications du Comité.
  • 19  Cet épisode de 1946 représente un moment phare des mobilisations contre l’occupation britannique. (...)

18Le comité a aussi choisi d’organiser des ateliers thématiques. On citera parmi les thèmes abordés « les étrangers », « les femmes », « les étudiants », « les professionnels », « les paysans », « les ouvriers ». Les réunions consacrées au rôle des étrangers et des ouvriers ont été publiées18. De même, le comité a organisé une série de conférences. Celle consacrée à l’épisode du « Comité National des Étudiants et des ouvriers » a été publiée19. Il est prévu d’organiser une session sur les fondements et le déroulement de la crise de 1965.

Quel est votre rôle personnel au sein du comité ?

19Mon travail consiste à coordonner l’action du Comité et à aider à la collaboration avec le Markaz al Buhûth al ‘Arabeya.

Quels sont les liens avec le Markaz al Buhûth al ‘Arabeya ?

20Disposer d’un lieu de travail posait un problème. C’est pourquoi, un partenariat avec le Markaz al Buhûth al ‘Arabeya s’est mis en place. Ce centre nous accueille.

Quelles sont les principales difficultés rencontrées ?

21En six ans, le comité a développé un dynamisme certain malgré des moyens limités. Au-delà des différences liées au passé, ses membres ont su être actifs et ont eu du plaisir à coopérer sur des tâches communes et concrètes. Le lien avec le Markaz Al Buhûth s’est de plus révélé extrêmement constructif pour notre travail. Le projet a ainsi pu se concrétiser.

  • 20  L’Institut International d’Histoire Sociale dispose d’un fonds Moyen-Orient, notamment grâce au tr (...)

22La difficulté principale concerne le fait de trouver des documents datant de plus de 30 ans. Des chercheurs ont déjà rassemblé une série de textes. Avec l’aide d’amis présents à l’étranger, on a ainsi réussi à obtenir des doubles d’archives, par exemple celles d’Amsterdam 20. L’effort est autant collectif qu’individuel. Des personnes sont allées consulter les archives à Moscou.

23Le problème des moyens financiers est réel. Les activités reposent beaucoup sur le lien personnel. Les efforts reposent sur une poignée d’entre nous qui voyageons pour réaliser les entretiens. Hanân Ramadan, chercheuse du Markaz al Buhûth al ‘Arabeya, joue aussi un grand rôle. Les entretiens sont le produit de nos initiatives individuelles. Par exemple, je me suis rendu à Alexandrie à mes frais et sur mon temps libre pour interviewer.

24La mort intervient également dans nos difficultés. Les militants de cette génération sont âgés. Certains disparaissent avant d’avoir pu nous accorder un entretien. Par exemple, j’avais obtenu l’accord du Docteur Farîd Haddâd, mais il est décédé avant d’avoir pu parler. Quelle perte !

Qu’en est-il des autres sources disponibles ?

25On a contacté, bien sûr, les personnes disposant d’archives. Mais nous n’avons pu obtenir leur coopération. Nous avons le projet de rassembler les archives du premier PC, disponibles à Moscou. Cela couvre la période 1922-1937.

Qu’en est-il de la province ? Des villes moins importantes ? Comment le comité peut-il dépasser les interventions au Caire ou à Alexandrie ?

26Nous sommes sensibles à ce problème. Au départ, la plupart des témoignages provenaient de militants de la capitale. Mais les deux derniers volumes en contiennent une série provenant de province, d’Alexandrie en particulier. Il s’agit d’une dimension à ne pas négliger. Mais nos moyens limités entravent nos interventions en direction des provinces.

Qu’en est-il du financement ?

27Dès le départ, le comité a opté pour les contributions individuelles, tant des membres que des proches et autres connaissances. Le financement s’opère sur une base individuelle. Les livres sont imprimés à nos frais. La diffusion est aussi prise en charge avec le Markaz al Buhûth al ‘Arabeya. Le prix de vente est inférieur au coût de production.

28Nous refusons tout financement extérieur et étranger. Ce choix est motivé par le souci de préserver l’indépendance du comité. Une sensibilité réelle à ce sujet reste forte chez les animateurs. Ils ont été, en tant que militants communistes, stigmatisés comme éléments travaillant pour l’étranger. Le poids du passé n’a pas fait disparaître cette blessure. L’accusation d’être un agent étranger marque encore les esprits. Ils ne souhaitent pas ouvrir la porte à de telles accusations. Un tel choix a été pris de manière quasi unanime.

29Cette décision entraîne une série de difficultés et de complications quant aux activités du comité. Mais c’est un choix conscient et assumé. Le comité repose en fait sur une petite poignée d’animateurs résolus. C’est là sans doute une de ses principales difficultés.

Pouvez vous mentionner d’autres activités ?

  • 21  «Les éternels».

30D’autres activités existent en effet. Elles se situent à la périphérie des nôtres. Peu après la création de notre comité, une série d’amis ont lancé un « Comité des martyrs de la gauche ». ‘Aryan Nasef est le pilier de ce comité. Nagati, membre fondateur de notre comité, y est aussi présent. Ce comité vise à promouvoir des commémorations à la mémoire des militants décédés, à faire connaître les expériences individuelles et collectives, même si les acteurs ne sont pas forcément des personnages connus. Il s’agit de rendre compte de l’engagement et de la participation aux luttes. Une coopération a été proposée au comité. Nous avons préféré répondre par la négative. L’équipe d’animation de cette structure comprend donc ‘Aryan Nasef, Shahinda Maqlad, Fakry Labib, Sayed Nada. Taha Sa’d ‘Uthman l’a rejointe depuis quelques mois. Ce groupe organise une commémoration annuelle des disparus de même que des conférences. « Le premier PC », « le rôle de la gauche dans la classe ouvrière », « le rôle de la gauche dans la lutte armée des années 1951-1956 » ou encore « le rôle des femmes et des mères » ont été les thèmes des premières conférences. Ce comité a aussi publié un cahier sur les martyrs des prisons. Il prépare des débats consacrés à « la gauche et les arts », « les symboles de la gauche », « la liste des militants de la gauche dans le siècle ». Il publie un bulletin intitulé « Al khalidoun » (les éternels)21.

Quel est, selon vous, l’écho de vos initiatives et de vos diverses activités ?

31L’écho est bon tant auprès des anciens que des jeunes intéressés par les expériences de la gauche égyptienne. Nos livres sont diffusés à 600 exemplaires. L’achat est surtout le fait d’individus. Les ouvrages sont disponibles dans quelques librairies du Caire comme Al ‘Arabî, Dar al Thaqâfa al Gedîda ou encore Madbouli. Ils sont bien sûr en vente au Markaz al Buhûth al ‘Arabeya.

32Les activités du comité ont suscité diverses réactions positives, notamment de la part de jeunes progressistes. Ceux-ci pourtant ne semblaient guère intéressés auparavant par notre expérience. Cette évolution est plus qu’appréciable.

Pouvez-vous nous dire quelles sont maintenant vos perspectives ?

33Le projet du Comité est maintenant de rendre accessible l’ensemble des documents et des témoignages collectés. Un CD Rom devrait rassembler cet ensemble de références afin qu’elles soient disponibles sans aucune restriction. Le Markaz al Buhûth al ‘Arabeya est ouvert à tous et il est possible d’aller y consulter les documents.

34Nous allons poursuivre la publication des témoignages. De même, nous souhaitons imprimer une série de documents importants. Le projet sur 1965 sera à cet égard important.

35Après, on verra quel type d’activités il sera possible de proposer dans un ou deux ans. Notre travail n’est pas celui d’une institution officielle. L’action y est bénévole. Nous n’avons pas songé à créer une fondation ou un centre.

  • 22  On peut traduire par « mémoire nationale », « nationaliste » ou « patriotique ».

36Nous avons encore besoin de quelques années pour une réalisation optimale. Des résistances existent encore et sont à vaincre. Certains anciens militants s’étonnent de notre volonté de rassembler des témoignages. Le problème de la confiance existe toujours. Mais la présence au sein du comité d’éléments respectés dans les rangs de la gauche aide grandement à surmonter cet obstacle. La crainte liée à des raisons de sécurité existe pourtant encore. L’importance et l’utilité aujourd’hui d’un tel projet intriguent aussi certains. L’oubli représente pourtant un véritable danger et la publication du premier volume de témoignages a suscité un réel enthousiasme qui nous a permis d’avancer par rapport à ces résistances. Par ailleurs, nous publions de façon, certes irrégulière, un bulletin intitulé Al dhâkira al watania22qui contribue aussi à mieux faire connaître notre activité.

Haut de page

Notes

1  « Délégation », nom du principal courant nationaliste libéral dans les années 1919-1952.

2  On citera entre autres ses volumes regroupés sous le nom de « Tarîkh al haraka al chuyu’ya al misrya ».

3  Voir Fakhri Labib, « Chuyu’yun wa nasseryun », 2 vol.

4  Anciens militants auteurs de récits de prison.

5  Ramses Labib.

6  Actif au sein de la gauche depuis les années 1940 et avocat extrêmement respecté en Égypte pour son intégrité.

7  Figure historique du mouvement communiste actif depuis les années 1930. Co-fondateur d’un des principaux courants marxistes égyptiens connu sous le nom de Tali’ât al ‘Ummâl (Avant-Garde ouvrière).

8  Ancien dirigeant communiste, figure de la gauche égyptienne et romancier connu.

9  Mohamad Hassaneyn Haykal, journaliste responsable du groupe de presse Al Ahrâm dans les années 1960 et au début des années 1970. Il fut très proche de Nasser.

10  Al Ahrâm, principal quotidien égyptien. Groupe de presse très puissant et influent, nationalisé sous le régime nassérien.

11  Figure de la gauche égyptienne. Il fut dirigeant de Tali’ât al ‘Ummâl (Avant-Garde ouvrière), du PCE avant de prendre la responsabilité de la revue Al Tali’â, tribune de la gauche du régime nassérien.

12  Figures de la gauche égyptienne. Économistes de renom, ils exercèrent des responsabilités importantes au sein du régime. I.S. Abdallah fut même ministre au début de la présidence de Sadate.

13  Voir Abu Seif Youssef (dir), Watha’îq wa mawâqif min tarîkh al yasar al masri 1941-1957, Le Caire, 2000, Al Amal, 1151 p.

14  Littéralement « victime d’une injustice ».

15  Figure du syndicalisme ouvrier des années 1930 et 1940, auteur d’importants ouvrages sur le mouvement ouvrier égyptien.

16  Universitaire connu et réputé, professeur à l’université de Helwân (Sud du Caire).

17  Le Centre de Recherches Arabes est une structure indépendante très active malgré la faiblesse de ses moyens. Notons qu’elle s’intéresse beaucoup outre à l’Égypte et au monde arabe au continent africain.

18  Nous terminons la recension des différentes publications du Comité.

19  Cet épisode de 1946 représente un moment phare des mobilisations contre l’occupation britannique. La gauche égyptienne y joua un rôle décisif.

20  L’Institut International d’Histoire Sociale dispose d’un fonds Moyen-Orient, notamment grâce au travail de Roel Meijer.

21  «Les éternels».

22  On peut traduire par « mémoire nationale », « nationaliste » ou « patriotique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Un travail de mémoire de la gauche égyptienne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 86 | 2002, 115-123.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Un travail de mémoire de la gauche égyptienne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1722

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page