Navigation – Plan du site
CHANTIERS

La personnification de la France dans la littérature de la fin du Moyen-Âge

Autour d’Eustache Deschamps et Christine de Pizan 1
Thierry Lassabatère
p. 87-98

Résumé

À la frontière de l’histoire et de la littérature, l’étude rhétorique de la personnification de la nation dans la poésie d’Eustache Deschamps et de Christine de Pizan montre combien la création poétique contribua, au tournant des xive et xve siècles, à l’élaboration du concept quasi juridique de la nation comme personne morale intemporelle et supérieure, entretenant avec le roi ou la communauté des relations de personne à personne. Signe d’une fécondité littéraire qui refléterait – voire inspirerait – celle du droit, l’œuvre de ces deux auteurs offre, dans une profusion rare et selon un remarquable principe d’enrichissement poétique, l’ensemble des procédés rhétoriques qui créent la personnification : des plus simples, qui limitent la personne France à une voix désincarnée, aux plus complexes, qui dressent le tableau d’une belle femme désolée, abandonnée, allant jusqu’à l’insérer dans une trame relationnelle qui achève de l’instituer comme personne réelle et indépendante.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIVe siècle, XVe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cet article est le texte d’une communication orale donnée lors du IVth International Colloquium on (...)

1L’inévitable difficulté à laquelle se heurte toute dissertation sur le concept de nation est celle de la définition du terme et de son contenu. Épineux problème que soulève en particulier la recherche des racines et du processus d’élaboration historique de la nation moderne : à partir de quand peut-on parler de nation ? selon quels critères ? selon quels mécanismes de continuité ou de rupture avec les structures d’identification du passé ?

  • 2  E. Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, tr. fr. D. Peters, Bibliothèque des Histoires, G (...)

2Dans son ouvrage Nations et nationalisme depuis 1780, l’historien Éric Hobsbawm rappelle brutalement que « la caractéristique fondamentale de la nation moderne et de tout ce qui se rattache à elle est justement sa modernité »2, sans nier pour autant le rôle historique joué, dans le processus même de formation de la nation moderne, par des systèmes d’identification antérieurs et multiples auxquels il réserve le nom de « protonationalisme ».

  • 3  Ibid., p. 29.

3Cette difficulté historique que pose la définition de la nation se retrouve immédiatement dans l’étude du vocabulaire associé à elle. Et en premier lieu du terme « nation » lui-même, dont Éric Hobsbawm reconnaît que « quelle que soit la signification “propre et originale” ou autre de “nation”, le terme est [au Moyen-Âge] à l’évidence encore très loin de sa signification moderne », pour en déduire que « le concept de nation est historiquement très jeune »3.

4Cependant, l’inadéquation d’un terme spécifique au concept recherché signifie-t-elle l’absence de ce dernier ? Il convient d’explorer d’autres modes possibles de représentation – au premier rang desquels celui de la personnification.

  • 4  A. Strubel, article « Allégorie médiévale » (p. 30-33) du Dictionnaire des littératures de langue (...)

5La personnification est cependant en elle-même un concept difficile à cerner du point de vue littéraire, qu’il convient d’aborder sous l’angle rhétorique en partant de la définition qu’en donne Armand Strubel, de « raccourci d’allégorie », qui « offre simultanément la signification, l’idée et la représentation »4. Cette définition a ceci de particulièrement intéressant qu’elle met l’accent sur le double sens de la personnification, sur la médiation qu’elle accomplit entre ces deux caractères qu’elle porte simultanément : l’idée et la représentation.

6Cette définition de la personnification, pourtant, pêche par manque de contours concrets qui permettent d’en caractériser précisément et pratiquement la mise en œuvre dans la littérature. Et lorsqu’il tente d’en donner justement une définition opérationnelle et concrète, on s’aperçoit qu’Armand Strubel abandonne le concept pour ses procédés d’élaboration. Sur le plan des procédés, heureusement, les catégories de la rhétorique traditionnelle permettent de repérer la mise en œuvre d’une personnification. Les procédés de personnification peuvent être comptés au nombre de quatre :

7– l’apostrophe de la personnification par l’auteur, qui instaure l’entité apostrophée comme partenaire d’une relation dialoguée, implicitement doué d’intelligence et de vie ;

8– la prosopopée, qui consiste à doter l’abstrait de la parole en l’insérant dans un dialogue implicite avec l’auteur ;

9– l’allégorie statique qui procède de la description de l’abstrait sous les traits de l’humain, et confère donc par la description physique une « semblance » d’apparence humaine à l’abstrait ;

10– l’allégorie dynamique, qui prête quant à elle à l’abstrait (alors en position de sujet – ou d’agent, dans une tournure passive), une « semblance » d’action humaine dans une trame dramatique plus ou moins élaborée.

11L’exemple central d’Eustache Deschamps et de Christine de Pizan permet de retrouver et d’éclairer la mise en œuvre de ces procédés rhétoriques appliqués à la personnification de la France dans la littérature de la fin du Moyen-Âge. L’enjeu de cette recherche étant en quelque sorte de caractériser, ou du moins de mieux cerner le concept de nation par sa représentation. L’évolution formelle de cette représentation pouvant alors nous donner l’image d’une évolution historique du concept de nation et du sentiment national.

Personnification par apostrophe : nation et altérité

  • 5  La Chanson de Roland, éd. & tr. G. Moignet, Bordas, Paris, 1989, p. 152 (texte) & 153 (traduction) (...)
  • 6  Les citations des œuvres d’Eustache Deschamps et leur numérotation renvoient à l’édition des Œuvre (...)

12Le plus rudimentaire de ces procédés est vraisemblablement celui de l’apostrophe. Hérité de la Chanson de Roland, des chansons de croisade de Saint Louis et de François de Montebelluna 5, il est employé par Deschamps dans sa ballade 68 6, composition prophétique portée par l’enthousiasme de la naissance d’un dauphin – vraisemblablement Charles, fils de Charles VI, né fin 1386. Dans cette ballade qui associe le sentiment identitaire national au thème eschatologique et religieux du nouveau peuple élu, la France est apostrophée comme nouvelle Jérusalem. Par deux fois, dès le premier vers : « Esjouis toy, Jerusalem dolente », puis au vers 17 : « France, tu es Jherusalem : ce sente/(Or puet sentir) estrange nascion » (v. 17-18). Il est tout à fait symptomatique, dans ce dernier exemple, que la personnification créée par l’apostrophe s’insinue dans un processus identitaire démarquant la France de toute « estrange nascion » : la personnification de la France touche bien à la définition et à la reconnaissance de l’identité nationale. Sur toute sa longueur, le texte interpelle la France en dépeignant ses sentiments et les épreuves qu’elle doit endurer : « tribulacion » (v. 2), « servitute et persecucion » (v. 4), « lamentacion » (v. 4), « subjection » (v. 13), « paine et [...] tourmente » (v. 19) mais aussi, grâce à la naissance salvatrice d’un enfant royal, « salut et [...] redempcion » (v. 12), ou encore « consolacion » (v. 15).

13On retrouve, liée à des circonstances historiques vraisemblablement identiques, la même intention rhétorique dans la ballade 1142, avec un balancement similaire entre la « passion » vécue par la « Douce France », apostrophée dès le premier vers, et l’espérance née de la venue du roi-sauveur – salué comme un nouveau « Charlemaine » (v. 4), fils de Charles, qui doit reconquérir les Lieux saints.

  • 7  A.-J. Kennedy, « La lamentacion sur les maux de la France de Christine de Pisan », Mélanges de lan (...)

14C’est dans des circonstances similaires de déploration et d’agression étrangère que Christine de Pizan, elle aussi, reprendra en 1410 ce même procédé rhétorique de personnification de la France par l’apostrophe dans sa Lamentacion sur les maux de la France 7. Dans ce texte, cette Française d’origine italienne cherche à faire prendre conscience à ses compatriotes de leur altérité aux barbares du Nord, Germains et autres Saxons, de la communauté de mœurs que crée entre Français cette même altérité, et appelle à la réconciliation autour de la reine et du duc de Berry de la nation déchirée par la lutte entre Orléans et Bourgogne : « Ha ! France ! France ! Jadiz glorieux royaume ! [...] Car ne seras-tu pas acomparée de cy en avant aus estranges nacions, là où les freres germains, cousins et parens par faulse envie et convoitise s’entreocient comme chiens ? [...] He mi ! lasse, tres doulce France ! Est-il donques ainsi qu’en tel peril soies ? » (p. 181-182). Ce faisant, dans ce beau texte, Christine reprend au vers 18 de la ballade 68 de Deschamps cette même association de la personnification de la France à la formule « estranges nacions » : l’apostrophe et la personnification qu’elle crée sont bien le moyen particulier d’une exaltation de la nation, de son expression privilégiée — peut-être même de sa propre création.

Personnification par prosopopée : incarnation et exaltation d’une mémoire commune endeuillée

15Cependant, dans le genre de la personnification discursive, c’est très nettement le procédé plus direct de la prosopopée qui domine chez nos auteurs – Deschamps en particulier. Ses ballades 141, 255 et 1430, critiquant Charles VI et datant probablement de la période 1384-1387, mettent en relation la France personnifiée par prosopopée avec de nombreuses autres allégories, pour la plupart personnifications de vices.

16Mais les plus beaux exemples de prosopopée sont antérieurs. Avec le Lay du tresbon Connestable B. du Guesclin, hommage posthume au héros. Avec surtout les deux sœurs jumelles que sont les ballades 159 et 164 sur la mort du roi Charles V. L’ensemble de ces pièces date de la fin 1380. Les deux ballades jumelles mettent en scène une personnification de la nation éplorée et en deuil de son roi. Dans les deux pièces, c’est d’un double deuil qu’il s’agit : le deuil d’une épouse et celui d’une fille, marqué par les mêmes termes de « vefve » et d’« orpheline », et qui témoigne d’une relation mystique double entre la nation et son roi.

17À ce deuil se surajoute dans les deux cas une dénonciation du mauvais gouvernement du royaume opposé à la gloire et la prospérité perdues. Cette opposition est très nettement charpentée dans la ballade 159 qui fait se succéder une première strophe de lamentation sur les maux présents (v. 3-8), puis une seconde strophe entièrement vouée au rappel des anciens prodiges et de l’ancienne renommée du royaume (v. 9-14). Dans le cas de la ballade 164, l’opposition entre passé et présent est beaucoup moins développée et beaucoup plus concentrée dans la première strophe, où les vers 3-4 évoquent le passé glorieux auquel les vers suivants (v. 5-7) apportent un tableau en contrepoint du présent :

Qui jadis fu partout si renommée,

Riche d’avoir, franche et digne d’onnour,

Qui au jour d’ui suy si plaine de plour,

Serve en tout cas et presque anientie,

Drois me deffault, sur moy regne rigour.

  • 8  Voir C. Beaune, Naissance de la nation France, Gallimard (col. Bibl. des histoires), Paris, 1991, (...)
  • 9  Gervais du Bus, Le Roman de Fauvel, éd. A. Langfors, Société des Anciens Textes Français, Paris, 1 (...)

18On notera que, subtilement, Deschamps concentre ici plus particulièrement l’opposition passé-présent sur celle des deux mots : « franche » (v. 4) et « serve » (v. 6). Une telle opposition renforce en effet le sens premier des mots par l’allusion à l’origine étymologique du nom de « France », par laquelle beaucoup d’érudits du temps font du mot « franc » un synonyme de « libre ». Cette version constitue un leitmotiv en cette fin du Moyen-Âge, en tant qu’argument politique intérieur – argument de lutte contre la fiscalité royale – aussi bien qu’extérieur – indépendance du roi de France vis-à-vis de l’empereur ou du pape 8. Et c’est sans doute précisément à cette double dialectique que renvoie Deschamps par sa subtile utilisation de l’opposition « franche » – « serve ». C’est, presque au mot près et dans le même contexte rhétorique, la même dialectique qu’avait employée Gervais du Bus dans son Roman de Fauvel, ouvrage du premier xiv e siècle qui met en scène une France personnifiée s’indignant contre la fiscalité de Philippe le Bel au nom de sa propre liberté : « France soulaie être, or suis serve »9.

  • 10  Christine de Pizan, Le Livre de l’Advision Cristine, Livre I, éd. C. Reno & L. Dulac, Honoré Champ (...)
  • 11  Ibid., éd. C. Reno & L. Dulac : « Glose sur la première partie », p. 8, l. 199-200.

19C’est sans doute également ce même principe d’assimilation de l’identité nationale de la France à sa liberté qui explique que Christine de Pizan, dans la prosopopée de son Advision, désigne du nom de Libera sa propre personnification de la France en explicitant, quelques lignes plus loin, la tradition de liberté attachée à la constitution du royaume et à son nom : au « renom de [sa] franchise ja espandus en toutes places »10. La « glose sur la première partie » qu’ajoutèrent les copistes du ms ex-Phillips 128, qui a servi de base à la nouvelle édition de Christine Reno et Liliane Dulac, rapporte quant à elle la longue tradition unissant l’idée de la France à celle de la liberté : « ilz lui donnerent cellui nom de “France” pour la grant liberté qu’ilz y establirent »11.

Allégorie statique : la « semblance » humaine de la France

  • 12 Ibid., Livre I, chap. XIV, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 15 ; éd. M.-L. Towner, p. 76.

20Reprenant le legs de Deschamps, l’Advision Cristine pousse un cran plus loin l’élaboration rhétorique : en y décrivant « la haulte noblesse et poissant digneté d’une princesse de grant auctorité couronnee de precieux dyademe a septre royal de grant ancienneté et richesce, et pareille n’avoit en beauté, noblece, vaillance et hault renom en tout l’univers »12, c’est-à-dire en dotant le personnage d’une apparence humaine, Christine glisse de la prosopopée, simple jaillissement d’une voix immatérielle, à l’élaboration d’un matériau allégorique complexe, support potentiel d’une métaphore prolongée, qui renforce en définitive la réalité de sa création personnifiée.

  • 13  Cette hypothèse est à confronter aux essais de datation des débuts littéraires de Deschamps effect (...)

21À l’image du célèbre prologue des Grandes chroniques de France, composé en plein xiiie siècle par Primat, l’Advision Cristine, par l’usage qu’elle fait du procédé de description physique, de l’allégorie statique, accentue la force de la personnification et de la « semblance » humaine de la France. À l’image, également, du Quadrilogue invectif d’Alain Chartier et de la ballade 112 de Deschamps, bel exemple de mise en œuvre d’une allégorie statique au service de la personnification de la France. Grâce à l’élément biographique que donne le premier vers de la pièce – Deschamps y célèbre, en quelque sorte, les vingt ans d’une carrière entamée, on le sait, vers 1365 13 – la ballade 112 peut être datée avec une assez grande vraisemblance des alentours de l’année 1385.

22S’insérant fictivement et par sous-entendu dans le contexte rhétorique particulier d’une célébration amoureuse de nouvel an (v. 1-3), la personnification se moule dans le creuset traditionnel de l’éloge de la femme aimée qui permet l’élaboration soutenue d’une description allégorique reprenant, pour les développer, les mêmes ressorts rhétoriques que dans les pièces de prosopopée : thème de la complainte ; évocation d’un passé glorieux, toujours par le biais de l’allégorie corporelle de cette France « Qui jadis ot le viaire si bel,/Le corps si gent et de si grant renom » (v. 11-12) ; laquelle évocation sert la même dialectique d’opposition passé-présent, par son contraste saisissant avec la décrépitude politique du royaume que le poète évoque allégoriquement grâce à une description physique peu flatteuse de sa Dame :

Voy deperir de celle que j’amay,

Son front palir, dont je suis en esmay,

Son corps languir, perdre sa renommée,

Et tout lui vient par un point que je sçay,

Par le default d’estre bien gouvernée

(v. 6-10).

  • 14  Christine de Pizan, Le Livre de l’Advision Cristine, Livre I, chap. XIV, l. 67-70, éd. C. Reno & L (...)
  • 15  Cf. supra note 9.

23Comme dans les pièces de prosopopée, la structure même de la ballade est charpentée autour de l’opposition passé-présent, étayant le topos de la dénonciation du mauvais gouvernement du royaume (refrain). Ce topos se décline d’ailleurs selon toutes ses composantes traditionnelles. Ainsi les vers 8, 12 et 14 nous rappellent l’importance accordée à la « renommée » (v. 8), au « si grant renom » (v. 12) et au « si precieus nom » (v. 14) de la France, allusion à peine voilée à la référence étymologique du nom de « France » pour désigner la liberté du peuple. Les imputant elle aussi au mauvais gouvernement du royaume, la Libera de Christine de Pizan déplore de la même façon les fléaux qui s’abattent sur elle et flétrissent son renom : « Ceste ourreur courant au jour d’ui parmi mes gaignages rent fletris et sechiez les verdures et liqueurs de mes fruits, tarist mes fontaines, amendrist mon renom et lourdement me tourmente »14. La référence est clairement la même, mais plus explicitement rapportée à la liberté, la « franchise » des habitants du royaume, par Christine de Pizan dont la personnification évoquait, on l’a vu, la mémoire déjà lointaine du « renom de [sa] franchise ja espandus en toutes places »15.

24Au plan de la rhétorique du discours, de l’usage des diverses possibilités métaphoriques du corps, nos deux auteurs montrent également une étroite complicité. La description allégorique du mauvais état de la France permet à Deschamps de faire montre de la variété de ses talents rhétoriques et, par le jeu de différents répertoires sémantiques, de ses registres allégoriques reposant sur les différents registres métaphoriques du corps : corps amoureux dans l’entame de la ballade ; mais aussi corps médical dans les vers 17-22, qui renforce la réalité physique de la personnification. La France est une personne réelle, dotée d’un corps réel, physique. Le vocabulaire médical qui lui est appliqué est le même que pour n’importe quelle personne réelle : « Je la guarroy » (v. 17), « Et si ne puis trouver medecin bon » (v. 22), « Et que ne puist venir a garison » (v. 33).

  • 16  Christine de Pizan, Le Livre de l’Advision Cristine, Livre I, chap. XIV, l. 23-25, éd. C. Reno & L (...)
  • 17 Ibid., Livre I, chap. XIV, l. 35-37, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 26 ; M.-L. Towner, p. 86 (l. 30-32)
  • 18  La première est citée dans le texte : « c’est Dame Fraude » – Livre I, chap. XVI, l. 36, éd. C. Re (...)
  • 19  Ibid., Livre I, chap. XVI, l. 69-71, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 31 ; éd. M.-L. Towner, p. 91 (l. 1 (...)

25Parallélisme parfait, dans cette description à la fois esthétique et médicale du corps, avec L’Advision Cristine qui use des mêmes artifices rhétoriques pour servir la même dénonciation de la décrépitude politique et morale du royaume. Relevant, dans des termes semblables à ceux de Deschamps, le contraste entre la « belle chiere, qui estre souloit clere, fresche et coulouree » et son apparence présente : « toute destaine et noircie »16, Christine glisse ensuite, tout comme Deschamps dans sa ballade 112, vers la métaphore physiologique et médicale : c’est d’abord à l’auteur-témoin de constater « les costez blans et tendres par force de presse et de deffoulement noircis et betez et par lieux encavez jusques aux entrailles »17 ; c’est ensuite Libera elle-même qui, dans sa prosopopée, se déclare à plusieurs reprises touchée par une maladie qu’elle impute aux deux vieilles, Fraude et Avarice 18 : « trop suis dolente d’une griefve maladie comme incurable – se de Dieu par sa grace ne vient la medecine »19.

26Cette importance rhétorique donnée au corps, sous tous ses aspects, contribue à enrober la personnification de réalité et de matière. Elle contribue aussi à incarner le sentiment et l’émotion, à l’instar de la ballade 112 de Deschamps qui, pour terminer, revient à l’exploitation accomplie de sa métaphore amoureuse : « pour s’amour partiray » (v. 26), véritable déclaration d’attachement et de soumission à sa nation par-delà ses vicissitudes, est en définitive l’expression la plus forte, la plus concrète et la plus achevée du sentiment national.

  • 20  M. Zink, La subjectivité littéraire, PUF (col. « écriture »), Paris, 1985, p. 162. A. Strubel se r (...)

27Mais cet usage de l’allégorie descriptive amoureuse introduit une innovation plus importante et plus tangible encore, qui, sous d’autres formes et contextes rhétoriques, apparaît comme le propre de l’allégorie statique ou dynamique – lesquelles reposent, contrairement à la prosopopée, sur la description explicite et « séparée » du corps : un narrateur extérieur et séparé de la personnification est mis en scène et de facto placé dans une position de témoin émotionnellement engagé : le truchement de sa subjectivité est l’indispensable marque de l’authenticité, de la vérité profonde de la révélation, dont l’auteur se porte caution. Et c’est par cette entremise de la subjectivité du narrateur que se révèle dans sa plus grande authenticité le concept personnifié de nation et que s’établit la conviction de son existence tangible, incarnée, sensorielle : comme le rappelle Michel Zink, « quelle que soit la vérité générale de la révélation allégorique, elle n’existe que par les accidents d’une subjectivité et les contingences du vécu. [...] C’est donc ainsi que se résout la relation entre l’allégorie et la subjectivité. L’allégorie, qui se veut porteuse d’une vérité générale, affecte en même temps d’être, dans son expression particulière, le produit d’un état de conscience du narrateur »20.

Allégorie dynamique : de la fiction organique à la personne morale

28Le procédé systématique par lequel le discours allégorique organise l’entremise de la subjectivité du narrateur étant évidemment le cadre bien codifié du songe – dont Deschamps fera le théâtre, avant Christine de Pizan, Alain Chartier ou Juvénal des Ursins, de sa plus belle personnification de la France dans le chant royal 387.

29Dans ce cadre approprié du songe dont la médiation du poète cautionne l’authenticité, Deschamps met en scène le débat discursif et actanciel des personnifications : une première étape du discours relève surtout de l’allégorie statique, avec description de l’apparence physique de France :

Ce fu un corps, comme de creature,

Qui armez fu richement ;

Gembes avoit, ventre, bras ensement,

Et un long col, mais la gist a meschief,

Et donnoit voix en disant proprement :

Riens ne me fault, mais que j’aye bon chief.

(v. 5-10).

  • 21  Christine de Pizan, Le Livre de l’Advision Cristine, Livre I, chap. XV, éd. C. Reno & L. Dulac, p. (...)
  • 22 Ibid., Livre I, chap. XVI, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 29-32 ; éd. M.-L. Towner, p. 89-92. Voir note (...)

30Puis, dans les trois strophes suivantes, l’allégorie prend un tour nettement dynamique, centré sur le débat de personnifications positives, « Raison », « Honneur », « Vertu » et « Nature », introduites aux vers 35-36 et qui se décident à aider l’héroïne déchue à se libérer de « Lascheté » qui la maintenait à sa merci. Une évocation qui n’est pas sans rappeler l’esquisse de réseau relationnel et interactif dans lequel Christine de Pizan insère sa propre personnification de la France, Libera, entre les vertus prisonnières Raison, Justice et Chevalerie 21 et leurs « vieilles » et « ordes » persécutrices, Fraude et Avarice 22.

31Le beau texte de Deschamps est un superbe condensé de tout ce que la littérature « nationaliste » du xve siècle pourra par la suite proposer, de l’Advision Cristine au pamphlet Audite celi de Jean Juvénal des Ursins, jusque dans les formes les plus accomplies du Quadrilogue invectif d’Alain Chartier. Cette magnifique pièce insère de plus dans sa trame dramatique et stylistique un élément rhétorique supplémentaire et largement indépendant : celui du corps mystique du royaume, selon l’opposition entre « corps » et « chief » à laquelle le refrain fait référence, représentation plus traditionnelle du royaume qu’elle fusionne avec bonheur à celle de la personnification de la nation.

32En conclusion de cet essai de classification stylistique et de rapprochement entre forme littéraire et contenu historique, on remarque en premier lieu la grande variété des procédés rhétoriques utilisés par Eustache Deschamps et Christine de Pizan pour créer une France personnifiée.

33Un principe d’enrichissement ordonne la succession chronologique des pièces de Deschamps, à l’image de celle que l’on retrouve dans l’élaboration littéraire globale de la personnification de la France. Complexité rhétorique et évolution historique semblent se rejoindre dans la littérature française de la fin du Moyen-Âge, et l’œuvre d’Eustache Deschamps en reproduit exactement la corrélation, en modèle réduit. L’apostrophe et la prosopopée, procédés les plus pauvres, sont ceux qu’inaugurent préférentiellement les xiie et xiiie siècles. Ils sont donc tout naturellement aussi les procédés de personnification dont Deschamps use au début de sa production – notamment en 1380. Pourtant, Deschamps innove : allégorie statique et allégorie dynamique prennent le dessus, ouvrant la voie à des développements poétiques d’une richesse inégalable que le poète champenois et, plus encore, ses successeurs du xve siècle, se feront une joie d’exploiter.

34L’ensemble de ce répertoire rhétorique créé ou regroupé par Deschamps se retrouve condensé et fusionné dans les lignes, postérieures de quelques années, de L’Advision Cristine. Christine y mêle, on l’a vu, la prosopopée, l’allégorie statique et un début de mise en scène de la personnification qui, relevant en partie de l’allégorie dynamique, annonce Alain Chartier et Jean Juvénal des Ursins.

35Le langage participe lui aussi de cet enrichissement et de cette ferveur croissante des sentiments : aux mots de désolation finissent par succéder des mots d’amour. La France est désormais une personne entière et une personne aimée. Grâce à la lente élaboration et au lent enrichissement rhétorique de la personnification de la France, un sentiment naît et se construit, dans lequel s’incarne l’essence de la nation. Au terme de ce long processus historique et littéraire, la littérature et ses procédés rhétoriques semblent avoir fait autant que le droit pour construire l’idée de nation, éveiller son sentiment et définir son essence.

  • 23  Les Grandes Chroniques de France, éd. J. Viard, Champion, 10 t. – ici t. I, Paris, 1920, p. 4.

36Lorsque, en plein xiiie siècle, Primat écrivait son célèbre prologue des Grandes chroniques de France, il y évoquait la France sous les traits d’une « dame renommée seur autres nations, car ele ne souffri pas longuement la servitude d’idolatrie ne de mescreandise »23. Cette phrase introductive nous persuade des traits caractéristiques fondamentaux relevés chez Deschamps et Christine : l’alliance étroite des notions presque consubstantielles que sont le concept de la nation France, sa personnification et son expérience de la liberté.

  • 24  E. Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? Conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882 », Qu’est-ce q (...)

37En définitive, la France personnifiée de nos auteurs incarne le peuple triomphant, le peuple libre qui se donne le signe et l’instrument d’un destin librement consenti. Tant il est vrai, pour en revenir à l’inépuisable définition d’Ernest Renan, que la nation se résume par « le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune, [...] un plébiscite de tous les jours, comme l’existence de l’individu est une affirmation perpétuelle de vie. »24

Haut de page

Notes

1  Cet article est le texte d’une communication orale donnée lors du IVth International Colloquium on Christine de Pizan, Glasgow, 21-27 juillet 2000, et fait l’objet d’une publication étoffée dans les Actes de ce colloque, Context and Continuities. Proceedings of the IVth International Colloquium on Christine de Pizan, published in honour of Liliane Dulac, éd. A.-J. Kennedy, R. Brown-Grant, J. Laidlaw & Catherine M. Müller, t. II, p. 483-504.

2  E. Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, tr. fr. D. Peters, Bibliothèque des Histoires, Gallimard, Paris, 1995, p. 25.

3  Ibid., p. 29.

4  A. Strubel, article « Allégorie médiévale » (p. 30-33) du Dictionnaire des littératures de langue française, éd. J.-P. Beaumarchais, D. Conty & A. Rey, t. 1, Bordas, Paris, 1994, p. 31 (col. 1).

5  La Chanson de Roland, éd. & tr. G. Moignet, Bordas, Paris, 1989, p. 152 (texte) & 153 (traduction) — v. 1985-1986 : « Eh ! douce France, comme tu resteras aujourd’hui dégarnie/De bons vassaux, abattue et déchue ! ». W.-C. Jordan, «“Amen !” cinq fois “Amen !”. Les chansons de la croisade égyptienne de Saint Louis, une source négligée d’opinion royaliste », Médiévales, n° 34 (1998), p. 79-90 – texte p. 89-90 : « Un serventois, plait de deduit, de joie », strophe V, v. 1 (p. 90) : « France, bien dois avoir grant seignorie ». A. Vernet, « Le Tragicum argumentum de miserabili statu regni Francie de François de Montebelluna », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, années 1962-1963, Paris : 1964, p. 103-163.

6  Les citations des œuvres d’Eustache Deschamps et leur numérotation renvoient à l’édition des Œuvres complètes d’Eustache Deschamps, éd. Marquis de Queux de Saint-Hilaire & G. Raynaud, Société des Anciens Textes Français, Paris, 1878-1903, 11 tomes.

7  A.-J. Kennedy, « La lamentacion sur les maux de la France de Christine de Pisan », Mélanges de langue et de littérature françaises du Moyen-Âge et de la Renaissance offerts à Charles Foulon, Institut de Français, Université de Haute-Bretagne, t. I, p. 177-185.

8  Voir C. Beaune, Naissance de la nation France, Gallimard (col. Bibl. des histoires), Paris, 1991, p. 311-312.

9  Gervais du Bus, Le Roman de Fauvel, éd. A. Langfors, Société des Anciens Textes Français, Paris, 1914-1919, t. I, p. 45 – cité par C. Beaune, Naissance de la nation France, p. 312.

10  Christine de Pizan, Le Livre de l’Advision Cristine, Livre I, éd. C. Reno & L. Dulac, Honoré Champion, Paris, 2001. La première occurrence du nom de « Libera » apparaît chap. VII, l. 6, p. 18 ; la citation, quelques lignes plus loin : chap. VIII, l. 2, p. 18. Références correspondantes dans l’édition de M.-L. Towner, Lavision Christine, Catholic University of Columbia, Washington, 1932 : p. 78 (l. 29) et p. 79 (l. 8).

11  Ibid., éd. C. Reno & L. Dulac : « Glose sur la première partie », p. 8, l. 199-200.

12 Ibid., Livre I, chap. XIV, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 15 ; éd. M.-L. Towner, p. 76.

13  Cette hypothèse est à confronter aux essais de datation des débuts littéraires de Deschamps effectués par ailleurs. G. Raynaud (Œuvres complètes d’Eustache Deschamps, t. XI, p. 79) les date de l’année 1364, selon le témoignage croisé des ballades 1125 et 1130. L’argument est repris par I.-S. Laurie, Eustache Deschamps. His life and his contribution to the development of the rondeau, the virelai and the ballade, Thèse de doctorat (PhD), Université de Cambridge, 1962, p. 40-41, ainsi que dans T. Lassabatère, « Eustache Deschamps et les Marmousets, d’après la Fiction de l’Aigle et quelques autres pièces », Annuaire-bulletin de la Société de l’Histoire de France, année 1995, Paris, 1996, p. 78, n. 26. Par ailleurs, dans un résumé récent de sa thèse, I.-S. Laurie évoque les « écrits patriotiques » composés par Deschamps en 1364 : « he had begun writing patriotic verse about the main events of the reign of Charles V by 1364 » – dans « Eustache Deschamps : 1340 (?)-1404 », Eustache Deschamps, French Courtier-Poet. His Work and his World, éd. D.-M. Sinnreich-Levi, AMS Press Inc., New York, 1998, p. 4. Dans le même article (p. 4), I.-S. Laurie date de 1365 les débuts de la création galante de Deschamps, sur la foi de la Lettre 1411 du poète, sorte de testament datable des années 1375-1376, dans laquelle Deschamps avoue écrire des virelais depuis dix ans (v. 86-87). Voir, sur cet argument, l’analyse de G. Raynaud, Œuvres complètes, t. XI, p. 23-24 ; I.-S. Laurie, Eustache Deschamps, p. 49-50 ; Ibid., « Eustache Deschamps : 1340 (?)-1404 », n. 12, p. 34-35.

14  Christine de Pizan, Le Livre de l’Advision Cristine, Livre I, chap. XIV, l. 67-70, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 27 ; éd. M.-L. Towner, p. 87 (l. 25-28).

15  Cf. supra note 9.

16  Christine de Pizan, Le Livre de l’Advision Cristine, Livre I, chap. XIV, l. 23-25, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 26 ; éd. M.-L. Towner, p. 86 (l. 18-20).

17 Ibid., Livre I, chap. XIV, l. 35-37, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 26 ; M.-L. Towner, p. 86 (l. 30-32).

18  La première est citée dans le texte : « c’est Dame Fraude » – Livre I, chap. XVI, l. 36, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 30 ; éd. M.-L. Towner, p. 90 (l. 17). La seconde n’est pas nommée, mais aisément identifiable – cf. éd. M.-L. Towner, p. 198-199 et éd. C. Reno & L. Dulac, p. 161.

19  Ibid., Livre I, chap. XVI, l. 69-71, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 31 ; éd. M.-L. Towner, p. 91 (l. 14-16).

20  M. Zink, La subjectivité littéraire, PUF (col. « écriture »), Paris, 1985, p. 162. A. Strubel se range lui aussi à ce constat, tout au moins sous l’angle du formalisme et de l’efficacité didactique – dans La Rose, Renart et le Graal. La littérature allégorique en France au xiiie siècle, Slatkine, Genève-Paris, 1989, p. 90 : « Le sujet vide, dédoublé, éclaté, mêlé aux personnifications, est le procédé par excellence du didactisme : l’aventure a un intérêt dans la mesure où elle est exemplaire ».

21  Christine de Pizan, Le Livre de l’Advision Cristine, Livre I, chap. XV, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 27-29. Les trois vertus, que le texte ne nomme pas, sont identifiées par les éditrices p. 160. Voir aussi M.-L. Towner, Lavision Christine, p. 87-89.

22 Ibid., Livre I, chap. XVI, éd. C. Reno & L. Dulac, p. 29-32 ; éd. M.-L. Towner, p. 89-92. Voir note 17.

23  Les Grandes Chroniques de France, éd. J. Viard, Champion, 10 t. – ici t. I, Paris, 1920, p. 4.

24  E. Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? Conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882 », Qu’est-ce qu’une nation, Presses pocket, Paris, p. 55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Lassabatère, « La personnification de la France dans la littérature de la fin du Moyen-Âge », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 86 | 2002, 87-98.

Référence électronique

Thierry Lassabatère, « La personnification de la France dans la littérature de la fin du Moyen-Âge », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1711

Haut de page

Auteur

Thierry Lassabatère

Docteur en Histoire, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page