Navigation – Plan du site
DOSSIER

Guerre du Golfe et télévision : un mariage stratégique

Guylain Chevrier
p. 63-84

Résumé

La guerre du Golfe a été l’objet de l’expérimentation d’un nouveau modèle de guerre, inscrit dans la logique d’un monde se réorganisant autour de la puissance américaine, après la fin de la guerre froide. L’image télévisuelle prit une part décisive dans la stratégie globale visant les buts de ce modèle. On y retrouve tous les ingrédients de la communication moderne alliés aux vieilles méthodes de la propagande. La démocratie n’en est pas sortie indemne, la télévision non plus. L’expérience montre tout l’intérêt du rôle de l’historien qui réhabilite l’événement comme élément du passé tombé dans la connaissance.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

États-Unis, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les guerres sont des moments particuliers de l’histoire, en ceci que chaque guerre ne ressemble pas à une autre, et révèle à un moment précis l’état des rapports entre les hommes à travers les valeurs au nom desquelles ils se confrontent et les camps auxquels ils appartiennent, à travers quels moyens et sous quels projets ils la mènent. Elle révèle un état du monde où elle se produit. Chaque guerre a sa propre histoire et ses propres motifs qui reflètent des façons différentes de penser le monde, de le faire. Les guerres mettent à rude épreuve en général le bon fonctionnement des démocraties, car elles portent en elles des enjeux de pouvoirs avec des buts militaires qui prennent le pas sur toutes contestations liées à l’exercice des libertés publiques. Les gouvernants et les états-majors savent bien, en conséquence, qu’aucune guerre ne peut éluder la question de la propagande qui va avec celle du poids de l’opinion publique. La guerre du Golfe est une référence de ce point de vue car elle a innové un nouveau modèle de conflit, en termes de géopolitique, de réponse militaire, et de gestion de son image. Elle s’est ainsi révélée être un véritable tournant dans l’histoire du monde contemporain. Elle schématise à sa façon l’évolution des rapports entre démocratie, pouvoirs et propagande à la fin du xxe siècle.

Guerre du Golfe : un bref rappel des faits (2 août 1990- 28 février 1991)

  • 1  L’excellent ouvrage de Christine Abdelkrim-Delanne, La sale guerre propre, fournit de nombreuses r (...)

2Début 1990, depuis plusieurs mois, une grave crise couve dans la région du Golfe au cœur de laquelle se trouve l’Irak1. L’Irak, l’un des principaux pays producteurs de pétrole, compte 17 millions d’habitants. C’est une puissance importante dans la région, moderne et laïque, au régime de parti unique, le parti Baas, qui se réclame du nationalisme et du socialisme arabe, et qui rejette tout confessionnalisme. Elle est sortie économiquement affaiblie de huit ans de guerre stérile contre son voisin l’Iran, soutenue dans cette entreprise par les États-Unis. Dans cette situation, Saddam Hussein, qui préside aux destinées de l’Irak depuis son arrivée au pouvoir en 1978, demande le règlement de son contentieux frontalier avec le Koweït, concernant la région de Roumaylah, la « 19e province irakienne » selon Bagdad, qui se trouve être un immense champ pétrolifère. À cette revendication s’ajoute celle d’un accès direct à la mer par la location par le Koweït des îles de Warba et de Bubiyan, ainsi que la question du règlement de la dette irakienne. Le Koweït, environ 1,96 million d’habitants, est un ancien protectorat établi par Londres sur un rayon de 64 km autour du port de la capitale Koweït-City. C’est un état indépendant depuis 1961, gouverné par une monarchie constitutionnelle. L’Irak n’a jamais reconnu son existence. Le Koweït est le premier producteur de pétrole du Moyen-Orient et le quatrième mondial. Il a une frontière commune avec l’Irak. La monarchie qui dirige le Koweït se sent en danger face à ces revendications venues d’un pays plus grand et plus peuplé qui jalouse sa rente pétrolière. Dans ce contexte, aucune négociation ne peut aboutir.

  • 2  Jean-Pierre Chevènement, Une certaine idée de la République m’amène à…, Paris, Albin Michel, 1992.

3Dans la nuit du 2 août 1990, les troupes irakiennes franchissent la frontière du Koweït. Le 4 août, l’occupation est achevée. Saddam Hussein rebaptise Koweït-City « Kathima ». Dans les jours qui suivent, plus de 50 000 soldats américains ainsi que les Crap français (Commandos de reconnaissance et d’action en profondeur) se déploient en Arabie saoudite. Les avoirs bancaires irakiens sont gelés à la demande des autorités américaines. Le 29 novembre, sous la pression des États-Unis, après une période ponctuée de négociations avortées, de surenchères verbales de Saddam Hussein et d’une intransigeance croissante du président américain George Bush, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte par 12 voix contre une et deux abstentions une résolution qui autorise le recours à la force contre l’Irak avec un ultimatum portant sur le retrait des troupes irakiennes du Koweït expirant le 15 janvier 1991. La volonté américaine d’en découdre et d’intervenir ainsi directement dans les affaires de la région reçoit la légitimité des Nations unies. Elle donne carte blanche aux nouveaux desseins de cette grande puissance qui reprend en quelque sorte l’initiative dans un monde marqué par la chute du mur de Berlin et l’effondrement de la puissance soviétique. Rapidement, 53 nations s’engagent dans ce qui va devenir une véritable croisade : 21 sont présentes sur le terrain au nombre desquelles les principales nations occidentales dont la France, au soutien sans faille pendant la totalité des événements. Le 17 janvier, l’offensive aérienne nommée « Bouclier du désert » est déclenchée. Elle sera suivie le 23 février par l’offensive terrestre appelée « Tempête du désert », alors que Bagdad devant la précipitation des événements et la violence de l’offensive aérienne vient d’accepter in extremis un nouveau plan de paix dont il ne sera pas tenu compte. Une coalition de 21 armées et 800 000 soldats sous les ordres du haut commandement américain entre en action dont 25 000 Français de la division Daguet. La plupart des états du Moyen-Orient, à quelques exceptions près telles l’Autorité palestinienne et la Jordanie, s’engagent aux côtés des États-Unis. Un choix d’intérêt qui justifie en apparence un peu plus la logique d’une croisade du bien contre le mal. Seule la démission le 19 janvier 1991 du ministre français de la Défense, Jean-Pierre Chevènement, fera entendre une voix discordante au sein des autorités françaises et de la coalition. Les motifs justifiants sa démission, exposés dans une lettre adressée à François Mitterrand alors président de la République, donnent une assez bonne lecture de la situation et de ses conséquences : « Je ne puis en conscience donner mon approbation à la manœuvre américaine dans laquelle la nôtre s’insère, non seulement pour des raisons de politique générale (…) mais pour des raisons intrinsèques au plan des opérations elles-mêmes (…) Il s’agit de minimiser le montant des pertes américaines au prix, s’il le faut, de pertes extrêmement élevées du côté irakien »2. Malgré une mobilisation importante de la rue contre la guerre en France avant son déclenchement, et une opinion publique que l’on dit défavorable à l’option militaire, aucune initiative sérieuse ne sera prise par le gouvernement français pour faire entendre à la coalition un autre point de vue que celui des armes ou mettre en cause la domination américaine sur le cours des événements. Pour justifier la participation militaire de la France, le président François Mitterrand expliquait qu’elle servirait à garantir sa place à la table des négociations et son rang sur la scène internationale. Mais, ni dans les discussions de Madrid d’octobre 1991, ni dans la définition de l’ordre régional dans le Golfe, Paris ne devait jouer un rôle significatif.

4Le 28 février, à 5 heures du matin, George Bush, président des États-Unis, annonce la suspension des opérations militaires. L’Irak est à genoux. Au moins 100 000 Irakiens civils et militaires sont morts victimes de la guerre. Un des pays arabes les plus modernes a vu toutes ses infrastructures méthodiquement détruites. Les monarchies arabes alliées des États-Unis sortent renforcées de ce conflit alors que le seul pays laïque de la région a perdu pour longtemps tout rôle dans le concert des nations arabes. Les États-Unis s’installent durablement en Arabie saoudite en établissant ainsi une nouvelle base à une gouvernance mondiale dominée par la politique américaine.

Guerre et opinion publique : la domination de l’image

De la guerre du Vietnam à la guerre du Golfe

5Les guerres sont les cadres privilégiés de l’utilisation de la propagande et de la censure ; la guerre du Golfe n’a pas fait défaut à cette généralité. Pourtant cette affirmation n’est pas sans appeler l’argumentation, car elle se confronte au prédicat selon lequel démocratie et propagande s’excluent, dans une société française où l’État met en exergue de sa légitimité le régime démocratique républicain par opposition aux totalitarismes.

6Le recours à la guerre est l’expression du passage de l’action diplomatique à la force ; il met fin à toute consultation des citoyens mis alors en situation de spectateurs et ce jusqu’à la réalisation des buts de guerre. La question qui devient alors centrale est celle de convaincre l’opinion publique du bien-fondé de ce choix, de la faire adhérer à l’événement ou d’obtenir au moins sa « mise en veille ». Précisément, l’expérience négative de la guerre du Vietnam (1960-1975) devait servir d’enseignement, se traduisant lors de la guerre du Golfe par un recadrage de l’information par les militaires. Lors de la guerre du Vietnam, les images des bombardements au napalm, les 60 000 soldats américains tués, les centaines de milliers de morts civils et Viêtcongs ont traumatisé l’opinion publique occidentale et fait du conflit vietnamien une « sale guerre ». L’Amérique avait perdu cette guerre tout d’abord auprès de son opinion publique et de l’opinion publique mondiale. C’est le syndrome « Vietnam War ». « Plus jamais de Vietnam ! » déclarait le président George Bush au Congrès américain ou dans les réunions publiques pendant la préparation de la campagne militaire dans le Golfe. La question de la maîtrise par les commanditaires de la guerre de l’image de la guerre devenait une condition essentielle à sa réalisation. La place donnée aux médias télévisuels dans la guerre du Golfe était la réponse au risque que faisait peser l’opinion publique sur les buts militaires et politiques de la guerre, sur l’action et le moral des troupes. La vie démocratique en France donnant à l’opinion publique un rôle important n’autorisait pas que soit décrétée une pure censure officielle de la guerre qui aurait été rejetée avec un effet prévisible de mouvements de rue. Cette situation imposait de nouvelles règles à la façon d’informer des médias en termes de contrôle de la couverture de l’événement comme de mise en scène de celui-ci. À l’image de la coalition, le climat de pensée unique partagée de la droite à la gauche gouvernementale sur la bienfaisance de la guerre (Michel Rocard, P.S., était Premier ministre) invitait les médias télévisuels, naturellement portés à rapporter le point de vue des milieux officiels, à entrer dans le jeu selon une connivence qui ne s’est pas démentie durant la guerre.

7La télévision a le plus souvent une action d’agitation et de filtre. Elle joue un rôle d’information sous le signe des « idées dominantes », un rôle pédagogique et d’explication en faveur de leur influence, mais ne justifie en général qu’indirectement les systèmes d’idées qui sont le propre d’une lecture orientée de la réalité. Elle n’est pas toujours, pour autant, qu’une caisse de résonance, mais peut aussi être mise à contribution pour orienter le téléspectateur.

  • 3  Voir pour plus de précision, l’analyse que fait Jean-Pierre Esquenazi des rapports du pouvoir gaul (...)

8Du message télévisuel mis sous tutelle de l’État avec la télévision gaullienne 3, à son « ouverture » à la privatisation depuis 1982, on aurait pu s’attendre à la naissance d’une véritable concurrence entre chaînes publiques et chaînes privées en matière d’information, et pas seulement en matière de scoop. La guerre du Golfe qui était l’occasion pour elles de montrer leurs différences n’a fait que renforcer ce sentiment qu’elles sont réglées sensiblement sur la même « longueur d’onde », qu’elles restent solidaires d’une fonction qui est celle de la « voix de la France », au sens que donne à cette expression l’influence du pouvoir politique. En matière d’information pendant la guerre, elles se sont retrouvées sur la même ligne éditoriale, et finalement sur un même mode d’interprétation du monde, la différence dans l’emballage ne changeant rien au fond. La guerre du Golfe a donné aux médias audiovisuels une place nouvelle dans la société française à la mesure d’une promotion sans précédent de l’image télévisuelle qui a servi depuis d’autres conflits du même type. La télévision a connu à cette occasion un élargissement de ses attributs en matière d’information en termes de dispositif par son intégration directe à une action globale, politique et militaire.

  • 4  Concernant cette thèse, voir l’article de Didier Georgakakis dans ce dossier.

9Cette évolution de la télévision est venue à point nommé reposer la question de l’antinomie déclarée par les milieux officiels entre démocratie et propagande, comme un fait acquis découlant de l’histoire 4. Une antinomie dont la reconnaissance est censée garantir la qualité de l’information sur laquelle le citoyen fonde encore aujourd’hui dans notre pays son opinion. Il se trouve que la guerre du Golfe est venue très sérieusement ébranler ce postulat et nous en proposer une relecture critique.

Bien « vendre la guerre » aux opinions publiques

  • 5  Thomas Hervé, « Comment le Pentagone nous vend la guerre », Culturepub, n° 1, novembre-décembre 20 (...)

10Thomas Hervé 5 parle d’un véritable parallèle entre propagande de guerre et marketing, par le « War marketing ». En effet, les noms efficaces trouvés pour illustrer la guerre, si bien « vendus » aux opinions publiques, ne sont pas le produit du hasard : par exemple, on ne parle plus de bombardements mais de « frappes chirurgicales », de bavures mais de « dégâts collatéraux ». Le mot « désert », qui implique la quasi-absence de vie humaine, utilisé dans les deux noms des opérations structurant la campagne militaire, « Bouclier du désert » et « Tempête du désert », fait appel à l’idée selon laquelle ces opérations ne feraient pas de blessés ni de morts. Ces noms ont été repris et commentés par les médias lors des actions auxquelles ils correspondaient dans cet état d’esprit. L’efficacité dans la formulation tient dans un fait simple, le recours à des professionnels de la communication. Daniel Verpeaux, P.D.G. de Grayling France et anciennement président de Hill & Knowlton France, deux sociétés spécialisées dans les relations publiques et le lobbying, révèle : « Comme pour les campagnes commerciales, toutes les grandes organisations gouvernementales font appel à plusieurs agences-conseils extérieures qui sont mises en concurrence pour trouver les noms des opérations. » Thomas Hervé précise encore ce point de vue : « Un document très officiel circule au Pentagone. Le “Propaganda Planning Process” est une véritable “copie stratégie” publicitaire publiée depuis 1979 par The Army Headquarter Washington DC. Toute la procédure à suivre pour manipuler l’opinion y est soigneusement consignée : définition des cibles et des missions à atteindre, organisation de pré-tests et de post-tests pour évaluer la perception des opérations militaires envisagées ou accomplies. C’est de la stratégie de marque. »

11Les chaînes de télévision se défendent d’avoir participé dans le cadre de la guerre du Golfe à la moindre propagande, bien au contraire. L’absence d’un travail de retour de la télé sur elle-même, sur son rôle dans ce domaine, laisse entendre qu’elle aurait rendu compte des événements en toute bonne foi. Elle aurait fait en somme un simple travail d’information, celui de son cahier des charges. Mais précisément, cette position élude la dimension médiatique essentielle et particulière donnée à cette guerre. Pourquoi ? Parce qu’elle fut justement un enjeu d’instrumentalisation politique et militaire de premier plan. Au cours de l’émission « Le point sur la table » de TF1 diffusée le 14 mars 1991, Jean-Claude Guillebeaud, président de l’association Reporters sans Frontières, dressait un premier bilan des contrefaçons médiatiques de la guerre, à partir des résultats d’une enquête en cours menée sur ce sujet par des écoles de journalisme : « Je crois pouvoir dire à ce stade de dépouillement de notre travail, que le mensonge et la fausse information ont été colossaux. J’ai même l’impression, mais c’est une impression personnelle, que ce sera l’un des plus grands mensonges médiatiques de ces vingt dernières années. (…) La marée noire d’un million et demi de tonnes de pétrole annoncée par le général Schwarzkopf le 26 janvier, fausse. Il y a eu probablement 4 marées noires dont au moins trois sont le fait des alliés, (…) la ligne Maginot – irakienne – fausse, (…) l’armée irakienne qui était la 4e armée du monde, c’est la 11e, le pilote torturé, rappelez-vous cette scène bouleversante (…) d’après ses déclarations après sa libération, il s’est blessé en s’éjectant de son avion… » Selon un sondage BVA-Paris Match réalisé pendant le conflit, 68 % des Français confiaient regarder plus la télévision à cause des événements, ce qui donne une idée de l’impact de ces « mensonges médiatiques » destinés à renforcer la légitimité de l’intervention militaire.

  • 6  Cité par Serge Halimi, « Des journalistes en tenue camouflée », dans « Manière de voir », Médias, (...)

12Une stratégie devait voir le jour à l’intention de l’opinion publique pour répondre à cette situation par une action psychologique anticipant sur les attitudes mentales des citoyens. La guerre ne pouvait être menée à bien sans la dynamique positive d’un mot d’ordre : la défense d’une « juste cause ». Elle devait ainsi épouser un caractère moral, investi par les valeurs universelles d’une mission de justice sous le signe des règles de droit qu’elle était censée rétablir. Le New York Times dans son éditorial du 16 janvier donnait déjà le ton : « Le message des bombardiers et des missiles américains est un message juste au service d’objectifs honorables »6. Il s’agissait alors d’une « guerre pour la morale », une guerre humanitaire menée contre Saddam Hussein pour le bien du peuple irakien lui-même, chacun pouvant s’y identifier à travers de belles valeurs, la fin justifiant ainsi les moyens. Mais une guerre morale devait réunir certaines conditions pour être convaincante :

13– le préalable d’une dramatisation qui pouvait justifier l’emploi des grands moyens, et spécialement le recours aux armes.

14– la garantie technique d’une sophistication des armes dont le caractère de haute précision était censé limiter les victimes humaines, crédibilisant le concept de « guerre propre ». Qui dit guerre efficace dit guerre rapide, cette performance des armes promettait donc aussi une « guerre éclair » conjurant la crainte du bourbier d’un nouveau Vietnam. L’intervention de la FAR (Force d’action rapide française) dont l’engagement dans le conflit fut largement médiatisé, allait dans ce sens, autant en termes de moyens que d’image. « Guerre propre » et « guerre éclair » étaient deux conditions impératives à l’image d’une « guerre moderne », c’est-à-dire acceptable aux yeux des citoyens.

15– l’impression d’un contrôle sur le déroulement des opérations par les citoyens grâce à la faculté technique de la télévision de faire vivre la guerre en « temps réel », créant le sentiment d’une guerre collectivement, voire « démocratiquement » contrôlée.

Guerre et propagande : une stratégie globale

  • 7  Cité dans Yves Crozet, Dominique Bolliet, François Faure, Jean Fleury, Les grandes questions de la (...)

16Dès que le choix de la guerre pointe à l’horizon, l’opinion publique est invitée à servir la patrie par son absence, et à accepter la censure militaire comme la garantie de sa propre sécurité, celle justement de sa liberté. L’uniforme devient par ce truchement, le temps d’une guerre, seul représentant de la nation derrière lequel tous doivent faire corps. Entre la communauté des citoyens ramenés à l’état de spectateurs et l’armée qui en est alors la véritable essence, entre le front et l’arrière, la solidarité doit être assurée par une médiation. Ce fut tout le rôle de la télévision que de remplir cette fonction de cohésion. Comme le définit P. Bourdieu, « le porte-parole s’approprie non seulement la parole du groupe des profanes, c’est-à-dire la plupart du temps, son silence, mais aussi la force même du groupe, qu’il contribue à produire en lui prêtant une parole reconnue (…). La force des idées qu’il propose se mesure (…) à la force de mobilisation qu’elles enferment, c’est-à-dire à la force du groupe qui les reconnaît, fut-ce par le silence ou l’absence de démenti » 7.

La mise en scène d’un scandale : l’étape de la dénonciation

17Toutes les performances possibles de l’image télévisuelle ont été exploitées dans cette guerre. Tous les atouts techniques ont été sollicités, qu’ils aient été d’ordre technologique ou de mise en intrigue des images et des faits. La guerre fait appel à la persuasion des masses. Il y a un climat socio-affectif que crée la situation de guerre et que prend en charge la propagande. La conscience est prise facilement en otage par l’émotion. La propagande a souvent recours à la mise en jeu de l’émotion car elle annihile la capacité critique, met la conscience en retard sur l’événement. La montée en puissance de l’émotion fait prévaloir la justification de l’action sur la conscience de ses conséquences. La conscience, elle, fait intervenir la mémoire pour prévenir le risque de la reproduction d’une situation déjà évaluée comme mauvaise ou dangereuse. C’est cette capacité qui est particulièrement visée par la technique de la propagande. La propagande définit la norme informationnelle de la guerre pour tout simplement empêcher de penser autrement.

  • 8  Thomas Hervé,« Comment le Pentagone nous vend la guerre », op. cit.
  • 9  Présenté par Gérard Chaliand, La persuasion de masse, Paris, Robert Laffont, 1992.

18Ce que souligne tout ceci, c’est qu’« il n’y a plus de distinction », selon Thomas Hervé, « entre l’influence exercée sur les opinions publiques en territoire allié ou ennemi »8. « Une guerre psychologique »9habituellement réservée au camp adverse se voit étendue aux civils du même camp, complément nécessaire à l’amortissement d’une violence intrinsèque de la guerre. Depuis la Seconde Guerre mondiale avec son cortège d’horreurs, la guerre ne pouvant être aux yeux de l’opinion publique que l’instrument d’une oppression, il fallait alors convaincre de son absolue nécessité.

  • 10  Serge Halimi, Des journalistes en tenue camouflée, op. cit., p. 24.
  • 11  Herbert I. Schiller, Manipuler et contrôler les cœurs et les esprits, dans « Manière de voir », (...)
  • 12  Pierre Gallois est général de l’armée de l’air, spécialiste de la dissuasion nucléaire, IRAK, la f (...)

19La propagande doit démêler la réalité des faits, et en donner une représentation claire, prédéterminée. Il s’agit donc d’un système d’interprétation des événements. La première étape de la propagande est celle qui vise au ralliement à la cause. Elle opère dans le sens de celui-ci en prétendant dénoncer un scandale, où s’oppose le bien et le mal. L’ennemi doit apparaître comme l’auteur d’une transgression révélée au grand jour. Pour cela, rien ne remplace l’effet d’exagération et d’implication émotionnelle que représente le procédé de dramatisation. « Quelle est l’aptitude de Saddam Hussein à faire le mal ? » interrogeait de façon suggestive le 17 janvier, premier jour des bombardements, un journaliste vedette de la chaîne américaine NBC, réseau de télévision appartenant à General Electric, un des fournisseurs d’armes du Pentagone 10. On préparait déjà les esprits à passer de l’exigence de la libération du Koweït, seul motif de l’intervention militaire selon les résolutions de l’ONU, à la volonté américaine de faire du régime de Saddam Hussein la cible principale de la guerre. Cette résolution inflexible des États-Unis, facilement perceptible dès le début de la crise, n’a-t-elle rien à voir avec un déficit d’information de l’opinion ? Celui concernant précisément les entretiens entre M. Saddam Hussein et l’ambassadrice américaine, April Glaspie, au cours desquels, selon la transcription publiée par Bagdad, cette dernière aurait affirmé que les États-Unis étaient indifférents à la querelle Irak-Koweït, considérée comme un problème interne au monde arabe ? Une information qui, si elle avait alors été confirmée, aurait joué un rôle décisif dans la décision irakienne d’envahir le Koweït, en changeant totalement l’interprétation de ce fait aux yeux du monde. « Sept mois plus tard, Mme Glaspie affirmait que cette transcription avait été maquillée. Mais que faisaient les médias pendant cette période ? »11 Ce que le général Gallois n’hésite pas à désigner comme un « traquenard » 12.

Dramatisation

20Lors de l’émission « Le droit de savoir » sur TF1 le 9 novembre 1990, en pleine préparation des esprits à l’éventualité de la guerre, 20 jours avant l’ultimatum lancé par l’ONU, Patrick Poivre d’Arvor, animateur de l’émission, présentait un sujet autour du thème : « L’Irak a-t-elle la bombe ? » Un mystérieux ingénieur irakien, présenté sur le plateau en ombre chinoise, par crainte de représailles, affirme en voix off : « Saddam Hussein a accéléré la course à la bombe. » On apprend que cet ingénieur irakien réfugié à Genève a fui Bagdad le mois dernier, il était chargé de coordonner le travail des atomistes brésiliens, Tchèques et chinois. Pour l’anonymat, c’est raté : on se demande immédiatement comment cette précision peut cadrer avec la mise en scène de l’ingénieur à l’image, en dehors d’exigences essentiellement médiatiques, visant une dramatisation inscrite dans la continuité du sujet. En incrustation sur l’écran, on peut lire « Exclusif octobre 1990 ». Il parle : « Saddam Hussein nous avait ordonné d’être prêts pour le mois de juin. Nous avions pris du retard, mais quand je suis parti, tout était prêt. » Le journaliste : « Quand estimez-vous que l’Irak aura la bombe atomique ? » Lui : « L’Irak a la bombe, ce n’est pas une estimation, c’est une certitude. » L’ingénieur supposé disparaîtra ensuite. Suivait dans l’émission une interview tapageuse de Saddam Hussein, du 9 juillet 1990, qui prétendait détenir la bombe et « les moyens de détruire la moitié d’Israël au cas où… » Le tour est joué, Saddam Hussein est transformé de petit dictateur ambitieux en véritable péril pour le monde. N’était-ce pas précisément l’existence de cette interview qui avait suggéré l’idée de cette mise en scène ? Aucune autre source ne confirmera sérieusement cette affirmation. Depuis, aucune des missions de contrôle des experts de la commission des Nations unies pour le désarmement (UNSCOM) n’a proposé d’éléments tangibles en sa faveur. En attendant, le mal était fait et la dramatisation créée par la surestimation du danger que représentait l’Irak allait bien participer à justifier la logique de guerre et ses horreurs.

  • 13  L’Express du 30/08/90.
  • 14  L’Express du 2/11/90.
  • 15  Les lundis de Delfeil de Ton, Le Nouvel Observateur, 27 juillet-2 août 1995, n° 1603.
  • 16  Patricia Latour, Maurice Cury, Yves Vargas, IRAK Guerre-embargo-mensonges et vidéo, Paris, Le Temp (...)

21« George Bush va jusqu’à comparer la menace représentée par le président Saddam Hussein à celle de l’Allemagne nazie » lit-on dans les colonnes de L’Express fin août 1990 13. George Bush (…) compare de nouveau le régime à celui de Hitler et innove en l’accusant de « crime contre l’humanité »14 en octobre. Cette affirmation s’appuyait sur les informations diabolisant l’homme fort de l’Irak dont celle ci : lors de l’invasion du Koweït, une infirmière échappée de l’enfer de Koweït-City dans la nuit du 2 août 1990 faisait le récit de la barbarie irakienne, décrivant des soldats débranchant les couveuses artificielles dans la maternité d’un hôpital et jetant violemment les nouveau-nés sur le carrelage. Une information qui allait frapper les esprits pour jouer un rôle important sur l’évolution du sentiment de l’opinion publique française (et internationale) à l’égard de l’engagement de nos troupes. Dans Le Nouvel Observateur du 27 juillet-2 août 1995 15, l’infirmière devait livrer après les événements et la victoire des forces alliées sur Saddam Hussein « qu’elle ne s’était pas évadée de Koweït-City, qu’elle n’était pas infirmière, qu’elle vivait à l’époque en Amérique du Nord avec son père, ambassadeur du Koweït ». L’information avait été pourtant sans sourciller reprise par les télévisions, et parmi elles, les chaînes françaises et la source polluée n’avait fait l’objet d’aucune vérification. Elle justifiait son attitude au nom de l’intérêt de son pays. En salissant l’Irak par son assimilation au régime nazi, on créait une aversion et même une répulsion dans l’opinion publique qui éclaboussait les pacifistes, d’autant plus , comme le précise Yves Vargas, « que les communistes français (…) sont alors les principaux opposants à la guerre colonialiste qui se prépare, et qu’ils furent, aussi, les principaux résistants au nazisme, avec les gaullistes dont beaucoup s’opposèrent également à cette aventure meurtrière »16.

  • 17  Daniel Bougnoux, Pierre Bourdieu, Régis Debray, Jean-Claude Guillebeaud, Gérard Leblanc, Paul Viri (...)

22L’usage détourné de l’image d’archive a trouvé dans l’émission des amoureux de la mer, Thalassa, 16 jours avant l’entrée en guerre, sa plus belle illustration (FR3, 20 heures, le 1/02/91). Pour imager la responsabilité meurtrière de Saddam qui aurait volontairement provoqué la « marée noire du siècle », selon des informations données par l’État-major américain et reprises sur le plateau par les commentateurs de l’émission, on voit défiler un montage où apparaît un cormoran pris dans le mazout irakien, se débattant désespérément, à bout de force… Une image d’archive en réalité, reprise d’une marée noire bien française, le cormoran était breton, et passa pendant plusieurs semaines aux journaux télévisés pour faire « malgré lui des faux témoignages » comme devait le formuler Jean-Claude Guillebeaud 17.Il n’est pas difficile de comprendre qu’il a joué un rôle symbolique très important.

Banalisation

23Deux jours avant la guerre, sur TF1 au journal de 13 heures (15/01/1991), Jean-Pierre Pernault présentait la vedette de l’opération « Tempête du désert » : « Une maquette que vous allez voir sans doute beaucoup dans les jours qui viennent, une maquette de toute la zone des combats si la guerre éclate demain et qui permettra de comprendre tout ce qui se passe. Michel Chevalet, expliquez-nous un petit peu ce qu’est cette maquette… » Michel Chevalet : « L’avantage d’une maquette c’est que ça vous permet d’abord d’avoir une situation globale (…) Mais une maquette ça permet de faire déplacer du matériel ; ça c’est un tank, et bien je peux déplacer et vous montrer des mouvements stratégiques, donc c’est dynamique (…) et enfin regardez le troisième avantage d’une maquette, c’est la télévision ! A l’aide d’une petite caméra que je tiens dans la main, regardez là par exemple je me déplace, je passe carrément sur un porte-avions, je vais survoler la baie (…) voici les troupes françaises, je vais voir les troupes américaines, je fais un saut, je passe en Irak (…) pour vous donner, j’oserais dire malheureusement, la dynamique de la guerre. » Il s’agit bien de cela avec cette maquette, puisqu’il ne reste ici de la guerre qu’une dynamique abstraite, illustrant une réalité qui, elle, sur le terrain, va être inhumaine et déchirante. La maquette est comme une lentille déformante sur l’écran qui donne à la fois le sentiment d’une transparence sur les événements à venir et qui dessaisit totalement le téléspectateur de la dimension tragique de ce champ de bataille transformé en jouet. La banalisation de la guerre est totale. On voit encore ici comment la dramatisation d’un côté et la banalisation de l’autre se complètent et s’agencent parfaitement

Une proposition en apparence raisonnable : le mythe d’une « guerre propre »

24En propagande, la dénonciation précède la proposition de l’action pour faire cesser le scandale. Elle doit alors être associée à une proposition en apparence raisonnable qui doit y mettre un terme. Le mythe d’une « guerre propre » fut de ce point de vue un concept percutant.

Des armes propres et efficaces

  • 18  Armand Mattelart, Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte, 2001, p. 37.

25Comme le relève Armand Mattelart 18, une doctrine a étendu son emprise sur la stratégie militaire selon laquelle la puissance aérienne décide du sort de la guerre. « Seul le air power peut la gérer rationnellement, et au moindre coût humain. Ce qui est aussi (…) une façon de se prémunir contre une opinion publique nationale portée au pacifisme. » La doctrine du « air power » se renforce d’un autre argument en faveur de cette prévention. C’est la théorie de la précision d’une nouvelle génération d’armes intelligentes, censées réaliser des frappes chirurgicales concentrées sur des objectifs militaires, excluant tout danger pour les populations civiles.

26Les « points presse » organisés par les militaires, avec des agents spécialement formés à la communication, devant un parterre de journalistes bien disciplinés, nous montraient des images édifiantes sur le déroulement des opérations aériennes censées prouver l’efficacité dans la précision des armes engagées. Jouant de l’émerveillement devant la performance technique, qui faisait de la guerre soudain un objet de prestige, cette haute qualité des armes faisait gonfler ce sentiment vaniteux de la supériorité de l’Occident comme parement d’une justice qui visait un tyran et non son peuple. On flattait la fierté des citoyens d’appartenir à ce camp, à la fois doté des armes radicales assurant la victoire, tout en préservant les pertes humaines non seulement dans le camp des justiciers, mais aussi dans celui des ennemis. Des bombes devenues presque humanitaires, collant parfaitement avec la légitimité d’un droit d’ingérence à l’origine de la justification de l’intervention militaire. Chacun pouvait alors se laisser aller à partager cette « juste cause » à l’ombre d’images confortables et illusoires.

27Dans le journal Libération sous la plume de Serge July, on trouvait assez bien exposées les motivations politiques dont étaient chargées ces armes censées tirer plus blanc (Libération du 21 janvier 1991) : « Si la guerre pouvait épargner les hommes, elle serait nettement plus présentable et de ce fait on pourrait y avoir recours plus fréquemment. Tous les chefs d’État ont rêvé d’une guerre aseptisée que l’on pourrait pratiquer comme la chirurgie : en gants blancs et sans faire de mal aux opinions publiques, le point le plus sensible des sociétés développées. Ce rêve, la confrontation avec l’Irak est en train de le mettre en œuvre grandeur nature : une guerre qui ne répondrait pas à des critères classiques de destruction, mais à des considérations policières de répression (…) Ce que l’on expérimente au Proche-Orient, ce ne sont pas simplement de nouveaux types d’armes, de nouveaux médias, mais une nouvelle forme de guerre. »

Une guerre utile qui ne fait pas mal !

28Lors d’une émission spéciale du Club Dorothée du 30 janvier 1991 sur TF1, consacrée à la guerre en cours, on mettait toute la pédagogie de cette « guerre propre » à profit. Le dispositif plateau est constitué, d’un côté, d’un standard SVP pour recevoir les questions des petits auditeurs triées par les co-présentateurs habituels de l’émission, et de l’autre de Dorothée en compagnie de Patrick Poivre d’Arvor,sur fond de carte stratégique et maquette, où en incrustation dans le golfe Persique on aperçoit de temps à autre en gros plan la tête du consultant. Michel Chevalet est en duplex. Expert des reportages scientifiques sur TF1 il est ici appelé à commenter la technique sur le mode du jouet. Les co-présentateurs : « C’est Thierry qui nous demande : qui va gagner ! » PPDA : « Hum… C’est pas un jeu vidéo… la seule chose qu’on peut dire, c’est que les troupes terrestres américaines et autres sont plus fortes (…) que la coalition alliée devrait l’emporter (…) à la mi-février on va passer à l’offensive terrestre et là on va arriver comme sur une sorte de hérisson, de tête d’épingle. C’est-à-dire qu’il faudra retirer les épingles, les unes après les autres… » Le meilleur reste à venir, lorsque Michel Chevalet intervient : « Moi il y a un mot, il y a une expression formidable que vient de dire Patrick (s’adressant aux petits enfants sur un ton exalté) ; surtout n’oubliez pas que la guerre ce n’est pas un jeu vidéo, c’est parce que nous faisons notre métier nous allons vous montrer l’impact des missiles, parce que la technique le permet, ils sont guidés par laser, ils ont des caméras pour être très précis pour épargner les populations. En aucun cas la guerre c’est un jeu vidéo. » On ne saurait pourtant mieux prouver le contraire de ce que l’on prétend vouloir démontrer, en banalisant à ce point l’usage des armes de destruction massive avec une telle légèreté et un tel engouement. Les médias télévisuels se font un jeu d’arriver même à expliquer aux enfants que la guerre est utile et qu’elle ne fait pas mal. Faut-il plus insister encore sur la responsabilité des journalistes qui en choisissant cette attitude ont défendu, peu ou prou, cette guerre. Lors de l’émission « Bouillon de culture » du 9/02/91, sur l’A2, consacrée à la censure en pleine guerre du Golfe, l’écrivain Jean Larteguy, ancien grand reporter, répondait à Bernard Pivot sur la censure : « C’est pour ça que se comporte de cette manière le commandement américain, justement en limitant l’information parce qu’il a peur de l’opinion publique. Mais c’est vrai, cette opinion publique est très mouvante, elle change souvent, elle est manipulable, par les gouvernements et aussi par les journalistes. On l’a manipulée, nous manipulons l’opinion publique, faut quand même pas jouer les petits saints. »

Une sale « guerre propre »

  • 19  Christine Abdelkrilm-Delanne, La sale guerre propre, op. cit. L’auteur s’intéresse particulièremen (...)

29Cette drôle de « guerre propre » pour un nouvel ordre du droit a été, en fait, un terrain d’essai pour de nouvelles armes d’une puissance destructrice impitoyable, interdites par les conventions internationales. Les munitions à l’uranium appauvri sont apparues sur le champs de bataille, tirées par les avions A10, les hélicoptères Apache… ainsi que par des chars AMX 10 et 30 : « (…) dans le Golfe, dit le général Gallois au magazine Le Vrai Journal en septembre 2000, on a expédié des chars AMX 10 et quelques chars AMX 30 qui, je le suppose pour les premiers et l’affirme pour les seconds, disposaient de ce genre de munitions.(…) Des bombes au napalm “améliorées” depuis la guerre du Vietnam ont été utilisées contre les soldats irakiens dans les tranchées ». L’information a été révélée à l’époque par le Washington Post et le Herald Tribune. Elle fut démentie alors par le Pentagone, qui la confirmera finalement le 22 février. Les bombes à fragmentation d’une nouvelle génération, les « cluster bombs », furent aussi utilisées. La bombe à effet de souffle « fuel air explosive », aux dégâts particulièrement meurtriers, faisait ici aussi sa première apparition, bombe dont l’utilisation est formellement condamnée par le droit international 19.

  • 20  Conduct of the Persian Gulf War, Final Report to Congress.

30Le ministre américain de la défense en avril 1992 exposait au Congrès le bilan de la guerre du Golfe 20. Il révélait qu’en six semaines plus de 95.000 tonnes de bombes avaient été larguées, soit une moyenne de 16 000 tonnes par semaine, chiffre légèrement supérieur à celui des bombes lancées chaque semaine sur l’Allemagne et les territoires qu’elle occupait en 1944. Lors du journal télévisé de 20 heures d’Antenne 2, le 29/03/91, un mois après la suspension des opérations, on apprenait « qu’au cours de cette guerre, les bombardements alliés sont loin d’avoir eu la précision chirurgicale vantée par les militaires à l’aide des bandes vidéo. À peine 7 % des bombes étaient à guidage laser et selon le général américain Mac Pic, 70 % des bombes classiques auraient raté leurs cibles ».

« L’Histoire en direct » : le mythe d’une information parfaite

31La participation à l’action est un autre aspect déterminant de la propagande. L’entrée en guerre impliquait que le citoyen-téléspectateur soit associé à l’action. Il fallait pour remplir cette dimension créer l’unité entre le front et l’arrière, entre militaires sur le terrain et civils dans leurs foyers. Cette solidarité de situation dans la guerre allait être rendue possible grâce à la supériorité des moyens d’en rendre compte, et sous une stratégie de communication parfaitement maîtrisée. Le but, produire l’illusion aux yeux des civils, de maintenir le lien entre action militaire et maîtrise collective de l’action sur le terrain. Le mythe d’une « histoire en direct » allait ainsi prendre le pas sur la notion d’une information objective. Le téléspectateur fut alors invité à entrer de plain-pied dans la distribution de cette fiction, à tenir sa place dans « l’événement-image ».

La promesse d’une information continue en temps réel : « l’Histoire en direct »

32Nous avons assisté, avant même le déclenchement du conflit armé, à l’avènement d’un mythe central de la stratégie de communication visant à favoriser le soutien ou la passivité des populations inquiètes devant le danger de la guerre : le mythe de « l’Histoire en direct ». La guerre avait lieu à un moment où les progrès technologiques de la télévision la mettaient en mesure de présenter instantanément, en direct, des images de n’importe quel point de la planète. Ce qui conférait alors dans le cadre de ce conflit un rôle éminent à la télévision, relativement au droit des citoyens d’être informés. Mais cette possibilité, si elle fut utilisée comme argument commercial de la guerre fut, en fait, largement biaisée. Un flux continu d’images d’archives montées et remontées, de cartes, mélangées à quelques images de nuit de missiles s’élevant d’un porte-avions ou de celles du ciel noir de Bagdad biffé des traits de feu de la DCA irakienne avec quelques explosions de bombes au lointain, ou encore les images des impacts filmées par les caméras posées sur les missiles ou sur les avions, passaient en boucle entre deux interventions d’envoyés spéciaux au Proche-Orient se trouvant maintenus loin du théâtre réel des opérations par les militaires, tout ceci agencé par un journaliste de plateau qui, à Paris, reprenait ponctuellement l’antenne. C’est surtout cette continuité qu’on confondait avec la réalité du direct, tel un véritable rouleau compresseur dès les premières minutes du déclenchement des bombardements dans la nuit du 17 janvier 1991. Il s’agissait en fait d’un simili-direct parfaitement orchestré.

33L’image prit immédiatement le pas sur la presse. L’adéquation entre l’efficacité du temps de réponse de l’image et le développement sur le terrain de l’action militaire donnait la première place à la télévision en matière d’information, les quotidiens souvent contraints de présenter, à côté des articles, des photos copiées-collées extraites de reportages-images passés aux journaux télévisés sur la guerre. Non seulement cela était l’effet de la rapidité de la transmission de l’information, mais aussi de cette faculté supérieure à donner de la situation une vision panoramique, par le jeu de balayage en quelques secondes des principales capitales concernées par le conflit : Bagdad, Amman, Riyad, Le Caire, Jérusalem, Washington.

  • 21  Yves Eudes, CNN face à ses concurrents, un suspense à l’état brut, dans « Manière de voir », Média (...)

34En fait, pour les besoins de la stratégie militaire, il fallait mettre les citoyens en situation de croire être en prise directe avec le terrain des opérations et les décisions prises, tout en organisant un filtrage serré de l’information diffusée par les médias, à commencer par les images du conflit. La chaîne américaine Cable News Network (CNN) se fit immédiatement connaître comme la « chaîne de la guerre », sur laquelle toutes les chaînes de télévision du monde se câblaient comme sur l’œil de l’histoire. Pourquoi ? Ou plutôt comment ? Cela résulte d’un fait technologique, d’une méthode bien rôdée, et d’un accord de circonstance bien ordonné. Au moment où éclate le conflit, voilà deux ans que CNN est devenue la première chaîne de télévision planétaire, relayée simultanément par cinq satellites, dont un soviétique, pouvant ainsi être captée partout dans le monde 21. C’est la chaîne CNN que le président américain G. Bush choisit lors de la crise du Panama pour s’adresser au général Noriega et aux Panaméens, suite au constat du secrétaire de la Maison-Blanche qui disait avoir suivi le coup d’État manqué contre le général sur CNN qui en savait plus que la CIA. Cet intérêt pour CNN est relatif aussi à une méthode, à un style, celui du journal télévisé permanent, rodé sur l’une des deux chaînes du système CNN aux États-Unis, CNN-Headline News. C’est la chaîne sur mesure pour les autorités américaines qui leur permet de projeter l’ambition d’une maîtrise globale et totale de l’information sur la guerre. CNN a dépensé au cours des huit mois de crise puis de guerre dans le Golfe plus de 20 millions de dollars, en y consacrant les trois quarts de son temps d’antenne. CNN a affirmé dans le cadre de cet événement son rôle de « manager » de l’information mondiale tout en étant le bon messager de l’Amérique. La guerre du Golfe fut une circonstance favorable à son modèle d’information, mais n’était-il pas commandé par une ambition politique de nouvel ordre mondial qui servait de toile de fond à ce conflit ? Elle a vendu chaque jour ses images aux télévisions du monde entier, diffusant une information uniformisée, standardisée à la norme américaine, avec à la clé une manne financière colossale. On comprend le caractère docile de cette chaîne à servir des intérêts politiques qu’elle avait toujours rêvé de défendre en se moulant dans une stratégie financièrement opportune pour se saisir d’un leadership. Saddam Hussein lui-même devait choisir CNN pour s’adresser aux nations occidentales, exhiber ses otages, et tenter de donner le change sur sa capacité de riposte.

Banalisation et manipulation

  • 22  Timisoara, après avoir été la ville symbole du soulèvement roumain contre la dictature de Ceausesc (...)
  • 23  Ignacio Ramonet, « L’ère du soupçon », dans « Manière de voir », Médias, mensonges et démocratie, (...)

35Philippe Alphonsi, l’ex-producteur de l’« Histoire d’un jour » sur FR3, dénonçait cet état de fait sur France Inter le 25 février 1991 : « On banalise de façon épouvantable cette guerre (…) on a d’un côté cette censure et de l’autre ce War game bien propre, bien lisse. Curieusement CNN a servi à un moment donné à Saddam Hussein pour faire sa propre propagande. La censure, il est vrai, avait des intérêts cyniquement partagés ; chacun a su tirer profit de la minimisation des pertes. » Voilà comment Marcel Trillat, envoyé spécial dans le Golfe, un des très rares journalistes à défier le consensus ambiant, faisait part de son sentiment concernant la liberté d’exercer son métier, au journal de 13 heures sur l’A2 : « Nous subissons ici une tentative de manipulation de l’information de très grande envergure, bien plus grave que celle de Timisoara 22, une combine, un arrangement à l’amiable entre trois entités dont les intérêts sont convergents. D’une part, les autorités militaires qui veulent éviter à tout prix de connaître à nouveau leur mésaventure de la guerre du Vietnam, au cours de laquelle les images d’horreurs de la guerre diffusées par toutes les chaînes de télévision avaient contribué à retourner l’opinion publique. D’autre part, les grands médias américains qui veulent s’assurer l’exclusivité de la couverture de l’événement. Enfin, les autorités saoudiennes qui semblent confondre allègrement information et propagande. À Riyad ce sont les autorités militaires françaises qui y tiennent sous tutelle les journalistes en leur interdisant toute approche des zones sensibles, tout accès aux véritables sources d’information ! Dhahran (Arabie Saoudite) le 4 février 1991. » Ignacio Ramonet, dans « Manière de voir » en février 1992, souligne une terrible évidence : « Les journalistes, dans le Golfe, ont-ils bien fait d’accepter la logique des militaires, celle des “pools” ? C’était, inévitablement, se rendre complices de mensonges »23. On voit combien cette histoire en direct pouvait être illusoire, et de quelle façon ces contradictions justifient le travail de l’historien tout en réduisant à néant les prétentions de la technique télévisuelle à supplanter la distance et le temps nécessaire à l’analyse de fond.

36L’équation selon laquelle démocratie et liberté de penser, d’informer, faisaient toute la valeur de l’Occident face aux dictatures, aux régimes totalitaire, au régime de Saddam Hussein, devait quoi qu’il arrive perdurer malgré la guerre. Il y avait à cette nécessité un double enjeu : d’une part, cela laissait les mains libres aux militaires pour aller au bout du point prévu de l’opération par les politiques ; d’autre part, cela continuait de nourrir l’image d’un contre-modèle à notre démocratie justifiant politiquement la guerre. Fabriquer une relation de confiance des citoyens avec le processus en cours était ainsi impératif. La possibilité donnée par l’image télévisuelle d’assister à la performance des nouvelles armes dont l’action pouvait être filmée en direct à des milliers de kilomètres était une nouveauté qui faisait prendre le pas à l’image sur toute prise de distance pour beaucoup de téléspectateurs, alors sous l’emprise du sentiment grisant de vivre l’histoire au moment où elle se fait. La qualité trompeuse de l’immédiateté de l’image incitait à ce sentiment de participation aux événements et de maîtrise, de contrôle des conditions à partir desquelles les décisions militaires étaient prises. La technicité des médias se plaçait dans cette logique pour faire entrer de façon subjective le téléspectateur au cœur des actions, pour lui faire adopter le point de vue intérieur de celles-ci. Même rediffusées en boucle, les images réalistes des bombes guidées par des caméras lâchées par les avions avaient cet effet d’esthétisme et de maîtrise fascinant du pouvoir de contrôle des actions et des buts.

  • 24  La revue Esprit a consacré un dossier à ce mode de scénarisation de l’événement, Les reality shows (...)

37Une télé-vérité était alors en train de naître à travers l’idée d’une information parfaite car vécue en direct. On transformait la guerre en un spectacle regardable, en une sorte de reality show, et même en super show. Il s’agissait bien ici de « vendre » la guerre. Ces films à « grand spectacle » sur les grandes batailles de la Seconde Guerre mondiale, comme Le jour le plus long ou Paris brûle-t-il ?... conçus pour faire toucher du doigt au public la réalité de la Seconde Guerre mondiale, qui avaient fait rêver des générations, étaient supplantés par les images spectaculaires d’une guerre en train de se faire. Derrière l’argument d’une authenticité de l’information « en temps réel », on s’est proprement servi ici de cette méthode du reality show 24, qui procède de la reconstruction a posteriori d’une situation vécue, habituellement à des fins de divertissement. Ce qui avait vraiment lieu à travers le flux continu du direct, c’était une reconstruction permanente de la réalité conforme à un schéma prévu d’avance, canalisant ainsi les sentiments comme dans un programme de divertissement à travers une mise en image savante de la guerre.

Mensonges en direct et détournement de la démocratie

38On voit tout l’intérêt de cette « Histoire en direct » totalement scénarisée, maquillée sous les traits d’une vérité psychologique qui n’a rien à voir avec l’histoire. Le cinéma est plein de ces vérités psychologiques qu’on préfère aux vérités historiques lorsqu’elles servent mieux les desseins d’un scénario enjolivant l’histoire pour lui faire adopter les parures d’un conte ou le parti pris d’un héros. Le principal est à cet endroit d’annoncer en quelque sorte la couleur, et de ne pas prétendre faire de l’histoire lorsque l’on met en scène un roman ou un mythe. Mais en ce qui concerne cette frauduleuse « histoire en direct », la mise en intrigue était bien affaire de propagande, c’est-à-dire le fait d’un passage imperceptible de la réalité à la fiction à l’insu des téléspectateurs. On avait l’illusion dans ce miroir d’une image sans traitement, brute de direct. L’illusion d’une absence de mise en forme et donc de l’absence d’une intention. La falsification est d’autant plus indécelable et efficace qu’elle s’élabore en même temps qu’elle touche, en direct, du producteur au consommateur sans laps de temps pour en vérifier du point de vue du téléspectateur la valeur, immédiatement légitimée par cette vérification en trompe l’œil d’une image qui prétend être arrivée brute de réalité, et donc non scénarisée. Une image qui se présentait alors comme politiquement neutre et honnête.

39Philippe Lefait au journal de 13 heures (A2 le 22/03/91), en plein contexte de dénonciation des fausses nouvelles et des mensonges de la guerre, tentait de justifier l’injustifiable. Voilà ce qu’il soumettait à la réflexion des Français à propos de la révélation par les États-Unis de l’exposition de militaires et de civils américains non volontaires à des expérimentations nucléaires, 30 ans plus tôt en pleine Guerre froide : « La différence entre la démocratie et la dictature, c’est que dans la première tout finit toujours par se savoir (…) c’est ce qu’on appelle, le contre-pouvoir. » Comment mieux dessaisir les citoyens de leur rôle, du contre-pouvoir qu’ils représentent, qu’en différant la réalité au-delà du moment où les enjeux battent leur plein ? Comment mieux faire renoncer le citoyen à l’exercice de la démocratie qu’en lui faisant ainsi faire le deuil du contrepoids de sa voix, en lui faisant accepter cette idée qu’il n’intervienne finalement pas au moment des choix, mais postérieurement à eux ? Comment peut-on mieux justifier l’usage de la propagande contre la démocratie ? On voit bien ici comment le débat sur la censure et la mise en scène de l’information dépasse le cadre du problème strict de l’information et des médias, pour devenir soudain bien plus politique.

  • 25  Général Pierre-Marie Gallois, Le sang du pétrole – Irak, Paris, L’Âge d’homme, 1996.

40Voilà comment, par-delà les diverses manipulations entre censure, mensonges et mise en scène, le général Gallois a résumé d’une phrase, dans son livre Le sang du pétrole – Irak, l’opération militaire peu glorieuse de la guerre du Golfe : « Certes, en annexant le Koweït, et en refusant de l’évacuer, l’Irak commettait un délit qui devait être sanctionné, mais, poursuit-il, qu’un ensemble de nations s’arroge à la fois le privilège de dire le droit, de le faire respecter par une avalanche de bombes, de décider arbitrairement de poursuivre indéfiniment des sanctions imposées par la force et de juger de l’ampleur du châtiment “mérité” par l’auteur du délit, voilà qui traduit une conception excessive de ce soi-disant droit d’ingérence »25.

La démocratie sans propagande : les désillusions d’un mythe

41Au regard des dégâts occasionnés par cette guerre et de ses suites, elle ne fut sous aucun point de vue une victoire des droits de l’homme, juste celle de l’émir du Koweït, le Cheikh Jaber al-ahmed al-Sabah, et de l’administration américaine. L’usage de la propagande d’État en temps de guerre montre ici les limites de la démocratie. Une « guerre moderne » qui devait inclure l’opinion publique comme enjeu et otage des buts de guerre. Elle fut impossible sans que la télévision joue un rôle d’instrument au service d’une véritable guerre psychologique.

  • 26  « Les années quatre-vingt et surtout le début des années quatre-vingt-dix ont été marquées par une (...)

42De 1914 à 1991, les valeurs ont changé, le patriotisme ne fait plus recette et les méthodes de persuasion doivent évoluer… Mais l’objectif reste le même, continuer de faire que la solidarité de l’arrière soit, vis-à-vis de l’avant, indéfectible. L’illusion d’un canal direct avec l’information, sans interface politique entre l’image et le citoyen, a participé de façon active à cette dynamique. Le préalable à la diffusion de toute image fut ici pourtant le fait de décisions politiques qui précédaient et formulaient le contenu de l’information. Les médias audiovisuels ont connu depuis ces événements une véritable crise de crédibilité 26.

  • 27  Cité dans Yves Crozet, Dominique Bolliet, François Faure, Jean Fleury, Les grandes questions de la (...)

43La guerre du Golfe a produit une nouvelle donne mondiale. Elle aura été le terrain propice à une démonstration de force de la puissance américaine et de ses ambitions aux yeux du monde. L’intervention américaine en ex-Yougoslavie et en Afghanistan a manifesté le fait qu’il ne s’agissait pas, avec la guerre du Golfe, d’un événement ponctuel avec sa réponse conjoncturelle, mais bien d’un dessein précis, déterminé, et volontariste. Il y a à présent une certaine lisibilité historique de ces événements qui justifie de considérer que nous sommes entrés dans une nouvelle période de l’histoire contemporaine marquée par un projet de réorganisation du monde autour de la puissance américaine. Derrière l’avènement d’une chaîne comme CNN, c’est-à-dire d’une énorme machine à produire des représentations, il faut envisager une pensée plus large. Selon Marshall Mac Luhan, qui annonçait le « village planétaire », les médias sont conçus comme des opérateurs de la pensée, « le médium c’est le message », autrement dit, les outils modifient la façon de penser. L’interprétation technologique veut que dans ce droit fil, « la civilisation de l’écrit succède à la civilisation de l’oral et précède celle de l’image électronique, qui opère des bouleversements majeurs dans les rapports politiques et sociaux »27. Le paradigme technologique n’est pas censé supplanter celui de notre démocratie, et pourtant… Une vision planétaire de la communication est partie prenante de cette dynamique dans laquelle les médias audiovisuels sont une pièce maîtresse. Il y a dans tout cela une idéologie de la conquête.

  • 28  Ignacio Ramonet, La tyrannie de l’information, Paris, Gallimard, 1999, p. 66.

44La télévision nous est présentée comme défendant le « tout image » par opposition avec les pouvoirs qui eux défendent le « zéro image ». Deux logiques qui s’affronteraient au cœur de notre démocratie. Mais cette donne a définitivement changé et on a vu pendant la guerre du Golfe comment le « tout image » était récupéré par les pouvoirs pour servir merveilleusement une censure qui était d’autant plus sûre qu’elle étouffait d’images le téléspectateur en aveuglant la curiosité de savoir bien mieux que le « zéro image ». « 84 % des journalistes estiment avoir été “manipulés” pendant la guerre du Golfe »28. Quelle valeur donner à cette prise de conscience sachant que bon nombre d’entre eux furent partie prenante des manipulations ? Il y a sans doute un consensus inapparent mais efficace entre les journalistes travaillant au sein d’un système et ce système lui-même, car leur indépendance ne saurait être assurée par cette connivence. Il fut heureux de constater que cette connivence pouvait être perturbée par quelques discordances venues de certains professionnels de l’information, soucieux de bien faire leur travail. Il reste que l’opinion publique se voit renvoyer sa responsabilité à elle-même, car elle ne doit pas ignorer que les journalistes ne se substituent aucunement à elle, même lorsqu’ils tentent d’appliquer l’adage selon lequel « la qualité de l’information doit être le reflet de la liberté d’informer ». Entre le premier et le quatrième pouvoir, la guerre du Golfe a montré qu’il y a moins qu’un pas. Fort de l’expérience, le citoyen doit s’enquérir des dernières nouvelles avec lesquelles son libre-arbitre a partie liée, sans oublier de vérifier si la source n’en est pas polluée, et continuer d’affirmer l’exigence de son droit de savoir et donc d’être informé. Rien ne remplace la méthode préventive qui recherche le but indépendant de la connaissance et n’a d’autre sens que d’éclairer les enjeux du futur à l’aune du passé. L’historien n’a, dans ce domaine, que la responsabilité qui lui revient, elle est immense et aussi limitée. Car au moment où l’histoire s’écrit, les hommes, quoi qu’ils trouvent comme arguments pour s’en défendre et s’en remettre à d’autres, sont tous, dans un même instant, ensemble devant l’histoire, les faiseurs de leur monde.

Haut de page

Notes

1  L’excellent ouvrage de Christine Abdelkrim-Delanne, La sale guerre propre, fournit de nombreuses références à cet exposé du déroulement des événements de la guerre du Golfe. Christine Abdelkrim-Delanne, La sale guerre propre, Le Cherche-Midi éditeur, 2001. Voir également, IRAK, la faute, série d’entretiens de personnalités réalisée par Alain Michel et Fabien Voyer. En particulier la préface et l’introduction d’Alain Gresh portant sur le point de vue géopolitique, Alain Michel, Fabien Voyer, IRAK, la faute, Paris, les Éditions du Cerf, 1999.

2  Jean-Pierre Chevènement, Une certaine idée de la République m’amène à…, Paris, Albin Michel, 1992.

3  Voir pour plus de précision, l’analyse que fait Jean-Pierre Esquenazi des rapports du pouvoir gaulliste avec la télévision, Jean-Pierre Esquenazi, Télévision et démocratie, Paris, PUF, 1999.

4  Concernant cette thèse, voir l’article de Didier Georgakakis dans ce dossier.

5  Thomas Hervé, « Comment le Pentagone nous vend la guerre », Culturepub, n° 1, novembre-décembre 2000.

6  Cité par Serge Halimi, « Des journalistes en tenue camouflée », dans « Manière de voir », Médias, mensonges et démocratie, n° 14, février 1992, du Monde diplomatique, p. 24.

7  Cité dans Yves Crozet, Dominique Bolliet, François Faure, Jean Fleury, Les grandes questions de la société française, Nathan/HER 2000, p. 297. Voir sur cette question l’analyse de Pierre Bourdieudans L’opinion publique n’existe pas, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

8  Thomas Hervé,« Comment le Pentagone nous vend la guerre », op. cit.

9  Présenté par Gérard Chaliand, La persuasion de masse, Paris, Robert Laffont, 1992.

10  Serge Halimi, Des journalistes en tenue camouflée, op. cit., p. 24.

11  Herbert I. Schiller, Manipuler et contrôler les cœurs et les esprits, dans « Manière de voir », Médias mensonges et démocratie, Monde diplomatique, n° 14, février 1992, p. 19.

12  Pierre Gallois est général de l’armée de l’air, spécialiste de la dissuasion nucléaire, IRAK, la faute, op. cit., p. 226.

13  L’Express du 30/08/90.

14  L’Express du 2/11/90.

15  Les lundis de Delfeil de Ton, Le Nouvel Observateur, 27 juillet-2 août 1995, n° 1603.

16  Patricia Latour, Maurice Cury, Yves Vargas, IRAK Guerre-embargo-mensonges et vidéo, Paris, Le Temps des Cerises, 1999, p. 150.

17  Daniel Bougnoux, Pierre Bourdieu, Régis Debray, Jean-Claude Guillebeaud, Gérard Leblanc, Paul Virilio, Les mensonges de la guerre du Golfe, Paris, Arléa-Reporters sans Frontières, 1992.

18  Armand Mattelart, Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte, 2001, p. 37.

19  Christine Abdelkrilm-Delanne, La sale guerre propre, op. cit. L’auteur s’intéresse particulièrement aux conséquences sur les civils et les militaires de l’utilisation, lors de la guerre du Golfe, des armes interdites par les conventions internationales, spécialement des munitions à l’uranium appauvri. Il est à noter que le parquet de Paris a ouvert en juin dernier une information judiciaire pour « homicides et blessures involontaires » afin d’étudier les pathologies dont se plaignent certains militaires ayant participé à la guerre du Golfe et de déterminer leur lien éventuel avec des substances toxiques auxquelles ils auraient été exposés.

20  Conduct of the Persian Gulf War, Final Report to Congress.

21  Yves Eudes, CNN face à ses concurrents, un suspense à l’état brut, dans « Manière de voir », Médias mensonges et démocratie, Le Monde diplomatique, n° 14, février 1992.

22  Timisoara, après avoir été la ville symbole du soulèvement roumain contre la dictature de Ceausescu (novembre 1989), a ensuite été entachée de l’accusation de manipulation. Le fameux charnier découvert n’en était pas un, mais une macabre mise en scène, quelques dizaines de corps avaient été amenés là pour les caméras. Les 4 000 morts qui avaient été annoncés avec fracas par des journalistes occidentaux n’ont jamais existé…

23  Ignacio Ramonet, « L’ère du soupçon », dans « Manière de voir », Médias, mensonges et démocratie, Le Monde diplomatique, n° 14, février 1992.

24  La revue Esprit a consacré un dossier à ce mode de scénarisation de l’événement, Les reality shows, un nouvel âge télévisuel, n° 188, janvier 1993-1.

25  Général Pierre-Marie Gallois, Le sang du pétrole – Irak, Paris, L’Âge d’homme, 1996.

26  « Les années quatre-vingt et surtout le début des années quatre-vingt-dix ont été marquées par une méfiance accrue à l’égard des médias », Louis Dirn, Le société française en tendances 1975-1995, Paris, PUF, 1998, p. 445.

27  Cité dans Yves Crozet, Dominique Bolliet, François Faure, Jean Fleury, Les grandes questions de la société française, op. cit.

28  Ignacio Ramonet, La tyrannie de l’information, Paris, Gallimard, 1999, p. 66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guylain Chevrier, « Guerre du Golfe et télévision : un mariage stratégique », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 86 | 2002, 63-84.

Référence électronique

Guylain Chevrier, « Guerre du Golfe et télévision : un mariage stratégique », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/1708

Haut de page

Auteur

Guylain Chevrier

Docteur en Histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page