Navigation – Plan du site
DOSSIER

Télévision et espace public sous De Gaulle

Jean-Pierre Esquenazi
p. 49-61

Résumé

Le général De Gaulle a inventé, pour son usage exclusif, un espace public monopolistique : l’ORTF est devenue le propagateur de ses décisions. Mais toute monopolisation doit en démocratie justifier ses prétentions à l’universel : les premières émissions politiques, et peut-être les plus riches, de la télévision française, en ont résulté.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Dans deux passages de Raisons pratiques (1994), Pierre Bourdieu décrit les conséquences paradoxales de tout exercice du pouvoir qui prétend gouverner au nom de principes généraux. La « monopolisation de l’universel », selon l’expression de l’auteur, conduit inévitablement ce pouvoir à miner ses propres fondements. Suivons son raisonnement, qui apparaît particulièrement dans les textes intitulés « Esprits d’état » (p. 128-133) et « Un fondement paradoxal de la morale » (p. 235-240).

2Tout d’abord il note comment l’établissement de normes et de lois par les appareils d’État sert les intérêts du pouvoir en délimitant l’action des acteurs sociaux. Il ajoute que les règles édictées le sont le plus souvent au nom de principes qui dépassent l’actualité de l’État. Il y a en effet un grand intérêt à affirmer qu’on agit au nom de valeurs universelles puisqu’on peut ainsi dissimuler les profits privés attendus de l’application de ces valeurs. La stratégie des agents du pouvoir qui consiste à masquer une décision circonstancielle en la recouvrant par l’apparence du droit en découle : en se présentant comme les exécuteurs de principes universels, ils veulent préserver, aux yeux du public, leur intégrité morale et politique.

3Mais alors, ces agents de l’État doivent aussi obéir à leurs propres règlements : leur prétention à l’universel les obligent à se soumettre à l’image qu’ils en ont donnée. C’est ainsi que « les personnages officiels [sont conduits] sinon à sacrifier leur point de vue particulier au point de vue de la société, du moins à constituer leur point de vue en point de vue légitime, c’est-à-dire universel, notamment par le recours à une rhétorique de l’officiel » (p. 132). Ainsi, en revendiquant une valeur universelle pour des principes destinés à maîtriser le gouvernement, le pouvoir secrète les germes de sa propre contestation. S’il a intérêt à régler sa conduite sur l’universel, il lui faut en assumer aussi les conséquences imprévues.

4Je voudrais proposer une analyse de l’usage gaullien de la télévision fondée sur cette analyse bourdieusienne. De Gaulle, arrivant au pouvoir, est décidé à restreindre de toutes les manières possibles les pouvoirs du Parlement. Rapidement, il décide de « remplacer » ce dernier par la radio et la télévision : il s’adressera directement aux Français à travers les nouveaux médias. Cette monopolisation de l’espace public est justifiée par l’universelle accessibilité des médias et par la légitimité actuelle de chef de l’État. Mais quand le Général voudra pérenniser et donc universaliser cette forme de gouvernement, quand donc il provoquera les premières élections présidentielles, devenant lui-même simple candidat, il en subira les conséquences et devra concéder des apparitions télévisées aux autres candidats. Celles-ci interdisent la poursuite de l’usage monopolistique de la télévision par De Gaulle. Il s’ensuit une période assez troublée du politique à la télévision. Des expériences nouvelles suscitent passions et polémiques, sous l’œil passionné des Français. Il faudra l’institution d’une nouvelle mythologie de l’universel par Giscard d’Estaing, fondée d’une part sur l’idéologie de la « classe centrale » et d’autre part sur la rationalité de la technocratie, pour mettre fin à cette période.

Conditions de l’instauration du monopole de l’espace public

5Les motifs immédiats qui ont poussé De Gaulle à se désintéresser du Parlement et à choisir de s’adresser aux Français à travers radio et télévision sont bien connus. Sa méfiance vis-à-vis de la classe politique, l’absence d’une majorité parlementaire stable qui pourrait le soutenir, la volonté de rester fidèle à « l’homme du 18 juin » et à l’engagement envers une France éternelle, sa personnalité singulière, le poussent à tenter de rétablir un contact sinon personnel du moins personnalisé avec les Français. Il ne s’agit pas seulement de proposer un discours politique cohérent et unificateur, mais aussi de donner corps à ce discours grâce à la puissance d’un style à la fois original et vigoureux. On pourrait exprimer cela en utilisant le vocabulaire de Goffman (1987) : le sociologue américain distingue l’auteur d’un discours, qui est son concepteur, du responsable qui en assume la charge ; quant à celui qui est chargé de sa présentation effective, il le nomme animateur. Dans notre cas, un seul homme assume tous ces rôles mais à des titres divers : ainsi « l’auteur » De Gaulle bénéficie de la présence incomparable du Général, remarquable « animateur », pour offrir au Président « responsable » un succès extraordinaire.

6Parmi les raisons qui vont permettre l’accomplissement du projet gaullien, on peut en retenir deux qui sont essentiellement politiques et une troisième redevable de l’état du champ médiatique de l’époque.

7La première d’entre elles tient à l’effondrement du champ politique entre 1956 et 1958. Seul le Parti communiste demeure égal à lui-même, maintenant ses positions contre la guerre, mais de plus en plus isolé en raison des révélations venues d’Union soviétique qui éloignent de nombreux « compagnons de route » ; les autres partis semblent avoir implosé. Aussi le Général ne trouvera guère d’opposition devant lui. Entre 1958 et 1964, la seule décision du gouvernement qui sera réellement contestée concerne justement l’élection au suffrage universel du président de la République. Les élections législatives de novembre 1962 mettront fin à l’embellie de l’opposition avec le triomphe du parti du Général, l’UNR. En outre, la population garde l’espoir que De Gaulle parviendra à mettre un terme à la guerre d’Algérie ; cette confiance demeure le sentiment dominant à son égard. Ce qui compte de ce point de vue, c’est l’arrêt de la guerre, quel qu’en soit le moyen ; on comprend alors que les brusques changements d’opinion du Général à propos de ces moyens n’aient pas ébranlé l’opinion.

8Seconde raison, la structure fragile et trompeuse de l’espace public français avant 1958. Son organisation associe un parlementarisme houleux avec l’existence d’une presse d’opinion vivace et puissante, du moins en apparence. Faute de continuité, les différentes tentatives de Troisième force resteront fragiles face aux extrêmes. L’épisode de la Communauté européenne de défense et la victoire du Parti communiste et du RPF rassemblés pour l’occasion en témoignent. On sait que le projet de Communauté européenne de défense, inspiré par les Américains, vise à reconstituer une armée allemande devant une supposée menace soviétique. Aussi on forme le projet d’une armée européenne sur le modèle du « pool charbon-acier ». Mais les arguments des gaullistes et des communistes unis cette fois par leur anti-américanisme et le refus d’une supranationalité dans le domaine de la défense font échouer le projet, pourtant défendu par l’ensemble des partis de gouvernement. Les prises de position dans le débat, qui rassemblent ceux qui se présentent comme des adversaires sur l’échiquier politique, déconcertent l’opinion.

9De même, les débats parlementaires à propos des conflits coloniaux restent confus : la gauche parlementaire hésite entre sa conviction que la colonisation a fait connaître les idéaux républicains à des populations ignorantes et l’effroi devant les engagements militaires durables que cette foi induit. Les arguments de la droite qui balancent entre la grandeur de la France et des intérêts plus prosaïques sont tout aussi incertains. En outre, les changements de gouvernement et d’alliances provoquent d’innombrables volte-face de la part de politiciens prêts à tous les compromis pour conserver leurs situations. Le sérieux de la discussion publique ne peut qu’en souffrir.

10Celle-ci est en outre soumise aux attaques fréquentes et souvent violentes d’une presse d’opinion puissante qui ne cesse pas de commenter et de critiquer les décisions (ou l’absence de décision) des politiciens. Les principales signatures de la presse ne mâchent pas leurs mots et parfois confisquent le débat à leur profit. Pourtant les échanges sont nombreux entre politiciens et journalistes, qui fréquentent les mêmes lieux et utilisent les mêmes problématiques. Certains journalistes n’hésitent pas à se lancer dans l’arène, comme le montre par exemple Philippe Tétart (2000) dans son étude sur France-Observateur. Cependant, on peut douter du fait que le fruit de ces débats et de ces controverses touche une majorité de citoyens. Le circuit très fermé où se complaisent politiques et journalistes laisse peu de place aux préoccupations des Français. Les enquêtes menées à l’époque en témoignent. Par exemple celle provoquée par Marie-Françoise Giroud et l’hebdomadaire L’Express en 1957 sur la « nouvelle vague » française démontre à l’envie que les soucis des plus jeunes classes d’âge ne sont guère politiques. Elles veulent surtout être débarrassées des fléaux des guerres coloniales et avoir la possibilité de vivre plus librement : non pas accompagner les luttes politiques de l’époque mais s’affranchir des principes moraux les plus coercitifs, ne plus consacrer leur vie au travail semblent les désirs essentiels des jeunes générations. Elles disent encore le peu de confiance qu’elles accordent aux différents acteurs du politique. Ces résultats surprennent les organisateurs de l’enquête qui ne savent comment les interpréter (en témoignent les réactions de Henri Lefèvre, chargé par L’Express de donner son sentiment).

11L’espace public français est donc marqué par la permanence de problèmes politiques débattus par une élite politique et médiatique sous forme de controverses et de disputes. Le résultat est un désintérêt général grandissant de la population, non pas pour les problèmes eux-mêmes, mais pour la façon dont ils sont examinés. Dans ce paysage quelque peu dévasté, l’initiative gaullienne est donc la bienvenue.

12Pour bien mesurer son impact, il faut rappeler ce qu’est la télévision française de l’époque. Il faut d’abord se souvenir que son développement est contrôlé par les instances étatiques ; le projet qui la soutient, celui d’éduquer de façon divertissante le téléspectateur, en découle. La mainmise de l’État sur l’institution télévisuelle constituait évidemment une condition de possibilité de son usage gaullien. Par ailleurs, la télévision est loin d’être ce robinet à images que nous connaissons aujourd’hui ; des rendez-vous sont établis avec le spectateur pour construire une programmation raisonnée et limitée. Elle est en outre confinée aux limites du territoire : les échanges sont encore limités et les programmes sont essentiellement nationaux. La télévision de 1958 est profondément centripète. Ajoutons que ses moyens sont encore faibles. Le « direct » est loin d’être une technique simple et souple : le poids des caméras et de la technique borne son utilisation aux studios. La diffusion en direct de grands événements est donc très rare ; le sport par exemple, est loin de bénéficier des facilités des transmissions actuelles. Remarquons enfin que lorsque De Gaulle arrive au pouvoir, la télévision est loin d’être répandue. En 1957, seule 6,1 % de la population dispose d’un récepteur. La radio est alors le média le plus important : d’ailleurs les premières allocutions du Général seront surtout suivies à la radio (pour plus de détails sur la situation de la télévision, voir Bourdon 1994).

La pratique gaullienne et ses premiers effets

13Quels sont dans ce contexte les effets du projet gaullien qui conduit le Général à intervenir sur les ondes à chaque fois qu’un événement grave survient ou lorsque lui-même a pris une décision importante ?

14Le premier d’entre eux est proprement médiatique. Les allocutions gaulliennes font « événement ». Comme je l’indique dans Télévision et démocratie (1999), les comptes rendus de presse des prestations du Général commencent le plus souvent par célébrer la cérémonie politique que ces retransmissions induisent. Par exemple le 20 juillet 1964, le journaliste de Combat François Caviglioli annonce dans les termes suivants une conférence de presse du Général : « Jadis les conférences de presse tenaient les Français en haleine. L’affaire algérienne ayant été réglée, nos compatriotes n’attendent plus les déclarations de De Gaulle avec le même intérêt […] Mais avec le général De Gaulle et son art de s’installer sur l’Olympe en prenant place devant les journalistes, une surprise n’est jamais tout à fait impossible. »

15Les interventions télévisées du Général anticipent une organisation de la télévision fondée sur le « direct », sur la simultanéité de l’événement et de sa diffusion. Les interventions gaulliennes donnent l’impression aux Français qu’ils assistent, en même temps qu’au spectacle des allocutions du Général, au passage de l’histoire. Le Général est, comme l’écrit Jérôme Bourdon, « la première star de la télévision française » (p. 53). Aussi n’est-il pas absurde de faire le rapprochement entre l’évolution rapide du parc de récepteurs et l’arrivée au pouvoir du Général : en cinq ans le nombre des foyers équipés est multiplié par 4. Ainsi, les rassemblements de villageois devant le poste du Café du commerce perdent progressivement leur importance au fur et à mesure que chacun dispose de son propre poste et peut contempler le Général depuis son canapé.

16Le second concerne la vie politique française. Nous avons souligné ses caractéristiques pendant la période immédiatement précédente à la prise de pouvoir de De Gaulle, à la fois morcelée et bornée. Les allocutions et les conférences de presse du Général lui redonnent une forme d’unité. De Gaulle pose les problèmes, propose ses solutions : les premiers servent de base à la réflexion et les secondes sont discutées. Même L’Humanité doit se résoudre à faire ses titres avec les révélations apportées par les discours du Général. Ce dernier impose aux prises de position qui suivent de tenir compte d’un fond politique largement partagé, celui que les interventions télévisées ont popularisé. Aussi ne me semble-t-il pas imprudent d’écrire que le nouvel agencement télévisuel de l’espace public français imposé par De Gaulle a contribué à la restructuration de la vie politique française pendant les années 60.

17Le troisième effet de l’alliance entre la télévision et le Général relève du talent particulier de celui-ci. Ses allocutions sont en effet de véritables leçons de politique, qui voient l’orateur jouer avec une maestria extraordinaire des trois personnages rassemblés en sa personne : le légendaire auteur de l’appel du 18 juin, le garant impartial de la République française et la personne qui possède la légitimité nécessaire pour agir au nom de l’État. Le premier de ces trois De Gaulle constitue la trame historique partagée par la population tout entière et lie chaque intervention du Général à la mémoire de la Nation. Ce De Gaulle historique et animateur du discours reste le plus souvent en retrait, sauf lors de l’allocution qui suit le putsch d’Alger et qui commence par : « Si j’ai revêtu l’uniforme pour parler aujourd’hui, c’est pour marquer que je le fais comme étant le général De Gaulle aussi bien que le chef de l’État. » Le second est présent dans chacune des formulations impersonnelles du Général responsable de l’État : celles-ci ont pour fonction d’affirmer la continuité du pouvoir et la légitimité de celui qui s’exprime en son nom. À travers le troisième enfin, De Gaulle démontre la force de son engagement personnel et auteuriste dans la mesure où il incarne actuellement ce pouvoir. De Gaulle aime particulièrement des formules comme « Au nom de la France, j’ordonne… » qui expriment en même temps sa légitimité et sa fermeté naturelle. Les actes de langage essentiels à l’action politique, celui de représentation et celui d’expression, trouvent dans le discours télévisuel gaullien une sorte de perfection (pour une analyse détaillée, Esquenazi 1999 : p. 43—63).

18Il faut donc ne pas mésestimer les conséquences positives de l’invention d’un espace public télévisuel par le général De Gaulle. Cependant, bien entendu, cette forme particulière portait en elle-même les germes de sa dégradation : l’espace public ne peut pas rester par définition dissymétrique sans être interprété comme le site d’une propagande. Le monopole que le Général avait inventé pour son propre usage ne pouvait perdurer que si lui-même demeurait sans discussion président de la République. Dès lors que le principe d’une élection au suffrage universel était décidé, il fallait permettre à chaque candidat d’avoir la possibilité de s’exprimer à la télévision. Tout à coup, De Gaulle a cessé d’être le législateur de l’universelle loi, mais l’un de ses objets.

Le tournant du référendum

19Cette obligation faite à l’État gaulliste a constitué pour ce dernier son passage à travers ce qu’on pourrait appeler « le paradoxe de Bourdieu » : dès lors qu’une règle, d’abord conçue pour autoriser l’établissement d’un gouvernement, s’applique à ceux qui détiennent le pouvoir, sa nature va changer en contraignant l’ensemble des intervenants du champ à admettre l’universalité de la règle. Il est intéressant de se remémorer le déroulement des événements.

20Le point de départ en est la décision du Général d’institutionnaliser (d’universaliser) son pouvoir. Il veut donner à sa monopolisation de l’espace public la légitimité d’une élection au suffrage universel (par exemple, Agulhon et alii, 1995). Il veut soumettre son projet au référendum, qui se tiendra finalement le 28 octobre 1962. Son dessein est immédiatement contesté par toute la classe politique du moins celle qui a été mise à l’écart par l’arrivée au pouvoir de De Gaulle. Le « Cartel des non » compte défendre les principes républicains, c’est-à-dire les prérogatives du Parlement. Il est en effet remarquable que les arguments de Paul Reynaud, qui a pris la tête de la rébellion, portent sur le dessaisissement de l’espace public parlementaire. Les éditorialistes emboîtent le pas à la révolte des politiques en soulignant combien la réforme implique un risque de réduction drastique de l’espace public (par exemple Beuve-Méry 1974). Comme le soulignent Berstein et Milza (1992), la partie semble inégale : tous les partis ou presque, tous les syndicats, toute la presse appellent à s’insurger contre le projet gaulliste en votant non au référendum qui doit officialiser la proposition. De Gaulle a contre lui la totalité des voix importantes de l’espace public « classique », celui qui a perduré jusqu’en 1958. Pourtant le résultat est écrasant : 62,5 % des électeurs ont voté « oui ». Ce résultat entérine à la fois la perte d’influence des élites de la Quatrième République et la relation nouvelle qu’a su créer le Général avec les Français grâce à la radio et surtout la télévision. Notons combien ce résultat, décisif pour toute la suite de la vie politique française, contredit le fameux schéma du « two-steps flow » popularisé par Lazarsfeld et d’autres (par exemple Katz 1960) : ceux-ci ont soutenu que l’influence de la télévision et des médias lors d’élections était minime, les électeurs restant fidèles aux opinions de personnalités impliquées dans l’espace public. Le référendum de 1962 démontre que cette thèse ne vaut que pour certaines situations politiques ou médiatiques.

Les conséquences de l’élection présidentielle

21On connaît le déroulement surprenant de l’élection présidentielle de l’automne 1965 : c’est d’abord Mitterrand qui impressionne en parvenant à se présenter au nom des socialistes mais aussi en bénéficiant du soutien des communistes. Puis la candidature Lecanuet trouble la droite, étonnée qu’on ose s’opposer au Général. Ce dernier, persuadé d’être élu dès le premier tour, ne prend pas au sérieux la menace et ne s’intéresse pas aux émissions offertes par l’ORTF aux candidats. Ceux-ci en profitent pour se présenter et pour expliquer leurs programmes. Les téléspectateurs apprennent qu’il y a d’autres idées politiques sur le marché et que De Gaulle n’est pas le dénouement nécessaire de l’élection. Effectivement, le Président en titre n’obtient pas la majorité absolue et doit affronter Mitterrand lors du second tour. Il comprend qu’il doit aussi convaincre : il apparaît à la télévision, pugnace et volontaire, lors d’entretiens avec Michel Droit et gagne le second tour sans cependant écraser son adversaire.

22Les surprises à la fois médiatiques et politiques qu’ont engendrées les deux tours de l’élection présidentielle ne laissent pas intacte l’idée admise du rôle de la télévision. Même au sein du pouvoir, on comprend qu’il n’est plus possible de monopoliser l’information. Le Général lui-même sera moins présent. Si les conférences de presse télévisées sont presque aussi fréquentes, les allocutions deviennent plus rares. La télévision, comme on dit, « se libéralise ». Mais il est assez vain de chercher des responsables de ce processus. S’il est vrai que Jacques Thibau, nouveau patron de l’ORTF, organise le mouvement, ce dernier n’est que le résultat presque mécanique de l’effet secondaire de la monopolisation de l’universel en démocratie : le temps est venu où le monopole ne peut que s’effriter de l’avis même de ceux qui jusque-là en profitaient.

23Les conséquences télévisuelles sont immédiates : deux émissions naissent, l’une presque expérimentale, qui trouve refuge sur la deuxième chaîne naissante, et l’autre très officielle qui passe sur la première chaîne une fois par mois le lundi soir avec des taux d’écoute importants. Parlons d’abord de l’expérience Zoom, dirigée par André Harris et Alain de Sédouy et fille des pratiques du cinéma direct et de l’esprit de la nouvelle vague. On y sent aussi l’école française du documentaire, représentée par Chris Marker et Alain Resnais, comme celle du cinéma ethnologique de Jean Rouch. L’émission n’a pas la visée didactique et synthétique de Cinq colonnes à la une mais tente de rendre compte de sa façon pointilleuse, précise et dialogique de formes de vie multiples et variées. Même Michel Debré, interviewé dans l’une des premières émissions, doit se soumettre à la caméra à la fois lente et inquisitrice des auteurs. L’émission révèle à ceux qui peuvent la capter (la seconde chaîne ne dessert encore qu’une petite partie du territoire) une France multiple et plus consciente d’elle-même qu’il n’y paraît. Zoom constitue finalement une entreprise assez systématique destinée à installer dans l’agenda de l’espace public des préoccupations seulement indirectement politiques : ce sont les mœurs et les conduites qui sont interrogées plutôt que les idéologies. Zoom connaîtra son heure de gloire et son chant du cygne dans une même émission, lorsqu’elle réussit à organiser un débat entre certains acteurs des événements de mai 1968.

24C’est cependant Face à face, produite par Jean Farran, qui accapare l’attention. L’émission engage plus directement le personnel politique d’abord confronté à des journalistes ; ensuite, rebaptisée En direct avec, elle offre des débats entre politiciens. L’histoire de l’émission, jalonnée de polémiques et d’hésitations, est extrêmement intéressante parce qu’elle révèle les réticences du pouvoir gaulliste. Ce dernier regrette l’ère dorée du monopole tout en comprenant qu’on ne peut revenir en arrière. Aussi invite-t-on des personnalités de l’opposition tout en les soumettant à un feu nourri de questions. L’émission consacrée à Mitterrand le 9 mai 1966 provoque même une sorte de scandale. Les éditorialistes de la presse écrite prennent la défense du chef de file des socialistes, rudement interrogé par deux journalistes gaullistes, Roger Stéphane et Pierre Charpy, sur l’affaire de l’Observatoire mais aussi sur ses alliances politiques. Le Monde et Viansson-Ponté montent au créneau pour réclamer qu’un équilibre politique soit respecté parmi les journalistes invités. Une discussion naît sur la nature du débat politique télévisé et sur la représentativité des journalistes. Ceux-ci doivent incarner la totalité du champ des opinions, estime l’éditorialiste du Monde. En conséquence, il faut veiller, pour que la neutralité du questionnement soit assurée, à ce que l’équilibre des opinions soit respecté parmi les journalistes.

25On voit que ces premières émissions politiques de la télévision provoquent un début de réflexion sur la nature de l’espace public. En même temps, ces débats sont presque dépassés. Car les propositions de Viansson-Ponté qui s’inscrivent dans le droit fil de celles de Habermas dont la première édition allemande de L’espace public est parue en 1962, font référence à un état du champ journalistique structuré par des critères idéologiques : dans ce contexte, ce sont les engagements politiques des institutions et des journalistes qui définissent les identités des uns et des autres : quand René Andrieu, éditorialiste à L’Humanité, intervient, il le fait au nom de l’opinion communiste. Mais la montée en puissance des médias généralistes, radios et télévisions, va bientôt obliger les journalistes audiovisuels (puis, par capillarité, les journalistes de la presse écrite) à s’exprimer au nom de l’opinion en général et non plus au nom d’une opinion particulière. Les instituts de sondage et l’obtention d’une opinion obtenue par le calcul donneront sa légitimité à cette attitude. Mais n’anticipons pas et revenons à l’époque gaullienne.

26L’époque qui précède immédiatement mai 1968 est marquée par des turbulences importantes. Le Général n’est guère satisfait de la nouvelle situation. Lui-même ou ses représentants multiplient les interventions, qui interdiront la poursuite des expériences menées à l’ORTF, ou du moins les ralentiront sérieusement. Les grèves qui se succèdent dans l’institution n’arrangent rien, sans compter différentes hésitations sur la formule du Journal télévisé. En outre, on entreprend de débattre sérieusement du problème du statut de la télévision. Certains commencent à défendre l’idée de télévision privée ; et certains ministres du gouvernement préparent l’introduction de la publicité malgré l’opposition d’autres ministres (Bourdon, 1994 : 96). Bref, c’est une période de confusion, d’attente et de repli ; cependant il semble acquis que la télévision ne peut manquer de jouer un rôle sinon décisif du moins important dans la discussion publique. Ce qui ne manquera pas de se vérifier à partir de 1969 dans ce qui est peut-être la période la plus riche de la télévision française en ce qui concerne les émissions politiques.

Un espace public en mouvement

27Entre 1969 et 1974, la situation est d’abord déterminée par un conflit politique : la mort du Général est suivie par l’élection à la présidence de Pompidou qui représente la frange la plus conservatrice du gaullisme. Mais la popularité de Chaban-Delmas, autre héritier légitime, représentant d’une branche à la fois plus moderne et plus populaire, oblige le nouveau président à nommer ce dernier Premier ministre. Les conflits vont se multiplier entre les deux hommes, en particulier à propos de la télévision. Les tentatives du second, qui nomme par exemple Pierre Desgraupes à la direction de la première chaîne à l’issue de difficiles négociations (Bourdon, 1994 : 114), pour laisser à l’ORTF une sorte d’autonomie, sont importantes. Cependant ses efforts pour donner son indépendance à l’information télévisée sont sans cesse contrecarrés par les partisans d’une télévision soumise aux désirs de l’institution politique. La très célèbre déclaration de Pompidou de l’été 1970 illustre avec force cette position : « L’ORTF, qu’on le veuille ou non, c’est la Voix de la France. »

28À ce désaccord politique s’ajoute une autre compétition qui secoue souterrainement le champ journalistique. Comme on y a fait allusion plus haut, l’arrivée de journalistes éduqués « à l’américaine » qui envisagent le public des médias comme une totalité et non plus comme la réunion de communautés différenciées selon un ensemble de jugements et d’opinions, modifie la structure des rapports dans le champ. Ces nouveaux journalistes, qui se sont formés à la radio plutôt que dans la presse écrite, qui pensent qu’une émission de télévision ne peut plus se contenter d’être politique mais doit être aussi spectaculaire, mènent la vie dure aux anciens. C’est Actuel 2, produite par Jean-Pierre Elkabbach pour la deuxième chaîne, qui sera le premier fleuron de cette nouvelle télévision : bâtie autour d’un invité pas toujours politicien, elle traite alternativement de questions de sociétés et de questions politiques.

29Ces différents conflits, ajoutés à la longue négociation sur le Programme commun de gouvernement entre socialistes et communistes, font de cette période un moment à la fois expérimental et scandaleux. Tout le monde est convaincu que la télévision doit jouer un rôle dans la discussion publique : les effets de l’élection de 1965 ne se sont pas dissipés et ne se dissiperont plus. Quant à savoir si ce rôle doit être canalisé par le gouvernement ou si l’opposition peut bénéficier d’accès plus larges à l’information, les avis sont partagés. Mais, du point de vue qui nous préoccupe maintenant, le contraste le plus intéressant concerne le statut et la forme des émissions. En effet, cohabitent des émissions comme À armes égales où s’affirme encore une conception oratoire de l’expression politique à la télévision, tandis que Jean-Pierre Elkabbach et Jean-Marie Cavada promeuvent avec Actuel 2 une compréhension interlocutive de l’espace public télévisuel : d’un côté le plaidoyer, l’allocution ou la harangue, toutes formes de dissertations orales ; de l’autre, la discussion, la dispute ou l’interrogation fondées sur l’idéal du dialogue ou de la conversation.

30L’émission la plus intéressante est sans nul doute À armes égales, qui tente d’intégrer les tendances nouvelles aux formes anciennes. Le morceau principal de l’émission est constitué par un débat entre deux personnalités politiques autour d’un thème. Mais avant d’en arriver là, on projette deux courts films produits par chacun des invités pour qu’ils expriment leurs vues sur le sujet : on intègre donc une argumentation par l’image aux arguments oraux que doivent ensuite échanger les invités. Après le scandale provoqué par Maurice Clavel refusant de participer au débat parce qu’on a coupé quelques images de son film (« Messieurs les censeurs, bonsoir ! »), on préférera présenter des portraits politiques des invités suivis des commentaires que ceux-là inspirent à ceux-ci. André Campana présente ensuite un sondage sur le thème du débat. Ces résultats statistiques sont eux aussi commentés par les dessins de Piem qui insistent sur les préjugés et les idées toutes faites que les questions du sondage véhiculent. Vient enfin l’affrontement des arguments. Quand les orateurs ont été formés à l’éloquence classique des meetings politiques, le débat peut atteindre des sommets dans l’élégance rhétorique. Alors tout se passe comme si le dispositif gaullien s’était dédoublé : les orateurs ne font plus face à la caméra mais se regardent tandis que le présentateur, situé entre eux et face au téléspectateur fait figure d’arbitre le plus souvent muet du débat.

31À Armes égales manifeste d’une façon extrêmement claire l’effet décrit par Bourdieu de la décomposition inévitable du monopole de l’universel : le lieu du monologue gaullien est devenu une arène ouverte au débat entre des représentants d’opinions opposées. L’espace public télévisuel est maintenant partagé ou divisé. Dans l’un de ces débats, Alexandre Sanguinetti et François Mitterrand s’interrogent sur le statut du Parti communiste dans la vie politique française. Le premier, au terme d’une argumentation serrée, lui attribue le rôle d’une « église, avec ses dogmes, qui croit comme l’inquisiteur qu’en brûlant les corps on sauve les âmes ». Le second affirme qu’allié avec un parti démocratique, le Parti communiste doit taire sa doctrine dogmatique, à travers un effet analogue à l’effet d’universalité décrit par Bourdieu ; aussi s’unir avec lui c’est, du point de vue de Mitterrand, diminuer son influence. Ces argumentations, énoncées clairement, présentées avec soin, prennent le téléspectateur à témoin sans rien déceler des visions politiques des orateurs. Le spectacle se résume aux raisonnements des deux hommes et le modèle de l’émission semble le concours d’éloquence des anciennes universités. À armes égales est passionnément suivie par les Français, si on en croit les sondages et si on lit les comptes rendus de presse souvent élogieux ou au moins intéressés.

La fin de l’espace public gaullien

32On peut voir dans une émission du type d’À armes égales le contrecoup de l’usage de la télévision par De Gaulle. Là s’arrête cependant l’histoire du premier espace public télévisuel : l’élection présidentielle de 1974 va liquider l’héritage gaullien, au moins sur ce plan. C’est le débat Mitterrand-Giscard qui en sonne le glas, ou plutôt les interprétations que se sont empressés d’en tirer les politologues une fois l’élection passée. Il est vrai que l’impossibilité des gaullistes de s’unir pour préparer l’élection de 1974 constitue la première raison de cet effacement : les conflits entre conservateurs et modernistes ont laissé des empreintes pesantes. L’absence des gaullistes au second tour en est la trace la plus visible, qui ouvre la voie à la parole technocratique et aimable du candidat de la droite.

33On peut cependant affirmer que l’attitude de Giscard d’Estaing pendant ce débat a servi de catalyseur à cette transformation, en obligeant les réalisateurs de l’émission à des comportements nouveaux. Ceux-ci étaient habitués aux morceaux d’éloquence des politiciens ; mais quand Giscard d’Estaing a commencé à intervenir, interjeter, objecter, pendant les tours de parole de Mitterrand, rompant ainsi l’argumentation du candidat socialiste, les techniciens décident de suivre les initiatives giscardiennes en multipliant les plans de coupe et en laissant ouvert l’ensemble des micros. Ils substituent ainsi à l’échange des visions et des projets politiques une âpre discussion souvent confuse basée sur quelques éléments factuels. Tout est fait pour conduire à la mise en valeur des morceaux choisis par le candidat libéral pour résumer le débat (ainsi le trop fameux « Vous n’avez pas le monopole du cœur… » ; pour une analyse détaillée de ce débat, voir Esquenazi 1999 : 119-140).

34Le style de débat instauré par Giscard d’Estaing et conforté par l’institution télévisuelle met à l’écart un usage politique de l’espace public télévisuel où sont mis en valeur des programmes d’organisation de la vie sociale destinés aux télépublics ; il ouvre la voie aux performances politiciennes édifiant des « quasi-démonstrations » dont la prétendue irréfutabilité fait le prix. Le debater fait mine de croire qu’une vision politique peut être discutée factuellement et selon un ordre purement logique. Il n’est plus essentiel de convaincre un auditoire, mais il devient décisif de contredire un adversaire au nom d’arguments techniques. Cette transformation de l’espace public sera bientôt accompagnée par une nouvelle définition de l’opinion publique elle aussi factuelle et technique : ce sont les sondages qui représenteront désormais le public et non plus le réseau différencié des croyances dont la presse ou les partis se font l’écho.

35Ce ne sont plus les actes performatifs politiques mais les performances des politiciens qui sont dorénavant mises en valeur. Une émission comme Cartes sur table sera justement bâtie pour en permettre l’accomplissement et la mesure. Les interrogateurs journalistes, Duhamel et Elkabbach, n’y apparaissent plus comme les représentants d’une fraction de l’opinion (comme l’étaient Stéphane ou Andrieu), mais les hérauts de l’opinion publique calculée par sondages ; et les politiciens n’y viennent plus exprimer une vision politique mais améliorer le taux de confiance que les sondages leur accordent ; on n’y assiste plus à un débat mais à un commentaire des stratégies gouvernementales et de leurs effets sur l’opinion sondagière. Cette transformation du rôle de la télévision est contemporaine de la prise du pouvoir de l’économique, ce dernier reléguant pendant au moins une quinzaine d’années le politique au second plan. Il est finalement étrange que l’édification d’un espace public télévisuel par et malgré De Gaulle trouve là sa conclusion.

Haut de page

Bibliographie

Aguilhon Maurice, NOUSCHI André et SCHOR Ralph (1995), La France de 1940 à nos jours, Paris, Nathan.

BERSTEIN Serge et MILZA Pierre (1992), Histoire de la France au xxe siècle 1958-1974, Paris, Éditions Complexe.

BEUVE-MéRY, Hubert (1974), Onze ans de règles 1958-1969, Paris, Flammarion.

BourdieuPierre (1994), Raison pratiques, Paris, Seuil coll. Points.

BOURDON Jérôme (1994), Haute fidélité, Paris, Seuil.

ESQUENAZI Jean-Pierre (1999), Télévision et démocratie, Paris, PUF.

GIROUD Françoise (1958), La Nouvelle vague, Paris, Gallimard.

Goffman Erving (1987, 1re éd. 1980), Façons de parler, Paris, Éditions de Minuit.

KATZ Elihu (1960), « The two-steps flow of Communication », in Mass Communication.

TETART Philippe (2000), Histoire politique et culturelle de France Observateur (2 tomes), Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Esquenazi, « Télévision et espace public sous De Gaulle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 86 | 2002, 49-61.

Référence électronique

Jean-Pierre Esquenazi, « Télévision et espace public sous De Gaulle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1702

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Esquenazi

Directeur de Ersicon, Université Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page