Navigation – Plan du site
DOSSIER

La nature « antirépublicaine » de la propagande d’État : du mythe mobilisateur à sa réalisation (1918-1944)

Didier Georgakakis
p. 29-48

Résumé

Rares sont les études portant sur les services français d’information et de propagande avant Vichy. Et pour cause. La thèse s’est longtemps imposée d’une incompatibilité de nature entre propagande d’État et « culture républicaine ». Les quelques travaux qui concernent les tentatives de centraliser les services d’information et de propagande et leur échec à la veille de la Seconde Guerre mondiale convergent vers cette analyse 1. La République mourante aurait été bien incapable d’entrevoir l’enjeu de la propagande et de dépasser ses vieux principes d’un non-interventionnisme symbolique. L’histoire leur donne, d’une certaine façon, raison puisqu’à l’apparente absence d’une propagande d’État à la fin de la Troisième République s’oppose l’investissement massif dans la propagande du régime de Vichy. Pour autant, il faut sans doute aller chercher des réponses moins apparentes à cette thèse.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2  C’est notamment la définition qui s’impose à la fin de la Troisième République. Sur ce point, Odil (...)

1La thèse d’une incompatibilité de nature entre propagande d’État et « culture républicaine » pose un ensemble de problèmes. Problème théorique tout d’abord : si l’on définit la culture républicaine par sa relation privilégiée à l’État de droit, force est de reconnaître que l’existence d’une administration de la propagande ne remet, en soi, pas en cause les libertés publiques 2. C’est le monopole des instruments de diffusion des idées et non la mise en place d’instruments destinés à organiser une politique envers l’opinion qui est, sur ce plan, contraire aux idéaux de la République. Problème de construction intellectuelle et scientifique, ensuite : cette thèse tend à réifier la culture républicaine malgré les sensibilités très différentes qui la définissent dans une conjoncture des années trente marquée par de fortes recompositions politiques (réforme de l’État, critique du parlementarisme, etc.). Plus encore, elle l’érige en facteur lourd d’une indépassable impossibilité en se passant de l’étude des mobilisations complexes dont la propagande a été l’enjeu et des formes spécifiques qu’elles ont pu épouser. Last but not least, la thèse de l’incompatibilité culturelle minimise enfin l’existence de pratiques de propagande d’État en démocratie pour faire de la manipulation de l’opinion une exclusivité « totalitaire », au détriment des dispositifs existant dans les démocraties d’avant-guerre.

  • 3  Pour reprendre les analyses de Michel Dobry sur le 6 février 1934, « Février 1934 et la découverte (...)

2Or il n’y a pas vraiment eu d’« allergie » de la société française à la propagande d’État 3. Mais l’institutionnalisation de la propagande d’État s’est trouvée au cœur de tensions et de polémiques qui, dans la configuration politique de la fin de la Troisième République, ont conduit les gouvernements en place à esquiver la création d’un grand ministère pour jouer sur la coordination plus discrète des dispositifs existant dans différents ministères (Affaires étrangères, Intérieur, Finances…) et de leurs relations avec des producteurs de sens comme les journalistes ou les intellectuels. Là est sans doute ce qui spécifie la propagande d’État à la fin de la Troisième République. Ni les responsables politiques ni ceux de l’administration ne sont étrangers à la propagande, naïfs ou aveugles. Mais, contrairement à ce qu’elle représente en Italie puis en Allemagne au même moment, la mobilisation des consciences par l’État ne peut faire l’objet d’un monopole dans la France de l’entre-deux-guerres ; elle ressort d’une activité plus cachée et surtout non officielle. Les arguments produits ne le sont pas sans possibilité de riposte et ils ne sont pas soutenus par la force ; cette production est plus diffuse, concurrentielle et son orchestration dépend de soutiens conjoncturellement changeants, ce qui n’empêche en rien qu’elle soit réelle en France ou vers l’étranger.

  • 4  Il ne s’agira pas ici d’analyser les dispositifs de propagande existant dans les deux conjonctures (...)

3Comment comprendre, dès lors, que l’idée d’une incompatibilité culturelle se soit imposée avec autant de force ? En revenant sur les mobilisations dont la propagande d’État a fait l’objet à la fin des années trente puis sous Vichy, on voudrait faire ici l’hypothèse que cette incompatibilité culturelle est moins une cause qu’un sous-produit de l’étonnante continuité des arguments politiques produits dans des conjonctures politiques pourtant radicalement opposées. Avant-guerre et dans une conjoncture où la propagande d’État ne parvient pas à s’institutionnaliser sous une forme officielle, l’idée de cette incompatibilité culturelle a servi d’argument politique dénonçant la propagande gouvernementale avant de devenir un argument de propagande démocratique dirigé contre le régime des pays « ennemis » ou en passe de le devenir. Pendant la guerre puis sous Vichy, le même argument a cette fois servi aux promoteurs de la propagande d’État à marquer avec force leur rupture avec la « République libérale » et son échec dans la mobilisation de la conscience patriotique 4.

4Aussi est-ce cet enchaînement que cet article voudrait éclairer. En revenant sur les conditions dans lesquelles s’est transformée la signification du mot de propagande et fixé un sens à l’histoire de la chose, le cas de la propagande d’État peut plus généralement permettre de s’interroger sur les processus qu’emprunte la propagation d’une idée…

La propagande d’État à la fin de la Troisième République : entre anathème et déni

  • 5  C’est le titre de la proposition de Geo Gérald, J.0., Chambre des député, 1922, p. 2242 et documen (...)

5S’il est permis de penser que la sortie du Second Empire et le risque du boulangisme ont pour une part contribué à refouler l’organisation par l’État d’une propagande officielle, cette hypothèse n’est pourtant pas suffisante pour comprendre les raisons de son échec dans l’entre-deux-guerres. Les conditions du jeu changent profondément à l’issue de la Première Guerre mondiale. Le précédent d’un Commissariat général à l’information et à la propagande crée en 1918, le rôle attribué à la propagande dans la victoire, l’accroissement du poids des médias de masses qu’incarne le développement de la radio ou la menace des propagandes intérieures et extérieures : tout cela fait que « l’organisation urgente, méthodique et rationnelle des services de propagande »5devient pensable et pour beaucoup souhaitable, qu’il s’agisse de faire rayonner la France à l’étranger, d’accompagner les politiques économiques naissantes ou de remobiliser les soutiens dans une conjoncture identifiée comme celle d’une crise politique.

  • 6  Albert Mousset, La France vue de l’étranger ou le déclin de la diplomatie et le mythe de la propag (...)

6Plusieurs projets portés par des parlementaires, des agents de l’administration ou des modernisateurs qui n’avaient rien d’anti-républicains ont ainsi émergé dans l’entre-deux-guerres. Ces projets ont plus encore débouché sur des constructions institutionnelles. En 1938, l’éphémère second gouvernement Blum institue un ministère de la Propagande dirigé par L.-O. Frossard et en juillet 1939, E. Daladier crée le Commissariat général à l’Information dirigé par Jean Giraudoux et qui comprend un demi millier d’agents. Il reste que la possibilité qu’un service administratif se spécialise dans l’usage de cette arme politique réputée si efficace a contribué à faire de l’institutionnalisation d’une propagande d’État un risque politique peu envisageable dans les conditions du jeu politique de la fin de la Troisième République. Souvent discrètes, les tensions dont la propagande est le cœur se donnent à voir dans toute leur ampleur lorsqu’existe le Commissariat Général à l’Information entre juillet 1939 et mars 1940 : cette institution est le lieu de telles concurrences entre les différents secteurs jadis associés à la propagande de l’État qu’elle est sévèrement condamnée au sortir de l’hiver 39-40. Aussi est-ce sous une forme plus dispersée et secrète – ce qu’on nommait alors la « doctrine de la dispersion »6– que s’est développée la propagande de l’État.

7Ces conditions ont pesé lourdement sur le fait que s’impose l’argument d’une incompatibilité de culturelle. Dans un contexte des années trente où se forgeaient les dispositifs de propagande soviétique, puis fasciste et nazie, l’absence d’une propagande républicaine officielle et le silence entretenu par le personnel politique à son sujet ont ouvert une opportunité pour que la dénonciation de la propagande devienne un habile thème de propagande de part en part de l’espace politique.

La propagande comme anathème politique

8La politique passe par la manipulation des mots et des symboles. Le rappeler ne vise pas seulement à faire comprendre combien, dans ces conditions, il eût été très surprenant que l’État républicain soit si étranger à la propagande. Elle invite surtout à comprendre que les représentations souvent fantasmatiques dont la propagande et la manipulation des masses se trouvent parées dans les années trente permettent aux groupes politiques critiquant les gouvernements en place de trouver dans la dénonciation de leur propagande un argument susceptible de mobiliser efficacement l’opinion.

  • 7  Suzanna Barrows, Miroirs déformants, Paris, Aubier, 1990.
  • 8  L’expression doit vraisemblablement son succès à la République des camarades de Henri de Jouvenel.
  • 9  C’est le terme employé en 1918 dans les débats de la conférence interministérielle de services d’i (...)
  • 10  Willy Munzenberg, Propaganda als Waffe, Paris, Éditions du Carrefour, 1937. Publié dans sa traduct (...)

9La propagande apparaît tout particulièrement faire l’objet de représentations fantasmatiques durant l’entre-deux-guerres. L’absence d’une propagande officiellement organisée et les chemins très particuliers qu’emprunte l’État dans sa relation à l’opinion (financement de la presse, action des services secrets, etc.) n’est pas sans alimenter de telles images. Mais ces dernières trouvent plus généralement leur origine dans la crainte de la mobilisation des masses et, de ce point de vue, elles sont très proches des peurs suscitées par les foules analysées dans l’ouvrage de Suzanna Barrows 7. Ce n’est pas un hasard si, pendant longtemps, la seule science convoquée pour l’étude de la propagande en France est la science des foules de Le Bon. Cette crainte se transforme après la Première guerre. La croyance dans la possible manipulation du peuple s’alimente des images de la toute-puissance de la presse qui sont légion dans l’entre-deux-guerres. De nombreux ouvrages paraissent sur « l’influence » de la presse et du quatrième pouvoir 8 qui alertent sur les effets cumulés du télégraphe, de la presse et, surtout, de la TSF. À cela s’ajoute encore l’expérience de la Première guerre et des polémiques sur le bourrage des crânes, la peur des « menées » communistes puis de celles des ligues. Les propagandes étrangères représentent enfin une menace dans un climat intérieur et extérieur très incertain, qu’il s’agisse des propagandes « bolchevékistes »9, puis de celles de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne de la république de Weimar puis à partir de 1933 du régime nazi. Les qualificatifs dont usent les ouvrages qui traitent de ces propagandes, « l’arme », « la force » puis le « viol »10, disent bien que la croyance dans leur influence est forte.

  • 11  Cité par Claude Bellanger et al., Ministère général de la Presse française, tome 3, p. 595. Sur Ge (...)

10Ces croyances ne sont pas à négliger pour comprendre la difficile mise en place d’une administration de la propagande, tant l’un des problèmes de l’organisation d’une propagande d’État tient aux pulsions de domination qu’elle suscite, rend visibles ou fait craindre. Mais, dans cette conjoncture où le terme de totalitarisme est en train de faire son apparition sans distinguer les régimes nazi, fasciste et soviétique, ces représentations vont surtout être réutilisées pour dénoncer la nature « totalitaire » de la propagande et avec elle, celle de ceux qui la pratiquent. Cette transformation de la propagande en anathème politique est ainsi d’abord le fait de la gauche lorsqu’elle dénonce la tentation du « pouvoir personnel » dont fait preuve Doumergue dans son usage de la radio après février 1934. Lorsqu’en novembre 1935, Georges Boris, proche du Front populaire, déclenche une polémique dans son quotidien, La Lumière, contre la Banque de France, il l’accuse aussi de disputer « au ministre de la Propagande italienne la première place comme officine de corruption de la presse et de l’opinion françaises »11.

  • 12  Sur ces points, cf. Cécile Méadel, La radio des années trente Paris, Anthropos, INA, 1994, success (...)
  • 13  MAE, AP. PA. 261. 3.

11Si elles sont forgées par la gauche lorsqu’elle est dans l’opposition, les dénonciations de la propagande d’État sont symétriquement réinvesties par la droite avec l’arrivée au pouvoir du Front populaire. Le renforcement partiel de la propagande qu’il entame entraîne de vives critiques qui portent sur les hommes qui en ont la charge. Lorsqu’il occupe le poste de chargé de mission pour les affaires de presse et de radio à la présidence du Conseil, Marceau Pivert est ainsi dénoncé comme un « dictateur des ondes » par l’opposition du moment 12. En 1938, Pierre Comert, ancien journaliste qui a succédé à Jean Giraudoux comme chef du Service d’information et de presse au ministère des Affaires étrangères, fait, quant à lui, l’objet de campagnes de presse, et ce tout particulièrement à l’extrême droite. Le 28 juillet 1938, Candide, journal dirigé par Bainville et proche de l’Action française, dénonce le bureau dirigé par Comert comme un poste avancé des soviets, un lieu où sont entretenues des « intelligences » avec l’ennemi bolchevique : « Le bureau de M. Comert – est-il ainsi écrit – est devenu un foyer d’intrigue, une officine où par l’intermédiaire de certains valets de Blum s’effectuent de louches transactions, s’organisent de ténébreuses campagnes et se préparent, à point nommé, des fuites opportunes »13.

  • 14  MAE. C. 4. 297.

12Le suicide de Salengro à la fin 1936, à la suite d’une campagne de la presse d’extrême droite, contribue à durcir les positions, de part et d’autre. Un an après, Vincent Auriol, alors ministre de la Justice, semble alors bien décidé à mener une politique coercitive pour réprimer les abus de presse. Son discours du 15 novembre 1937 insiste assez nettement sur sa volonté de « ne pas laisser corrompre l’esprit public par le poison des fausses nouvelles et de la calomnie ». Signe d’avertissement au moins verbal, le discours est relayé par plusieurs journaux, mais il fait l’objet d’une contre-campagne qui montre bien la façon dont sont brandies les images du totalitarisme contre les ambitions de l’État. L’Action française titre : « Une agression de Vincent Auriol contre la presse nationale », et L’Écho de Paris est plus vindicatif encore : « Discours de coup d’État du ministre de la Justice »14.

  • 15  Sur ce point, cf. Oscar Butter, « La presse et les relations politiques internationales », dans Ac (...)

13Ces dénonciations d’une gauche aux pulsions propagandistes et totalitaires trouvent un écho plus large lorsque se précise le projet du Front populaire de nationaliser la presse. Datant de 1927, le projet de réforme et de nationalisation de la presse n’est en soi pas d’essence totalitaire. Il a notamment pour but de remédier au danger que sa fragilité économique fait peser sur la presse et les risques de corruption par les États comme par les puissances économiques 15. Un projet de nationalisation de la presse proche de celui du Front populaire voit, par ailleurs, le jour en 1938 en Angleterre, qui n’est sans doute pas le premier des pays totalitaires. Il reste que le projet de nationalisation que relance le Front populaire à partir de fin 1937 est l’objet de fortes oppositions dans les milieux journalistiques qui tentent précisément à l’époque de marquer leur autonomie professionnelle.

  • 16  Sur ce point et pour des extraits de ce discours, Les Cahiers de la presse, 1938. 1, p. 117.

14Si le problème de l’organisation d’une propagande d’État et celui de la nationalisation de la presse sont a priori différents, les collusions politiques, intellectuelles et journalistiques engendrées par la mobilisation contre le projet Blum sont l’occasion de montées en généralité qui contribuent à rabattre toute question liée à l’opinion vers des interrogations sur l’essence des régimes. C’est tout particulièrement le cas dans lorsque Joseph-Barthélémy prend pour cible le projet de nationalisation de la presse dans Le Temps 16. Le projet de réforme est ainsi assimilé à « l’essence de la constitution stalinienne ou du Second Empire » et présenté comme « insupportable et odieux ». Plus encore, et la parole est prononcée par l’un des constitutionnalistes les plus renommés de son temps, le projet s’inscrirait contre « l’essence » même de la République : « La nationalisation de la presse constituerait une rupture si violente avec tout ce qui forme l’essence, le fondement, la base de la République, qu’on voudrait croire qu’il ne s’agit pas de nationaliser l’expression de la pensée mais seulement les moyens matériels d’extérioriser cette pensée, comme la fourniture de papier ou la distribution des imprimés. Mais quand on s’exprime devant les hommes peu habitués aux subtilités comme les travailleurs de nuit, il serait avantageux d’éclairer sa lanterne. D’ailleurs, la nationalisation de l’imprimerie et de la papeterie, c’est l’essence même de la Constitution stalinienne. S’en rapprochait, d’assez loin d’ailleurs, le système du Second Empire. Mais ce système parut tellement insupportable et odieux que, au milieu des préoccupations du siège de Paris, le gouvernement de la Défense nationale le supprima sans plus attendre. Les hommes du gouvernement de la Défense nationale étaient des républicains ».

Un déni en actes

15L’antinomie entre propagande et République ne doit toutefois pas seulement sa force à des attaques d’ordre politique, quand bien même celles-ci sont expérimentées par différentes parties de l’échiquier politique. Cette force tient aussi à ce que, par un apparent paradoxe, les praticiens de la propagande de l’État vont tirer profit de cette antinomie d’essence pour mieux se masquer et produire une habile propagande en valorisant les idéaux d’une République vierge de tentations manipulatrices.

  • 17  Ces propos sont cités dans le cours du Commandant Schieffer, l’un des acteurs de la propagande au (...)
  • 18  Sur ce point, cf. Pierre Bourdieu, « L’économie des biens symboliques », dans Raisons pratiques, P (...)

16Il faudrait revenir plus longuement ici sur les mécanismes de dénégation dont la propagande fait l’objet. « La propagande est une chose à laquelle il faut penser constamment et dont il ne faut pas parler », « la propagande doit se faire sans qu’on y pense, sans qu’on le sache », disent notamment des députés lorsqu’on les interroge 17. La propagande recoupe le tabou du calcul qui est propre à l’économie des biens symboliques, pour le dire vite 18. Tous les spécialistes le disent depuis la Première guerre : quelle force peuvent avoir des messages identifiés comme relevant de messages de propagande, comment entretenir des relations avec les journalistes, les intellectuels et plus largement tous ceux qui participent à la production ou la distribution du sens si cette relation repose trop manifestement sur une manipulation ? C’est dire si, sauf dans la situation exceptionnelle des campagnes électorales, la pratique de la propagande suppose la dénégation.

  • 19  Le Journal des débats, 20 mai 1933.

17Cette dénégation est plus forte encore en ce qui concerne la propagande d’État, et ce notamment à la suite des polémiques dont elle est le centre dans les années trente. Un débat politique sur l’usage du mot, et en fait son nécessaire bannissement, prend ainsi forme après les remous occasionnés par la publication du rapport Dariac à la Chambre des députés. En 1933, le député Dariac, membre de l’Union républicaine, ancien président de la commission des Finances à la Chambre, propose de renforcer la propagande française à l’étranger, mais il le fait en des termes radicaux qui déclenchent une polémique importante aux États-Unis et en France. Cette polémique n’est pas de pure forme. Sur le plan international, elle est l’occasion d’un marchandage des USA visant le retrait des investissements d’Havas en Amérique du Sud. En France, elle oppose les propagandistes proches du Quai d’Orsay valorisant le « doigté » et le rayonnement culturel aux réformateurs proches d’un pôle économiste souhaitant importer les méthodes de publicité commerciale au sein de l’État. Grossi par ces enjeux, le retentissement de cette polémique dans les milieux politiques a pour effet de précipiter l’abandon du mot, comme le montre cet article de presse signé du directeur du Journal des débats : « Le plus maladroit pour qui connaît la susceptibilité américaine, et combien l’opposition est hostile au mot de propagande, c’est le rapport qui a été fait de ce projet à la Chambre, rapport imprimé et devenu public. Ce qui paraît avoir le plus choqué, ce sont les explications et commentaires qui dans le document officiel et public qu’est un rapport parlementaire, accompagnent l’exposé du projet. Le mot de propagande est constamment cité. Quand après quinze ans de carence totale, on se décide enfin à agir, c’est à l’encontre des conseils donnés par les hommes les plus compétents. On monte une énorme affaire, on lui met l’estampille officielle et on l’annonce à grand orchestre… »19. À l’issue de cette polémique, le rapporteur de la commission des Affaires étrangères au Sénat aura beau souligner que « le bon dieu lui-même a besoin de cloche », le mot est banni.

  • 20  C’est l’un des journaux dont la diffusion est la plus forte dans l’entre-deux-guerres.
  • 21  Ernest Pezet, Sous les yeux du monde Paris, Spes, 1935, p. 25.
  • 22  Ibid., p. 29.

18L’ouvrage d’Ernest Pezet, député chrétien social, ancien chef du service de la censure à la fin de la Première guerre puis directeur de la publicité du Petit Journal 20et lui aussi promoteur de réformes visant à renforcer la propagande française, est instructif des effets de cette polémique. Dans sa volonté de convaincre que la pratique de la chose suppose l’abandon du mot, il montre plus encore qu’une véritable pédagogie de la dénégation prend place à partir du milieu des années trente. À la suite du rappel de l’expérience de l’affaire Dariac, le député se lance ainsi dans une véritable leçon sur la nécessité de préférer le mot d’information à celui de propagande : « Il est vrai, il est très vrai qu’à l’heure actuelle ce mot agit comme un épouvantail en certains pays, notamment et surtout en Amérique. D’où la nécessité d’employer un autre mot »21. Puis il ajoute deux pages plus loin : « pour nous la propagande, ce n’est rien d’autre que l’information véridique, franchement répandue, la vérité française diffusée par une publicité à portée internationale. Disons donc nettement information et non propagande. Mais quel que soit le mot, il faut réaliser la chose »22.

19Le texte de Pezet tend déjà à le montrer. Nourrie par l’abandon du mot, la thèse d’une incompatibilité culturelle entre propagande et République va dès lors s’imposer parce qu’elle permet une rhétorique forte, au moins potentiellement, opposant d’un côté l’information démocratique et la vérité française et, de l’autre la propagande totalitaire et le mensonge allemand. La stratégie n’est en effet pas neuve. Elle rejoue l’un des thèmes de la propagande destinée aux pays neutres lors de la Première Guerre mondiale. Contre une propagande allemande qui laissait trop voir les ambitions pangermanistes, le combat de la France a été promu comme celui de la démocratie et de l’intelligence. À la « barbarie allemande », sa lourdeur et ses mensonges, s’opposait en bref l’« esprit français », sa finesse et sa loyauté.

  • 23  MAE. C. 5. 297.

20Cette thématique revient à l’ordre du jour avec la montée des périls à la toute fin des années trente et elle va être utilisée tant par les responsables politiques en charge de la propagande que par les intellectuels qui se mobilisent pour porter l’esprit français. Les responsables politiques en font notamment usage lors des rencontres avec les journalistes qui sont précisément l’un des moyens par lesquels se diffuse le sens de l’État. Les banquets avec les associations de journalistes sont, de ce point de vue, assez exemplaires. Il n’y a pas d’injonction et les mots d’ordre sont ici des demi-mots. Mais il semble bien que les professionnels de la politique tirent toutes les ficelles du discours performatif pour diffuser des slogans les incitant à préférer l’« information républicaine » aux « propagandes totalitaires ». En 1938, ce type de relais est particulièrement bien utilisé par Camille Chautemps, alors vice-président du Conseil et aussi président du Comité interministériel pour l’information. Au banquet des journalistes républicains de la même année, le discours de Chautemps ne manque pas de superlatifs : le journaliste est non seulement celui qui « exerce le plus beau des métiers », « il est le guide et l’éducateur de la masse, l’auxiliaire indispensable des pouvoirs publics, le serviteur utile et désintéressé » et le discours ne manque pas d’être repris et diffusé par l’agence Havas 23. Plus encore, dans son discours du 1er juin 1938 à l’Accueil français, dont la fonction est d’accueillir les journalistes étrangers, il énonce que « propagande et régime démocratique sont deux idées qui s’excluent » et que « la propagande c’est un acte totalitaire, un acte dictatorial ». Dans ce contexte d’énonciation, il est très clair qu’il ne professe pas seulement une vérité de fait, même si pour cet avocat, la formule résonne avec la doctrine juridique. Adressé à des journalistes, le propos est cette fois plus qu’une dénégation en acte de la propagande : un acte de propagande destiné à mobiliser les consciences internationales en valorisant l’esprit français et en mettant en garde les journalistes contre les manœuvres étrangères.

  • 24  Jacques Chevallier, L’État de droit, Paris, Montchrestien, 1994, en particulier, p. 58-63.

21« Propagande et régime démocratique sont deux idées qui s’excluent » : la formule de Camille Chautemps est largement reprise par la suite, et ce d’autant plus que, dans la conjoncture de mobilisation des consciences de l’avant-guerre, le personnel politique trouve le renfort des théorisations académiques. S’il ne faut pas faire de la doctrine juridique un facteur d’empêchement en soi de l’institutionnalisation d’une propagande d’État, la mobilisation des savants n’en a pas moins joué un rôle important dans la consolidation de la thèse de l’incompatibilité. J. Chevallier a bien mis en évidence comment les théories de l’État de droit sont empreintes de cette crise de la démocratie qui traverse les années trente, et comment dans la logique d’élévation à laquelle sont associés ses promoteurs, ces derniers contribuent à produire des définitions hautes de la démocratie représentative et à définir corrélativement l’État sous sa forme minimale 24. L’on peut dire qu’un mécanisme semblable a joué contre la propagande d’État à la toute fin des années trente.

22D’une part, le discours de cet avocat qu’est aussi Camille Chautemps converge avec ceux des spécialistes de droit public. Mais, surtout, il s’impose dans les travaux savants qui sont produits à l’époque, à l’image de la thèse de Mickael Stankovitch sur Les services gouvernementaux de presse soutenue en 1939. Ces mécanismes de diffusion des arguments politiques dans les travaux savants sont encore plus nets dans le cas de l’Institut des sciences de la presse créé fin 1937 et qui se constitue comme le seul espace spécifique où sont pensées les questions des médias et de l’opinion avant la Seconde guerre. Au lieu de construire ces objets sous une forme proche des travaux américains sur les effets de la propagande et des médias, cette science de la presse va représenter une entreprise de mobilisation des savants et des journalistes qui collaborent aux travaux de cet Institut visant à consolider l’idée de la République sous une forme excluant la propagande. Vision très proche, en d’autres termes des rationalisations politiques qui contribuaient déjà à inscrire la propagande comme un envers de la démocratie, mais cette fois parée de la légitimité académique.

Les promoteurs de la propagande contre la République libérale

  • 25  Sur ce point, cf. notamment Norbert Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 205-3 (...)

23L’étroitesse des interdépendances entre le personnel politique, les journalistes, les intellectuels ou les membres de la haute administration, la fragilité des soutiens publiques et la volonté de ne pas se priver d’alliés, le risque que procurent les concurrences engendrées par l’organisation d’une propagande d’État : tout cela participe de la construction d’une « économie psychique », pour reprendre les termes de Norbert Elias 25, qui s’incarne dans le refoulement du mot, le déni de la chose, et corrélativement dans le développement de la ruse et, surtout, de la capacité à jouer avec les mots et les idées pour peser sur la définition des cadres de perception de la vie politique. C’est à la faveur de ce jeu sur les mots, quels que soient les renversements dont il fait l’objet (de la gauche vers la droite, des groupes politiques vers l’État) que s’impose l’idée d’une incompatibilité culturelle. Mais il faut ajouter à cela que l’histoire lui a d’une certaine façon donné raison. L’échec du Commissariat général à l’Information a, tout d’abord, contribué à attester cette idée, quand bien même les raisons de son échec sont infiniment plus complexes. Mais c’est aussi que ceux qui, dans ces temps de crise de la représentation puis de guerre, sont conduits à vouloir impulser une mystique destinée à remobiliser les consciences ont très vite été conduits à prendre des positions radicales contre le régime tel qu’il existe à la fin de la Troisième République. Forgée au cours des années trente et radicalisée au moment de la guerre, cette tendance n’est pas uniquement d’essence vichyste ou fasciste. Mais c’est Vichy qui va lui permettre de s’afficher au grand jour et, ce faisant, réaliser l’antinomie de la propagande et de la démocratie.

Éthique réformatrice et esprit du propagandisme

  • 26  Sur ce point, cf. Bernard Pudal, Prendre Parti, Presses de la Fondation nationale des sciences pol (...)

24Ce serait une erreur d’associer valorisation « positive » de la propagande et régime de Vichy. Par un singulier effet de champ, ceux qui n’occupent pas des positions centrales au sein de l’espace politique de la fin de la Troisième République sont poussés à s’investir dans des technologies plus massives et visibles destinées à mobiliser l’opinion et imposer du sens. Cela s’observe chez les communistes pour lesquels la valeur militante se juge à la pratique propagandiste 26. Mais aussi à droite ou au sein des ligues. Beaucoup d’interprétations rapides en feront un indicateur de la nature « totalitaire » de la propagande, même si les autres groupes politiques ont eux aussi recours la propagande.

  • 27  Jean Giraudoux, Pleins Pouvoirs, Paris, Gallimard, 1939, son article dans Marianne, 1933.

25En ce qui concerne plus précisément la propagande de l’État, un processus tout à fait semblable est à l’œuvre, au sens où ce sont surtout des réformateurs qui sont conduits à prôner des formes plus « franches » de propagande. Ces réformateurs ne sont pas plus animés par des pulsions totalitaires que les parlementaires qui proposaient de renforcer la propagande de l’État. Mais le sursaut et la mobilisation des masses qu’appelle selon eux la situation de crise telle qu’elle est définie dans la seconde partie de l’entre-deux-guerres font que leur volonté d’organiser la propagande s’enchâsse avec la critique sévère de la démocratie parlementaire. Après les ouvrages de Tardieu qui a souvent été considéré comme un des piliers de la propagande française pendant la Première guerre, celui de Jean Giraudoux Plein Pouvoirs est exemplaire de ce type de position, même si la promotion de la propagande demeure ici plus discrète que dans d’autres écrits 27. Un tel processus se renforce au moment de la guerre : la critique de la mollesse de la République et de ses porte-parole vient alors donner sens aux échecs du Commissariat général à l’Information.

  • 28  Francisque Gay, La propagande, Mémoire confidentiel, 1940.
  • 29  S’il s’agit effectivement de F. Gay, il faut rappeler qu’il a toutes les propriétés pour être un c (...)

26Ce que doit cette radicalisation des promoteurs de la propagande aux échecs de la République à l’organiser s’observe tout particulièrement dans un mémoire anonyme attribué par Philippe Amaury à Francisque Gay 28. Les conditions de production de ce mémoire écrit au début de 1940 et qui appelle à la création d’un « grand ministère de l’opinion » sont intéressantes. Francisque Gay est d’une certaine façon un expert de la mobilisation de masses. Son engagement dans la réforme de la mouvance catholique est passé par l’investissement dans la presse et dans l’édition. En plus des succès de L’Aube, il édite un ouvrage visant à renforcer la propagande de l’église dans le contexte de désaffection et de multiplication des médias de masses 29. Cette position en fait un concurrent objectif de Giraudoux et, du reste, il verra une partie de ses vœux se réaliser en se voyant confier des responsabilités dans le ministère de l’Information de la Libération. Mais les critiques violentes contre l’incapacité du Commissariat à s’organiser contenues dans ce mémoire sont aussi le produit de l’urgence suscitée par la situation de la drôle de guerre et des difficultés que connaît le Commissariat de Jean Giraudoux. Aussi est-ce comme un instrument de mobilisation qu’est conçu ce mémoire et c’est la raison pour laquelle il est distribué à un ensemble de parlementaires.

  • 30  Francisque Gay, La propagande, op. cit., p. VIII-IX.

27Exemplaire de la radicalisation d’un promoteur de la propagande, ce mémoire l’est ensuite parce qu’il s’insurge contre la dénégation dont la propagande a fait l’objet sous la Troisième République. Lorsqu’il dénonce l’inaction de Jean Giraudoux en tant que commissaire, l’auteur interprète cette inaction comme emblématique de l’hypocrisie plus générale du régime à l’égard de la mobilisation des masses. « L’idée de rédiger ces pages m’est venue en un moment de colère, écrit ainsi l’auteur en début d’ouvrage. (…) je n’arrive pas encore à comprendre comment on a pu concevoir qu’il fallait installer tous les rouages d’un grand ministère pour distribuer honnêtement de “l’information”. Je me doutais bien que, sous un vocable qu’on juge plus anodin, on entendait couvrir d’autres opérations que l’information pure, mais je crains fort que la propagande, conduite ainsi par des voies obliques, n’ait point l’efficace d’une propagande menée au grand jour. D’autre part, l’astuce ne saurait tromper personne. Et je ne crois pas qu’il puisse être recommandé, quand on veut s’adresser à l’opinion, de se mettre en situation d’être taxé de duplicité »30.

  • 31  Ibid., p. 227.
  • 32  Ibid., p. XIV-XV.

28Aussi est-ce à la réhabilitation de la propagande que veut s’attacher Francisque Gay dans cette conjoncture très incertaine du début 1940. Pour ce faire, il s’emploie à refaire le procès dont la propagande a fait l’objet quelques années plus tôt. « Mais avant d’esquisser un projet d’organisation de la propagande, écrit-il aussi, ne fallait-il pas d’abord gagner le procès de la propagande ? Ce n’est pas chose facile. Il a été fait de la chose et du mot un tel emploi ! et notre démocratie est si profondément attachée à ses mythes qui paraissent rigoureusement antinomiques ! »31. Puis il incite à rompre radicalement avec les pratiques antérieures pour faire de la propagande une fonction d’État. « Comment, écrit-il encore, pourrait-on imaginer que le gouvernement puisse se dispenser de s’adresser habituellement à l’opinion, qu’il ne s’applique pas à justifier les diverses mesures prises, à s’expliquer en toute simplicité avec la Nation chaque fois qu’il devra être demandé à chacun de prendre sa part de sacrifices dans l’effort exigé de tous. On n’échappe pas à la nécessité d’entretenir avec la masse de véritables colloques. Un État qui deviendrait volontairement sourd et muet, qui renoncerait à étudier les réactions des foules et à leur donner une réorientation, serait bien mal armé pour s’engager dans l’œuvre révolutionnaire. Ce travail de direction ne peut être efficacement assuré que si loyalement, sans feinte ni subterfuge, l’État use de tous les moyens propres à persuader les masses : que s’il organise ouvertement, systématiquement tout un appareil de propagande politique »32.

  • 33  Ibid., p. 212.

29Le terme d’œuvre révolutionnaire donne à le penser : pour que s’impose une propagande d’État spécialisée et officielle, il faut que soit modifiée la configuration des institutions et des formes symboliques de la République avec laquelle elle était auparavant incompatible. Aussi est-ce par un discours de rupture politique radicale que semble devoir passer la légitimation de la propagande. Bien que l’auteur se réclame très explicitement d’une « libre démocratie »33, évoque toujours les moyens de sauvegarder la liberté et traite les régimes « totalitaires » d’idéologies, ce mémoire présente ainsi un ensemble de traits communs avec ce qui va advenir sous Vichy. Manifeste pour la victoire et les nécessités d’une propagande « systématique », il est aussi l’instrument de promotion d’une « rénovation nationale ». La définition des règles de propagande s’accompagne ainsi de nouvelles définitions de l’État et du politique, d’un appel au renouveau passant par la promotion de nouvelles élites, de la subversion d’une table des valeurs dont l’auteur étudie du reste les dichotomies au cas par cas (États neutres/États partisans, Libéralisme/Étatisme, Individualisme/Collectivisme, Intellectualisme/Pragmatisme).

  • 34  Ibid., p. XI.
  • 35  Ibid., p. XI.

30Redéfinition de l’État, tout d’abord. Les propos du mémoire de février 1940 méritent peu de commentaires tant est claire l’association entre le rajeunissement et le renoncement à l’État libéral : « Notons d’abord que, de plus en plus, on reconnaît qu’il conviendra de renoncer à la conception même de l’État libéral. On a trop constaté que la volonté de neutralité condamnerait l’État à l’impuissance en face des coalitions d’intérêts. Seul un État se reconnaissant porteur d’idéal peut se trouver en mesure de diriger le grand effort de rajeunissement et de renouvellement »34. Transformation des règles du jeu politique, ensuite. Là encore le propos est sans ambiguïté. Il porte très explicitement sur les formes de la compétition politique, l’ordre hiérarchique du couple Gouvernement/Parlement, s’inscrit dans la critique des « oligarchies financières », des « luttes stériles des formations partisanes », etc. « En politique – note ainsi l’auteur –, il s’agira, chez nous, d’abord et surtout de renforcer l’exécutif, de le préserver des empiétements des assemblées législatives et des pressions des oligarchies financières. Pour cela, le gouvernement devra pouvoir compter sur l’appui d’un grand rassemblement national où toutes les tendances s’appliquent à collaborer, à se compléter plutôt qu’à se distinguer et à s’opposer. Nous sommes nombreux à souhaiter n’avoir jamais plus à assister aux luttes stériles des formations partisanes. Cela seul modifierait profondément la physionomie de notre système représentatif et diminuerait l’importance du mode de scrutin »35.

  • 36  Ibid., p. XII à XIV. Contre l’idée d’une assimilation trop rapide de la propagande à l’essence du (...)
  • 37  Francisque Gay, La propagande, op. cit, p. XI.

31L’affirmation de conceptions explicitement politiques apparaît à ce point nécessaire que le sursaut dont ce mémoire veut être porteur s’accompagne de la prescription assez détaillée d’un ensemble de politiques à mener. Celles-ci s’apparentent en fait à un « programme » portant sur « le secteur économique », « le plan social » et « le domaine de la culture »36. La nécessité de la propagande, instrument par définition des transformations promues par l’auteur, se révèle ainsi à chaque page. « Pour forcer notre attention à obtenir notre collaboration, ne vaut-il pas mieux qu’il [l’État] fasse tambouriner, afficher ou radiodiffuser ses messages ou ses ordonnances, plutôt que d’en imposer l’exécution par des menaces et des sanctions, à grand renfort de gardes champêtres et de gendarmes, de mouchards et de policiers ? » écrit ainsi l’auteur du mémoire pour ajouter plus loin « nous pensons énoncer un truisme en disant que pour s’engager dans la révolution, il faut à l’État une doctrine, une mystique »37.

32De tels changements auraient très bien pu advenir dans une tout autre configuration que celle de Vichy. La réforme engagée par Daladier à la veille de la guerre de 1940 en aurait peut-être pu être l’occasion si l’issue de celle-ci avait été différente et, du reste, d’aucuns y ont vu les prémisses de la Cinquième République. Avant cette dernière, les propositions de la résistance à l’égard de la propagande s’inscrivent elles aussi dans une rénovation de la République et la création du ministère de l’Information à la Libération était prévue pour durer, même si la transformation du jeu politique à partir de 1947 ravive les contraintes qui présidaient à l’impossible institutionnalisation de la propagande à la fin de la Troisième République. Il reste que l’histoire en a décidé autrement : c’est sous Vichy que l’officialisation de la propagande va advenir.

La propagande antirépublicaine de Vichy

  • 38  Le départ de Laval, qui cumulait les fonctions de chef du gouvernement avec celles de ministre de (...)

33Les ambiguïtés de la propagande sous Vichy pourraient aisément rappeler que la propagande n’est pas le fruit d’une essence liée au régime. À l’image du régime de Vichy, elle est loin d’être organisée d’un seul bloc. L’institutionnalisation de la propagande est l’objet d’enjeux politiques forts qui divisent les différentes fractions du régime, quand elle ne sert pas d’alibi pour rétrograder ceux qui en ont la charge 38. Quoi qu’il en soit, le régime va représenter une opportunité pour que les promoteurs d’une mystique antirépublicaine s’affirment comme les tenants légitimes de cette spécialité au sein de l’État. Et c’est contre les errements de la République qu’ils entendent inscrire leur activité de propagandistes.

  • 39  Le parcours et les propriétés de p. Marion et de son entourage sont construits ici à partir de p.  (...)

34Ce ne sont, en effet, pas n’importe quels agents qui sont à l’origine des investissements les plus massifs dans la mise en forme institutionnelle de la propagande sous Vichy, notamment à partir de 1941. Cette dernière est en effet très liée à Paul Marion et à l’équipe dont il s’entoure au Secrétariat Général de l’Information et de la Propagande. Or, comme le montrent les travaux de P. Amaury puis de D. Peschanski, le parcours et le projet de Marion et de son « équipe » – le terme est employé à l’époque – donnent à penser que la consolidation du secteur dont ils s’emparent constitue pour eux tout autant un moyen qu’une fin. À l’analyse du parcours de Marion 39, ce qui se joue dans l’institutionnalisation de la propagande, c’est en effet tout autant la stabilisation de la fonction de propagandiste que l’accession brutale à une position sociale et politique – enfin, faudrait-il dire pour rendre compte de leur aspiration – dominante.

  • 40  P. Marion, Leur Combat. Lénine, Mussolini, Hitler, Franco, Fayard, 1939.

35Le parcours de P. Marion éclaire ainsi plus généralement la trajectoire de ces agents qui, dominés au sein de l’ordre ancien, trouvent dans la propagande le moyen d’accéder à de hautes fonctions dans un régime où celle-ci a droit de cité. Paul Marion fait tout d’abord partie de ces hommes de l’ombre qui ont officié dans les services de propagande partisans dans l’entre-deux-guerres. C’est au Parti communiste dans un premier temps, auquel il adhère en 1922. Après avoir été rédacteur à l’Humanité, il enseigne à l’École de Bobigny, puis, membre du Comité central et du bureau politique en 1926, il occupe les fonctions de chef de la section d’agitation et de propagande. En 1927, il collabore aux services de propagande du Komintern à Moscou. En rupture avec le PC, et après s’être investi dans les journaux néo-socialistes et ceux du Parti ouvrier belge, il adhère au PPF en 1936. Il assure alors la rédaction en chef des organes de ce parti dont il devient l’un des membres de la direction et, surtout, secrétaire général à la propagande. En 1939, il est enfin l’auteur d’un livre – Leur Combat. Lénine, Mussolini, Hitler, Franco 40– qui traite des mouvements « révolutionnaires » du siècle et de leurs chefs avec admiration et qui, surtout, comprend l’étude de leur propagande.

  • 41  P. Amaury, op. cit., p. 146.
  • 42  B. Pudal, op. cit., p. 247.

36Mais si P. Marion est exemplaire des professionnels de la propagande, c’est aussi qu’il fait partie de ces agents situés dans un entre-deux social, investis dans une ascension constamment contrariée et qui, à la faveur de l’écroulement de la Troisième République, s’investissent corps et âme dans la fondation du nouveau régime. « Fils de petit-bourgeois [qui] a adopté un ton, une allure, des goûts “populaires” »41, P. Marion bénéficie d’une ascension rapide au PC dans les années vingt. Cette ascension est « comparable à celle d’autres jeunes militants, tel Maurice Thorez, membre du bureau politique et secrétaire d’organisation au comité central à 25 ans », comme le note P. Amaury. Mais elle intervient à un moment où la table des valeurs du PCF se transforme radicalement sous l’effet de la conformation de ces principaux responsables au cadre thorézien. Ce n’est, de ce point de vue, pas un hasard si, dans son autobiographie, F. Grenier décrit P. Marion comme cet « ancien étudiant menant une vie de bohème » et dont la conduite est dictée par la seule ambition 42. Stigmatisation d’un agent qui se réalise dans le parti en se conformant au nouveau cadre, le propos est exemplaire de l’échec d’un Marion qui n’y parvient pas, lors même qu’il fait partie de la même génération que ceux qui sont montrés en modèles.

  • 43  J.-L. Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de la (...)

37Cette position en porte-à-faux conduit à sa démission du parti en 1929, rupture que P. Amaury qualifie de « déchirement ». Ses échecs électoraux mis à part – candidat du PC battu aux élections municipales de Paris en 1925, candidat néo-socialiste battu à Belleville en 1936 –, son parcours est par la suite marqué d’autres ruptures et plus généralement par une ascension toujours à recommencer. Il rompt encore avec les néo-socialistes, puis avec Doriot et le PPF, qu’il quitte en même temps que Pucheu, Drieu La Rochelle, Bertrand de Jouvenel, Benoist-Méchin. À chaque fois, il se réinvestit dans de nouvelles formations politiques mais aussi dans des cercles, tels le « groupe du 9 juillet » de Jules Romains, où il est proche de Coutrot, de Pucheu, de Jouvenel. Il s’investit ensuite dans les mouvements « non-conformistes » qu’analyse Loubet del Bayle 43, et dans les réseaux politiques plus ou moins secrets où se forge une pensée sur l’État et contre le parlementarisme de la Troisième République, qu’il s’agisse des « synarques » ou des « cyclistes ».

  • 44  D. Peschanski, op. cit., p. 649.

38On comprend mieux, du même coup, son investissement corps et âme dans le régime de Vichy, et un peu plus tard dans une collaboration qu’il pousse jusqu’à son terme, en faisant partie du dernier carré des fidèles qui accompagnent le maréchal Pétain à Siegmaringen dans les derniers mois de la guerre : cet investissement est lié à cette trajectoire sociale et politique et à sa rencontre avec les opportunités qu’ouvre, pour lui, la rupture radicale qui marque l’avènement du régime de Vichy. Il reste que son engagement dans la dénonciation de l’ancien régime et pour faire de la propagande une fonction centrale du nouveau est d’autant plus soutenu que les agents avec lesquels il s’associe au Secrétariat Général à l’Information et à la Propagande créé sous Vichy ont des propriétés analogues. Si l’on en croit D. Peschanski, « on y trouve donc en nombre les professionnels de la propagande qui avaient déjà une longue expérience politique, et/ou des idéologues du rassemblement national que Marion a côtoyés dans le Parti communiste et l’IC [Internationale Communiste] des années vingt, ou dans les clubs et le PPF des années trente »44.

  • 45   Les Documents français, p. 7.

39Au-delà même des thèmes de propagande dont ils sont à l’origine, la justification de leur activité tend à l’inscrire comme une nécessité d’essence de la révolution nationale et du régime dirigé par Pétain. Entre autres sources, le texte des Documents Français qui présente les missions duSecrétariat Général à l’Information et à la Propagande est des plus clairs sur ce point : « Un État sain ne craint pas de porter ses actes au grand jour : bien plus il les explique. On a souvent fait remarquer que la différence entre la révolution nationale et les autres révolutions c’est qu’elle avait été décidée par un chef, pour répondre au besoin profond de la France. Aussi plus qu’en tout autre pays, un organisme spécialisé est-il nécessaire aujourd’hui pour faire rentrer la révolution nationale dans le cœur et l’esprit de tous, pour emporter l’adhésion de ceux, qui par méconnaissance ou par méfiance, se tiendraient encore sur la réserve et pour faire ressortir son originalité, ses innovations, ses réformes »45.

40C’est dire, au total, si l’association de la spécialisation de la propagande et de la transformation radicale de l’ordre politique apparaît particulièrement forte. La confusion des deux processus est soutenue par un puissant effet de cercle. Dans ce contexte très particulier, la promotion de la propagande passe, pour ses acteurs, par la promotion d’un ordre politique nouveau dans le même mouvement que la promotion de leurs idées passe par l’investissement dans la propagande. Si la rupture brutale qui amène le régime de Vichy est pour eux l’occasion de se réaliser sans faire les coûts de la conversion à la propagande massive à laquelle devait faire face leur homologue du Commissariat, plus encore leur investissement massif dans la propagande vichyste revêt tous les aspects d’une « nature » libérée par la conjoncture de la révolution nationale.

Conclusion

41On voit mieux ainsi comment s’est construite puis consolidée la thèse de l’incompatibilité culturelle entre propagande d’État et démocratie. En s’interrogeant sur les chemins, pas toujours maîtrisés, par lesquels passe la propagation réussie d’une idée, le cas de la propagande d’État en France invite notamment à montrer l’incidence des conjonctures politiques et de leur changement sur la façon dont se construisent et se durcissent des frontières symboliques. L’argument de l’incompatibilité culturelle entre propagande d’État et République est le fruit d’appropriations multiples qui ont permis que l’espace politique soit comme « balayé » (au deux sens de couvert et d’un coup de balais atténuant la diversité des sensibilités). Mais il a plus encore été consolidé dans et par la succession de conjonctures radicalement opposées. Si les significations portées par ces conjonctures ont été très différentes dans leurs « logiques », les pratiques de propagande dont elles provenaient ont convergé vers la naturalisation de l’argument au point qu’il pouvait apparaître difficile d’en inverser le sens par la suite.

42Bien sûr, ce « piège à penser » dans lequel s’est figé le sens de la propagande d’État aurait pu disparaître à la faveur de l’histoire de l’après seconde guerre. Mais le fait est que le mot d’ordre a été réutilisé par la suite, tantôt pour servir l’institutionnalisation d’une information puis d’une communication d’État démarquée du passé (qu’il s’agisse de l’échec des expériences de la Troisième République ou des propagandes totales de la guerre et de l’Occupation), tantôt pour à nouveau mobiliser contre les gouvernements et leurs tentations sur l’information, tantôt encore parce que la conjoncture de la guerre froide réactivait les mobilisations de jadis contre le totalitarisme. Plus encore, l’historiographie a contribué à en faire une légende historique. Beaucoup de témoignages qui, dans cet article, ont été situés dans leurs conditions de production (des arguments produits dans et pour des situations données) ont été réutilisés pour mettre en récit une situation historique complexe dans le même temps que ceux qui avaient participé aux services de propagande se sont résolus à l’oubli de la fin de la Troisième République. Les jeux de l’intellection comme disait Paul Veyne et les économies qu’ils permettent du point de vue de la pratique scientifique ont ainsi conduit à laisser le champ de l’interprétation libre aux seules formules de l’époque et notamment à cette « leçon » de Camille Chautemps selon laquelle propagande et démocratie sont deux idées qui s’excluent.

43C’est dire si ces processus permettent de dévoiler l’un des mécanismes par lequel passe la propagation des idées en démocratie : moins par l’unité etl’orchestration maîtrisées de slogans que par des effets de cadrage qui imposentunedéfinition univoque des situations et maintiennent des structures de sens. Ces processusincitent aussi à penser que ceux que leur position centrale autorisait à se contenter de « surfer » sur ces mécanismes n’ont pas vu grossir les dangers ou su réformer leur méthode pour mobiliser l’opinion à la veille de la Seconde guerre.

Haut de page

Notes

1  Pour quelques rares analyses sur ces tentatives, cf. Maurice Mégret, « Les origines de la propagande de guerre française », Revue du comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, janvier 1961, Marie-Thérèse Chabord, « Les services français de l’information de 1936 à 1940 », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, octobre 1966, ainsi que Philippe Amaury, Les deux premières expériences d’un ministère de l’Information en France, Paris, L.G.D.J, 1969 dont l’essentiel est toutefois consacré à la propagande sous Vichy. Pour une étude plus précise, voir toutefois Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Les Français de l’an 40. La guerre oui ou non ?, Tome 1, Paris, Gallimard, 1990.

2  C’est notamment la définition qui s’impose à la fin de la Troisième République. Sur ce point, Odile Rudelle, « Le légicentrisme républicain », dans François Furet et Mona Ozouf, Le siècle de l’avènement républicain, Paris, Gallimard, 1993, p. 463 et suivantes. Pour une réfutation de la thèse de l’antinomie, voir, outre les travaux de Jacques Ellul, Georges Lavau, Le service public de l’information, Paris, Université de Paris, Faculté de droit, 1948.

3  Pour reprendre les analyses de Michel Dobry sur le 6 février 1934, « Février 1934 et la découverte de l’allergie de la société française à la “révolution fasciste” », Revue Française de Sociologie, XXX 3/4, juillet-août 1989.

4  Il ne s’agira pas ici d’analyser les dispositifs de propagande existant dans les deux conjonctures, les configurations dans lesquelles s’est jouée l’institutionnalisation ou non de la propagande d’État, ou encore les logiques qui ont conduit à l’oubli des tentatives notamment après la Seconde guerre. Sur ces différents aspects, on pourra consulter notre ouvrage, La République contre la propagande, à paraître chez Economica. Cf. également nos articles : « Le Commissariat Général à l’Information et la drôle de guerre », dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, tome 108 - 1 -, 1996, p. 39-54 ; « Aux « origines » de la communication gouvernementale : socio-histoire d’un oubli », Quaderni, n° 33, automne 1997, p. 33-58 ; « La République contre la propagande ? Création et échec du Commissariat Général à l’Information », Revue Française de Science Politique, n° 5, octobre 1998, p. 606-624.

5  C’est le titre de la proposition de Geo Gérald, J.0., Chambre des député, 1922, p. 2242 et documents parlementaires n° 4632.

6  Albert Mousset, La France vue de l’étranger ou le déclin de la diplomatie et le mythe de la propagande, Paris, L’Île-de-France, 1926, p. 126.

7  Suzanna Barrows, Miroirs déformants, Paris, Aubier, 1990.

8  L’expression doit vraisemblablement son succès à la République des camarades de Henri de Jouvenel.

9  C’est le terme employé en 1918 dans les débats de la conférence interministérielle de services d’information et de propagande que préside Klobukowki MAE, AP. PA. 95. 61)

10  Willy Munzenberg, Propaganda als Waffe, Paris, Éditions du Carrefour, 1937. Publié dans sa traduction française, L’arme de la propagande en 1938. Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1952 (1re édition, 1939), Paris Soir, 30 mars 1938, « Propagande, une nouvelle force au service de la France », par Louis Deschizeaux, R. Ferlet, La Force de la propagande, essai de psychologie appliquée, Paris, Librairie des sciences, Girardot, s. d,

11  Cité par Claude Bellanger et al., Ministère général de la Presse française, tome 3, p. 595. Sur Georges Boris, Le Quotidien et La Lumière, ibid., p. 568-573.

12  Sur ces points, cf. Cécile Méadel, La radio des années trente Paris, Anthropos, INA, 1994, successivement, p. 36 et s., 59 et s. et 117 et s. Sur Marceau Pivert, cf. plus généralement, Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la SFIO, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1977.

13  MAE, AP. PA. 261. 3.

14  MAE. C. 4. 297.

15  Sur ce point, cf. Oscar Butter, « La presse et les relations politiques internationales », dans Académie de droit international, Recueil des cours, III, Tome 45, Paris, Sirey, 1933.

16  Sur ce point et pour des extraits de ce discours, Les Cahiers de la presse, 1938. 1, p. 117.

17  Ces propos sont cités dans le cours du Commandant Schieffer, l’un des acteurs de la propagande au deuxième bureau, dans son cours à l’Académie militaire en 1998. 72. AJ. 582.

18  Sur ce point, cf. Pierre Bourdieu, « L’économie des biens symboliques », dans Raisons pratiques, Paris, Seuil, 1994, p. 177-217.

19  Le Journal des débats, 20 mai 1933.

20  C’est l’un des journaux dont la diffusion est la plus forte dans l’entre-deux-guerres.

21  Ernest Pezet, Sous les yeux du monde Paris, Spes, 1935, p. 25.

22  Ibid., p. 29.

23  MAE. C. 5. 297.

24  Jacques Chevallier, L’État de droit, Paris, Montchrestien, 1994, en particulier, p. 58-63.

25  Sur ce point, cf. notamment Norbert Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 205-301.

26  Sur ce point, cf. Bernard Pudal, Prendre Parti, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989.

27  Jean Giraudoux, Pleins Pouvoirs, Paris, Gallimard, 1939, son article dans Marianne, 1933.

28  Francisque Gay, La propagande, Mémoire confidentiel, 1940.

29  S’il s’agit effectivement de F. Gay, il faut rappeler qu’il a toutes les propriétés pour être un concurrent de J. Giraudoux. Né trois ans après ce dernier, F. Gay est co-fondateur du Comité catholique de propagande française à l’étranger, fondateur de la Bibliothèque française de Dublin puis directeur-fondateur de la Revista quincal Barcelone (1918), de La vie catholique (1924-1938), de L’Aube (1932-1940). À la Libération, il a encore été directeur de la Presse au ministère de l’Information.

30  Francisque Gay, La propagande, op. cit., p. VIII-IX.

31  Ibid., p. 227.

32  Ibid., p. XIV-XV.

33  Ibid., p. 212.

34  Ibid., p. XI.

35  Ibid., p. XI.

36  Ibid., p. XII à XIV. Contre l’idée d’une assimilation trop rapide de la propagande à l’essence du fascisme, on peut ajouter que la promotion d’une propagande d’État et les projets généraux dans laquelle elle s’insère prend aussi forme chez les résistants. Les propositions figurant dans M. Blocq-Mascart, Chroniques de la résistance, Paris, Corrêa, 1945, peuvent en fournir une bonne illustration. Je remercie Vincent Dubois pour cette référence. On remarquera en outre que l’information occupe une place importante dans la France Libre. Pour des études cf. M. et J.-P. Cointet, La France à Londres, Paris, Complexe, 1990 p. 94 et suivantes. Cf. également l’ouvrage à paraître de J.-L. Crémieux-Brilhac.

37  Francisque Gay, La propagande, op. cit, p. XI.

38  Le départ de Laval, qui cumulait les fonctions de chef du gouvernement avec celles de ministre de l’Information, est ainsi souvent interprété comme le fruit de mobilisations portant sur son usage de la propagande.

39  Le parcours et les propriétés de p. Marion et de son entourage sont construits ici à partir de p. Amaury, op. cit., p. 142 et s. et de D. Peschanski, op. cit.

40  P. Marion, Leur Combat. Lénine, Mussolini, Hitler, Franco, Fayard, 1939.

41  P. Amaury, op. cit., p. 146.

42  B. Pudal, op. cit., p. 247.

43  J.-L. Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris, Seuil, 1969.

44  D. Peschanski, op. cit., p. 649.

45   Les Documents français, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Georgakakis, « La nature « antirépublicaine » de la propagande d’État : du mythe mobilisateur à sa réalisation (1918-1944) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 86 | 2002, 29-48.

Référence électronique

Didier Georgakakis, « La nature « antirépublicaine » de la propagande d’État : du mythe mobilisateur à sa réalisation (1918-1944) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1699

Haut de page

Auteur

Didier Georgakakis

Maître de Conférences, Directeur du Groupe de Sociologie Politique Européenne à l’Université Robert Schuman, Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page