Navigation – Plan du site
DOSSIER

De la propagande à la communication : l’information, enjeu de pouvoir, enjeu pour la démocratie

Guylain Chevrier
p. 9-12

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir l’introduction de l’article de Didier Georgakakis dans ce dossier.
  • 2  Jacques Ellul, Histoire de la propagande, PUF, 1976, p. 119.

1La propagande a été de plus en plus perçue par l’opinion publique en France au cours du xxe siècle comme une pensée partisane relevant du soupçon. Elle est apparue comme dangereuse pour la démocratie en tant que système d’interprétation des faits animé par une volonté doctrinale. L’État républicain a fait le choix de s’en éloigner pour affirmer la démocratie contre la propagande, cette dernière renvoyée à l’usage unique des régimes totalitaires. L’antinomie entre démocratie et propagande est le fruit d’un processus qui ne coïncide pas avec la constitution du régime démocratique français, mais avec un processus historique concernant le mouvement des idées qui découle d’une série de faits. Comme le souligne Didier Georgakakis, à propos des libertés publiques, c’est le monopole des instruments de diffusion des idées et non la mise en place d’instruments destinés à organiser une politique envers l’opinion qui est, sur ce plan, contraire aux idéaux de la République 1. Ainsi, est-ce bien la propagande qui contiendrait en elle-même les ferments du totalitarisme ? Chez Marx, elle sert à révéler une conscience de la condition sociale de l’ouvrier et par cette voie une conscience politique, par une amplification des représentations : « il faut rendre l’oppression réelle plus dure en y ajoutant la conscience de l’oppression » 2 explique-t-il. On a finalement souvent identifié la propagande, qui est une méthode de diffusion et de propagation des idées, avec ces idées elles-mêmes, surtout certaines qui ont marqué en profondeur la mémoire collective, comme celles qui ont constitué l’idéologie du régime de Vichy et justifié ses méthodes. La communication est venue suppléer à l’effacement de la référence à la propagande. Elle a établi son règne en matière de transmission de l’information, en éliminant au passage toute notion d’instrument au service de la promotion des idées, toute notion de filtre, en se présentant comme le pur effet des progrès de la technique, et donc comme une valeur universelle qui n’a pas de camp. Ce divorce proclamé entre démocratie et propagande, qui entend garantir aux citoyens leur liberté de penser, par les vertus de la libre circulation de l’information et des idées, va avec le postulat qui consiste à rejeter l’idée de toute mainmise officielle sur le système d’information. Mais qu’en est-il en réalité ?

2Il existe de nombreux canaux par lesquels les informations circulent, communiquent, et tissent une trame pour nos pensées, pour notre mémoire commune. On sait les enjeux auxquels l’histoire est soumise et spécialement en ce qui concerne la façon de l’écrire, que l’on retrouve des débats autour des manuels scolaires jusqu’au champ de la recherche. L’histoire se trouve souvent enrôlée par la nécessité d’une lecture du passé qui doit satisfaire aux circonstances d’un temps. On voit alors poindre à nouveau, derrière la communication, l’emploi en sous-main d’une propagande. L’usage politique de l’image se trouve particulièrement empreinte de ce glissement. Ce qui est en cause, alors, est moins le problème pur de l’instrumentalisation de l’image que des idées que cette dernière véhicule, pour agir sur une façon de se représenter les choses. Ainsi, s’il peut y avoir une bataille des images, elle n’existe pas « en soi » ; elle est tout d’abord la manifestation d’un conflit entre des représentations politiques, sociales, culturelles, concurrentes. Le caractère massif de la diffusion de l’image que permet la télévision a mis l’image au centre de l’exigence d’information de nos sociétés modernes, ainsi que la nécessité pour le pouvoir politique d’en avoir le contrôle. L’image s’est de plus en plus imposée comme la référence en matière d’information, depuis l’époque où le pouvoir gaulliste lui a donné son statut de place forte.

3Si la télévision a la prétention de nous faire vivre l’histoire en direct, en temps réel, c’est surtout cette impression qu’elle nourrit en faisant passer des vérités psychologiques, astucieusement mises en scène, pour des faits positifs. Cette donnée n’est pas l’effet du hasard, elle tient à la plasticité de l’image, à sa rapidité de déplacement qui ne permet pas sa vérification immédiate, à son pouvoir émotionnel qui subjugue la recherche de son authenticité. Elle tient aussi à la nature de l’outil télévisuel lui-même, à sa faculté à produire cet événement de l’information diffusée simultanément partout, procurant ainsi au rapport individuel cette plus-value que la chose soit vécue magiquement en commun. La scénarisation de l’information est aussi principalement l’effet d’exigences politiques qui passent commande d’un message, ce dont la guerre du Golfe a été une illustration flagrante. C’est que la construction de la mémoire comme appropriation de l’histoire collective a à voir avec la justification des décisions politiques qui engagent moralement nos sociétés et nécessitent une adhésion massive des consciences. Ainsi, le rôle mythifiant des médias serait comme le prix à payer à notre système démocratique. Propagande ou communication, il y a dans tous les cas des sources polluées de l’information auxquelles on ne remonte pas sans une analyse d’ensemble, pas plus que les archives ne peuvent être prises pour argent comptant à l’état brut mais nécessitent de les rétablir dans leur contexte de production, avec toutes les précautions que requiert l’enquête de l’historien.

  • 3  Yves Crozet, Dominique Bolliet, François Faure, Jean Fleury, Les grandes questions de la société f (...)

4La communication a envahi notre univers sur les décombres de la propagande, dénoncée comme un archaïsme appartenant au passé des idéologies défuntes. Mais cette visée ne servirait-elle pas le projet d’une société de plus en plus virtualisée par sa mise en image, vidant la démocratie de son débat d’idées ? Dominique Wolton dans un entretien en 1996 tirait la sonnette d’alarme : « Depuis une quinzaine d’années, la communication prévaut sur la politique ; car les hommes politiques ont, à tort, le sentiment de n’exister que par la communication. » 3 Stéphane Olivesi, dont l’article ouvre ce dossier, revient sur le processus de dépassement de la propagande par la communication en attirant notre attention sur les formes de dominations auxquelles ces catégories historiographiques se réfèrent. Il est question ici d’historiciser ces catégories pour donner de la lisibilité à leurs significations, par les moyens d’une étude comparative qui s’inscrit dans le sens de la recherche de leur généalogie. Stéphane Olivesi en vient à nous montrer comment la communication, contrairement à son image de modernité, s’apparente à une forme de rationalisation de pratiques déjà existantes.

5Didier Georgakakis porte son intérêt sur l’étude des services français d’information et de propagande dans l’entre-deux-guerres jusqu’au régime de Vichy. Il examine comment la thèse d’une incompatibilité de nature entre la propagande d’État et les idéaux affichés de la République a pu s’affirmer dans cette période. En fait, il nous montre comment alors la propagande d’État ressort d’une activité cachée et non officielle, mais néanmoins efficace.

6En fait, il montre que l’antinomie entre propagande d’État et culture républicaine est la conséquence des échecs répétés dans la tentative de l’État d’institutionnaliser la propagande sous une forme officielle. Il pousse plus loin la réflexion pour regarder comment ces échecs vont se lier par l’effet des circonstances à l’usage que le régime de Vichy va faire de la propagande, pour associer cette dernière définitivement aux régimes totalitaires, consacrant un divorce très officiel entre démocratie et propagande dans la période de l’après-guerre.

7Jean-Pierre Esquenazi nous invite quant à lui à une étude du rapport entre télévision et espace public sous de Gaulle. Il en propose l’approche à travers une grille de lecture inspirée de l’idée du sociologue Pierre Bourdieu selon laquelle tout pouvoir en usant de la monopolisation de l’universel est conduit inévitablement à miner ses propres fondements, c’est-à-dire à subir l’effet d’un paradoxe. L’étude du rôle accordé à la télévision sous le pouvoir gaulliste dévoile un rapport étroit entre les institutions nouvelles de la Ve République, la centralisation du pouvoir politique et du pouvoir de communication dans l’État, la figure légendaire au caractère providentiel du personnage de Gaulle, alors que les postes de télé entrent massivement dans les foyers. Ce que l’on voit transparaître dans ce contexte à travers l’effet télévision, c’est un nouveau rapport état-société qui influe sur le rapport entre politique et société. L’homme providentiel joue de sa légitimité de chef d’État pour mettre sous tutelle la télévision et instaurer un monopole de l’espace public. Mais cette fonction universelle qu’il attribue à la télévision pour porter dans tous les foyers son message va le contraindre bientôt dans le cadre de l’élection présidentielle à partager l’antenne avec ses concurrents. C’est cette histoire qu’il nous propose de suivre.

8J’ai voulu quant à moi revenir sur un événement, la guerre du Golfe, qui a redonné soudain la primauté à la propagande que l’avènement de la communication moderne avait prétendument refoulée. Une façon d’informer se prévalant de suivre l’écriture de l’histoire, vraie parce que suivie en direct au moment où elle se fait, apparaît soudain. Elle est censée offrir par sa prise directe sur les faits du terrain, grâce à l’entremise de l’image transmise en temps réel, la garantie d’une transparence sur ses motifs et le sentiment d’une maîtrise collective, voire citoyenne, sur son déroulement, au moment même où la guerre impose la mise au silence de l’opinion publique. Il s’ensuivit finalement, après la fin des grandes manœuvres, une crise de confiance du citoyen vis-à-vis de l’information télévisuelle et un encouragement à un rapport litigieux à notre démocratie. La guerre du Golfe est une référence historique majeure car elle a initié un nouveau modèle de conflit, en termes de géopolitique, de réponse militaire, et de gestion de son image. Elle schématise à sa façon l’évolution des rapports entre démocratie, pouvoirs et propagande à la fin du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1  Voir l’introduction de l’article de Didier Georgakakis dans ce dossier.

2  Jacques Ellul, Histoire de la propagande, PUF, 1976, p. 119.

3  Yves Crozet, Dominique Bolliet, François Faure, Jean Fleury, Les grandes questions de la société française, Nathan/HER, 2000, p. 301, extrait d’un entretien donné à la revue Sciences humaines, hors série n° 11, déc. 1995-janv. 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guylain Chevrier, « De la propagande à la communication : l’information, enjeu de pouvoir, enjeu pour la démocratie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 86 | 2002, 9-12.

Référence électronique

Guylain Chevrier, « De la propagande à la communication : l’information, enjeu de pouvoir, enjeu pour la démocratie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1692

Haut de page

Auteur

Guylain Chevrier

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page