Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Stéphane Olivési, « De la propagande à la communication. Éléments pour une généalogie », « Dossier (...)
  • 2  Voir infra l’article de Didier Georgakakis. Par ailleurs, un coup d’œil sur le catalogue de la BNF (...)

1« Propagande ». Le terme sent aujourd’hui le soufre, le feu, tout ce que l’imaginaire collectif occidental peut associer d’intolérance à la « propagation de la foi » dans l’Europe de la fin du xviie siècle saisie par la puissance restaurée de l’Église catholique, apostolique et romaine. Voilà pour les ancrages lointains. Le terme charrie sans doute encore plus, en ce début de xxie siècle, habité par « ces fantômes qui nous défigurent le véritable aspect des choses » 1, l’arsenal des violences politiques mises en œuvre, avec une efficacité particulière au cours du xxe siècle, par les États autoritaires et les organisations partisanes. La propagande, manipulation, soumission de la conscience individuelle, antithèse de l’éducation, sort du xxe siècle marquée par l’infamie comme une de ces formes de pouvoir illicite qui brident le bon fonctionnement des démocraties. Exit la « propagande », associée au volontarisme politique, à la mise en œuvre explicite de moyens de convaincre, revendiquée en particulier par les organisations communistes comme moyen de lutte contre les idéologies, mais au-delà par toutes les forces organisées – pas seulement politiques d’ailleurs – jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale 2. Pourtant la question des modalités de la formation des opinions dans les démocraties reste bien posée. Comment les individus savent-ils, quels sont les moyens dont ils disposent pour connaître, comprendre des événements, des réalités politiques, sociales qui, de plus en plus souvent, mettent en cause leur existence sans qu’ils en soient les acteurs directs ? Le développement de nouveaux médias au cours du xxe siècle, permettant la diffusion de l’information par un nombre très réduit d’émetteurs à un grand nombre de récepteurs, a amené à penser en termes également nouveaux les pouvoirs liés à l’information dans les sociétés démocratiques.

2Le dossier coordonné par Guylain Chevrier veut rompre avec l’amnésie des fausses innocences. Les articles rassemblés ici montrent comment, dans divers moments forts de la vie politique française, les gouvernements ont, au cours du xxe siècle, de fait favorisé la diffusion, aussi exclusive que possible, des idées justifiant leurs choix d’action afin d’obtenir l’approbation d’une opinion captive de l’unanimisme des médias, quand bien même les médias ne sont pas d’État, situation dont la Guerre du Golfe a fourni une saisissante mise en œuvre.

3La question posée dans « Dossier » des rapports entre démocratie et information, démocratie et propagande est de celles qui sont au cœur et des sociétés contemporaines et de l’élaboration de notre travail d’historien.

4Cet angle d’approche peut de fait être une des grilles de lecture de l’ensemble des contributions de ce numéro 86 des Cahiers. Finalement, à travers l’analyse de l’écriture des poètes de la fin du xive siècle que présente cette livraison de « Chantiers » ne retrouve-t-on pas, certes dans un ordre de la communication bien différent, la recherche des moyens de persuader, d’amener à faire partager des sentiments et la question du pouvoir de celui qui dit.

5Dans des modalités encore très différentes, les réflexions livrées ici dans « Aux sources de l’histoire » à propos du travail que constitue l’élaboration, le classement, la présentation de ces survivances langagières du passé qui deviennent archives, font sentir également combien les liens des pouvoirs et des moyens de savoir sont ici aussi à l’œuvre. Du traitement des archives du Parti Communiste français abordé par Alexandre Courban à la constitution de celles du mouvement communiste en Égypte présenté par Didier Monciaud à travers l’interview de Ramses Labib, on comprend à nouveau à quel point ces réalisations sont dépendantes des rapports de force présents, tant dans leurs dimensions politiques que culturels et économiques.

6« Débat », à travers les réflexions de Philippe Goujard sur les « Lumières allemandes », fait ressentir l’existence d’une autre forme de pouvoir à travers celui de l’historiographie, osera-t-on dire dominante, et vient nous sommer de ne pas être les historiens de faux consensus masquant les forts enjeux interprétatifs du travail historique.

  • 3  Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris (...)

7Appel donc à débattre. Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique poursuivront la mise en œuvre de la confrontation de la diversité interprétative inhérente à l’histoire vivante notamment en initiant dans les mois à venir une rencontre autour du livre récent de Jean Nicolas à propos des révoltes et insoumissions dans la France du xviiie siècle 3, puis autour des recherches récentes sur les luttes de la décolonisation en Algérie. Ils vous donnent également rendez-vous au débat qu’ils organisent le samedi 14 septembre à la Fête de l’Humanité autour du thème du présent dossier, « Démocratie, pouvoirs et propagande ».

8Que chacun fourbisse donc ses connaissances pour de riches débats !

Haut de page

Notes

1  Stéphane Olivési, « De la propagande à la communication. Éléments pour une généalogie », « Dossier » infra.

2  Voir infra l’article de Didier Georgakakis. Par ailleurs, un coup d’œil sur le catalogue de la BNF rappelle le succès du mot dans les domaines les plus divers jusques, au moins, dans les années cinquante. À côté des brochures et ouvrages politiques, socialistes, radicaux, mais aussi anti-socialistes, un ouvrage de 1928 évoque la « propagande antivénérienne ». Une brochure de 1934 appelle fièrement à la « propagande » pour « le développement de la consommation du pain ». En 1936, existe un service de « propagande de la Société pour le développement de l’industrie du gaz ». Encore en 1957, la Fédération française de basket-ball dispose d’une « Commission de propagande » et d’un organe officiel de celle-ci. Plus de 150 notices, concernant la France seule, témoigne de l’importance de l’usage du mot et la dépréciation rapide de sa signification au cours d’une période relativement récente.

3  Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris, Seuil, L’Univers historique, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 86 | 2002, 3-5.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 86 | 2002, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1691

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page