Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean Vigreux, Waldeck Rochet. Une biographie politique

Paris, La Dispute, 2000, 378 p.
Alexandre Courban
Référence(s) :

Jean Vigreux, Waldeck Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, 378 p.

Texte intégral

1Dans l’historiographie du communisme, l’approche biographique tient une place singulière. Les chercheurs se sont principalement intéressés au mouvement tant au niveau des organisations qu’au niveau des formes de lutte. On étudie par exemple une fédération du Parti communiste ou bien on porte son attention sur une activité particulière, comme l’internationalisme prolétarien ou la lutte pour la paix. Depuis quelques années, certains s’intéressent également aux militants, notamment au travers des études prosopographiques, comme par exemple le Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste, ouvrage sur lequel nous reviendrons prochainement. Aujourd’hui, l’histoire des vies particulières appliquée à l’histoire du mouvement communiste peut connaître un avenir prometteur. Jean Vigreux nous le montre avec brio.

2Les difficultés inhérentes à l’approche biographique sont au moins de trois ordres1. On attend d’abord du biographe qu’il explique pourquoi il choisit d’écrire une biographie sur tel individu. Il convient ensuite de dépasser les contraintes de la trame chronologique linéaire de la vie d’un individu. Enfin, la dernière difficulté concerne le rapport entre l’individu et les structures auxquelles il appartient.

3Dans son ouvrage, Jean Vigreux surmonte ces trois difficultés inhérentes à l’approche biographique.

4Jean Vigreux prolonge son approche biographique au-delà du temps biologique. Il propose une analyse des « images » et de la « mémoire » de Waldeck Rochet (pages 296-349). En déconstruisant l’objet biographique étudié, il nous propose non seulement une analyse pertinente mais il nous fournit également une méthode pour aborder la biographie autrement. Jean Vigreux mobilise toutes les sources écrites, sonores ou audiovisuelles disponibles pour analyser « les traces que le dirigeant communiste a laissées à la fois dans la vie politique et dans la société française » (p. 297), de son retrait de la scène politique à son décès. Cette partie est peut-être l’une des plus stimulantes. Toute biographie ne devrait-elle pas comporter de tels chapitres ? L’approche biographique que nous propose Jean Vigreux ne se limite naturellement pas à une chronique du biographié. Il propose de « déborder la biographie » et propose une relecture de l’histoire du Parti communiste français.

5En s’attachant au parcours d’un cadre communiste, Jean Vigreux étudie le rapport entre l’individu et les structures auxquelles il appartient. L’auteur s’attache à montrer l’élaboration des processus décisionnels. De l’articulation entre l’individuel et le collectif, le lecteur de cette biographie intéressé par le mouvement ouvrier portera notamment son attention sur le regard de Waldeck Rochet sur l’URSS, lors de son séjour à l’École léniniste internationale (p. 35 et suivantes), mais aussi lors de l’invasion de la Tchécoslovaquie et de la répression du Printemps de Prague (p. 259 et suivantes) ou bien sur les relations que le PCF entretient avec les autres forces de gauche, et notamment avec François Mitterrand. Enfin, on retiendra le rôle du journal communiste La Terre dans l’ascension de Waldeck Rochet, comme son travail au sein de la section agraire dans l’implantation du mouvement ouvrier dans les campagnes.

6Jean Vigreux a su tirer profit des archives nouvelles alors disponibles. Son travail bénéficie de l’ouverture des archives de Moscou, associée à celles du PCF (notamment celles du dirigeant communiste et plus particulièrement le moment où Waldeck Rochet est secrétaire général) et de l’accès aux archives privées de Waldeck Rochet. On saluera le choix de Jean Vigreux de présenter à ses lecteurs les matériaux à partir desquels il a travaillé (pp. 361-363), même si la présentation est, dans cette version publiée de sa thèse, succincte. Elle confirme son intérêt pour les réflexions sur les archives en général et celles du communisme en particulier. Nous espérons que Jean Vigreux prolongera ces réflexions en nous proposant les écrits de prison de Waldeck Rochet ou de François Billoux. Les travaux de Jean Vigreux ouvrent de nombreuses pistes, par exemple sur le communisme rural.

Haut de page

Notes

1  Thomas Bouchet, Jean Vigreux, « La biographie en Histoire : l’individu en général, le militant en particulier », dans Territoires contemporains, n° 1, 1994, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Courban, « Jean Vigreux, Waldeck Rochet. Une biographie politique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 87 | 2002, mis en ligne le 28 octobre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1685

Haut de page

Auteur

Alexandre Courban

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page