Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Une archive, des films et le Front populaire

Quelques notes après une année commémorative bien remplie
Julie Cazenave
p. 121-126

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les Jeux olympiques se recyclent en quatre ans, le festival de Cannes d’année en année, la décade semble être quant à elle le bon temps de jachère de l’événement historique. Cette fréquence lui assure une relative fraîcheur dans les mémoires tout en laissant aux gens d’Histoire le temps de retourner le terrain. 2006 a donc succédé à 1996 pour la commémoration du Front populaire.

2Entre temps, le millénaire a passé, beaucoup d’archives ont été restaurées et le numérique est devenu une technologie grand public. Voici en quelques traits la façon dont Ciné-Archives a été sollicitée et a répondu à la demande commémorative de son temps.

  • 1  Ciné-Archives, sous la responsabilité de Joëlle Malberg, a pris la suite de Zoobabel et du travail (...)

3L’association Ciné-Archives gère depuis 1998 le fonds audiovisuel du Parti communiste français et du mouvement ouvrier et démocratique. Elle a pour mission la gestion, la conservation, la restauration et la promotion de ces archives1; celles du PCF, mais aussi des diverses organisations du mouvement ouvrier et démocratique qui lui ont été apparentées au cours de son histoire ou avec lesquelles il était engagé dans des combats communs : syndicats, municipalités, organisations « de masse « comme le Secours populaire, le MRAP, la FSGT, l’Union des Femmes Françaises, et des sociétés « amies « (ACI, Ciné-Liberté, La Propagande par le film, Association française des amis de l’Union Soviétique, Les Films Populaires, Ciné-France, C.P.D.F)… L’amplitude du fonds court des années vingt à nos jours, avec trois grandes périodes : 1935/1939, 1945/1955, 1968/1978.

  • 2  Les fiches documentaires de ces films ainsi que du reste du catalogue sont disponibles en ligne su (...)

4Sur le Front Populaire, Ciné-Archives est donc une source originale car elle émane de plusieurs de ses protagonistes directs : PCF, CGT, municipalités, SPF, l’Humanité 2

5Grâce au plan de sauvegarde des films nitrate engagé par le Ministère de la culture en 1991et aux conventions que nous avons passées avec le CNC depuis 1979, grâce aux transferts vidéo que nous avons effectués et au travail de catalogage, nous disposons à présent d’un fonds mieux documenté et plus accessible qu’auparavant ; nous avons ainsi été en mesure de satisfaire la fringale d’archives suscitée chez les gens d’image par la vague commémorative de 36.

  • 3  Pour les festivals, citons le Festival du film politique à Barcelone, Les Utopies collectives à Pa (...)

6En 2006, Ciné-Archives a répondu à une cinquantaine de sollicitations concernant le Front Populaire, ce qui est important à notre échelle. Ces demandes sont venues pour des émissions et des documentaires télévisés, pour des projections en film et en vidéo, en salles et en festivals 3, pour des expositions et pour des éditions vidéo, etc.

7Fait discret mais saillant en ce début de 21e siècle, l’extension des moyens numériques au grand public nous a amené quelques demandes inédites. Une quantité de moins en moins négligeable de gens dispose en effet non seulement de moyens de visionnage avec le web et le DVD, mais est également équipée pour la recherche via internet et pour le montage et la réalisation via les logiciels informatiques. Notre DVD, paru avec le hors-série de l’Humanité dès le mois de mai 2006, a ainsi permis la réutilisation facile des archives filmées par des tiers pour en organiser eux-mêmes la diffusion ou pour les utiliser dans la réalisation de leurs propres documents audiovisuels sur le Front Populaire. La Chorale de Paris a ainsi conçu un montage d’extraits de films pour accompagner son spectacle de chants du Front Populaire et de la guerre d’Espagne à partir du DVD (et moyennant l’acquittement de quelques droits pour cette exploitation particulière). Une section de la LDH a réalisé son propre court-métrage en DVD de la même manière. Cette diffusion grand public de l’équipement vidéo et numérique contribuera peut-être à l’avenir à distribuer l’initiative commémorative plus largement qu’aux seuls acteurs professionnels de l’audiovisuel et aux gros budgets commémoratifs (ou amènera, du moins, ceux-ci à en tenir compte dans leurs projets).

Les archives les plus demandées…

  • 4  Film réalisé pour le PCF et les élections législatives de 1936.

8Pour la demande de films en projection, « la Vie est à nous » est toujours largement en tête 4. Le rayonnement de ce film tient à sa qualité exceptionnelle, mais doit aussi beaucoup à celui de la politique des auteurs puisque « La Vie est à nous » fut réalisé sous la direction de Jean Renoir.

9Du côté thématique et illustratif, la palme est une fois de plus revenue aux congés payés. Car bien qu’ils aient peu à voir avec la levée du Front Populaire, les congés payés sont restés jusqu’à aujourd’hui sa conquête la plus emblématique (et l’une des plus solides). La dimension hygiéniste souvent contenue dans les images de plein air frappent moins désormais que la part de bonheur et le récit d’émancipation humaine… Cela passe bien ; le Front Populaire l’avait déjà compris en son temps.

10Ce sont donc les images de congés payés qui nous ont été le plus demandées, pour des séances de projection en salle et pour des montages audiovisuels.

  • 5  Elle a été installée à la Fête de l’Humanité du Bourget, au festival d’Avignon, au siège de la CGT (...)

11Les congés payés ont, en outre, fait l’objet de deux expositions originales utilisant des archives audiovisuelles et pour lesquelles nous avons été sollicités. Le magazine Regards a monté l’exposition itinérante5« L’été 36, vive les congés payés » conçue sur un joli et ingénieux dispositif balnéaire, avec sable fin, cabines de plage, tentes.. dans lesquels était incrustés des panneaux historiques et des moniteurs vidéo thématiques relatant les phases et points forts du Front Populaire.

  • 6  Les Métallos de Jacques Lemare (1938).

12L’autre exposition, « l’événement-les images comme acteurs de l’Histoire », s’est tenue à la galerie du Jeu de Paume. Elle tentait d’analyser le rôle des images dans l’édification événementielle à l’ère de l’image moderne. Parmi les événements emblématiques retenus (la guerre de Crimée, la conquête de l’air, la chute du mur de Berlin, le 11 septembre 2001…), les congés payés figuraient la révolution sociale. Au moyen d’un accrochage comparé, Marie Chominot, commissaire d’exposition de cette section, a tâché de mettre en lumière la part construite de l’iconographie des congés payés, favorisée par des revues illustrées telles que Regards, Voilà, ou encore certains films produits par les instances militantes et institutionnelles du Front Populaire. Face à cette iconographie qui fixa les congés payés dans l’imaginaire social, des épreuves photographiques amateur, un extrait de film de la CGT des métaux 6, un photo-reportage de Cartier-Bresson sur les bords de Marne révèlent des congés payés plus fidèles à ceux que vécurent les ouvriers en 1936, non moins joyeux mais éloignés des clichés juvéniles, hygiénistes et balnéaires du Front populaire soi-même… La cristallisation perdure en tout cas puisqu’on demande toujours à Ciné-Archives des images à la mer en 36, quand nous n’en avons (plus logiquement) que datées de 1938.

13Nous souhaitons mettre l’accent sur une caractéristique de Ciné-Archives qui a joué directement sur notre activité relative à la commémoration du Front Populaire. En tant qu’archive, notre association a une activité de prestataire professionnel (activité commerciale à travers l’exploitation du fonds) et une visée patrimoniale tournée vers le plus grand nombre (la conservation et la valorisation de ce patrimoine en tant qu’archives historiques ouvertes à la connaissance de tous). Mais, nous continuons aussi activement la sensibilité militante qui fut à l’origine de ces documents filmés. Leur teneur politique est constitutive de l’identité du PCF et du mouvement ouvrier et démocratique et elle en fait à nos yeux la valeur. Ce qui n’exclut pas esprit critique ni rigueur historique. bien au contraire.

14Les deux initiatives dans lesquels Ciné-Archives s’est le plus investie sont aussi inscrites dans cette filiation politique et militante.

«1936 L’Espoir » numéro hors-série de l’Humanité (mai 2006) et son DVD

15Pour ce hors-série, nous avons pris en charge la conception et le développement d’un DVD contenant un programme de deux heures d’archives filmées.

16Cet objet, le supplément DVD, est représentatif de la nouvelle génération de produits commémoratifs qui a germé dans la décennie 1996-2006. L’équipement grand public en DVD, la qualité accrue des outils du multimedia, l’accessibilité d’archives audiovisuelles restaurées a développé le potentiel d’éditorialisation et de valorisation de nombreuses archives audiovisuelles.

17Intéressés par ce vivier documentaire, certains grands tirages de la presse ont souhaité accompagner d’un DVD leur dossier spécial sur le Front Populaire. « La Vie est à nous » a fait l’objet de quelques convoitises. Nous avons décidé de le consacrer à la publication du hors-série préparé par l’Humanité. Ce choix nous a permis de ne pas nous limiter à une simple prestation (cession des droits et mise à disposition du matériel vidéo) et d’assurer la programmation et la présentation des films. Tandis que l’Humanité a pu s’adjoindre un programme riche et rare sur la période, les cent pages de son hors série ont offert un vis-à-vis pédagogique de grande qualité aux films édités.

18Nature du fonds et de l’Humanité obligent, ce DVD entendait faire connaître des documents militants du Front Populaire. « La Vie est à nous », pièce maîtresse, y figure de même que « Grèves d’occupations d’usines ». Nous y avons ajouté quelques morceaux moins connus mais non moins réussis, échelonnés entre 1936 et 1938, tous films politiques et syndicaux qui témoignent du Front Populaire par la richesse même de leurs collaborations artistiques et techniques. Figurent aussi des contre-actualités cinématographiques du PCF, Magazine Populaire (1938), et, pour l’affinité élective avec le journal et ses lecteurs, le Grand prix cycliste de l’Humanité (1937), ou encore la fête de l’Humanité de 1936.

19Ce hors-série est sorti en mai 2006, au prix de vente de dix euros. Il en a été tiré plus de trente mille exemplaires. Il est aujourd’hui épuisé, ce qui en terme de diffusion patrimoniale est également assez remarquable.

Un cycle de ciné-conférences : « L’Histoire est à nous ! »

20Dans le cadre d’une série d’événements organisés par le PCF autour du Front Populaire, nous avons monté quatre « ciné-conférences ».

21Le but, cette fois, n’était pas de composer une sélection à partir de notre fonds, aussi représentative et variée que possible, mais de donner accès à la totalité de notre corpus de films sur le Front Populaire, de montrer même, et surtout, ceux qui ont peu de chances d’être connus du public au-delà des chercheurs et de quelques curieux patentés.

  • 7  Professeur d’Histoire contemporaine à Paris VIII, spécialiste des mouvements sociaux et des manife (...)
  • 8  Professeur d’Histoire contemporaine à la Sorbonne (Paris I).
  • 9  Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne.
  • 10  Chef d’études à l’institut néerlandais de l’image et du son, professeur à l’université d’Utrecht ( (...)

22Pour être quasi exhaustive, cette programmation devait être charpentée autour de thématiques permettant d’aborder le Front Populaire sous plusieurs angles recoupant le plus grand nombre possible de nos films. Au programme : « Les grèves, une joie sans mélange » (conférencière : Danielle Tartakowsky 7), « Nous sommes au commencement de tout : panorama d’une mutation culturelle » (Pascal Ory 8), « Un parti communiste en effervescence » (Serge Wolikow 9), «  La nouveauté d’un cinéma militant » (Bert Hogenkamp 10). Une même règle pour nos invités érudits avait été fixée: une introduction contextuelle, courte mais éclairante sur le sujet du jour, puis revenir sur la salle entre chaque film pour un jeu de questions-réponses puis faire la présentation du film suivant.

23Dans le meilleur des cas, cette recette permet au public d’appréhender la période à travers sa représentation via les films et leur analyse historique. Rien de tel pour faire apprécier, par exemple, un film comme La Grande Espérance sur le neuvième congrès du PCF à Arles en 1937. Bien qu’assurée par Jacques Becker, la réalisation de ce film n’en reste pas moins un film de congrès, c’est-à-dire un exercice de style (presque) privé de motifs photogéniques. Sa durée de trente minutes constitue un deuxième obstacle. Mais le dispositif de la ciné-conférence permet de le présenter de façon stimulante en décantant sa valeur d’archive. Ceci se fait à travers la lecture savante de l’historien, les réactions du public, et grâce au vis-à-vis que forment les uns pour les autres les films programmés au cours d’une même séance. Au cours de son intervention, Serge Wolikow livra au public quelques clés de visionnage stimulantes pour La Grande Espérance, en soulignant, par exemple, tous les signes visibles à l’image de réappropriation de l’histoire de France par le PCF du Front Populaire, à commencer par le déroulement même de ce congrès à Arles. Ce déplacement du PCF loin de ses bastions de banlieue rouge peut en effet surprendre, ceci d’autant que la projection de ce film avait été précédée dans la séance par celle du 7e congrès du Komintern à Moscou (1935) au cours duquel Marcel Cachin expose les premiers succès de la stratégie de Front populaire du PCF. Cachin, faisant état du succès aux élections municipales de 1935, admet que les résultats en province sont encore loin de ceux réalisés dans la banlieue parisienne. Alors pourquoi se rendre en Arles en 1937 ?

24Serge Wolikow saisit cet à propos pour exposer le virage culturel et idéologique emprunté par le PCF à partir de 1934. Virage qui l’amena à s’incarner en parti révolutionnaire mais démocratique, internationaliste mais enraciné dans l’histoire de France. D’où ce volontarisme porté à inscrire sa légitimité dans l’histoire nationale, mais aussi dans les traditions et identités régionales. De ce point de vue, le déplacement en Arles prend tout son sens. Et « La Grande Espérance » qui retrace le congrès du PCF, mais consacre aussi des séquences au patrimoine architectural de la Provence, aux farandoleurs et aux courses taurines, se découvre également comme une figure de style politique qui illustre à merveille le PCF du Front Populaire.

Et en 2016 ?

  • 11  Pascal Ory lui consacre un long passage dans son ouvrage La Belle Illusion. Culture et politique s (...)

25Difficile de prédire quelle lumière éclairera le 36 de 2016. Mais pour ce qui est de la matière, nous vous proposons d’ores et déjà de porter votre attention sur deux films : Français, françaises, visages de France réalisé en 1937et donné en cadeau par l’Association des Amis de l’Union soviétique à la délégation de l’URSS lors de l’exposition universelle de 1937 à Paris 11, et « la version longue » du Grand rassemblement du 14 juillet 1935 : tous deux sont fraîchement restaurés et encore inédits.

26En ce qui concerne les moyens audiovisuels et la prochaine gamme de produits commémoratifs, les potentialités d’internet et des technologies numériques nous auront surpris plus d’une fois d’ici-là. Et nous espérons, pour clore, que cette nouvelle commémoration sera l’occasion de davantage de projets de collaboration inter-archives au niveau national et international.

Haut de page

Notes

1  Ciné-Archives, sous la responsabilité de Joëlle Malberg, a pris la suite de Zoobabel et du travail pionnier de Claude Thiébaud, qui s’attacha au milieu des années 70 à la sauvegarde et à la découverte des bobines de films de toutes sortes amassées par le PCF.

2  Les fiches documentaires de ces films ainsi que du reste du catalogue sont disponibles en ligne sur notre site : http://www.cinearchives.org

3  Pour les festivals, citons le Festival du film politique à Barcelone, Les Utopies collectives à Pau, les Rencontres du CCPPO à Besançon, les rencontres cinématographiques de Gindou, ou encore celles co-organisés par l’association « Autour du 1er Mai » et Peuple et culture à Tulle…

4  Film réalisé pour le PCF et les élections législatives de 1936.

5  Elle a été installée à la Fête de l’Humanité du Bourget, au festival d’Avignon, au siège de la CGT, aux Archives départementales de Bobigny…

6  Les Métallos de Jacques Lemare (1938).

7  Professeur d’Histoire contemporaine à Paris VIII, spécialiste des mouvements sociaux et des manifestations de rue.

8  Professeur d’Histoire contemporaine à la Sorbonne (Paris I).

9  Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne.

10  Chef d’études à l’institut néerlandais de l’image et du son, professeur à l’université d’Utrecht (Pays-Bas).

11  Pascal Ory lui consacre un long passage dans son ouvrage La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire. 1935-1938, Plon, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Cazenave, « Une archive, des films et le Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 103 | 2008, 121-126.

Référence électronique

Julie Cazenave, « Une archive, des films et le Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/167

Haut de page

Auteur

Julie Cazenave

Ciné-Archives

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page