Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Force Ouvrière à la lumière des archives américaines

Tania Régin
p. 103-118

Résumé

Les relations entre Force ouvrière et le syndicalisme américain sont parfois évoquées mais restent encore relativement peu étudiées. Les archives de l’AFL-CIO, déposées au Centre George Meany (Silverspring, états-Unis), permettent un nouvel éclairage sur le sujet. Cet article présente aussi les principaux correspondants du département international de l’AFL—CIO au sein de FO de la Libération à la fin des années 1950.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La Fédération syndicale mondiale est constituée en 1945. Elle rassemble à l’origine la quasi total (...)
  • 2  Ces archives sont consultables au Centre George Meany (Silverspring, États-Unis). Nous faisons réf (...)

1Après une courte période d’unité dans l’immédiat après-guerre, la Guerre froide instaure dans le mouvement ouvrier un climat de défiance, de conflits et de division. Tour à tour, la Belgique, la France, l’Allemagne et l’Italie sont frappées par des scissions syndicales et bientôt c’est la Fédération syndicale mondiale (FSM) 1, fondée en 1945 qui connaît le même sort. L’American Federation of Labor (AFL) a joué un rôle essentiel dans ces événements. En France, elle a encouragé et soutenu la création de la confédération Force ouvrière. L’étude des relations entre ces deux organisations permet à la fois de comprendre l’articulation entre la politique nationale et internationale d’une centrale syndicale, d’évaluer son degré d’autonomie dans le mouvement syndical international, de s’interroger sur l’« importation » des modèles ou de redéfinir le sens de la solidarité internationale. Plus modestement, cet article qui s’appuie sur l’historiographie et sur les archives du département international de l’AFL-CIO (l’American Federation of Labor fusionne en 1955 avec le Congress Industrial Organization2 se propose de revenir sur les liens qui unissent l’AFL et Force ouvrière dans les premières années du syndicat français.

De la création de Force ouvrière…

  • 3  René Mouriaux, « État des travaux sur Force ouvrière », Syndicalisme et société, ISERES VO édition (...)

2Comme le signalait René Mouriaux dans son « État des travaux sur Force ouvrière » 3, la littérature sur cette organisation est assez réduite. Le poids secondaire de FO (en comparaison de celui de la CGT ou de celui de la CFDT) dans le paysage syndical français est-il à l’origine du désintérêt des chercheurs ? A cette hypothèse s’ajoute le manque d’archives accessibles en France. En effet, le service de documentation de FO ne met pas à la disposition des chercheurs des archives internes mais seulement des documents imprimés officiels comme la presse ou les rapports de congrès. Le Centre d’histoire du travail à Nantes, le Centre d’histoire sociale à Nanterre ainsi que la Fédération FO de la métallurgie viennent cependant combler le vide. De plus, l’ouverture des fonds de la Confédération internationale des syndicats libres (l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam — IISG), de la Confédération européenne des syndicats (IISG Amsterdam) et du département international de l’AFL-CIO (Centre George Meany, Silverspring) offrent de nouvelles perspectives.

  • 4  En février 1996, Force ouvrière Hebdo, le journal officiel de la CGT-FO publie un hors série intit (...)
  • 5  Denis Lefebvre (dir.), 19 décembre 1947 : Force ouvrière réalisé par l’UD FO de Seine-Saint-Denis, (...)
  • 6  Alain Bergounioux, Force ouvrière, Éditions du Seuil, 1975, p. 86.
  • 7  Alain Bergounioux, Force ouvrière, op. cit., p. 236.

3Dans l’historiographie française, FO est interprétée comme une résurrection de la CGT de l’entre-deux-guerres. Le préfixe CGT accolé à Force ouvrière indique d’ailleurs cette volonté de continuité, réaffirmée en 1995 lors du centenaire de la CGT 4 et deux ans plus tard dans un ouvrage historique réalisé par l’Union départementale FO de Seine-Saint-Denis sur la création de la centrale 5. Dans ce livre, Denis Lefebvre insiste sur la continuité entre la CGT confédérée d’avant guerre et la CGT-FO. Alain Bergounioux, avant lui, faisait remonter les origines de Force ouvrière à l’existence d’un courant syndical réformiste antérieur à la guerre. Pour cet historien, « des forces profondes expliquent la scission » 6 et il serait erroné « de se limiter au pur événement » 7. Même si cette analyse nous paraît fondée, il est nécessaire de revenir sur l’événement pour appréhender le rôle de l’AFL dans la création de la nouvelle centrale.

4S’il est avéré que FO a bénéficié de l’aide financière de l’American Federation of Labor, cette relation a fait l’objet de fantasmes, de rumeurs et de polémiques. Le Parti communiste français et la CGT l’ont ainsi largement exploitée pour dénigrer la nouvelle organisation syndicale, dont le maître mot était l’indépendance à l’égard des partis et des gouvernements.

  • 8  Ibidem, p. 92.
  • 9  Jean-Yves Sabot, « Annexe : la Fédération CGT-FO de la métallurgie Organisation, audience, syndica (...)
  • 10  Jack Kantrowitz, « L’influence américaine sur Force Ouvrière : mythe ou réalité ? », Revue françai (...)
  • 11  Kantrowitz cite par exemple les déclarations de George Meany et de David Dubinsky.
  • 12  Jay Lovestone fut un élément actif du mouvement communiste américain jusqu’à la signature du Pacte (...)

5Dans la monographie qu’il consacre à FO, Alain Bergounioux évoque les emprunts non remboursés, les dons de machines à écrire, de voitures, l’appui direct aux fédérations 8 ; Jean-Yves Sabot fait le même constat pour la Fédération CGT-FO de la métallurgie 9, ou encore Jack Kantrowitz 10, en s’appuyant sur les rapports financiers des congrès, sur des entretiens menés avec des dirigeants syndicaux ou encore sur des déclarations parues dans la presse 11. Mais aucune étude précise, chiffrée et exhaustive n’a été publiée pour le moment. Les archives du département international de l’AFL pourraient permettre de progresser dans cette voie puisqu’on y découvre de nombreux bilans de l’aide financière, des récépissés, des lettres de remerciements des organisations de FO, etc. Mais compte tenu des relations particulières entre la CIA et Jay Lovestone 12, il conviendrait de consulter également les archives du gouvernement américain et celle de la Fondation Hoover à qui Lovestone a vendu une partie de son fond personnel.

  • 13  Annie Lacroix-Riz, « Autour d’Irving Brown : l’AFL, le Free Trade Union Committee, le département (...)

6L’historiographie française n’ignore pas l’importance du soutien américain à FO, mais elle a tendance à minimiser cette aide en rappelant celle apportée par d’autres centrales nationales d’Europe ainsi que par la Confédération internationale des syndicats libres (CISL). L’historiographie américaine, dont Annie Lacroix-Riz a rendu compte dans un article du Mouvement social, est plus audacieuse 13.

7Pour Radosh et Godson, il ne fait pas de doute que sans l’AFL, FO n’aurait sans doute pas vu le jour.

  • 14  Ronald Radosh, American labor and United States foreign policy - The cold war in the Unions from G (...)
  • 15  Roy Godson, American labor and European politics - The AFL as a transnational force, Crane, Russak (...)
  • 16  Irving Brown fut le représentant de l’AFL en Europe de 1945 à 1955. Après que l’AFL ait fusionné a (...)
  • 17  George Meany fut élu président de l’AFL en 1952. De 1955 à 1979, il fut élu président de l’AFL-CIO (...)
  • 18  Victor Reuther était le représentant du Congress industrial organization en Europe. Fils d’émigré (...)

8Ronald Radosh 14 présente le mouvement syndical américain comme le promoteur en Europe de la politique étrangère américaine et le propagandiste d’un modèle syndical américain, tandis que Roy Godson15, dont le propos est plus nuancé, défend l’idée que la stratégie du syndicat américain était autonome vis-à-vis du gouvernement. Cependant, il confirme le rôle de l’AFL dans la constitution de FO, en l’expliquant notamment par le faible degré d’organisation du syndicalisme français. Les entretiens qu’il a menés avec des responsables de l’AFL montrent la fierté que ceux-ci tirent d’avoir participé à la création de FO. Des hommes comme Brown 16, Lovestone, Meany 17 et même Reuther 18 du Congress Industrial Organization, concurrent direct de l’AFL à l’époque, n’hésitent pas à prétendre que sans leur intervention, la scission n’aurait sans doute pas eu lieu.

  • 19  A ce sujet, voir Jack Kantrowitz, « L’influence américaine sur Force ouvrière : mythe ou réalité ? (...)

9Si les soutiens financiers dont a pu bénéficier FO indiquent une certaine dépendance de l’organisation nationale à l’égard de « l’extérieur », ceux-ci n’impliquent pas nécessairement une emprise idéologique ou du moins ne nous renseignent pas sur le degré de cette possible influence 19. Sans chercher à répondre à une question aussi vaste, il nous a semblé utile, pour comprendre la nature des relations entre le syndicat français et le syndicat américain, de nous concentrer sur les relais de l’AFL au sein de FO.

  • 20  Ronald Radosh, American labor and United States foreign policy - op. cit. (p. 310-325 consacrées à (...)
  • 21  Les anarcho-syndicalistes fondent la Confédération nationale du travail en décembre.

10Lorsqu’il arrive en France en 1945, Irving Brown, représentant de l’AFL en Europe, est effrayé par la puissance des communistes. Il demande alors à sa direction que des efforts soient consentis pour lutter contre le communisme dans ce pays. Au congrès de la CGT en 1946, il prend contact avec l’opposition 20. Ses espoirs sont mis dans Robert Bothereau qui dirige un groupe oppositionnel, Résistance ouvrière, et dans Auguste Largentier (qui n’appartient pas à l’équipe de Bothereau) de la fédération du livre. Bothereau est d’avis que la scission n’est possible qu’avec le soutien de Léon Jouhaux. Largentier, lui, compose un groupe de militants actifs, mais la situation est difficile. Certains confédérés se sont compromis dans le gouvernement de Vichy. L’opposition au communisme est divisée et sans programme. Au regret de Brown, le congrès de 1946 ne voit pas naître de scission de ce côté 21. Au contraire, les communistes renforcent leur pouvoir et dirigent six fédérations. Brown tente de consolider une opposition en apportant une aide financière à la minorité de la CGT. Il place ses espoirs dans les fédérations des cheminots, des mineurs, des PTT et des imprimeurs.

11Depuis son arrivée, Irving Brown prend contact avec de multiples organisations (associations, clubs de pensée, partis politiques…). Il entre ainsi en relation avec la minorité de la CFTC, mais sans résultat probant. Il cherche aussi à tisser des liens avec des intellectuels, des étudiants socialistes et avec la SFIO, et particulièrement avec des socialistes syndiqués ou appartenant à des groupes socialistes d’entreprise.

  • 22  Lettre de Irving Brown à David Dubinsky - 16.12.47 - Brown 29/5 (Centre G. Meany).

12En décembre 1947, Brown demande à sa direction qu’une aide soit accordée au Populaire, le journal des socialistes car, selon lui, les socialistes sont extrêmement actifs dans le développement d’un nouveau mouvement syndical séparé et indépendant des communistes 22.

  • 23  Annie Lacroix, « Autour d’Irving Brown : l’AFL, le Free Trade Union Committee, le département d’Ét (...)

13Si, momentanément, une aide est octroyée au journal et si, dans divers pays européens, Brown a des contacts avec les socialistes, il ne s’agit pour l’AFL que d’une alliance tactique, ce que Annie Lacroix-Riz rapporte comme étant la Non Communist Left Policy, politique menée par Washington pour « rendre définitive la rupture politique de la gauche qui consacrait la restauration des classes dirigeantes françaises, non pour renforcer ces alliés acquis sur la base de l’antibolchévisme » 23.

14Effectivement, Jay Lovestone, secrétaire exécutif de l’AFL, conseille à Brown de ne pas poursuivre cette aide, considérant les socialistes français comme incapables de lutter efficacement contre les communistes faute de base sociale étendue.

  • 24  Brown, 28.
  • 25  Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français , Éditions de l’Atelier, 1997.
  • 26  « The coming FO congress will, of course, see a majority for the Jouhaux group but this is not nec (...)

15L’AFL s’appuie d’abord sur des syndicalistes autonomes dont André Lafond constitue une pièce maîtresse. C’est par l’entremise de Guy Jerram, rédacteur au Populaire, que Brown rencontre André Lafond, secrétaire national à la presse et à la propagande des groupes socialistes d’entreprise chez les cheminots. Lafond s’est violemment affronté aux communistes durant les grèves et, en juin 1947, il prétend que la scission est inévitable 24. En 1948, André Lafond entre au Bureau confédéral de Force ouvrière au titre des autonomes 25. Dans un courrier adressé à Lovestone le 10 avril 1948, Brown exprime toute la confiance qu’il accorde à ce personnage : « Le prochain congrès FO donnera une majorité à Jouhaux mais ce n’est pas nécessairement la tendance réelle du mouvement. L’opposition sera menée par André Lafond qui luttera contre le maintien du nom Force ouvrière, contre l’affiliation à la FSM, et proposera une organisation unie, ou au tout moins l’unité d’action avec les autres syndicats non-communistes tels que la CFTC ou la CNT. De plus, nous défendrons une approche apolitique du syndicat, au contraire de l’orientation du parti socialiste de Bouzanquet et d’autres. » 26

…À la scission de la Fédération syndicale mondiale

  • 27  Jack Kantrowitz, « L’influence américaine sur Force Ouvrière : mythe ou réalité ? », op. cit. p. 7 (...)
  • 28  Créée en 1913, la Fédération syndicale internationale était d’orientation social-démocrate. Dans l (...)

16Jack Kantrowitz a donc raison lorsqu’il écrit que « ce que les Américains attendaient, c’est que les Français soutiennent fermement leur politique internationale et s’opposent à la FSM » 27. En 1944, l’AFL avait cherché vainement à ressusciter la Fédération syndicale internationale 28. Lorsque la Fédération syndicale mondiale fut constituée, l’AFL refusa de s’y associer alors que sa rivale, le CIO, en devint membre. Dès la reconstitution de l’internationale, l’AFL mena sans répit une offensive contre la FSM, espérant sa faillite, ou tout au moins une scission.

17Pour mener à bien cette œuvre, Léon Jouhaux représentait alors un obstacle. Ce dernier, dont la légitimité était nécessaire à la constitution de Force ouvrière, s’était montré réticent à une scission de la CGT et restait attaché à la FSM. Aussi, lors du congrès constitutif de FO, il présenta une motion pour le maintien de l’affiliation à la FSM, motion qui obtint alors une majorité mais qui ne fut pas suivie d’effet, se heurtant à un refus du comité exécutif de la FSM, tenu à Paris du 28 janvier au 1er février 1949. Cette demande avait été examinée lors de la seconde session du Bureau exécutif de la FSM à Paris (17 au 21 janvier 1949) à un moment où le Trade Union Congress britannique venait de proposer la suspension de la FSM.

18Les chances de FO d’intégrer la FSM étaient donc minces. Autant pour un homme comme Léon Jouhaux la création de FO n’induisait pas nécessairement celle d’une nouvelle Internationale, autant pour Irving Brown il s’agissait d’un préalable à la scission de la FSM.

  • 29  Ted Morgan, A covert life - Jay Lovestone : communist, anti-communist and spy, Random House, 1999, (...)

19La stratégie de division des mouvements ouvriers italien et français en vue de créer une alternative aux syndicats communistes était une version internationale de ce que Lovestone avait déjà tenté de faire dans le syndicat de l’automobile dans les années 1930 29.

  • 30  Intervention de Bothereau - CCN 29 mai 1949 - Dossier Brown 15/15.

20En mai 1949, le secrétaire général de FO, Robert Bothereau, invite les membres de son organisation à renoncer à la FSM et à rejoindre les syndicats libres (une réunion qui jettera les bases d’un nouvel organisme international est prévue les 25 et 26 juin à Genève) : « Même phénomène que la création de Force ouvrière, mêmes causes, mêmes effets, mêmes inclinaisons, et je pense que ce comité confédéral national ratifiera non moins unanimement la position unanime prise par notre comité exécutif, à savoir qu’il mandatera ses militants pour prendre les contacts nécessaires – ils ne vous ont pas attendus, je m’en excuse – avec les autres centrales pour la création de cette future internationale. » 30

21Bothereau rend alors « hommage » à des initiatives « privées » prises par certains militants organisés dans un groupe, les Forces ouvrières syndicalistes européennes (FOSE), ayant permis de tisser des liens sur le plan international. À l’origine, la confédération française n’avait pas cru bon de s’engager officiellement dans ce groupe, de peur de porter ombrage à la création d’une nouvelle Internationale. En mai 1949, alors que la création de la Confédération internationale des syndicats libres est imminente, Bothereau déclare : « Le moment vient où l’on pourra considérer que les Forces ouvrières syndicalistes européennes se transformeront, de la chrysalide seront devenues papillon. » S’agit-il d’une reconnaissance du travail accompli par les FOSE ? Ou bien d’une invitation à la dissolution du groupe ?

  • 31  Hélène Roussel, « La CGT-FO et la construction européenne - histoire d’un anticommunisme syndical (...)

22Les FOSE 31 s’organisent en 1948, en réaction au congrès de La Haye dont l’ambition est jugée trop limitée. L’objectif de ce groupe est de populariser l’idée d’Europe fédérale auprès des travailleurs. La plupart de ses leaders sont membres de FO. C’est le cas du secrétaire général des FOSE, Raymond Le Bourre, par ailleurs secrétaire général de la fédération FO du spectacle, de son vice-président, Roger Lapeyre, qui est aussi secrétaire général de la fédération FO des travaux publics.

23Pour asseoir leur légitimité, les FOSE s’appuient sur les traditions internationaliste et pacifiste du mouvement ouvrier. Cependant, la cohésion du groupe est d’abord assurée par un anticommunisme viscéral. Certains membres sont des ex-communistes ayant rompu suite au Pacte germano-soviétique, d’autres sont des socialistes désillusionnés et quelques-uns ont un passé pétainiste

  • 32  Rapport confédéral du 2e congrès, 1949.

24Ce groupe disparaît lorsque FO prend elle-même en charge les questions européennes avec la création d’une commission européenne du travail 32, en attendant que la CISL mette en place une section européenne. L’Europe devient donc rapidement un terrain d’entente pour les opposants au communisme. L’opposition des communistes au plan Marshall ayant provoqué (ou accéléré) la scission dans la CGT comme dans la FSM, FO s’empare de la thématique européenne pour se forger une identité. L’adhésion à la Confédération internationale des syndicats libres, née du congrès de Londres (25 novembre-8 décembre 1949), relève de la même logique : assurer un ancrage idéologique et des ressources financières à une centrale en quête de légitimité, tout en l’éloignant de la tentation unitaire.

  • 33  Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, éditions (...)

25L’expérience des FOSE permet à son secrétaire général, Raymond Le Bourre, d’accéder au Secrétariat confédéral de FO à partir de 1952. Le Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier français indique dans la notice qui lui est consacrée, qu’il « y fut le porte-parole du courant le plus proche de la Fédération américaine du travail (AFL), le plus antisoviétique » 33. Les archives de Brown et de Lovestone conservées au Centre George Meany montrent qu’effectivement Le Bourre avait des contacts réguliers avec l’AFL.

26Brown se serait-il servi des FOSE pour pousser Jouhaux et aider Bothereau à abandonner au plus vite leurs espoirs de réintégrer la FSM ? Pour préparer la création d’une nouvelle Internationale ?

27Parmi les membres des FOSE, on retrouve quelques responsables de fédérations comme Roger Lapeyre des travaux publics, Léon Chevalme des métaux, Jean Mathé des PTT. Sans conclure à une instrumentalisation des FOSE par Brown, on peut penser que ce groupe recevait le soutien de l’AFL car il lui offrait des alliés potentiels (syndicalistes européens et anticommunistes) à différents niveaux de l’organisation syndicale.

28La principale motivation de la présence de l’AFL en Europe est incontestablement la volonté d’endiguer le communisme. Mais sur qui cette stratégie s’appuie-t-elle ? Comment Irving Brown navigue t-il dans les courants qui traversent FO ?

Les relais de l’AFL au sein de FO

  • 34  On se limitera aux relations de l’AFL au sein du Bureau confédéral. Ainsi nous n’évoquerons pas le (...)

29Brown a conservé une multitude de lettres reçues de militants dans les fédérations, dans les unions départementales, dans les localités parfois. Il s’agit souvent de lettres de remerciements consécutives à l’obtention d’une aide. De ces multiples courriers émergent deux figures : André Lafond et Raymond Le Bourre, tous deux membres du bureau confédéral 34.

  • 35  Les dates entre parenthèses indiquent la période de présence au sein du Bureau confédéral.

30De 1948 à 1952, le bureau confédéral est composé de Léon Jouhaux (1948-1954) 35, Robert Bothereau (1948-1963), Albert Bouzanquet (1948-1952), Pierre Neumeyer (1948-1954), Georges Delamarre (1948-1952), Rose Etienne (1948-1963), André Lafond (1948-1959), René Richard (1948-1969), Charles Veillon (1948-1969), Gabriel Ventejol (1950-1977) et Raymond Le Bourre (1952-1959).

31Dans le cadre de leurs attributions, certaines personnes sont amenées à être en contact avec l’AFL : c’est d’abord le cas du président Léon Jouhaux, du secrétaire général Robert Bothereau et du trésorier Pierre Neumeyer.

  • 36  Il devient président du groupe ouvrier au BIT en 1919 et vice-président de la Fédération syndicale (...)
  • 37  Après avoir obtenu le prix Nobel de la Paix en 1951, Jouhaux tente de lancer un mouvement internat (...)

32Au premier congrès de la confédération, le président Léon Jouhaux est chargé des questions internationales. Par sa longue expérience en la matière 36, cette fonction lui incombe légitimement. Cependant, Léon Jouhaux n’est pas du tout apprécié d’Irving Brown. Ce dernier lui reproche sa mollesse, sa complaisance à l’égard des communistes, sans doute ses espoirs de réunification. Une polémique très dure éclate d’ailleurs entre les deux hommes au moment de l’affaire Démocratie combattante 37 au début des années 1950.

  • 38  Cité par Ronald Radosh, American labor and United States foreign policy - op. cit.
  • 39  Dans le cadre du programme de relèvement de l’Europe, les syndicats furent associés à des missions (...)
  • 40  Nous nous référons ici au fonds du département international de l’AFL-CIO.

33Robert Bothereau est en meilleurs termes avec le représentant de l’AFL. Animateur du groupe central Force ouvrière avant la scission, Bothereau préconisait alors une stratégie de reconquête de la CGT. Mais, favorable au plan Marshall, il accepte la scission ainsi que le soutien financier de l’AFL tout en craignant d’être compromis par cette aide 38. Il devient membre du conseil d’administration du Bureau international du Travail (BIT), puis vice-président de la Confédération internationale des syndicats libres (1953-1964), et assure la liaison avec les « autres organisations ou groupements en relation avec la CGT-Force ouvrière ». Proche de Léon Jouhaux, il semble néanmoins mieux disposé à l’égard d’Irving Brown, sans toutefois entretenir de relations particulières avec celui-ci. Certes Brown et Bothereau se rencontrent pour discuter du plan de productivité 39. Bothereau lui écrit parfois pour solliciter une aide financière. Mais la correspondance entre les deux hommes est réduite 40.

  • 41  Le Département d’État des États-Unis crée le service des labor attachés en 1943. Ce corps de fonct (...)

34Gabriel Ventejol est chargé des expériences « productivité » ; à ce titre, il rencontre Irving Brown et des Labor attachés 41, proches de l’AFL. Rose étienne, en qualité de responsable du Centre confédéral d’éducation ouvrière, est aussi en contact avec l’Américain. Il le rencontre de temps en temps. En revanche, Albert Bouzanquet, socialiste et franc-maçon, semble ne pas partager avec Brown sa conception des rapports entre syndicat et parti politique.

35Grâce aux archives du département international de l’AFL, on peut suivre les relations, plus soutenues cette fois, qu’Irving Brown et Jay Lovestone entretiennent avec André Lafond et Raymond Le Bourre. L’un comme l’autre n’appartiennent pas à la tendance de Bothereau. Issu des cheminots, André Lafond entre au Bureau confédéral au titre des autonomes. Il est chargé des affaires économiques et des liaisons avec les territoires d’outre-mer. De son côté, Raymond Le Bourre n’accède au Bureau confédéral qu’au congrès de 1952.

  • 42  Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, op. cit.
  • 43  Dans le fonds de Brown, les dossiers qui vont de 28/9 à 28/12 y sont entièrement consacrés ; dans (...)

36André Lafond a 37 ans en 1948. Dans l’entre-deux-guerres, il fut militant socialiste sympathisant des bolcheviks-léninistes à l’intérieur de la SFIO, démissionna en 1936 et adhéra officiellement au Parti communiste internationaliste. Après la Libération, il devint secrétaire général de l’Association interalliée des résistants du rail et secrétaire de l’Union des cheminots du Sud-Est, puis de la Fédération nationale CGT des cheminots 42. Privé de ses mandats dès 1946, il devient, en juillet 1947, secrétaire du Comité d’action syndicaliste des cheminots et s’affirme comme l’un des principaux animateurs, avec Raymond Le Bourre, du comité d’entente des organisations autonomes. À partir de 1950, sa correspondance avec Brown et Lovestone devient très régulière 43.

  • 44  Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français ,op. cit.

37Raymond Le Bourre a 36 ans en 1948. Il milita au Parti communiste jusqu’à ce que le Pacte germano-soviétique d’août 1939 le décide à rompre son engagement. Syndicaliste depuis 1930, secrétaire du syndicat des employés du spectacle de 1936 à 1939, il entra au bureau de sa Fédération à la Libération. Ses sympathies vont alors au courant Force ouvrière. De 1945 à 1947, il est délégué général de l’Office du cinéma puis il devient sous-directeur du Centre national du cinéma jusqu’en 1952 44. Entre 1948 et 1952, il est secrétaire général de la Fédération FO du spectacle. Dans le même temps, il est aussi secrétaire général des FOSE.

  • 45  Fonds Lovestone, 46/27 Lafond 1950.
  • 46  Fonds Brown, 28/9 Lafond 1947-54.

38Au début des années 1950, Le Bourre et Lafond travaillent ensemble pour unifier le mouvement syndical anticommuniste. Au 2e congrès de FO en 1950, Le Bourre dépose une résolution sur le recrutement des syndicats libres et Lafond fait accepter par la commission de réunification un texte pour l’ouverture de pourparlers avec les autres organisations (à l’exception évidemment de la CGT) 45. Il affirme que FO se doit de réussir l’unification syndicale sans quoi la Quatrième République risquerait d’être emportée. Cette stratégie d’unification des syndicats libres menée sur un plan national et international exploite l’anticommunisme et l’idée européenne. Par son expérience passée dans les FOSE, Le Bourre est donc un élément utile. Lafond quant à lui, cherche à rassembler les minoritaires, les autonomes et dans une moindre mesure les chrétiens. Au cours des années 1951-1952, il s’investit d’ailleurs dans la récupération du journal Unité, animé par des « syndicalistes révolutionnaires qui se tâtent pour venir à FO » 46. Rassembler les anticommunistes, telle est la première tâche.

  • 47  Serge Bernstein, Pierre Milza, Histoire de la France au xxe siècle 1945-1958, éditions Complexe, c (...)
  • 48  Pierre Gremion, Intelligence de l’anticommunisme. Le Congrès pour la liberté de la culture à Paris (...)

39La France de l’après-guerre voit la diffusion du « modèle » américain, davantage dans la culture de masse que dans les formes traditionnelles et élitistes 47. Le PCF exerce d’ailleurs une attraction importante sur les intellectuels. L’affrontement idéologique est violent. Des entreprises anticommunistes regroupant des intellectuels venus d’horizons divers sont menées, soutenues par les fonds secrets américains. L’AFL y joue sa partition. Irving Brown participe ainsi à la constitution du Congrès pour la liberté de la culture. Signalons également la contribution de André Lafond à la première conférence nationale et internationale des Amis de la liberté à Paris en 1952 sur thème : « le totalitarisme et la classe ouvrière » 48.

  • 49  Tanguy Perron, « Travelling sur les rails d’une histoire », dans E. Breton, M. Guilloux, T. Perron (...)
  • 50  Brown 16/15

40Au niveau de la fédération du spectacle qu’il dirige, Le Bourre rencontre des difficultés. Le combat de la Fédération CGT contre les accords Blum-Byrnes, signés en 1946 et révisés deux ans plus tard, a contribué au renforcement de la solidarité corporative et au maintien d’une certaine unité de la profession 49. De ce fait, la scission a peu d’impact et la fédération FO est peu représentative, au point même de ne pas parvenir à s’imposer comme principale interlocutrice française auprès des autres syndicats libres d’Europe. Certains d’entre eux répondent même aux invitations de la Fédération CGT du spectacle, ce que ne manque pas de dénoncer Le Bourre, comme c’est le cas en 1951 avec la participation des techniciens britanniques au congrès européen pour les acteurs organisé par la CGT 50. Le Bourre presse alors Brown d’intervenir auprès de la Confédération internationale des syndicats libres. Il fait la même démarche en direction de Bothereau pour obtenir une intervention expresse auprès du bureau de l’Internationale, ce qui explique sans doute que Le Bourre soit associé, lors du 3e congrès de la CISL, à la délégation FO traditionnellement composée de Bothereau, Jouhaux et Lafond.

41Raymond Le Bourre souhaite donc faire contrepoids à l’influence qu’exercent les communistes, à travers la CGT, auprès des professions du spectacle. Alors que la chasse aux sorcières bat son plein aux états-Unis, Le Bourre tente d’importer le phénomène en France. En 1951, il mène campagne contre la « stalinisation du cinéma français ». Une brochure intitulée « Les naufrageurs du cinéma français » est éditée, dénonçant la gestion du CNC et le monopole syndical à l’embauche dans les studios. Le Bourre dénonce les aides publiques au cinéma français. En 1952, il est révoqué du CNC. Bien que les syndicats du cinéma, FO, CFTC et autonomes, réunis en cartel, créent un Centre européen du spectacle regroupant des éléments patronaux et des salariés de la profession, Le Bourre ne parvient pas à faire de sa fédération une concurrente sérieuse de la Fédération CGT.

  • 51  Il s’agit ici de la Confederation Nacional del Trabajo d’Espagne.
  • 52  Brown 28/9 Lafond, 1947-54

42André Lafond adresse de nombreuses informations tant à Brown qu’à Lovestone sur la situation syndicale française, la situation en Europe (Allemagne de l’Est, Pologne, Tchécoslovaquie, Espagne) et la situation dans les pays coloniaux. Il entretient d’excellents rapports avec Brown qu’il sollicite pour des services aux exilés, ou pour favoriser l’embauche de certains salariés dans les compagnies américaines. En février 1952, il demande à Brown d’intervenir auprès du gouvernement des états-Unis pour qu’il fasse pression sur le gouvernement franquiste dans le but d’éviter la peine de mort requise contre dix anarchistes de la CNT 51 : « J’avais pensé télégraphier à Washington. Mais je crois que tu as le moyen d’agir de toute urgence », lui écrit-il 52.

  • 53  A. Carew, M. Dreyfus, G. Van Goethem, R. Gumbrell-McCormick, M. Van der Linden (ed.), The internat (...)
  • 54  Il est président du Free trade unions committee.

43Au moment de l’affaire de Yougoslavie, Lafond prend position « en faveur » de Tito. Comme Louis Major de la Fédération générale des travailleurs belges, il pense que le contact avec les syndicats yougoslaves doit être maintenu et préconise même leur affiliation à la Confédération internationale des syndicats libres 53. Matthew Woll, personnalité influente au sein de l’AFL 54, demande alors à Lafond de revenir sur sa position. En effet, George Meany, le président de l’AFL, considère qu’on ne peut se permettre d’opérer des distinctions entre les syndicats du bloc soviétique au risque de créer une brèche. Lafond n’insiste pas et conserve, malgré cet épisode, sa position de correspondant privilégié de l’AFL.

44Lafond et Le Bourre, comme Lovestone, sont des « transfuges » du communisme. Jay Lovestone (né Jacob Liebstein) est issu d’une famille juive émigrée de Russie. D’abord proche de la gauche du parti socialiste, il se radicalise sous l’influence de la révolution russe et participe à la fondation du parti communiste américain, dont il devient secrétaire à la mort de Ruthenberg. En 1937, il rompt avec Staline. D’anti-stalinien, il devient anti-communiste. Ayant rejoint l’AFL en 1941, il crée avec quelques hauts responsables le Comité des syndicats libres (Free trade unions committee) dont il devient le secrétaire exécutif, et dont le but est d’assister les syndicats libres à l’étranger. Formé dans le mouvement communiste international d’avant-guerre, il connaît bien les communistes et transforme cette expérience en capital dans la lutte qu’il mène contre le communisme. Le choix de Lafond et de Le Bourre, tous deux passés par le communisme, n’est donc sans doute pas fortuit.

  • 55  Lettre du 24 décembre 1953 - Brown 29/16 Lovestone, 1953-55
  • 56  Brown 29/16

45Suite à un article de l’Union des cercles d’études syndicalistes paru à la fin de l’année 1953, dans lequel Le Bourre attaque Lafond, une polémique oppose les deux hommes. Lafond se plaint auprès de Brown et de Lovestone. Ce dernier semble prendre position en faveur de Lafond. Il s’agace de voir Le Bourre critiquer le MacCarthysme aux états-Unis tout en le reproduisant en France 55. Brown, pour sa part, voudrait éviter de diviser les deux Français afin de les faire travailler ensemble. Si Lafond est utile, Le Bourre l’est aussi. Malgré son tempérament, il est actif et capable, d’après Brown, de mener un front anticommuniste 56. De Le Bourre et de Lafond, le second est sans doute le plus proche de l’AFL.

  • 57  Le Bourre renonce même à son mandat syndical pour militer en faveur de l’Algérie française en 1959

46Tandis que le syndicat américain dénonce la domination coloniale française, Le Bourre et Lafond voient d’un mauvais oeil la décolonisation. Devant le congrès de la CISL, ils défendent la politique du gouvernement français en Algérie. Sur cette question, les minoritaires que sont Le Bourre et Lafond se retrouvent en phase avec la majorité de leur organisation jusqu’à la fin des années 1950 57. Jusque-là et ce, en dépit de leurs prises de position, les deux Français demeurent les correspondants privilégiés du syndicat américain.

  • 58  Ted Morgan, A covert life - Jay Lovestone : communist, anti-communist and spy, op. cit., p. 285.

47Dans les années 1950, les priorités de Lovestone évoluent de l’Europe vers les pays colonisés, vers la Tunisie, le Maroc et l’Algérie notamment 58. L’Afrique devient l’un des terrains privilégiés de l’affrontement des blocs. Lovestone crée alors une agence de renseignements et trouve dans la CIA une alliée. En ayant la responsabilité des territoires d’outre-mer au sein du Bureau confédéral de FO, André Lafond dispose d’une certaine influence auprès des syndicats FO dans les colonies, et de nombreuses informations qu’il peut communiquer à Brown et à Lovestone. Il s’efforce aussi de convaincre des syndicats CGT en Afrique de passer à FO.

  • 59  Compte tenu des activités troubles de celui-ci, on peut se demander s’il n’a pas utilisé André Laf (...)

48L’influence de Lafond sur Force ouvrière ou sur la Confédération internationale des syndicats libres est certes réduite (il est minoritaire au bureau confédéral de FO et représente une petite centrale nationale aux congrès de la CISL) mais ses qualités d’informateur expliquent sans doute l’intérêt que lui porte Lovestone 59.

49Au terme de cette présentation du profil des relais de l’AFL-CIO à l’intérieur de Force ouvrière, il apparaît que le syndicat américain s’est appuyé sur les minoritaires de FO. On peut se demander dans quelle mesure ce choix n’a pas limité son influence sur la centrale française. Certes, l’AFL peut se féliciter d’avoir contribué à la création de Force ouvrière et à son affiliation à la Confédération internationale des syndicats libres. En revanche, est-elle réellement parvenue à imprimer sa marque sur FO ? A travers Raymond Le Bourre et André Lafond, l’AFL espérait-elle renverser la tendance majoritaire ? Cherchait-elle à faire contre-poids à Bothereau et à Jouhaux dans la Confédération internationale des syndicats libres ?

50Les trajectoires politiques de Le Bourre et Lafond, leur passage par le communisme et/ou le trotskisme, nécessiteraient également des approfondissements. Il serait en effet intéressant de comparer les relais de l’AFL dans les divers syndicats d’Europe pour vérifier l’existence (ou non) d’une culture commune à ces hommes.

Sigles

51AFL — American federation of Labor (en 1955, elle fusionne avec le CIO)

52CFTC — Confédération française des travailleurs chrétiens

53CGT — Confédération générale du travail

54CIA — Central intelligence agency

55CIO — Congress industrial organization

56CNC — Centre national du cinéma

57CISL — Confédération internationale des syndicats libres

58CNT — Confédération nationale du travail

59FO — Force ouvrière

60FOSE — Forces ouvrières syndicalistes européennes

61FSM — Fédération syndicale mondiale

62SFIO — Section française de l’internationale ouvrière

63UAW — Syndicats des travailleurs de l’automobile

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

– Bergounioux A., Force ouvrière, Paris, Paris, Éditions du Seuil, 1975, 252 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

– Carew A., « The American Labor Movement in Fizzland : the Free Trade Union Committee and the CIA », Labor History, Vol. 39, n° 1, 1998, p. 25-42.
DOI : 10.1080/00236679812331387276

– Carew A., Dreyfus M., Van Goethem G., Gumbrell-McCormick R., Van der Linden M. (ed.), The international Confederation of Free Trade Unions, Bern, Peter Lang, 2000, 624 p.

– Godson R, American labor and European politics - The AFL as a transnational force, New York, Crane, Russak & company, 1976, 230 p.

– Gremion P., Intelligence de l’anticommunisme. Le congrès pour la liberté de la culture à Paris 1950, Paris, Fayard, 1975, 645 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

– Kantrowitz J., « L’influence américaine sur Force ouvrière : mythe ou réalité ? », Revue française de science politique, vol. 28, n° 4, août 1978, p. 717-739.
DOI : 10.3406/rfsp.1978.393795

– Lacroix-Riz A., « Autour d’Irving Brown : l’AFL, le Free Trade Union Committee, le département d’état et la scission syndicale française (1944-1947) », Le Mouvement social, n° 151, avril-juin, 1990, p. 79-119.

– Lefebvre D. (dir.), 19 décembre 1947 : Force ouvrière réalisé par l’UD FO de Seine-Saint-Denis, éditions Bruno Leprince, collection Synthèses, 1997, 351 p.

– Michel J.-F., « La création de la FSM », dans Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes, n° 15, octobre-décembre, « Syndicats et syndicalisme », 1983, p. 88-111.

– Michel J.-F., « La scission de la Fédération syndicale mondiale (1945-1949) », Le Mouvement social, n° 117, octobre-décembre, 1981, p. 33-53.

– Michel J.-F., La scission de la FSM (1947-1949), Paris, CRHMSS, 1979, 161 p.

– Morgan T., A covert life — Jay Lovestone : communist, anti-communist and spy, Random House, 1999, 388 p. [advance uncorrected proof]

– Mouriaux R., « État des travaux sur Force ouvrière », Syndicalisme et société, ISERES VO éditions, vol. 1 — n° 2 — 1998, 475-491.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

– Pennetier C. (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions de l’Atelier, version CD-Rom.
DOI : 10.3406/genes.1994.1219

– Pernot J-M., Dedans, Dehors, La dimension internationale dans le syndicalisme français, thèse de science politique, sous la direction de Guillaume Devin, Université Paris X Nanterre, 2001, volume 2, p. 412-418.

– Radosh Ronald, American labor and United States foreign policy - The cold war in the Unions from Gompers to Lovestone, Random House, New York, 1969, 463 p.

– Régin T., Wolikow S. (dir.), Les syndicalismes en Europe à l’épreuve de l’international, Paris, Syllepse, 2002, 202p.

– Reuther Victor, The brothers Reuther and the story of the UAW/a memoir, Boston, Houghton Mifflin company, 1978, 523 p.

– Roussel H., La CGT-FO et la construction européenne - Histoire d’un anticommunisme syndical européen 1947-1953, Mémoire de maîtrise sous la direction de M. Dreyfus et de J.‑L. Robert, université de Paris 1, CHMSS, 2000, 292p.

– Sabot J.-Y., « Annexe : la Fédération CGT-FO de la métallurgie. Organisation, audience, syndicalisation de 1948 à 1995 », dans Dominique Labbé (dir.), La syndicalisation en France, CERAT, novembre 1995.

Haut de page

Notes

1  La Fédération syndicale mondiale est constituée en 1945. Elle rassemble à l’origine la quasi totalité des syndicats du monde, à l’exception de l’American Federation of Labor. L’autre syndicat américain, le Congress Industrial Organization,en est membre. Cependant, l’unité est de courte durée. Les divergences sur la forme du mouvement et sur le Plan Marshall provoquent une scission en 1949.

2  Ces archives sont consultables au Centre George Meany (Silverspring, États-Unis). Nous faisons référence dans cet article aux fonds Brown, Lovestone, Meany.

3  René Mouriaux, « État des travaux sur Force ouvrière », Syndicalisme et société, ISERES VO éditions, vol. 1, n°2, 1998, 475—491.

4  En février 1996, Force ouvrière Hebdo, le journal officiel de la CGT-FO publie un hors série intitulé « La force de l’histoire - 200 ans de luttes entre patronat et salariat, 100 ans de CGT que continue Force ouvrière », 82 p. 

5  Denis Lefebvre (dir.), 19 décembre 1947 : Force ouvrière réalisé par l’UD FO de Seine-Saint-Denis, éditions Bruno Leprince, collection Synthèses, 1997, 351 p. 

6  Alain Bergounioux, Force ouvrière, Éditions du Seuil, 1975, p. 86.

7  Alain Bergounioux, Force ouvrière, op. cit., p. 236.

8  Ibidem, p. 92.

9  Jean-Yves Sabot, « Annexe : la Fédération CGT-FO de la métallurgie Organisation, audience, syndicalisation de 1948 à 1995 », dans Dominique Labbé (dir.), La syndicalisation en France, CERAT, novembre 1995.

10  Jack Kantrowitz, « L’influence américaine sur Force Ouvrière : mythe ou réalité ? », Revue française de science politique, vol. 28, n°4, août 1978, p. 717—739.

11  Kantrowitz cite par exemple les déclarations de George Meany et de David Dubinsky.

12  Jay Lovestone fut un élément actif du mouvement communiste américain jusqu’à la signature du Pacte germano-soviétique. David Dubinsky l’employa un temps dans l’Industrial Lady Garment Workers Union (ILGWU) qu’il dirigeait, organisation qui constitua après 1933 un réseau d’aide aux militants juifs qui voulaient quitter l’Allemagne, puis, il lui confia la responsabilité du département international de l’AFL. Au cours de la Seconde guerre mondiale, le gouvernement américain recrutait dans les rangs de l’ILGWU des experts pour son organisme de renseignement étranger, l’Office of Strategic Service (transformé en 1946 en Central Intelligence Group puis en Central Intelligence Agency). Les premiers contacts entre Jay Lovestone et la CIA datent de cette période. Par la suite, Jay Lovestone profita des fonds de la CIA pour mener à bien son activité syndicale. À ce sujet, voir Anthony Carew, « The American Labor Movement in Fizzland : the Free Trade Union Committee and the CIA », Labor History, Vol. 39, N°1, 1998, p. 25—42. (Le mouvement ouvrier américain au Fizzland : le comité des syndicats libres et la CIA)

13  Annie Lacroix-Riz, « Autour d’Irving Brown : l’AFL, le Free Trade Union Committee, le département d’État et la scission syndicale française (1944-1947) », Le Mouvement social, 1990, n°151, avril-juin, p. 79—119.

14  Ronald Radosh, American labor and United States foreign policy - The cold war in the Unions from Gompers to Lovestone, Random House, New York, 1969, 463p. (Mouvement ouvrier américain et politique étrangère des États-Unis - La Guerre froide dans les syndicats de Gompers à Lovestone.)

15  Roy Godson, American labor and European politics - The AFL as a transnational force, Crane, Russak & company, New York, 1976, 230p. (Mouvement ouvrier américain et politique européenne - L’AFL, une force transnationale)

16  Irving Brown fut le représentant de l’AFL en Europe de 1945 à 1955. Après que l’AFL ait fusionné avec le CIO (1955), il conserva ce même poste encore deux ans puis élargit son périmètre d’intervention à l’Afrique (1958-1977).

17  George Meany fut élu président de l’AFL en 1952. De 1955 à 1979, il fut élu président de l’AFL-CIO. Joseph C. Goulden, Meany, The unchallenged strong man of American labor, New York, Atheneum, 1972, 504 p. (Meany, l’homme fort et incontesté du syndicalisme américain)

18  Victor Reuther était le représentant du Congress industrial organization en Europe. Fils d’émigré allemand, Victor et ses frères jouèrent un rôle important dans les syndicats américains de l’automobile. Cf. Victor Reuther, The brothers Reuther and the story of the UAW / a memoir, Houghton Mifflin company, Boston, 1978, 523 p. (Les frères Reuther et l’histoire du syndicat des travailleurs de l’automobile / mémoires )

19  A ce sujet, voir Jack Kantrowitz, « L’influence américaine sur Force ouvrière : mythe ou réalité ? », op. cit.

20  Ronald Radosh, American labor and United States foreign policy - op. cit. (p. 310-325 consacrées à l’AFL en France).

21  Les anarcho-syndicalistes fondent la Confédération nationale du travail en décembre.

22  Lettre de Irving Brown à David Dubinsky - 16.12.47 - Brown 29/5 (Centre G. Meany).

23  Annie Lacroix, « Autour d’Irving Brown : l’AFL, le Free Trade Union Committee, le département d’État et la scission syndicale française (1944-1947) », op. cit., p. 118.

24  Brown, 28.

25  Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français , Éditions de l’Atelier, 1997.

26  « The coming FO congress will, of course, see a majority for the Jouhaux group but this is not necessarily the real tendency of the movement. The opposition will be led by André Lafond who will fight against the retention of the name Force Ouvrière, against WFTU affiliation, and for a unified organization or at least united action with other non-communist trade union organizations such the CFTC and the CNT. Furthermore, we will stress more of the syndicalist non-political party approach as against the somewhat socialist party orientation of Bouzanquet and others », Brown 29/4.

27  Jack Kantrowitz, « L’influence américaine sur Force Ouvrière : mythe ou réalité ? », op. cit. p. 720.

28  Créée en 1913, la Fédération syndicale internationale était d’orientation social-démocrate. Dans l’entre-deux-guerres, elle vit deux autres internationales concurrentes se constituer : la Confédération internationale des syndicats chrétiens et l’Internationale syndicale rouge. Cf. Tania Régin, Serge Wolikow (dir.), Les syndicalismes en Europe à l’épreuve de l’international, Paris, Syllepse, 2002, 202 p. 

29  Ted Morgan, A covert life - Jay Lovestone : communist, anti-communist and spy, Random House, 1999, p. 177. [advance uncorrected proof] (Une vie secrète, Jay Lovestone : communiste, anticommuniste et espion).

30  Intervention de Bothereau - CCN 29 mai 1949 - Dossier Brown 15/15.

31  Hélène Roussel, « La CGT-FO et la construction européenne - histoire d’un anticommunisme syndical européen 1947-1953 », Mémoire de maîtrise sous la direction de M. Dreyfus et de J.L. Robert, Université de Paris 1, CRHMSS, 2000, 292 p. 

32  Rapport confédéral du 2e congrès, 1949.

33  Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, éditions de l’Atelier (version CD-rom).

34  On se limitera aux relations de l’AFL au sein du Bureau confédéral. Ainsi nous n’évoquerons pas le rôle de Ferri-Pisani, dirigeant du comité méditerranéen lequel, sous l’égide de la fédération internationale des transports et de l’AFL, menait une propagande anticommuniste pendant la Guerre froide.

35  Les dates entre parenthèses indiquent la période de présence au sein du Bureau confédéral.

36  Il devient président du groupe ouvrier au BIT en 1919 et vice-président de la Fédération syndicale internationale la même année. Pour plus de détails, voir sa notice dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Éditions de l’Atelier.

37  Après avoir obtenu le prix Nobel de la Paix en 1951, Jouhaux tente de lancer un mouvement international qui prône la démocratie politique, sociale et économique, le développement de la conscience internationale et le dépassement de la politique des blocs. En octobre 1952, il déclare dans la presse avoir obtenu le soutien de l’AFL pour cette entreprise. Irving Brown dément et contre attaque. Ainsi éclate une vive polémique dont rendent compte Le Figaro, Le Monde, Combat, L’Humanité dans la première semaine de novembre.

38  Cité par Ronald Radosh, American labor and United States foreign policy - op. cit.

39  Dans le cadre du programme de relèvement de l’Europe, les syndicats furent associés à des missions de productivité. Pour plus de détails voir Jean-Marie Pernot, Dedans, Dehors. La dimension internationale dans le syndicalisme français, thèse de science politique, sous la direction de Guillaume Devin, Université Paris X Nanterre, 2001, volume 2, p. 412-418.

40  Nous nous référons ici au fonds du département international de l’AFL-CIO.

41  Le Département d’État des États-Unis crée le service des labor attachés en 1943. Ce corps de fonctionnaires attachés aux Ambassades américaines fut spécialisé dans les questions économiques et sociales. Pour s’adapter aux missions de productivité que prévoyait le plan de reconstruction de l’Europe, les services de labor attachés se composaient de trois divisions : travail, productivité et documentation. Le Centre George Meany dispose d’entretiens menés avec des labor attachés dans le cadre d’un programme d’histoire orale.

42  Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, op. cit.

43  Dans le fonds de Brown, les dossiers qui vont de 28/9 à 28/12 y sont entièrement consacrés ; dans le fonds Lovestone, il s’agit des dossiers 46/27, 46/28 et 47/1.

44  Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français ,op. cit.

45  Fonds Lovestone, 46/27 Lafond 1950.

46  Fonds Brown, 28/9 Lafond 1947-54.

47  Serge Bernstein, Pierre Milza, Histoire de la France au xxe siècle 1945-1958, éditions Complexe, collection Questions au xxe Siècle, 1991, p. 209-237.

48  Pierre Gremion, Intelligence de l’anticommunisme. Le Congrès pour la liberté de la culture à Paris 1950, Fayard, 1975, p75.

49  Tanguy Perron, « Travelling sur les rails d’une histoire », dans E. Breton, M. Guilloux, T. Perron, J. Roy, Nous avons tant à voir ensemble, Cinéma et mouvement social, VO éditions, Montreuil, 2000, p. 63-68.

50  Brown 16/15

51  Il s’agit ici de la Confederation Nacional del Trabajo d’Espagne.

52  Brown 28/9 Lafond, 1947-54

53  A. Carew, M. Dreyfus, G. Van Goethem, R. Gumbrell-McCormick, M. Van der Linden (ed.), The international Confederation of Free Trade Unions, Peter Lang, Bern, 2000, p. 240.

54  Il est président du Free trade unions committee.

55  Lettre du 24 décembre 1953 - Brown 29/16 Lovestone, 1953-55

56  Brown 29/16

57  Le Bourre renonce même à son mandat syndical pour militer en faveur de l’Algérie française en 1959.

58  Ted Morgan, A covert life - Jay Lovestone : communist, anti-communist and spy, op. cit., p. 285.

59  Compte tenu des activités troubles de celui-ci, on peut se demander s’il n’a pas utilisé André Lafond pour ses activités en liaison avec la CIA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tania Régin, « Force Ouvrière à la lumière des archives américaines », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 87 | 2002, 103-118.

Référence électronique

Tania Régin, « Force Ouvrière à la lumière des archives américaines », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 87 | 2002, mis en ligne le 01 avril 2005, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://chrhc.revues.org/1666

Haut de page

Auteur

Tania Régin

Doctorante Institut d’Histoire contemporaine, Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page