Navigation – Plan du site
DOSSIER

Une révolte culturelle : l’entrée en catholicisme de la  Revue des Deux Mondes (1895-1906)

Thomas Loué
p. 61-79

Résumé

Comment et pourquoi une institution intellectuelle telle que la Revue des Deux Mondes entre-t-elle, brusquement au regard de sa déjà longue existence, en catholicisme dans les années 1890 sous l’influence de son nouveau directeur, Ferdinand Brunetière ? La compréhension de cette inflexion majeure du discours est en fait à lire au regard du dépositionnement relatif de la revue dans l’espace intellectuel nouveau qui se structure progressivement à partir des années 1880. Ce tournant est ainsi la conséquence discursive d’un processus structurel d’ordre socio-historique qui range explicitement une institution jusque-là dominante dans le camp des « victimes » de la République, c’est-à-dire des catholiques.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1La Revue des Deux Mondes est sans conteste la plus célèbre et aujourd’hui la mieux connue des revues du xixe siècle. Dans une perspective monographique, les nombreuses études, anciennes ou récentes, qui lui ont été consacrées s’attachent généralement à un aspect particulier : ses relations avec le romantisme ou les littératures étrangères dans la première moitié du xixe siècle, son évolution politique dans la seconde. Elle n’intéresse guère les spécialistes d’histoire littéraire au-delà de 1848 et peu les historiens du politique avant le Second Empire. De ce fait, l’intérêt pour le temps long de l’institution est occulté au profit d’approches partielles et segmentées.

2Par ailleurs, la Revue des Deux Mondes a connu un tournant religieux essentiel au milieu des années 1890. Là encore, les études qui en ont rendu compte ne s’attachent guère à ce temps long et même, souvent, prennent pour point de départ le point nodal de la crise en rivant les perspectives d’analyse vers l’aval, mais rarement en les replaçant en regard d’une évolution antérieure. En croisant le temps long de l’institution et le temps court d’une conjoncture critique, c’est la révolte culturelle de certaines élites que l’on tentera ici d’interroger.

Une révolte culturelle ?

  • 1  François Bulloz, « À nos lecteurs » in Revue des Deux Mondes, mars 1848.
  • 2  Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leymarie & Jean-Yves Mollier eds, La Belle Époque des revues 188 (...)
  • 3  Cette « modération » est tout à fait relative : si le discours politique la situe effectivement au (...)

3Avec plus de 1 500 auteurs et 17 000 articles publiés dans la Revue des Deux Mondes, de sa fondation en 1829 à la Grande Guerre, c’est tout un xixe siècle que l’on pourrait relire à la lumières de ces pages. C’était du reste bien l’objectif affiché par son fondateur et directeur, François Buloz (1804-1877), qui écrivait en 1848 : « Il sera bien difficile d’écrire l’histoire politique et littéraire de la période que nous venons de traverser, sans recourir à cette collection. » 1 Fondée en 1829 et reprise en 1831 par François Buloz, la revue avait rapidement acquis une notoriété et une audience hors norme tout en devenant un archétype dans le monde des revues, forme imprimée périodique dont on peut situer la naissance sous la Restauration et l’âge d’or à la Belle Époque 2. Véritable institution de la vie intellectuelle, considérée comme « l’antichambre de l’Académie française », la Revue des Deux Mondes occupait une place essentielle dans les processus de consécration des écrivains au xixe siècle. Entreprise intellectuelle car, au-delà de l’encyclopédisme et de l’éclectisme de son contenu, elle se regardait comme le conservatoire du « bon goût » esthétique et de la « modération » politique, reflet d’une position longtemps dominante dans l’espace culturel 3. Entreprise économique aussi dont les objectifs de rentabilité furent au premier plan des préoccupations de ses animateurs.

  • 4  Stéphane Michaud, « Préface » in Alain Corbin et alii eds, L’Invention du xixe siècle. Le xixe siè (...)
  • 5  Jules Barbey d’Aurevilly, Monsieur Buloz (Le Figaro, 30 avril 1863), réédition et présentation de (...)

4Le xixe siècle « s’est posé en inventeur – et d’abord en inventeur de lui-même. Très tôt – et non sans suffisance ni légitime ambition – le siècle s’est perçu comme singulier, neuf et original. Il n’a pas craint de s’autodéchiffrer au miroir de son impatience, de ses rêves, d’une histoire secouée par une série de soubresauts sans précédents, sinon lancée dans une aventure folle dont il a vainement tenté de garder le contrôle » 4. Clairement, la Revue des Deux Mondes est fille de son siècle, à la fois sujet actif d’une histoire qu’elle contribua à écrire mais aussi – par une mise à distance d’elle-même très tôt perceptible – objet de cette même histoire, en bref un sujet en action et un objet en représentation. La position dominante acquise entre la monarchie de Juillet et le Second Empire dans la vie intellectuelle et littéraire parisienne, c’est-à-dire nationale, et l’audience dont elle bénéficia à l’étranger en firent une « puissance » dont Jules Barbey d’Aurevilly pouvait écrire en 1863 dans un violent pamphlet : « C’est une des plus désagréables puissances de ce temps-ci ; mais, il faut bien en convenir, quoique le cœur en saigne pour l’honneur de l’esprit français, c’est une puissance. Il [Buloz] a réussi et il a duré. Il a bâti ce gros pignon-sur-rue littéraire qui s’appelle la “Revue des Deux Mondes” […] » 5. Durée et institutionnalisation sont deux effets d’un même processus de montée en puissance qui se traduisit par la grande visibilité d’une position dominante dans le monde intellectuel et qui atteignit son apogée sous le Second Empire et dans les débuts de la IIIe République.

  • 6  Thomas Loué, « Un modèle matriciel : la revue de culture générale » in Pluet-Despatin (Jacqueline) (...)
  • 7  À François Buloz, mort en janvier 1877, succède son fils Charles, figure de l’héritier dans la Fra (...)

5Paradoxalement, c’est dans les années 1880-1890, pendant l’âge d’or des revues, dont elle avait, comme « modèle matriciel », largement contribué à fixer les formes 6,  que la Revue des Deux Mondes entra en crise et que le processus d’expansion quasi linéaire qui l’avait caractérisé depuis un demi-siècle se dérégla : la croissance des abonnements s’arrêta puis devint négative, le recrutement des collaborateurs se fit plus difficile, le modèle patrimonial de l’entreprise s’effaça avec l’arrivée à la direction de Ferdinand Brunetière, célèbre critique littéraire de l’époque 7.

  • 8  Ferdinand Brunetière, « Après une visite au Vatican » in Revue des Deux Mondes, 1er janvier 1895. (...)
  • 9  Notamment le fameux banquet de Saint-Mandé d’avril 1895 en l’honneur de la Science. Cf. Lalouette (...)
  • 10  Harry W. Paul, « The Debate over the Bankruptcy of science in 1895 » in French Historical Studies, (...)
  • 11  Pierre Thibault, Savoir et pouvoir. Philosophie thomiste et politique cléricale au xixe siècle, Mo (...)
  • 12  Jacques Prévotat, « La vitalité des revues dans le débat religieux » in Jacqueline Pluet-Despatin, (...)

6Sous la direction de Brunetière la Revue des Deux Mondes s’engagea de manière spectaculaire dans la défense du catholicisme, avec la publication d’un article intitulé « Après une visite au Vatican » 8 qui suscita de nombreuses et vives réactions 9. Brunetière y proclamait (quinze ans après Paul Bourget) les « faillites partielles de la science » 10 et prenait position en faveur du catholicisme social et de l’encyclique Rerum Novarum. Dès lors, Brunetière s’impliqua de plus en plus dans la défense de la religion catholique et en faveur d’une société chrétienne dont la restauration devint l’objectif explicite du Vatican depuis la montée de Léon XIII sur le trône pontifical (1878). Après la posture de l’intransigeantisme défensif incarnée par Pie IX, « la réinsertion dans l’histoire de cet immense et puissant appareil de contrôle de l’opinion publique qu’était devenue l’église allait être l’œuvre de Léon XIII » 11. Comment comprendre que Ferdinand Brunetière modifia si fortement les logiques positionnelles de la Revue des Deux Mondes en la faisant progressivement entrer dans le domaine des revues religieuses, entendu au sens large 12 ? On peut répondre à cette question en lisant la modification des logiques positionnelles comme une stratégie de compensation dont l’effet était de contrebalancer l’affaiblissement de la position de la revue dans l’espace public par une visibilité nouvelle dans les débats idéologiques. Si une position dominante se suffit à elle-même et n’a pas besoin de se dire, en revanche la déperdition de puissance, pour reprendre le terme de Barbey d’Aurevilly, induit de suppléer à ce que cette seule position ne peut plus assurer. S’articula ainsi un basculement complexe qui par un biais discursif modifia la position idéologique de la revue dans l’espace culturel.

  • 13  D’où l’importance de la « question sociale » à la fin du siècle dont la critique catholique du lib (...)

7De façon plus générale, l’entrée en religion d’une institution culturelle telle que la Revue des Deux Mondes illustrait les transformations de la société française du dernier tiers du xixe siècle : transformations structurelles qui voyaient l’achèvement du processus d’alphabétisation et l’émergence d’un public de masse, l’unification du territoire sous l’effet de la révolution des transports, la croissance des médias qui impliquait l’homogénéisation progressive d’un imaginaire collectif. Transformations conjoncturelles aussi, qui avec l’établissement du régime républicain dans les années 1880, procédaient d’un volontarisme politique dont les effets se firent rapidement sentir : laïcisation de l’enseignement (lois Ferry de 1881-1882 et Goblet de 1886) et de la famille (loi Naquet de 1884), ouverture de l’espace public (loi du 29 juillet 1881), entre autres. Nationalisation et républicanisation de la société française s’opérèrent dans un même processus se traduisant, in fine, par l’éloignement d’une société pré-moderne, rurale, éclatée et encore largement notabiliaire, et par l’avènement d’une société libérale qui se construisit sur la vague de la seconde industrialisation 13. La position intellectuelle dominante de la Revue des Deux Mondes, qui s’était moulée dans les structures d’une société élitaire, se trouva ainsi progressivement affaiblie par le décalage de plus en plus net avec le processus de modernisation en travail. L’évolution vers le catholicisme traduisait ainsi un processus de réadaptation d’une institution culturelle ébranlée, et elle produisit une convergence avec la société catholique elle-même contestée par les transformations de la sécularisation sociétale et la laïcisation volontariste du nouveau régime. La revendication identitaire de la Revue des Deux Mondes correspond donc in fine à un dépositionnement socioculturel semblable à celui que connut le catholicisme. C’est pourquoi il n’est pas illogique de voir la première emprunter les outils idéologiques de la seconde et cette dernière utiliser la puissance médiatique de la première.

  • 14  Zeev Sternhell, « La Droite révolutionnaire entre les anti-Lumières et le fascisme » in La Droite (...)
  • 15  Le concept est moins utilisé dans l’historiographie française que par les historiens allemands ou (...)
  • 16  Maurice Agulhon, La République, t. I : L’élan fondateur et la grande blessure (1880-1932), Paris, (...)

8Le concept de « révolte culturelle » employé par Zeev Sternhell dans le cadre de l’histoire des idées pour définir des courants intellectuels divers mais qui se réunissent néanmoins dans leur refus de l’héritage des Lumières 14 paraît convenir ici pour les milieux de la Revue des Deux Mondes de la Belle époque. Le « seuil de modernisation » qui caractérise en effet cette dernière produit des reclassements et l’émergence de nouvelles catégories intellectuelles 15. Souvent perçus au prisme des modifications de la culture politique française à la fin du siècle, à travers le boulangisme et l’émergence du nationalisme 16, ces nouveaux éléments n’ont sans doute pas suffisamment pris en compte les pesanteurs et les apports des élites anciennes qui ne disparurent pas comme par enchantement, mais au contraire s’adaptèrent. À l’évidence, on ne peut faire ici l’économie des deux principaux éléments que les élites conservatrices apportèrent dans la construction de ces reformulations : le catholicisme et le libéralisme qui, comme tous les -ismes, sont polysémiques. La Revue des Deux Mondes permet une étude de cas intéressante de cette révolte culturelle qui fut une révolte conservatrice, mais à condition de ne pas perdre de vue que dans ces logiques intellectuelles s’imbriquent de manière consubstantielle dans des logiques institutionnelles.

Culture et argent : la durée comme signe de réussite

  • 17  Henri Avenel, Annuaire de la Presse, 1885.
  • 18  Sur le paysage culturel en 1830 et la faiblesse de la Revue des Deux Mondes à cette époque, cf. Ro (...)

9« La plus importante de toutes les revues françaises, renfermant les œuvres de nos plus grands littérateurs. Son tirage qui dépasse 25 000 indique suffisammentle succès qu’elle a obtenu ; elle a des abonnés dans le monde entier. » 17 C’est ainsi que se présentait la Revue des Deux Mondes dans l’Annuaire de la Presse en 1885. « La plus grande des revues françaises », parce qu’elle avait alors le plus fort tirage : la supériorité ici se fonde sur l’audience supposée découlant du nombre d’abonnements et ne nécessite alors pas d’autre information. C’est là le discours classique où l’excellence intellectuelle explique la supériorité économique et assure une position dominante. Il est incontestable que la Revue des Deux Mondes surclassait alors toutes les autres par le nombre de ses abonnés. Or c’est dans la durée que se construisit la trajectoire exceptionnelle de la Revue des Deux Mondes puisque lorsque Buloz en devint le propriétaire en 1831, elle était moribonde. Elle ne servait plus alors qu’occasionnellement ses abonnés lesquels ne dépassaient pas du reste le nombre de 350 18.

  • 19  Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine, archives de la Revue des Deux Mondes, Grands livres d (...)

Estimation des abonnements de la Revue des Deux Mondes (1831-1914) 19

Estimation des abonnements de la Revue des Deux Mondes (1831-1914) 19
  • 20  Nelly Furman, La Revue des Deux Mondes et le romantisme, 1830-1848, Genève, Droz, 1975.
  • 21  Cf. la thèse classique de Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain, essai sur l’avènement d’un pouvoi (...)
  • 22  Cité in Christine Marteau, La « Revue Indépendante » 1841-1843, Université de Paris, Faculté des L (...)

10On distingue clairement plusieurs phases dans l’évolution économique de la revue : la monarchie de Juillet qui correspond à la première était une période d’installation et de consolidation ; c’étaient les beaux jours de la critique littéraire qui, avec Sainte-Beuve et Gustave Planche notamment, en s’autonomisant elle-même de la production littéraire, fondait dans le même temps l’autorité intellectuelle du périodique 20, en partie contre la prétention des poètes romantiques à se faire les clercs d’une spiritualité laïque 21. Dès les années 1840, la Revue des Deux Mondes était devenue une entreprise viable, sinon prospère : entre 1846 et 1848, elle fit plus de 49 000 francs de bénéfices qui pour l’essentiel autofinancèrent l’entreprise. Ce que Sainte-Beuve écrivait à George Sand sous une autre forme au moment de la rupture de la romancière avec Buloz, en 1841 : « Il n’y a à Paris que deux revues qui vivent et qui paient tant bien que mal – les nôtres. » 22 

  • 23  Cf Thomas Loué, « La Revue des Deux Mondes et ses libraires étrangers dans la lutte contre la cont (...)
  • 24  Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et Fernand Terrou eds, Histoire générale de la p (...)
  • 25  Odile et Henri-Jean Martin, « Le Monde des éditeurs » in Roger Chartier et Henri-Jean Martin eds, (...)
  • 26  Sur les modalités spécifiques du développement de l’édition française au xixe siècle, voir Jean-Yv (...)

11Mais le véritable décollage économique eut lieu au milieu du siècle : en 1850, le bénéfice fut supérieur à 54 000 francs, soit plus que le cumul des trois dernières années de la monarchie de Juillet. En 1855, il dépassait pour la première fois les 100 000 francs, et ne retomba plus jamais sous cette barre jusqu’à la Grande Guerre. À titre de comparaison, au milieu des années 1860, le chiffre d’affaires du Correspondant, prestigieux organe du « catholicisme libéral », était dix fois inférieur à celui de la Revue des Deux Mondes. Tout autant que l’opposition intellectuelle à l’Empire que l’on invoque fréquemment, en faisant de la Revue des Deux Mondes le refuge des élites libérales, il faut chercher les causes de cette croissance atypique à la fois dans l’explosion du roman qui devint alors l’un des moteurs de la croissance du périodique mais aussi, et surtout, dans l’efficacité des stratégies éditoriales et commerciales mises en place par François Buloz dans les dernières années de la contrefaçon belge, laquelle disparut rapidement après la signature de la convention franco-belge de 1852 23. Sous l’Empire, le nombre d’abonnés passa de 6 300 en 1853 à 15 000 en 1863. En 1861, la Revue des Deux Mondes constituait le 6e tirage de la presse parisienne, après les grands quotidiens, Le Siècle, Le Constitutionnel, La Patrie, La Presse et le Moniteur Universel 24. À cette époque, les concurrentes, comme la Revue Contemporaine ou la Revue Européenne, dont certaines soutenues par le pouvoir impérial, dépassaient péniblement les 1 500 abonnés. En fait, François Buloz et sa revue prenaient place dans la lignée des grands éditeurs du siècle, des grandes « féodalités industrielles » de l’édition, illustrées par Louis Hachette, Michel Lévy ou Gervais Charpentier 25 qui tous surent se placer sur un créneau porteur (livres scolaires, etc.) ou élaborer des stratégies innovantes (révolution Charpentier ou collection Lévy). En se plaçant sur un segment du marché (les revues), en pratiquant l’innovation de produit (Annuaire de la Revue des Deux Mondes, etc.) et en utilisant le prestige de la littérature française pour conquérir des marchés étrangers, la Revue des deux Mondes est un bon exemple des caractéristiques principales de la singularité du modèle de développement de l’édition française au xixe siècle 26.

  • 27  Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine, Archives Revue des Deux Mondes, Rapport de gérance de (...)

12Mais à partir du milieu des années 1880, c’est une évolution rigoureusement inverse qui se lit sur la courbe des abonnements. Si l’on met à part l’accident de 1893 dû à une régularisation comptable, on constate que la chute, forte dans un premier temps, s’adoucit ensuite mais sans inversion de la tendance. La succession de François Buloz, décédé en janvier 1877, échut à des hommes, en premier lieu à son fils Charles, qui avaient été formés à la gestion de l’entreprise dans les temps dorés de la croissance. Le mouvement qui s’amorça au milieu des années 1880 plongea les dirigeants de la revue dans le désarroi : ils furent incapables d’en comprendre le sens. Cette rupture des cadres de l’habitude, processus fortement anxiogène, poussa le fils Buloz vers des pratiques frauduleuses qui lui furent fatales. Démis pour « raison de santé », il laissa la direction de la revue à Ferdinand Brunetière, en décembre1893-janvier 1894. C’est alors que la concurrence fut évoquée comme principal facteur d’explication de la dureté nouvelle des temps. Pour son premier rapport de gérance, le nouveau directeur écrivit en mai 1895 : « Enfin, pour achever de vous mettre au courant des difficultés de la situation, je crois devoir joindre à ce rapport, comme pièces à l’appui, un exemplaire de chacune des cinq plus importantes revues bimensuelles ou mensuelles qui se sont fondées depuis moins de 18 mois. Ce sont la Quinzaine, le Monde Moderne, la Revue de Paris, la Revue politique et parlementaire et la Revue Franco-américaine. Vous remarquerez que les trois dernières ont pour elles d’être soutenues par trois grandes maisons d’édition dont il y en a même deux, la maison Ollendorff et la maison Calmann-Lévy, qui sont de beaucoup les plus importantes maisons d’édition de romans. » 27

  • 28  Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997.
  • 29  Marc Martin, « La réussite du Petit Journal ou les débuts du quotidien populaire » in Bulletin du (...)
  • 30  Jean-Yves Mollier, « La Naissance de la culture médiatique à la Belle Époque. Mise en place des st (...)
  • 31  Géraldi Leroy et Julie Bertrand-Sabiani, La Vie littéraire à la Belle Époque, Paris, PUF, 1998 et (...)
  • 32  Pour une approche générale Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, (...)
  • 33  Pour l’exemple de la philosophie, voir Jean-Louis Fabiani, Les Philosophes de la République, Paris (...)

13S’il est clair que les revues « littéraires et politiques » connurent un fort développement dans les années 1880-1890, c’est en fait la structure même de l’espace public imprimé qui changea à partir des années 1880. La législation républicaine, et notamment la loi du 29 juillet 1881, modifia de fond en comble les conditions de fonctionnement de l’espace imprimé 28, accompagnant ainsi les transformations structurelles de la médiatisation de la société, qui sourdaient déjà sous l’Empire avec la naissance de la presse populaire à bon marché 29. La société médiatisée, culture du signe, participait de l’émergence d’une « culture de masse » 30 dans laquelle la culture élitaire devait nécessairement se redéfinir. Processus d’autant plus complexe que le champ littéraire était, lui aussi, travaillé par de nouveaux groupes d’avant-garde contestant les normes académiques dont participait la Revue des deux Mondes 31. Par ailleurs, les procédures de construction et de diffusion du savoir se modifièrent elles aussi largement : les universités restructurées devinrent progressivement les véritables centres de la production scientifique, notamment dans les jeunes « sciences humaines » qui supplantèrent progressivement les vieilles « sciences morales et politiques », et contestèrent – au moins partiellement – les anciens pôles de la production savante 32. Mais surtout, cette nouvelle architecture universitaire se dota de ses propres structures de diffusion, comme le montre le rapide développement des revues savantes universitaires : parmi les exemples les mieux connus, la Revue Historique ou la Revue Philosophique fondées en 1876, disputèrent le quasi-monopole des anciennes revues généralistes à diffuser le savoir de plus en plus spécialisé 33. Et s’il faut sans doute nuancer, il apparaît cependant que la Revue des Deux Mondes se trouva progressivement éloignée de l’Université et des nouveaux pôles de la légitimité scientifique.

14La période proto-démocratique avait constitué pour la Revue des Deux Mondes une sorte de havre de paix puisque la concurrence se trouvait limitée de facto par les contraintes politiques et administratives qui pesaient sur l’espace imprimé. La totale libéralisation de ce dernier dans les années 1880 s’inscrivait dans une perspective beaucoup plus vaste dans laquelle, à travers l’idéologie des couches nouvelles, la mobilité sociale devenait le socle – au moins théorique – de la stabilité démocratique, et donc de la République elle-même. Et ainsi, la liberté de la presse, que les libéraux s’étaient acharnés à défendre lorsqu’elle n’existait pas, devint l’un des piliers de la démocratie libérale en se retournant contre les porte-parole du vieux libéralisme élitaire de la Revue des Deux Mondes. Les conséquences de cette libéralisation furent rapidement perceptibles : multiplication des quotidiens à grand tirage, croissance et spécialisation de plus en plus forte des revues autour de pôles éditoriaux solides, (Leroux, Alcan ou Masson dans l’édition savante, Berger-Levrault dans l’édition militaire et administrative, Hachette et Colin dans l’édition scolaire), enfin naissance des revues politiques et littéraires autour des grandes maisons d’édition parisiennes, Fasquelle et la Grande Revue, Plon et la Revue Hebdomadaire, Calmann Lévy et la Revue de Paris, Ollendorff et la Revue Franco-américaine, pour n’en citer que quelques-unes.

15Sur un échantillon de 348 revues relevées dans l’Annuaire de la Presse, 37 étaient antérieures à 1871 et 186 de création récente, postérieures à 1891. Dans ce contexte concurrentiel nouveau, le prix moyen des revues était clairement à la baisse :

  • 34  Annuaire de la Presse, 1880-1905, sondage quinquennaux. Il faut manier les chiffres avec prudence (...)

évolution du monde des revues dans le dernier tiers du xixe siècle 34

évolution du monde des revues dans le dernier tiers du xixe siècle 34

16En ce qui concerne la périodicité, les tendances sont moins faciles à déceler mais, si l’on se contente des trois principales (mensuelle, bimensuelle et hebdomadaire), on constate que la première s’effritait assez fortement, tandis que la seconde se maintenait et que la troisième augmentait sensiblement. La forte croissance du nombre de titres à partir des années 1880 s’accompagna donc d‘importantes mutations matérielles. Le modèle de la revue classique de format in-8°, onéreuse, oscillant entre 30 et 50 francs l’abonnement annuel parisien, bimensuelle ou mensuelle, et dont la Revue des Deux Mondes était en quelque sorte l’archétype, sans être réellement remis en cause, fut néanmoins bousculé par l’émergence de nouvelles formes.

  • 35  Voir le graphique supra.
  • 36  Christophe Charle, Les Élites de la République 1880-1900, Paris, Fayard, 1987.

17C’est dans ce contexte nouveau qu’après avoir atteint le nombre de 25 000 au milieu des années 1880, les abonnements de la Revue des Deux Mondes décrurent dans des proportions importantes. On peut estimer que le nombre d’abonnés était tombé à 19 000 lorsque Ferdinand Brunetière succéda à Charles Buloz en janvier 1894 et qu’il ne dépassait pas les 14 500 lorsque Francis Charmes prit la suite de Brunetière, décédé en décembre 1906 35. Globalement, la Revue des Deux Mondes avait perdu 10 000 abonnés en 20 ans, c’est-à-dire qu’elle était retombée en 1906 à peu de choses près son niveau de 1863. La régularité des tendances qui caractérisent l’histoire économique de la Revue des Deux Mondes incite à une analyse qui dépasse le contexte économique général. Il n’y a pas de corrélation entre la conjoncture de l’institution et la conjoncture économique. En fait, le degré d’attraction du discours et son niveau de réception dépendent de facteurs plus profonds. Le second xixe siècle correspond à une redéfinition de la « culture lettrée » induite par l’émergence d’une culture de masse elle aussi lettrée en ce sens qu’elle est largement produite par la demande sociale issue de l’alphabétisation désormais coextensive à la société. C’est donc, en quelque sorte, l’institution culturelle elle-même que représentait alors la Revue des Deux Mondes, qui se trouvait dans l’obligation de redéfinir sa place et son rôle en fonction d’une configuration socioculturelle globale inédite, alors que les élites elles-mêmes avaient été affectées par les transformations socio-politiques 36. C’est à partir de ces éléments que l’on peut comprendre son entrée en religion dans les années 1890.

L’entrée en religion d’une institution culturelle

  • 37  Jean-Marie Gobert, Itinéraire intellectuel et politique de la « Revue des Deux Mondes » de 1848 à  (...)

18La visibilité de ses mouvements rédactionnels se traduit dans la lisibilité de la Revue des Deux Mondes. L’analyse du discours doit toujours être socialement située. Ce dernier dépend avant tout de la position des instances qui le produisent et le diffusent. Il est donc clair que le discours de la Revue des Deux Mondes se transforma en fonction des étapes de son institutionnalisation puis de l’affaiblissement de cette même position dominante. À cet égard, l’hostilité de la Revue des Deux Mondes à la République ne datait pas de l’avènement de la République des républicains, en 1878-1880 37 mais elle est perceptible, par exemple sur le plan politique, dès que la virtualité du programme républicain menaça de déborder le centrisme thiériste puis se durcit après 1879, ainsi que le montre l’étude du discours politique de Charles de Mazade, chroniqueur politique de la revue de 1868 à 1893.

  • 38  On met des guillemets à ces termes tant leur polysémie est historiquement problématique et heurist (...)

19Cependant, si avec Charles de Mazade la critique de l’action opportuniste relevait d’une tradition « libérale » (celle des notables censitaires) qui se trouvait dépossédée de son « libéralisme » 38 par la République elle-même – tradition que poursuivit Charles Benoist dans les années 1890-1900 –, elle prit une forme nouvelle avec Ferdinand Brunetière à partir de 1895 et se déclina dès lors au nom de la défense d’une société chrétienne. Et si la rupture n’est pas totale, loin de là, avec le discours antérieur, un sens nouveau est clairement donné à son action.

  • 39  Le titre même de son ouvrage d’apologétique paru en 1904 l’indique suffisamment : Ferdinand Brunet (...)
  • 40  Frédéric Gugelot, La Conversion des intellectuels au catholicisme en France. 1885-1935, Paris, Édi (...)
  • 41  Voir l’article d’Hervé Serry dans ce même numéro.
  • 42  Pierre Thibault, op. cit. Loin d’être une acception des principes républicains définis par la phil (...)

20La trajectoire individuelle du directeur de la Revue des Deux Mondes a très souvent été analysée en terme de cheminement vers Dieu : ce n’est là, somme toute, que reprendre les termes mêmes dans lesquelles il voulait placer sa démarche 39. Or, les conversions, nombreuses parmi les intellectuels à la fin du siècle 40, doivent d’abord être regardées comme partie intégrante de la stratégie de reconquête intellectuelle du catholicisme 41 ; elles participèrent incontestablement de cette « réinsertion dans l’histoire » qu’analyse Pierre Thibault et servirent, de ce point de vue, la stratégie médiatique d’occupation de l’espace public français des autorités romaines dans le contexte du Ralliement 42. La trajectoire de Brunetière n’était donc nullement originale, mais elle était singulière en ce qu’elle entraîne dans son sillage la puissante Revue des Deux Mondes, son prestige et surtout ses 17 000 abonnés.

  • 43  Daniel Becquemont et Laurent Mucchielli, Le Cas Spencer. Religion, science et politique au xixe si (...)

21De 1895 à 1906, date de sa mort, Ferdinand Brunetière approfondit longuement les analyses esquissées dès 1895, et sans être modifiées sur le fond, elles prirent une tournure d’opposition plus hardie à mesure que le contexte se radicalisait avec l’affaire Dreyfus (1898) puis la politique du Bloc des gauches (1902). Les principaux points autour desquels s’organisait le combat intellectuel de Brunetière dans la Revue des Deux Mondes étaient le rejet viscéral de l’individualisme, de la philosophie du xviiie siècle, du scientisme. Ses théories s’abreuvaient à des sources variées parmi lesquelles il faut relever tout particulièrement la philosophie d’Auguste Comte mais aussi celle d’Herbert Spencer, qui jouissait alors en France d’une grande audience, à tel point que l’on peut parler d’un « moment anglais » de la pensée française 43. Les analyses de Brunetière aboutissaient à ce qu’il appela l’« équation fondamentale » :

Sociologie = Morale

Morale = Religion

  • 44  « L’Équation fondamentale » in Ferdinand Brunetière, Sur les chemin de la croyance, op. cit.

d’où : Sociologie = Religion » 44

  • 45  Raymond Huard, Le Suffrage universel en France 1848-1946, Paris, Aubier, 1991, et dans une perspec (...)
  • 46  Ferdinand Brunetière, « L’Erreur du xviiie siècle » in Revue des Deux Mondes, août 1902.
  • 47  Jacques Chevallier et Dominique Cochart eds, La Solidarité : un sentiment républicain ?, Centre Un (...)

22La religion est donc le fondement d’une vision organiciste du lien social qui remet en cause le contractualisme de la société libérale et individualiste héritée des Lumières et sur lequel les Républicains au pouvoir avaient bâti le régime, notamment par la sacralisation du suffrage universel 45. Brunetière reprenait à son compte les théories d’Auguste Comte, en particulier pour dénoncer « l’erreur du xviiie siècle » ; selon lui, la philosophie des Lumières avait eu des effets catastrophiques en faisant de « la question morale une question sociale », autrement dit en changeant les lois on changerait les mœurs, i.e. la société. Ainsi, « la morale se confond avec la politique » avec pour conséquence que « depuis tantôt cent cinquante ans, l’on est “citoyen”, pour ainsi dire, avant d’être “homme” » 46. Contre la vision laïque qui place l’individu (dont les croyances religieuses sont rejetées explicitement dans la sphère privée) au centre de rapports sociaux contractuels et qui prend la forme de la théorie solidariste dans les années 1890 47, Brunetière conçoit une société fondée sur l’organicisme et la moralité (et même la religiosité) du lien social, ce qui fait de la religion la base même de la société.

  • 48  Charles Benoist, « De l’organisation du suffrage universel » I. « La Crise de l’État moderne » in (...)
  • 49  Yves Deloye, École et citoyenneté. L’Individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy : controver (...)
  • 50  Charles Benoist, « De l’organisation du suffrage universel » III. « La représentation proportionne (...)
  • 51  Même si, en fait, cette dernière cristallise davantage une structuration des « camps » déjà en cou (...)
  • 52  Georges Goyau, « Patriotisme et humanitarisme. Essai d’histoire contemporaine » in Revue des Deux (...)
  • 53  Idem.

23La critique du suffrage universel fut d’ailleurs largement exposée dans les colonnes de la Revue des Deux Mondes par l’un des principaux collaborateurs entré dans le groupe rédactionnel avec Brunetière, Charles Benoist, qui écrivait en 1895 : « On ne saurait imaginer d’État plus anarchique, puisqu’il n’y a que le hasard, ni plus barbare, puisqu’il n’y a que le nombre. Du moins, il le serait absolument, il serait pleinement anarchique et barbare, un tel État, un État où les citoyens, ivres de leur souveraineté, se ruent à leur fantaisie, sans que le moindre appui les soutienne et les retienne, où il n’y a plus ni cadres, ni digue, où le suffrage universel coule comme un fleuve débordé, – si le hasard ne corrigeait pas le hasard, ou plutôt si l’astuce n’enchaînait pas le caprice et ne conduisait pas la sottise » 48. Cette critique où la « loi du nombre » est synonyme de « barbarie » répondait explicitement à l’individualisme républicain véhiculé par la nouvelle morale « sans Dieu » inculquée à l’école 49. Tout en se défendant de vouloir revenir à l’Ancien Régime, Charles Benoist en appelait à une société de corps intermédiaires et à la représentation proportionnelle : « Avec la Représentation proportionnelle, les minorités existeraient. […] Le système actuel de la majorité brutale coûte aux minorités ou l’honneur ou la vie ; la R.P. leur laisserait la vie et l’honneur » 50. Ses analyses, sans référence religieuse explicite, s’intégraient dans un discours identitaire des minorités dominées et assumaient en fait, sur le mode de l’analyse politique, le statut des catholiques dominés dans l’ordre socioculturel. L’apologétique de Brunetière trouvait ainsi un relais dans l’analyse politique de Charles Benoist, mais aussi dans l’analyse historique de Georges Goyau, autre nouveau et proche collaborateur de Brunetière. Alors que la conflictualité de l’espace politico-religieux avait connu un regain de tension depuis l’affaire Dreyfus 51, Goyau dressa en 1900-1901 dans la Revue des Deux Mondes un vaste panorama de l’histoire contemporaine de la France, pour déplorer la séparation progressive de la nationalité et de la catholicité de la société française 52. Protestants, maçons et influence étrangère y étaient stigmatisés comme les principales matrices de l’individualisme abstrait : « Édifier une France abstraite, hors du temps et de l’espace ; l’identifier avec une notion abstraite, celle de République ; définir par une sorte de déduction, par des a priori présomptueux, la politique extérieure qui s’impose à une république ; et oublier que la France vit en Europe, héritière d’une histoire, entourée de voisins : ce n’est rien moins qu’une malfaisante folie » 53. Une analyse complète des propos de Georges Goyau peut être synthétisée dans les oppositions sémantiques comme le montre le tableau suivant :

  • 54  Zeev Sternhell, « La modernité et ses ennemis : de la révolte contre les Lumières au rejet de la d (...)
  • 55  « La Droite révolutionnaire entre les anti-Lumières et le fascisme », op. cit.

24Qu’elle soit religieuse chez Brunetière, politique chez Benoist ou historique chez Goyau, et l’on pourrait y inclure aussi les œuvres romanesques d’auteurs catholiques comme René Bazin, Paul Bourget, Eugène-Melchior de Vogüé et d’autres encore, les analyses développées dans la Revue des Deux Mondes traduisaient essentiellement l’anxiété face au dépositionnement de l’institution qui les portait. Derrière la dénonciation de l’individualisme, c’est-à-dire de la République, il faut voir, plus globalement, les lieux communs récurrents et fantasmatiques pris dans des transformations sociétales anxiogènes. À cet égard, le discours de réaction qui remplissait les pages de la Revue des Deux Mondes s’intégrait dans l’ensemble vaste et hétérogène de ce que Zeev Sternhell appelle les « anti-Lumières », c’est-à-dire un ensemble discursif qui réfute la « modernité idéologique » portée par les formes consensuelles de la démocratie libérale et l’héritage philosophique du xviiie siècle et de la Révolution 54. Taine, Renan ou Nietzsche posèrent ainsi, chacun à sa manière, les catégories intellectuelles des révoltes contre la démocratie libérale qui, avec l’émergence de la culture de masse, se déversaient dans la rue et du boulangisme au fascisme et instruisirent violemment son procès. Le catholicisme aussi a pu enrichir cette mouvance contestataire en apportant sa propre contribution à la critique du xviiie siècle et à celle des transformations de la société fin-de-siècle. Néanmoins, et l’on rejoint ici Sternhell, les formes anciennes de la culture élitaire demeuraient suffisamment fortes pour que « leur refus des Lumières reste au stade de la révolte culturelle » et que « leur élitisme à l’ancienne leur interdise de sauter le pas » car « tous professent une horreur viscérale de la violence, de la multitude, de la démagogie, du petit peuple, de ce régime où gouverne “Monsieur tout le monde” (Taine). » 55. À la Belle époque, la Revue des Deux Mondes se retrouvait dans une situation paradoxale : elle était porteuse d’un discours contestataire tout en demeurant, malgré son dépositionnement, une institution intellectuelle de tout premier plan.

  • 56  Le roman de Barrès Les Déracinés, publié en 1897 dans la Revue de Paris puis en librairie, connut (...)
  • 57  On sait que l’universalisme est tout à fait relatif puisqu’il exclut les femmes.

25Les logiques sociales et culturelles de son positionnement produisirent une dérégulation des perceptions du temps lui-même qui s’inscrit dans les textes. La Tradition devint l’emblème de l’immuable, du point fixe, d’un absolu que l’on espérait voir ralentir le cours de l’histoire (dont on dit, comme à chaque période de transformations structurelles des sociétés, qu’il s’accélère). La victoire du principe d’universalité énoncé en 1789 prenait ici la forme de l’abstraction individualiste et trouvait son contrepoint dans le paradigme alors si prégnant du déracinement dont Maurice Barrès a fourni l’une des œuvres les plus marquantes 56. C’est donc aussi au prisme de la perception des temporalités qu’on peut lire l’entrée en religion de la Revue des Deux Mondes : comme une adaptation, une réaction aussi contre le principe d’universalité qui ne fait que recouvrir dans l’espace politique les tendances lourdes des transformations culturelles de la société où chaque lecteur est devenu aussi un électeur· 57. L’église offrait l’image de la stabilité, de l’immutabilité même, un point d’ancrage auquel s’arrima la Revue des Deux Mondes.

26En 1895, l’article de Brunetière apparut à juste titre comme un tournant qui surprit nombre d’observateurs et suscita d’importantes et vives réactions. Mais la compréhension de cette situation conjoncturelle exige un détour par les analyses structurelles des temporalités longues. La Revue des Deux Mondes des années 1880-1914 était une revue en crise, ou plus exactement en proie à un mal être né du décalage idéologique et institutionnel qui s’était creusé tandis que s’imposait la démocratie républicaine et laïque accompagnant les changements sociaux et culturels de la société française du second xixe siècle. Il faut entendre la notion de crise ici au sens littéral, comme moment de déconstruction et de reconstruction. Ce mal-être fut d’autant plus vivement ressenti qu’il suivait une période cinquantenaire pendant laquelle le mouvement ascendant de la revue avait paru irrésistible.

  • 58  Et s’il est délicat de parler de « l’aimable libéralisme de l’équipe Buloz » pour la période antér (...)
  • 59  Ferdinand Brunetière, « Les Motifs d’espérer » in Discours de Combat, nouvelle série, Paris, Perri (...)

27Le cumul du pouvoir médiatique et du pouvoir intellectuel explique la résonance des paroles de Brunetière et de ses collaborateurs dans les années 1890-1900, alors qu’il avait ouvertement choisi le camp catholique et entraîné la Revue des Deux Mondes avec lui 58. L’homogénéisation du discours au filtre du catholicisme offrait les logiques d’un repositionnement de la Revue des Deux Mondes : contestée dans sa domination de l’espace médiatique et de l’espace intellectuel, elle choisit de s’engager aux côtés de groupes sociaux politiquement dominés en s’éloignant des nouveaux pôles dominants, proches du pouvoir républicain. Tout en bénéficiant de l’audience d’une grande institution culturelle, la Revue des Deux Mondes tirait de son discours contestataire un rayonnement que sa position fragilisée ne pouvait plus assurer seule. C’est ainsi que l’on peut comprendre les paroles de Brunetière : « On ne se sentirait pas vivre, si l’on n’avait pas d’adversaires ! » 59

  • 60  Brunetière intitula Discours de Combat les trois recueils de conférences qu’il fit paraître chez P (...)
  • 61  Bibliothèque Nationale, Manuscrits, Fonds Brunetière, N.A.Fr. 25037, lettre du Baron T. Duroy de B (...)
  • 62  Idem. lettre du 8 avril 1906.

28L’article de Brunetière de 1895 n’était donc pas seulement un coup d’éclat. Il inaugurait une nouvelle période pour la Revue des Deux Mondes au cours de laquelle l’engagement devint explicite. En s’appuyant sur ses proches collaborateurs comme Charles Benoist ou Georges Goyau, Brunetière usa de la Revue des Deux Mondes comme de ses discours : une revue de combat 60. Pourtant les impératifs économiques et les enjeux inhérents au monde des revues continuaient de peser de tout leur poids car les transformations structurelles du monde des revues à la Belle Époque engendraient aussi de nouvelles contraintes. En effet, bien qu’engagée dans le combat catholique, la Revue des Deux Mondes ne pouvait pour autant négliger les courants esthétiques ou littéraires qui n’en ressortaient pas explicitement. Ainsi en pleine vogue des romanciers italiens, avec la « renaissance latine » (D’Annunzio, Serao, Deledda ou Fagazzaro), que les grandes revues littéraires et politiques se disputaient alors, la revue de Brunetière ne put rester à l’écart des luttes commerciales et éditoriales. Deux lettres envoyées à un an d’intervalle par un abonné de Nancy, le baron Duroy de Brignac, sont révélatrices de la contradiction qui pouvait naître de ces exigences contraires. Le 25 mars 1905, trois jours après le discours d’Aristide Briand, rapporteur du projet de loi sur la Séparation venant en discussion devant les députés, le baron écrivit au directeur de la Revue des Deux Mondes : « […] Soyez sous son égide glorieuse [celle de Pie X] l’un de ceux qui nous mèneront à la décisive victoire, non pourl’oppression de nos adversaires, mais pour la conquête de nos droits imprescriptibles et de nos libertés essentielles. » 61 Mais un an plus tard, il écrivait derechef à Brunetière, cette fois pour contester la publication du roman Il Santo, d’Antonio Fogazzaro : « […] Il y a quelques années, la Revue des Deux Mondes était considérée comme indigne de pénétrer dans une famille catholique. Depuis que vous en aviez pris la direction, il en était autrement et, malgré certaines réserves, nos appréhensions s’étaient émoussées. Quelle ne fut pas notre surprise en voyant cette Revue publier Il Santo, cette œuvre de Fogazzaro, si pernicieuse sous les apparences les plus spécieuses ! La Congrégation de l’Index vient de condamner ce livre et le mal qu’il a pu causer va se trouver tout au moins enrayé. Mais que penser d’une revue qui publie des ouvrages de cette nature ? Pour moi, et pour les vrais catholiques, il n’y a qu’une réponse : il faut tenir à distance un périodique où l’on risque de trouver à si forte dose le poison libéré. Et l’on se prend à souffrir en songeant que votre nom qui devait être un phare dans la tempête puisse, au contraire, entraîner vers les fonds dangereux des âmes sincères mais inaverties » 62. On perçoit ici la difficulté pour la direction de définir une stratégie éditoriale qui tint compte à la fois des enjeux commerciaux et des logiques intellectuelles. À certains qui la trouvaient trop sérieuse, ennuyeuse, voire poussiéreuse, la Revue des Deux Mondes répondait par la publication de romans un peu « osés », à d’autres au contraire qui s’offusquaient de ces dérapages sulfureux, Brunetière répondait par sa propre prose apologétique.

  • 63  Michel Lagrée, « Exilés dans leur patrie (1880-1920) » in François Lebrun ed., Histoire des cathol (...)

29L’anticléricalisme de la période combiste contribua sans nul doute à accentuer le caractère catholique de la revue, tandis que se renforçaient les principales composantes d’un discours des « anti-Lumières ». L’année 1895 marqua incontestablement un tournant dans l’histoire de la Revue des Deux Mondes puisqu’elle tira avec Brunetière les conclusions logiques du dépositionnement qui la frappait depuis les années 1880 et revendiqua désormais ouvertement sa place parmi les victimes de la République en se faisant compagnon de route des catholiques « exilés dans leur patrie » 63. Mais cette problématique conjoncturelle n’est compréhensible qu’à la lumière d’analyses structurelles mettant en valeur des positions successives et des modalités de fonctionnement de l’institution culturelle. L’entrée en catholicisme de la Revue des Deux Mondes procède de la rencontre de ces deux logiques historiques.

Haut de page

Notes

1  François Bulloz, « À nos lecteurs » in Revue des Deux Mondes, mars 1848.

2  Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leymarie & Jean-Yves Mollier eds, La Belle Époque des revues 1880-1914, Paris, Éditions de l’IMEC, 2002.

3  Cette « modération » est tout à fait relative : si le discours politique la situe effectivement au centre, c’est-à-dire dans le conservatisme mais en dehors des extrêmes d’un point de vue religieux, elle demeure éloignée des formes d’extrémisme religieux, même si elle ouvre ses colonnes, de plus en plus sous l’Empire à des philosophes catholiques. Le radicalisme catholique qui s’exprime alors chez les pamphlétaires comme Veuillot et Barbey d’Aurevilly ne peut évidemment pénétrer dans ce temple du « bon ton » et du « bon goût ».

4  Stéphane Michaud, « Préface » in Alain Corbin et alii eds, L’Invention du xixe siècle. Le xixe siècle par lui-même (littérature, histoire, société), Paris, Klincksieck-Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1999.

5  Jules Barbey d’Aurevilly, Monsieur Buloz (Le Figaro, 30 avril 1863), réédition et présentation de Jean-François Nivet, Rezé, Séquences, 1994.

6  Thomas Loué, « Un modèle matriciel : la revue de culture générale » in Pluet-Despatin (Jacqueline), Leymarie (Michel) & Mollier (Jean-Yves) eds, op. cit.

7  À François Buloz, mort en janvier 1877, succède son fils Charles, figure de l’héritier dans la France bourgeoise.

8  Ferdinand Brunetière, « Après une visite au Vatican » in Revue des Deux Mondes, 1er janvier 1895. L’article fut rédigé après un entretien entre Brunetière et Léon XIII, à Rome, en novembre 1894.

9  Notamment le fameux banquet de Saint-Mandé d’avril 1895 en l’honneur de la Science. Cf. Lalouette (Jacqueline), « La querelle de la foi et de la science et le banquet Berthelot » in Revue Historique, 8, 1998 repris in La République anticléricale xixe-xxe siècles, Paris, Seuil, 2002.

10  Harry W. Paul, « The Debate over the Bankruptcy of science in 1895 » in French Historical Studies, 3, 1968.

11  Pierre Thibault, Savoir et pouvoir. Philosophie thomiste et politique cléricale au xixe siècle, Montréal, Presses de l’Université Laval, 1972.

12  Jacques Prévotat, « La vitalité des revues dans le débat religieux » in Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leymarie & Jean-Yves Mollier eds, op. cit.

13  D’où l’importance de la « question sociale » à la fin du siècle dont la critique catholique du libéralisme politique (démocratie libérale et individualiste) et du libéralisme économique (capitalisme) n’est bien sûr qu’un aspect.

14  Zeev Sternhell, « La Droite révolutionnaire entre les anti-Lumières et le fascisme » in La Droite révolutionnaire 1885-1914. Les origines françaises du fascisme, (1978) Paris, nouvelle édition, Gallimard-Folio, 1997.

15  Le concept est moins utilisé dans l’historiographie française que par les historiens allemands ou anglo-saxons. Pour l’Allemagne par exemple et la question des rapports entre révolution conservatrice et seuil de modernisation voir Detlev Peukert, La République de Weimar. Année de crise de la modernité, Paris, Aubier 1995.

16  Maurice Agulhon, La République, t. I : L’élan fondateur et la grande blessure (1880-1932), Paris, Pluriel, 1992.

17  Henri Avenel, Annuaire de la Presse, 1885.

18  Sur le paysage culturel en 1830 et la faiblesse de la Revue des Deux Mondes à cette époque, cf. Rolland Chollet, Balzac journaliste. Le tournant de 1830, Paris, Klincskieck, 1983.

19  Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine, archives de la Revue des Deux Mondes, Grands livres de comptes. Les estimations d’abonnements sont déduites des comptes d’abonnements, en conséquence, il faut les relativiser, en fonction notamment des techniques de comptabilité : ainsi, le pic de 1884 est-il largement surestimé, tandis que l’accident de 1893 est dû à une régularisation comptable consécutive à la démission de Charles Buloz en juillet 1893.

20  Nelly Furman, La Revue des Deux Mondes et le romantisme, 1830-1848, Genève, Droz, 1975.

21  Cf. la thèse classique de Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain, essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne 1750-1830, Paris, J. Corti, 1973.

22  Cité in Christine Marteau, La « Revue Indépendante » 1841-1843, Université de Paris, Faculté des Lettres, Diplôme d’Études Supérieures sous la direction de Louis Girard, 1966. Il s’agit de la Revue des Deux Mondes et de la Revue de Paris, rachetée par Buloz en 1834 et qui disparaît en 1845.

23  Cf Thomas Loué, « La Revue des Deux Mondes et ses libraires étrangers dans la lutte contre la contrefaçon belge (1848-1852) » in Jean-Yves Mollier ed., Le Commerce de librairie en France au xixe siècle 1789-1914, Paris, IMEC éditions-éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1997.

24  Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et Fernand Terrou eds, Histoire générale de la presse française, t. III : De 1871 à 1940, Paris, Presses Universitaires de France, 1972 : la contribution de Pierre Albert.

25  Odile et Henri-Jean Martin, « Le Monde des éditeurs » in Roger Chartier et Henri-Jean Martin eds, Histoire de l’édition française, t. III : Le temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle Époque, Paris, Fayard-Cercle de la Librairie, réédition 1990 et Jean-Yves Mollier, L’Argent et les Lettres. Histoire du capitalisme d’édition 1880-1920, Paris, Fayard, 1988.

26  Sur les modalités spécifiques du développement de l’édition française au xixe siècle, voir Jean-Yves Mollier, « La construction du système éditorial français et son expansion dans le monde du xviiie au xxe siècle » in Jacques Michon et Jean-Yves Mollier eds, Les Mutations du livre et de l’édition dans le monde du xviiie siècle à l’an 2000, Montréal-Paris, Presses de l’Université Laval-L’Harmattan, 2001.

27  Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine, Archives Revue des Deux Mondes, Rapport de gérance de Ferdinand Brunetière du 29 mai 1895.

28  Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997.

29  Marc Martin, « La réussite du Petit Journal ou les débuts du quotidien populaire » in Bulletin du Centre d’Histoire de la France Contemporaine, Université Paris X-Nanterre, n° 3, 1982.

30  Jean-Yves Mollier, « La Naissance de la culture médiatique à la Belle Époque. Mise en place des structures de diffusion de masse » in études Littéraires, volume XXX, n° 1, automne 1997, Dominique Kalifa, La Culture de masse en France, t.1-1860-1930, Paris, La Découverte, 2001 et en dernier lieu, Marc Martin, La Presse régionale. Des affiches aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002.

31  Géraldi Leroy et Julie Bertrand-Sabiani, La Vie littéraire à la Belle Époque, Paris, PUF, 1998 et Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structures du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

32  Pour une approche générale Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994, et pour le cas particulier de la littérature et l’opposition Brunetière-Lanson, Antoine Compagnon, La Troisième République des Lettres, de Flaubert à Proust, Paris, Seuil, 1983.

33  Pour l’exemple de la philosophie, voir Jean-Louis Fabiani, Les Philosophes de la République, Paris, Éditions de Minuit, 1988.

34  Annuaire de la Presse, 1880-1905, sondage quinquennaux. Il faut manier les chiffres avec prudence et les considérer pour ce qu’ils sont : des indications de tendances.

35  Voir le graphique supra.

36  Christophe Charle, Les Élites de la République 1880-1900, Paris, Fayard, 1987.

37  Jean-Marie Gobert, Itinéraire intellectuel et politique de la « Revue des Deux Mondes » de 1848 à 1893, Thèse de l’Institut d’études Politiques de Paris sous la direction de Raoul Girardet, Paris, 1984-1985.

38  On met des guillemets à ces termes tant leur polysémie est historiquement problématique et heuristiquement peu efficace.

39  Le titre même de son ouvrage d’apologétique paru en 1904 l’indique suffisamment : Ferdinand Brunetière, Sur les chemins de la croyance. Première Étape. Utilisation du positivisme, Paris, Perrin, 1904, qui rassemble les articles parus dans la Revue des Deux Mondes en 1902 et 1903 : 1. Vue générale du sujet, largement tiré de « Pour le centenaire d’Auguste Comte », Revue des Deux Mondes, juin 1902 ; 2. « L’erreur du xviiie siècle », Revue des Deux Mondes, août 1902 ; 3. « La Métaphysique positiviste » Revue des Deux Mondes, octobre 1902, 4. « La religion comme sociologie », Revue des Deux Mondes, février 1903 ; 5. « L’équation fondamentale », Revue des Deux Mondes, septembre 1903.

40  Frédéric Gugelot, La Conversion des intellectuels au catholicisme en France. 1885-1935, Paris, Éditions du CNRS, 1998 : Paul Claudel, Joris-Karl Huysmans, Paul Bourget font partie de cette vague de conversion de la fin du siècle.

41  Voir l’article d’Hervé Serry dans ce même numéro.

42  Pierre Thibault, op. cit. Loin d’être une acception des principes républicains définis par la philosophie des Lumières, l’individualisme libéral, la laïcité et la croyance dans le progrès et la science, le Ralliement est une stratégie nouvelle et offensive pour la restauration d’une société chrétienne. L’efficacité de cette démarche, au yeux de Léon XIII, est amoindrie par le repli sur soi et la « ghettoïsation » de l’église qu’avait produits la politique de Pie IX, et il faut donc réinvestir le siècle, c’est-à-dire combattre de l’intérieur les principes fondateurs de la philosophie politique libérale qui forment la base du régime républicain. Bref, accepter la forme tout en contestant le fond. La confrontation de ces deux universalismes chrétien et laïque produit en France une situation d’une intense conflictualité.

43  Daniel Becquemont et Laurent Mucchielli, Le Cas Spencer. Religion, science et politique au xixe siècle, Paris, PUF, 1998. Il s’agit là de nuancer – ou de compléter – la thèse célèbre de Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959. Brunetière puise aussi de nombreux éléments chez le Cardinal Newman, notamment grâce à son collègue philosophe, enseignant à l’ENS, Léon Ollé-Laprune.

44  « L’Équation fondamentale » in Ferdinand Brunetière, Sur les chemin de la croyance, op. cit.

45  Raymond Huard, Le Suffrage universel en France 1848-1946, Paris, Aubier, 1991, et dans une perspective philosophique Pierre Rosanvallon, Le Sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992.

46  Ferdinand Brunetière, « L’Erreur du xviiie siècle » in Revue des Deux Mondes, août 1902.

47  Jacques Chevallier et Dominique Cochart eds, La Solidarité : un sentiment républicain ?, Centre Universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie, Paris, Presses Universitaires de France, 1992, et pour une perspective d’ensemble Claude Nicolet, L’Idée républicaine en France. Essai d’histoire critique, 1789-1924, Paris, Gallimard, 1982.

48  Charles Benoist, « De l’organisation du suffrage universel » I. « La Crise de l’État moderne » in Revue des Deux Mondes, juillet 1895.

49  Yves Deloye, École et citoyenneté. L’Individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy : controverses, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1994.

50  Charles Benoist, « De l’organisation du suffrage universel » III. « La représentation proportionnelle des opinions », in Revue des Deux Mondes, décembre 1895.

51  Même si, en fait, cette dernière cristallise davantage une structuration des « camps » déjà en cours dans les années 1890, cf. Bertrand Joly, « Les antidreyfusards avant Dreyfus » in Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1992.

52  Georges Goyau, « Patriotisme et humanitarisme. Essai d’histoire contemporaine » in Revue des Deux Mondes, juillet 1900-octobre 1901 (5 livraisons).

53  Idem.

54  Zeev Sternhell, « La modernité et ses ennemis : de la révolte contre les Lumières au rejet de la démocratie » in Zeev Sternhell ed, L’éternel retour. Contre la démocratie, l’idéologie de la décadence, Paris, Presses de la Fondation des Sciences Politiques, 1994 et plus récemment, « La Droite révolutionnaire entre les anti-Lumières et le fascisme » in La Droite révolutionnaire 1885-1914. Les origines françaises du fascisme, (1978) Paris, nouvelle édition, Gallimard-Folio, 1997.

55  « La Droite révolutionnaire entre les anti-Lumières et le fascisme », op. cit.

56  Le roman de Barrès Les Déracinés, publié en 1897 dans la Revue de Paris puis en librairie, connut un grand succès. Sa condamnation du kantisme rejoignait par de nombreux biais celle de l’église et de la philosophie thomiste.

57  On sait que l’universalisme est tout à fait relatif puisqu’il exclut les femmes.

58  Et s’il est délicat de parler de « l’aimable libéralisme de l’équipe Buloz » pour la période antérieure, il devient plus difficile encore de dire que « l’arrivée de Brunetière n’entraîna aucune rupture » ni que c’est seulement à la veille de la Première Guerre mondiale que la Revue des Deux Mondes « se tourne, vers les valeurs de la tradition, n’hésitant pas à cultiver un genre bien-pensant fort différent du ton des années Buloz » comme l’écrivent Gilles Le Beguec et Jacques Prevotat, « L’Éveil à la modernité politique 1898-1919 » in Jean-François Sirinelli ed, Histoire des droites en France, t. I : Politique, Paris, Gallimard, 1992.

59  Ferdinand Brunetière, « Les Motifs d’espérer » in Discours de Combat, nouvelle série, Paris, Perrin, 1902.

60  Brunetière intitula Discours de Combat les trois recueils de conférences qu’il fit paraître chez Perrin entre 1900 et 1907.

61  Bibliothèque Nationale, Manuscrits, Fonds Brunetière, N.A.Fr. 25037, lettre du Baron T. Duroy de Brignac à Ferdinand Brunetière du 25 mars 1905.

62  Idem. lettre du 8 avril 1906.

63  Michel Lagrée, « Exilés dans leur patrie (1880-1920) » in François Lebrun ed., Histoire des catholiques en France, Toulouse, Privat, 1980 [réédition Pluriel].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Estimation des abonnements de la Revue des Deux Mondes (1831-1914) 19
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1659/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Titre évolution du monde des revues dans le dernier tiers du xixe siècle 34
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1659/img-2.png
Fichier image/png, 10k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1659/img-3.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Loué, « Une révolte culturelle : l’entrée en catholicisme de la  Revue des Deux Mondes (1895-1906) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 87 | 2002, 61-79.

Référence électronique

Thomas Loué, « Une révolte culturelle : l’entrée en catholicisme de la  Revue des Deux Mondes (1895-1906) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 87 | 2002, mis en ligne le 01 avril 2005, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1659

Haut de page

Auteur

Thomas Loué

IUFM-Strasbourg II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page