Navigation – Plan du site
DOSSIER

Religion et culture au xixe siècle

Questions sur la question
Thomas Loué
p. 9-11

Entrées d’index

Mots-clés :

culture, religion, société

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir la courte introduction à la bibliographie de concours dans Historiens & Géographes, Jacques-O (...)

1 À rebours des inquiétudes produites par la spécialisation à outrance de l’espace historien, l’on ne peut que constater, avec satisfaction ou angoisse – c’est selon –, l’ampleur et l’étendue de la question d’histoire contemporaine mise au concours du Capes et de l’agrégation pour les années 2001-2003 : d’une certaine manière, mais sans raccourci excessif, on peut dire qu’elle recouvre dans sa presque totalité l’ensemble des aspects imaginables du xixe siècle. L’encyclopédisme qui préside à sa formulation mériterait que l’on s’interroge sur le sens du concours lui-même qui, contrairement à ce que l’on peut lire, n’est pas destiné à « former » des historiens 1, mais à recruter des professeurs de l’enseignement secondaire. C’est par l’ensemble d’un cursus universitaire dans lequel l’apprentissage des références essentielles précède celui de la recherche que se forment des historiens. Certes, le statut que l’on confère à la notion de culture n’est pas explicité dans l’intitulé de la question, et il y a quelque facilité à l’y envisager réduite aux éléments les plus conventionnels, c’est-à-dire, les courants esthétiques et les grandes lignes de l’histoire intellectuelle, littéraire et esthétique. La réduction au sens commun le plus restreint des deux termes du sujet peuvent en effet laisser espérer une gestion à moindre coût de la question. Mais aucune indication officielle ne vient suppléer la maigreur des informations fournies par le Bulletin Officiel, en conséquence de quoi l’on est conduit inversement à adopter les limites les plus extensives de la configuration historique et historiographique engendrée par l’intitulé de la question. Elle se révèle ainsi quasiment impossible à maîtriser et moins encore à approfondir : le nombre de rédacteurs aux sommaires des différents manuels montre en effet la difficulté de gérer cette étendue historique et surtout historiographique.

  • 2  Denis Cuche, La Notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, 2001.
  • 3  Voir Michel Lagrée, « Histoire religieuse, histoire culturelle » in Jean-Pierre Rioux et Jean-Fran (...)

2Mais il faut distinguer entre religion et culture. En effet, l’ancienneté et les traditions historiographiques de la première ont permis l’élaboration d’outils de synthèses qui, nationalement ou à une échelle plus vaste encore, permettent une approche globale du fait religieux au xixe siècle. Les quatre pays au programme (Italie, Allemagne, France, Royaume-Uni) bénéficient de synthèses nationales plus ou moins récentes et souvent accessibles en français et plus encore d’outils spécifiques pour chaque religion. Son appréhension globale ou singulière ne suscite donc guère de difficultés majeures, sinon l’étendue de la bibliographie. En revanche, et le déséquilibre apparaît nettement, l’histoire culturelle, d’extraction récente et dont les limites et définitions ne sont encore guère assurées, pose davantage de problèmes, de surcroît de natures différentes. Et c’est d’abord la question du sens et de la nature de ce que l’on englobe sous le vocable de culture qui constitue en soi un problème d’autant plus complexe que l’histoire est une discipline ouverte sur l’ensemble des sciences sociales qui ont elles-mêmes élaboré leurs propres objets et méthodes d’analyse culturelle 2. Si l’on s’en tient à une perspective réductionniste du fait culturel, il apparaît que le travail historien se trouve d’emblée confronté à celui d’autres disciplines, sociologie, histoire littéraire, histoire de l’art, histoire des sciences ou de la philosophie, etc., disciplines connexes mais qui possèdent leurs outils et leurs logiques d’analyse propres (mais aussi leurs lieux de production) qui ne recouvrent pas toujours – ni même souvent – ceux des historiens. Et force est de constater que le dialogue interdisciplinaire que tout le monde appelle naturellement de ses vœux n’est pas toujours à la hauteur de ce que l’on pourrait espérer. Dans l’autre sens, si l’on accepte une perspective élargie du fait culturel, les problèmes qui se posent n’en sont pas moins délicats : sans tomber dans les perspectives culturalistes englobantes, il est clair qu’accepter la culture comme la production sociale de représentations induisant en elles-mêmes des logiques comportementales, des configurations institutionnelles ou des systèmes de croyance, implique un domaine d’investigation extrêmement large. Cette approche, de nature plus anthropologique, a néanmoins l’avantage de produire une compénétration forte des champs religieux et culturel et, sans réduire les religions à un aspect de la culture, de rapprocher les deux termes de la question3.

3Le problème qui se pose dès lors est de savoir dans quelle mesure l’historiographie religieuse a intégré les progrès de l’histoire culturelle et comment l’historiographie culturelle s’appuie sur les données de la première. Les quelques études présentées dans ce dossier n’ont évidemment pas l’ambition d’épuiser la question mais plutôt de mettre l’accent sur des questionnaires historiens renouvelés par cette compénétration des domaines du religieux et du culturel. Karl Marx disait de Balzac qu’il était le plus grand sociologue de son temps. Au-delà de l’hommage rendu à l’auteur de la Comédie humaine, la remarque incite surtout à réfléchir la littérature du xixe siècle comme une médiation essentielle et partie prenante des procédures de construction des représentations. Cela explique en partie le fait que les recherches présentées ici s’appuient surtout sur un matériau littéraire, incontournable par l’histoire de ce siècle. Il est bien certain que « l’espace culturel » ne peut s’y réduire mais il eût été parfaitement impossible d’embrasser dans ce dossier l’immensité du champ historique que les lourds manuels de concours ont eux-mêmes du mal à cerner sauf à courir le risque d’une incohérence d’ensemble. Outre la somme de données positives que ces travaux apportent, les perspectives d’un temps long dans lequel ils s’inscrivent permettent de dégager des axes de réflexion à partir desquels il est possible de cerner des problématiques de la question, moins générales, tout en conservant une approche globale. À cet égard, les études de Jean-Luc Chappey et Hervé Serry se répondent, comme en écho, d’un bout du siècle à l’autre en montrant comment, après le choc révolutionnaire, le catholicisme, entre science et littérature, recherche, en fonction de logiques structurales sui generis, mais en perpétuelle adaptation contextuelle, les modalités les plus efficientes de son positionnement dans l’espace public, c’est-à-dire de son pouvoir. C’est aussi la même perspective, mais en partant des logiques propres à une institution culturelle singulière, que l’on a tenté de montrer comment s’opère le basculement d’une grande revue politique et littéraire dans le camp catholique à la fin du xixe siècle. Jacqueline Lalouette enfin s’interroge sur « l’envers du décor » : c’est-à-dire le refus de la croyance et les modalités de sa contestation. Plus qu’à la jonction d’espaces singuliers, religieux ou culturel, ces interrogations se fondent sur le refus de leur totale distinction (sans en rejeter les spécificités) et cherchent dans l’interaction de leurs logiques propres, la manière dont ils produisent des configurations historiques inédites dans l’un ou l’autre, et surtout l’un par l’autre.

4Si le but premier de ce dossier est d’offrir aux étudiants, à partir d’études particulières, un instrument de réflexion et de préparation pour des concours difficiles, il se veut aussi une contribution au dialogue entre les historiens ou sociologues de la religion et ceux de la culture.

Haut de page

Notes

1  Voir la courte introduction à la bibliographie de concours dans Historiens & Géographes, Jacques-Olivier Boudon, Christophe Charle, « Religion et culture dans les sociétés et les États européens de 1800 à 1914 (Allemagne, France, Italie Royaume-Uni dans les limites de 1914) », n° 375, p. 243-289.

2  Denis Cuche, La Notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, 2001.

3  Voir Michel Lagrée, « Histoire religieuse, histoire culturelle » in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli, Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, p. 387-406.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Loué, « Religion et culture au xixe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 87 | 2002, 9-11.

Référence électronique

Thomas Loué, « Religion et culture au xixe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 87 | 2002, mis en ligne le 01 avril 2005, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1651

Haut de page

Auteur

Thomas Loué

IUFM Strasbourg II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page