Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-5

Texte intégral

  • 1  Les Cahiers ont ces dernières années consacré un dossier à trois autres des questions mises aux co (...)

1C’est à nouveau le libellé d’un des sujets proposés aux concours de l’enseignement secondaire, « Religion et culture de 1800 à 1914 », qui fournit le thème du dossier de ce numéro 87 des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique 1. Mais les choix des thèmes mis aux concours ont en France une signification lourde pour l’ensemble de la communauté historienne et au-delà signifient pour l’ensemble de la société. Ils influent sur les publications, ils valorisent les recherches sur le domaine concerné en les faisant connaître (de gré ou de force) à un vaste public, ils favorisent les mises au point bibliographiques, les efforts de synthèse, ils peuvent aussi jouer leur rôle dans l’orientation des recherches futures en créant des vocations parmi les étudiants. Il s’agit donc de choix qui ne concernent pas les seuls candidats aux concours, mais l’ensemble des évolutions historiographiques. Au-delà, ce sont des choix qui ne concernent pas le seul monde des historiens, compte tenu de l’organisation nationale des concours en France. Ils privilégient certaines lectures des sociétés, mettent en avant certains aspects des fonctionnements sociaux, tendant des miroirs grossissants aux sociétés contemporaines.

2Thomas Loué, le responsable de ce dossier sur « Religion et culture », dit dans son introduction les problèmes posés par le sujet aux historiens spécialistes du xixe siècle, notamment du fait de la diversité des cas de figure nationaux envisagés dans le libellé du programme (Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni) et du déséquilibre des historiographies concernant la religion d’une part, la culture d’autre part.

  • 2  L’Histoire, février 2002, « Entretien : p. 75. Les nouvelles guerres de religions ». Il s’agit d’u (...)

3Le choix est donc aussi le nôtre de contribuer à une certaine clarification des enjeux historiographiques ainsi qu’à la réflexion qui s’impose à tous face à un monde contemporain qui ramène la religion avec une violence inattendue au cœur des identités sociales. Alors que l’on pouvait penser, il n’y a guère encore, comme un acquis définitif de la modernité la dimension religieuse des sociétés devenue seconde et les individus se définissant désormais par leur appartenance à un état-nation ou à un groupe social, la fin du xxe siècle, en même temps qu’elle a été marquée par l’affaiblissement des cadres nationaux et des modèles de transformation volontariste des sociétés, a vu se réveiller à l’échelle du globe l’identité religieuse comme critère premier d’appartenance collective et comme source majeure d’affrontement. Ce contexte qui amenait une revue d’histoire à titrer il y a quelques mois sur « Les nouvelles guerres de religions »2 fait envisager avec une acuité nouvelle la question de la place de la dimension religieuse dans la culture de la France du xixe siècle, l’articulation de la religion et de la culture dans une société où le marqueur religieux restait fort tout en étant constamment contesté par la laïcisation de l’État et de l’organisation sociale.

4Le lecteur est ramené par Chantiers dans la sphère des luttes politiques majeures du xxe siècle. Là aussi, il s’agit bien, au-delà de l’état-nation et de la construction des rapports de forces politiques et sociaux au sein de celui-ci (la France de l’après Seconde guerre en l’occurrence), du fonctionnement des rapports de force à l’échelle du globe. En ce sens, la construction de ce numéro 87 des Cahiers rappelle que la mondialisation que nous semblons découvrir en ce début de xxie siècle et dont nous venons d’évoquer la dimension religieuse ne date pas d’hier, et que la constitution des deux blocs du temps de la Guerre froide, que l’on voit fonctionner ici à travers la création du syndicat Force Ouvrière soutenue par les grandes centrales syndicales américaines, était bien une étape dans l’affirmation d’un fonctionnement des rapports de force à l’échelle planétaire. Dans cet article de Tania Régin, les Cahiers retrouvent également la réflexion poursuivie dans les précédents numéros dans le cadre de Aux sources de l’histoire, sur le lien entre production historique et sources archivistiques puisque c’est notamment le recours à des fonds d’archives américains qui permet de rendre compte de la mise en œuvre concrète de l’intervention américaine.

5L’intérêt pour les modalités de la construction du savoir historique est au cœur de Débats à propos de cet objet hautement polémique de l’historiographie française qu’est la franc-maçonnerie. éric Saunier, un des historiens qui contribuent aujourd’hui à renouveler ce champ d’étude, aborde ici les interprétations du rôle de la franc-maçonnerie dans la Révolution française en montrant combien elles ont eu tendance à négliger à la fois la spécificité de l’initiation maçonnique et la diversité des formes d’implication des individus et des groupes sociaux dans la maçonnerie. L’auteur insiste sur la nécessité de contextualiser la maçonnerie pour comprendre combien celle-ci participe des évolutions culturelles de l’époque. En ce sens, il nous ramène à la problématique de Dossier concernant les interactions à l’intérieur d’un espace social de la culture dont le fonctionnement est global et à l’intérieur duquel les différentes structures se modèlent les unes par rapport aux autres dans un jeu permanent de redéfinitions fait d’apports et de rejets mutuels.

6Ainsi espérons-nous que ce numéro 87, par-delà la diversité des objets d’étude,constitue bien une réponse conforme au projet des Cahiers de contribuer à la production d’une histoire globale des sociétés, une histoire soucieuse de scruter en tous sens les liens entre les différentes formes du fait social.

Haut de page

Notes

1  Les Cahiers ont ces dernières années consacré un dossier à trois autres des questions mises aux concours de l’agrégation et du CAPES, « Industrialisation et sociétés 1880-1970 », dossier coordonné par H. Kaelble, n° 72, 1998, « La terre et les paysans aux xviie et xviiie siècles en France et en Angleterre », dossier coordonné par A. Jollet, n° 74, 1999, « Les relations entre Islam et Chrétienté latine xe-xiiie siècle », dossier coordonnée par P. Burési, n° 78, 2000.

2  L’Histoire, février 2002, « Entretien : p. 75. Les nouvelles guerres de religions ». Il s’agit d’un entretien avec « Elie Barnavi, historien et ambassadeur d’Israël en France ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 87 | 2002, 3-5.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 87 | 2002, mis en ligne le 01 avril 2005, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1650

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page