Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Roger Bourderon, La négociation, été 1940 : crise au PCF

Paris, éditions Syllepse, édition critique, 2001, 253 p.
Frédérick Genevée
Référence(s) :

Roger Bourderon, La négociation, été 1940 : crise au PCF, Préface de Serge Wolikow, Paris, éditions Syllepse, édition critique, 2001, 253 p.

Texte intégral

1Depuis de longues années Roger Bourderon multiplie les études sur le PCF au début de la Seconde Guerre mondiale. Son dernier ouvrage porte sur le contexte qui entoura pendant l’été 1940 la décision de la direction du Komintern et du PCF de négocier la reparution de L’Humanité. Négociation bientôt dénoncée et suivie d’une grave crise de direction au plus haut niveau du PCF. Les Cahiers d’histoire, dont Roger Bourderon fut le rédacteur en chef, ont bénéficié et publié nombre de ses travaux. Cette approche « laïque » de l’histoire du communisme dans une revue née à l’époque de l’Institut Maurice Thorez n’alla d’ailleurs pas sans difficulté… Le souvent du martyre des résistants communistes et la figure tutélaire des grands fondateurs purent freiner le développement d’une démarche critique et scientifique. L’histoire du communisme doit beaucoup au courage d’historiens comme Roger Bourderon qui ont su malgré les difficultés demeurer fidèles à leur discipline.

2L’originalité de son dernier ouvrage réside à la fois dans sa démarche méthodologique et dans les documents auxquels il a pu avoir accès. En effet, les archives de l’Internationale communiste se sont largement ouvertes. Les chercheurs ont pu ainsi vérifier et affiner nombre d’hypothèses émises depuis des années sur ces événements douloureux. On regrettera d’ailleurs que les archives ne soient pas systématiquement cotées. De son côté, Serge Wolikow, dans la préface, replace ce moment dans le contexte plus large de l’histoire et surtout du fonctionnement de l’Internationale.

3Le travail primordial sur les archives est ici complété par l’utilisation critique de témoignages oraux. On connaît la méfiance des historiens, dont je suis, quant à l’apport du témoignage. Ce dernier nécessite à mon sens non seulement un protocole scientifique de même nature que l’étude des documents écrits mais aussi une continuité de travail qu’un seul entretien ne permet pas. Roger Bourderon dont on a dit qu’il accumulait les travaux sur la question et bénéficiait donc d’une grande maîtrise de la matière traitée était bien armé pour se confronter aux témoignages de Raymond Dallidet, de Mounette Dutilleul et surtout d’Odette Janvier. Cette dernière – agent de liaison de Jean Catelas – n’a compris que récemment – en lisant les Cahiers d’histoire – les raisons de sa disgrâce au sein du PCF après la Libération et a pu ainsi apporter sa contribution à la recherche historique.

4Dans le prolongement des analyses du pacte germano-soviétique, les instances communistes internationales définissent la guerre comme une guerre impérialiste. Ce faisant les communistes n’ont pas à choisir entre les différents protagonistes mais doivent utiliser tous les moyens y compris semi-légaux et légaux pour mener leur combat révolutionnaire. Dans ce cadre, des militants de confiance sont conduits à engager des discussions avec l’ambassadeur allemand pour permettre la reparution de L’Humanité. À ce propos, on reste confondu à la lecture du rapport de Jacques Duclos à l’Internationale communiste par le sentiment de maîtrise de la situation et la surestimation des forces du PCF.

5Cette orientation sera combattue notamment d’URSS par Maurice Thorez et prudemment récusée par l’Internationale dans le courant du mois d’août 1940. Les militants engagés dans cette négociation – Maurice Tréand, Jean Catelas et l’avocat Robert Foissin – seront ensuite mis à l’écart pour protéger Jacques Duclos qui est alors le principal dirigeant du PCF clandestin. Il n’en demeure pas moins que nombre des protagonistes de cette période firent preuve d’un courage physique extraordinaire et que beaucoup se sacrifièrent à leur cause. C’est notamment le cas ici d’Arthur Dallidet et de Jean Catelas. Ce dernier fut guillotiné le 24 septembre 1941 après condamnation par le Tribunal d’état français. Roger Bourderon revient alors sur son arrestation et affirme que rien ne permet d’étayer l’hypothèse selon laquelle la direction du PCF fut à son origine. D’autant que d’autres artisans de la négociation comme Tréand et Foissin, s’ils furent mis sur la touche ou exclus, ne furent pas éliminés. Le procès de Jean Catelas par contre atteste de son terrible sentiment d’isolement. Il montre aussi, s’il fallait encore s’en convaincre, la totale soumission des autorités françaises à la politique de collaboration.

6Dans sa volonté de comprendre et non de juger cette dramatique crise, Roger Bourderon insiste donc sur les méfaits de la culture politique des cadres communistes d’alors qui mêlait idéalisme, fidélité et absence de scrupules quand il s’agissait de l’intérêt supérieur du Parti. Il nous conduit alors dans les méandres du fonctionnement communiste où la surveillance des cadres – la vérification – ne doit pas tout à la guerre mais prend sa source dans la systématisation des questionnaires autobiographiques et la publication régulière depuis 1932 de listes noires. Cette volonté de sélection des « meilleurs » est portée à son paroxysme pendant la clandestinité sans que sa rationalité effective soit évidente. La concurrence entre cadres et l’inimité entre certains dirigeants expliquent les accusations graves de constitution de groupes anti-parti alors même que les désaccords politiques peuvent ne pas exister. Ils sont ensuite reconstruits postérieurement, permettant d’accuser des cadres subalternes des erreurs politiques commises par l’ensemble du groupe dirigeant. Cette expérience par la culture politique, plus que par on ne sait quelle volonté machiavélique, mérite donc d’être mise en exergue et développée. Roger Bourderon y apporte sa contribution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérick Genevée, « Roger Bourderon, La négociation, été 1940 : crise au PCF », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 19 octobre 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1615

Haut de page

Auteur

Frédérick Genevée

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page