Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Gilles Candar, Les souvenirs de Charles Bonnier, un intellectuel socialiste européen à la Belle époque

Québec, Septentrion, 2001, 279 p.
Sylvie Aprile
Référence(s) :

Gilles Candar, Les souvenirs de Charles Bonnier, un intellectuel socialiste européen à la Belle époque, Québec, Septentrion, 2001, 279 p.

Texte intégral

1Encore une autobiographie militante ? Certes l’intérêt porté à Charles Bonnier tient en grande partie à sa vie de militant guesdiste mais ce livre ne nous apprendra pas grand-chose sur les pratiques militantes et rien sur la fédération du Nord du Parti ouvrier. L’intérêt est ailleurs et l’ouvrage séduit justement par le caractère peu orthodoxe et linéaire de ce parcours militant. Charles Bonnier est tout d’abord un homme du Nord, membre d’une famille intellectuelle dont les quatre fils sont à des degrés divers l’illustration de la promotion de ces nouvelles couches dont Gambetta avait prédit l’avènement. Son frère aîné est architecte, initiateur de l’art nouveau en France, ses deux autres frères sont pour l’un naturaliste et pour l’autre médecin. Charles, dernier-né en 1863, aurait dû devenir archiviste-paléographe grâce à son entrée à l’école nationale des chartes mais son échec final clôt tout espoir de carrière. Ce revers oriente Charles Bonnier vers une carrière à l’étranger, qui est alors une porte de sortie honorable mais qui équivaut à un exil intellectuel qui sera aussi une chance. Tourné vers les espaces sociaux et intellectuels septentrionaux, Bonnier semble heureux de partir pour l’Allemagne. Les hommes d’Europe du Nord qu’il côtoie et dont il trace de chaleureux portraits sont pour l’essentiel les grandes figures intellectuelles de la social-démocratie, des hommes engagés comme Wilhelm Liebknecht, Bebel et Bernstein. L’Allemagne, c’est aussi la musique qui tient avec la poésie une place majeure dans ce parcours atypique. En France, Charles Bonnier a fréquenté l’avant-garde parisienne, fréquenté Bayreuth à plusieurs reprises. Il aurait aimé rester à Halle mais le gouvernement impérial ne souhaite guère voir s’enraciner sur son sol des amis des sociaux-démocrates et il doit se tourner vers l’Angleterre et goûter la vie universitaire et la province britannique. Professeur à Oxford puis à Liverpool où il reste plus de dix ans, il appartient pleinement aux réseaux de sociabilité de l’Europe universitaire tout autant qu’aux milieux des congrès socialistes. Mais est-ce la volonté de rester discret sur ces derniers aspects ou un désintérêt a posteriori pour cette trajectoire militante, celle-ci n’apparaît qu’en toile de fond faisant de Charles Bonnier, un « homme double », médiateur et passeur culturel. Peut-être sépare-t-on trop fréquemment, comme le souligne Madeleine Rebérioux, les avant-gardes culturelles de leurs consoeurs politiques pointant souvent à l’envi plutôt leur mutuelle incompréhension. Ici par cette autobiographie d’un théoricien socialiste, ami de Jules Guesde, anti-dreyfusard par souci de préserver la pureté initiale du Parti ouvrier et d’éviter les compromis, on voit au contraire de fructueuses ou paradoxales rencontres que l’oubli et la méconnaissance seuls ont permis d’occulter. Charles Bonnier témoigne à la fois de ces profondes divergences qui ont animé le socialisme français au tournant du siècle et de l’effervescence intellectuelle des débuts du xxsiècle. Il faut aussi évoquer le charme de ce récit, qui ne cède pas à la nostalgie de l’enfance ou à l’amertume des échecs passés et conserve toujours un regard distancié. Merci à Gilles Candar en premier lieu et Madeleine Rebérioux de ressusciter cette personnalité attachante et d’avoir accompagné ce texte de notes critiques rapides et précises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Aprile, « Gilles Candar, Les souvenirs de Charles Bonnier, un intellectuel socialiste européen à la Belle époque », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 19 octobre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1612

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page