Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Antoine Casanova, Napoléon et la pensée de son temps : une histoire intellectuelle singulière

Paris, Boutique de l’histoire, 2000, 320 p.
Jean-Luc Chappey
Référence(s) :

Antoine Casanova, Napoléon et la pensée de son temps : une histoire intellectuelle singulière, Paris, Boutique de l’histoire, 2000, 320 p.

Texte intégral

1Antoine Casanova nous livre ici un ouvrage original dans l’exercice toujours difficile de la biographie intellectuelle. Redécouvrant un vaste corpus de sources souvent considérées comme suspectes par l’historien (mémoires, conversations, annotations d’ouvrages, audiences…), l’auteur retrace les contours de la « vision du monde » de Napoléon Bonaparte. À travers la mise en lumière des outils conceptuels et des logiques interprétatives constitués au croisement des théories scientifiques, historiques et politiques dont l’analyse organise les différentes parties de l’ouvrage, il s’agit ainsi de reconstituer le « bricolage » mental à partir duquel ce dernier a pensé, justifié et légitimé ses décisions et ses actions depuis son entrée en Révolution jusqu’à son exil à Sainte-Hélène. Loin de nous présenter une vision statique de la pensée bonapartiste, A. Casanova montre une pensée en acte qui évolue et se transforme face aux événements, faisant ainsi ressortir la nature souvent contradictoire et complexe d’un personnage à multiples facettes, finalement très proche de cette génération « d’héritiers des Lumières » dont les représentants ont dû adapter leurs systèmes d’interprétation et de représentation du monde aux nouvelles réalités sociales et politiques.

2L’ouvrage s’ouvre sur l’étude des catégories scientifiques et historiques à partir desquelles Napoléon Bonaparte pense et interprète les mécanismes qui régissent les phénomènes naturels et les comportements humains. Cette étape est importante car l’auteur insiste tout au long de sa démonstration sur le rôle essentiel joué par cette réflexion scientifique et anthropologique dans la genèse et la formalisation de la pensée politique de son héros. A. Casanova montre d’abord comment cette réflexion s’appuie sur une méthode, celle des sciences expérimentales, dont les normes (observation, classification, analyse), progressivement mises en place dans la seconde moitié du xviiie siècle par les naturalistes (on peut s’étonner à ce titre que Linné ne soit pas mentionné) et par les médecins de la faculté de Montpellier, servent à tracer les frontières entre les phénomènes et les théories rationnels et ceux qui, de la religion à la phrénologie du médecin Gall en passant par l’illuminisme de Cagliostro, relèvent de la superstition, de « l’imaginaire » et du « charlatanisme », domaines contre lesquels Napoléon Bonaparte, présenté ici comme un athée convaincu, aurait toujours combattu. L’auteur montre ensuite comment cette démarche rationaliste a servi de support à la pensée matérialiste de Napoléon Bonaparte qui semble avoir été fortement influencé aussi bien par la théorie des « molécules organiques » de Buffon que par les principes « vitalistes » des médecins réformateurs de la seconde moitié du xviiie siècle. Reconnaissant la complexité des phénomènes naturels (en particulier sur la question de la genèse de la pensée) et refusant de réduire, comme le font les « charlatans », les phénomènes naturels – particulièrement les comportements humains – à toutes les formes de déterminismes physiques ou physiologiques, la réflexion de Napoléon Bonaparte s’inscrirait, comme le souligne l’auteur, dans la continuité du paradigme idéologique des « rapports du physique et du moral » formalisé par le médecin Cabanis et sur lequel s’appuie la théorie transformiste de Lamarck. Si l’on peut mettre en doute certaines affirmations de l’auteur quant à la pensée matérialiste de l’Empereur – qui anticiperait sur le xixe siècle –, ce dernier point est essentiel puisqu’il sert de fondement aux catégories conceptuelles à partir desquelles Napoléon Bonaparte pense l’évolution sociale et politique des sociétés humaines. Toujours fondée sur une approche expérimentale et critique des phénomènes, la réflexion historique de Napoléon Bonaparte s’est particulièrement orientée, selon l’auteur, vers la compréhension des « circonstances » et des « influences » qui rendent compte de la marche des civilisations (le christianisme ou l’islam) considérée, dans la continuité des Lumières, dans un processus de progrès. Si la genèse de cette pensée doit être recherchée du côté d’un Vico, d’un Montesquieu ou d’un Buffon (les références à l’école écossaise et à la pensée allemande semblent complètement étrangères au personnage), l’auteur montre comment Napoléon Bonaparte se serait progressivement détaché du paradigme climatique pour privilégier le rôle des facteurs économiques, politiques et sociaux comme « moteurs » de l’histoire (p. 99) et, ainsi, s’intéresser de près aux mécanismes des « crises ». Entre 1789 et 1820, nous assisterions ainsi à un déplacement de paradigme à partir duquel Napoléon Bonaparte se détacherait progressivement de l’héritage des Lumières et annoncerait les théoriciens politiques du xixe siècle, tel un Tocqueville par exemple. Cette démonstration sert ainsi de point d’ancrage à l’étude des catégories d’interprétation des phénomènes politiques et sociaux qui constitue l’objet de la deuxième partie de l’ouvrage.

3« Comment Napoléon Bonaparte a-t-il interprété la genèse et la marche de la Révolution française ? », telle est la question centrale à laquelle l’auteur tente d’apporter une réponse. Entre 1789 et 1820, les conditions sociales et économiques semblent s’être progressivement imposées comme les facteurs déterminants de l’évolution des sociétés humaines. C’est à travers cette grille de lecture et l’attention portée aux transformations des formes de production et aux contradictions sociales qu’elles faisaient naître que Napoléon Bonaparte a formalisé, non seulement son interprétation du phénomène révolutionnaire, mais aussi la compréhension du rôle qu’il a été amené à jouer entre 1799 et 1815. Nous assistons ainsi, à la lecture de cette partie de l’ouvrage, aux modifications théoriques et conceptuelles qui conduisent – de manière parfois ambiguë – la réflexion de Napoléon Bonaparte à s’orienter vers une explication sociale de la Révolution. Tournant le dos aux systèmes métaphoriques issus des théories naturalistes et médicales, il semble avoir pris conscience du rôle joué par les « lois » économiques (en particulier à travers l’étude des contradictions du système féodal à la fin du xviiie siècle ou à travers la justification de la guerre qu’il a menée contre l’Angleterre) dans la formalisation des luttes et des opinions qui ont conduit à la « crise » révolutionnaire, désormais considérée comme une crise sociale qui ne peut se comprendre sans prendre en compte les conditions de propriété ou de travail. À partir de ces nouveaux outils de compréhension de l’évolution politique des sociétés, se met en place, selon l’auteur, une interprétation des mécanismes qui régissent les rapports des différentes catégories sociales mues par des « intérêts » et « besoins » contradictoires. C’est dans ce cadre conceptuel que Napoléon Bonaparte construit et légitime progressivement sa propre position dans le processus révolutionnaire et justifie le rôle politique qu’il a joué. Entre le champ des déterminations économiques et les mouvements des « masses » considérés comme les moteurs des transformations politiques, comment penser le rôle d’un individu dont le « hasard » ne peut seul expliquer l’arrivée au pouvoir ? C’est à la lumière de cette question qu’il faut sans doute lire le chapitre qu’A. Casanova consacre aux rapports que Napoléon Bonaparte a entretenus avec le personnage de Robespierre. Tout comme le reste, ces rapports ont évolué, partant d’une critique ouverte à une fascination de plus en plus affichée (p. 158). À mesure que la réflexion politique et historique de Napoléon Bonaparte privilégie le rôle des conditions économiques et sociales, il apparaît en effet que le regard porté sur l’œuvre politique de Robespierre se soit radicalement transformé. À un moment où Robespierre est l’objet de toutes les stigmatisations historiographiques, Napoléon Bonaparte présente la politique menée par l’Incorruptible comme une tentative pour stabiliser la Révolution et défendre les intérêts des masses, tentative qui se serait heurtée à la résistance des élites, et surtout de la « classe moyenne ». Comme le montre bien l’auteur, ce « retour vers Robespierre », contemporain de son exil (illustré par exemple par la fidélité à la représentation « héroïco-civique » du discours robespierriste), est indissociablement lié à un « retour sur soi » de Napoléon Bonaparte qui tente de comprendre et de rendre compte de son propre échec, moment où la « figure » de l’Empereur s’affaiblit et où resurgit le jeune officier, penseur des Lumières, matérialiste, farouchement hostile au système social et politique de « régime féodal » (p. 250). On saisit nettement à travers cette analyse la position ambiguë de Napoléon Bonaparte face à la République à laquelle il ne cesse de proclamer sa fidélité. C’est à l’étude des instruments conceptuels utilisés par Napoléon Bonaparte pour justifier son action politique et en expliquer l’échec en 1815 qu’est consacrée la troisième partie de l’ouvrage.

4Dès 1799, Napoléon Bonaparte semble avoir très tôt pris conscience des conditions objectives qui, entre « nécessités » et « hasard », ont permis son arrivée au pouvoir (de nombreux passages sont ainsi consacrés aux réflexions menées autour de la relation tissée entre les « masses » et le « grand homme »). Les contradictions de l’entreprise militaire et surtout économique du Directoire semblent avoir favorisé la crise sociale et politique qui a abouti au « coup d’état » de brumaire an VIII. Conscient du rôle fondamental joué par le peuple, mais également conscient de la nécessité de stabiliser la Révolution et donc d’en contrôler la force (p. 124), Napoléon Bonaparte a recherché le soutien de la « classe moyenne », véritable clé de voûte de sa pensée et de son entreprise politique (p. 120). C’est ainsi que, recherchant du côté de cette classe de financiers, de marchands et d’entrepreneurs une garantie politique et sociologique, Napoléon Bonaparte justifie ses efforts – qui se révèlent finalement contradictoires – pour répondre aux besoins des masses, défendre la République et le principe de souveraineté populaire d’un côté, et raffermir son pouvoir personnel en constituant une « quatrième dynastie » qui, à ses yeux, doit permettre le renforcement de la position de la France dans un concert de nations dominées par des régimes aristocratiques : avec le régime impérial, on serait face à une tentative pour se réapproprier les formes symboliques de la Monarchie pour se conformer au modèle dominant et ainsi s’adapter à des enjeux géostratégiques tout en préservant les acquis de la Révolution (une dynastie monarchique ayant un fondement révolutionnaire et populaire tout en se dotant de formes, d’institutions, et de rites qui la rendraient acceptable à toute l’Europe aristocratique des monarchies d’Ancien Régime, p. 131). L’auteur – qui présente une analyse fine des procédures d’autojusfication rétrospective de l’exilé de Sainte-Hélène –, montre comment Napoléon Bonaparte se construit l’image d’une victime, victime du « mépris » intangible des « princes » européens (qui ne lui auraient jamais pardonné ses origines populaires, p. 237) et de la « trahison » des classes moyennes qui se seraient détournées des intérêts du peuple et du régime pour rejoindre le camp de la réaction et de la restauration monarchique. Le tableau que nous trace l’auteur des dernières années de l’Empereur est celui d’un individu nostalgique en butte à l’hostilité des privilégiés sociaux et militaires (p. 247), qui, gagné un temps par la tentation autoritaire (en mettant en place un régime « populaire » de salut public), se consolerait en pensant au caractère irréductible d’un processus historique dont les transformations économiques et sociales doivent irrémédiablement annoncer la faillite de régime de Louis XVIII. Dans la continuité de l’ouvrage de Nathalie Petiteau (Napoléon, de la mythologie à l’histoire, Paris, Seuil, 1999), A. Casanova met particulièrement l’accent sur l’attention portée par l’Empereur à la fabrication de son image pour l’avenir.

5Alors que Napoléon Bonaparte est une nouvelle fois à l’honneur de l’actualité éditoriale, l’ouvrage d’Antoine Casanova permet indéniablement de revisiter un personnage complexe au-delà des notions galvaudées et des interprétations traditionnelles. La vision rétrospective sur laquelle s’appuie cette étude en constitue l’originalité essentielle puisqu’elle permet de mesurer les transformations, parfois les errances, d’une pensée qui suit l’événement et cherche toujours à s’y adapter. Par là, la Révolution française apparaît comme un moment intellectuel particulièrement novateur et l’auteur souligne davantage la nécessité de se tourner vers l’étude des transformations des catégories conceptuelles issues de l’espace des productions philosophiques et scientifiques pour comprendre les transformations de la pensée politique de cette période. Il reste néanmoins que l’historien ne peut se départir de certaines critiques durant la lecture de cet ouvrage. Au-delà des nombreuses répétitions et redites (en particulier dans les 2 premiers chapitres), on peut regretter les emprunts lexicologiques trop systématiques, et souvent non justifiés, au champ de la psychologie et de l’anthropologique. Plus largement, on aurait aimé, en outre, que soient précisées les relations de Napoléon Bonaparte avec les « Idéologues » et on peut s’étonner de voir affirmer, sans véritable explication, l’adhésion de Napoléon Bonaparte au « transformisme » de Lamarck quand on sait que l’Empereur a toujours manifesté son soutien à Cuvier ; que dire enfin de la vision que donne l’auteur d’un Napoléon Bonaparte « rationaliste » et adversaire des charlatans lorsque l’on sait que c’est le même qui a favorisé l’introduction des théories phrénologiques de Gall en France. Ce qui fait défaut ici (comme le montre une bibliographie très sommaire sur ces questions), c’est une véritable analyse des théories scientifiques et philosophiques et de leurs transformations sous le Consulat et l’Empire. Les enjeux épistémologiques de certaines prises de position sont ainsi évacués et l’auteur s’en remet trop souvent à une vision classique – mais datée – de l’histoire des sciences. Ces principaux défauts se retrouvent dans les différents passages traitant de l’histoire politique. Au-delà du fait que l’auteur ne prend pas en compte certaines études récentes concernant l’analyse des discours, de nombreuses interprétations peuvent être l’objet de critiques. Ainsi, à trop vouloir présenter Napoléon Bonaparte comme le précurseur d’une théorie sociale et économique « moderne », l’auteur a tendance à sur-interpréter certaines catégories de discours. Il oublie ainsi de remarquer que du côté des médecins hygiénistes et, au-delà de Volney, de nombreux savants et érudits du Consulat et de l’Empire, les « circonstances » économiques et sociales étaient déjà considérées comme des moteurs essentiels de l’histoire des sociétés humaines et que sur ce point Napoléon Bonaparte ne montre pas une grande originalité, au contraire. Une réflexion sur l’utilisation de certaines notions aurait été souvent préférable pour enrichir la compréhension des modes de pensée de l’époque et, surtout, pour éviter une tendance à moderniser la pensée napoléonienne. On peut en effet rester perplexe face aux propos d’A. Casanova concernant la réflexion de Napoléon Bonaparte en terme de « classes sociales », en particulier sur ce qui touche à l’utilisation de la notion de « classe moyenne ». Cette notion est particulièrement répandue à partir du Consulat dans le discours politique, comme le montrent par exemple les écrits de Pierre-Louis Roederer. Or, ce terme conserve une signification strictement politique qui reste étrangère à la signification sociale ou sociologique qu’A. Casanova cherche à lui donner. Un même sentiment de flou conceptuel apparaît encore quant à l’utilisation par l’auteur de la notion de « classe indigente et laborieuse » dont on ne voit pas trop à quelles catégories sociales elle renvoie exactement. En définitive, même si l’auteur tend souvent à vouloir rechercher Napoléon Bonaparte là où il ne se trouve pas, cet ouvrage d’histoire des idées, construit sur une approche érudite, constitue un apport neuf et indispensable qui rompt fort heureusement avec certaines visions caricaturales données d’un personnage qui apparaît, au final, comme un acteur majeur du foisonnement intellectuel de son temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Chappey, « Antoine Casanova, Napoléon et la pensée de son temps : une histoire intellectuelle singulière », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 19 octobre 2009, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1609

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Chappey

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page