Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Les archives de Maurice Thorez et Jeannette Vermeersch aux Archives nationales

Stéphane Sirot
p. 135-143

Résumé

À l’occasion du récent dépôt des archives de Maurice Thorez et de Jeannette Vermeersch aux Archives nationales, les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique ont décidé de publier une brève présentation de ce fonds, ainsi que le texte de la conférence prononcée par Stéphane Sirot le 5 novembre 2002, lors de la manifestation organisée par le Centre historique des Archives nationales pour la présentation officielle du don.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

archives, Thorez, Vermeersch

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La démarche est ici particulièrement importante étant donné le rôle politique majeur des individus (...)

1En avril 2002, les héritiers des archives de Maurice Thorez et de Jeannette Vermeersch en ont fait don aux Archives nationales 1. Le fonds est d’importance, tant par son volume (61,30 mètres linéaires) que par son contenu. Il se compose de deux parties qui correspondent aux papiers de chacun des deux dirigeants du PCF.

Le fonds Maurice Thorez-Jeannette Vermeersch aux Archives nationales (626 AP)

  • 2  La taille de ces fonds est extrêmement variable. Mais parmi les fonds privés d’hommes politiques, (...)

2Les archives de Maurice Thorez occupent une place majeure. Elles comprennent plus de trois cents cartons, soit plus de cinquante mètres linéaires 2. Elles commencent pour l’essentiel en 1930, alors que Thorez devient secrétaire général du PCF sans en avoir officiellement le titre, et s’achèvent en 1964, à la mort de celui qui, depuis le mois de mai, est devenu président de son parti après en avoir cédé le secrétariat général à Waldeck Rochet. Ces archives couvrent l’ensemble des activités et des fonctions exercées par cet acteur majeur de la vie politique française : celles de dirigeant du PCF qui en constituent naturellement la part prépondérante, mais aussi celles de député de la Seine, de ministre d’état et de vice-président du Conseil (novembre 1945-mai 1947). Des documents d’ordre plus personnel, voire plus intime, composent également ces archives : notes de lecture, correspondances, agendas et autres carnets ou journal seront, à n’en pas douter, une source de choix pour préciser l’histoire d’un homme, de son parti et de la vie politique de son temps.

3Les archives de Jeannette Vermeersch contiennent un peu plus d’une centaine de cartons, dont le contenu s’échelonne de l’après-Seconde Guerre mondiale à 1998. Ses activités de responsable communiste représentent là aussi une part majeure des documents conservés. La députée du PCF et, surtout, la dirigeante de l’Union des femmes françaises ne sont évidemment pas oubliées. Des correspondances, des notes manuscrites, ou encore des dossiers documentaires, viennent compléter un fonds qui témoigne notamment des nombreux contacts entretenus par Jeannette Vermeersch tant en France qu’à l’étranger.

  • 3  Une demande doit être adressée à la section des archives privées, qui transmet ensuite aux ayants- (...)

4Soulignons, pour terminer cette brève présentation, que les archives Maurice Thorez-Jeannette Vermeersch comprennent de nombreux albums photographiques qui, par exemple, n’occupent pas moins de vingt-sept cartons du fonds Thorez. Tous ces documents sont désormais consultables, sur autorisation 3.

5Il faut également signaler que les Archives municipales d’Ivry-sur-Seine conservent la volumineuse bibliothèque de Maurice Thorez, ainsi que des cadeaux qui lui ont été offerts à l’occasion de son cinquantième anniversaire. Ce sont là aussi des documents d’histoire exceptionnels qui s’inscrivent en complément utile et naturel des archives.

Maurice Thorez : un syncrétisme entre mythe, réalité et enjeux de mémoire

  • 4  P. Robrieux, Maurice Thorez. Vie secrète et vie publique, Paris, Fayard, 1975 ; S. Sirot, Maurice (...)

6Il n’est pas question de retracer la vie de Maurice Thorez, les étapes d’une trajectoire, dont les grands traits et les principaux détails sont désormais connus 4. Beaucoup dans l’assistance les connaissent aussi bien, sinon mieux que moi, et je ne crois pas utile de réciter ce soir une notice de dictionnaire. Je vais plutôt tenter d’apporter ma réponse, par quelques petites touches aussi peu impressionnistes que possible, à la seule question qui, à mon sens, taraude valablement le biographe en général et celui de Maurice Thorez en particulier. Une question qui, je l’espère, guidera les visiteurs des archives aujourd’hui déposées et leur permettra d’infirmer, de confirmer ou, plus simplement, de préciser la réponse que j’y apporte.

  • 5  M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 7e édition, 1974, p (...)

7Quel fut Maurice Thorez ? Pour plagier la fameuse question de Marc Bloch à propos de Robespierre, c’est bien de cette interrogation que sont partis les contemporains de Thorez, puis les historiens après sa mort. Mais à mon sens, ni les uns ni les autres n’ont réussi à apporter de réponse vraiment satisfaisante. Pourquoi ? Je pourrais souligner, pour poursuivre mon chemin avec Marc Bloch, que les uns et les autres ont été sourds aux phrases qui précèdent l’interrogation de l’éminent médiéviste et qui pointent les pièges dans lesquels peut aisément tomber le chercheur, surtout lorsqu’il est confronté à un objet porteur d’enjeux politiques forts. Avec Thorez, un peu comme avec le Robespierre de Marc Bloch, « l’histoire, en permettant trop souvent au palmarès de prendre le pas sur le carnet d’expériences,s’est gratuitement donné l’air de la plus incertaine des disciplines ; aux creux réquisitoires succèdent autant de vaines réhabilitations » 5.

8Cette manière d’aveuglement, cette incapacité d’une mise à distance compréhensive ont fait qu’à la question « quel fut Maurice Thorez ? », a été apportée ce que j’appellerais une réponse univoque à double face. Elle pourrait être résumée ainsi : Maurice Thorez est un militant et un homme communistes. Ce qui revient à dire, au fond, que tout Thorez, la construction et le sens de sa vie d’homme comme ceux de sa trajectoire politique, de ses prises de position comme de son existence privée, sont uniquement à rechercher par la seule plongée à l’intérieur du système communiste. Il serait le fruit d’une unique culture : le communisme ; il serait entièrement contenu dans sa fonction, celle de plus long secrétaire général du PCF, pendant près de 35 ans. En suivant ce sillage, on succombe immanquablement au mirage biographique qui accompagne l’enfant de Noyelles-Godault au long de son existence et de sa postérité.

  • 6  P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, juin  (...)

9Pour comprendre le mécanisme de cette « illusion biographique » 6 et pour rompre avec elle, revenons brièvement sur l’image thorézienne. Elle s’est cristallisée au moment du Front populaire, avec sa célèbre autobiographie – qui n’en est d’ailleurs que très partiellement une –, Fils du peuple, publiée en 1937. Je voudrais revenir un peu sur ce livre, car il explique en grande partie le déficit de compréhension dont Thorez a longtemps souffert. C’est en effet cet ouvrage qui forge la figure thorézienne du héros, destinée à légitimer le dirigeant du parti et à servir la cause de son organisation. Un héros qui ressemble à la fois au héros de Racine dans Iphigénie, « ce héros si terrible au reste des humains » qui, un peu comme dans la mythologie grecque, se distingue par sa valeur extraordinaire, qui fait preuve d’une personnalité, d’une force morale supérieure au commun de l’humanité. Ce qui justifie ensuite qu’il puisse être l’objet d’un culte. Mais il est aussi le héros évoqué par Bossuet dans l’Oraison funèbre du prince de Condé, lorsqu’il s’écrie : « Loin de nous les héros sans humanité ». Car le héros thorézien doit aussi paraître accessible : il est une exception, mais une exception qui ne doit en aucun cas sembler inatteignable, sous peine de ne pas être en mesure d’exercer la fonction d’identification qui lui est aussi assignée. Un héros qui débouche sur un mythe, au sens où il doit révéler un archétype, celui de la synthèse parfaite de l’ouvrier, du paysan et de l’intellectuel, cet « homme nouveau » que le système communiste prétend alors construire et promouvoir.

10Fils du peuple est une réussite assez surprenante : à partir de ce moment fondateur, les discours des contemporains, ceux de la mémoire, mais aussi des historiens, se sont tantôt inscrits dans une démarche de validation, tantôt dans une entreprise de dénonciation des traits du héros décrits dans le livre, puis repris par le culte de la personnalité après la Seconde Guerre mondiale en particulier. Mais quelle que soit la démarche choisie, c’est dans le miroir thorézien que les uns et les autres se reflètent.

11Pour en revenir au strict terrain de l’histoire, il apparaît qu’en succombant à l’effet de miroir proposé par Fils du peuple, l’historiographie a concentré toute son attention sur le chef politique, sur le secrétaire général en action. Les observateurs ont ainsi été pris dans un double piège :

12– D’une part, ils ont travaillé à partir de l’idée que l’identité d’un individu et le sens de son action ne sont pas à rechercher ailleurs que dans les modes de pensée, le dispositif politique et culturel forgés par l’univers partisan auquel il appartient.

  • 7  « La bibliothèque de Maurice Thorez et le Rouergue », études aveyronnaises, 2001, p. 22.

13– D’autre part, s’inscrivant en cela d’une certaine manière dans les pas des contemporains du secrétaire général, ils se sont pour l’essentiel situés de part et d’autre d’une ligne de partage tracée à partir des qualités attribuées à Thorez par Fils du peuple et, plus largement, par la dévotion dont il est l’objet de son vivant et une douzaine d’années après sa mort. Soit ces qualités ont été acceptées, confirmées, voire plus rarement revendiquées, soit il s’est agi de les invalider, de traquer, de démasquer le mensonge entourant un homme et, plus largement, à travers lui, celui d’un parti considéré comme déterminé en totalité par son engagement stalinien. C’est aujourd’hui cette dernière tendance qui domine l’historiographie, au moins dans sa version grand public. Je me contenterai de lire trois lignes extraites du dernier article en date dont Thorez a fait l’objet, à propos du contenu d’une partie de sa bibliothèque, saisie dans l’Aveyron en octobre 1939 : « La composition de la bibliothèque de Maurice Thorez confirme l’image laissée par le premier secrétaire : celle d’un homme aux idées affirmées, communiste sans concessions et stalinien sans nuances. » 7

14À peu de choses près, cette phrase d’un érudit local aurait pu tout aussi bien se retrouver sous la plume de ces analystes aujourd’hui à la mode, institutionnellement brevetés, dont le simplisme leur permet d’occuper le devant de la scène médiatique, à coup de « livres noirs » dont la teneur idéologique n’est sans doute plus à démontrer.

15Pour ma part, je pense que le personnage et la personnalité de Thorez sont, de manière plus complexe mais aussi plus complète, le fruit d’un double syncrétisme.

  • 8  R. Barthes, Mythologies, Paris, Le Seuil, 1957, p. 230.

16D’abord d’un syncrétisme qui fusionne un mythe et sa réalité. Le Front populaire est ce moment fondateur où la réalité d’un homme rencontre le mythe qui doit forger le dirigeant exemplaire. Une clé d’explication de la complexité thorézienne est donnée par Roland Barthes dans ses Mythologies : « Ce que lemonde fournit au mythe, c’est un réel historique, défini, si loin qu’il faille remonter, par la façon dont les hommes l’ont produit ou utilisé ; et ce que le mythe restitue, c’est une image naturelle de ce réel. »8

17Thorez est en partie le fruit de la rencontre de cette ambivalence. Les modes de pensée et d’action produits par lui résultent en effet à la fois d’éléments objectifs et d’un processus de reconstruction d’une personnalité qui agit elle-même en fonction du rôle instrumental que lui a conféré le système communiste. Au fond, les postures thoréziennes sont inscrites dans une sorte de dialectique permanente entre un héritage identitaire qui relève de son histoire personnelle et les impératifs d’un personnage de légende indispensable à l’architecture d’une organisation partisane. Deux aspects majeurs de l’exemplarité recherchée du secrétaire général du PCF sont autant de points de jonction emblématiques de cette situation :

  • 9  P. Thorez, Une voix, presque mienne, Paris, Lieu Commun, 1985, p. 61.
  • 10  P. Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, t. 4, Biographies, chronologie, bibliographi (...)

18Fils du peuple, puis le culte de sa personnalité, présentent en lui la figure de « l’intellectuel de type nouveau » revendiqué par le système communiste, formé par une conjonction d’expériences vécues et de lectures abondantes lui permettant d’acquérir une culture intellectuelle classique très large, en dehors des sentiers battus de la formation universitaire traditionnelle. Sans doute, au moment du Front populaire, cette allure d’intellectuel organique est-elle pour l’essentiel construite ; mais cette construction ne tarde pas à se fondre dans les atours d’un goût personnel authentique pour les choses de l’esprit. L’homme intime rencontre sa légende, la complète et la nourrit. Paul Thorez, son fils, peut dès lors évoquer, avec la finesse et l’émotion qui caractérisent son livre Une voix, presque mienne, paru vingt ans après la mort du père, ses connaissances encyclopédiques, son désir d’apprendre et de transmettre son savoir, ses goûts dominés par un classicisme qui n’exclut cependant pas une réelle ouverture d’esprit, ce que Paul appelle un « mouvement qui le portait vers la libre création », vers l’art moderne plutôt que vers le « réalisme socialiste »9. Tant et si bien que l’un des biographes de Thorez, pourtant peu amène avec son sujet, va jusqu’à évoquer le « professeur d’université qu’il aurait pu être»10.

  • 11  M. Thorez, Fils du peuple, Paris, ESI, 1937, p. 7.
  • 12  L’Humanité, 27-28 avril 1947.
  • 13  M. Gillet, « Les mineurs de fond dans l’imaginaire social : L’exemple de Maurice Thorez », Commiss (...)

19– Second trait majeur, l’ouvrier. Le dirigeant modèle, exemplaire, se doit de sortir, de faire partie des entrailles du peuple laborieux. Chacun se souvient de la phrase qui ouvre Fils du peuple : « Fils et petit-fils de mineurs, aussi loin que remontent mes souvenirs, je retrouve la rude vie du travailleur : beaucoup de peines et peu de joies. »11 On pourrait aussi citer un extrait de l’hommage qui lui est rendu pour ses 47 ans par son parti : « Le père était mineur. Le père du père était lui aussi mineur. Cet enfant qui venait de naître on allait en faire un mineur également. Et Maurice Thorez jeune descendit dans la mine. » 12 Dès 1930, la querelle en légitimité sur l’appartenance ou non de Thorez à la corporation minière, donc au monde ouvrier, est lancée. Elle ne s’achève qu’au crépuscule des années 1980, lorsquel’historien des mines du Nord-Pas-de-Calais, Marcel Gillet, établit qu’entre 1919et 1921, le futur secrétaire général du PCF a œuvré pendant 306 jours au fond13. Mais là n’est sans doute pas l’essentiel. Une fois encore, les atours du mythe ont conféré au dirigeant partisan un costume sur mesure qui s’est superposé au prêt-à-porter complexe du réel. La légende du héros lui fournit un habit exemplaire que celui-ci revêt d’autant plus aisément qu’il rejoint son histoire personnelle. Qu’il soit brièvement descendu au fond de la mine importe finalement assez peu. Il est de cet univers des corons dans lequel il grandit, milite syndicalement et politiquement jusqu’au milieu des années 1920. Il ne relève évidemment pas du hasard si au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Thorez est, de tous les ministres communistes, celui qui participe le plus activement, sur le terrain, à la campagne pour la « bataille du charbon », devant des assemblées de mineurs parfois réticentes face au discours productiviste adopté par la direction du PCF. Il parvient à chaque fois à se concilier la sympathie de ces auditoires souvent rugueux, pas toujours aisés à manier, en commençant chacun de ses discours par l’évocation de ses racines familiales et militantes. Il joue à plein de son identité de mineur, à la fois culturelle, militante et professionnelle. Il l’utilise, structurellement, en reprenant les traits désormais parfaitement dessinés de son mythe, mais avec un ton de conviction que seule la fusion du mythe avec la réalité d’un homme permet de porter à un point aussi élevé.

20En somme, l’individu et son mythe se sont rencontrés, se sont imbriqués avec une telle puissance qu’il n’est pas nécessaire de démêler l’un de l’autre pour comprendre l’homme et le militant, mais au contraire de les appréhender dans un même mouvement.

21Thorez est en outre le fruit d’un second syncrétisme. Celui qui fusionne les multiples facettes du mouvement ouvrier français et de ses traditions. On a longtemps parlé presque uniquement, je l’ai souligné, de la culture communiste de Thorez, de ses activités en tant que militant puis de dirigeant de son parti, de ses rapports avec les instances internationales du système stalinien. Ce faisant, on a omis de réfléchir à la complexité et à la diversité de la formation militante de Thorez qui, naturellement, rejaillit constamment sur ses engagements, surs ses manières d’agir. Il vient d’un mouvement ouvrier, celui du Nord-Pas-de-Calais, celui de la mine, qui s’est forgé une longue culture de luttes où la pratique de la réforme et de la négociation, incarnée par la tradition du député-mineur, l’a souvent emporté sur les postures apparemment plus radicales du syndicalisme d’action directe. Si on sait bien l’influence marquante et déterminante exercée sur Maurice par son grand-père, Clément Baudry, militant actif du « vieux » syndicat d’Émile Basly, on a moins insisté sur l’engagement syndical de Thorez lui-même. Il adhère dans un même mouvement, en mars 1919, à la SFIO et à la CGT. Il suit la scission de la CGTU et, à la fin de l’année 1922, il est secrétaire adjoint des mineurs de Dourges. Puis il participe aux congrès de sa fédération et prend des responsabilités au niveau fédéral jusqu’en 1926-1927, moment où ses activités politiques, de plus en plus prenantes, l’éloignent définitivement du militantisme syndical, même si à sa mort il est d’ailleurs toujours membre de la Fédération du sous-sol de la CGT. Il préconise, dans ses activités syndicales, des positions et une démarche à double face : il mêle l’héritage militant d’une partie du mouvement ouvrier de la mine et la nouveauté dont se veut porteur le syndicalisme unitaire. La priorité donnée à l’action quotidienne, à la défense des intérêts immédiats, les passerelles entre syndicalisme et politique sont autant d’éléments présents avant 1914 dans le Pas-de-Calais et, plus largement, dans une frange importante du mouvement ouvrier français. La rupture par rapport aux conceptions dominantes de l’avant-guerre, celles du syndicalisme d’action directe, se situe surtout dans la fonction de relais de la stratégie du parti politique qu’il assigne pour une part au syndicat. L’analyse de cette période de l’engagement syndical est essentielle pour appréhender le sens de l’action politique thorézienne. Au début des années 1930, il s’impose à la tête d’une organisation qui se veut novatrice, mais il n’évacue pas pour autant un patrimoine militant qui imprègne sa réflexion et ses choix. Là se situe le syncrétisme fondamental : Thorez est certes l’incarnation d’une culture communiste qui veut rompre avec bien des héritages, qui se veut révolutionnaire et internationaliste ; il est tout autant le fruit de l’arbre de la réforme, de l’action graduelle et quotidienne, enraciné dans la tradition du mouvement ouvrier national. Si je poussais un peu mon raisonnement, je dirais qu’au fond, Thorez est avant tout un réformiste. J’entends par là deux dimensions complémentaires : il est réformiste, d’une part, parce qu’il est porteur d’une tradition, celle du mouvement ouvrier de sa région natale que je viens d’évoquer ; il est réformiste, d’autre part, parce qu’il n’est pas prêt mécaniquement et en permanence à tout subordonner à des objectifs définis depuis Moscou, et qu’il ne veut pas sacrifier la gestion des revendications quotidiennes à l’objectif de renversement de la société capitaliste. Il le montre par exemple dans sa façon de concevoir l’action gréviste, dans laquelle il voit d’abord l’expression prosaïque du mécontentement ouvrier, ce qui nécessite, même si l’instrumentalisation de la grève peut être recherchée, la juste traduction des griefs du monde du travail et la mise en œuvre d’une méthode de lutte efficace. Il le montre aussi dans ses activités parlementaires et ministérielles. Le dirigeant communiste porteur d’un projet radical de changement de société s’est mué sans déplaisir, bien au contraire, en gestionnaire et en acteur du système politique et parlementaire. Ces expériences sont, elles aussi, inséparables d’un itinéraire et d’un mode de pensée qui ne rejettent pas fondamentalement l’idée d’une transformation progressive de la société et d’une amélioration des conditions d’existence par une action quotidienne tournée vers la satisfaction de besoins immédiats. La fidélité indéniable du dirigeant communiste au système auquel il appartient et sur lequel il a fondé une large part de son existence n’exclut pas un mode de pensée qui, dans sa forme, s’appuie sur les usages d’un mouvement socialiste français politiquement intégré, dans lequel la voie légale et parlementaire de l’exercice et de la prise du pouvoir s’est imposée rapidement comme le point de vue dominant.

22En somme, l’action thorézienne n’est pleinement saisissable qu’en s’appuyant sur les contours de cet autre syncrétisme fondateur. Outre sa fonction de chef de parti, Thorez a donc été un militant syndicaliste, un député, un ministre qui, dans toutes les dimensions de ses fonctions, s’est appuyé sur ce syncrétisme qu’il a lui-même nourri, à la croisée de la tradition du député-mineur qui ne craint pas l’action réformiste ou réformatrice, et d’une identité communiste qui postule sa nouveauté et revendique la mise à bas du système politique et social.

23Voilà, selon moi, qui est Thorez, dans toute la complexité d’un homme, d’un militant, mais aussi d’un héros modelé par un système auquel il est toujours resté fidèle.

24Le regard que j’offre est un regard extérieur ; doublement extérieur, dirais-je. Extérieur parce qu’il est celui de l’historien, qui doit par définition procéder à une mise à distance de son objet et de ses enjeux propres. Extérieur également parce qu’il est renforcé par l’utilisation de sources qui ont produit l’histoire d’un homme mais sont a priori extérieures à son intimité : les discours, les témoignages, les autobiographies, tous construits et reconstruits, sont autant d’éléments certes primordiaux, indispensables, mais dont aucun n’est élaboré par l’homme dans son intime solitude, au sens où même s’il en a parfois été partiellement le producteur, il leur a toujours assigné une fonction publique. Il nous manquait en particulier ce que Thorez a pu fabriquer d’abord pour lui-même, sans destination publique avérée. C’est pourquoi je pense qu’on peut, sur ce point notamment, attendre beaucoup de ses archives privées. À condition, toutefois, de prendre soin de ne pas céder à une histoire à fort contenu idéologique, à la recherche de pseudo-scoops et sensible aux combats politiques d’arrière-garde. Je souhaite que les archives Thorez contribuent à nourrir l’histoire que j’appelle de mes vœux et à laquelle j’espère apporter ma contribution, une histoire qui, par la mise en dialogue puis en intelligence des contradictions, parvient quelquefois, même sur des sujets encore chargés d’enjeux, à expliquer plutôt qu’à juger.

Haut de page

Notes

1  La démarche est ici particulièrement importante étant donné le rôle politique majeur des individus concernés, mais elle prend une certaine régularité. Parmi les archives récemment versées dans la série AP, on peut citer celle du socialiste André Philip ou de l’ancien responsable du CNPF Yvon Chotard. Récemment encore, ont été versées les archives de l’historien de la France de l’époque moderne Jean-Louis Flandrin.

2  La taille de ces fonds est extrêmement variable. Mais parmi les fonds privés d’hommes politiques, celui de Thorez se situe dans la fourchette haute.

3  Une demande doit être adressée à la section des archives privées, qui transmet ensuite aux ayants-droit qui, pendant vingt ans, ont seuls la possibilité d’accorder ou de refuser une autorisation de consultation.

4  P. Robrieux, Maurice Thorez. Vie secrète et vie publique, Paris, Fayard, 1975 ; S. Sirot, Maurice Thorez, Paris, Presses de Sciences Po, 2000.

5  M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 7e édition, 1974, p. 119.

6  P. Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, juin 1986, p. 69—72.

7  « La bibliothèque de Maurice Thorez et le Rouergue », études aveyronnaises, 2001, p. 22.

8  R. Barthes, Mythologies, Paris, Le Seuil, 1957, p. 230.

9  P. Thorez, Une voix, presque mienne, Paris, Lieu Commun, 1985, p. 61.

10  P. Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, t. 4, Biographies, chronologie, bibliographie, Paris, Fayard, 1984, p. 529.

11  M. Thorez, Fils du peuple, Paris, ESI, 1937, p. 7.

12  L’Humanité, 27-28 avril 1947.

13  M. Gillet, « Les mineurs de fond dans l’imaginaire social : L’exemple de Maurice Thorez », Commission historique du Nord, 23 novembre 1987, p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Sirot, « Les archives de Maurice Thorez et Jeannette Vermeersch aux Archives nationales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 88 | 2002, 135-143.

Référence électronique

Stéphane Sirot, « Les archives de Maurice Thorez et Jeannette Vermeersch aux Archives nationales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1606

Haut de page

Auteur

Stéphane Sirot

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page