Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le mouvement ouvrier balle au pied, culture populaire et propagande politique : l’exemple du football travailliste en région parisienne (1908-1940)

Nicolas Kssis
p. 93-104

Résumé

Le mouvement sportif travailliste a longtemps entretenu des rapports méfiants avec le football qu’il considérait comme trop ludique et pourri par l’argent. Il a cependant dû l’intégrer dans ses activités pour garder le contact avec les jeunes banlieusards. Par la suite, les clubs ouvriers ont développé au travers du football une culture de solidarité dont la dimension politique est intéressante à analyser.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le Socialiste, n° 208, 9-16/05/1909.

1Cet article porte sur la dimension qui a, au départ, attiré l’attention des spécialistes de l’histoire ouvrière sur le cas du sport travailliste et par la suite favorisé son étude dans le domaine des Staps : l’utilisation, certains disent l’instrumentalisation du sport, ici d’un sport, au service de la propagande politique. Il ne s’agit pas en l’occurrence d’une violence faite à la réalité historique puisque cet apostolat sportif se retrouve dès les débuts inscrit dans la vocation du sport ouvrier. Ainsi dès sa création en novembre 1907, l’Union Sportive du Parti Socialiste doit « faire de la réclame […] pour le parti, en organisant des fêtes sportives et en participant aux diverses épreuves athlétiques qui se disputent entre les diverses sociétés athlétiques ». La Fédération Sportive Athlétique Socialiste, fondée l’année suivante, proclame également : « nous voulons créer à la portée de la classe ouvrière des centres de distraction qui se développeront à côté du Parti et qui seront cependant pour le Parti des centres de propagande et de recrutement » 1.

  • 2  Les socialistes aimaient à le rappeler avant 1914 : « N’est-ce pas chez nous, au Club Athlétique S (...)
  • 3  On comprend que dans cette optique le monde communiste ne peut se résumer à une contre-culture.

2Mon propos va néanmoins essayer de renverser les perspectives traditionnelles pour tenter de comprendre la place de ces pratiques dans la culture politique du mouvement ouvrier et leur signification dans la formation de la spécificité travailliste, notamment en se penchant sur le football comme « fait social total » (je reprends ici l’idée d’Alfred Wahl qui a montré l’incrustation du football ouvrier dans la culture footballistique nationale) et par là même sur l’accroche de la culture ouvrière à la culture nationale. Autrement dit, il s’agit d’analyser une culture populaire émergeante et son positionnement dans la vie partisane ; de voir aussi comment la doxa footballistique participe à la vie du mouvement ouvrier, à son pendant culturel, puis de quelle façon en retour le mouvement ouvrier, par ses diverses organisations, a pu également participer à son essor et à son développement (mairies, syndicats, coopératives) 2. Le versant « agit-prop » permet de relever des éléments que l’historiographie avait jusqu’à présent minorés, car ils relevaient de formes silencieuses de socialisation politique : socialisation politique du mouvement ouvrier, mais également, à travers le football, participation à une culture populaire nationale commune 3.

3Le sport travailliste constitue en quelque sorte un reflet déformant du mouvement ouvrier et essentiellement de ses partis politiques (divisions, luttes d’influence, problème des organisations de masse, structures spécialisées de jeunesse, stratégies politiques, cultures politiques et militantes…), mais dans le même temps un réceptacle, parfois amplificateur, du phénomène sportif, de sa culture, de ses dynamiques sociales et de ses contradictions (omnisports/unisport ; associatif/État). En ce sens l’étude du football, pris sous l’angle de sa place dans le sport ouvrier, révèle la double dimension d’une pratique sportive greffée sur des sociabilités partisanes : elle est souvent instrumentalisée (par les matchs de soutien ou les rencontres internationales, par sa volonté d’incarner l’internationalisme prolétarien), mais révèle aussi l’existence de pans entiers de la culture ouvrière à vocation festive et communautaire, échappant à la mainmise du politique.

4Ce type d’approche offre l’occasion de comprendre comment l’internationalisme fut ressenti et concrètement vécu, sans faire d’histoire accusatrice ou apologétique.

  • 4  Michel Verret, La culture ouvrière, Paris, L’Harmattan, 1996. L’espace ouvrier, Paris, L’Harmattan (...)

5Tout cela participe de l’écriture « d’une histoire par en bas » 4, « en texture » selon la formule de Charles Péguy, d’une histoire régionale de Paris et de sa banlieue, telle que Jacques Girault a voulu la pratiquer, afin d’épaissir humainement des phénomènes souvent réduits à leur seule dimension idéologique et discursive.

Le mouvement ouvrier et la culture footballistique

Cet étrange objet rond du désir ouvrier

  • 5  Le socialiste, 8, 15/12/1907.
  • 6  L’organe des guesdistes s’inscrit dans une certaine tradition de méfiance marxiste envers les lois (...)

6Au sein du mouvement ouvrier, il existait au début du siècle une certaine hostilité envers le mouvement sportif naissant, hostilité qui resta solide, notamment à l’extrême gauche. Dans Le Libertaire du 11 janvier 1919, s’en prenant directement à la FST, un certain G. Luvenis stigmatisait le sport en soi car, écrivait-il, « il consiste en réalité à cultiver le championnat, c’est-à-dire à sélectionner les plus forts ». Il dénonçait ceux qui voulaient enseigner la morale du plus fort, à l’instar de ceux qui cédaient aux sirènes des urnes. Cette méfiance concernait particulièrement le football. En 1907, Ernest Tarbouriech s’indignait déjà de la dérive du football anglais, professionnel depuis 1885, infecté par des « entreprises de spectacles », et dont les joueurs subissaient une sorte de « traite des Blanches » 5. Catulle Cambier, ultérieurement en charge d’une commission sportive municipale du PCF entre 1924 et 1928, publia de la sorte dans Le socialisme du 9 novembre 1911 un article farouchement hostile aux clubs sportifs, avec un titre évocateur quant à sa perception de la menace : « football et socialisme » 6; quelques passages étaient assez violents comme en témoigne cet extrait de sa péroraison : « et quand viendra le grand soir, nous bombarderons l’ennemi à coup de ballon […] j’espère que notre prochain congrès renverra les sportmen à leur culture physique […] ».

  • 7  H. Kleynoff, L’Humanité, 17/04/1911.
  • 8  Jean-Louis Robert, Les ouvriers, la patrie et la révolution. Paris 1914-1918, Paris, Les Belles Le (...)
  • 9  La disparition dans le titre de la référence politique et même sociale constitue une singularité d (...)
  • 10  Réunion du 6 novembre 1917 du Bureau de la Commission sportive de la FSSG (Archives FSGT).
  • 11  L’éducation physique et les sports athlétiques en France, mai 1922, p. 142.
  • 12  Nicolas Kssis, « Le football, histoire(s) d’une passion populaire », Seine-Saint-Denis, chantiers (...)

7Pourtant le football s’imposa dans le sport ouvrier comme le premier sport collectif et la première pratique tout court. Henri Kleynhoff, l’un de ses ardents défenseurs, parlait d’un « véritable sport de caractère socialiste dans lequel les équipiers coordonnent tous leurs efforts et leur volonté en vue d’une action collective et d’un résultat d’ensemble » 7. Dans le championnat travailliste de football 1909-1910, il n’y avait que 11 équipes provenant de 6 clubs dont 3 de banlieue ; en décembre 1912, par contre, on dénombrait 24 équipes issues de 15 clubs dont 8 de banlieue ; en octobre 1913, 30 équipes ; en février 1914, 41 pour 20 clubs dont 11 de banlieue. Pendant la première guerre, cet essor se prolongea, comme l’a remarqué J.-L. Robert dans sa thèse. Cet auteur cite ainsi l’exemple du CAS XXe, appuyé sur la Bellevilloise 8, fondé en septembre 1917 9et qui engagea aussitôt trois équipes dans les championnats parisiens de football de la FSSG 10. Juste après la guerre, le Journal de la société de Statistique de Paris accordait à la FST, pour la saison 1921, 250 clubs, 5 000 licences placées et 25 000 jeunes gens groupés, dont près de 7 500 footballeurs 11, chiffres exagérés mais rendant compte d’un réel essor. Porté par cet élan, le football travailliste progressa régulièrement. En 1927 la FST revendiquait 160 équipes – auxquelles on pouvait adjoindre une quarantaine d’équipes de l’USSGT socialiste – et sous le Front populaire, à son apogée, 783 équipes disputaient les championnats du comité. Un « footeux » sur trois était à cet instant travailliste en région parisienne, avec des zones de domination dans le nord et l’est 12. Dans un article du 15 mai 1939, Robert Chatron secrétaire sportif de la FSGT, confirma ces chiffres élogieux : selon lui, il y avait 240 terrains de football (effet de banlieue rouge et rose) contre 9 de rugby, et 750 équipes engagées dans les tournois parisiens dont 300 seniors, 75 minimes, 37 pupilles, 54 juniors, 36 vétérans, 190 dites du samedi, 27 du lundi et 34 scolaires, dites aussi du jeudi. Dans le budget, le football pesait lourd, surtout d’ailleurs les rencontres internationales. Au premier congrès national de la FSGT en décembre 1935, à Lille, ces dernières accaparaient près 85 % des dépenses sportives.

  • 13  Le parti communiste finit par s’inquiéter de la faiblesse chronique de « cette fédération de secte (...)
  • 14  En 1920, Jules Morant écrit [Floréal, 7/02/1920] « nous considérons l’éducation physique comme l’é (...)
  • 15  Sport, organe de la FSGT, 22/09/1937
  • 16  D. Rebrik, « La valeur du Football-Association », Le sport ouvrier, organe de la FST, 5/11/1923.
  • 17  Ibidem.

8Pourtant, en dépit de sa contribution déterminante à la survie du sport rouge, qui traversa durant la décennie 23-34 13une période périlleuse, le football resta peu apprécié par les responsables de la FST. Ces militants accordaient une attention soutenue à la dimension éducative du sport 14, car ils étaient influencés par le modèle de la culture physique prolétarienne soviétique. Ils déploraient continuellement cette fâcheuse propension, dont le ballon rond portait la lourde culpabilité, à négliger la singularité « mixte et omnisports » 15du sport ouvrier. Le football leur paraissait trop ludique, insuffisamment conforme au projet d’une éducation physique rigoureuse et complète. On lui reprochait « d’être précisément un jeu » 16. Pourtant Hyppolite Gaillard, en 1930 écrivait dans le règlement officiel de la FST : « Les sports sont un loisir. » La direction travailliste, remarquant « la facilité avec laquelle [il] pénétrait dans les larges couches laborieuses », estima qu’il devait « être pris en considération » et se résigna à l’employer comme un aimant auprès des jeunes ouvriers, de peur qu’ils n’allassent chercher leur plaisir chez l’ennemi de classe. Du moment que, par son intermédiaire, il demeurait possible de les amener « à une forme plus cultivée [de] l’activité sportive », il devenait acceptable à leurs yeux 17. Le développement du mouvement sportif ouvrier était donc, malgré son discours volontariste, profondément inséré dans la vague de démocratisation qui avait promu le football au premier rang des loisirs populaires. En somme, le politique et le sportif coexistèrent pacifiquement tant qu’ils n’évoluèrent pas sur le même plan culturel.

  • 18  Sport, 11/08/1937.

9Ceci explique le pragmatisme des municipalités ouvrières, et notamment communistes. Déjà en 1926, Georges Marrane précisa, lors d’une réunion du Bureau Politique du PCF, la marche à suivre : « Il faudrait intervenir auprès des municipalités communistes pour arriver à obtenir des terrains de sport dans la banlieue parisienne. Si les jeunes ouvriers vont de préférence aux clubs bourgeois, c’est parce que ceux-ci disposent de beaux terrains. » Le sport travailliste n’arrivait pas à réinterpréter le football selon ses propres codes. Il devait composer avec une doxa sportive hiératique. En terme de ballon, le « véritable tripotage de balle collectif » 18des footballeurs d’Arsenal impressionnait davantage le licencié de base que la « science soviétique ». Il existait évidemment un discours de façade, exaltant sa nature prolétarienne et socialiste, mais qui se faisait très discret dès que l’on entrait dans le monde des « footeux ». D’une certaine façon, la réappropriation ouvrière de cette acculturation des loisirs des travailleurs, puisqu’il s’agissait d’un produit d’importation anglais et bourgeois, représentait un cadeau pour ces passionnés de la vie culturelle du mouvement ouvrier.

Le football : une institution éminente du sport travailliste

10La distinction travailliste se traduisit d’abord par les appellations des épreuves, dotées de prix aux noms des journaux politiques (la coupe de l’Humanité en 1908), ou des figures du mouvement ouvrier (la coupe nationale Jean Jaurès en 1920, le challenge Salengro du sport corporatif en 1937) et également des figures de la révolution bolchevique (en juillet 1927 le challenge Dzerzinski dans le cadre de la fête donnée par l’Union des Syndicats CGTU de la région parisienne à Pershing devant 2 500 personnes). L’épreuve du samedi était dotée par les Amicales Socialistes d’Entreprises du challenge Roger Salengro en hommage au ministre socialiste de l’Intérieur ; c’était un moyen également de garder un pied dans un domaine de la vie syndicale, où les socialistes étaient relativement faibles, et surtout de prolonger leur projet d’implantation dans le monde du travail. Elle devint rapidement le championnat du samedi, le Salengro. De même la coupe des clubs métallurgistes, à qui l’Union des syndicats de métaux de la CGT attribua un prix au vainqueur, s’intitula de ce fait Benoît Frachon, du nom du dirigeant syndical communiste. Cependant l’appellation pouvait aussi servir à entretenir une mémoire syndicale spécifique aux métiers concernés. Le tournoi inter-dépôts du CS Transports s’appelait Yves Maurice, en hommage à un chauffeur de taxi tué lors d’une grève en février 1934.

11Cette distinction se manifestait aussi par le choix des sigles, depuis le classique Prolétarienne Clichoise au plus poétique Églantine sportive Meudonnaise ; la mention Club sportif ouvrier allait dans le même sens ainsi que l’héraldique des maillots. Inutile de préciser que le rouge se déclinait sous toutes les variantes dans les tenues (rayures, couleur intégrale ou panachée comme à Ivry où il se conjuguait avec le noir).

  • 19  La voix de l’Est, 25/11/1933.

12Le football, de par sa popularité, devint un argument électoral aussi bien du côté du PCF que de la SFIO. Un article du Populaire du 7 mars 1930 dressait ainsi la liste exemplaire des installations de Pantin : deux terrains de football au stade de la Seigneurie, un terrain de basket, une piste en cendrée, des installations « éclairées électriquement », deux jeux de boules, une salle de culture physique, « eaux et vestiaires sur le stade. » Les communistes du cru ne s’y trompèrent pas et attaquèrent inlassablement la mairie. Ils lui reprochaient de réserver ces réalisations « de prestige » à l’élite et de reléguer les ouvriers footballeurs sur des terrains de fortune 19.

  • 20  Séance du BP du PCF, date incertaine, BMP 326.
  • 21  Sport, 31/10/1934.

13L’inauguration des installations devint pourtant aussi un moment fort dans les municipalités communistes. Ainsi à Villejuif, l’inauguration du stade Karl Marx se réalisa devant près de 6 000 « travailleurs », en présence de l’athlète Jules Ladoumègue 20. « Malgré le temps maussade, la foule s’était déplacée pour admirer les efforts faits pour la jeunesse laborieuse dans cette banlieue de Paris » 21. Et Paul Vaillant-Couturier présenta cette réalisation comme une illustration de « ce que peut amener un régime ouvrier pour les besoins de la classe ouvrière ». Après quoi « il remit le stade aux travailleurs ». Avec le concours du club FST de la localité, se déroula le championnat de gymnastique de la Seine avec défilé des sportifs ouvriers derrière leurs harmonies et surtout un tournoi de football avec les équipes de Neukirchen, d’Arnouville et de Vitry.

  • 22  « L’apprentissage d’un intellectuel : du militantisme au quotidien. Entretien avec Jean-Paul Verna (...)
  • 23  L’Humanité, 21/10/1928.
  • 24  Intervention de Raymond Guyot devant le Comité Central (CC) du Parti Communiste français le 1er no (...)

14Le football constituait par là même un terrain de mission pour le prosélytisme politique. Un dénommé Michaud, lors d’un Comité Central du PCF, en 1932, expliqua de la sorte : « La FST n’a pas eu de politique sérieuse à l’égard des jeunes ouvriers groupés dans l’USSGT ou la FFFA. Il faut développer l’opposition au sein de ces organisations et non grignoter leurs adhérents. Il faut défendre dans les sociétés sportives le droit de matcher [sic] avec les clubs de la FST. C’est sur cette base qu’on peut lutter contre la militarisation de la jeunesse. […] ». Le cas le plus emblématique de cette démarche est donné par Jean-Pierre Vernant qui décida en compagnie de Gilles Martinet, alors jeune militant communiste, d’aller jouer aux arènes de Lutèce pour « prendre contact avec les masses laborieuses », en l’occurrence des travailleurs des halles aux vins 22. On comprend la satisfaction éprouvée quand les communistes avaient le sentiment de parvenir à leur but, comme à l’occasion d’un article sur la reprise des championnats régionaux « d’assoc » en octobre 1928 : « Peu à peu nous parvenons à intéresser la masse des sportifs et hier, aux stades municipaux d’Ivry et de Clichy, une bonne assistance a applaudi au jeu de nos meilleures équipes » 23, ou bien lors de la construction du Front Populaire en novembre 1934 : « C’est ainsi que l’on peut voir que demain dimanche se dérouleront dans la région parisienne 60 matchs communs entre l’USSGT et la FST » 24.

Le football et la solidarité ouvrière

Dans le cadre même du club

15La solidarité s’exprimait d’abord en faveur des membres du club sportif, bien que ce soit curieusement une dimension négligée par la recherche historique. En effet, la vocation du club était de les secourir. L’équipe formait une sorte de seconde famille, surtout lors du passage de l’adolescence à l’âge adulte. Les clubs par exemple offraient le « sou du soldat », lié à la fois à l’action antimilitariste, vieille tradition du mouvement ouvrier, et au besoin de garder le contact avec les jeunes sous les drapeaux afin de garantir leur retour dans le giron militant.

Au sein du réseau militant

  • 25  L’USI a 60 ans, Ivry, USI, 1979, p. 4.
  • 26  « Vers une fédération unique des travailleurs sportifs : L’exemple d’Ivry », Avant-garde, 21/07/19 (...)
  • 27  Le Sport ouvrier du 7 au 20 octobre 1925.
  • 28  L’Humanité, 2/09/1921.

16Dans le cadre local, il s’agissait surtout de résoudre l’équation originelle du sport ouvrier : recruter et récupérer les jeunes ouvriers perdus chez les bourgeois, d’autant qu’avec la scission de 1923 la référence obligée devint les organisations de masse. Mais le sport ouvrier recrutait, chez les socialistes comme chez les communistes, parmi les militants, le cercle premier du parti, par réflexe identitaire et en raison de la force de gravité de la sociabilité partisane. Lucienne Clerville, l’un des membres fondateurs de l’Union Sportive du Travail d’Ivry, se souvient qu’au moment de son lancement en 1919, il s’agissait d’un club« créé par les socialistes pour les socialistes et leurs familles » 25. Car le sport travailliste constituait d’abord l’expression sportive d’un réseau militant, qui trouvait son principal soutien dans une relation privilégiée avec les élus (notabilités rouges), plutôt qu’avec le parti lui-même. L’Union Sportive Ouvrière de Malakoff était ainsi dirigée par Alfred Lallement, conseiller municipal socialiste-communiste issu de l’ancienne majorité et membre de la CA de l’USSGT. À contrario, la puissante Union Sportive du Travail d’Ivry, présidée par Georges Marranes, offrit au Cyclo-Cross de l’USSGT de partager « tous les avantages moraux et matériels consentis par la mairie » 26, dont un monopole d’accès aux terrains municipaux. Autre exemple, dans un contexte dominé par les rivalités avec les socialistes – très actifs dans le domaine de la coopération (Guillevic) –, en octobre 1925, le Cercle des Coopérateurs révolutionnaires de la 23e section organisa en collaboration avec l’USC Rive Gauche un challenge de football sur le stade municipal d’Ivry 27. Le club sportif, entouré de la municipalité communiste, du rayon du Parti et de la coopérative, était ainsi un modèle qui gouverna le sport rouge durant tout l’entre-deux-guerres. La vie sportive se trouvait donc souvent affectée par la vie militante. Les épreuves étaient souvent reportées en raison d’élections ou pour permettre aux militants de se rendre aux commémorations du socialisme, voire aux enterrements de militants célèbres comme celui de Louis Arnoult, mort en Algérie dans un camp de discipline, le 11 février 1912. Parfois, le report se faisait au bénéfice d’une manifestation sportive jugée politiquement plus importante que la simple tenue du championnat. L’UST Ivry décida de la sorte de reporter son match contre l’USC Rive Gauche « en raison d’une fête en faveur des Russes » 28.

Dans le cadre de la communauté ouvrière

  • 29  L’Humanité, 12/11/1937.

17La solidarité se tournait ensuite vers la communauté ouvrière, et notamment ses luttes revendicatives. Ainsi un match de football au profit des grévistes d’Halluin se tint en décembre 1928 entre JSO Puteaux et USO Halluin sur le vélodrome de Vincennes devant 500 personnes, « dans le calme », selon les sources policières. Il faisait suite à des pourparlers entre unions régionales CGTU et FST, pourparlers difficiles car la CGTU était réticente devant les frais importants d’organisation, de l’ordre de 3 840 francs pour une recette escomptée de 5 000. Le 13 novembre 1937, dans le cadre de la campagne menée contre la vie chère lancée par l’Union syndicale de la région parisienne, le Lorraine-Sports disputa avec le CA Latil une autre rencontre de football au stade Buffalo de Montrouge 29.

  • 30  Alain Faure, « Lecture d’un espace urbain : banlieue noire, banlieue verte », Les premiers banlieu (...)

18La fête champêtre du club était un moyen d’associer la famille. Elle permettait aussi d’intégrer la culture partisane dans une perception duale de l’espace banlieusard, écartelé entre une « banlieue noire » des taudis et des usines, marquée par les combats revendicatifs, et une « […] banlieue verte, lieu et moyen d’un nouvel équilibre entre le corps, le travail et le logis, entre l’individu et la famille, bref une conquête, ou, pour le moins une aspiration populaire » 30.

  • 31  Front Rouge, organe du rayon communiste de Villejuif, 6/05/1933.
  • 32  L’Humanité, 26/09/1929.

19Les joutes sportives s’avéraient également très utiles pour essayer de racoler ou de convaincre les ouvriers égarés à l’USSGT. Par exemple à L’Haÿ-les-Roses, alors municipalité socialiste, se déroula une série de rencontres intéressées entre les équipes minimes de Clichy (USSGT), du Patronage Laïque de L’Haÿ (USSGT) et du CAO de Villejuif (FST) 31. Plus largement, l’inscription dans le championnat de football parisien de la FST resta ouvert aux équipes de l’USSGT, avec les « mêmes droits et devoirs »32, sans que leurs joueurs ne fussent contraints de démissionner de l’Union ou de s’acquitter d’une seconde licence. Ces contacts furent mentionnés par les journaux communistes comme autant de démentis à l’intransigeance de la direction de l’Union, obligée de prendre, en accord avec les directives de l’ISL, des « mesures conservatoires ». Néanmoins les cas de basculement de clubs entiers demeurèrent exceptionnels.

Dans le cadre de rencontres internationales

20C’était pourtant les rencontres internationales qui marquaient le plus les esprits et incarnaient l’idéal type de la propagande politique sportive. Ces matchs pouvaient prendre des formes variables, de la simple visite d’un club à un autre jusqu’à la coupe du monde de football ouvrier, conçue comme une grande manifestation préolympique. Signalons une fois de plus le rôle déterminant des municipalités dans l’organisation de ces rencontres internationales qui servaient à unir propagande locale et discours internationaliste

21Certains contacts avaient un caractère plutôt rare, voire exotique, comme les rencontres avec des organisations sportives sionistes (palestiniennes), anglaises (très faibles, mais assez anciennes) ou même uruguayennes, comme en témoigne une demande de prolongation de visa adressée par la FST au ministère des Affaires étrangères en octobre 1928.

22Les rencontres avec les sportifs ouvriers allemands et alsaciens étaient par contre l’un des très grands classiques de l’entre-deux-guerres. Elles permettaient au sport rouge d’entretenir des rapports suivis avec deux fédérations sportives ouvrières très puissantes, mais surtout de marquer à la fois son refus du traité de Versailles (dans le cas alsacien) et la pérennité de son origine pacifiste pour le cas allemand. Le match qui se tint le 11 novembre 1923 à la piste de Vincennes, entre une sélection parisienne et une équipe alsacienne, entrait dans cette tradition. À l’origine il s’agissait d’organiser un match « mettant aux prises fraternellement des ouvriers allemands et français ». Mais la situation politique en Allemagne (le coup d’État d’Hitler et de Luddendorf) empêcha « onze militants communistes » de quitter l’Allemagne. Il fallut donc improviser un match de substitution avec une équipe d’Alsace.

  • 33  L’Humanité, 18/01/1926
  • 34  L’ambassadeur de France à Moscou en rendit compte au sujet de l’équipe de Charles Michels en 1936.

23Mais pour les sportifs communistes, le cas le plus emblématique demeura durant toute l’entre-deux-guerres la possibilité de rencontrer des équipes venant d’URSS. L’équipe venue d’URSS, qu’elle fût une sélection régionale, de club ou d’industrie, représentait un instrument de propagande particulièrement efficace auprès du public ouvrier, dans le combat contre les réformistes notamment. Les dirigeants de l’USSGT n’hésitèrent pas également, fidèles à leur conception intransigeante du sport ouvrier, à renvoyer la balle quand la « démagogie unitaire » de la FST se faisait trop pesante. Ainsi en 1926, afin de se dérober à un match de foot contre une équipe d’URSS dont ils redoutaient l’instrumentalisation par les « bolchevistes français », les dirigeants de la FST-ISL refusèrent d’intercéder auprès des ministères concernés pour prolonger le visa des joueurs russes, se prévalant de leurs « conceptions sociales » 33qui leur interdisaient ce type de démarche auprès du pouvoir « bourgeois ». Le déplacement d’une équipe soviétique marquait donc toujours un temps fort du calendrier travailliste. En août 1934 se déroula la Coupe du monde du football ouvrier, à l’intérieur du Rassemblement Sportif International, dans un contexte dominé par la dynamique unitaire. Après une série de rencontres dans diverses communes de la banlieue (socialiste ou communiste), la finale se tint au vélodrome Buffalo de Montrouge, entre l’URSS et la formation norvégienne de l’ISOS. Dans ce cas précis, la manifestation sportive internationale se conjugua avec une série de rencontres et de tournois entre les clubs de la banlieue parisienne, sur le thème de l’unité. On marquait ainsi sa volonté d’associer les différents niveaux de pratique, ce qui était une spécificité travailliste par rapport à la politique de la FFFA. Naturellement les pouvoirs publics ne voyaient pas forcément d’un bon œil cette agitation politique autour de rencontres sportives. De plus les relations avec l’État soviétique compliquaient la tâche des sociétés sportives travaillistes dans leurs démarches auprès des instances diplomatiques pour obtenir les autorisations nécessaires. Néanmoins tout refus ou interdiction se transformait en opportunité de mobiliser les militants ou les travailleurs en faveur de leurs frères footballeurs soviétiques. Un tract de 1928, destiné à protester contre le refus des pouvoirs publics de laisser venir des footballeurs soviétiques dans le cadre d’un tournoi pré-olympique au stade Pershing (alors qu’Allemands et Anglais y étaient autorisés), avait pour titre « Pour la défense de l’URSS, pour affirmer votre solidarité avec les sportifs russes ». Le parti ne ratait jamais, il est vrai, l’occasion de jouer des coudes en faveur de l’URSS. Ainsi en 1931, le secrétariat de la « fraction parlementaire » demanda la désignation d’un camarade-député pour accompagner une délégation FST au ministère pour obtenir l’autorisation de faire venir des sportifs soviétiques à Noël. Sur demande de la FST, les voyages ne s’effectuaient d’ailleurs pas à sens unique. Les voyages en URSS étaient également vécus comme un moment fort car ils constituaient une forme de défense de la « Patrie du socialisme ». À l’occasion d’un déplacement de sportifs syndicaux français en URSS, on peut lire dans Travailleurs de la Métallurgie (CGTU) de juillet 1930 : « Cela, c’est une des formes de la défense de l’URSS, celle qui consiste à la faire connaître et à détruire ainsi tous les mensonges déversés chaque jour sur elle par la presse vendue. » Au retour, était organisé un meeting où il n’était pas rare qu’un sportif sympathisant fît état de son ralliement à la cause bolchevique. Ces déplacements étaient aussi l’occasion pour les sportifs ouvriers français de sortir simplement du pays et de se mesurer à un jeu bien supérieur au leur. André Jolicart, qui se rendit en URSS en 1938, eut l’impression de jouer contre des pros, grand souvenir pour cet ouvrier de l’aéronautique passionné de football. Il se souvenait d’avoir « pris la pâtée » contre le Spartak, une équipe « presque professionnelle ». En fait les médias soviétiques pouvaient quelquefois juger sévèrement la faiblesse technique des équipes françaises que ne compensait pas leur authenticité prolétarienne 34.

  • 35  L’Humanité, 7/03/37. La solidarité avec l’Espagne républicaine toucha particulièrement le sport tr (...)

24La fin des années trente apporta enfin un nouveau type de propagande dans le sport, en faveur cette fois-ci des peuples victimes du fascisme. Le cas espagnol est particulièrement exemplaire dans la mesure où il liait, à travers les Olympiades populaires avortées à Barcelone, l’expérience concrète des sportifs travaillistes à leur engagement militant. Ainsi les équipes corporatives multiplièrent les rencontres avec des formations espagnoles républicaines. Par exemple, le 6 mars 1936, les meilleurs footballeurs métallos affrontèrent une sélection catalane à la Cipale, devant 8 000 spectateurs qui manifestèrent « […] ainsi toute leur solidarité envers nos camarades en lutte pour leur liberté démocratique » 35. De même plus tard, au fur et à mesure que la situation internationale se détériora, les clubs ouvriers tentèrent de soulager les victimes de la guerre. L’USO-PTT joua à Malakoff contre le club local, l’USO, lors d’une journée de soutien à la Tchécoslovaquie. Le 13 novembre, l’équipe Paris-corpos affronta à Vincennes, devant 7 000 personnes, le Sporting Club Tchécoslovaque (FFFA) au cours d’un match de soutien aux réfugiés tchécoslovaques, sous le patronage de Ce Soir, quotidien communiste, et des syndicats de la métallurgie, en présence du consul tchécoslovaque.

Conclusions

  • 36  Jean-Paul Molinari utilise cette expression dans le cas du PCF.
  • 37  Comme l’explique Alain Corbin, le football aide à « métamorphoser la culture ouvrière en une cultu (...)

25L’exemple du football ouvrier démontrait donc la faculté de ce sport à se fondre dans « l’hyper politisation du quotidien », pour reprendre les mots de Sylvie Rab. Autrement dit, il était capable de féconder « les cercles préalables » du parti 36, et dans le même temps d’incarner une forme de culture nationale commune, extérieure aux sphères politiques et les dépassant. Il formait l’une des pièces qui assuraient l’assemblage progressif du puzzle de la culture populaire 37. En même temps, il se démocratisait dans les ruelles de banlieue. Il rappelait ainsi la dimension nationale et populaire de la culture ouvrière, tout en confortant la gestion locale communiste, socialiste, voire syndicale.

26En effet, pour les responsables du sport travailliste, la pratique du football avait aussi une dimension éthique et politique puisqu’elle servait l’idéal de la lutte de classe pour atteindre le socialisme. Les matchs internationaux en étaient le témoignage le plus spectaculaire car ils étaient mis ouvertement sur pied dans un but de propagande en faveur de l’internationalisme prolétarien. Mais l’organisation régulière de compétitions entre clubs de même obédience avait quant à elle pour fonction de souder les compétiteurs autour de valeurs communes. L’épanouissement par la pratique du football n’était donc pas un but en soi. Le sport était un vecteur vers d’autres préoccupations beaucoup moins ludiques.

Haut de page

Notes

1  Le Socialiste, n° 208, 9-16/05/1909.

2  Les socialistes aimaient à le rappeler avant 1914 : « N’est-ce pas chez nous, au Club Athlétique Socialiste de Levallois, que Chayrigues, le meilleur goal français, fit ses débuts ? » : L’Humanité, 8/02/1913

3  On comprend que dans cette optique le monde communiste ne peut se résumer à une contre-culture.

4  Michel Verret, La culture ouvrière, Paris, L’Harmattan, 1996. L’espace ouvrier, Paris, L’Harmattan, 1995.

5  Le socialiste, 8, 15/12/1907.

6  L’organe des guesdistes s’inscrit dans une certaine tradition de méfiance marxiste envers les loisirs assimilés à l’oisiveté, l’opium bourgeois. Selon Alain Carrigou, « la critique sociale de la bourgeoisie est donc en même temps celle du loisir dans la mesure où celui-ci se confond avec la condition de vie bourgeoise ». « Socialisme et loisir », Oisiveté et loisirs dans la société dans les sociétés occidentales au xixe siècle, Abbeville, Imprimerie F. Paillard, 1983, p. 43.

7  H. Kleynoff, L’Humanité, 17/04/1911.

8  Jean-Louis Robert, Les ouvriers, la patrie et la révolution. Paris 1914-1918, Paris, Les Belles Lettres, 1995.

9  La disparition dans le titre de la référence politique et même sociale constitue une singularité du club du vingtième arrondissement de Paris dans la chronologie du sport travailliste.

10  Réunion du 6 novembre 1917 du Bureau de la Commission sportive de la FSSG (Archives FSGT).

11  L’éducation physique et les sports athlétiques en France, mai 1922, p. 142.

12  Nicolas Kssis, « Le football, histoire(s) d’une passion populaire », Seine-Saint-Denis, chantiers et mémoires, Paris, Autrement, collection France n° 16, 1998.

13  Le parti communiste finit par s’inquiéter de la faiblesse chronique de « cette fédération de sectes avec quelques milliers d’adhérents ». Intervention de François Billoux au CC, 20/06/1928, BMP 326.

14  En 1920, Jules Morant écrit [Floréal, 7/02/1920] « nous considérons l’éducation physique comme l’école primaire du sport et de la santé ». Les footballeurs sautent trop souvent à leur goût cette étape. Le programme élaboré à l’occasion des élections législative de 1936 par la FSGT « Pour une jeunesse saine, forte et joyeuse », attache une importance primordiale à la question du sport à l’école. Elle vivra l’instauration du Brevet sportif populaire par le sous-secrétariat de Léo Lagrange comme la satisfaction d’une de ses principales revendications.

15  Sport, organe de la FSGT, 22/09/1937

16  D. Rebrik, « La valeur du Football-Association », Le sport ouvrier, organe de la FST, 5/11/1923.

17  Ibidem.

18  Sport, 11/08/1937.

19  La voix de l’Est, 25/11/1933.

20  Séance du BP du PCF, date incertaine, BMP 326.

21  Sport, 31/10/1934.

22  « L’apprentissage d’un intellectuel : du militantisme au quotidien. Entretien avec Jean-Paul Vernant », Raison présente, n° 118, p. 77-116.

23  L’Humanité, 21/10/1928.

24  Intervention de Raymond Guyot devant le Comité Central (CC) du Parti Communiste français le 1er novembre 1934. Raymond Guyot (1903-1986) était alors secrétaire général des Jeunesses Communistes et membre du CC du PCF.

25  L’USI a 60 ans, Ivry, USI, 1979, p. 4.

26  « Vers une fédération unique des travailleurs sportifs : L’exemple d’Ivry », Avant-garde, 21/07/1934.

27  Le Sport ouvrier du 7 au 20 octobre 1925.

28  L’Humanité, 2/09/1921.

29  L’Humanité, 12/11/1937.

30  Alain Faure, « Lecture d’un espace urbain : banlieue noire, banlieue verte », Les premiers banlieusards. Aux origines de la banlieue 1860-1940, Paris, Éditions Créaphis, 1991, p. 10.

31  Front Rouge, organe du rayon communiste de Villejuif, 6/05/1933.

32  L’Humanité, 26/09/1929.

33  L’Humanité, 18/01/1926

34  L’ambassadeur de France à Moscou en rendit compte au sujet de l’équipe de Charles Michels en 1936.

35  L’Humanité, 7/03/37. La solidarité avec l’Espagne républicaine toucha particulièrement le sport travailliste, dont les militants assistèrent aux premiers combats à Barcelone, où ils devaient participer à l’Olimpiada Popular. Gilbert Déverines, juillet 1936-Juillet 1996. Soixantième anniversaire des Olympiades Populaires de Barcelone, Bordeaux, Institut d’histoire sociale CGT d’Aquitaine, 1996. Pour illustration, une sélection de joueurs FSGT de la métallurgie parisienne affronte le 6 mars 1937 l’équipe de Barcelone à la piste municipale de Vincennes. La Vie Ouvrière, 4/03/1937.

36  Jean-Paul Molinari utilise cette expression dans le cas du PCF.

37  Comme l’explique Alain Corbin, le football aide à « métamorphoser la culture ouvrière en une culture nationale » [« Le destin contrasté du football », L’avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Aubier, 1995, p. 224]. En France la matrice politique s’avère davantage décisive dans ce processus, en raison de la relative déficience identificatrice des clubs professionnels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Kssis, « Le mouvement ouvrier balle au pied, culture populaire et propagande politique : l’exemple du football travailliste en région parisienne (1908-1940) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 88 | 2002, 93-104.

Référence électronique

Nicolas Kssis, « Le mouvement ouvrier balle au pied, culture populaire et propagande politique : l’exemple du football travailliste en région parisienne (1908-1940) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1592

Haut de page

Auteur

Nicolas Kssis

Chercheur à la FSGT

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page