Navigation – Plan du site
DOSSIER

Une affaire trop sérieuse ?

À propos de la signification particulière du sport pour les Finlandais
Seppo Hentilä
Traduction de Maurice Carrez
p. 79-91

Résumé

En Finlande, le sentiment d’appartenance nationale se consolida au début du XXe siècle grâce aux victoires sportives remportées sur l’arène internationale. Cela résultait de la situation particulière du pays au sein de l’empire tsariste ainsi que de l’existence d’un puissant mouvement associatif et patriotique. Par la suite, bien que divisé en fédérations rivales sur une base politique, le sport ne perdit pas sa fonction unificatrice. La foi dans les valeurs sportives reste encore aujourd’hui une donnée incontournable que les scandales du dopage et la professionnalisation à outrance ont à peine modifiée.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Finlande

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le grand coureur français Jean Bouin, que le « Finlandais souriant » Hannes Kolehmainen battit aux Jeux olympiques de Stockholm en 1912 d’un dixième de seconde sur 5 000 mètres, tomba au front deux ans plus tard, au tout début de la Première Guerre mondiale. On raconte qu’au moment où il reçut un éclat d’obus dans la poitrine, Bouin s’écria : « Vive la France, vengez-moi. » Quand, petit garçon, je lus la légende du vaillant coureur français dans L’histoire du sport de haut niveau de Martti Jukola, elle me fit, comme sûrement à des dizaines de milliers d’autres camarades finlandais du même âge, une forte impression. De telles histoires sembleraient sûrement infantiles aux jeunes d’aujourd’hui qui ont goûté à tout et ont connu l’âge des médias. Plus tard ma propre crédulité en prit un coup : toute cette histoire était une invention de Finlandais fanatiques de sport. Jean Bouin, c’est vrai, tomba au front le 29 septembre 1914, mais les sources françaises ne disent rien de ses derniers mots. Vraisemblablement, des journalistes sportifs qui s’étaient passionnés pour les olympiades de Stockholm avaient mis ces paroles dans la bouche de Bouin afin de pouvoir louer l’héroïsme de celui qui avait donné une si courageuse réplique au « souriant Hannes ». Le plus important en tout cas pour les Finlandais était que ce dernier eût triomphé et que Bouin fût arrivé deuxième ; c’est précisément en raison de cet ordre d’arrivée que celui-ci avait gagné une éternelle place d’honneur dans l’histoire du sport national. Autrement, on ne s’en serait même plus souvenu. À dire vrai, ce n’est pas un hasard si les Finlandais honorent en priorité les médaillés d’argent qui ont perdu devant un de leurs compatriotes après avoir donné une bonne réplique. L’image de la Finlande qu’Hannes Kolehmainen a donnée au monde en courant à Stockholm en 1912 est devenue une marque de notre identité nationale au même titre que le sauna, la persévérance finnoise et le juron « perkele ». Dans les écoles, on raconte encore de nos jours sa légende aux générations montantes. Les victoires sportives ont développé la conscience nationale ; elles sont le fondement d’un sentiment identitaire ou d’appartenance développé de manière plus volontariste dans notre pays que partout ailleurs.

Le sport est arrivé en Finlande « au bon moment »

  • 1  On entend par fennomanes les nationalistes finlandais qui considéraient que la langue finnoise dev (...)
  • 2  C’est-à-dire l’empire russe, où la Finlande jouissait du statut de Grand-Duché autonome depuis 180 (...)

2La foi que les Finlandais ont dans le sport repose indéniablement sur une base solide. Il y a cent ans, ce dernier a amorcé sa marche triomphale juste au moment où la nation était en train de se former dans des circonstances politiques difficiles. Dès l’origine donc, le sport a été associé à d’autres valeurs importantes : la défense de la patrie, la mise en place d’une culture finnoise et le développement de l’éducation populaire. Dans les années 1860, en Finlande comme dans les autres pays du Nord, une nouvelle société avait commencé à se développer, à l’intérieur mais aussi en dehors des limites de la société d’ordres ; elle était fondée sur les échanges, le marché et l’affirmation des individus : c’était la société civique. Elle créait en dehors de l’État un espace d’action publique, dont le cadre organisationnel était fourni par le mouvement associatif de masse. Les nouvelles associations libérales se distinguaient en principe de la structure corporative de la société d’ordres par le fait qu’elles étaient, au moins sur le plan formel, libérées de la tutelle de l’État et de l’Église, et que l’adhésion y dépendait du libre arbitre de leurs membres. L’action indépendante des citoyens fut ainsi liée dès le départ en Finlande à des préoccupations politiques et sociales. Mais au sein des divers mouvements, on développait d’autres pôles d’intérêt, dont le sport et la gymnastique. Dans le cadre du réveil national, les dirigeants fennomanes 1commencèrent vers la fin des années 1870 à s’intéresser à la culture du corps, en rapport avec la défense du pays. La fennomanie était un mouvement politique, à base linguistique et culturelle, créé par des intellectuels ; ses objectifs centraux étaient la fennisation des élites et l’éducation de la plèbe fennophone. Les fennomanes s’efforcèrent d’adapter le mouvement gymnique et sportif à l’organisation sociale et étatique dominante. Du pathos à connotation patriotique vint l’idée qu’il fallait s’efforcer de développer la forme physique des citoyens pour assurer la défense du pays, mais en restant dans le cadre étatique en vigueur 2. Quand en 1878 fut mise en place une organisation de défense basée sur le service militaire universel, les intellectuels s’intéressèrent à la forme physique des gens du peuple. On estimait alors que près de la moitié des hommes étaient inaptes au service ; ils souffraient de rachitisme et de maladies pulmonaires, leurs dents étaient en mauvais état et le reste à l’envi. Les fennomanes utilisèrent ces faits comme éléments de propagande ; l’éducation sportive se développa donc plus rapidement au sein des couches populaires au début des années 1880 en raison de l’acuité de la question militaire. La Société d’éducation populaire fondée en 1874 par les fennomanes prit ainsi en charge la question de la culture physique au moment précis où fut lancée la réforme des armées. Le message était clair : être un soldat en bonne forme devenait par le biais du service militaire universel une obligation civique du Finlandais. Mais la Société d’éducation populaire ne se contenta pas seulement d’instruire ; elle remit à l’honneur dans les années 1880 les fêtes traditionnelles et recommanda pour cette raison l’usage des anciens jeux et compétitions populaires. En Finlande, il n’y avait pas d’espace politique à la fin du xixe siècle pour les libéraux (sans parler de mouvements radicaux s’appuyant sur les couches populaires). Les mouvements de masse contribuèrent à des réformes sociales non négligeables, mais ne s’élevèrent pas contre l’organisation socio-politique dominante. Il n’y eut pas de séparation brutale entre la société civile et l’État, leur objectif commun étant le renforcement de la nation. Au début, le profil politique du mouvement gymnique et sportif était donc lui aussi très modéré et loyaliste.

  • 3  Le mouvement des sociétés de jeunesse était dominé par les nationalistes fennomanes. Note du tradu (...)

3Le sport contemporain avec ses clubs, ses règles et ses records commença à se développer en tant que tel à la fin du xixe siècle. Les sociétés gymniques et sportives proprement dites furent parmi les pionnières du mouvement associatif en Finlande, mais en dehors d’elles maintes autres organisations civiques mirent l’éducation physique à leur programme. En particulier, les Finlandais pratiquèrent la gymnastique et le sport dans des clubs créés par des compagnies de pompiers, des sociétés de tempérance, des sociétés de jeunesse et des maisons du Peuple. Ce trait est peut-être le plus caractéristique des associations sportives finlandaises. Son influence a duré jusqu’à nos jours, car le lien entre les fédérations sportives et les partis a été chez nous exceptionnellement fort, avec pour conséquence le fait que les organisations sportives sont devenues des groupements à vocation politique. L’éducation populaire, la tempérance et le sport furent ainsi depuis le début du xxe siècle les pierres d’angle idéologiques de la plupart des grands mouvements civiques, quelles que soient leur composition sociale et leur couleur politique. Autre fait d’importance : en Finlande le sport n’est pas resté le privilège d’une élite de la fortune et de la naissance. La diffusion de l’idéal finnois, le travail d’éducation populaire, en particulier le mouvement des sociétés de jeunesse 3et le mouvement ouvrier, ont enraciné le sport au sein de la paysannerie et de la classe ouvrière. De ce fait, les activités des associations sportives se sont étendues aux campagnes avant même l’indépendance de la Finlande en 1917.

Pourquoi le sport s’est-il politisé ?

4Le respect de la loi et des autorités, le légalisme et l’étatisme, ont été parmi les traits saillants des mouvements de masse finlandais, y compris sportifs, des origines à nos jours. Leur haut degré d’organisation était également une de leurs caractéristiques : le plus souvent il y avait trois niveaux : la fédération, la ligue régionale et les organisations locales, structure qui copiait celle de l’administration publique. On respectait profondément les règles de l’activité associative et on tenait les réunions selon des procédures formelles strictes. Même dans les assemblées des plus petites associations, on faisait toujours un compte rendu précis des débats. C’est pourquoi, en Finlande et dans les autres pays nordiques, les archives couvrent bien la vie civique et associative, ce dont nous pouvons leur être reconnaissants. Les organisations étaient une véritable référence pour leurs membres. Elles leur offraient, comme on dit, un deuxième foyer. Au début du xxe siècle les sections locales des mouvements construisirent, grâce à l’entraide de leurs membres, des milliers de locaux associatifs et de maisons du Peuple. La culture d’organisation née en leur sein était très semblable dans la forme, bien que le contenu idéologique de l’action et les objectifs politiques différassent très nettement d’une formation à l’autre.

5La vie sportive en Finlande commença à se politiser en effet au début du siècle. Les grandes querelles politiques de l’époque – la question linguistique (le combat pour le droit du finnois à obtenir un statut semblable au suédois), la question russe et la question ouvrière – eurent une influence sur ce processus. En particulier, la détérioration dramatique des rapports avec la Russie (en 1899, le tsar Nicolas II lança la campagne de russification du pays) eut des répercussions sur la place de la gymnastique et du sport en Finlande. Dans l’atmosphère de ce qu’on a appelé les années d’oppression, au début des années 1900, les espoirs mis dans le sport de compétition revêtaient une signification nationale très spécifique, en relation avec la politique russe. La suppression de l’armée finlandaise en 1901 et le début de la conscription illégale au profit de l’armée russe en 1902 donnèrent une nouvelle impulsion à la propagande sportive destinée aux citoyens. Son message consistait en un appel général à s’organiser et à rendre les organisations civiques responsables de la défense du pays ; en même temps, elle s’efforçait de promouvoir certains sports considérés comme utiles pour l’instruction militaire comme le ski, le tir, la navigation à voile et la gymnastique. Les gymnastes féminines finlandaises, pour leur part, furent presque les premières dans le monde à fonder leur propre ligue gymnique (en 1896) et à la diriger elles-mêmes. C’est exceptionnellement tôt si l’on se place d’un point de vue comparatif international, car ailleurs les femmes ne dirigeaient pas en général leurs sociétés sportives et gymniques. Les femmes finlandaises participèrent également très tôt au sport de compétition, bien que le mouvement sportif, dominé par des hommes, eût longtemps une attitude fuyante vis-à-vis de ce problème. En juin 1900, au moment où la Société d’éducation populaire organisait sa grande fête de la musique et du chant, naquit sur une base purement fennophone la Ligue finlandaise de gymnastique et de sport (Suomalainen Voimistelu-ja-Urheiluliitto, SVUL) ; mais elle ne fut pas autorisée par le tsar de Russie. Lors de la grande grève de 1905, l’entente entre fennophones et svécophones permit la refondation de la SVUL sur une base bilingue. Y adhérèrent aussi la plupart des sociétés sportives et gymniques dépendant des maisons du Peuple, dont le nombre augmenta jusqu’à plus de 800 en 1917. Mais en raison d’une renaissance de la querelle linguistique, les sociétés svécophones se séparèrent de la SVUL et fondèrent en 1912 leur propre fédération, la Svenska Finlands Idrottsförbundin (SFI).

6À partir de 1908, l’atmosphère politique dégradée de la deuxième période de russification permit, du moins en partie, la percée étonnamment rapide du sport de haut niveau. Le combat tenace des Finlandais contre l’oppression russe éveilla dans le monde une large sympathie. Les Jeux olympiques eurent alors une très grande signification symbolique pour deux raisons : la première, c’est que, dès les débuts, les athlètes finlandais y connurent une réussite évidente ; la seconde, c’est que ces derniers ne purent pas utiliser tout de suite leurs propres insignes nationaux pour marquer leurs succès. Les victoires sportives prirent dans cette situation une dimension politique nouvelle : la finnité et le sentiment d’appartenance nationale furent fondés chez nous de manière exceptionnellement forte sur les exploits des sportifs. Des slogans comme « La Finlande finnoise a gagné » ou bien « On a fait courir la Finlande sur la carte du monde » reflétaient une réalité, à savoir qu’en tant que nation, les Finlandais furent les premiers à utiliser de manière résolue leurs victoires sportives comme moyen d’auto-légitimation nationale. Il n’y a nulle part d’exemple équivalent avant la Première Guerre mondiale. On donnait au combat des Finlandais sur les arènes olympiques un contenu en relation avec la politique russe. Les fennomanes les plus ardents se réjouissaient aussi de ce que nos vainqueurs olympiques fussent sans conteste des fennophones, des hommes issus de la profondeur du peuple, à l’instar du plus grand héros finlandais des Jeux de Stockholm, le coureur Hannes Kolehmainen, simple ouvrier du bâtiment. Les Finlandais prirent part pour la première fois aux olympiades lors des Jeux intermédiaires d’Athènes en 1906. Le résultat en fut d’emblée deux médailles d’or. L’ambassadeur russe à Athènes ne permit cependant pas que les Finlandais pussent hisser le drapeau à la croix bleue en signe de victoire, mais exigea au rebours l’usage du drapeau russe. Aux Jeux de Londres en 1908, la Finlande était encore présente comme participant officiel. Le conflit concernant les insignes nationaux se poursuivit avec la Russie. Lors du défilé d’ouverture, les Finlandais furent contraints de marcher à la suite des Russes avec une simple pancarte « Finlande ». Il fallut monter le drapeau russe avec un minuscule écusson finlandais au mat des vainqueurs. Quatre ans plus tard, à Stockholm, les conditions imposées par la Russie étaient encore plus sévères : les Finlandais devaient se présenter dans tous les contacts publics avec des officiels de la métropole. À la fin, un compromis fut trouvé : la Finlande devrait marcher avec la Russie, distinguée par son propre écusson. La participation de la Bohême au sein de la délégation d’Autriche-Hongrie avait fait l’objet d’une semblable décision. Mais en pratique, cela ne mit pourtant pas fin aux difficultés. Lors de la cérémonie d’ouverture, les Finlandais portèrent non seulement l’écusson mais également le drapeau de la Société de gymnastique féminine suédoise de Helsinki ; de plus, les organisateurs firent jouer en l’honneur de l’équipe finlandaise une musique militaire du temps de la domination suédoise.

Les victoires sportives ont forgé la « finnité »

7À Stockholm, le cadre offert à la campagne de publicité olympique de la Finlande était favorable. Quand la Finlande battit la Russie 2-1 en football, on hissa le drapeau du pays vaincu, c’est-à-dire la Russie. Les Finlandais présents dans la tribune déployèrent pourtant une banderole blanche sur laquelle avait été écrit en suédois : « la Finlande a gagné. » Il était très important pour les Finlandais que l’on remarquât leurs succès sportifs à l’étranger. Lauri Pihkala, alias Tahko, écrivit peu après les Jeux que, suite aux victoires d’Hannes Kolehmainen, beaucoup d’amateurs de sport à l’étranger avaient posé une carte devant eux et y avaient cherché le pays qui avait fait l’éducation d’un coureur aussi vaillant. Il y a sans doute une part de vrai, mais à mon avis on a exagéré l’intérêt porté alors à la Finlande. Les Finlandais réussissaient surtout en athlétisme et en lutte, des sports que l’on prisait seulement dans quelques pays, surtout les États nordiques, la Grande-Bretagne et les États-Unis, et là aussi dans des cercles étroits de passionnés. Par exemple, les journaux allemands ne parlaient pas à cette époque d’athlétisme et de lutte. L’importance des Jeux de Stockholm et des victoires sportives avait à n’en pas douter une plus grande résonance en Finlande qu’à l’étranger. Plus tard, dans les années 20, le nom de Paavo Nurmi devint bien mieux connu des amateurs d’athlétisme dans le monde que celui d’Hannes Kolehmainen après les Jeux de Stockholm. Lauri Pihkala fit en 1916 l’éloge du sport comme rempart des cœurs finlandais : « Lorsqu’ils s’amusent à imiter les Jeux olympiques, les enfants font jouer encore maintenant les Finlandais contre les autres peuples. Et tant que cela sera, nous n’aurons pas besoin de craindre que des idées étrangères viennent embrouiller l’esprits de nos futurs adultes et nous pourrons croire à l’avènement final de ce pays et de ce peuple. » Il y a toutefois une idée fausse qui s’attache à l’interprétation des victoires sportives : c’est celle selon laquelle elles auraient dès le départ préparé la route à l’indépendance finlandaises. Un simple examen de l’histoire de l’indépendance montre qu’il n’en est rien. L’idée d’une séparation définitive d’avec la Russie reposait jusqu’en mars 1917 sur un socle fragile, de sorte qu’on n’aurait pas pu la réaliser davantage avec le sport qu’avec d’autres types de performances. Il est plus juste de parler d’une construction de la nation, dans laquelle le sport, en raison des conditions favorables précédemment mentionnées, eut une place centrale. À Stockholm, il n’était pas encore question d’aller vers l’indépendance de la Finlande, mais de défendre l’autonomie contre la politique de russification. L’idée que les victoires sportives auraient eu une signification dans le combat pour l’indépendance est née après la guerre civile de 1918. Elle est liée logiquement à l’interprétation des événements que firent les vainqueurs, interprétation selon laquelle le conflit était une guerre de libération, un résultat conforme au long combat des Finlandais pour l’indépendance.

Le sport, facteur de division et d’unité

  • 4  On nommait ainsi les groupes armés dépendant des partis bourgeois. Note du traducteur.
  • 5  Suomen Voimistelu ja Urheilun Liitto (Ligue gymnique et sportive de Finlande) ; Työväen Urheilun L (...)

8Aux olympiades de Stockholm en 1912, « on fit courir la Finlande sur la carte du monde », mais six années plus tard les sportifs blancs et rouges combattirent les armes à la main les uns contre les autres. Comme il n’y avait pas en Finlande d’armée permanente dotée d’une instruction militaire (on l’avait supprimée en 1901), les sportifs constituèrent, tant du côté blanc que du côté rouge, les véritables troupes de choc. La situation était semblable de part et d’autre du front : une société de jeunesse, une compagnie de pompiers, une maison du Peuple ou une association sportive pouvait en tant que telle être à l’origine d’une garde civique 4ou d’une garde rouge. L’épilogue de la guerre civile accéléra de manière décisive la division en deux du mouvement sportif. Juste après le conflit, on commença à exclure des clubs de la SVUL les éléments qui avaient combattu du côté rouge. La direction de la fédération différa pourtant sa décision finale envers les mutins rouges jusqu’à la fin novembre 1918, quand la plus grande partie de ceux qui étaient encore en vie dans les camps de prisonniers, près de 20 000 personnes, purent être graciés. Il ne restait plus alors d’autre solution aux sportifs rouges que de fonder leur propre Ligue sportive ouvrière. Ceci eut lieu en janvier 1919. Cette division d’ordre politique fut durable et au début très radicale, puisque dans les années 20 et les années 30 il n’y eut aucune collaboration d’ordre sportif entre la SVUL bourgeoise et la TUL socialiste 5.

9Les sportifs ouvriers ne représentaient leur pays ni aux Jeux olympiques ni dans aucune autre compétition internationale. Ils n’avaient pas le droit de prendre part aux championnats de Finlande et leurs records n’étaient pas enregistrés comme records nationaux, même s’ils étaient meilleurs que ceux des sportifs bourgeois. Les considérations idéologiques du sport ouvrier (le socialisme et ses idéaux éducatifs, l’internationalisme, l’unité avec les autres mouvements ouvriers et la critique radicale du sport bourgeois) étaient soulignées dans le programme de la TUL. Mais les exigences de la compétition orientèrent aussi sa politique sportive, car les clubs ouvriers s’étaient déjà développés avant la guerre civile en relation avec le mouvement rival.

10Au début des années 20 les gardes civiques, à partir desquelles avait été formée à l’été 1918 une organisation de défense armée semi-officielle, constituaient la partie la plus dynamique du sport bourgeois. La gymnastique et le sport faisaient partie depuis le début de leur programme éducatif. Grâce au sport on pouvait améliorer la forme et le savoir-faire des membres en matière de défense du territoire. La SVUL et les Gardes civiques eurent toutefois entre elles à la même époque des démêlés pour fixer leurs espaces d’intervention respectifs. En pratique, c’était les mêmes hommes qui se trouvaient dans les organismes dirigeants et c’était avant tout la SVUL qui profitait de la division du travail car les meilleurs compétiteurs des Gardes civiques, surtout les skieurs, venaient grossir ses rangs.

11La culture d’organisation finlandaise atteignit sa pleine mesure dans les années 30. Les caractéristiques des mouvements de masse étaient alors les suivantes :

12– un nombre élevé d’adhérents et une large extension territoriale ;

13– une idéologie commune et un programme fondé sur elle ;

14– une activité continue sur le long terme ;

15– une indépendance par rapport à l’État et au reste de la société ;

16– une homogénéité des membres et une solidarité interne ;

17– le caractère démocratique de la prise de décision à l’intérieur de l’organisation.

18Bien que le mouvement sportif se fût divisé en deux en 1919, les blancs et les rouges furent à nouveau frères d’armes en 1939-1940 contre l’Union soviétique. À la mi-décembre 1939, lorsque les Finlandais obtinrent leur première grande victoire défensive de la Guerre d’hiver à Tolvajärvi, les journaux suédois s’intéressèrent au fait que les héros de la bataille étaient de jeunes sportifs ouvriers de Tampere qui avaient pour beaucoup perdu leur père au printemps 1918 quand on avait fusillé les rouges après la prise de la ville. Celui qui commandait « les gars de Punikki » à Tolvajärvi n’était autre que le lieutenant-colonel Ari Pajari qui, durant l’été 1933, en tant que chef des Gardes civiques, avait ordonné d’arracher des mâts les drapeaux rouges fêtant le congrès du SDP à Tampere. Malgré ce processus de rapprochement national, le mouvement sportif ne fusionna pas et resta l’objet de conflits politiques d’une décennie à l’autre.

19En Finlande, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, on faisait donc du sport pour sa patrie, sa langue, sa classe et son parti dans des associations dépendant d’organisations très diverses. Reflet de ces combats, la structure organisationnelle du sport finlandais est restée extrêmement complexe, diverse et marquée par les contradictions politiques. En matière de querelles politico-sportives, nous sommes certainement imbattables (mais sans doute est-il difficile de considérer cela comme positif). Du coup, la signification nationale et politique du sport a été ces dernières décennies beaucoup plus soulignée qu’en Suède par exemple. Cela provient sûrement de ce que notre histoire politique a été beaucoup plus tempétueuse et dramatique dans la première moitié du siècle que celle de notre voisin occidental. Il y a d’ailleurs peu de pays comparables dans le monde à la Finlande dans le domaine du sport. Si l’on prend comme critère le nombre de pratiquants actifs, seuls les autres pays nordiques sont capables de rivaliser avec nous. C’est toutefois dans les années 1960 que les Finlandais sont venus se classer parmi les plus gros adeptes de l’exercice physique. Le fait que les changements structurels de la population active, l’industrialisation et l’urbanisation soient intervenus chez nous bien après les autres pays occidentaux a eu une influence sur ce retard.

Les victoires sportives à l’origine de la conscience nationale

20Les Finlandais utilisèrent leurs victoires sportives pour renforcer la conscience nationale, mais pour être juste, il faut établir une nette différence dans ce domaine avec la manière dont on organisa la soumission du sport aux intérêts politiques dans les dictatures fascistes ou communistes, par exemple dans le IIIe Reich ou en RDA. Dans les pays totalitaires, l’instrumentalisation du sport était systématique ; elle reposait clairement sur des décisions politiques ainsi que sur une violation sans scrupules des valeurs du sport amateur et des règles internationales qui s’y rattachaient. À aucun moment en Finlande, ni dans les années 20, ni dans les années 30, il n’arriva quelque chose de semblable. L’État ne dirigeait en rien le sport et la pression économique sur le sport de haut niveau était de peu d’importance par rapport à aujourd’hui. Il est essentiel d’observer, et c’est une des thèses principales de mon exposé, que la foi des Finlandais dans le sport vint du bas, du mouvement sportif lui-même, et qu’elle était donc en harmonie avec les valeurs patriotiques de la société civile (pour le sport ouvrier avec celles de la classe ouvrière). Bien que le mouvement sportif eût été divisé politiquement en deux camps après 1919, la foi dans le sport était très semblable de chaque côté. La TUL était aussi avant tout une organisation tournée vers le sport de compétition et les jeunes qui y adhéraient avaient leurs propres héros des olympiades ouvrières. Dans ces dernières, la TUL avait le sentiment de se battre pour la Finlande ; quand la Ligue envoya une équipe aux premiers Jeux rouges d’hiver en 1925 à Schreiberhau en Allemagne, on décida de coudre sur le costume officiel le drapeau finlandais. Il est vrai que la décision fit l’objet d’un vote au sein du Conseil de la Ligue, mais les sociaux-démocrates l’emportèrent sur les communistes par 5 voix contre 3. La majorité fonda sa position sur le fait qu’elle avait reçu de l’État finlandais un somme conséquente pour payer les frais de voyage.

21Mais y a-t-il quelque chose d’autre que l’on puisse comparer au sport et auquel les Finlandais auraient cru aussi fortement et massivement malgré les différences de classe, de fortune et de toutes sortes ? La recherche récente a fait de l’idéologie tempérante une croyance civique des Finlandais. L’idéal tempérant se répandit dans presque toutes les classes de la société à la fin du xixe siècle. Il contenait une grosse dose de pathos collectif et une forte charge émotionnelle, mais comme on le voit encore hélas aujourd’hui dans la culture alcoolique finlandaise, il n’entraînait pas forcément une tempérance personnelle absolue. C’est pourquoi il n’était pas rare en Finlande que de fervents militants tempérants se missent de temps à autre à boire sans mesure. C’est justement à cause de cette contradiction flagrante entre l’idéal et la réalité que le mouvement tempérant reçut un tel soutien.

22L’un des interprètes les plus éloquents du nationalisme sportif finlandais fut Martti Jukola, spécialiste du sport à la radio nationale et docteur en philosophie. En l’honneur de l’année olympique 1932, il publia une collection d’écrits sur le sport à laquelle il donna un titre ronflant : « Nous croyons au sport ». Jukola y prêchait les valeurs sacrées du sport, le noble goût de la compétition, le charme de la victoire et l’esprit de camaraderie. Selon lui, la Finlande avait cru et « croyait au sport qui unissait le peuple dans le désir de liberté et le combat pour l’existence nationale ». Les fondements et la justification de la croyance dans le sport ont changé au cours des décennies, mais la comparaison avec la foi n’a pas perdu son actualité. Avant les compétitions importantes, les dirigeants sportifs souhaitent toujours « que les Finlandais croient à nouveau au succès dans le sport de haut niveau ». La plupart des citoyens acceptent ce noble objectif sans se poser plus de questions. Un rapport du Comité d’État pour la culture physique datant de 1990, soit en gros une dizaine d’années, en fournit un bon exemple : il reprend directement, habillés dans un langage actuel, les articles de la foi nationale dans le sport. Le style en est certainement involontaire, mais il montre justement qu’il très difficile d’écrire d’une autre façon à propos du sport. Les problèmes éthiques qui affectent le sport sont certes connus et reconnus, mais ils ne parviennent pas à ébranler dans les années 1990 la doxa des dirigeants sportifs : « Faire progresser au sein de la grande masse de la population des valeurs positives comme se donner des objectifs élevés, agir sur la durée, faire de son mieux, être honnête et impartial, doit être considéré comme la tâche la plus importante. »

Devrions-nous croire encore dans le sport ?

23Selon nos schémas de pensée habituels, le fait de mettre le sport au service du nationalisme, de la politique, des idéologies, de l’argent ou de toute autre force « extérieure » et « étrangère » est au fond un épiphénomène négatif qui affecte ses valeurs fondamentales. Cela montre combien les valeurs du sport amateur, que l’aristocratie britannique a empruntées au siècle dernier à l’antique classe des propriétaires d’esclaves, se sont enracinées dans nos manière de penser et nous amènent à concevoir le sport comme pur et droit. Quand il y a quelque temps (en 1968) deux chercheurs britanniques arguèrent que les Finlandais avaient été justement les premiers à utiliser sans hésiter le sport pour faire du profit, nos sportifs en furent profondément blessés. L’un de ces Britanniques était Christopher Chataway qui aux Jeux d’Helsinki, en 1952, était tombé dans le dernier tour du 5 000 m et était arrivé en 5e position.

24Le sport amateur dans le cadre duquel le mouvement olympique international a été ressuscité par le baron Pierre de Coubertin dans les années 1890 semble être définitivement mort. Le sport de compétition noble, honnête et moralement pur est manifestement « une simple fable des années 1900 ». Certains historiens ont, dans un esprit postmoderne, émis l’idée que les grandes légendes sont mortes également dans le domaine du sport. La professionnalisation, la commercialisation, la violence tant sur les terrains que dans les tribunes, ainsi que le doping et autres tricheries ont mis à mal la grande légende du sport, celle du sport amateur — totalement pour la compétition de haut niveau, en grande partie pour le sport pratiqué par les jeunes et le sport-loisirs. Même ce dernier est devenu une affaire plus sérieuse et plus convoitée, que beaucoup de gens pratiquent en grimaçant, au prix de leur santé mentale, précisément parce qu’ils veulent se montrer meilleurs qu’avant. L’espérance d’une jeunesse et d’une beauté éternelles, et qui sait de l’immortalité, ont transformé le sport de mise en forme en un commerce lucratif qui est, en vérité, éloigné du sport-santé originel.

25La thèse selon laquelle la grande légende nationaliste du sport serait morte en Finlande ou dans les autres pays est pourtant selon moi trop hâtive. Même la transformation du sport en entreprise commerciale dominée par de gros capitaux ou bien l’évolution incontrôlée du doping vers des intrigues médicales invraisemblables, où l’usage de substances interdites et les tests sur les athlètes se livrent à la guerre sans fin du chat et de la souris, n’ont pas réussi à ébranler la croyance selon laquelle le sport est une grande affaire nationale. Dans l’histoire récente du sport finlandais, il y a deux événements, à vrai dire très dissemblables, qui montrent que la foi dans le sport ne s’est pas éteinte.

26Le premier est la liesse qui a salué en 1995 le triomphe de l’équipe nationale dans le championnat du monde de hockey sur glace. Cette victoire n’était pas seulement appréciée parce que c’était le premier titre de l’histoire, mais parce qu’on avait battu la Suède en finale dans son antre de Stockholm. Les fans finlandais de hockey agirent alors de manière inattendue : ils s’emparèrent du chant de victoire officiel préparé à l’avance pour les Suédois, Den glider in i mal igen (Le palet glisse à nouveau vers le but). De jeunes Finnois qui pestaient sur les bancs de l’école contre le « suédois obligatoire » n’en finirent pas de le reprendre sans aucune gêne dans les rues de Stockholm. Cette fête de 1995 en l’honneur du titre mondial de hockey montre de manière assurée que les Finlandais croient encore au sport en général, du moins quand il est question de victoires finlandaises. De la même façon et pour la même raison que pour Jean Bouin à Stockholm en 1912 l’équipe de hockey suédoise médaillée d’argent devint héroïque aux yeux des Finnois, parce qu’elle avait justement perdu contre eux. Il est difficile de trouver quelle autre chose unirait autant de Finlandais qu’un succès dans un sport de haut niveau. Le fait de hisser le drapeau finlandais bleu et blanc au mat et d’entendre la musique du Oi Maame émeut encore les Finlandais, y compris dans les épreuves reines de l’automobile, celles de la Formule 1. Cela ne semble pas du tout les déranger qu’après l’hymne national joué pour Mika Häkkinen on passe aussitôt l’hymne allemand, du fait que son écurie, Mac-Laren, utilise des moteurs Mercedes-Benz fabriqués en Allemagne. Cela n’a aucune importance, bien que très peu d’étrangers sachent de quel pays Mika Häkkinen, Teemu Selänne ou Jari Litmanen sont originaires. La signification des victoires sportives est plus importante chez soi qu’à l’extérieur. Le fondement de la croyance des Finlandais dans le sport est donc en bonne partie le même que lors de la victoire d’Hannes Kolehmainen à Stockholm en 1912.

27Le deuxième signe de la valeur qu’a le sport aux yeux des Finlandais fut en février 2001 le plus grand scandale de dopage de tous les temps, intervenu lors des championnats du monde de ski nordique à Lahti (du point de vue des Français, le scandale indépassable est naturellement l’affaire du Tour de France, il y a trois ans !). Là, pas moins de six skieurs finlandais furent pris pour manipulations sanguines, et parmi eux Harri Kirvesniemi, l’icône du ski national, 43 ans, et Mika Myllylä, plusieurs fois champion olympique. Le scandale de Lahti fut enflé par la plus grande campagne médiatique ayant jusqu’ici existé en Finlande, dont le ton fut très proche de celui d’une tragédie nationale. Certaines personnes prirent l’affaire si à cœur qu’elles furent contraintes d’aller chercher de l’aide auprès d’une cellule de crise psychiatrique. La fraude de Kirvesniemi et de Myllylä blessa profondément de nombreux Finlandais, car on les tenait précisément pour des symboles de l’honnêteté nationale. On n’aurait jamais cru qu’ils puissent mentir et commettre des actes moralement condamnables. Certains perdirent définitivement leur foi dans le sport à cause de l’affaire. Mais la manière dont cela aussi est arrivé montre que les Finlandais croient ou tout du moins ont cru jusqu’ici au sport.

En guise de renvois bibliographiques

28En Finlande, les valeurs attribuées au sport sont si élevées que le chercheur critique doit directement commencer par en douter, en se demandant si l’idée que nous avons du sport est basée davantage sur la foi que sur le savoir. Ces derniers temps, la recherche sur le sport et l’exercice physique s’est fortement développée. Pourtant, chez nous, l’approche critique du sport est trop peu fondée sur des études scientifiques. C’est surtout l’histoire du sport et de l’activité physique qui est restée en friche. Certes, on a beaucoup écrit en Finlande sur les héros du sport de haut niveau : des livres sur les jeux, des souvenirs et récits de sportifs, du style « une légende déjà de son vivant », paraissent à jet continu. La plupart des fédérations et des centaines de clubs sportifs ont fait faire leur propre historique. Mais si on essaie de chercher des études établies sur une étude critique des sources à propos de la signification culturelle et sociale du sport, ou bien des enquêtes où l’on réfléchit à cet aspect des choses, on est cruellement déçu. La raison n’en est pourtant pas le manque de documentation, mais le manque de recherches.

Sources d’archives

29Les archives du sport, comme toutes celles des autres activités civiques, ont été excellemment conservées en Finlande. Au Centre d’archives et à la Bibliothèque du Sport, situés dans le stade olympique de Helsinki, il y a de vastes fonds concernant les fédérations nationales, les ligues régionales et les clubs ainsi qu’une grande quantité de documents laissés par des acteurs importants du monde sportif. Les conditions d’études sont donc excellentes pour des chercheurs connaissant le finnois.

Études scientifiques et autres livres

30Outre le manque d’approche critique, le deuxième grand problème de la recherche finlandaise en histoire du sport, c’est qu’il n’y a pas une seule publication digne d’intérêt dans une autre langue que le finnois, à l’exception de deux monographies et de quelques articles. C’est pourquoi on a renoncé dans cette contribution à faire des renvois bibliographiques car ils n’auraient été d’aucun profit aux non-fennophones.

31Pour que le lecteur puisse se faire une idée générale de l’histoire du sport en Finlande, sont présentées ici quelques œuvres marquantes :

32– Antero Heikkinen, Kansallisurheilun suuri nousu. Suomen hiihtourheilun laajus, yhteiskunnalliset tavoitteet ja merkitys 1918-1940 (La grande croissance du sport national. L’extension, les buts et la signification sociale du ski de fond en Finlande), Lappeenranta, 1981. – Une étude sur la signification nationale du ski de fond en Finlande.

33– Seppo Hentilä, Suomen työläisurheilun historia I-III (Histoire du sport ouvrier), Hämeenlinna, 1982,1984,1987. – Présentation générale du sport ouvrier en Finlande du début du xxe siècle à 1979.

34– Reijo Häyrynen, Leena Laine, Erkki Vasara, Suomi urheilun suurvaltana (La Finlande, grande puissance sportive), Helsinki, 1989. – Une étude sur la réussite finlandaise aux Jeux olympiques de 1906 à 1936.

35– Hannu Itkonen, Kenttien kutsu. Tutkimus liikuntakulttuurin muutoksesta (L’appel des terrains. Une étude sur la mutation de la culture physique), Tampere, 1996. – Une étude de sociologie historique sur les changements intervenus dans la culture physique en Finlande dans la perspective des années 1990.

36– Martti Jukola, Me uskomme urheiluun (Nous croyons au sport), Helsinki, 1932. – Un écrit-programme sur la signification nationale du sport en Finlande pour les Jeux olympiques de Los Angeles en 1932.

37– Martti Jukola, Huippu-urheilun historia (Histoire du sport de haut niveau), Helsinki, 1938. – La légende héroïque des vainqueurs finlandais, des origines aux années 30.

38– Leena Laine, Vapaaehtoisten järjestöjen kehitys ruumiinkulttuurin alalla Suomessa vuosina 1856-1917 (Le développement d’organisations indépendantes dans le domaine de la culture du corps en Finlande de 1856 à 1917, Lappeenranta, 1981. – Une étude sur l’organisation du sport en mouvement populaire.

39– Henrik Meinander, Towards a bourgeois manhood. Physical education in nordic secondary schools 1880-1940, Helsinki, 1994. – Une étude comparative sur l’éducation physique des garçons dans des lycées d’Helsinki, Stockholm, Copenhague et Oslo.

40– Helge Nygren, Punainen olympia (L’Olympe rouge), Helsinki, 1969. – Une histoire des olympiades ouvrières.

41– Helge Nygren, Politiikkaa olympian ympyröissä (Politique autour des Jeux olympiques), Jyväskylä, 1977. – Une analyse de l’utilisation du mouvement olympique à des fins politiques.

42– Teijo Pyykönen dir., Suomi uskoi urheiluun. Suomen urheilun ja liikunnan historia (La Finlande croyait au sport. Histoire du sport et de la culture physique en Finlande), Helsinki, 1992. – Œuvre de base avec des auteurs comme Antero Heikkinen, Seppo Hentilä, Pekka Kärkkäinen, Leena Laine, Henrik Meinander, Martti Silvennoinen et Erkki Vasara.

43– Erkki Vasara, Valkoisen Suomen urheilevat soturit (Guerriers et sportifs de la Finlande blanche). – Une étude sur les activités sportives d’une organisation de défense volontaire de droite, les Gardes civiques, en Finlande de 1918 à 1944.

Haut de page

Notes

1  On entend par fennomanes les nationalistes finlandais qui considéraient que la langue finnoise devait devenir la langue de culture du pays à la place du suédois. Ils s’opposaient aux svécomanes qui souhaitaient le contraire. Note du traducteur.

2  C’est-à-dire l’empire russe, où la Finlande jouissait du statut de Grand-Duché autonome depuis 1809. Note du traducteur.

3  Le mouvement des sociétés de jeunesse était dominé par les nationalistes fennomanes. Note du traducteur.

4  On nommait ainsi les groupes armés dépendant des partis bourgeois. Note du traducteur.

5  Suomen Voimistelu ja Urheilun Liitto (Ligue gymnique et sportive de Finlande) ; Työväen Urheilun Liitto (Ligue sportive ouvrière). Note du traducteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Seppo Hentilä, « Une affaire trop sérieuse ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 88 | 2002, 79-91.

Référence électronique

Seppo Hentilä, « Une affaire trop sérieuse ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1588

Haut de page

Auteur

Seppo Hentilä

Institut d’histoire politique, Université de Helsinki

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page