Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme

André Gounot
p. 59-75

Résumé

L’internationale rouge sportive (IRS), en dépit d’une existence éphémère, a organisé entre 1928 et 1934 plusieurs rencontres internationales connues sous le nom de Spartakiades. Elles furent l’occasion, pour les dirigeants soviétiques et l’Internationale communiste, de faire passer le message politique du moment au travers de cérémoniaux, de discours et de techniques très au point d’encadrement politique des participants. On y célébra aussi bien la défense de l´URSS ou la lutte « classe contre classe » que, plus tard, les vertus des fronts populaires.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe, URSS

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous avons étudié l’histoire de l’IRS dans notre thèse : GOUNOT (A.), Intentionen, Strukturen und (...)
  • 2  Sans cependant vraiment attirer les masses : elle atteignit le chiffre le plus élevé de son histoi (...)
  • 3  La fédération sportive ouvrière communiste de Tchécoslovaquie avait d’ailleurs déjà employé ce ter (...)
  • 4  En suivant G. Maletzke, nous entendons ici par « propagande » toute démarche volontaire en vue d’i (...)
  • 5  Pour cette étude, nous avons utilisé, à part des périodiques, des documents en provenance des arch (...)

1Les Spartakiades internationales sont étroitement associées à l’histoire de l’Internationale rouge sportive (IRS), qui a œuvré de 1921 à 1937 comme organisation auxiliaire de l’Internationale communiste (IC ou Komintern) 1. Constituée pour faire opposition à l’Internationale sportive de Lucerne (ISL), l’organisation socialiste du sport ouvrier, l’IRS a progressivement regroupé des fédérations sportives ouvrières communistes de différents pays 2. C’est à partir de 1925 qu’elle a envisagé d’organiser ses propres « Jeux » internationaux, sous le nom de « Spartakiades ». Cette appellation, tout en faisant allusion aux Olympiades du mouvement sportif bourgeois, devait souligner l’identification au courant révolutionnaire en évoquant le meneur du soulèvement des esclaves romains, Spartacus, ainsi que le « Spartakusbund » de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg 3. Moyens privilégiés de communication aux « masses sportives », les Spartakiades avaient vocation d’exprimer, de transmettre et de renforcer une identité communiste à travers un programme sportif et festif fortement empreint de propagande politique. Cette fonction générale, imputable au statut d’« organisation de masse » communiste que s’était donné l’IRS dès sa création, n’exclut pas que les Spartakiades, malgré leur courte période de tenue (1928-1934), aient pu connaître de profondes mutations. En effet, à partir du moment où on s’interroge plus particulièrement sur les aspects de propagande 4des Spartakiades, on est conduit à être sensible aux changements de fonctions et de caractéristiques qui ont pu intervenir corrélativement aux virages tactiques de l’Internationale communiste. Notre contribution vise ainsi à présenter tout d’abord chacun des projets et manifestations que l’on peut regrouper sous le nom de « Spartakiades internationales », et à le situer par rapport à la politique et aux objectifs de propagande communistes du moment. La Spartakiade de Moscou (1928) y occupera la plus large place à cause de l’ampleur de sa dimension propagandiste. Nous essayerons ensuite de montrer des caractéristiques communes à toutes les Spartakiades, et de dégager des éléments d’originalité par rapport à d’autres événements internationaux du sport, notamment par rapport aux « Olympiades ouvrières » de l’Internationale sportive de Lucerne (appelée Internationale sportive ouvrière socialiste, ISOS, à partir de 1928) 5.

La Spartakiade de Moscou (1928) : sport et éducation politique

  • 6  N. Podwoiski, « An das Präsidium der Sportintern. 23. März 1925 », in CRCEDHC, 537 I 103 ; « Tätig (...)
  • 7  Pour plus de détails sur la Spartakiade de Moscou, A. Gounot, Intentionen, Strukturen und Funktion (...)

2L’Internationale rouge sportive voulait organiser déjà en 1926 sa première « Spartakiade mondiale » à Moscou pour répliquer à la première Olympiade ouvrière de l’Internationale sportive de Lucerne, mise en place à Francfort en 1925, dont les sections de l’IRS avaient été exclues 6. Mais le Conseil suprême de la culture physique (CSCP), l’instance directrice du sport en Russie, manquait d’initiative pour réaliser ce projet. Il proposa cependant d’organiser en 1928, en collaboration avec l’Union des Syndicats, une « Spartakiade de toutes les Républiques soviétiques ». L’IRS, qui se chargea de promouvoir cet événement à l’étranger, lui donna le nom additionnel de « Spartakiade internationale »7.

  • 8  Quelques éliminatoires ont déjà eu lieu le 11 août, mais la cérémonie d’ouverture officielle s’est (...)
  • 9  Internationaler Arbeitersport, 1927 (décembre), p. 14 ; « An alle Arbeitersportorganisationen ! An (...)
  • 10  Qui ont eu lieu dès 1919. K.-H. Ruffmann, Sport und Körperkultur in der Sowjetunion, München, DTV, (...)
  • 11  Die Einheit, 26. August 1928 ; Internationale Pressekorrespondenz (organe de l’Internationale comm (...)

3Selon les déclarations de l’IRS, la Spartakiade, qui se déroule du 12 au 24 août 1928 8à Moscou, parallèlement au VIe Congrès de l’Internationale communiste (17 juillet-1er septembre), a comme objectif de faire apparaître les progrès et le caractère révolutionnaire de la culture physique en URSS et de constituer, grâce notamment à une forte présence d’athlètes étrangers, une puissante manifestation d’opposition du sport rouge au sport bourgeois et notamment aux Jeux olympiques 9. Le programme officiel montre cependant, à première vue, peu d’originalité : il propose notamment des compétitions dans des sports qui figurent tous au programme des Jeux olympiques, le cas du motocyclisme mis à part. Que l’événement soit ponctué par une cérémonie d’ouverture avec défilés, discours et musique, puis une cérémonie de clôture avec remise des médailles et nouveaux discours, n’a rien d’exceptionnel non plus. Le lieu et les contenus de la cérémonie d’ouverture font cependant apparaître des différences significatives. Ainsi, la cérémonie ne se déroule pas dans l’enceinte d’un stade mais sur la Place rouge, au centre de Moscou, pour mieux s’adresser à toute la population et se poser comme véritable manifestation politique. Le défilé n’est pas structuré en fonction d’appartenances nationales mais relève plutôt du modèle soviétique des « parades sportives » de masse 10: ainsi, les participants à la Spartakiade sont entourés par 25 000 membres d’associations sportives russes, et à la fin du cortège apparaissent des groupes de filles et de garçons des Jeunesses communistes, fusil sur l’épaule. Après les discours de représentants du gouvernement soviétique et des syndicats, Franz Müller, un dirigeant du sport ouvrier allemand et membre du Parti communiste, prend la parole pour dire, au nom des sportifs étrangers : « en cas de guerre nous soutiendrons l’Union soviétique ». Ensuite un orchestre joue « l’Internationale », chantée par les participants et les spectateurs 11.

  • 12  A. Kriegel, « La IIIe Internationale », in J. Droz dir., Histoire générale du socialisme, vol. 3 : (...)
  • 13  Resolution über den Kampf für die Einheit, in CRCEDHC, 537 I 25.

4La cérémonie d’ouverture se présente ainsi comme défi de la jeunesse soviétique aux agresseurs potentiels, et comme serment de solidarité internationale avec l’Union soviétique, cela dans un contexte bien précis : le Congrès de l’Internationale communiste est en train d’entériner les thèses sur le danger imminent d’une agression impérialiste contre l’URSS. Il officialise également la tactique « classe contre classe », synonyme de lutte la plus impitoyable contre le mouvement socialiste traité de « social-fasciste » et accusé de servir sournoisement la bourgeoisie dans ses préparatifs de guerre 12. Ces éléments, repris intégralement par le 4e Congrès de l’IRS (23-24 août 1928) 13et calqués sur les « réalités » du mouvement sportif ouvrier international, sont d’ailleurs au centre des discours politiques de la cérémonie de clôture de la Spartakiade.

  • 14  A. Gounot, « Tourisme et propagande politique : les délégations sportives en Union soviétique avan (...)
  • 15  J. Zarusky, Die deutschen Sozialdemokraten. und das sowjetische Modell. Ideologische Auseinanderse (...)

5Mais ce ne sont pas uniquement ces représentations de la conjoncture politique du moment qui expliquent pourquoi la Spartakiade, loin d’être imprégnée d’une quelconque « religion sportive » unifiant la jeunesse mondiale selon les visions de Pierre de Coubertin, se construit en tout premier lieu autour du culte de l’Union soviétique « seule patrie du prolétariat ». En effet, depuis 1926 déjà, suite à la signature d’un accord entre l’Internationale sportive de Lucerne et l’Internationale rouge sportive qui favorise les déplacements de clubs sportifs ouvriers en URSS, ceux-ci sont envisagés comme véritable objet de propagande 14, d’autant plus que la propagande pour l’Union soviétique revêt alors un caractère de plus en plus organisé et obligatoire au sein même de l’IRS. Les voyages « sportifs » sont dès lors conçus sur le schéma des « délégations ouvrières », ces groupes composés d’adhérents à différentes organisations du mouvement ouvrier qui sont invités depuis 1925 en URSS pour s’assurer et témoigner des progrès faits dans la construction du socialisme. Dans ce but, le Bureau d’agitation et de propagande du Komintern a d’ailleurs élaboré des méthodes minutieuses d’encadrement et de manipulation des visiteurs 15, méthodes qui sont appliquées avec le plus grand soin à l’occasion de la Spartakiade internationale.

  • 16  Lettre de Robert Siewert, président du Comité de Spartakiade allemand, au Comité de Spartakiade à (...)
  • 17  « Für die Beteiligung an der Spartakiade », in SKL, documents du Comité allemand de la Spartakiade
  • 18  J. Ellul, Propagandes, Paris, Librairie A. Colin, 1962, p. 21-29.
  • 19  J. Zarusky, Die deutschen Sozialdemokraten und das sowjetische Model, op. cit., p. 212-233.
  • 20  Face à l’interdiction formelle de participer à cette « manifestation exclusivement communiste », p (...)

6La poursuite des buts propagandistes se fait, grossièrement, en trois étapes : attirer et sélectionner des participants de pays étrangers d’abord ; les contrôler et les manipuler en Russie ensuite ; orienter enfin les rapports de voyage vers une présentation entièrement positive de la société soviétique. Ainsi, des « Comités de Spartakiade » sont établis par les différentes organisations nationales de l’IRS. Ceux-ci ont la tâche délicate d’inciter, d’une part, le plus grand nombre possible de sportifs ouvriers à faire le déplacement en Russie, et, d’autre part, de procéder à une sélection répondant à des critères établis par les organisateurs russes, qui se réservent par ailleurs le droit de refuser des candidats après lecture de questionnaires portant notamment sur leurs activités professionnelles et politiques 16. L’appartenance régionale des participants doit être prise en compte, afin que la propagande puisse couvrir l’ensemble des territoires nationaux après la Spartakiade. Mais surtout, dans l’optique de diffuser une image positive de l’Union soviétique, il faut assurer une forte participation de sociaux-démocrates 17, ce qui correspond à un objectif significatif de toute « propagande totale » 18: utiliser l’adversaire. En effet, face aux critiques du système soviétique émanant du milieu social-démocrate 19, il s’agit de faire affirmer par des sportifs issus de ce même milieu que les rapports dans la presse de leurs partis constituent de pures affabulations, et qu’en revanche les tableaux paradisiaques de la vie en URSS fournis par la presse communiste correspondent à une vérité objective que le voyageur ne peut ignorer 20.

  • 21  Mis dans l’ordre d’après les tailles des délégations, les pays participant étaient l’Allemagne, la (...)
  • 22  « Tatsachen von der Spartakiade 1928 », in SKL, Documents du Comité allemand de la Spartakiade.
  • 23  Cf. Internationale Pressekorrespondenz (organe de l’Internationale communiste), 1928, n° 98, p. 18 (...)
  • 24  H. Schafranek, « Die Avantgarde der Einäugigen – Österreichische Arbeiterdelegationen in der UDSSR (...)
  • 25  H. Schafranek, Die Avantgarde…, op. cit., p. 15. Concernant ces mécanismes de propagande et de man (...)
  • 26  Le programme touristique et politique est décrit de la manière la plus détaillée dans la brochure (...)

7542 hommes et 70 femmes de 12 pays étrangers 21participent à la Spartakiade, contre 3 000 hommes et 879 femmes de l’URSS 22qui représentent en quelque sorte une « élite large » du sport soviétique puisqu’ils se sont qualifiés lors de Spartakiades locales puis régionales. À leur arrivée à Moscou tout comme dans les gares des villes de province que les organisateurs leur proposent de visiter, les sportifs ouvriers sont d’abord chaleureusement accueillis par des foules convoquées. Sur place, chaque délégation est patronnée par un syndicat russe 23, « patronage » étant synonyme, dans le cadre d’un tel déplacement en Russie, d’une observation permanente, effectuée par des membres du Parti sélectionnés et minutieusement instruits, se surveillant mutuellement 24. Par ailleurs, le programme sportif, touristique, culturel et politique est tellement dense que les visiteurs peuvent difficilement trouver des moments libres leur permettant de se déplacer de manière autonome ou de prendre du recul par rapport aux événements, ceci faisant également partie des stratégies de propagande et de manipulation 25. Entre leurs compétitions, les sportifs multiplient en effet les visites d’usines modernes, de logements ouvriers ou encore de prisons modèles, ainsi que de crèches, d’écoles et d’hôpitaux susceptibles de montrer la supériorité de la politique sociale et éducative en URSS. Ils sont en plus invités à des entretiens avec des représentants de l’appareil du Parti et à des assemblées et cérémonies organisées en leur honneur, et quand ils n’ont pas de rendez-vous « officiel », on leur propose de se rendre à la Place rouge pour regarder des spectacles et des films montrant les richesses de la Russie 26.

  • 27  Comme le montre notamment le rapport 66 österreichische Arbeitersportler berichten, op. cit.
  • 28  Comme le laisse entendre un rapport politique sur le comportement des membres de la délégation fra (...)
  • 29  Cf. « Disposition », in SKL, documents du Comité allemand de la Spartakiade.

8Les succès de ce système de propagande permanente et variée sont réels 27mais connaissent aussi des limites, dans la mesure où un certain nombre de participants restent plus ou moins insensibles, voire parfois hostiles aux tentatives d’endoctrinement 28. Il s’agit alors pour le mouvement communiste de contrecarrer les échecs de la « première partie de la mise en scène » à laquelle ont assisté les sportifs ouvriers en URSS, en organisant de la manière la plus efficace possible la deuxième partie, qui a lieu après le retour des délégations et dont l’enjeu est de transmettre au grand public les conclusions appropriées du voyage, par l’intermédiaire de rapports écrits et de « soirées d’information ». Celles-ci ne donnent la tribune qu’à des orateurs acquis à la cause de l’Union soviétique, dont les discours, présentés comme bilans d’impressions authentiques, reposent le plus souvent sur un schéma élaboré par les partis communistes 29, atteignant ainsi un haut degré d’uniformité et confirmant exactement l’image de l’URSS dressée dans la presse communiste.

  • 30  Au classement général, la Russie occupera la première place, devant cinq autres Républiques soviét (...)
  • 31  L’Humanité, 9 septembre 1928.

9Ainsi, la Spartakiade de Moscou, à la fois objet de déplacement sportif et prétexte pour un voyage politique, s’inscrit pleinement dans les projets de propagande globaux du mouvement communiste, tout en leur apportant une dimension supplémentaire, celle qui a trait à l’organisation symbolique du corps : les athlètes soviétiques, qui dominent largement les épreuves 30, sont érigés en preuve vivante des progrès faits dans tous les secteurs de la société, et la vigueur et la force apparentes de la jeunesse soviétique permettent d’après « l’Humanité » de constater « l’apparition d’une nouvelle race, créée par la bienfaisance de tout un système politique » 31.

La Spartakiade internationale de 1931 à Berlin, manifestation concurrente à l’Olympiade ouvrière de Vienne

  • 32  Le projet initial, établi au 4e Congrès international de l’IRS en 1928, celui d’organiser « dès qu (...)
  • 33  « Warum Spartakiade in Berlin ? », Internationaler Arbeitersport 1931, n° 1, p. 12.

10La préférence accordée à la capitale de la République de Weimar, par rapport à d’autres métropoles de l’Europe occidentale, pour accueillir la 2e Spartakiade internationale en 1931 32, tient à des considérations d’ordre politique et organisationnel, la section allemande, de loin la plus importante de l’IRS hors du territoire de l’Union soviétique, disposant à Berlin d’un appareil bien rodé. Mais surtout, l’IRS estime qu’en Allemagne la lutte entre les deux mouvements sportifs ouvriers, communiste et social-démocrate, se trouve à un stade décisif, et qu’une manifestation internationale au grand retentissement peut avoir un impact considérable sur les rapports de force 33.

  • 34  Festschrift zur 2. Arbeiter-Olympiade Wien 1931, Wien, s.d. (1931), p. 5.
  • 35  « Resolution zur Vorbereitung und zu den nächsten Aufgaben der Spartakiade der RSI (angenommen auf (...)

11Dans le contexte de la lutte « classe contre classe » proclamée par l’Internationale communiste, le fait que la Spartakiade se tienne du 4 au 12 juillet 1931, est tout sauf anodin puisque cette date se situe juste avant la célébration de l’Olympiade ouvrière de l’Internationale sportive ouvrière socialiste à Vienne (du 18 au 26 juillet), qui devient alors la principale cible des discours de l’Internationale rouge sportive. Cette dernière, loin de vouloir admettre que l’intention principale de l’Olympiade ouvrière de Vienne est bien de démontrer l’opposition résolue du mouvement socialiste au fascisme et à la guerre 34, se livre en effet à de violentes polémiques contre cette manifestation en dénonçant de nouveau la prétendue « politique belliciste » et le caractère « social-fasciste » de l’ISOS, dont l’Olympiade serait la parfaite expression 35.

  • 36  « Resolution zur Vorbereitung und zu den nächsten Aufgaben der Spartakiade der RSI (angenommen auf (...)
  • 37  Internationaler Arbeitersport, février 1931, p. 62. Ce motif se retrouve sur le timbre de propagan (...)

12En plus de la récupération de sportifs ouvriers inscrits à l’organisation ennemie, le Comité d’organisation, dont fait partie le leader du Parti communiste allemand Ernst Thälmann, assigne à la Spartakiade l’objectif de servir la « lutte contre la paupérisation due au système capitaliste, contre le fascisme et la menace de guerre impérialiste, et pour la défense de l’Union soviétique » 36. La solidarité inconditionnelle des sportifs ouvriers avec l’URSS se situe une nouvelle fois au centre des messages symboliques. Ainsi, l’affiche officielle présente la bourgeoisie, le clergé et l’armée menant une attaque concertée contre l’Union soviétique. Au milieu de l’affiche, on voit un athlète taillé en force en train de jeter aux agresseurs, à la manière d’un lanceur de marteau, un gros boulet avec l’inscription « IRS », ses pieds s’appuyant sur le sol de l’URSS. Pour les adhérents qui ne l’auraient pas compris, l’IRS indique que l’athlète « incarne la défense de l’Union soviétique par les sportifs ouvriers révolutionnaires » 37.

  • 38  A. Brüske, Spartakiaden im Spannungsfeld politischer Auseinandersetzungen untersucht am Beispiel d (...)

13Ainsi, le sens de la Spartakiade se démarque nettement de celui donné à l’Olympiade ouvrière par les dirigeants de l’ISOS, qui dans leurs discours insistent sur la concordance croissante entre les intérêts de la démocratie et ceux du mouvement ouvrier face à la montée du fascisme. L’IRS, en revanche, défend la conviction qu’il n’y a pour le prolétariat que le système soviétique qui est digne d’être défendu, alors que celui de la démocratie bourgeoise est à rejeter en toutes circonstances. La spécificité de l’IRS doit par ailleurs s’exprimer lors de la Spartakiade par les exercices de masse, conçus comme un « vaste serment d’engagement révolutionnaire », et surtout par l’exercice final masculin qui serait accompagné par le « Chant des aviateurs rouges »38.

  • 39  Sozialdemokratische Partei Deutschlands.
  • 40  A. Brüske, op. cit., p. 30-50 ; DIERKER (H.), Arbeitersport im Spannungsfeld der Zwanziger Jahre : (...)

14Les ambitions que l’IRS lie à cet événement se révèlent cependant difficilement réalisables, notamment en raison de l’instabilité qui caractérise alors la situation politique générale de la République de Weimar. Dans un premier temps, l’administration allemande refuse d’accorder le permis d’entrée aux ressortissants des pays étrangers sujets à l’obtention préalable de visas, ce qui rend impossible la participation de sportifs soviétiques. Mais l’obstacle le plus dur à contourner est le décret-loi promulgué le 28 mars par Hindenburg, président de l’Allemagne, qui prévoit l’interdiction de réunions et cortèges politiques si leur déroulement fait craindre la violation des lois en vigueur ainsi que la diffamation de l’État y compris ses organes, institutions et administrations. Après de graves débordements commis le 30 juin lors d’une manifestation de chômeurs, le sous-préfet de police, Weiss (membre du Parti social-démocrate, le SPD 39), prononce l’interdiction de la Spartakiade, et Severing, ministre prussien de l’Intérieur et homme politique du SPD, se range à cette décision 40.

15Cette intervention de l’État fait perdre à la Spartakiade une bonne partie de son potentiel de rayonnement. Toutefois, l’interdiction ne parvient pas à empêcher le déroulement d’un certain nombre de manifestations sportives, parmi lesquelles apparaissent les concours internationaux d’athlétisme, de football, d’haltérophilie, de hockey et de jiu-jitsu, organisés le 12 juillet sous le nom de camouflage de « Fête estivale internationale du Cartel du sport ouvrier et de la culture ». Le haut lieu des réunions est la « Fête du sport populaire rouge » célébrée le 19 juillet dans le Poststadion (un des plus grands stades de Berlin) archicomble et dont le programme correspond à celui prévu pour la clôture de la Spartakiade.

  • 41  Brochure 10 Jahre RSI, Berlin, 1931, p. 48.

16Une représentation théâtrale de masse est donnée par un chœur mobile de 4 400 personnes jouant la pièce « Wir sind die Schmiede ! Der Zukunft Schlüssel » (« Nous sommes les forgerons ! La clé de l’avenir ! ») dans une mise en scène de Fritz Heinrich. On y voit d’abord des ouvriers qui se croisent dans le train-train quotidien de l’usine puis, petit à petit, déclarent leur foi en un avenir meilleur. L’armée du prolétariat prêt au combat s’accroît constamment, et la scène finale illustre la devise « vaincre ou mourir »41.

  • 42  Tract de la FST du 20 juillet 1931, in Archives nationales, F7 13137 ; Internationaler Arbeiterspo (...)

17Au-delà de la défense de l’Union soviétique, la Spartakiade sert ainsi à exprimer la croyance en une effervescence révolutionnaire qui se concrétisera, dans un avenir proche, par des luttes armées. Elle nourrit à sa manière les illusions sur lesquelles repose la tactique « classe contre classe » que l’Internationale communiste n’abandonne pas avant 1934. En outre, l’interdiction officielle de la Spartakiade, prononcée sous responsabilité social-démocrate, est considérée par le courant communiste comme la confirmation claire et nette de la thèse du « social-fascisme ». C’est d’ailleurs l’enseignement politique principal que diffuse la Fédération sportive du Travail dès le retour de sa délégation en France 42.

« Symboliser l’époque grandiose de l’édification socialiste » : le projet de la Spartakiade mondiale à Moscou (1933)

  • 43  « Über die Vorbereitung und Durchführung der Weltspartakiade (Thesenprojekt zum Bericht des Gen. A (...)

18En septembre 1931, le Conseil suprême de la culture physique lance l’idée d’organiser une grande « fête de la victoire » en été 1933 à Moscou, pour célébrer l’accomplissement du premier plan quinquennal et pour montrer ses résultats sur le plan de la culture physique. L’Internationale rouge sportive intervient alors pour demander que cette fête soit aussi celle du mouvement sportif communiste international, et qu’elle serve de cadre à une « Spartakiade mondiale » du sport ouvrier. Cette proposition est acceptée par le CSCP, puis entérinée par la Commission centrale de l’Exécutive de l’Union soviétique 43.

  • 44  Internationaler Arbeitersport, novembre 1931
  • 45  Internationaler Arbeitersport, mai 1932.
  • 46  « Über die Vorbereitung und Durchführung der Weltspartakiade (Thesenprojekt zum Bericht des Gen. A (...)

19Le gouvernement soviétique accorde un budget important, qui doit notamment servir à la construction du plus grand complexe sportif existant à cette date dans le monde 44, conçu pour « symboliser l’époque grandiose de l’édification socialiste » 45. Selon les déclarations du Conseil suprême de la culture physique, la Spartakiade doit « être le digne reflet de la lutte éprouvante de la classe ouvrière pour la construction de la société socialiste et des succès éclatants sur tous les fronts », elle doit « démontrer la supériorité absolue du système socialiste de classe » et montrer au monde que « l’Union soviétique, sous la direction du Parti léniniste et de son Comité central avec le camarade Staline aux commandes, et grâce aux efforts héroïques de la classe ouvrière et des paysans travailleurs, est devenue un pays industriel puissant qui est capable de mener à terme le plan quinquennal en quatre ans » 46.

  • 47  Sur les contenus paramilitaires de la Spartakiade voir notamment Rot-Sport. Mitteilungsblatt der K (...)
  • 48  « Resolution des Präsidiums der Gewerkschaften, 19. Juni 1932 », in AFR, 75/76/2/124.

20Le programme de la Spartakiade témoigne de l’ambition de présenter et d’utiliser la culture physique comme élément de mobilisation des masses : il est fait appel à pas moins de 50 000 sportifs soviétiques pour les mouvements collectifs, par lesquels différents éléments du premier plan quinquennal ainsi que des acquis de la société socialiste dans les domaines les plus divers doivent être représentés et s’imprégner dans les mémoires des spectateurs. Des défilés de sportifs ainsi que des concours de sports militaires 47prouveront au peuple soviétique et au monde entier que l’URSS est prête à se défendre contre une agression impérialiste. Et enfin, le programme plus proprement sportif de cette manifestation est destiné selon les organisateurs (le Conseil suprême de la culture physique avec les syndicats) à démontrer la puissance croissante du sport soviétique et la capacité de ses meilleurs représentants à surpasser les performances des athlètes bourgeois des pays capitalistes, tel que commence à le leur demander une politique sportive officielle de plus en plus orientée vers les grands résultats internationaux 48.

  • 49  La KG avait annoncé le déplacement de 2 500 membres à Moscou. Elle aurait formé ainsi à elle seule (...)
  • 50  « Pour l’application de la ligne de l’IRS », s.d. (janvier 1934), Archives de la FSGT.
  • 51  « Lieber Freund ! 15. November 33 » in : AFR, 75 76/2/132.
  • 52  « Pour l’application de la ligne de l’IRS », s.d. (janvier 1934), in Archives de la FSGT, Paris ; (...)

21Les travaux de construction et d’organisation en vue de la Spartakiade avancent cependant beaucoup plus lentement que prévu, et les organisateurs décident fin 1932 de reporter l’événement à l’été 1934. Mais dès l’année 1933 se pose, de manière accrue, le problème de la représentation internationale : un certain nombre de sections de l’IRS se trouvent alors en situation d’illégalité ou subissent des répressions, parmi lesquelles se trouvent, outre la Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit allemande, interdite par le régime national-socialiste 49, les fédérations autrichienne et tchécoslovaque, comptant parmi les plus fortes de l’IRS 50. Néanmoins, l’Internationale rouge sportive veut maintenir la Spartakiade 51, contrairement au Conseil suprême de la culture physique qui annonce en janvier 1934 sa suppression 52. L’IRS se voit contrainte de charger sa section française, la Fédération sportive du Travail, de l’organisation d’un « Rassemblement international des sportifs contre le fascisme et la guerre » en été 1934 comme événement se substituant à la Spartakiade.

  • 53  Les comptes rendus de réunions du Service international du CSCP qui ont eu lieu pendant cette péri (...)

22Sans doute, la renonciation à la Spartakiade de Moscou peut s’expliquer par le fait qu’elle n’aurait pas eu le rayonnement international escompté, contredisant ainsi fortement les prédictions de Staline et du Komintern sur la montée de la vague révolutionnaire en Europe. En l’absence de documents vraiment probants sur cette décision 53, on peut aussi émettre l’hypothèse qu’elle annonce, déjà, le rapprochement de la politique extérieure soviétique avec les pays démocratiques de l’Europe occidentale qui commence à être envisagé par Staline. En effet, plutôt que d’accueillir à Moscou un nombre restreint d’athlètes ouvriers dont les performances sportives, très moyennes, n’auraient aucun retentissement dans la presse bourgeoise occidentale, n’est-il pas plus porteur d’envoyer en France des athlètes performants, susceptibles de donner une image positive de l’Union soviétique ?

Le Rassemblement international des sportifs contre le fascisme et la guerre, Paris 1934 : la Spartakiade de l’unité

  • 54  « Stenogramm des Berichts von Scholdak über die internationale Arbeitersportbewegung, 28. Februar (...)
  • 55  La FST et l’IRS font d’ailleurs le silence complet autour du « cas Doriot », n’évoquant plus le no (...)
  • 56  Sport, n° 29, 17 avril 1934.

23Comme lieu d’accueil précis du Rassemblement, l’IRS pense d’abord à Saint-Denis, car, comme l’explique son secrétaire tchèque, Carlo Aksamit, « la ville de notre grand ami Doriot donnera le meilleur cadre à une telle manifestation » 54. Cependant, dès le lendemain des combats de rue sanglants du 6 février à Paris, Jacques Doriot, maire de Saint-Denis et président de la Fédération sportive du Travail, préconise l’unité d’action du Parti communiste et du Parti socialiste. Il se met ainsi en rupture avec la ligne officielle du Komintern selon laquelle la lutte contre le fascisme est encore synonyme de lutte contre le mouvement socialiste. Pendant sa dissidence, qui se concrétise avec son exclusion du Parti à la fin juin 1934, les liens de Doriot avec la FST et l’IRS se dissolvent entièrement 55. Le Rassemblement sportif antifasciste a finalement lieu non pas dans le fief de Doriot mais au stade Pershing de Paris. Ses intentions d’origine s’inscrivent pleinement dans les objectifs kominterniens d’établir un front unique révolutionnaire par la base, ainsi que le montre « l’appel aux travailleurs sportifs de tous les pays » publié par le Comité exécutif de l’IRS : « Avec l’élan le plus hardi et avec la plus grande énergie il faut mener la lutte pour libérer les ouvriers de l’influence nuisible des chefs réformistes et bourgeois du Sport. Paris doit résonner des pas lourds des bataillons rouges du Sport, Paris doit devenir l’expression la plus claire du renforcement du front de lutte du prolétariat révolutionnaire contre le fascisme et la guerre impérialiste » 56.

  • 57  Firsow, op. cit., p. 111 ; Ph. Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, Paris, Ed. du S (...)

24Cependant, corrélativement au changement d’orientation de la politique extérieure soviétique, qui cherche désormais ouvertement l’alliance avec les pays démocratiques de l’Europe occidentale, l’IC procède à partir de la fin mai 1934 à un changement de tactique radical : elle abandonne la thèse du « social-fascisme », et appelle ses sections à former un « front uni » contre le fascisme avec les partis socialistes 57.

  • 58  Sport, n° 43, 25 juillet 1934 ; C. Aksamit, Um die Einheit des Arbeitersports. Briefwechsel zwisch (...)
  • 59  Internationale Sportrundschau, septembre 1934.
  • 60  C. Aksamit, op. cit., p. 13.

25La nouvelle tactique est immédiatement appliquée par l’IRS et par ses sections. À partir de juin 1934, la Fédération sportive du Travail lance le mot d’ordre d’unité organique avec l’organisation socialiste, l’Union des sociétés sportives et gymniques du Travail (USSGT), tandis que l’IRS élabore un programme d’action en vue de la fusion avec l’Internationale sportive ouvrière socialiste. La fonction primordiale du Rassemblement sportif antifasciste de Paris devient alors de réunir les athlètes ouvriers de toutes les organisations pour faire un pas vers l’unité totale du mouvement sportif ouvrier international, considérée comme élément important de la mobilisation ouvrière contre le fascisme. L’ISOS donne d’abord un avis défavorable à l’invitation faite par l’IRS 58, mais relativise son attitude quelques jours avant le Rassemblement 59: dans une lettre adressée au Comité d’organisation (dirigé par Henri Barbusse et Jean Painlevé), elle signale la possibilité d’une coopération avec l’IRS, et laisse entendre qu’elle ne s’oppose plus à la participation officielle de ses sections au Rassemblement de Paris 60.

  • 61  Internationale Sportrundschau, 1934, p. 368.

26Le 12 août 1934, 3 000 sportifs, dont 1 200 sportifs étrangers de 18 pays, entrent dans le stade Pershing, devant 20 000 spectateurs. Des sportifs ouvriers de la FST et de l’USSGT défilent avec une banderole qui exprime la revendication de l’unité du mouvement sportif ouvrier. Après un discours d’Henri Barbusse qui souligne le rôle de la jeunesse sportive comme « l’une des forces les plus importantes dans la lutte contre le fascisme et le capitalisme 61, Albert Guillevic, secrétaire de l’USSGT et co-président de l’ISOS, annonce pour la première fois que l’USSGT envisage de son côté la fusion avec la FST. Un pas important vers l’unité du mouvement sportif ouvrier français (qui va se réaliser à la fin de la même année) est ainsi franchi.

  • 62  Internationale Sportrundschau, 1934, p. 368 sq.

27À la fin des compétitions, qui mobilisent tous les jours des milliers d’ouvriers parisiens, notamment pour les matches de la « Coupe du monde de football ouvrier », les participants se retrouvent le 15 août pour une manifestation de clôture devant 50 000 spectateurs à Garches. Une nouvelle fois, l’unité se situe au centre des discours 62.

  • 63  La presse bourgeoise, évitant de faire des remarques sur le caractère politique de cet événement, (...)

28L’image et la signification du Rassemblement international des sportifs sont ainsi fortement éloignées des objectifs que l’IRS avait liés à la Spartakiade mondiale de Moscou. Si les athlètes soviétiques parviennent à attirer, par leurs brillantes performances, une partie de l’intérêt du public, mais aussi et surtout de la presse sportive bourgeoise 63, la mise en scène des réalisations soviétiques dans le domaine de la culture physique est tout de même reléguée au second plan. La rencontre de sportifs d’organisations socialistes et communistes, deux semaines après la signature du pacte d’unité d’action contre le fascisme entre les deux grands partis ouvriers de France, devient avant tout la célébration d’un nouveau sentiment d’unité du mouvement ouvrier français, et la démonstration de sa volonté de faire front à la vague réactionnaire.

  • 64  Sur l’Olympiade populaire voir, dans une perspective d’histoire régionale, X. Pujadas, C. Santacan (...)

29Après cet événement, l’IRS, qui sera dissoute en avril 1937 sur décision du Présidium de l’Internationale communiste, n’envisage plus d’organiser, avec ses propres forces de manifestation sportive internationale. Elle prend à son compte la politique des fronts populaires, entamée par l’IC dès l’automne 1934, et s’implique fortement dans le projet de l’Olympiade populaire de Barcelone 64. Cette Olympiade à caractère antifasciste, conçue comme contre-manifestation aux Jeux olympiques de Berlin, ne pourra cependant pas se tenir en raison des premières batailles de la guerre civile d’Espagne qui éclatent à Barcelone le jour même de l’ouverture prévue de l’Olympiade, le 19 juillet 1936.

En guise de conclusion : les particularités des Spartakiades internationales

30Les profondes mutations du sens donné au Rassemblement sportif de Paris par rapport au projet initial de la Spartakiade de Moscou sont révélatrices de l’étroite dépendance de l’IRS à l’égard de l’Internationale communiste. À l’image des visions de la pratique sportive, les conceptions des fêtes sportives internationales émanant de l’IRS ont été fortement tributaires des changements tactiques de l’IC et de leurs implications politiques. La variabilité conjoncturelle des Spartakiades semble ainsi constituer l’une de leurs spécificités, celle-ci reposant sur une vision communiste du rôle des organisations de masse qui fonctionnent non pas selon le modèle d’une autonomie relative – comme cela a été le cas pour l’ISOS – mais qui sont entièrement dirigés et contrôlés par l’Internationale communiste.

  • 65  H. Eichberg et M. Dultz dir., Massenpiele. NS-Thingspiel, Arbeiterweihespiel und olympisches Zerem (...)
  • 66  Voir D. Düring, Öffentliche Festkultur. Politische Feste in Deutschland von der Aufklärung bis zum (...)

31La structuration – ou la « configuration » 65– des différentes Spartakiades, en revanche, rejoint celle des Olympiades ouvrières de l’ISOS et même, du moins en partie, celles de manifestations d’organisations gymniques « bourgeoises » qui ont également été porteuses d’une idéologie politique (nationaliste en l’occurrence), telles que notamment la Deutsche Turnerschaft 66et les organisations slaves des Sokols. Les défilés et les exercices de masse ont permis à chacun de ces mouvement d’exprimer sa force et sa cohésion, et les messages politiques ont été construits à partir des mêmes supports, à savoir les discours (tenus notamment à l’occasion des cérémonies d’ouverture et de clôture), les chants, les drapeaux et les banderoles, les affiches ou encore les présentations dans les organes de presse respectifs.

  • 67  Sur les Olympiades ouvrières, voir notamment F. Nitsch, « Die olympische‚ Gegenbewegung. Bedeutung (...)
  • 68  A. Gounot, « Entre exigences révolutionnaires et nécessités diplomatiques : les rapports du sport (...)
  • 69  L. Skornming, Die Entstehung…, op. cit.

32Pour ce qui concerne les contenus sportifs, les Spartakiades ont peu innové par rapport aux Olympiades ouvrières 67: la présence à la fois de compétitions sportives et de prestations gymniques a mis en valeur le caractère « multisports » du mouvement sportif ouvrier, tandis que l’importance relativement faible accordée aux résultats sportifs et aux appartenances nationales des athlètes a exprimé ses convictions collectivistes et internationalistes, même s’il convient d’ouvrir une parenthèse pour la tendance communiste : l’idée de représentation nationale est entrée dans la politique sportive de l’Union soviétique dès le milieu des années 1920 68, et un intérêt particulier a été ainsi accordé aux performances des athlètes de ce pays. Des concours de « sports militaires » ont été introduits par l’ISOS à l’Olympiade ouvrière de Vienne, avant de constituer un élément important du programme de la Spartakiade mondiale de Moscou. Une idée originale apparaît toutefois dans les projets de la Spartakiade de Berlin : il était en effet prévu d’introduire un concours regroupant des épreuves aussi distinctes que la course, la natation, le cyclisme, le lancer et le tir 69, en vue de favoriser la formation de « l’athlète complet » qui sache en plus manier une arme.

  • 70  G. Hauk, « Armeekorps auf dem Weg zur Sonne. Einige Bemerkungen zur kulturellen Selbstdarstellung (...)

33La représentation théâtrale de masse à Berlin en 1931 ne constitue pas un élément propre au courant communiste mais reprend plutôt des idées issues de la culture festive social-démocrate 70, en mettant en scène l’éveil de la conscience prolétarienne puis la montée en puissance du prolétariat jusqu’à sa victoire finale sur le capitalisme, le nationalisme et le militarisme ; elle reprend d’ailleurs exactement le contenu de la représentation théâtrale de masse à la clôture de l’Olympiade ouvrière de Vienne. Ce n’est qu’avec la dernière scène (« vaincre ou mourir ») qu’est exprimée à Berlin l’adhésion spécifique de l’IRS à la tendance révolutionnaire. étant donné que l’Internationale communiste s’est progressivement transformée au cours des années 1920 en un instrument de la politique intérieure et extérieure du Parti communiste de l’Union soviétique, rien d’étonnant à ce que les objectifs propagandistes des Spartakiades internationales aient été élaborés en large partie en fonction d’intérêts soviétiques, et que la défense et la vénération de la « patrie du prolétariat » ait été au centre des agencements symboliques des Spartakiades de 1928 et de 1931 ainsi que du projet de la Spartakiade mondiale en 1933, leur donnant par là l’empreinte communiste. Sans doute, la Spartakiade de 1928, avec son inscription dans un projet global d’éducation politique, constitue l’apport communiste le plus original à l’histoire des manifestations sportives internationales. Eu égard aux méthodes minutieuses de contrôle et de manipulation des visiteurs, on peut même avancer que cette Spartakiade a constitué l’événement sportif international des années Vingt qui a été le plus marqué par la volonté de promouvoir une image idéale du pays d’accueil, même si, pour le mouvement communiste, la propagande pour l’URSS ne reflétait pas une idéologie nationaliste mais l’identification à un système politique.

Haut de page

Notes

1  Nous avons étudié l’histoire de l’IRS dans notre thèse : GOUNOT (A.), Intentionen, Strukturen und Funktionen einer kommunistischen « Massenorganisation ». Die Rote Sportinternationale zwischen Komintern-Politik und den Ansprüchen des europäischen Arbeitersports, thèse de doctorat, Freie Universität Berlin, 1998.

2  Sans cependant vraiment attirer les masses : elle atteignit le chiffre le plus élevé de son histoire en 1931 avec près de 280 000 sportifs ouvriers inscrits dans ses sections, dont les plus importantes (en dehors de l’Union soviétique) se trouvaient alors en Allemagne (125 000 membres) et en Tchécoslovaquie (80 000). L’Internationale sportive de Lucerne atteignit pendant ce temps le chiffre de 1,9 million adhérents, dont près de 1,2 million étaient cependant membres de la seule section allemande.

3  La fédération sportive ouvrière communiste de Tchécoslovaquie avait d’ailleurs déjà employé ce terme en 1921, pour désigner sa première fête sportive qui eut lieu dans la banlieue de Prague. L. Skornming, « Die Entstehung der Spartakiaden und die Berliner Spartakiade 1931 », Körpererziehung, 1987, n° 7, p. 303-309.

4  En suivant G. Maletzke, nous entendons ici par « propagande » toute démarche volontaire en vue d’influencer, par voie de communication et dans un but politique précis, les opinions, attitudes et comportements d’un nombre relativement élevé de destinataires. G. Maletzke, « Propaganda. Eine begriffskritische Analyse », Publizistik. Vierteljahreshefte für Kommunikationsforschung, vol. 17, 1972, n° 2, p. 153-164.

5  Pour cette étude, nous avons utilisé, à part des périodiques, des documents en provenance des archives suivantes : Archives du Komintern au Centre russe de conservation et d’étude des documents sur l’histoire contemporaine (CRCEDHC), Moscou, fonds « Sportintern » (537) ; Archives de la Fédération russe (AFR), Moscou, fonds « Conseil suprême de la culture physique, département des relations internationales » (75 76/2) ; « Stiftung Archiv der Parteien und Massenorganisationen der DDR im Bundesarchiv » (SAPMO-Barch), Berlin, fonds « Kommunistische Partei Deutschlands-Zentralkomitee » (Ry/I2/710) ; Archives Nationales (AN), Paris, fonds « Propagande communiste par sociétés sportives, 1925-1932 » (F7/13137) ; Sporthistorisches Kabinett des Fachbereichs Sportwissenschaft der Universität Leipzig (SKL), documents du Comité allemand de la Spartakiade (documents non classés).

6  N. Podwoiski, « An das Präsidium der Sportintern. 23. März 1925 », in CRCEDHC, 537 I 103 ; « Tätigkeitsbericht der Roten Sportinternationale und ihres Exekutivkomitees », sans date [1926], in AFR, 75 76/2/28 ; « Resolution des Plenum des EK der RSI vom 28.1.25 zu Bericht des Präsidiums » ; « Vertrauliche Resolutionen über die Organisierung der Weltspartakiade des EK der RSI », in : CRCEDHC, I 48.

7  Pour plus de détails sur la Spartakiade de Moscou, A. Gounot, Intentionen, Strukturen und Funktionen…, op. cit., p. 229-244.

8  Quelques éliminatoires ont déjà eu lieu le 11 août, mais la cérémonie d’ouverture officielle s’est tenue le 12.

9  Internationaler Arbeitersport, 1927 (décembre), p. 14 ; « An alle Arbeitersportorganisationen ! An alle Arbeitersportler und Sportlerinnen ! An alle Werktätigen ! », s.d. [1927], in : AFR, 75 76/2/82.

10  Qui ont eu lieu dès 1919. K.-H. Ruffmann, Sport und Körperkultur in der Sowjetunion, München, DTV, 1980, p. 43.

11  Die Einheit, 26. August 1928 ; Internationale Pressekorrespondenz (organe de l’Internationale communiste) 1928, Nr. 84, p. 1534 ; L’Humanité, 14. August 1928.

12  A. Kriegel, « La IIIe Internationale », in J. Droz dir., Histoire générale du socialisme, vol. 3 : De 1919 à 1945, Paris, 1977, p. 73-118 ; F.I. Firsow, « Stalin und die Komintern », in Institut für Geschichte der Arbeiterbewegung, Die Komintern und Stalin. Sowjetische Historiker zur Geschichte der Kommunistischen Internationale. Berlin, Dietz, 1990, p. 91-92.

13  Resolution über den Kampf für die Einheit, in CRCEDHC, 537 I 25.

14  A. Gounot, « Tourisme et propagande politique : les délégations sportives en Union soviétique avant la Seconde Guerre mondiale », in A. Krüger, A. Teja et E. Trangbaek, Europäische Perspektiven zur Geschichte von Sport, Kultur und Tourismus, Berlin, Verlagsgesellschaft Tischler GmbH, 2000, p. 102-112.

15  J. Zarusky, Die deutschen Sozialdemokraten. und das sowjetische Modell. Ideologische Auseinandersetzung und außenpolitische Konzeptionem 1917-1933, München, R. Oldenbourg Vlg 1992, p. 221.

16  Lettre de Robert Siewert, président du Comité de Spartakiade allemand, au Comité de Spartakiade à Moscou, le 25 juillet 1928, in AFR, 75 76/2/60 ; « Robert Siewert, Bevollmächtigter für Deutschland des Spartakiadekomitees Moskau an Gotthold Vogel, Niederwiesa/Chemnitz, Berlin, 14.7.28 », in SKL, documents du Comité allemand de la Spartakiade.

17  « Für die Beteiligung an der Spartakiade », in SKL, documents du Comité allemand de la Spartakiade.

18  J. Ellul, Propagandes, Paris, Librairie A. Colin, 1962, p. 21-29.

19  J. Zarusky, Die deutschen Sozialdemokraten und das sowjetische Model, op. cit., p. 212-233.

20  Face à l’interdiction formelle de participer à cette « manifestation exclusivement communiste », prononcée par l’ISL à l’égard de ses fédérations adhérentes (« Bericht über den 4. Kongreß zu Helsingfors. 5. bis 8. August 1927 »), l’impératif d’un taux élevé de participation social-démocrate n’est cependant réalisé que par le Comité de Spartakiade autrichien, qui arrive à envoyer une délégation composée de 34 sociaux-dé­mocrates et 27 communistes. Dans la délégation allemande, par contre, la majorité communiste est écrasante, et parmi les 27 Français qui ont fait le déplacement ne se trouve aucun membre du Parti socialiste. Cf. Lettre de Robert Siewert, président du Comité de Spartakiade allemand, au Comité de Spartakiade à Moscou, le 25 juillet 1928, in AFR, 75 76/2/60 ; « Auf der Rykow nach Leningrad », in SKL, documents du Comité allemand de la Spartakiade.

21  Mis dans l’ordre d’après les tailles des délégations, les pays participant étaient l’Allemagne, la Finlande, l’Autriche, la Suisse, la Suède, l’Angleterre, la France, l’Uruguay, la Tchécoslovaquie, la Norvège, la Lettonie et l’Estonie. Cf. « Disposition », in SKL, Dokumente des deutschen Spartakiadekomitees für die Moskauer Spartakiade von 1928.

22  « Tatsachen von der Spartakiade 1928 », in SKL, Documents du Comité allemand de la Spartakiade.

23  Cf. Internationale Pressekorrespondenz (organe de l’Internationale communiste), 1928, n° 98, p. 1866 ; « Le 21 décembre 1928. Assemblée d’information des Conseils syndicaux de la Région parisienne sur les Spartakiades russes et le mouvement sportif syndical, organisée par la 20e Union régionale » (rapport de police), in Archives nationales (AN), Paris, F7/13137.

24  H. Schafranek, « Die Avantgarde der Einäugigen – Österreichische Arbeiterdelegationen in der UDSSR », in B. Mcloughlin, H. Schafranek et W. Szevera, Aufbruch-Hoffnung-Endstation. Wien, Vlg. für Gesellschaftskritik, 1996, p. 46.

25  H. Schafranek, Die Avantgarde…, op. cit., p. 15. Concernant ces mécanismes de propagande et de manipulation que les rapports de voyage laissent d’ailleurs transparaître involontairement, nos remarques s’appuient également sur les descriptions dans les ouvrages de J. Zarusky, Die deutschen Sozialdemokraten…, op. cit., et de F. Kupfermann, Au pays des Soviets. Le voyage français en Union soviétique 1917-1939, Paris, Gallimard/Julliard, 1979. Sur les voyages français, une thèse a été soutenue récemment : R. Mazuy, Partir en Russie soviétique : voyages, séjours et missions des Français en Russie entre 1917 et 1944, thèse de doctorat, IEP, 1999.

26  Le programme touristique et politique est décrit de la manière la plus détaillée dans la brochure volumineuse 66 österreichische Arbeitersportler berichten über die Sowjetunion, 2e édition, Vienne, 1929, dans les divers rapports de participants allemands conservés à Leipzig (documents du Comité allemand de la Spartakiade), ainsi que dans une brochure rédigée par le militant communiste suisse Werner Schultheiss, Spartakiadefahrt 1928. Eine Reise nach Russland, Zürich 1928. Ont également été consultés les articles sur la Spartakiade dans l’Humanité et Rote Fahne des mois d’août/septembre 1928.

27  Comme le montre notamment le rapport 66 österreichische Arbeitersportler berichten, op. cit.

28  Comme le laisse entendre un rapport politique sur le comportement des membres de la délégation française : « Secret. Rapport concernant la délégation sportive de la FST Française venue à la Spartakiade de Moscou », in : CRCEDHC, 537 II 152.

29  Cf. « Disposition », in SKL, documents du Comité allemand de la Spartakiade.

30  Au classement général, la Russie occupera la première place, devant cinq autres Républiques soviétiques… L. Skornming, « Vor 50 Jahren : Moskauer Spartakiade1928 », in Theorie und Praxis der Körperkultur, 1978, p. 670-678.

31  L’Humanité, 9 septembre 1928.

32  Le projet initial, établi au 4e Congrès international de l’IRS en 1928, celui d’organiser « dès que possible » une « Spartakiade mondiale » à Moscou, ayant échoué une nouvelle fois en raison du laxisme du Conseil suprême de la culture physique de la Russie. Cf. « Streng vertraulich. Aus dem Russ. 6.11.31. Gez. Hans », in CRCEDHC, 537 I 205 ; « Thesen u. Vorschläge der technisch-methodischen Konf. 4. Mai-16. Juni 32 », in GARF, 75/76/2/115.

33  « Warum Spartakiade in Berlin ? », Internationaler Arbeitersport 1931, n° 1, p. 12.

34  Festschrift zur 2. Arbeiter-Olympiade Wien 1931, Wien, s.d. (1931), p. 5.

35  « Resolution zur Vorbereitung und zu den nächsten Aufgaben der Spartakiade der RSI (angenommen auf der Sitzung des internationalen Spartakiade-Komitees, 10.4.31) », in CRCEDHC, 537 I 206.

36  « Resolution zur Vorbereitung und zu den nächsten Aufgaben der Spartakiade der RSI (angenommen auf der Sitzung des internationalen Spartakiade-Komitees, 10.4.31) », in CRCEDHC, 537 I 206.

37  Internationaler Arbeitersport, février 1931, p. 62. Ce motif se retrouve sur le timbre de propagande mis en vente pour contribuer au financement de la Spartakiade, ainsi que sur la plaquette commémorative.

38  A. Brüske, Spartakiaden im Spannungsfeld politischer Auseinandersetzungen untersucht am Beispiel der Spartakiade 1931 in Berlin und seiner Präsentation in der Berliner Presse, Mémoire de maîtrise, Institut für Sportwissenschaft der FU Berlin, 1990, p. 18.

39  Sozialdemokratische Partei Deutschlands.

40  A. Brüske, op. cit., p. 30-50 ; DIERKER (H.), Arbeitersport im Spannungsfeld der Zwanziger Jahre : Sportpolitik und Alltagserfahrungen auf internationaler, deutscher und Berliner Ebene, Klartext, Essen, 1990, p. 162-164.

41  Brochure 10 Jahre RSI, Berlin, 1931, p. 48.

42  Tract de la FST du 20 juillet 1931, in Archives nationales, F7 13137 ; Internationaler Arbeitersport, n. 10, octobre 1931, p. 383-384.

43  « Über die Vorbereitung und Durchführung der Weltspartakiade (Thesenprojekt zum Bericht des Gen. Antipov auf der 3. Plenumsitzung des Obersten Rates für Körperkultur der USSR vom 24. Januar 1932) », in AFR, 75 76/2/119. Cf. également Internationaler Arbeitersport, août 1933, p. 1.

44  Internationaler Arbeitersport, novembre 1931

45  Internationaler Arbeitersport, mai 1932.

46  « Über die Vorbereitung und Durchführung der Weltspartakiade (Thesenprojekt zum Bericht des Gen. Antipov auf der 3. Plenumsitzung des Obersten Rates für Körperkultur der USSR vom 24. Januar 1932) », in AFR, 75 76/2/119. Tout au long de cette résolution, le nom du dictateur est écrit en lettres majuscules et ainsi démarqué du reste du texte.

47  Sur les contenus paramilitaires de la Spartakiade voir notamment Rot-Sport. Mitteilungsblatt der Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit (Österreich), mars 1933.

48  « Resolution des Präsidiums der Gewerkschaften, 19. Juni 1932 », in AFR, 75/76/2/124.

49  La KG avait annoncé le déplacement de 2 500 membres à Moscou. Elle aurait formé ainsi à elle seule une délégation supérieure quantitativement à l’ensemble des autres délégations étrangères.Cf. le rapport de police du 6 décembre 1932 sur la préparation de la Spartakiade, in Deutsches Zentralarchiv Merseburg, Preußisches Ministerium des Innern, Rep. 77, 209.

50  « Pour l’application de la ligne de l’IRS », s.d. (janvier 1934), Archives de la FSGT.

51  « Lieber Freund ! 15. November 33 » in : AFR, 75 76/2/132.

52  « Pour l’application de la ligne de l’IRS », s.d. (janvier 1934), in Archives de la FSGT, Paris ; « Stenogramm des Berichts von Scholdak über die internationale Arbeitersportbewegung. 28. Februar 1934 », in AFR, 75/76/2/151.

53  Les comptes rendus de réunions du Service international du CSCP qui ont eu lieu pendant cette période étaient les seuls documents auquel l’accès nous a été refusé lors de nos recherches aux Archives de la Fédération russe en été 1997.

54  « Stenogramm des Berichts von Scholdak über die internationale Arbeitersportbewegung, 28. Februar 1934 », in AFR, 75 76/2/151.

55  La FST et l’IRS font d’ailleurs le silence complet autour du « cas Doriot », n’évoquant plus le nom de ce personnage qui a été l’un des fondateurs de l’IRS en 1921 et membre du Comité exécutif de l’IRS. Cf. A. Gounot, « Jacques Doriot : l’impact sportif d’un homme politique », in J.M. Delaplace, Histoire du sport, histoire des sportifs. Le sportif, l’entraîneur, le dirigeant, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 61-76.

56  Sport, n° 29, 17 avril 1934.

57  Firsow, op. cit., p. 111 ; Ph. Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, Paris, Ed. du Seuil, Paris, 1986, p. 175-177.

58  Sport, n° 43, 25 juillet 1934 ; C. Aksamit, Um die Einheit des Arbeitersports. Briefwechsel zwischen der RSI und der SASI, Sportpress, Prague s.d. (1936), p. 13.

59  Internationale Sportrundschau, septembre 1934.

60  C. Aksamit, op. cit., p. 13.

61  Internationale Sportrundschau, 1934, p. 368.

62  Internationale Sportrundschau, 1934, p. 368 sq.

63  La presse bourgeoise, évitant de faire des remarques sur le caractère politique de cet événement, s’est intéressée en tout premier lieu à la valeur sportive des athlètes et équipes soviétiques. Cf. les extraits de la presse bourgeoise dans Internationale Sportrundschau, septembre-octobre 1934, et Miroir des sports, 14 août 1934.

64  Sur l’Olympiade populaire voir, dans une perspective d’histoire régionale, X. Pujadas, C. Santacana, L’altra Olimpiada. Barcelona ‘36, Barcelona, Libres de l’Index, 1990, et sous l’angle international A. Gounot, Intentionen, Strukturen und Funktionen…, op. cit., p. 301-313.

65  H. Eichberg et M. Dultz dir., Massenpiele. NS-Thingspiel, Arbeiterweihespiel und olympisches Zeremoniell, Stuttgart, 1977.

66  Voir D. Düring, Öffentliche Festkultur. Politische Feste in Deutschland von der Aufklärung bis zum Ersten Weltkrieg. Reinbek, Ro ro ro, 1988.

67  Sur les Olympiades ouvrières, voir notamment F. Nitsch, « Die olympische‚ Gegenbewegung. Bedeutung und Vermächtnis des internationalen Arbeitersports und seiner Olympiaden », in M. Blödom dir., Sport und Olympische Spiele, Reinbek, Ro ro ro, 1984, p. 113-137.

68  A. Gounot, « Entre exigences révolutionnaires et nécessités diplomatiques : les rapports du sport soviétique avec le sport en Europe, 1920-1937 », in p. Arnaud et J. Riordan dir., Sport et relations internationales (1900-1941). Les démocraties face au fascisme et au nazisme, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 241-276.

69  L. Skornming, Die Entstehung…, op. cit.

70  G. Hauk, « Armeekorps auf dem Weg zur Sonne. Einige Bemerkungen zur kulturellen Selbstdarstellung der Arbeiterbewegung », in D. Petzina dir., Fahnen, Fäuste, Körper. Symbolik und Kultur der Arbeiterbewegung, Essen, 1986, p. 69-90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 88 | 2002, 59-75.

Référence électronique

André Gounot, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1582

Haut de page

Auteur

André Gounot

UFR STAPS, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page