Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les Sokols tchécoslovaques, un symbole de l’identité slave entre les deux guerres mondiales

Jean-Philippe Saint-Martin
p. 43-57

Résumé

Les Sokols tchèques se voulaient « la pierre angulaire de l’identité slave ». Ils développaient aussi une théorie solidariste de la citoyenneté aux accents humanistes et rationalistes. Dans la conjoncture troublée des années trente, ils ne purent éviter ni d’affronter le pangermanisme guerrier, ni de participer indirectement aux efforts de préparation militaire du pays. Ils maintinrent néanmoins leur idéal pacifiste, tout en restant les acteurs d’une certaine « diplomatie de plein air », selon les termes d’Édouard Herriot.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Tchécoslovaquie

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’Autriche ne fait plus que 85 000 km2 et la Hongrie a perdu les deux tiers de son territoire.

1Au lendemain de la guerre de 1914-1918, les conditions politiques tchécoslovaques restent précaires après l’éclatement de l’Empire austro-hongrois 1. L’étude des relations internationales entre les différents pays montre à quel point la destinée des peuples est précaire lorsqu’il s’agit de nations jeunes et dépourvues de défense armée significative.

Préambule : Être fort pour être en paix

  • 2  La république tchécoslovaque naît officiellement le 28 octobre 1918 (conséquence des traités de St (...)
  • 3  Il s’agit notamment de l’Anschluss de mars 1938, de la crise des Sudètes et des accords de Munich (...)
  • 4  Jacques Bariéty et Raymond Poidevin, Les relations franco-allemandes, 1815-1975, A. Colin, 2e éd., (...)
  • 5  Jean-Philippe Saint-Martin, L’exemplarité des éducations physiques étrangères en France entre les (...)

2Les alliances politiques et économiques 2renforcent la place stratégique occupée par la Tchécoslovaquie en Europe centrale. La république tchécoslovaque, de par l’enjeu géopolitique fondamental qu’elle représente, est la seule « jeune nation » à ne pas sombrer dans le chaos politique. Partagée en deux communautés, la population tchèque est majoritairement composée de Slaves (environ 10 millions) et d’une minorité allemande (environ 3 millions). Sur le plan géopolitique, la Tchécoslovaquie, membre de la Petite Entente, va jouer un rôle déterminant dans l’établissement des relations internationales entre les deux guerres mondiales 3. Ses frontières, au nord avec la Pologne, à l’ouest avec l’Allemagne et l’Autriche, au sud-est avec la Hongrie et la Roumanie, et enfin à l’est avec l’Union soviétique, font de ce pays une plaque tournante en Europe. Conformément au célèbre adage « Qui tient la Bohême, tient l’Europe » 4, la stabilité politique et sociale de la Tchécoslovaquie devient une condition déterminante de la paix en Europe. Placée à mi-chemin entre l’Allemagne et l’Italie, cette petite nation devient dans l’entre-deux-guerres un exemple géosymbolique de paix. Les associations, dont la plus importante demeure celle des Sokols, participent d’une façon considérable à la renaissance de l’identité slave au point de devenir un exemple de formation et de propagande 5. C’est ainsi qu’à plusieurs titres, l’éducation physique et morale prônée par les Sokols tchécoslovaques devient un exemple d’éducation nationale.

  • 6  T.-G. Masaryk est né à Hodonin (Moravie) en 1850. Autodidacte, il devient le premier Président de (...)
  • 7  Il reprend en effet de nombreuses maximes d’H. Spencer dont celle-ci, extraite de la Morale physiq (...)
  • 8  Il récuse la théorie philosophique de Schopenhauer.
  • 9  Ses principaux ouvrages sont : Le suicide (1881), Les bases du Marxisme (1899), L’Europe nouvelle (...)
  • 10  T. Masaryk considère, à l’instar des préparatistes français que l’éducation physique de la jeuness (...)

3En mars 1919, la Tchécoslovaquie, par l’intermédiaire de l’association des Sokols, publie un mémorandum dans le but de construire un système de défense passive dans lequel l’éducation physique de la jeunesse occupe une place importante. Tomas Garrigue Masaryk, premier Président de la république tchécoslovaque 6,considère que la santé physique et morale de la nation tchèque ne peut être atteinte qu’à la suite d’un enseignement rigoureux en matière d’éducation physique. Farouche adversaire de la contemplation et du mysticisme 7, influencé par la philosophie hellénique 8, soucieux d’introduire les idées positivistes d’A. Comte en Tchécoslovaquie 9, il œuvre autant que faire se peut à la construction de l’indépendance politique de ce nouvel État en accordant une attention particulière à la culture physique de ses concitoyens. À ses yeux, l’éducation physique doit devenir un moyen privilégié pour transformer la jeunesse tchécoslovaque en ardents patriotes, prêts à constituer s’il le faut une « armée démocratique » pour défendre le territoire national 10. Parmi les treize points du Mémorandum, nous pouvons retenir les idées suivantes :

4En premier lieu, la Tchécoslovaquie renoue avec son histoire car l’enseignement de l’éducation physique doit se faire selon l’esprit Sokol du siècle dernier lorsque M. Tyrs avait su introduire cet enseignement dans les écoles et dans l’armée. En 1919, l’éducation physique est ainsi rendue obligatoire dans l’ensemble du système éducatif tchèque. Elle est en outre déclarée obligatoire pour les jeunes filles non scolarisées jusqu’à l’âge de 20 ans et pour les jeunes gens jusqu’à 24 ans. Des cartes de vérification sont même prévues pour contrôler cette pratique quotidienne. Certains avantages sont instaurés pour les hommes présentant des capacités physiques spéciales pour leur permettre de réaliser leur service militaire dans les meilleures conditions.

5Au lendemain de la Grande Guerre, l’état tchécoslovaque, soucieux de s’engager dans une politique de régénération physique et morale de sa population, confie ainsi le soin à la plus puissante association de culture physique, l’association des Sokols, de reconstruire un peuple fort pour être en paix.

L’idéal républicain sokol : le gymnaste citoyen

L’association des Sokols : pierre angulaire de l’identité slave

  • 11  Le nombre d’adhérents passe de 800 environ en 1862 à 683 341 membres en 1934. Les Sokols restent e (...)
  • 12  Entre 1918 et 1939, outre leur présence en Europe centrale, on retrouve des Sokols en France et au (...)
  • 13  P. Bures, op. cit., p. 80.
  • 14  Sokol Ceskoslovensky (Le Sokol Tchécoslovaque), Prague, 1932, p. 22.
  • 15  H. Degenst, L’histoire de l’éducation physique, 1949, t. 2, p. 138.

6Créés en 1862 par M. Tyrs, les Sokols possèdent un riche histoire 11. En choisissant le faucon comme principal symbole, les Sokols établissent un lien direct avec des événements historiques ayant marqué la destinée du peuple slave en Europe. Les vieilles légendes et chansons slaves comparaient en effet l’homme jeune et vaillant à ce rapace respecté pour sa force légendaire. À l’époque où fut fondée la première association de Sokols tchèques (1862), les Yougoslaves combattaient pour s’affranchir du joug turc. C’est pour exprimer leur admiration et leur attachement aux héros yougoslaves que les Tchèques choisirent ce nom. Plus d’un demi-siècle plus tard, les Sokols représentent le mouvement d’identité slave en Europe centrale et dans le monde entier 12. Courageux et infatigable, le gymnaste sokol demeure un exemple pour les jeunes car il ne faiblit point et participe à tout instant à la postérité de sa patrie comme le déclare M. Tyrs : « être libre, c’est reconnaître la loi de la société et s’y soumettre de plein gré. Là où il n’y a point de loi, il n’y a pas de liberté durable et assurée. Apprenons chaque jour à nous soumettre aux lois nécessaires, à subordonner notre personnalité à l’intérêt collectif, à combattre notre vanité comme un vice honteux : la discipline que nous nous imposons ainsi ennoblit notre cœur, forme notre caractère et nous rend apte à l’abnégation et au sacrifice lorsque le bien commun l’exige » 13. Le gymnaste sokol représente ainsi un homme fort, « capable de maintenir et d’éduquer ses forces physiques, spirituelles et morales en consacrant une égale sollicitude au corps et à l’esprit, considérés comme les parties indissolubles d’un tout harmonieux » 14. Véritable soldat de la liberté et de l’indépendance, le gymnaste sokol poursuit un triple but : sa santé physique et morale, sa force et la beauté du peuple slave. Fidèle à M. Tyrs, tout Sokol doit se préparer à « l’avènement d’un univers,…, où les nations civilisées, considérées comme unités, égales en droit, et travaillant ensemble à la réalisation de l’Idéal commun de l’Humanité universelle, entretiendraient des relations fraternelles » 15. Cette conception idéaliste, humaniste, pleine de générosité et de désintéressement, prend tout son sens dans la devise sokole : « Ni gloire, ni profit ». Elle résume en soit l’idéal de M. Tyrs qui considère chaque Sokol comme un frère sachant retrouver l’énergie nécessaire pour survivre aux agressions de la vie quotidienne. La recherche d’un perfectionnement physique s’associe ainsi au développement harmonieux des forces morales, du devoir civique et du sentiment national : « Tiens-toi dans la vérité, aime ta patrie, refuse l’esclavage, sers l’humanité et la nation », tel peut être résumé le patriotique refrain sokol qui rend hommage non pas à l’individu mais au groupe auquel il appartient. Grâce à une discipline intransigeante et à un dévouement exemplaire à la cause commune, les Sokols se transmettent de génération en génération une culture républicaine et patriotique.

  • 16  P. Bures reprend une définition de M. Tyrs de la Fraternité sokole : « La fraternité ne consiste p (...)
  • 17  Cité par H. De Genst, op. cit., p. 138.
  • 18  La fraternité sokole ne consiste pas à demander simplement l’égalité mais aussi à l’offrir libreme (...)
  • 19  Les Sokols s’efforcent en effet de maintenir l’unité et la solidarité de toutes les classes social (...)
  • 20  G. Demarbre, Il faut réorganiser l’éducation physique, l’exemple de la Tchécoslovaquie, 1934, p. 3 (...)
  • 21  L’éducation physique, n° 9, nouvelle série, 15 janvier 1929, p. 76.

7Le Sokol est donc avant tout un gymnaste citoyen, responsable, sachant développer ses capacités physiques et forger son esprit aux idéaux démocratiques. La fraternité est l’un des concepts clefs de l’idéal sokol car chaque gymnaste contribue à l’édification du « Temple de l’Avenir » 16. L’individu n’est donc rien car la collectivité représente tout, comme en témoignent les propos de M. Tyrs : « Que l’amour et la discipline, que les bonnes intentions et l’esprit de sacrifice ne quittent jamais nos cœurs. Que ces belles salles ne deviennent jamais le manège d’envies personnelles et égoïstes, mais qu’elles restent le Temple sublime dans lequel seront plantés les germes de toutes les vertus qui font croître des causes communes poursuivant un noble but » 17. Véritable école de civisme, l’association des Sokols se définit avant tout comme une société de frères (égalité) 18, où chacun se tutoie pour annihiler les différences et lutte contre les divisions sociales, politiques, culturelles et religieuses du pays 19. Dans une assemblée sokole, il n’y a point de pauvres ni de riches, de paysans ni de citadins. Tout le monde se fond dans l’harmonie d’un effort et d’un idéal communs, de droits et de devoirs égaux. Conformément à la devise « Ni gain, ni gloire », il n’y règne aucune autre émulation que celle du bien et du sacrifice à la cause de tous. À l’image de la Maison Tyrs 20, inaugurée le 24 mai 1925 à Prague, le gymnase sokol représente le lieu privilégié de rencontres et de fraternité slave. Il est à la fois le cœur et le cerveau de l’association des Sokols. Chacun participe à son édification et à son entretien, « chacun met la main à la pâte, […], pour construire, dans un site bien choisi, une admirable bâtisse, neuve, claire, coquette, pourvue du confort moderne, temple de l’amour de la Patrie et de l’éducation nationale » 21, digne du gymnase des cités antiques. La discipline, le dévouement sont donc des vertus essentielles dans la formation du futur citoyen slave. Défendre sa patrie en recherchant un développement harmonieux de ses possibilités physiques, intellectuelles et morales reste l’objectif premier de cette association démocratique. Entre les deux guerres mondiales, chaque membre s’identifie aux idéaux élaborés au siècle dernier par M. Tyrs et prouve son adhésion par le port d’un uniforme identifiable : une chemise rouge et un bonnet surmonté d’une plume de faucon. Cet uniforme permet de donner toute leur signification aux fêtes sokoles appelées aussi « slets ».

Le slet : véritable moment de propagande des Sokols

  • 22  Cité par Sokol Ceskoslovensky, op. cit., p. 11.

8Le slet symbolise à la fois une fête nationale et internationale du peuple slave. La première fête eut lieu le 18 juin 1882 à Prague en l’honneur du vingtième anniversaire de la fondation de l’association des Sokols de Prague. Cette manifestation réunit 1 600 personnes, dont 760 gymnastes appartenant à 76 sections : « ce fut pour l’idée des Sokols un grand succès dont la meilleure part revint à M. Tyrs, objet de l’admiration et de la reconnaissance de tous les participants » 22.

  • 23  Le Populaire du 9 juin 1938.

9Un slet dure généralement plusieurs jours pendant lesquels des milliers de spectateurs assistent aux démonstrations gymniques mais aussi à des scènes allégoriques afin d’entretenir leur imaginaire social. Des délégations étrangères sont mêmes invitées pour prendre à témoin l’opinion publique internationale de ce moment de propagande patriotique. Quelques délégations françaises participent à ces fêtes commémoratives. En 1932, le sous-secrétaire d’État de l’Éducation physique est représenté par le professeur Latarjet de l’université de Lyon et par le colonel Marchal. En outre des délégations des villes de Paris, Marseille et Lille accompagnent MM. Cazalet, Sansboeuf et Wachmar « qui entretiennent depuis longtemps des relations particulièrement cordiales avec les Sokols ». La plupart du temps, la représentation française au slet est relayée par la presse, ce qui permet d’informer l’opinion publique hexagonale de l’intérêt de ces fêtes nationales et internationales. Le Populaire est l’un des journaux les plus assidus. Chaque fois, il n’hésite pas à vanter ces manifestations gymniques et leur utilisation idéologique comme en témoignent les propos de P. Marie en 1938 : « Le Xe slet des Sokols sera donc une grande fête de beauté et d’originalité ; mais ce ne sera là que son moindre attrait. Le Xe slet des sokols sera la fête de l’ordre, une manifestation du courage patriotique et l’affirmation d’un peuple qui a su tout seul, envers et contre tous, sortir de la servitude en se voulant moralement et physiquement propre et fort » 23.

  • 24  Le deuxième acte commence ainsi : au centre de la scène, le podium, entouré d’un nuage de fumée, s (...)

10Deux slets particulièrement importants se déroulent dans les années trente pour renforcer l’identité slave en Tchécoslovaquie. Chacun d’eux véhicule un thème très précis. La IXe Fête fédérale de 1932 est organisée en l’honneur du centenaire de la naissance de M. Tyrs. La principale scène allégorique est intitulée « Le Rêve de Tyrs » faisant référence à son vœu le plus cher de constituer une humanité saine et morale associée à une démocratie pure et générale. Ce slet permet de mettre en évidence l’influence de l’Antiquité dans la création et la formation des Sokols. M. Tyrs assimile en effet le slet à la renaissance des Jeux olympiques antiques au cours de laquelle on insiste sur les vertus éducatives et pédagogiques de la gymnastique. La scène de 1932 rend notamment hommage à la dimension esthétique et artistique de l’Hellade tout en cherchant de nouvelles possibilités dramatiques 24. Pour la première fois, elle introduit des chœurs et s’efforce de réunir toutes les autres composantes de l’art dramatique : le mouvement, la mimique et la voix de plusieurs milliers d’exécutants, l’expression musicale et la danse. Le chant occupe enfin une place prépondérante car il participe à l’édification d’un imaginaire commun. L’exemple ci-dessous permet d’illustrer sa dimension patriotique :

« Avec la force du lion, avec le vol du faucon,

Nous allons de l’avant,

Et à notre chère patrie en offrande,

Nous apportons nos forces… »

  • 25  P. Seurin, « L’éducation physique en Tchécoslovaquie », in L’éducation physique dans le monde, 196 (...)
  • 26  M. Korinman, Deutschland über alles, le pangermanisme 1890-1945, Fayard, 1999.
  • 27  J.-B. Duroselle, Politique étrangère de la France, La décadence 1932-1939, Paris, 1979, collection (...)
  • 28  Konrad Henlein est né le 6 mai 1898 à Massersdorf (région montagneuse des Sudètes). Il est le pers (...)

11En 1938, le thème central du second slet des années trente s’intitule : « Édifier et Défendre ». Plusieurs milliers de Sokols prennent part à cette manifestation antifasciste. Pour P. Seurin, « la tradition révolutionnaire de l’éducation physique tchécoslovaque tout entière se manifesta même à l’époque où la république était en danger » 25. Ce dixième slet demeure exemplaire car il représente la fermeté des Sokols à défendre leur république contre les agressions extérieures. Le slet de 1938 symbolise ainsi une manifestation politique de l’identité slave qui s’oppose à la pensée pangermaniste de plus en plus répandue en Europe centrale 26. Au cours des « années tristes », la situation géopolitique de la Tchécoslovaquie devient en effet très précaire. Entourée de dictatures au nord et au sud, menacée directement par les idéaux de la révolution communiste de 1917, la Bohème et la Slovaquie restent vulnérables à toute forme de propagande politique. En outre, de multiples querelles opposent la minorité allemande à la majorité tchèque. Soutenue par le Reich, les Allemands des Sudètes déclenchent une crise politique majeure qui aboutit aux accords de Munich du 29 septembre 1938 27. Le slet de 1938 illustre à la fois comme témoin et comme acteur les enjeux politiques de l’Europe centrale. Les Sokols prennent en effet officiellement position contre les revendications politiques des Allemands des Sudètes et de leur principal parti politique, le SDP, Parti Allemand des Sudètes, emmené par un ancien gymnaste, K. Henlein 28.

  • 29  Lors du congrès du SDP en avril 1938, les Sudètes dénoncent le système d’alliances tchécoslovaque (...)
  • 30  Le 12 septembre 1938, Hitler prononce un discours à Nuremberg dans lequel il affirme son intention (...)
  • 31  Le ministère de l’Intérieur dissout en date du 22 février 1932 la société sportive du Parti nation (...)
  • 32  À propos de « l’esprit de Munich », se reporter, en particulier, à l’article de Michel Winock, « L (...)

12L’arrivée légale au pouvoir puis la consolidation du Troisième Reich en Allemagne dès 1933 vont avoir des incidences déterminantes dans la vie politique tchécoslovaque. À travers le slet de 1938, un message politique fort est adressée aux partisans de la politique pangermaniste. La nomination d’E. Benès à la présidence du pays, succédant à T. G. Masaryk démissionnaire, ne résout en rien la crise politique. Les ambitions pangermanistes ne s’estompent pas. Bien au contraire, et les affrontements, de plus en plus violents, aboutissent en 1938 à la contestation pure et simple de l’existence de l’État tchécoslovaque 29. L’annexion de l’Autriche à l’Allemagne (Anschluss, mars 1938) décuple enfin les revendications du chef du SPD alors que le gouvernement de Prague cherche à reprendre la situation en main en prononçant l’état de siège 30. Ayant déjà interdit certaines organisations pro-allemandes en 1932, le gouvernement tchécoslovaque tente d’instaurer des mesures coercitives 31. Après une ultime entrevue entre Hitler et Chamberlain à Godesberg le 22 septembre 1938, où Hitler rejette la proposition de Chamberlain quant à la signature d’un traité de non-agression avec la Tchécoslovaquie, les accords de Munich sont signés les 29 et 30 septembre 1938, imposant à la Tchécoslovaquie la cession du territoire des Sudètes au Reich 32. Si sur le plan de la politique internationale, les partisans de K. Henlein obtiennent gain de cause, les espoirs démocratiques de la Tchécoslovaquie ne semblent pas s’estomper. Le slet sokol de 1938 est officiellement organisé pour réaffirmer le droit à l’indépendance politique, culturelle et religieuse de la communauté slave. Ce slet permet enfin de dresser un premier bilan d’une toute récente loi tchécoslovaque qui depuis le 1er juillet 1937 institue une éducation pour la Défense de l’état (EDE). Cette loi prévoit une triple préparation physique et morale du peuple slave. En premier lieu, elle instaure un enseignement obligatoire d’éducation physique à l’école, fidèle au concept d’une éducation républicaine à l’instar du modèle français de la fin du xixe siècle. Alternant une préparation morale et physique, l’EDE s’adresse à tous les jeunes gens et jeunes filles scolarisés. Elle est prise en charge par les sociétés agréées dont l’association des Sokols. Cette éducation physique obligatoire se poursuit en dehors de l’école au sein de la même association jusqu’à l’âge de 30 ans pour les jeunes gens et 21 ans pour les jeunes filles (Sokolettes) en vue de transmettre un devoir de santé grâce à une pratique régulière d’exercices physiques en plein air. Enfin, l’EDE envisage une préparation militaire des jeunes Tchécoslovaques à partir de 17 ans dispensée non pas par des militaires de carrière mais par des instructeurs sokols. Outre les exigences physiques, un enseignement théorique est dispensé entre 17 et 30 ans afin que chaque Tchécoslovaque soit sensibilisé à l’idéal démocratique voulu par M. Tyrs au siècle dernier.

Une éducation physique au service de la paix

L’éducation physique démocratique des Sokols

13L’éducation corporelle du Sokol et de la Sokolette dépasse très largement le cadre d’une stricte éducation du corps. En effet, la gymnastique sokole ne se résume pas à une gestuelle technique, mais envisage l’éducation du Sokol à la fois sur le plan physique et mental. Le Sokol appartient avant tout à une communauté régie par des règles identitaires strictes. Si on entre aux Sokols de plein gré, encore faut-il avoir réussi un examen probatoire. L’admission est prononcée par une décision du comité directeur. Après une période transitoire de six à douze mois durant lesquels chaque Sokol assiste à des conférences sur la gymnastique, l’esprit et l’histoire des Sokols, l’admission définitive est entérinée et le nouvel adhérent peut enfin prêter serment.

14L’éducation physique sokole vise principalement la santé du peuple slave. Qu’il s’agisse de gymnastique construite, de gymnastique rythmique, de sports ou de scoutisme, l’éducation physique sokole occupe une place de choix dans les programmes scolaires et jouit dans le peuple d’une faveur absolument générale. Rares sont les Tchèques ne s’adonnant pas à quelque exercice physique. Toutes les sociétés d’éducation physique, de gymnastiques corporatives, de sports ont peu à peu pris modèle sur l’organisation des Sokols, si bien que peu de personnes s’endorment sur le « mol oreiller de la paresse ». L’éducation physique sokole s’inscrit donc dans une politique sanitaire et sociale. Faute de quantité, le peuple tchécoslovaque doit privilégier la qualité. La formation de jeunes hommes et de jeunes femmes, sains physiquement et moralement, est atteinte par une éducation physique hygiénique, rationnelle et éclectique. La devise « Santé, force et Beauté de l’âme et du corps » prend ainsi tout son sens dans la tentative de régénération du peuple slave dans les années 1920. Au niveau des méthodes de gymnastique proprement dites, nous observons une forte influence allemande et suédoise dans l’éducation physique sokole, ces deux pays ayant apporté des preuves incontestables dans les moyens à mettre en œuvre pour redresser leur peuple meurtri au siècle dernier. M. Tyrs adopte dans un premier temps le modèle allemand pour deux raisons. Tout d’abord, il a fréquenté le gymnase de Jahn et d’Eiselen, ce qui lui permet d’avoir une connaissance approfondie des avantages et des inconvénients de cette méthode. D’autre part, il perçoit très rapidement les avantages moraux de cette gymnastique qui privilégie les sentiments patriotiques de la jeunesse allemande. Sûr de ses observations, il rédige son propre système d’éducation physique pour adapter le modèle allemand aux contingences culturelles du peuple slave. Il rejette ainsi la spécialisation et l’exhibitionnisme, privilégiant la polyvalence et la beauté plastique humaine, à la fois statique et dynamique.

  • 33  Propos de M. Tyrs repris par J. Klima, La Gazette de Prague, 1926, op. cit., p. 54.

15Sur le plan didactique, l’éducation physique sokole distingue la gymnastique proprement dite, faite d’exercices systématiques des forces corporelles, ayant pour but la conservation de la santé et l’augmentation de la vigueur corporelle, et les sports qui se distinguent des jeux par leur caractère formel et compétitif (il s’agit ici d’obtenir une victoire), et enfin le scoutisme, se définissant comme un système d’éducation destiné à compléter l’éducation et l’instruction familiale et/ou scolaire. Cette conception particulière de l’éducation corporelle de la jeunesse tchécoslovaque résulte en définitive d’une curiosité extraordinaire de son concepteur. En effet, nombreux sont les témoignages rendant hommage à l’intelligence de M. Tyrs. Le supplément de La Gazette de Prague, publié à l’occasion de la fête fédérale des Sokols de 1926, publie même certains propos de M. Tyrs pour convaincre les responsables sokols de poursuivre la démarche de leur maître : « Efforçons-nous de connaître tout ce qui se fait ailleurs dans le domaine de l’éducation physique, de façon à connaître par nous-mêmes tous les efforts de l’étranger et toutes les tendances nouvelles. Je n’entends naturellement pas dire que nous devons ainsi renoncer à nos propres idées et ne plus former qu’un amalgame confus de toutes les autres tendances. Il ne suffit cependant pas de reprendre purement et simplement le bien d’autrui : il faut l’adapter à notre situation, à nos vues et rejeter sans hésiter tout ce qui est contraire à notre esprit, même si nous devions en retirer certains avantages de second ordre… Il va donc de soi que nous ne pouvons nous contenter d’imiter, mais que nous devons perfectionner ; que nous ne voulons pas faire la même chose que d’autres, mais mieux » 33.

  • 34  Le principe de départ de M. Tyrs est le suivant : « L’homme, dans la nature, se trouve seul. Dans (...)
  • 35  Sokol Ceskoslovensky, 1932, op. cit., p. 22-23.

16L’éducation physique sokole vise donc à fortifier et accroître la santé, à former des hommes et des femmes d’une forte volonté, à les réunir en groupements pour fournir de bons et utiles travaux, à « mettre en état » le peuple slave pour fonder des familles saines et robustes. Tout gymnaste sokol doit être avant tout complet et lutter contre toute stagnation physique 34, sinon il ne pourra survivre. Deux traits essentiels de la doctrine de Tyrs peuvent être identifiés ici ; d’une part l’influence des théories de Darwin sur le développement, les transformations et la décadence de l’espèce comme prémisses, et la nécessité de s’adapter aux progrès constants. L’éducation physique apparaît donc comme le moyen privilégié pour perfectionner l’homme. Non seulement, tout Sokol doit développer ses potentialités physiques selon des règles strictes de beauté mais il doit apprendre la volonté de se surpasser et comprendre l’intérêt d’un effort quotidien. Entre les deux guerres mondiales, conformément aux volontés de M. Tyrs, l’éducation physique sokole poursuit toujours un double but : « d’une part acquérir des qualités morales pouvant être le fruit direct des exercices physiques, comme la domination de soi, le courage, le sens et l’amour du travail bien fait, la persévérance et la régularité dans l’effort. D’autre part, il s’agit de remplir certaines obligations morales étroitement liées aux exercices physiques et dont la gymnastique sokole peut assurer la pleine réalisation. Ce sont par exemple la modération, la sobriété, la modestie, le désintéressement, la discipline de soi-même, la ponctualité, la solidité, la précision, l’humeur égale et gaie, l’amour du prochain » 35. L’éducation physique sokole dépasse donc l’aspect purement physique de l’individu. Elle laisse une large place à l’élément esthétique et à la morale en sollicitant les dimensions cognitives et affectives des Sokols et des Sokolettes. Il s’agit en quelque sorte d’une éducation intégrale, éclectique, empruntant à chacun des systèmes de l’époque des éléments susceptibles de contribuer à la réalisation de finalités sociales et patriotiques.

La crise des années trente

  • 36  Durant l’année 1938, Henlein reste en contact étroit avec les dirigeants du régime nazi. Il rencon (...)
  • 37  Jacques Neff , Le National Socialisme et l’éducation sportive, thèse de troisième cycle en Science (...)

17Au cours des années trente, l’éducation physique sokole va devoir évoluer pour faire face aux velléités pangermanistes. Face à la détermination de K. Henlein, qui assiste à tous les rassemblements politiques du NSDAP (National-Sozialistische Deutsche Arbeit Partei36, le danger devient de plus en plus pressant et l’on aboutit au jugement de la Haute Cour de justice tchécoslovaque du 2 octobre 1933 accusant la société de gymnastique des Allemands des Sudètes « d’être une organisation subversive camouflée dont l’intention est de soustraire le territoire des Sudètes à la souveraineté de l’État tchécoslovaque et de préparer psychologiquement la population de ce territoire à un futur rattachement à une nouvelle Grande Allemagne » 37. Henlein, remarquablement défendu, est acquitté et se lance dans une carrière politique. Soutenu par le Troisième Reich, ancien officier, devenu en 1926 professeur de gymnastique, puis chef du Parti allemand des Sudètes en 1935 et enfin gouverneur du pays des Sudètes en 1939, K. Henlein reste le personnage central de la crise des Sudètes qui menaça l’identité slave en Tchécoslovaquie durant les années trente.

  • 38  En 1933, les Sokols participent à la création d’un comité commun pour le relèvement de la puissanc (...)
  • 39  Pour E. Loisel, « Les Turnvereine allemands et les Sokols tchèques ont dû leur naissance et leur s (...)
  • 40  Le général Faucher écrit à ce sujet : « La presse allemande (quotidiens, revues militaires) n’a pa (...)
  • 41  Service Français de la SDN, Légation de Prague, note n° 40 du 29 janvier 1934, p. 1.
  • 42  Mission Militaire Française auprès de la république tchécoslovaque, 2e Bureau, note n° 709/2 EM du (...)

18L’engagement des Sokols demeure un acte politique fort car il tente de contrecarrer le projet de K. Henlein et d’anéantir la pensée pangermaniste en Tchécoslovaquie 38. E. Loisel justifie cet engagement de la sorte. Selon lui, l’importance du contexte politique demeure la raison fondamentale car il s’agit de créer un mouvement de pensée et d’action s’opposant à la volonté avilissante de l’hégémonie allemande 39. Les Allemands des Sudètes considèrent du reste l’association des Sokols comme un mouvement de jeunesse pré-régimentaire qui forme de futurs soldats par le biais de l’éducation physique et des sports. Certains éditorialistes étrangers comparent même les Sokols aux Sections d’Assaut des Nazis 40. Suite aux demandes répétées d’E. Benès, la Société des Nations diligente même une enquête pour annihiler les accusations allemandes. Léon Noël, alors ministre de France à Prague, déclare dans une note de service adressée au ministre français des Affaires étrangères que « les Sokols tchécoslovaques ne revêtaient aucun caractère militaire et qu’ils ne devaient pas être comptés parmi les effectifs de la Tchécoslovaquie » 41. En aucune manière donc, les Sokols ne peuvent être comparés aux SA ou SS même si leurs finalités patriotiques apparaissent explicitement au cours des années trente. Certains observateurs étrangers dont le général Mittelhausser, chef de la mission militaire française auprès de la république tchécoslovaque, explique l’étroite relation entre l’éducation physique sokole et la durée du service militaire : « Il faut prévoir, étant donné les circonstances vers une réduction du service militaire actif qui semblent prévaloir ici, que les milieux militaires dirigeants s’efforceront d’établir un contact plus étroit avec ces organisations de préparation militaire pré-régimentaire. C’est la voie sur laquelle on semble s’être actuellement engagé » 42.

  • 43  Le général Mittelhausser évoque le rôle possible des Sokols comme milice nationale (note n° 709/2 (...)
  • 44  Lire à ce sujet Marcel Spivak, Les origines militaires de l’éducation physique, 1975 ; Pierre Arna (...)
  • 45  Service Français de la SDN, Légation de Prague, note n° 40 du 29 janvier 1934, op. cit., p. 17.
  • 46  Note n°1034/S. E, op. cit., p. 9. On apprend notamment que les Sokols ont décidé dès 1933 de mieux (...)
  • 47  Lors de la révolution d’Octobre de 1917 et de la campagne de Slovaquie de 1919, les Sokols ont su (...)

19Au cours des années trente, les Sokols, même s’ils n’ont pas officiellement de lien direct avec l’armée tchécoslovaque, représentent pour certains observateurs étrangers une sorte d’armée de réserve, certains les assimilant même à une Milice nationale 43. Tout au plus rappelle-t-on en guise de justification l’exemple français de la fin du xixe siècle 44. Jusqu’en 1933, les Sokols ne sont donc pas une association de préparation militaire. À partir de cette date, une ambiguïté s’instaure dans les représentations nationales et internationales. Les propos de Léon Noël permettent d’illustrer les contradictions à ce sujet : « Si les sociétés sportives tchécoslovaques, qui n’ont à l’heure actuelle aucun rapport avec les SA et les SS du Reich, se transforment dans un avenir qui paraît lointain encore en des formations prémilitaires ou paramilitaires, elles ne le deviendraient qu’à la longue en s’éloignant de l’esprit qui n’a cessé de les animer jusqu’à ce jour, en rompant avec toutes leurs traditions et seulement dans le cas où le Reich poursuivrait – dans les formes actuelles – la préparation de sa jeunesse à la guerre » 45. Si les Sokols envisagent de relier leur système d’éducation physique à une préparation pré-militaire de la jeunesse, ce sont les intentions pangermanistes du Troisième Reich qui poussent à ce choix. Le général Faucher nous rappelle en outre qu’en aucune manière il n’existe une collaboration directe entre l’armée et ces sociétés ; ces dernières « ne sont absolument pas susceptibles d’une utilisation militaire immédiate. […] De ce point de vue, il faut évidemment la plus insigne mauvaise foi pour les comparer à certaines formations existant dans les pays voisins » 46. Malgré la crise des Sudètes, les Sokols demeurent donc encore officiellement une association patriotique, pacifiste et non belliqueuse. Fidèles à leur devise et attentifs aux périls intérieur et extérieur, ils restent déterminés pour le cas échéant à offrir une aide précieuse au gouvernement tchécoslovaque. Il est vrai qu’ils ont su démontrer leurs facultés d’adaptation au cours de leur histoire 47.

20Cependant la fin des années trente est le théâtre d’une escalade en matière d’éducation pré-militaire. L’année 1937 marque une seconde étape de l’engagement des Sokols dans la défense de l’identité slave. Dans une note adressée le 30 octobre 1937, le général Faucher traduit presque intégralement la loi instituant l’éducation pour la Défense de l’état (EDE) du 1er juillet 1937. Cette loi renforce l’éducation patriotique du peuple tchécoslovaque en la rendant obligatoire de 6 à 30 ans ; cette obligation pouvant être prolongée jusqu’à la cinquantième voire soixantième année si les circonstances l’exigent. La préparation militaire débute à proprement parler le 1er septembre de l’année des 17 ans du jeune homme, elle représente la troisième étape d’un cycle d’éducation physique et morale. La crise des Sudètes a donc projeté l’association des Sokols dans une mission de défense nationale. Ils renouent en quelque sorte avec leur histoire, les bouleversements géopolitiques des années trente ne leur laissant aucune autre alternative.

Conclusion

  • 48  Nous empruntons cette expression à E. Herriot lors de la deuxième séance du 5 décembre 1929, Journ (...)

21Entre les deux guerres mondiales, les Sokols représentent le symbole de l’identité slave en Tchécoslovaquie. En proposant des formes de mise en jeu du corps où le mouvement n’est pas spontané mais réglementé, en faisant de l’éducation physique sokole, certes démocratique, une entreprise de dressage d’une jeunesse en quête d’idéal ; en orchestrant des moments déterminants de propagande, appelés slets, les Sokols tchécoslovaques participent à la gloire du panslavisme dans une Europe centrale en crise. À travers l’œuvre éducative des Sokols, l’identité slave, qui se transmet depuis des générations, trouve son salut au sein d’un mouvement de jeunesse à part entière et entièrement à part. Face aux velléités pangermanistes, les Sokols proposent une arme d’un genre ancien, une éducation physique conçue autour de l’idéal slave. En créant un puissant mouvement d’opinion en faveur d’une culture physique de masse, les Sokols structurent le redressement physique et moral d’un peuple slave en quête d’identité. Au fil de l’entre-deux-guerres, les Sokols deviennent ainsi les ambassadeurs et les défenseurs de l’identité slave. Leurs gymnastes, qui trustent les médailles dans les compétitions sportives internationales et aux Jeux olympiques, participent à l’avènement d’une nouvelle forme de diplomatie, la « diplomatie de plein air » 48, diplomatie d’un nouveau genre élaborée pour défendre l’identité politique et culturelle d’un peuple menacé par le Troisième Reich. Les Accords de Munich renforcent leur légitimité. Interdits en avril 1939, les Sokols seront définitivement dissous en 1952 dans la cadre de la nouvelle république populaire tchécoslovaque. Aux idéaux de la Révolution française succèdent dès lors ceux de la révolution d’octobre 1917. Une des premières mesures fut de transformer les fêtes fédérales de gymnastique en spartakiades. Si l’idéologie change, les vecteurs de propagande perdurent. L’influence de M. Tyrs, malgré cette nouvelle crise, ne meurt pas pour autant. L’esprit sokol, à l’image de son symbole, le faucon, n’a toujours pas de frontières et continue à voler au gré des vents pour essaimer l’identité slave.

Haut de page

Notes

1  L’Autriche ne fait plus que 85 000 km2 et la Hongrie a perdu les deux tiers de son territoire.

2  La république tchécoslovaque naît officiellement le 28 octobre 1918 (conséquence des traités de St-Germain-en-Laye du 10 septembre 1919 et du traité de Trianon du 4 juin 1920) et fait l’objet de pressions incessantes de l’Allemagne. Pour survivre, l’établissement d’alliances militaires et économiques est inéluctable. Grâce à de vastes ressources minières, métallurgiques et agricoles, la Tchécoslovaquie dispose d’atouts non négligeables dans la recherche d’alliances internationales.

3  Il s’agit notamment de l’Anschluss de mars 1938, de la crise des Sudètes et des accords de Munich de septembre 1938.

4  Jacques Bariéty et Raymond Poidevin, Les relations franco-allemandes, 1815-1975, A. Colin, 2e éd., 1977, p. 305.

5  Jean-Philippe Saint-Martin, L’exemplarité des éducations physiques étrangères en France entre les deux guerres mondiales, Thèse STAPS, Université de Lyon, 1997.

6  T.-G. Masaryk est né à Hodonin (Moravie) en 1850. Autodidacte, il devient le premier Président de la république de 1918 à 1935. Il sera ensuite remplacé par E. Benès, ministre des Affaires étrangères et très influent au sein de la SDN et dans les milieux parlementaires.

7  Il reprend en effet de nombreuses maximes d’H. Spencer dont celle-ci, extraite de la Morale physique : « Nous avons des devoirs envers notre corps », cité par p. Bures, Les sports et l’éducation physique en Tchécoslovaquie, 1926, p. 12.

8  Il récuse la théorie philosophique de Schopenhauer.

9  Ses principaux ouvrages sont : Le suicide (1881), Les bases du Marxisme (1899), L’Europe nouvelle (1918), Les problèmes de la Démocratie (1924).

10  T. Masaryk considère, à l’instar des préparatistes français que l’éducation physique de la jeunesse doit être une propédeutique essentielle du service militaire. Archives du Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), dossier 7 N 3094 sur la « loi militaire du 23 mars 1920 ».

11  Le nombre d’adhérents passe de 800 environ en 1862 à 683 341 membres en 1934. Les Sokols restent entre les deux guerres mondiales l’association gymnique et sportive la plus importante de Tchécoslovaquie.

12  Entre 1918 et 1939, outre leur présence en Europe centrale, on retrouve des Sokols en France et aux États-Unis.

13  P. Bures, op. cit., p. 80.

14  Sokol Ceskoslovensky (Le Sokol Tchécoslovaque), Prague, 1932, p. 22.

15  H. Degenst, L’histoire de l’éducation physique, 1949, t. 2, p. 138.

16  P. Bures reprend une définition de M. Tyrs de la Fraternité sokole : « La fraternité ne consiste pas à ne pas voir les fautes de son prochain, mais à les lui reprocher d’une manière fraternelle. Celui qui s’est trompé n’est pas pire que les autres et personne n’a le droit de le traiter comme tel. […] Quiconque exige d’autrui des sentiments fraternels en doit manifester lui-même », 1926, op. cit., p. 79-80. La Fraternité sokole se retrouve au-delà des noms de frères et sœurs. Elle consiste à s’aider mutuellement en cas de difficultés.

17  Cité par H. De Genst, op. cit., p. 138.

18  La fraternité sokole ne consiste pas à demander simplement l’égalité mais aussi à l’offrir librement, volontairement, spontanément et consciemment par amour du prochain. Elle est donc à la fois égalité et amour et doit de ce fait se manifester non seulement en paroles mais aussi en actes.

19  Les Sokols s’efforcent en effet de maintenir l’unité et la solidarité de toutes les classes sociales. Au lendemain de la Grande Guerre, cette association regroupe environ 50 % d’ouvriers.

20  G. Demarbre, Il faut réorganiser l’éducation physique, l’exemple de la Tchécoslovaquie, 1934, p. 30.

21  L’éducation physique, n° 9, nouvelle série, 15 janvier 1929, p. 76.

22  Cité par Sokol Ceskoslovensky, op. cit., p. 11.

23  Le Populaire du 9 juin 1938.

24  Le deuxième acte commence ainsi : au centre de la scène, le podium, entouré d’un nuage de fumée, se transforme en autel d’Olympie, symbole de l’Hellade. Le rêve de Tyrs commence. Aux sons des fanfares, montent sur la scène trois groupes de hérauts : en Grèce quand venait l’année des grandes fêtes olympiques, on annonçait dans tout le pays que la fête de Zeus approchait et que cessent sur terre et sur mer toutes les discordes. Les trois groupes se mettent à chanter alors qu’entrent dans le stade des milliers de figurants, tous vêtus d’habits antiques et tenant un rôle déterminé (soldats, marchands, marins, ambassadeurs et représentants des états et des villes, gardes des temples, gardiens des trésors, etc.). En fin de cortège marchent ceux qui prendront part aux concours (gymnastes, lutteurs, surveillants et héllanodiques, juges des jeux). Tous réalisent leurs offrandes à la suite de la prière du Grand Prêtre à Zeus se finissant par le serment des gymnastes. Débute ensuite une série de courses et de concours sous le contrôle des juges. La course des chars étant l’apothéose de cette scène.

25  P. Seurin, « L’éducation physique en Tchécoslovaquie », in L’éducation physique dans le monde, 1961, Bordeaux, p. 382.

26  M. Korinman, Deutschland über alles, le pangermanisme 1890-1945, Fayard, 1999.

27  J.-B. Duroselle, Politique étrangère de la France, La décadence 1932-1939, Paris, 1979, collection points Histoire, Seuil (plus particulièrement le chapitre XI, p. 325-366).

28  Konrad Henlein est né le 6 mai 1898 à Massersdorf (région montagneuse des Sudètes). Il est le personnage clef de la crise qui secoue la Tchécoslovaquie à la fin des années trente. Sa fulgurante ascension au sein du mouvement séparatiste allemand reste une exception, voire un mystère peu étudié de nos jours. Il se suicide le 10 mai 1945, emportant avec lui bon nombre d’interrogations.

29  Lors du congrès du SDP en avril 1938, les Sudètes dénoncent le système d’alliances tchécoslovaque et exigent l’extension du Reich vers l’est de l’Europe.

30  Le 12 septembre 1938, Hitler prononce un discours à Nuremberg dans lequel il affirme son intention de rattacher le territoire des Sudètes au Reich pangermanique en invoquant le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

31  Le ministère de l’Intérieur dissout en date du 22 février 1932 la société sportive du Parti national socialiste allemand dénommée Volksport dont les membres travaillaient contre l’état tchécoslovaque. Archives du ministère français des Affaires étrangères, Légation de Prague, note de service n° 1989 du 22 mars 1932.

32  À propos de « l’esprit de Munich », se reporter, en particulier, à l’article de Michel Winock, « L’esprit de Munich », dans Les années trente, de la crise à la guerre, Seuil, 1990, p. 115-133. Ou bien, pour l’essentiel, René Rémond, Notre siècle 1918-1991, 1991, Fayard, p. 226-233.

33  Propos de M. Tyrs repris par J. Klima, La Gazette de Prague, 1926, op. cit., p. 54.

34  Le principe de départ de M. Tyrs est le suivant : « L’homme, dans la nature, se trouve seul. Dans la solitude, il accomplit d’abord des mouvements naturels, puis il se trouve en contact avec les choses, il les touche, les lève, les lance. Rencontrant un compagnon, il peut unir sa force à la sienne, puis il s’en débarrasse pour se retrouver seul à nouveau », cité par G. Demarbre, op. cit., p. 15.

35  Sokol Ceskoslovensky, 1932, op. cit., p. 22-23.

36  Durant l’année 1938, Henlein reste en contact étroit avec les dirigeants du régime nazi. Il rencontre ainsi Ribbentrop à Berlin le 29 mars 1938, après lui avoir adressé une lettre au lendemain de l’Anschluss (le 17 mars). Il rencontre A. Hitler le 14 mai 1938 et lui expose sa volonté de rattacher le pays des Sudètes au Troisième Reich.

37  Jacques Neff , Le National Socialisme et l’éducation sportive, thèse de troisième cycle en Sciences de l’éducation, Paris VII, 1974, p. 132.

38  En 1933, les Sokols participent à la création d’un comité commun pour le relèvement de la puissance défensive de la nation. Cette première mesure tente de faire face aux intentions allemandes en voulant instaurer une préparation militaire, sur le modèle de son homologue française. Malgré la loi de recrutement de 1920, qui prévoit dans son article 2 que « l’éducation physique de la jeunesse avant le service militaire sera [it] réglée par une loi », la Tchécoslovaquie ne possède pas de véritable préparation militaire

39  Pour E. Loisel, « Les Turnvereine allemands et les Sokols tchèques ont dû leur naissance et leur succès à l’exaltation de l’idée nationale, brimée en Prusse par les armées napoléoniennes, en Bohême par la tyrannie de l’Empire austro-hongrois », in E. Loisel, « Étude comparée des principales méthodes d’éducation physique », Les cahiers de pédagogie moderne, 1938, p. 14.

40  Le général Faucher écrit à ce sujet : « La presse allemande (quotidiens, revues militaires) n’a pas manqué de publier à diverses reprises et récemment encore (Deutsche Zeitung) des informations tendancieuses sur la préparation militaire en Tchécoslovaquie et de découvrir à certaines sociétés d’éducation physique tchécoslovaques (Sokols) un caractère militaire comparable à celui des formations hitlériennes », note n° 1034/S. E, op. cit., p. 2. Suite à l’interdiction des SA et des SS en Allemagne, la presse nationale-socialiste réclamait la même sanction pour les Sokols, de façon à ne pas faire deux poids, deux mesures.

41  Service Français de la SDN, Légation de Prague, note n° 40 du 29 janvier 1934, p. 1.

42  Mission Militaire Française auprès de la république tchécoslovaque, 2e Bureau, note n° 709/2 EM du 16 janvier 1926, p. 5.

43  Le général Mittelhausser évoque le rôle possible des Sokols comme milice nationale (note n° 709/2 EM, op. cit., p. 3), idée reprise par p. Bures, op. cit., p. 77 : «… Effectivement, le peuple tchèque les [les Sokols] a toujours considérés sous cet aspect, il a vu en eux une véritable milice nationale et les représentants du patriotisme le plus pur ». Néanmoins les Sokols ne possèdent pas d’armes, contrairement aux associations allemandes de jeunesse où le symbole du poignard reste très présent.

44  Lire à ce sujet Marcel Spivak, Les origines militaires de l’éducation physique, 1975 ; Pierre Arnaud, Le militaire, l’écolier, le gymnaste, Lyon, 1991.

45  Service Français de la SDN, Légation de Prague, note n° 40 du 29 janvier 1934, op. cit., p. 17.

46  Note n°1034/S. E, op. cit., p. 9. On apprend notamment que les Sokols ont décidé dès 1933 de mieux adapter leur activité générale aux nécessités de la défense nationale et qu’ils organisent une préparation immédiate au service militaire s’étalant du 15 mai au 15 octobre de l’année d’incorporation.

47  Lors de la révolution d’Octobre de 1917 et de la campagne de Slovaquie de 1919, les Sokols ont su se transformer en une puissante organisation de défense et apporter une aide précieuse au gouvernement (maintien de l’ordre) ou à l’armée (police des arrières).

48  Nous empruntons cette expression à E. Herriot lors de la deuxième séance du 5 décembre 1929, Journal Officiel de la République française, Débats parlementaires, p. 3929.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Saint-Martin, « Les Sokols tchécoslovaques, un symbole de l’identité slave entre les deux guerres mondiales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 88 | 2002, 43-57.

Référence électronique

Jean-Philippe Saint-Martin, « Les Sokols tchécoslovaques, un symbole de l’identité slave entre les deux guerres mondiales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1578

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page