Navigation – Plan du site
DOSSIER

Sportifs, gymnastes catholiques et propagande (1918-1939)

Fabien Grœninger
p. 17-29

Résumé

Servir Dieu et la France, telle aurait pu être la devise de la FGSPF durant l’entre-deux-guerres. Pour atteindre ce but, elle utilisa les ressources d’une active propagande, à connotation parfois très politique. La presse et l’organisation de défilés ou de concours en étaient les principaux vecteurs, selon des modalités éprouvées. Mais ces efforts constants ne furent pas toujours aussi efficients que le mouvement ne l’escomptait.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France.
  • 2  Michel Lagrée, Les origines de la FGSPF, 1898-1914, Du catholicisme social au mouvement de jeuness (...)
  • 3  Ibidem, p. 41.
  • 4  Fabien Grœninger, « La FGSPF pendant la Grande Guerre », in Gérard Cholvy, Yvon Tranvouez (dir.), (...)
  • 5  Les Jeunes, janvier 1919.
  • 6  Fabien Groeninger, op. cit.

1Dans l’entre-deux-guerres, les sportifs et gymnastes catholiques ont leur fédération : la FGSPF 1, créée par le docteur Paul Michaux à la fin du xixe siècle (1898-1903). Dès l’origine, sport catholique, nationalisme et patriotisme sont associés. Le fondateur de la FGSPF est un Lorrain. Il a ressenti douloureusement la défaite de 1870. Michel Lagrée note que « […] ce qui caractérise avant tout Michaux, c’est son patriotisme et plus encore sa véritable passion pour l’armée » 2. Les activités physiques deviennent pour lui un moyen de reconquête. Ainsi, avant même la création de sa « Fédé », Michaux, confrère au patronage Notre-Dame de Nazareth à partir de 1872, faisait déjà pratiquer l’éducation physique sur un mode militaire ; chaque année, en septembre, il organisait une fête reconstituant des faits d’armes d’Algérie, du Dahomey ou du Tonkin 3. La Grande Guerre lui permet de mettre pleinement sa fédération au service de sa patrie 4. 22 000 morts sont recensés parmi les membres de la FGSPF. Lors de la victoire et du retour officiel de l’Alsace-Lorraine, sa joie est immense : « Non je ne m’étais pas trompé en poursuivant avec une si tenace persévérance le but patriotique que je m’étais assigné en fondant notre chère Fédération » 5. La Légion d’honneur que reçoit Paul Michaux des mains du maréchal Foch, en 1921, est perçue comme une reconnaissance des sacrifices consentis 6.

  • 7  François Kérivan, les Jeunes, 25 octobre 1936, p. 577.
  • 8  Archives historiques de l’Archevêché de Paris, rapport manuscrit, anonyme (mais l’auteur est un me (...)
  • 9  François Kérivan, Les Jeunes, 25 octobre 1936, p. 577.

2Pourtant, les dirigeants de la Fédération refusent en apparence toute récupération par les partis politiques, même nationalistes. En 1936, lors de la préparation de leur congrès fédéral, le message semble clair : « Nous demeurons toujours en dehors de la politique et des partis. Tels nous avons été pendant 35 ans, tels nous resterons. C’est notre sagesse et notre puissance » 7. Or, il existe bel et bien une lutte de pouvoir, au sens politique du terme, entre la FGSPF et les autres fédérations sportives. À la reconquête militaire, Michaux associe également la volonté de reconquérir la jeunesse au dépens de ceux qu’il qualifie de « sectaires ». Son action dérange même certains catholiques. Vers 1920, dans un rapport envoyé à l’évêché de Paris, un de ses opposants affirme que la propagande la plus active et la plus continue a été faite dans toute la France par la FGSPF 8. En 1936, un dirigeant reconnaît d’ailleurs que la « Fédé est une œuvre marchante qui tient compte des évolutions générales qui l’entourent » 9.

3Quels sont les moyens de persuasion utilisés par les sportifs et gymnastes catholiques, dans l’entre-deux-guerres, pour mener à bien leur propagande ? La presse, notamment l’organe de la FGSPF, Les Jeunes, semble jouer un rôle important. De même, les concours et le cérémonial qui leur est associé devront être analysés.

La presse

Propagande et information

  • 10  Procès verbaux manuscrits du comité central de la FGSPF. Séance du 20 janvier 1925.
  • 11  Les Jeunes, 3 mai 1925, p. 278-279.

4En 1925, la FGSPF décide de former une commission de propagande 10. Pour les sportifs catholiques le recours à la propagande est à la fois un droit et un devoir. Il permet de faire connaître la Fédération des patronages dans des régions et des milieux où elle est encore insuffisamment connue. Les dirigeants de la FGSPF y voient également un autre objectif : « empêcher que par ignorance ou malveillance l’esprit et le but de la fédération ne soient dénaturés vis à vis de l’opinion publique » 11.

  • 12  Les Jeunes, 6 novembre 1921, p. 3.
  • 13  Les Jeunes, 13 décembre 1925, p. 690.
  • 14  Ibidem, p. 705.
  • 15  Les Jeunes, 12 décembre 1926, p. 756.

5Or, pour les catholiques, la presse permet de répondre à ce double objectif et constitue donc indéniablement un vecteur crucial de leur propagande. Le journal Les Jeunes occupe une place importante dans ce dispositif. Déjà en 1921, une nouvelle formule du journal avait été inaugurée. Le but recherché était clair : faire pénétrer le journal dans les coins les plus reculés de France et le faire lire par la totalité des adhérents. « Les Jeunes devait être le JOURNAL des SPORTIFS CATHOLIQUES. » Pourtant, en 1921, la diffusion du journal est encore très limitée 12. Ainsi s’explique en partie la création de la commission de propagande en 1925. Le tirage du journal oscille alors entre 6 500 et 7 000 exemplaires pour 200 000 membres environ 13. De plus, Les Jeunes occasionne un énorme déficit (50 % des dépenses totales de la fédération). Toutefois, lors du Congrès fédéral de 1925, François Hébrard, le président de la FGSPF refuse toute augmentation de l’abonnement. Il est convaincu de l’utilité des Jeunes et croit que le sort de la Fédération est intimement lié au sort du journal : « C’est par lui que l’esprit fédéral se développe et qu’il sera fait le plus de bien à nos jeunes gens » 14. En 1926, la création d’une affiche de propagande pour faciliter la diffusion du journal est décidée 15.

  • 16  Procès verbaux du comité central. Séance du 20 février 1923.
  • 17  Le Grand Frère, mars-avril 1935, p. 26.

6Mais dans le combat qui oppose les catholiques aux autres fédérations sportives, notamment anticléricales, la presse présente également un autre intérêt : celui d’informer. Nous verrons que les concours sont un moyen de propagande. Encore faut-il les annoncer. Par exemple en février 1923, au moment de la préparation du Concours international de Paris, François Hébrard souhaite qu’une propagande intense soit faite pour le concours au moyen des Jeunes 16. D’autre part, pour les sportifs catholiques, le camp adverse présente des dangers. Les jeunes sportifs doivent les connaître pour mieux les affronter. Ainsi en mars-avril 1935, les dirigeants laïcs des œuvres de jeunesse publient un numéro spécial de leur revue Le Grand Frère : « les patros sans Dieu ». Pour François Barbier, membre également du comité central de la FGSPF, « cette question mérite en effet de retenir tout spécialement l’attention des dirigeants de nos patronages catholiques car il s’agit d’organisations essentiellement dirigées contre nos œuvres, pour en arracher les enfants et soustraire ceux-ci à la formation chrétienne qui leur y est donnée. Qu’il s’agisse des patronages laïques, inspirés et soutenus par la franc-maçonnerie, des faucons rouges, socialistes, des pionniers communistes, tous ces « patros sans Dieu » n’ont en réalité qu’un même but : mettre au cœur des enfants la haine de la religion, les « affranchir » de tous les « préjugés » de la morale chrétienne et préparer ainsi des générations de farouches anticléricaux et de parfaits révolutionnaires » 17.

  • 18  Union diocésaine des Confréries d’œuvre de jeunesse.
  • 19  Le Grand Frère, mars-avril 1935, p. 29.
  • 20  Ibidem, p. 43.
  • 21  Ibidem, p. 44.
  • 22  Ibidem.

7Que proposent les catholiques pour lutter contre leurs adversaires ? Certains comme l’aumônier de l’UCO 18, refusent l’idée de combat : « À la mystique de la lutte, que nos œuvres répondent toujours par la mystique de l’apostolat, à la mystique de la haine destructrice par celle de l’amour conquérant » 19. Une page entière conseille de ne pas attaquer l’école laïque, ni ses instituteurs devant ses écoliers, de ne pas parler en ennemi, mais de parler en chrétien qui veut conquérir : « Toujours fais ressortir qu’il ne s’agit pas de combattre : ne prenons pas l’attitude de la croisade. Prenons l’attitude “missionnaire” » 20. En revanche, des jeux sportifs sont également proposés par le journal et s’éloignent véritablement des conseils précédents. Le jeu « les quatre coins » présente quelques ressemblances avec le rugby (or, ce sport recueille peu de succès dans les patronages catholiques) : « Quatre équipes égales, une dans chaque coin. Au milieu un ballon. Une équipe représente les Catholiques, l’autre les Musulmans, une autre les Juifs et la dernière les Bouddhistes […]. Chaque équipier a un numéro […]. À l’appel de leur numéro, les quatre équipiers correspondant essaient de ramener le ballon dans leur camp. » Peut-être vous demandez-vous le rapport avec les « patros sans Dieu » ? Le ballon voyons ! Ce dernier, maltraité par les différentes équipes, représente le païen 21. D’autres jeux sont présentés ; ils sont même parfois issus du camp adverse. Ainsi le Grand Frère propose le jeu de l’armée rouge et de l’armée blanche, tiré du journal communiste Mon camarade : deux équipes face à face, un arbitre avec un sifflet ; l’objectif est de briser la solidarité de l’équipe opposée et de faire des prisonniers (des convertis ?) 22.

Le rôle de l’éditorial

  • 23  Les Jeunes, 10 mai 1936, p. 289.
  • 24  Annuaire catholique de Paris, Paris, éditions Spes, 1927. Conservé aux archives historiques de l’é (...)
  • 25  Archives diocésaines de Blois, 7V7, publication intitulée Union départementale du Loir-et-Cher, 9  (...)

8La presse sportive catholique permet donc la diffusion d’une certaine propagande politique. Dans ce cadre, un personnage occupe un rôle clé : l’éditorialiste. Dans le journal Les Jeunes et dans l’entre-deux-guerres, la quasi-totalité des articles à connotation politique sont signés par la même personne, via un pseudonyme : SENIOR II. En 1936, son message est clair : « Vous ne ferez pas de politique au sens étroit du mot mais vous ferez par surcroît – le premier but étant la rechristianisation des masses – cette haute politique qui consiste à pacifier la cité » 23. De qui s’agit-il ? SENIOR II, de son vrai nom le Révérend Père Dassonville appartient à l’Action Populaire. Il est qualifié par l’Annuaire catholique de Paris de spécialiste des questions familiales 24. L’Action Populaire, fondé en 1903 par les Jésuites, est un centre de pensée et d’action sociale et religieuse. Ses objectifs sont l’étude, l’information, la documentation, l’enquête, l’édition d’ouvrages, de revues et de tracts, l’enseignement et l’animation dans le domaine social. Une publication de mai 1944 permet de comprendre quelle influence pouvait avoir ce prêtre dans le milieu des sportifs catholiques : « Le R.P. Dassonville a été rappelé à Dieu le 14 mars. “Senior II” […] occupait à la Fédé une place de choix […]. Il était chargé de la formation morale des jeunes » 25.

  • 26  Les Jeunes, 8 décembre 1929, p. 706.
  • 27  Les Jeunes, 2 mai 1926, p. 291.
  • 28  Ibidem.
  • 29  Les Jeunes, 12 septembre 1937, p. 1.
  • 30  Les Jeunes, 23 décembre 1934, p. 721.
  • 31  Corinne Bonafoux-Verrax, La Fédération Nationale Catholique, 1924-1944, thèse de doctorat nouveau (...)
  • 32  Les Jeunes, 24 février 1934, p. 113-114.
  • 33  Les Jeunes, 27 janvier 1926, p. 34.

9Il convient d’analyser la vision politique qu’il proposait, à travers ses éditoriaux, aux jeunes sportifs catholiques. Un certain nombre d’articles sont d’abord marqués par un fort anticommunisme. Et les mots sont durs. Ainsi en 1929, SENIOR II compare le communisme à une divinité païenne, Moloch : « Moloch était cruel ; on l’honorait par des sacrifices humains. »Les jeunes sportifs catholiques deviennent pour l’auteur des victimes potentielles : « Il réclamait surtout des victimes innocentes et sans défense, les petits enfants […]. Ce Moloch, c’est l’État tel qu’il est rêvé par le socialisme, tel qu’il est réalisé dans la triste Russie par le bolchevisme […]. Comment se peut-il qu’un tel système trouve des partisans parmi ceux qui sont fatalement destinés à la chiourme et qui ne peuvent pas espérer monter sur la passerelle de commandement où les agréments et les profits ne font peut-être pas défaut ? Pour moi, c’est un mystère ; un mystère de bêtise humaine et de naïveté d’une part, de machiavélisme et d’illusionnisme d’autre part » 26. L’auteur conseille aussi les jeunes sportifs catholiques : « Mes amis les jeunes, restez unis. Aujourd’hui pour le sport et l’athlétisme, sous le fanion de la Fédé […], demain dans les sections de la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens […] » 27. Les jeunes sont en effet priés de quitter la CGT pour la CFTC : « Es-tu partisan de la révolution, de la lutte des classes, du grand chambardement à la mode de Russie ? Non, pour sûr ! Es-tu un chrétien tout d’une pièce, qui veut la paix dans l’ordre, la justice et le plus possible de charité et d’amour entre les hommes ? Oui… » 28. Après 1934, le refus de la main tendue est catégorique : « Veut-on la barbarie rouge ? Alors… allez-y au communisme, vous serez servis, comme en Russie ! […] Impossible de marier l’eau et le feu, le néant et l’être ; il faut choisir. Donner la main c’est s’exposer à se voir passer les menottes aux poignets » 29. En revanche, la lutte contre la franc-maçonnerie est moins présente dans ses éditoriaux. Certes, le scandale Stavisky donne la possibilité à SENIOR II de dénoncer avec virulence ce qu’il appelle l’affairisme : « Si jeunes que soient les jeunes, ils n’ont aujourd’hui que trop de noms à mettre sur cette histoire […]. Et de tout ce que l’on entend raconter, des histoires de forfaiture, de compromissions, d’escroquerie, d’abus de confiance qu’on lit dans les journaux, il n’y a qu’une ou deux conclusions à tirer : […] devant une charogne, on se bouche le nez et l’on passe vite » 30. On associe parfois l’antimaçonnisme à l’antisémitisme. La question mérite d’être posée pour le Père Dassonville (SENIOR II) et plus généralement pour les sportifs catholiques. Selon Corinne Bonafoux-Verrax, le général de Castelnau, le fondateur de la Fédération Nationale Catholique, affirmait en 1934 que la maçonnerie et la question juive devaient être soigneusement distinguées. D’ailleurs, pour Corinne Bonafoux-Verrax, il n’y a pas d’antisémitisme à la FNC 31. Or, que représente le général de Castelnau pour les sportifs catholiques ? La réponse est donnée le 24 février 1924 dans Les Jeunes : sur la première page, sa photographie avec comme sous-titre : « Le général de Castelnau vient d’accepter la présidence d’honneur de la Fédération » 32. Quant à SENIOR II, il faut signaler un article heureusement unique en son genre, daté du 17 janvier 1926, aux accents xénophobes, voire antisémites. Son titre : « La France aux Français ». Au départ une inquiétude, la dénatalité. À l’arrivée, un nationalisme fermé pour reprendre l’expression de Michel Winock : « Si demain, vous les jeunes, vous vous trouvez isolés dans des ateliers et sur des chantiers envahis par des étrangers ; si vous êtes concurrencés par des légions de Sidis, de Levantins, de Moricauds ; si votre village natal, et plus encore les villes vous semblent devenus de petites « Babel » où le français se parle moins que le yiddish ; […] en un mot, si vous vous sentez de moins en moins maîtres en France où cependant vous êtes chez vous, c’est à la dépopulation que vous le devrez. Si vous avez la pénible impression de ne plus être en sécurité dans votre maison, c’est que la France n’est plus aux Français » 33.

  • 34  Corinne Bonafoux-Verrax, op. cit.
  • 35  Les Jeunes, 7 juin 1925, p. 358.
  • 36  Les Jeunes, 3 mai 1936, p. 273.
  • 37  Les Jeunes, 21 février 1926, p. 123.
  • 38  Les Jeunes, 21 avril 1935, p. 242.
  • 39  Les Jeunes, 22 mai 1938.

10Néanmoins, classer SENIOR II dans une famille d’extrême droite serait une erreur. En effet, Ariane Chebel d’Appolonia citée par Corinne Bonafoux-Verrax définit l’extrême droite autour de cinq valeurs : l’ordre, la pensée contre-révolutionnaire, le nationalisme, l’élitisme et enfin l’attachement à une Église vue comme une institution hiérarchisée et pérenne 34. Certes, pour le père Dassonville, « L’indiscipliné, l’anarchiste est un danger pour la société » 35 ; il est également partisan d’un certain élitisme : « Les croyants, voilà les chefs. C’est à cette école que se forment les vraies élites, mes amis » 36. Son nationalisme, nous l’avons vu, ne fait pas de doute. Mais il n’appartient pas à la pensée contre-révolutionnaire comme le montre un article de 1926 : « Aux armes citoyens… Ce mot évoquait la guerre civile, le sang, la guillotine. J’avais des excuses pour me tromper à ce point, mais enfin, je me trompais » 37. De plus, SENIOR II dénonce à partir de 1935 le racisme de l’état nazi : « Je le sais bien, certains jeunes Allemands se sont laissé prendre à cette “mystique” de haine et de mépris du prochain qui fait le fond de la religion raciste. […] Ou je me trompe fort, ou je crois deviner que beaucoup de jeunes catholiques français comprennent le sens profond de la charité chrétienne » 38. « Personnellement, je ne fais partie d’aucune Ligue », dit-il en 1935. Ses éditoriaux, et il est suivi en cela par d’autres auteurs, deviennent de plus en plus alarmistes et dénoncent le danger totalitaire. Ils en appellent au sens critique des jeunes sportifs. Hitler est régulièrement attaqué : « La croix gammée, ce tourniquet tragique, recueilli des anciens adorateurs du soleil, signe barbare de la religion raciste, tourne et tourne… Dans un de ces tournoiements, un de ses crocs saisira, vous le verrez les jeunes, l’homme qui l’a mise en mouvement » 39.

11La presse constitue donc un vecteur important des mises en garde politiques des sportifs catholiques. En outre, elle leur permet aussi d’annoncer, de commenter, et de publier les articles et photographies d’une manifestation chère à leurs yeux : le Concours.

Le Concours

12Parmi les moyens utilisés par les sportifs catholiques pour mener à bien leur propagande, le Concours est un moment crucial. Sa préparation et son déroulement sont soigneusement étudiés. Il s’agit d’exprimer des valeurs propres et de montrer à la population de la ville choisie la puissance de la FGSPF. L’objectif est clair : assumer la comparaison et les différences avec les autres fédérations sportives, notamment laïques, qualifiées de sectaires. À ce titre, l’exemple du Concours de Paris de 1923, institué pour célébrer le vingt-cinquième anniversaire de la FGSPF, est significatif.

Préparation

  • 40  Affiche du Concours International de Paris de 1923. Conservée à la Fédération Sportive et Culturel (...)
  • 41  Les Jeunes, 15 juillet 1927, p. 354.

13Le choix de l’affiche annonçant les concours revêt une grande importance pour les sportifs et les gymnastes catholiques. Une compétition entre artistes fut donc ouverte : c’est la composition d’Alphonse Lalauze qui fut retenue et qui servit pour annoncer le Concours International de Paris de 1923 40. Le même artiste réalisa quatre ans plus tard l’affiche fédérale, quasi identique. De par sa conception, elle pouvait être utilisée par les unions régionales pour toutes leurs fêtes et tous leurs concours. Elle constituait selon l’expression même de François Hébrard, le président de la FGSPF, « […] un véritable instrument de propagande » 41. Quelle est sa symbolique ?

  • 42  Affiche du Concours International de Paris de 1923.
  • 43  Procès verbaux du comité central. Séance des 12 et 19 juin 1923.

14Au premier plan, un gymnaste tient dans sa main le drapeau tricolore à la cravate orange. Son attitude est un mélange de fierté et d’énergie, de simplicité et de souplesse, qualités que les catholiques souhaitent retrouver dans le caractère de chaque membre d’un patronage. Son visage associe à la fois force, calme et sérénité, douceur et virilité. Derrière lui, d’autre drapeaux apparaissent pour symboliser le nombre et le caractère international du concours. En haut de l’affiche surgit l’Arc de Triomphe, le Tombeau du soldat inconnu, qui indique la vocation patriotique de la Fédération. Au côté de l’Arc de Triomphe, la cathédrale vient compléter la double identité de la FGSPF : foi et patriotisme. Enfin notons la volonté de reconnaissance publique qui apparaît dans le texte associé : « CONCOURS International […] Sous la présidence d’honneur de M. ALEX. MILLERAND Président de la République. Sous le haut patronage de M. RAYMOND POINCARÉ, Président du Conseil des ministres, et de M. MAGINOT, ministre de la Guerre, et sous la présidence effective de M. RAIBERTI, ministre de la Marine, assisté de M. HENRY PATÉ, haut commissaire de l’éducation physique » 42. Cette affiche fut tirée à 10 000 exemplaires, dont 200 à 300 sur papier spécial 43.

  • 44  Rapport de M. Girodit, Les Jeunes, 10 décembre 1933, p. 711.
  • 45  Ibidem.
  • 46  Les Jeunes, 16 décembre 1934, p. 707.
  • 47  Ibidem.

15Autre facteur important pour la réussite d’un concours : le choix du costume de gymnastique. En 1923, lors du Concours de Paris, les costumes de gymnastique ne sont pas unifiés. Ils ne le sont d’ailleurs dans aucun concours, comme le déplore un rapport de 1933, remis lors du congrès fédéral de la FGSPF : « Reconnaissons, bien sincèrement, que le choix du costume, pour certains de nos Patronages, n’a pas toujours été très heureux. Tel avec les bas rouges, pantalon blanc, ceinture bleue, maillot noir ou bariolé. Tel autre avec un collant un peu trop collant, ne dissimulant pas assez ou pas du tout, les formes anatomiques des gymnastes. Tel autre tout en noir, tel autre tout en blanc […] L’unification du costume s’impose » 44. L’auteur du rapport y voit plusieurs avantages, notamment au niveau de la propagande fédérale et de l’esprit de corps. Les spectacles seront améliorés, l’uniformité flattera l’œil des spectateurs et donnera davantage l’impression de masse. Mais un certain nombre de congressistes s’opposent à cette évolution et associent à des arguments financiers et régionalistes une idée politique importante : ils craignent que l’uniformité du costume fasse comparer leurs groupements à ceux de certaines nations étrangères (Japon, Allemagne, Italie) qui embrigadent la jeunesse 45. Le congrès fédéral décide de reporter sa décision. En 1934, l’auteur du rapport, Girodit, contre-attaque : « En France, pour les Scouts, qu’ils représentent telle ou telle fédération, le costume est à peu près le même et personne n’a jamais rien dit. Dans les pays tels que : Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Suisse, Amérique, Russie et d’autres encore, la médisance n’est pas allée jusque-là ; le costume est national, tout court, c’est le costume du gymnaste » 46. Il réfute également l’argument régionaliste (« on ne reconnaîtrait pas sa société dans un défilé ») et financier. Sa démonstration est convaincante. Le principe de l’unification est adopté à la majorité moins trois opposants : les unions régionales de la Loire-Inférieure, du Midi et de l’Orléanais. Le costume adulte choisi se compose d’un pantalon « sokol » blanc, d’une ceinture en tissu élastique avec une boucle en cuir aux couleurs de la société, d’un maillot sans manches blanc, d’un béret basque noir ; enfin de deux écussons aux couleurs de la société, l’un sur le maillot côté gauche, l’autre sur le béret 47.

  • 48  Les Jeunes, 22 juillet 1923, p. 462.

16Le choix du programme du concours reflète lui aussi des préoccupations propagandistes. Il s’agit de bien faire comprendre au lecteur du programme, peut-être un futur spectateur, l’identité de la FGSPF. Les grands concours organisés par les catholiques s’étalent sur un week-end. L’affiche du programme du Concours de 1923 insiste sur le nombre : 600 sociétés, 28 000 gymnastes. Le vendredi est réservé aux réceptions des différentes sociétés, notamment étrangères. Le concours proprement dit a lieu le samedi toute la journée. Le concours principal reste celui de gymnastique, mais d’autres compétitions sont aussi organisées comme les concours de préparation militaire, de musique et de batterie ou le championnat artistique 48. Pour les dirigeants de la FGSPF, le concours de musique entre dans le cadre de leur propagande, mais il faut attendre 1929 pour qu’un chant fédéral soit choisi. Il a été composé par un religieux et associe les deux piliers identitaires de la FGSPF : foi et patriotisme.

Refrain

Nous voici debout sur l’arène

O France applaudis nos combats

La voix des grands morts nous entraîne

Et la Fédé guide nos pas

I

Les bras tendus pour les geste d’apôtres

Nous serons forts, aimants et généreux

Fiers d’être nous, joyeux d’aider les autres

Nous serons bons, les bras tendus vers eux

II

Le front levé pour la noble prière

Nous irons droit, affirmant notre foi

Nous entrerons lutteurs dans la carrière

O Dieu vivant, le front levé vers toi

III

Le cœur vaillant, Français que rien n’arrête

Nous marcherons d’un pas alerte et sûr

Nous serons là, phalange toujours prête

  • 49  Les Jeunes, 27 mars 1932, p. 196.

Et nous tiendrons, le cœur vaillant et pur49.

  • 50  Procès verbaux du comité central. Séance du 19 décembre 1922.
  • 51  Les Jeunes, 22 juillet 1923, p. 463.

17Le dimanche matin, deux messes sont prévues, dont une messe solennelle à Notre-Dame de Paris pour les morts de la Fédération des patronages. Après la messe, les sociétés sont invitées à se rendre à un point de rassemblement : la place de la Concorde et les Tuileries. Elles doivent défiler par l’avenue des Champs-Élysées jusqu’à l’Arc de Triomphe 50. Le programme prévoit enfin une grande fête l’après-midi, marquée notamment par d’autres défilés, des saluts au Drapeau, et un festival de gymnastique 51.

Le défilé, moyen de propagande

  • 52  Les Jeunes, 30 septembre 1923, p. 560.
  • 53  Semaine religieuse de Paris, deuxième semestre 1923, p. 145.

18Le défilé dominical présente pour les sportifs catholiques plusieurs avantages. La présence d’un nombreux public le long des avenues constitue d’abord une reconnaissance. Après la Grande Guerre, ce Concours est une démonstration supplémentaire de l’intégration des catholiques dans la République. Néanmoins, pour le vice-président de la Fédération : « Quels que soient la largeur de notre esprit, notre profond désir d’union sacrée, notre ferme espérance de voir les Français oublier leurs querelles et rester profondément unis dans l’amour commun de la Patrie, nous ne pouvons pas oublier tout à fait le passé » 52. Le défilé devient alors une démonstration de force dont l’objectif est d’afficher clairement l’identité sportive catholique. Le choix de l’itinéraire (la messe célébrée à Notre-Dame, puis le défilé vers la tombe du Soldat inconnu) n’est pas fortuit. Le but poursuivi est d’affirmer pacifiquement, magnifiquement l’existence de la FGSPF « […] uniquement soucieuse de faire mieux servir Dieu et la France » 53. En fait, c’est aussi une façon de contourner l’interdiction des processions sur la voie publique, en vigueur dans la plupart des villes.

  • 54  Ibidem, p. 144
  • 55  Les Jeunes, 19 août 1923, p. 512.

19Il s’agit aussi de montrer les qualités particulières des gymnastes et sportifs catholiques. Ces derniers doivent être d’abord très forts techniquement. Leur valeur sportive et gymnastique doit être incontestée. La discipline quasi militaire, l’ordre, l’uniformité sont recherchés : « […] ce fut la montée triomphale des 28 000 gymnastes vers le Soldat inconnu, le défilé, dans un ordre impeccable, de ces flots de jeunesse de chaque côté de la tombe glorieuse, au milieu de l’émotion ardente de la foule parisienne » 54. Le comité d’organisation avait demandé aux gymnastes de se comporter comme si c’était uniquement d’après chacun d’eux que le public devait juger de tous les membres de la Fédération. Il ajoutait : « Quoi qu’il arrive, gardez le sourire ; votre bonne humeur sera l’un des éléments primordiaux du succès de notre Concours » 55.

  • 56  Les Jeunes, 29 juillet 1923, p. 475.
  • 57  Les Jeunes, 22 juillet 1923, p. 461.

20Enfin, le défilé permet également aux sportifs et gymnastes catholiques d’honorer leurs drapeaux, présents en nombre. Une cérémonie revêt d’ailleurs un caractère particulier : la remise du drapeau fédéral. En 1923, le ministre de la Marine, M. Raiberti, remit le drapeau fédéral à la société sportive gagnante du Concours, La Flèche de Bordeaux 56. Dans Les Jeunes, SENIOR II donnait la signification de cette cérémonie, et l’on rejoint ici pour terminer, à travers la presse, l’autre moyen de propagande : « C’est le drapeau de la Fédé qui dimanche recevra les honneurs (… ). Pour Les Jeunes, le drapeau de la Fédération est un grand symbole. Il est tricolore, parce qu’il est de France […]. Mais il est surchargé des lettres d’or de la FGSPF […]. Si bien que pour parler du Drapeau et pour en bien parler, il ne faudrait pas moins qu’un sermon en trois points : Fédé, France, Religion, avec trois applications pratiques : soyez bons sportifs, bons Français, excellents chrétiens » 57.

Conclusions

  • 58  Évidemment, d’autres moyens de propagande furent utilisés comme le cinéma. Sur ce sujet, se report (...)

21Les dirigeants de la FGSPF ont recours à différents moyens de propagande dont les deux principaux sont la presse et l’organisation de grands concours régionaux, nationaux, voire internationaux comme celui de Paris de 1923 58. L’un et l’autre se complètent. Les concours ont besoin de la presse qui les annonce pour devenir des succès populaires et leur caractère parfois grandiose suscite des articles de presse dans des journaux de différentes sensibilités. L’objectif, qui est de faire connaître la FGSPF et son identité (foi et patriotisme) est alors atteint.

22Néanmoins, tous les concours n’ont pas eu la réussite et le faste de celui de 1923. À Rouen en 1927, et Nice en 1932, les gymnastes sont beaucoup moins nombreux. Il faut attendre le Concours de Paris de 1937 pour retrouver des statistiques comparables, mais les temps ont changé…

  • 59  Les Jeunes, respectivement des 21 décembre 1930, p. 739 et 4 décembre 1932, p. 706.

23Enfin, concernant la presse, le succès n’est pas toujours au rendez-vous. Ainsi s’explique un double constat relativement amer, lors des comptes rendus des congrès fédéraux en 1930 et 1932 : « Les Jeunes ne sont pas lus par la masse » et « Il est toujours pénible de constater que même après certaines de nos grandes manifestations qui ont parfaitement réussi, on parle très peu de nous dans la presse » 59.

Haut de page

Notes

1  Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France.

2  Michel Lagrée, Les origines de la FGSPF, 1898-1914, Du catholicisme social au mouvement de jeunesse, mémoire de maîtrise, dactyl., Nanterre, 1969, p. 41.

3  Ibidem, p. 41.

4  Fabien Grœninger, « La FGSPF pendant la Grande Guerre », in Gérard Cholvy, Yvon Tranvouez (dir.), Sport, culture et religion. Les patronages catholiques (1898-1998), CRBC, Brest, 1999, p. 89-101.

5  Les Jeunes, janvier 1919.

6  Fabien Groeninger, op. cit.

7  François Kérivan, les Jeunes, 25 octobre 1936, p. 577.

8  Archives historiques de l’Archevêché de Paris, rapport manuscrit, anonyme (mais l’auteur est un membre des œuvres catholiques), vers 1920.

9  François Kérivan, Les Jeunes, 25 octobre 1936, p. 577.

10  Procès verbaux manuscrits du comité central de la FGSPF. Séance du 20 janvier 1925.

11  Les Jeunes, 3 mai 1925, p. 278-279.

12  Les Jeunes, 6 novembre 1921, p. 3.

13  Les Jeunes, 13 décembre 1925, p. 690.

14  Ibidem, p. 705.

15  Les Jeunes, 12 décembre 1926, p. 756.

16  Procès verbaux du comité central. Séance du 20 février 1923.

17  Le Grand Frère, mars-avril 1935, p. 26.

18  Union diocésaine des Confréries d’œuvre de jeunesse.

19  Le Grand Frère, mars-avril 1935, p. 29.

20  Ibidem, p. 43.

21  Ibidem, p. 44.

22  Ibidem.

23  Les Jeunes, 10 mai 1936, p. 289.

24  Annuaire catholique de Paris, Paris, éditions Spes, 1927. Conservé aux archives historiques de l’évêché de Paris.

25  Archives diocésaines de Blois, 7V7, publication intitulée Union départementale du Loir-et-Cher, 9 mai 1944.

26  Les Jeunes, 8 décembre 1929, p. 706.

27  Les Jeunes, 2 mai 1926, p. 291.

28  Ibidem.

29  Les Jeunes, 12 septembre 1937, p. 1.

30  Les Jeunes, 23 décembre 1934, p. 721.

31  Corinne Bonafoux-Verrax, La Fédération Nationale Catholique, 1924-1944, thèse de doctorat nouveau régime, IEP de Paris, 1999.

32  Les Jeunes, 24 février 1934, p. 113-114.

33  Les Jeunes, 27 janvier 1926, p. 34.

34  Corinne Bonafoux-Verrax, op. cit.

35  Les Jeunes, 7 juin 1925, p. 358.

36  Les Jeunes, 3 mai 1936, p. 273.

37  Les Jeunes, 21 février 1926, p. 123.

38  Les Jeunes, 21 avril 1935, p. 242.

39  Les Jeunes, 22 mai 1938.

40  Affiche du Concours International de Paris de 1923. Conservée à la Fédération Sportive et Culturelle de France, rue Oberkampf, Paris XIe.

41  Les Jeunes, 15 juillet 1927, p. 354.

42  Affiche du Concours International de Paris de 1923.

43  Procès verbaux du comité central. Séance des 12 et 19 juin 1923.

44  Rapport de M. Girodit, Les Jeunes, 10 décembre 1933, p. 711.

45  Ibidem.

46  Les Jeunes, 16 décembre 1934, p. 707.

47  Ibidem.

48  Les Jeunes, 22 juillet 1923, p. 462.

49  Les Jeunes, 27 mars 1932, p. 196.

50  Procès verbaux du comité central. Séance du 19 décembre 1922.

51  Les Jeunes, 22 juillet 1923, p. 463.

52  Les Jeunes, 30 septembre 1923, p. 560.

53  Semaine religieuse de Paris, deuxième semestre 1923, p. 145.

54  Ibidem, p. 144

55  Les Jeunes, 19 août 1923, p. 512.

56  Les Jeunes, 29 juillet 1923, p. 475.

57  Les Jeunes, 22 juillet 1923, p. 461.

58  Évidemment, d’autres moyens de propagande furent utilisés comme le cinéma. Sur ce sujet, se reporter à Michel Lagrée, « Les patronages catholiques et le développement du cinéma », in Gérard Cholvy, Yvon Tranvouez, op. cit., p. 271-284.

59  Les Jeunes, respectivement des 21 décembre 1930, p. 739 et 4 décembre 1932, p. 706.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Grœninger, « Sportifs, gymnastes catholiques et propagande (1918-1939) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 88 | 2002, 17-29.

Référence électronique

Fabien Grœninger, « Sportifs, gymnastes catholiques et propagande (1918-1939) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1575

Haut de page

Auteur

Fabien Grœninger

Université Paul Valéry-Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page