Navigation – Plan du site
DOSSIER

Catholicisme, patriotisme et sport en Alsace (1898-1939)

Benoît Caritey
p. 17-29

Résumé

L’Elsässischer Turnerbund, devenue en 1918 l’Avant-garde du Rhin, avait pour principe de faire des sportifs de bons catholiques et de bons patriotes. Cet objectif rejoignait en théorie celui de la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France à laquelle elle était affiliée depuis la fin de la Première Guerre mondiale. Très vite cependant elle se distingua par sa volonté farouche de préserver son identité régionale et sa conception fédéraliste de la nation.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Allemagne, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Comment peut-on être à la fois catholique, sportif et patriote en Alsace dans la première moitié du xxe siècle ? La question se pose dans la mesure où l’association de ces trois termes recèle une série de contradictions (au moins apparentes) qu’il convient de brièvement expliciter.

  • 1  La fédération sportive catholique est une des plus importantes organisations sportives alsaciennes (...)

2On peut en déceler une première dans l’association des termes « catholique » et « sportif » car tout au long du xixe siècle, l’Église a tendance à combattre les différentes formes que prend la modernité en parallèle avec les processus d’industrialisation et d’urbanisation ; on peut d’ailleurs comprendre que celle-ci ait porté sur le sport comme sur le cinéma, apparu à peu près au même moment, un regard très critique, puisque ces deux loisirs incarnent un progrès qu’elle rejette. Pourtant, dès la fin du xixe siècle, la gymnastique puis les activités sportives trouvent une place dans les patronages catholiques alsaciens (comme dans les patronages des paroisses de France), au point de justifier la fondation en 1898 d’une fédération catholique régionale : l’Elsässischer Turnerbund. Après la Première Guerre mondiale, la fédération change de nom (elle adopte celui d’Avant-garde du Rhin) et s’intègre dans la Fédération gymnique et sportive des patronages de France 1.

3Une deuxième contradiction apparaît dans l’association des termes « patriote » et « sportif » : depuis la fin du xixe siècle, les partisans de la gymnastique, qui tous s’affirment patriotes ardents, reprochent à la pratique sportive naissante de détourner la jeunesse des finalités légitimes de l’exercice corporel (la formation physique et morale du futur citoyen et la préparation militaire du futur conscrit) ; il est impensable de leur point de vue que l’on puisse être à la fois sportif et patriote. Après 1920, ce sont les débordements liés au développement considérable de la pratique sportive et de son spectacle (chauvinisme, vedettariat, amateurisme marron) qui suscitent inquiétudes et rejet.

4L’association des termes « catholique » et « patriote » recèle une dernière contradiction, surtout après 1920 : jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’Elsässischer Turnerbund est une organisation explicitement francophile ; mais le retour à la France, si ardemment souhaité à l’époque où l’Alsace était sous domination allemande, débouche sur bien des déceptions ; la France républicaine et laïque des années vingt et trente n’est plus la France de 1870 et rapidement les catholiques alsaciens viennent grossir le parti des opposants à la politique d’intégration menée par les gouvernements successifs de la Troisième République.

5Comment peut-on appartenir conjointement à ces différentes catégories (être catholique, être patriote, être sportif) inconciliables a priori ? Cette question signale à notre attention la nécessaire adaptation de pratiques (gymnastique et sports) qui suscitent méfiances et réticences, lorsqu’elles sont mises au service d’une idée elle-même problématique (le patriotisme). C’est là, semble-t-il, que gisent les spécificités de la propagande catholique par le sport telle qu’elle se développe en Alsace dans la première moitié du xxe siècle : on ne peut être à la fois catholique, patriote et sportif en Alsace qu’au prix « d’aménagements » de la pratique sportive, du patriotisme et, peut-être aussi (mais ce n’est pas l’objet de cette contribution), du catholicisme.

Catholique et sportif

  • 2  Emile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF Quadrige, 1990, p. 451.

6Le sport catholique alsacien entretient des relations d’homologie évidentes avec les deux formes de culte négatif qu’Émile Durkheim définit dans Les formes élémentaires de la vie religieuse. Il distingue les formes d’évitement (l’interdiction de manger certains aliments, de se livrer à des actes vulgaires, les chômages rituels, etc.) qui traduisent concrètement l’incompatibilité générale du sacré et du profane, de tout ce qui relève de l’ascèse, dont le but est de modifier positivement l’état du fidèle : « jamais il ne s’élève avec plus d’éclat au-dessus de lui-même que quand il dompte sa nature au point de lui faire suivre une voie contraire à celle qu’il prendrait spontanément » 2.

7Au cours de son histoire, le sport a été envisagé par les catholiques selon l’une et l’autre forme de culte négatif : à l’origine, il n’est qu’une activité profane et vulgaire dont les croyants doivent se tenir à l’écart (au même titre que de tous les symboles de la civilisation moderne, sources de tentation, de dégradation et d’immoralité) ; puis il est progressivement envisagé comme une forme de pratique ascétique.

  • 3  Dont le règlement est publié dès 1896 dans la revue Le patronage (Michel Lagrée, « Sport et sensib (...)
  • 4  Le basket connaît à la même époque un succès comparable dans les patronages des autres régions de (...)
  • 5  En 1923, la pratique du football est organisées par 37 sections alors qu’aucune section de basket (...)
  • 6  La sanction pour avoir joué dans une équipe libérale ou pour avoir participé à une rencontre sport (...)

8La préférence des dirigeants du mouvement sportif catholique naissant pour le football 3(alors que leurs homologues de l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques, fédération laïque, avouent une nette préférence pour le rugby, exempt de toute dérive professionnelle), relève de la première forme de culte négatif : le rugby est trop brutal et à ce titre indigne d’un bon catholique ; le football est en revanche une activité tolérable. En Alsace également, la pratique du football trouve, officiellement à partir de 1911, une place dans le programme des sections de l’Elsässischer Turnerbund. Après la Première Guerre mondiale, le basket devient rapidement le sport collectif de référence dans le cadre de l’Avant-garde du Rhin 4. Si la pratique du basket emporte la préférence des responsables de la fédération sportive catholique, c’est en relation avec des préoccupations comparables à celles qui avaient conduit leurs prédécesseurs à opter pour le football : le développement surprenant que le football connaît dès le début des années vingt, les dérives qui en sont le revers, font de ce sport-roi une activité de plus en plus difficile à contrôler ; et si la pratique du football est toujours organisée par l’AGR, elle tend à stagner, alors que le basket connaît un succès tout à fait remarquable 5, tant par le nombre des équipes que par le niveau sportif qu’elles atteignent. Les footballeurs catholiques doivent se tenir à distance prudente des clubs « libéraux » (c’est ainsi que le discours catholique sur le sport nomme le mouvement sportif non confessionnel), et les joueurs qui céderaient à la tentation de jouer avec ou contre des équipes « libérales » encourent des sanctions sévères 6. Envisagée sous la première forme du culte négatif, la pratique des sports n’est pas à proprement parler une activité de propagande. Elle n’est rien de plus qu’une concession au profane, un moyen acceptable d’attirer ou de retenir une jeunesse qui sans cela se détournerait des œuvres catholiques. La propagande catholique prend alors des formes plus conventionnelles : celles de la prière et de l’étude.

  • 7  Revue de la Fédération des cercles catholiques de jeunes gens et d’hommes, à laquelle l’Avant-gard (...)
  • 8  Bischof Damian von Fulda, « Bischofsworte über die Körperpflege », Les Jeunes d’Alsace, 15, avril  (...)
  • 9  « Glorifiez donc Dieu dans votre corps », par exemple (St Paul, 1re Corinth. VII, 19-20) cité in « (...)
  • 10  « L’église catholique et l’éducation physique », Les Jeunes d’Alsace, 16, 1938.
  • 11  Les jeunes d’Alsace, 5, 1938, p. 48.

9Lorsqu’elle est envisagée sous la seconde forme de culte négatif, la pratique sportive devient une activité de formation du bon catholique et participe à son édification. La gymnastique, école de discipline et d’obéissance, la plus ancienne des activités prises en charge par l’Elsässischer Turnerbund, le cross country qui, dès les années dix, occupe dans l’activité des sections de l’ETB puis de l’Avant-garde du Rhin une place centrale (alors qu’au sein de la Ligue d’Alsace d’athlétisme, ce n’est qu’une activité parmi d’autres), les marches militaires (20 à 25 km) qui font systématiquement l’objet d’un compte rendu dans les Jeunes d’Alsace 7, relèvent de cette seconde logique. Cette dimension de l’activité des sociétés gymniques et sportives catholiques est assez importante pour justifier le développement d’un argumentaire spécifique : on peut relever ici et là dans la revue les Jeunes d’Alsace une série de discours sur le sport dont la fonction est d’en justifier la pratique. Lorsque sont reproduits les propos tenus par un dignitaire de l’église à l’occasion d’une fête sportive, ce ne sont encore que des exhortations de circonstance : « Vous, les membres des organisations catholiques de jeunesse,vous devez faire en sorte que votre corps demeure fort et sain, mais vous devez, face à une culture exagérée et trop exclusive du corps, face à la surestimation mécréante du corps qui se répand, parvenir à conserver à l’entretien de l’âme une place prépondérante dans votre vie » 8. Mais on peut lire parfois de véritables plaidoyers qui, en s’appuyant sur les textes canoniques 9, entreprennent de justifier une pratique catholique du sport : « La volonté du créateur est celle-ci : que le corps du chrétien reste pur, beau, sain, fort, prompt au service de l’esprit. Il est donc un devoir pour tout homme de soigner et de former son corps afin de s’approcher toujours plus et dans la mesure du possible de “l’image de Dieu” » 10. La pratique du sport participe à la formation du militant catholique dont l’Église a besoin pour lutter contre les périls qui menacent la Patrie : l’ennemi est aux frontières, mais il est en France aussi et, en 1938, il faut sauver, peut-être malgré eux, les « malheureux qui se traînent sous le fouet de la chiourme russe, vers le banc des rameurs qui les attend à bord de la galère communiste » 11.

10Toutes les activités sportives qui se développent au sein des patronages catholiques ne relèvent cependant pas de cette logique : comment interpréter, par exemple, la tradition des corsos (fêtes cyclistes avec défilés et concours de cyclisme artistique) et l’organisation de « courses de lenteur » ? Dans le cadre du cyclisme catholique notamment, c’est la convivialité qui semble l’emporter : la pratique sportive n’est que prétexte à rencontres ou retrouvailles. Il s’agit alors de donner corps à la fraternité abstraite qui, par principe, unit les membres de la communauté catholique. Et donc, si le sport catholique alsacien peut être compris en tant que forme de culte négatif, Il est nécessaire de dépasser ce premier niveau d’analyse, qui s’en tient aux caractères généraux des pratiques relevant, d’une manière abstraite, de la religion, pour essayer de saisir les spécificités des formes de la propagande par le sport que les catholiques mettent en œuvre en Alsace. En d’autres termes, il y a d’un côté ce qui relève du caractère nécessairement religieux de la pratique sportive catholique, et de l’autre il y a ce qui relève, d’un point de vue conjoncturel, de la pratique sportive des catholiques alsaciens dans la première moitié du xxe siècle.

Sportif et patriote

11Selon Gabriel Wackermann, l’Elsässischer Turnerbund inscrit, dès l’origine, son action dans une perspective nationaliste : inséparablement catholique et française. Ses fondateurs s’inspirent largement du Turnen, dont ils reprennent à leur compte finalités et moyens, et font de la gymnastique l’instrument privilégié de formation du citoyen et de propagande nationaliste. En cela, les dirigeants du mouvement sportif catholique alsacien, comme ceux de la Fédération gymnique et sportive des patronages de France naissante, suivent la voie déjà empruntée par les républicains quelques années auparavant ; ils ne s’en différencient guère que par l’idée de la Patrie qu’ils défendent, opposant à une France laïque et républicaine gouvernée par la raison et la science une France « fille aînée de l’Église », respectueuse de ses traditions (Dieu, la Famille et la Patrie).

  • 12  L’Association des gymnastes alsaciens, fondée en 1864, devient après 1871 un foyer de résistance à (...)
  • 13  Le défilé auquel les délégations alsaciennes prennent part est un moment privilégié : le public ma (...)
  • 14  L’interdiction est motivée par le répertoire de cet instrument : les morceaux composés pour le cla (...)

12Entre ces différentes organisations, catholiques ou laïques, alsaciennes ou françaises, les points communs sont nombreux ; formation et propagande prennent des formes identiques. Paul Michaux (président fondateur de la FGSPF) est, comme les dirigeants de l’Union des sociétés de gymnastique de France, partisan des manifestations de masse, destinées à frapper l’esprit du public tout en exaltant les sentiments d’appartenance des participants (il est essentiel qu’ils prennent conscience de participer à un mouvement plus vaste que le patronage auquel ils appartiennent). Mais il n’est pas simple de faire admettre cette innovation par les catholiques qui, traditionnellement, préfèrent la pénombre des églises et les lentes processions rythmées par les cantiques, plus propices au recueillement. Défiler au son des clairons est une nouvelle façon d’exprimer sa foi qui ne fait pas l’unanimité dans les rangs catholiques, peut-être aussi parce que ce genre de manifestation est trop semblable à celles qu’organisent les républicains. En Alsace, l’Elsässischer Turnerbund développe une activité très proche de celle qui caractérisait l’Association des gymnastes alsaciens avant sa dissolution 12et dont le souvenir inspire tous ceux qui luttent contre la domination impériale. Organiser des fêtes fédérales, avec défilés, mouvements d’ensemble et concours (la première est organisée à Colmar en 1898), répondre à l’invitation de sociétés catholiques françaises ou de la FGSPF (notamment en 1910 à Dijon, et 1911 à Nancy) sont autant de moyens qui s’ajoutent à la pratique quotidienne de la gymnastique pour manifester et renforcer cet attachement à la France que cultive la fédération catholique alsacienne. La propagande patriotique s’appuie sur des symboles forts : l’accueil réservé aux sociétés alsaciennes invitées à participer à une fête gymnique en France est systématiquement décrit comme un accueil enthousiaste 13; en 1919, à l’occasion des fêtes du 14 juillet (première fête nationale célébrée en Alsace), Paul Michaux remet aux dirigeants de l’AGR le drapeau tricolore qu’il offre personnellement à la fédération alsacienne. Après 1918, les cliques et les fanfares, interdites par les autorités allemandes (le clairon est un instrument trop français 14), se multiplient. Leur rapide développement témoigne de la prégnance des formes typiquement françaises de la pratique gymnique, et dès lors, rien ne distingue plus l’activité des sections de l’Avant-garde du Rhin de celle de leurs homologues françaises.

13Dans le processus d’élaboration de cette forme de propagande, le concours international de gymnastes catholiques, organisé à Strasbourg du 5 au 8 août 1921, tient lieu d’apothéose. L’événement a une portée considérable : 15 000 gymnastes venus de « France de l’intérieur », mais aussi de Belgique, du Luxembourg, d’Italie, de Suisse, de Tchécoslovaquie et de Yougoslavie, participent à la fête. La démonstration va bien au-delà de la capacité (prouvée de façon éclatante) du mouvement catholique à mobiliser en masse : la célébration en la cathédrale de Strasbourg (symbole de l’Alsace) d’une messe de requiem en souvenir des membres de la FGSPF morts au champ d’honneur, rappelle à tous (y compris à leurs adversaires) que les catholiques ont payé leur tribut à la victoire ; c’est leur sacrifice qui a permis à l’Alsace de recouvrer sa liberté, et si tous les Alsaciens doivent leur en être reconnaissants, l’exemple de leurs frères martyrs (à la fois catholiques et patriotes) doit tout particulièrement inspirer les membres de l’AGR. Cet événement, auquel ont assisté 50 000 spectateurs, reste inégalé ; il masque même par son retentissement le déclin de cette propagande dont la gymnastique est le support privilégié.

  • 15  En 1924, la FSGA décide l’exclusion de l’Alerte de Strasbourg, parce que cette société refusait de (...)
  • 16  Le développement de la pratique des activités sportives est loin d’être négligeable comme en témoi (...)

14Dès les premières années du xxe siècle, des différences apparaissent entre les deux mouvements de masse concurrents : les dirigeants sportifs catholiques acceptent d’organiser la pratique des activités sportives et notamment celle du football, ce que leurs homologues laïcs refusent. Après la Première Guerre mondiale, la Fédération des sociétés de gymnastique d’Alsace (affiliée à l’Union des sociétés de gymnastique de France, laïque) va jusqu’à prononcer l’exclusion des sociétés qui refusent de rayer le football des activités qu’elles proposent à leurs membres 15, alors que la fédération catholique met en place un championnat de football. À partir de 1924, l’Avant-garde du Rhin regroupe les sections de football, d’athlétisme et de basket dans la Ligue sportive d’Alsace chargée de mettre en place un calendrier de compétitions et d’en vérifier le bon déroulement 16. Élargir le registre des activités proposées aux sports ne signifie donc pas pour autant renoncer aux finalités premières qui ont présidé à la fondation du mouvement sportif catholique alsacien. Après 1918, la préparation militaire et le tir deviennent les nouvelles priorités définies par les dirigeants de l’AGR. Auguste Biecheler, président fondateur de la fédération catholique alsacienne, réaffirme régulièrement l’importance de cette activité qu’il juge primordiale, relayé par les principaux responsables de l’organisation gymnastique de l’AGR et de l’organisation de tir de l’AGR. Dans la revue les Jeunes d’Alsace, la chronique consacrée au tir et à la préparation militaire est à la fois dense et régulière, ce qui tend à montrer d’une part la vitalité de cette activité éminemment patriotique et d’autre part l’importance que lui accordent les dirigeants sportifs catholiques alsaciens. Enfin, ne sont admises à participer aux concours régionaux ou départementaux de l’AGR que les sociétés qui ont organisé une marche militaire d’au moins 20 kilomètres. Ces marches ont lieu une fois par an un jour déterminé du mois de mai. Toutes les sections d’un arrondissement convergent vers un lieu donné (un lieu de pèlerinage le plus souvent) et s’y retrouvent pour un office religieux et, éventuellement, pour un spectacle de théâtre champêtre. On peut vérifier, ici encore, l’influence du modèle allemand de mobilisation de masse : nombreux sont les mouvements de jeunesse qui adossent la formation du militant et la propagande en faveur de la cause qu’ils défendent sur la marche, l’activité en pleine nature et les fêtes en plein air. L’objectif est un objectif de formation militaire, mais la convivialité, le spectacle de la mobilisation, censés emporter l’enthousiasme, participent à l’édification des militants. En outre, l’AGR manifeste, simultanément dans toute l’Alsace, son existence et son importance par ces cortèges disciplinés entonnant des chants religieux. Ces chants qu’entonnent les sportifs catholiques lors de leurs marches militaires n’ont rien à voir avec les cantiques qui rythment les traditionnelles processions : ce sont des chants de marche dont les paroles évoquent la foi et la défense des valeurs qui y sont attachées.

  • 17  C’est ainsi que l’on nomme également l’Union des sociétés d’éducation physique et de préparation a (...)
  • 18  La pratique des sports peut être la base de la formation du futur conscrit si certaines conditions (...)
  • 19  Les sociétés catholiques qui demandent l’agrément sont invitées à ajouter un codicille à leurs sta (...)

15L’agrément revêt également une grande importance aux yeux des dirigeants de l’AGR. Il a valeur d’engagement à participer à cet effort de défense nationale auquel le ministère de la Guerre associe les sociétés de gymnastique et de tir depuis 1908. Après la première guerre, de plus en plus de clubs sportifs demandent et obtiennent l’agrément, prouvant ainsi que l’on peut être sportif et patriote. Telle est la position de l’Union des sociétés d’éducation physique et de préparation au service militaire qui cherche à regrouper sous son autorité l’ensemble des sociétés agréées : pour se trouver une spécificité, entre l’Union des sociétés de gymnastique de France et l’Union des sociétés de tir de France (dont la spécificité repose sur des bases techniques : la gymnastique pour l’une et le tir pour l’autre), l’Union Cheron 17affiche une « largesse d’esprit » propre à fédérer tous ceux que préoccupent la grandeur de la France et la défense nationale, quand bien même ils ne sont pas gymnastes ou tireurs 18. L’AGR adopte une position en tous points comparable. Régulièrement, la revue les Jeunes d’Alsace invite les sections de l’AGR à faire une demande d’agrément et à la renouveler jusqu’à obtention… On donne aux dirigeants de ces sections toutes les informations utiles pour constituer leur dossier : les démarches à effectuer, les statuts-types à adopter 19, etc. L’enjeu est simple : les catholiques alsaciens doivent être les premiers, les plus nombreux, et obtenir à la préparation militaire élémentaire et dans les concours de tir les meilleurs résultats. Le souci est ici de ne pas laisser les organisations concurrentes (laïques et républicaines) seules sur le terrain du patriotisme ; il est également d’asseoir la légitimité du mouvement sportif catholique aux yeux des pouvoir publics et de l’opinion. L’enjeu est politique : en prouvant leur patriotisme, les Alsaciens privent leurs adversaires politiques d’un argument : s’ils luttent contre la politique parisienne, ce n’est pas parce qu’ils sont de mauvais citoyens.

Catholique et patriote

  • 20  Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France, xixe-xxe (...)
  • 21  La Fédération diocésaine des cercles catholiques de jeunes gens et d’hommes, qui regroupe les sect (...)
  • 22  L’Organisation de gymnastique de l’AGR, l’Organisation de tir de l’AGR, la Ligue sportive d’Alsace (...)
  • 23  Annah Arendt, Essai sur la révolution, Paris, Gallimard, 1990, p. 251-252.

16Gérard Cholvy 20 souligne que, de toutes les activités qui se développent en France dans le cadre des mouvements chrétiens de jeunesse, seuls les exercices physiques sont pris en charge par une organisation fédérale : les prêtres et leurs vicaires, principaux animateurs des patronages, sont trop jaloux de leur indépendance pour tolérer d’être assujettis à une organisation centralisée. En Alsace en revanche, les cercles de jeunes gens sont affiliés à une fédération 21, alors que les ecclésiastiques y sont tout aussi soucieux de rester maîtres dans leur paroisse. Cette singularité des organisations catholiques de jeunesse alsaciennes découle du principe sur lequel elles fondent leur existence et leur fonctionnement : s’il est possible en Alsace de concilier autonomie et affiliation à une structure fédérale, c’est parce qu’en se fédérant, les groupements locaux et les individus qui les animent n’abandonnent pas leurs prérogatives au profit d’une instance supérieure, mais s’allient les uns aux autres, rassemblent leurs forces pour les faire entrer dans une nouvelle structure de pouvoir et se dotent ainsi de capacités d’action qui dépassent celles de chacun. L’Avant-garde du Rhin, dans son organisation comme dans son fonctionnement, se conforme à ce principe. Rattachée à la Fédération diocésaine des cercles catholiques de jeunes gens et d’hommes, la fédération sportive catholique alsacienne est elle-même subdivisée en quatre groupements 22 qui jouissent d’une large autonomie en matière technique et organisationnelle. Cette structure serait d’une inutile complexité si chacune des entités qui la composent n’était dotée de prérogatives étendues ; la gestion des activités gymniques et sportives est aussi décentralisée que possible. Et non seulement les relations qui s’établissent à l’échelle régionale sont pensées sur le mode fédératif, mais les liens entre la fédération régionale et la Fédération gymnique et sportive des patronages de France le sont également, ce qui ne va pas sans quelques malentendus, dans la mesure où la fédération nationale envisage son rôle et ses prérogatives d’une manière qui diffère radicalement de la manière dont ils sont envisagés par la fédération régionale. La FGSPF cherche moins à nouer des relations d’alliance avec l’AGR qu’à étendre son influence sur les départements reconquis et à imposer des modalités de fonctionnement identiques à celles qui prévalent dans les autres régions. À partir du début des années trente, la FGSPF s’emploie à imposer son propre programme technique en Alsace, par des circulaires, des conférences faites par les moniteurs généraux de la fédération ou, plus insidieusement, en limitant étroitement le programme des fêtes fédérales au contenu de sa méthode officielle. Cette question est longuement discutée lors de l’assemblée générale de l’AGR en 1930 : les délégués des patronages alsaciens ne souhaitent pas abandonner le programme technique que la fédération régionale a élaboré au cours de son histoire, au profit du programme national qui leur semble monotone ; ils préconisent l’utilisation combinée des deux, le programme national étant enseigné en vue des fêtes fédérales auxquelles les patronages alsaciens entendent participer sans être désavantagés. En 1933, la FGSPF demande à la Ligue sportive d’Alsace de renoncer à faire participer l’équipe du Red Star de Bâle à son championnat de football : les rencontres internationales sont du ressort de la fédération nationale ; l’AGR doit demander une autorisation pour organiser des rencontres sportives avec ses voisins suisses… Ces décisions de la FGSPF sont parfois difficiles à accepter. L’incompréhension est d’autant plus profonde que les uns et les autres n’ont pas clairement conscience d’envisager leur union sur des bases différentes. Ce que les uns vivent comme un acte d’ingérence difficilement tolérable est, du point de vue des autres, un rappel à l’ordre justifié par le non-respect des voies hiérarchiques. Ces relations difficiles entre l’AGR et la FGSPF expriment l’incompatibilité entre deux principes d’union dans l’action collective, et, par extension, entre deux types de contrat social. En ce sens, elles renvoient aux tensions entre les gouvernements français et les défenseurs des particularismes locaux. Après la Première Guerre mondiale, les Alsaciens-Lorrains pensaient conserver au sein de la République une autonomie relative, comparable à celle qui leur avait été progressivement accordée par les autorités allemandes ; mais les autorités françaises tentèrent d’imposer dans les provinces réannexées les structures administratives et politiques que la IIIe République avait élaborées pour les autres départements. Les réorganisations imposées plus ou moins brutalement, et les renoncements exigés par le pouvoir parisien, au titre du tribut à payer pour se fondre dans la Nation, eurent pour conséquence l’apparition d’un climat de tensions et de défiances, d’autant plus orageux que les statuts particuliers accordés à la province n’étaient concédés qu’à titre provisoire ou, lorsqu’ils semblaient être acquis, furent remis en question par les législatures successives. Et progressivement, les catholiques, malgré leur volonté initiale de se fondre dans la Nation, dérivèrent en direction du parti des défenseurs de la spécificité régionale. Au-delà de la langue, au-delà du droit local ou du régime concordataire, ils défendaient une manière d’envisager l’intégration de l’Alsace à la France conforme au principe fédéral « selon lequel les corps politiques constitués peuvent se combiner et former des alliances durables sans perdre leur identité » 23. Or, le principe le plus répandu en France, le seul qui semble légitime, se fonde sur la centralisation et la concentration des pouvoirs au niveau le plus élevé. En vertu de ce principe, hérité, selon Annah Arendt, de la Révolution française, les individus abandonnent leur pouvoir à quelque autorité supérieure et consentent à être gouvernés en échange d’une protection raisonnable de leur vie et de leurs biens.

  • 24  Pierre Chambat, « Sport et politique », Sciences sociales et sports : états et perspectives, Actes (...)

17Mettre ainsi en relation des formes d’organisation de l’action collective et des formes de contrat social permet de comprendre en quoi l’activité associative et fédérale participe à la formation et à la propagande catholique en Alsace. Comme le souligne Pierre Chambat 24, l’activité sportive, dans sa dimension associative et fédérale, participe à la construction sociale de la réalité politique. Les formes d’action collective auxquelles les sportifs et leurs dirigeants ont recours renvoient aux formes de la mobilisation et de la vie politique et l’activité associative et fédérale est un lieu d’apprentissage de la politique. En ce sens, le fonctionnement des organisations sportives peut également être l’instrument d’une propagande en faveur d’un mode d’organisation politique. C’est ainsi qu’il faut comprendre le soin avec lequel le fonctionnement de l’AGR est relaté dans les colonnes de la revue les Jeunes d’Alsace (les assemblées générales, les relations entre l’union régionale et la fédération nationale). Ce souci de transparence (qui sait jouer avec l’ombre et la lumière) participe à la mise en scène d’un mode de fonctionnement dont on souligne l’équité, l’efficacité et la supériorité sur tous les autres. C’est ainsi qu’il faut comprendre les références à la préparation militaire ou à la gymnastique en Suisse, assez nombreuses pour révéler que le mode confédéral d’union adopté par leurs voisins est, du point de vue des gymnastes et sportifs catholiques alsaciens et de leurs dirigeants, un idéal à atteindre, dans la mesure notamment où il garantit le respect des différences et des particularismes dont les Alsaciens font une condition à leur intégration dans la Nation. C’est ainsi qu’il faut comprendre enfin que la revue de l’AGR (les Jeunes d’Alsace) soit rédigée presque exclusivement en allemand : les articles d’information qui constituent l’essentiel de son contenu, mais également les poèmes et les chants (exaltant le patriotisme et la foi) publiés dans les colonnes de la revue. On peut donc être un bon patriote et ne parler couramment que l’alsacien, ce qui implicitement veut dire que l’acculturation n’est pas la seule voie vers le patriotisme (c’est la voie qui fut suivie en France depuis les années 1880) et que le développement d’un sentiment national peut reposer sur d’autres fondements.

Conclusions

18De sa naissance en 1898 à la Seconde Guerre mondiale, le mouvement sportif catholique alsacien s’est servi des exercices physiques comme moyen de formation et comme vecteur de propagande. L’objectif poursuivi était à la fois de former un bon catholique, un bon patriote et un bon citoyen. La formation du bon catholique passe par des restrictions et des interdits (faire du sport, mais pas n’importe quels sports et pas n’importe comment) mais surtout par le développement privilégié de pratiques dominées par un principe d’ascèse. La formation du bon patriote passe par la préparation militaire et la pratique du tir. En cela, les organisations sportives catholiques mènent une entreprise en tous points comparable à celle que mènent l’Union des sociétés de gymnastique de France ou l’Union des sociétés d’éducation physique et de préparation au service militaire. Il n’est pas question de laisser ces organisations laïques et républicaines seules sur le terrain de la défense de la Patrie. La formation d’un bon citoyen, prêt à défendre les libertés (au premier rang desquelles la liberté de conscience) contre le centralisme parisien, passe par la défense d’un modèle fédéraliste d’organisation. À chacun de ces trois niveaux, la formation et la propagande catholique par le sport entretiennent avec des entreprises similaires de nombreux points communs : l’enseignement de la gymnastique, les fêtes de propagande, les rencontres sportives propres à renforcer la solidarité, les chants aux paroles édifiantes, la préparation militaire et le tir. Il existe donc des rapports de proximité entre organisations concurrentes sur le terrain de l’éducation des masses, les unes empruntant aux autres leurs techniques les plus efficaces. Mais la formation et la propagande catholique par le sport suivent également des voies qui sont propres à l’AGR : la liturgie, l’évitement et l’ascèse, la défense vigilante de la liberté de conscience. Ces spécificités distinguent les organisations catholiques de jeunesse alsaciennes des autres organisations vouées à l’éducation des masses en Alsace, elles les distinguent également des organisations catholiques françaises. La guerre met fin à cette entreprise : dans l’organisation du sport que les nazis imposent dans l’Alsace annexée au Reich, organisation calquée sur le système instauré en Allemagne depuis les années trente, la fédération catholique n’a pas sa place : les nazis décident en 1943 sa dissolution et la confiscation de ses biens ; après le décès d’Auguste Biecheler, fondateur et président de la fédération de 1898 à 1943, animateur inlassable du sport catholique en Alsace, une page est tournée. Lorsque renaît l’AGR, après la Libération, le contexte a considérablement changé : la querelle religieuse a perdu de son importance et si les particularismes restent un sujet sensible, un statu quo semble satisfaire les protagonistes de ce conflit. L’AGR se détourne progressivement de cette vocation de formation et de propagande qui était la sienne depuis sa fondation.

Haut de page

Notes

1  La fédération sportive catholique est une des plus importantes organisations sportives alsaciennes. En 1914, elle regroupe 154 sections et 8 000 membres, 210 sections et 14 070 membres actifs en 1923 et 20 000 membres actifs en 1936.

2  Emile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF Quadrige, 1990, p. 451.

3  Dont le règlement est publié dès 1896 dans la revue Le patronage (Michel Lagrée, « Sport et sensibilité catholique en France au début du xxe siècle », in Jean Camy et Pierre Arnaud, La naissance du mouvement sportif associatif, Lyon, PUL, 1986).

4  Le basket connaît à la même époque un succès comparable dans les patronages des autres régions de France : c’est un « jeu de patro cent pour cent » selon les termes repris par Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France, xixe-xxe siècle, Paris, éd. du Cerf, 1999.

5  En 1923, la pratique du football est organisées par 37 sections alors qu’aucune section de basket n’est encore officiellement constituée ; en 1937, les décomptes de l’AGR font apparaître 33 équipes de football et 73 équipes de basket.

6  La sanction pour avoir joué dans une équipe libérale ou pour avoir participé à une rencontre sportive contre une équipe libérale est la suspension temporaire (trois mois le plus souvent, soit la moitié de la saison). Plusieurs cas sont rapportés dans la revue de l’AGR : ces comptes rendus ont valeur d’avertissement pour tous les joueurs catholiques.

7  Revue de la Fédération des cercles catholiques de jeunes gens et d’hommes, à laquelle l’Avant-garde du Rhin est rattachée.

8  Bischof Damian von Fulda, « Bischofsworte über die Körperpflege », Les Jeunes d’Alsace, 15, avril 1930.

9  « Glorifiez donc Dieu dans votre corps », par exemple (St Paul, 1re Corinth. VII, 19-20) cité in « L’église catholique et l’éducation physique », Les Jeunes d’Alsace, 16, 1938.

10  « L’église catholique et l’éducation physique », Les Jeunes d’Alsace, 16, 1938.

11  Les jeunes d’Alsace, 5, 1938, p. 48.

12  L’Association des gymnastes alsaciens, fondée en 1864, devient après 1871 un foyer de résistance à l’annexion de l’Alsace par le Reich. Les sociétés et les gymnastes multiplient les actes de protestation : les fêtes gymniques sont l’occasion d’affirmer son attachement à la France (en accrochant un drapeau français au sommet d’un arbre ou d’un édifice public, ou en brûlant un drapeau impérial par exemple, comme à Ribeauvillé en 1885) ; des délégations alsaciennes participent à des concours organisés en France. À toutes ces provocations, les autorités allemandes répondent en prononçant la dissolution des sociétés concernées. En 1887, l’AGA est elle-même dissoute.

13  Le défilé auquel les délégations alsaciennes prennent part est un moment privilégié : le public massé sur le parcours ovationne les gymnastes alsaciens, témoignant ainsi son attachement aux provinces perdues.

14  L’interdiction est motivée par le répertoire de cet instrument : les morceaux composés pour le clairon appartiennent au registre de la musique militaire française qui, à la fin du xixe siècle, exploite le thème de la revanche.

15  En 1924, la FSGA décide l’exclusion de l’Alerte de Strasbourg, parce que cette société refusait de résilier son affiliation à la Fédération française de football-association. La fédération réaffirme, par cette mesure brutale, l’incompatibilité entre sport et patriotisme : on ne peut décemment faire du football et se dire attaché à la cause nationale.

16  Le développement de la pratique des activités sportives est loin d’être négligeable comme en témoignent ces quelques chiffres : en 1914 déjà, l’ETB regroupe une vingtaine de sections sportives sur les 154 sections qui lui sont affiliées ; en 1923, on recense 170 sections de gymnastique, 28 sections de tir, 37 sections de football, 20 sections de scoutisme, 20 sections cyclistes, toutes les sections (210) font de l’athlétisme ; en 1938, les comptes rendus de l’AGR avouent 178 sections de gymnastique, 97 sections sportives (athlétisme, basket, football), 60 sections de tir et 55 sections cyclistes.

17  C’est ainsi que l’on nomme également l’Union des sociétés d’éducation physique et de préparation au service militaire, du nom de son président : Adolphe Cheron.

18  La pratique des sports peut être la base de la formation du futur conscrit si certaines conditions sont respectées : l’absence de spécialisation, l’interdiction de participer à des compétition avant 16 ans, etc.

19  Les sociétés catholiques qui demandent l’agrément sont invitées à ajouter un codicille à leurs statuts : en cas de liquidation, le matériel revient à l’AGR. C’est une manière de tourner la règle selon laquelle, lorsqu’une société agréée est dissoute, ses biens vont à une autre société agréée ; à travers une telle disposition, l’AGR affirme le primat de la cause cléricale sur la cause de la défense nationale…

20  Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France, xixe-xxe siècle, Paris, Éd. du Cerf, 1999.

21  La Fédération diocésaine des cercles catholiques de jeunes gens et d’hommes, qui regroupe les sections de théâtre, de musique et de chant, les cercles d’étude et les cinémas des cercles catholiques.

22  L’Organisation de gymnastique de l’AGR, l’Organisation de tir de l’AGR, la Ligue sportive d’Alsace et les Cyclistes chrétiens de l’AGR.

23  Annah Arendt, Essai sur la révolution, Paris, Gallimard, 1990, p. 251-252.

24  Pierre Chambat, « Sport et politique », Sciences sociales et sports : états et perspectives, Actes des journées d’études de Strasbourg, (textes réunis par Bernard Michon et Claudine Faber), Strasbourg, Laboratoire APS et sciences sociales, 1987, p. 95-105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Caritey, « Catholicisme, patriotisme et sport en Alsace (1898-1939) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 88 | 2002, 17-29.

Référence électronique

Benoît Caritey, « Catholicisme, patriotisme et sport en Alsace (1898-1939) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1571

Haut de page

Auteur

Benoît Caritey

IHC, UMR CNRS 5605, Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page