Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Sandrine Kott, Le communisme au quotidien. Les entreprises d’État dans la société est-allemande

Paris, Belin, Coll. « Socio-Histoire », 2001, 413 p.
Gilbert Badia
Référence(s) :

Sandrine Kott, Le communisme au quotidien. Les entreprises d’État dans la société est-allemande, Paris, Belin, Coll. « Socio-Histoire », 2001, 413 p.

Texte intégral

1Pendant les quarante années de son existence la République démocratique allemande est restée un État relativement méconnu en France. Les quelques ouvrages qui lui étaient consacrés étaient, en général, fortement marqués par des a priori idéologiques et s’intéressaient plus à la politique du régime qu’à la société est-allemande.

2Au lendemain de l’unification sont nés, en Allemagne, des centaines de projets de recherche sur l’histoire de l’ex-RDA, tandis que s’imposait, dans la société ouest-allemande, le terme de sweite Diktaturqui comparait la RDA au nazisme, cependant que, au cours des ans, étaient publiés en Allemagne des ouvrages qui donnaient de la société est-allemande une image plus véridique.

  • 1  p. 13.

3En France, c’est seulement en 2001 que paraît le livre de Sandrine Kott qui traite des « entreprises d’État dans la société est-allemande » et dans lequel l’auteur analyse « les modes complexes de domination du pouvoir » 1.

4Ce qui frappe, en premier lieu, dans Le communisme au quotidien, c’est l’ampleur de la documentation. Les archives ayant été immédiatement ouvertes aux chercheurs, Sandrine Kott a consulté une quantité impressionnante de documents stockés au fil des ans dans les entreprises (notamment berlinoises). Mais les 80 pages de notes (un cinquième du volume) attestent aussi que l’auteur a lu des centaines d’ouvrages, les uns récents, les autres datant d’avant 1989.

  • 2  Quatrième page de couverture.

5Sur les huit chapitres du livre ce sont ceux qui exposent et expliquent les spécificités des entreprises est-allemandes (ch. 3 et 42) et celui qui traite du « don » (actes multiples de solidarité), qui ont retenu d’abord mon attention. Pour la première fois un auteur français montrait les aspects divers de « ce monde nouveau particulier, atomisé et communautaire, divisé et solidaire » 2 que révélait l’étude des entreprises de RDA.

  • 3  n° 83 des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2001, p. 70.

6Sandrine Kott insiste à juste raison sur la tendance permanente du parti dirigeant à contrôler et surveiller les citoyens, mais souligne aussi les résistances que ceux-ci lui opposent et qui l’obligent à proposer aux salariés des ajustements et des arrangements qui, de fait, limitent sa domination. Ailleurs elle note que « les fonctions (de l’entreprise en RDA) outrepassent très largement celles d’une entreprise capitaliste » et qu’elle est « un acteur essentiel de la redistribution sociale » 3.

  • 4  Cf. p. 79, 82, 83, 87.

7Si, comme je le souhaite, ce livre est lu par des salariés, des syndicalistes, etc., sans doute ne seront-ils pas peu surpris d’apprendre qu’en RDA l’entreprise offrait à ses employés une série de services concernant le logement, la santé (polyclinique), l’alimentation, etc., et surtout que tout licenciement était interdit 4.

8On peut regretter que l’auteur n’ait pas mieux distingué et analysé séparément les différentes périodes. Or les conditions de vie de la population est-allemande en 1980 différaient beaucoup de ce qu’elles étaient dans les premières années du régime. Les variations au cours des ans de la situation économique de la RDA, les fluctuations du commerce extérieur, les crises, etc., qui ont eu souvent de graves répercussions sur le fonctionnement des entreprises d’État et aussi sur les conditions de vie de leurs employés, ne sont pas prises en considération.

9Sandrine Kott n’a pas eu recours aux publications d’écrivains comme Christa Wolf, Volker Braun, Christoph Kein ou Heiner Müller qui ont décrit certains aspects de la société est-allemande sans les enjoliver… ce que faisaient certains documents conservés dans les archives des entreprises.

10Ces quelques remarques de détail ne sauraient faire oublier que Le communisme au quotidien est en France le premier ouvrage qui présente une histoire sociale du pouvoir en RDA, analysée avec précision, fondée sur des sources nombreuses et solides, et qui propose, pour la première fois depuis l’unification, une image de la RDA plus proche, selon moi, de la réalité que la plupart des articles et des livres parus depuis 1990.

Haut de page

Notes

1  p. 13.

2  Quatrième page de couverture.

3  n° 83 des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2001, p. 70.

4  Cf. p. 79, 82, 83, 87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Badia, « Sandrine Kott, Le communisme au quotidien. Les entreprises d’État dans la société est-allemande », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 11 octobre 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1566

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page