Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jacques Girault (dir.), L’implantation du socialisme en France au XXe siècle. Partis, réseaux, mobilisation

Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, 312 p.
Alexandre Courban
Référence(s) :

Jacques Girault (dir.), L’implantation du socialisme en France au XXe siècle. Partis, réseaux, mobilisation, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, 312 p.

Texte intégral

  • 1  Gilles Morin, « Nouvelles sources du socialisme. État des lieux avant inventaire », www.maitron.or (...)

1À l’initiative de trois chercheurs, une journée d’étude sur le socialisme s’est déroulée en mai 1999 à l’université Paris XIII-Villetaneuse. La publication des actes de la journée réaffirme l’ambition de « jeter les bases d’un dialogue » (p. 2) afin de contribuer à la recherche sur le socialisme. En effet, le socialisme a été longtemps délaissé, concurrencé par les études sur le communisme. Ces études sont stimulées par des enjeux politiques. L’objet communisme attire ou révulse, mais ne laisse pas indifférent. On peut ajouter à une explication contextuelle que le peu d’archives du socialisme français n’incite pas à la recherche 1.

  • 2  Jacques Girault, Sur l’implantation du Parti communiste français durant l’entre-deux-guerres, Édit (...)

2Aujourd’hui, fort d’expériences multiples, cet ouvrage est le résultat d’une confrontation fructueuse entre différents chercheurs – jeunes et confirmés – de disciplines différentes. Ils reprennent la problématique de l’implantation proposée par Jacques Girault pour appréhender le communisme. « Étudier une implantation, c’est saisir une situation concrète et expliquer les résistances et les facilités d’un développement. C’est aussi chercher ce qui, dans les données structurelles variées (économie, démographie, composition socioprofessionnelle, religion), permet la réussite ou contribue à faire échouer le mouvement. C’est comprendre la transmission de la politique du parti, les motivations de son électorat» 2. Le vaste chantier de cette journée d’étude aborde différents aspects du socialisme : les lieux, les élus, les organisations et le discours.

3Dans une première partie les rapports de Jean-William Dereymez et de Frédérick Sawicki discutent la notion de « territoire politique ». On apprécie la mise en garde de ce dernier qui, tout en soulignant l’importance des monographies, en montre les écueils : risque de régression particulariste, fantasme du détail (p. 28). L’approche monographique est ensuite développée par Thierry Hohl à travers l’exemple d’une petite fédération socialiste d’un département majoritairement rural, l’Yonne. Choisissant encore une autre échelle, Philippe Veitl utilise avec finesse une source originale, l’agenda de Maurice Pic, et nous montre les pérégrinations d’un élu de la Drôme.

4Dans la deuxième partie, Gilles Morin rappelle toutes les difficultés à saisir le corpus des élus. Avec brio, il dévoile un programme pour l’établissement d’une prosopographie des élus socialistes. Celle-ci contribuerait à modifier la connaissance que nous avons du monde socialiste. Les sept communications suivantes montrent la pertinence du programme développé par le rapporteur. Rémi Lefebvre propose des pistes de réflexion à partir du cas de Roubaix afin d’étudier le socialisme municipal. Philippe Nivet montre à travers l’exemple du département de la Seine l’apport d’une enquête sur les élus locaux dans la réflexion sur l’implantation. Jean-Pierre Besse rend compte des succès de la politique municipale dans une zone qui tend à devenir un bastion pour le parti socialiste durant l’entre-deux-guerres. Les autres communications de cette deuxième partie (Guillaume Marel, Bruno Dumons et Gilles Pollet, Fabienne Greffet) s’attachent à la figure de l’élu. Le militant tend à devenir un notable confronté à une question de principe comme celle du cumul du mandat.

5La troisième partie de l’ouvrage est consacrée aux organisations associatives ou syndicales. Le mouvement associatif, « l’antichambre » du parti socialiste selon Denis Lefebvre (p. 208), fait l’objet d’une communication de Nicolas Kssis consacrée à l’échec du mouvement sportif socialiste durant l’entre-deux-guerres.Robert Mencherini traite des relations avec le monde syndical à travers l’exemple de Marseille dans les années qui suivent la Libération, apportant un éclairage au projet d’étude proposée par Jacques Girault et Franck Georgi, sur la place du syndicalisme dans l’implantation du socialisme.

6Enfin, une quatrième partie aborde la question du « discours ». Frédéric Cépède montre comment la propagande socialiste est un objet d’étude qui « instruit sur le mode de fonctionnement, les pratiques et la culture politique socialistes » (p. 264). La propagande socialiste est une part de l’identité du mouvement. Suivent cinq communications qui couvrent la période 1882-1997. Elles mettent « surtout l’accent sur des pratiques à l’œuvre et relativisent le dire au profit du faire » (Danielle Tartakowsky, p. 341). Yves Billard propose une mise en perspective de l’implantation de la Fédération des travailleurs socialistes de France dans les années 1880 et le Parti socialiste français des années 1920 (qu’il ne faut pas confondre avec le Parti socialiste SFIO). Christine Bouneau propose la seule étude de cette journée consacrée à un journal, en l’occurrence La Jeunesse socialiste, revue des étudiants socialistes de Toulouse (1894-1895). Pascal Guillot rend compte de la conjugaison de socialisme et urbanisme dans le travail de l’édile de Boulogne, André Morizet, durant l’entre-deux-guerres. Certaines études originales sont mises en avant pour la période récente. Par exemple, Éric Treille s’attache à montrer comment le programme de campagne est construit, diffusé, etc.

7Comme le remarque Daniel Sassoon (p. 344), on aurait aimé en savoir plus sur la presse socialiste. Une bibliographie critique aurait permis au lecteur de connaître les aspects ignorés par la recherche. On regrette également que la question des archives n’ait pas été abordée. Ces quelques lacunes dans cette vaste entreprise laissent surtout espérer d’autres journées d’études sur le socialisme.

Haut de page

Notes

1  Gilles Morin, « Nouvelles sources du socialisme. État des lieux avant inventaire », www.maitron.org.

2  Jacques Girault, Sur l’implantation du Parti communiste français durant l’entre-deux-guerres, Éditions Sociales, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Courban, « Jacques Girault (dir.), L’implantation du socialisme en France au XXe siècle. Partis, réseaux, mobilisation », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 11 octobre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1564

Haut de page

Auteur

Alexandre Courban

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page