Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Frédéric Robert, Zola en chansons, en poésies et en musique

Wavre, Éd. Mardaga, 2001, 216 p.
Michelle Biget-Mainfroy
Référence(s) :

Frédéric Robert, Zola en chansons, en poésies et en musique, Wavre, Éd. Mardaga, 2001, 216 p.

Texte intégral

1Frédéric Robert propose au lecteur une anthologie de textes, essentiellement des chansons en couplets successifs, qui prennent pour cible ou pour objet d’admiration l’œuvre d’Émile Zola. Il s’agit donc de faire de l’écrivain et de ses écrits une matière à commentaire. Badins, ironiques, polémiques, ou témoignant d’une totale adhésion aux idées défendues par l’auteur de « J’accuse », ces vers de mirliton, cette prose au galbe littéraire discutable, cette musique qui appartient au registre de la variété montrent de façon éloquente la vitalité de l’œuvre de Zola. On saura donc gré à F. Robert d’avoir rassemblé des sources éparses qui éclairent la place de Zola dans la littérature, dans l’histoire de la musique – car le naturalisme appliqué à l’art lyrique lui doit beaucoup, comme dans l’histoire des idéologies

2Le nom de Zola, écrivain-citoyen, est lié à l’Affaire Dreyfus, ce débat douloureux où les chansonniers et les caricaturistes ont plutôt été du côté des polémistes. L’Affaire oppose deux Frances : celle qui regarde vers la ligue des Patriotes, celle qui fonde la Ligue des Droits de l’Homme. Mais sans vouloir amoindrir la place du « J’accuse » dans l’œuvre de Zola, il faut souligner aussi l’invasion des questions sociales dans le monde littéraire de l’époque : aux côtés de Zola, Jules Vallès, Guy de Maupassant, voire Octave Mirbeau. L’amertume française aux lendemains de la défaite, la misère des peuples en guerre, le grand souffle de la Commune de Paris envahissent les textes des hommes politiques, des historiens, des philosophes et des gens de lettres. En 1877, L’Assommoir est, selon Zola, « le premier roman sur le peuple et qui ne mente pas, et qui ait l’odeur du peuple ». C’est précisément à compter de L’Assommoir que F. Robert peut vérifier que Zola et ses ouvrages deviennent un thème de chansons privilégié : tant le romancier qui voulait guérir la misère qu’il dénonçait, que le candidat malheureux à l’Académie, le collaborateur du musicien Bruneau, l’homme « engagé » et plus tard le défunt panthéonisé. Les romans connaissent un grand succès de librairie et parfois l’adaptation théâtrale : c’est ainsi que Nana devient la vedette d’une opérette-parodie, Nana et Cie, que les fantômes de L’Assommoir, Gervaise et Coupeau, s’attachent définitivement au nom de Zola, que la puissance prophétique de Germinal catalogue son auteur comme « socialiste », alors qu’il ne souhaitait pas être qualifié tel.

3F. Robert a voulu suivre la chronologie zoléenne, en particulier les parutions des diverses composantes du cycle desRougon-Macquart : soit un panorama de la société du Second Empire à travers une famille, un monde en décomposition travaillé par des forces souterraines, le drame d’une époque et ses coulisses politiques, et aussi le drame de l’hérédité. Alors que le temps d’Émile Zola est celui des fééries parisiennes – on s’amuse des cafés de la Rive Gauche à ceux de la Butte Montmartre – alors qu’on sort à peine d’un tourbillon de ruolz et de clinquant, qu’on s’est gavé des opérettes de l’amuseur officiel de la cour impériale, Offenbach, voilà un romancier qui pollue délibérément le beau langage, évoque le monde ouvrier, celui des cabarets et des faubourgs (dont on l’accuse de donner une image défavorable), éloigne les chimères romantiques pour se faire greffier et documentariste, prend une allure d’apôtre social. Tout cela passe en couplets, souvent goguenards.

4D’un point de vue plus musicologique, ce livre met en lumière ce que pouvait être le répertoire des cafés-concerts et des « beuglants », en une époque qui est la grande époque de la chanson sociale. Aux débuts du caf’conc’, les artistes qui s’y produisaient étaient des déchus d’une grande famille, celle qui chantait et jouait dans les concerts, au théâtre ou à l’Opéra. Bientôt, ils deviennent des vedettes d’un genre très spécifique, dont on remarque la tenue vestimentaire originale, les mimiques, la diction propre. Espace de sociabilité, le café parisien abrite depuis le xviiie siècle des associations qui se consacrent à la poésie et à la chanson. Les cafés donnaient des spectacles en plein air très populaires avant 1850. Dans ce qu’on nomme les sociétés chantantes ou les goguettes, la chanson devient satirique. Puis se met en place le café-concert, un spectacle permanent où, pour le prix d’une modique consommation, on peut assister à diverses attractions réunies en un spectacle, discuter, fumer, s’attarder. De nombreuses dispositions juridiques, l’obligation de payer un tribut aux « vrais » théâtres, de soumettre les textes des chansons à la censure, entravent la liberté des établissements et, simultanément, prouvent qu’ils diffusaient sur le mode plaisant des idées subversives pour les pouvoirs en place. L’esprit de révolte, les paroles irrévérencieuses d’une Theresa, d’une Yvette Guilbert ou d’un Aristide Bruant viennent d’un tel contexte. La véridicité et le naturel comptaient plus que la technique vocale : on chantait la complainte et la rébellion, la douleur et l’accablement du peuple des barrières et des faubourgs, on était « romancière comique », « gommeuse », « réaliste » ou « diseuse » pour les artistes féminines, « gambilleur », « troupier » ou « scieur » si l’on était un homme. Tout ce petit monde, marginal par rapport aux grandes formes de l’art prétendu noble, a écrit un chapitre de notre histoire culturelle : lorsqu’il prit Zola comme source d’inspiration, le résultat, comme le montrent les exemples excellemment choisis par Frédéric Robert, est des plus réjouissants ; il révèle aussi l’un des envers grinçants de la Belle Époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Biget-Mainfroy, « Frédéric Robert, Zola en chansons, en poésies et en musique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 11 octobre 2009, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1561

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page