Navigation – Plan du site
DÉBATS

Un colloque de l’OMOS sur les médias qui interpelle l’historien (1ère partie)

Guylain Chevrier
p. 119-128

Résumé

Le samedi 23 novembre 2002 s’est tenu à Paris, place du Colonel-Fabien, un colloque organisé par l’Observatoire des Mouvements de la Société (OMOS) sur le thème : Représentations mentales et médias. Cet organisme créé en mars 2000 regroupe des chercheurs de différentes disciplines et sensibilités, des militants d’organisations politiques engagés dans le mouvement social, des militants syndicaux, des professionnels de la communication, qui mêlent leurs expériences et savoir-faire, pour mieux analyser l’évolution des comportements sociaux et politiques les plus structurants. C’était l’occasion de faire le point sur les liens du citoyen avec les médias dans un contexte qui était celui de l’après « 11 septembre » et de la préparation des esprits à une seconde guerre du Golfe, qui depuis a eu lieu. Cette livraison est publiée en deux parties dont voici la première, la seconde partie devant être publiée dans le prochain numéro des Cahiers.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les Cahiers d’Histoire. Revue d¨histoire critique, dossier : Démocratie pouvoirs et propagande en (...)
  • 2  L’ensemble des interventions de cette journée d’étude ont été réunies dans une publication produit (...)

1Les rapports complexes qu’entretiennent démocratie, pouvoirs et propagande au xxe siècle avaient été l’objet du dossier du numéro de septembre 2002 des Cahiers d’Histoire 1.Nous y insistions sur les modes de mise en intrigue journalistique mais aussi sur les structures conceptuelles et mentales qui donnent son cadre au dispositif médiatique, en tentant de suivre les grandes évolutions qui ont marqué dans ce domaine le xxe siècle. L’enjeu de l’opinion publique donne lieu à une politique de la communication, avec ses traits de propagande. Cet enjeu questionne le lien entre démocratie, pluralisme et rôle de l’information, et spécialement de la télévision qui est au cœur du paysage médiatique en France. L’exemple de la première guerre du Golfe a été de ce point de vue édifiant. Mais une fois les mensonges médiatiques dénoncés, en juste reflet des mensonges politiques qui vantaient la légitimité de la guerre, il s’instaurait un nouveau rapport litigieux entre le citoyen et la télévision, mais aussi avec la politique et la démocratie, confirmé par de nombreuses enquêtes d’opinion entre autres, sur la décrédibilisation de l’information télévisée. On a vu poindre dans ce contexte un rapprochement d’intérêts entre l’historien, attaché à la vérification la meilleure possible des faits, et le citoyen, confronté à une information manipulée, avec en toile de fond le danger de la confiscation du libre-arbitre et d’une certaine idée de la liberté en régime démocratique. Aussi, l’objet de cette initiative et la diversité de ses participants étaient porteurs pour nous d’un grand intérêt, permettant de pousser plus avant les tenants et les aboutissants de ce rapprochement. Il n’est pas si fréquent de pouvoir réunir sur un thème aussi transversal des chercheurs comme Jean-Marie Vincent, professeur à l’université Paris VIII, spécialiste de la communication, des professionnels, journaliste et réalisateur, comme Marcel Trillat, dont les derniers reportages sont centrés sur l’étude du monde du travail d’aujourd’hui et sur ses luttes (diffusion sur France 2 des reportages), « 300 jours de colère » en 2002 et « Les prolos » en 2003., ou Raoul Sanglas, réalisateur, un des créateurs de la télévision française, ou encore Pierre Zarka, ancien directeur du journal l’Humanité, des militants comme Christian Martin, acteur politique de terrain, secrétaire de la fédération de la Sarthe du PCF, des sociologues, ingénieurs des télécommunications, historiens… Cette initiative a permis un véritable tour d’horizon du rapport médias-politique-société et des problèmes posés à travers le thème de cette journée, sans rien écarter des approches contradictoires, elle a aussi fait progresser quelques pistes de réponses en termes d’alternatives. Les interventions ont été résumées 2, elles sont présentées sensiblement dans l’ordre de leur déroulement afin de respecter le jeu des réactions qu’elles n’ont pas manqué de provoquer.

Représentations mentales et culturelles : enjeu des médias, enjeu politique

2Pierre Zarka, animateur de l’Observatoire des Mouvements de la Société, introduit le sujet en soulignant comment l’audiovisuel a bouleversé les conditions d’ouverture sur le monde extérieur pour chacun d’entre nous, et ce au point d’avoir profondément modifié notre sensibilité, la manière dont nous nous approprions des pans de connaissances. Les médias font partie de nous-même. La rapidité et le direct viennent bousculer la capacité individuelle de s’approprier l’information. Il y a une certaine asphyxie qui se mesure à la sensation souvent vague que laisse une émission. Les événements surgissent comme d’un diable de leur boîte, escamotant les relations de cause à effet. Le fugace et le choc deviennent ainsi des critères de qualité au détriment de la durée nécessaire à la progression qu’implique tout raisonnement. Dans un climat où, par ailleurs, on ne cesse de vouloir démontrer la faillite de toute volonté de pensée cohérente et prétendant expliquer le tout, cette segmentation est lourde de conséquences : la compréhension de notre époque n’est pas la somme des compréhensions de chaque problème.

3La solitude inhérente au téléspectateur le met dans une posture voisine de la passivité. Celle-ci le rend vulnérable aux deux effets énoncés : à la vitesse et à une interprétation qui s’impose à lui comme une évidence. Il y a information quand il y a, non pas voyeurisme, mais implication et possibilité de réactivité. Quand les capacités technologiques dépassent les modalités de participation active à l’élaboration de l’information et de la culture, le même outil qui peut être un moyen d’appropriation devient un instrument de dépossession qui renforce encore l’image d’impuissance du collectif et du politique. L’audiovisuel est un mode de communication encore historiquement nouveau qui pose des questions de conception et de pouvoir. Il est frappant alors que nous vivons une époque de grande consommation des médias que la majorité des hommes et des femmes se considèrent mal informés. Il n’est pas question d’attribuer aux médias la cause de tous nos maux, mais d’identifier le fait qu’ils font d’un certain type de représentation l’étalon du regard sur le monde et sur soi-même. Dans ce contexte, la promotion pour l’individu de sa propre image et la conquête de son propre regard sur le monde sont des terrains de liberté majeurs. Ainsi, les représentations mentales et culturelles sont un enjeu politique.

Quelle alternative à l’hégémonie d’une culture médiatique de la réussite et du succès ?

4Jean-Marie Vincent, professeur à l’université Paris VIII, spécialiste de la communication, met en avant l’idée que les médias ne sont que la partie émergée de l’iceberg, et qu’ils couronnent tout un système extrêmement complexe de production des images de la société, d’une certaine forme d’imaginaire social. Autrement dit, si on veut comprendre les médias on ne peut pas s’en tenir à leur seule étude. Il reprend à son compte l’idée exprimée par Pierre Bourdieu selon laquelle « l’opinion publique ça n’existe pas ». L’idée qu’il n’y a pas une somme des opinions des uns et des autres équivalente telle que les médias l’utilisent, en renvoyant aux individus ce qu’ils produiraient ensemble spontanément. Ce que les médias renvoient en fait, selon l’intervenant, à travers cette démarche, c’est le fait qu’ils soient partie prenante de l’organisation de rapports sociaux de connaissance et de méconnaissance de la société. Poursuivant sa réflexion, il explique que la société qui se présente à nous, à travers les médias, n’est pas la société que nous pratiquons en réalité. L’espace public est quelque chose qui en pratique doit permettre l’expression. Mais en fait, cet espace public est le sommet de multiples espaces de non-communication, de l’entreprise, marquée par un discours managérial, à l’école, où domine l’injonction sous le fait de l’inculcation. Si on voulait faire la somme de ces espaces de non-communication dans l’espace public, on comprendrait mieux le fait que les médias soient pour l’essentiel violence symbolique.

5Les médias nous présentent la société d’une part sous le signe des personnalités fétichisées qui occupent le sommet de la société, qui sont enflées, gonflées au point que, comme le montre l’aventure de Jean-Marie Messier, elles peuvent se dégonfler facilement pour être immédiatement remplacées. Les présentateurs de télé, les acteurs et les artistes qui sont sans cesse loués font partie de ces personnalités fétichisées. L’angle du superlatif supplante l’analyse critique rigoureuse. Il y a ce qui est sans cesse présenté comme l’excellence et puis il y a ce qui est tu, ce qui est occulté. Les images du monde qu’on nous assène sont des images qui redoublent la réalité en la déréalisant. Par exemple, la domination n’y existe pas, mais il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne réussissent pas. Les événements traités sont présentés comme contingents aux individus et non renvoyés à des situations et des contextes véritablement présentés.

6Les médias nous présentent aussi la valorisation comme loi, le paraître, le brillant qui servent la marchandisation. On doit se valoriser parce que l’on est dans un monde marchandise où ce qui brille le plus est censé l’emporter. Selon cette logique, il faut se valoriser dans la concurrence, ce qui implique de paraître et pour paraître il faut éliminer. Jean-Marie Vincent fait alors écho au propos de Pierre Zarka qui insistait sur le fait que dans beaucoup d’émissions de jeux, la règle fondamentale c’est l’élimination. S’il y a d’une part ceux qui se valorisent bien en haut, il y a les autres en bas qui sont dévalorisés. La culture dans laquelle nous vivons est largement culture publicitaire, une culture de la réussite et du succès, une culture essentiellement marchandise.

7Que faire contre cela ? Créer des espaces de discussion et de communication autonomes où on se socialise autrement, répond l’intervenant. S’il y a une grande tâche politique, il la voit dans la création de ces espaces, et dans la capacité à les joindre, à en faire quelque chose qui constitue des ensembles, qui soit le moyen de mettre les médias à nu. On nous produit de la société qui n’est pas la société, on nous produit de la désocialisation, et nous produisons, nous, de la société et de la socialisation.

Illusion des artifices ou constructions humaines ?

8Christian Martin, secrétaire fédéral de la Sarthe du Parti Communiste Français, proposait une réflexion qui articulait le caractère aliénant de notre société au traitement que les médias font de l’individu, de l’information aux émissions de divertissements grand public. Il y a une certaine façon de faire considérer aux gens que nous vivons dans une société où nous pouvons gagner notre liberté. La liberté est accessible sous deux motifs, celui des moyens financiers qui permettent tout et celui de la reconnaissance de soi, relatif à ce que l’on est dans la société, à ses yeux. On fait croire aux individus qu’ils existent réellement à travers une mise en scène formelle qui tourne autour de l’image. Un tas d’émissions favorisent l’idée qu’au fond on est quelque chose, derrière la vie ordinaire de chacun, un quelque chose qui peut faire du jour au lendemain de n’importe qui un être exceptionnel par la notoriété. C’est l’effet des reality show et autre Loft Story. Il est question de mettre en avant l’individu anonyme de façon complètement superficielle, mais c’est cela qui paraît pouvoir lui donner sa réelle valeur, puisque nous vivons dans une société médiatique, et spécialement centrée sur l’image. L’aspiration de l’individu à exister qui est une donnée de notre temps est ici détournée et réduite à des artifices. Il y a dans cette fonction des médias l’expression d’une volonté de la société telle qu’elle est à se reproduire, à perdurer. Il y voit une offensive réelle, qui devient alors nécessairement politique.

9Il évoque un problème que constate la Fédération du PCF de la Sarthe dans ses rapports aux médias et particulièrement télévisuels. Ce qu’il perçoit de l’attitude des médias, c’est que la politique en général ne les intéresse plus. France 3 Région ne fait presque plus de reportages sur les partis politiques, et les journaux régionaux ne donnent pas plus de place au débat politique et à la confrontation d’idées. Ce qui s’y exprime en général, c’est, à travers les potentats locaux, la bipolarisation de la vie politique nationale. Ces signes ne tendent-ils pas à indiquer que nous sommes dans une société qui perd au fond une part essentielle de sa capacité à réfléchir sur elle-même ? s’interroge l’intervenant. Et comment alors pour les citoyens est-il possible de s’approprier les idées qui sont l’enjeu de leur société, d’être les acteurs de leur propre vie. Cette évolution des médias locaux a amené cette fédération du PCF à décider de sortir d’une position de demandeur vis-à-vis d’eux. C’est une sorte de rupture avec une logique instaurée par eux de refuser des rapports de dépendance, voire de soumission. Il considère que ce qui est à reconstruire, du point de vue des constructions humaines, est énorme, que l’effort est d’abord à porter sur ces constructions avec les gens.

10Il y a un autre travers qui est rencontré avec les médias locaux, c’est le fait que la seule parole référente pour eux, c’est celle du premier dirigeant fédéral, le secrétaire fédéral, sorte de reflet de l’idée selon laquelle la parole du parti communiste ne pourrait être qu’unique, et qui revient au fond à penser que le PCF serait toujours stalinien. Au secrétaire fédéral de formuler que cette attitude entre en opposition avec une nouvelle conception de la politique du PCF met au centre une construction citoyenne enracinée dans le vécu des femmes et des hommes qui travaillent, qui met au cœur de son projet politique l’individu dans toutes ces acceptions. Une autre façon de faire de la politique qui contrebalance les médias.

Besoin de rêver : Loft story ou culture ?

11Philippe Stierlin, ingénieur-chercheur, exprime l’idée que Loft Story et Star Academy sont le reflet d’une part de notre société. Il y a voit la manifestation du besoin de rêver des individus. En contrepoint, il manque aujourd’hui, de son point de vue, aux forces de transformations des désirs, des rêves. Il constate que le capitalisme manifeste sa puissance à travers sa capacité à utiliser les désirs des individus et à les contourner, à séduire, que l’on voit à l’œuvre entre autres dans les jeux télévisés. C’est la force d’un système. Il porte le débat sur la question des intermittents du spectacle en reprenant l’idée de Jacques Ralite qui voit dans la suppression du statut des intermittents du spectacle « une question de civilisation, comme celle du droit d’auteur ». Le statut spécifique des travailleurs du spectacle conditionne le fait d’avoir demain encore des compagnies qui produisent des spectacles, des metteurs en scène et des comédiens qui émergent… En supprimant le statut des intermittents du spectacle on met en péril une part des activités humaines et une partie des désirs : désir de produire des compagnies, désir pour les gens de voir des spectacles non normalisés. La culture donne ici de l’avenir une autre idée que celle proposée par les vendeurs d’illusion.

Avons-nous la télévision que nous méritons ?

  • 3  Certains avancent, par exemple, que la société est avant tout le résultat d’une lutte des classes (...)
  • 4  SMYTHE DALLAS (1980) Communication, capitalism, consciousness in Canada, éditions Ablex, Norwood ( (...)
  • 5  Voir l’émission 90 minutes de Canal Plus, novembre2001.
  • 6  Voir CBNews, n°680 du 19 au 25 novembre 2001.

12Pour Vincent Brulois, enseignant-chercheur, de l’université Paris XIII, l’idée selon laquelle nous avons la télévision que nous méritons est bien plus dangereuse qu’elle ne le laisse paraître. En quelque sorte, cela signifierait que si nous ne sommes pas contents, c’est de notre faute ! Le problème serait la formulation de la demande, celle-ci en incombant au téléspectateur. Ce qui s’impose derrière cette idée, c’est une relation entre la demande (les téléspectateurs) et l’offre télévisuelle (proposée par les chaînes) dans laquelle la demande serait première. La construction de l’offre ne fait alors que répondre aux besoins exprimés, il n’existe point de logique commerciale autre que celle satisfaisant directement les souhaits et les besoins des téléspectateurs. Cette façon de penser n’est qu’une déclinaison de ce que les chercheurs de l’approche fonctionnaliste américaine ont déjà établi dans les années 1950 3, en envisageant la télévision naissante comme dépendante des désirs et des besoins individuels. La télévision correspond au modèle de société qui veut qu’elle soit la meilleure façon de répondre à un nombre maximal de désirs. Elle correspond donc au modèle auquel toute société aspire. Mais ce qui est effacé alors d’un revers de main, explique-t-il, dans cette vision optimiste de la construction d’une société, c’est toute l’histoire de cette construction. Cette façon de présenter la relation entre le téléspectateur, les émissions de télévision et les programmateurs permet en fait de légitimer une certaine organisation actuelle de ce marché de l’audiovisuel, et peut-être même de légitimer une certaine organisation de la société. Cela permet de légitimer le fonctionnement du média télévision qui veut que l’audience soit la forme marchande des produits de communication dans le capitalisme contemporain 4. Car en fait de répondre à une demande de l’ordre des besoins des téléspectateurs, les chaînes sont préoccupées par les audiences qu’elles vendent aux annonceurs, ce dont il découle que les programmes ne servent qu’à recruter une audience potentielle et à maintenir son attention entre deux tunnels de publicités 5. L’idée présente ici est que la télévision est un « producteur d’audiences vendables aux publicitaires ». Etienne Mougeotte (vice-président de TF1) reconnaissait que s’il propose des programmes comme Star Academy, c’est pour répondre aux demandes des annonceurs sur les jeunes : « Ma problématique est simple. TF1 doit rester une chaîne leader, qui s’adresse à tous les publics. Mais dès lors que j’ai une préoccupation fondamentale de caractère commercial, puisque nous vivons uniquement de la publicité […] je dois prendre en compte les demandes de ceux qui y investissent, à savoir les annonceurs. »6On voit ici tout l’intérêt de s’arrêter sur l’idée au point de départ de cette réflexion, véritable lieu commun, qui laissé sans critique concourt à l’installation du fatalisme et à une certaine pensée unique, qui peuvent prendre toute la place laissée libre.

Démocratie et médias : une réponse locale

13Raoul Sanglas, réalisateur, souligne qu’il faut prendre en compte le fait que la télévision soit le seul instrument d’information de culture du plus grand nombre. La télévision est-elle là pour transformer éventuellement la conscience des citoyens ? On peut se poser la question. Il insiste sur l’idée que la télévision devrait être un instrument citoyen car elle en a le potentiel, mais cela paraît effectivement improbable ou tout au moins très lointain. Il voit dans la télévision locale, télévision de proximité, pour laquelle il milite, dit-il depuis vingt ans, un moyen de faire avancer les choses. C’est dans une appropriation au niveau sinon du village mais tout au moins du canton, explique-t-il, que doivent fleurir des ateliers de réalisation. Il voit dans le frein mis par les municipalités à s’engager dans des projets de télévision locale le fait que tout pouvoir déteste le contre-pouvoir, y compris dans des municipalités communistes où pourtant la citoyenneté est mise en avant ainsi que l’intervention des gens dans les affaires de la cité. Il informe d’une expérience qui est en train de se mener en Lorraine, à laquelle il participe avec Marcel Trillat, de création d’une chaîne locale rayonnant sur cinq communes qui sont cablées. En tant qu’acteur de cette télévision ou pour l’avoir été, il pense que la télévision locale, c’est le seul territoire concret de l’appropriation de cet instrument par les citoyens eux-mêmes. C’est cette expérience qui pourrait éventuellement commencer à les faire réfléchir sur ce que par ailleurs le recyclage du temps à la télévision leur coûte.

14Une des questions qui est posée, en référence à celle posée par le secrétaire fédéral précédemment dans le débat, est celle de savoir comment se servir des médias dominants sans leur être asservi. Il y a des expériences qui rendent compte des réponses possibles. La logique instrumentale des médias idéologiques pousse à s’en servir en reflet de la façon dont ils fonctionnent. La logique purement instrumentale a fait des ravages dit-il : quand Georges Marchais, indépendamment des questions d’orientation, s’est servi des médias pendant des années, il était un excellent client. Le jour où il a cessé aux yeux des médias dominants d’être un bon client, les médias se sont retournés contre lui et contre l’image que le Parti Communiste Français voulait produire de lui. La question clé, c’est comment donner de la lisibilité médiatique à des mouvements sociaux, à des acteurs politiques, à des citoyens, qui passent également par les médias dominants ? En tout cas pas de toute évidence en se servant tel quel des médias.

Télévision séduction et mépris du peuple

15Marcel Trillat, journaliste et réalisateur de télévision, parle d’une dictature insidieuse, celle des marchands dont les armes sont par définition la séduction, la fascination. « On en vient parfois à regretter l’ORTF », s’exclame-t-il. « C’était d’une part ce que l’on appelait les programmes qui étaient, avec tous leurs défauts, ce que j’appellerais une espèce de grande maison de la culture. » Il évoque ces grandes émissions comme « Cinq colonnes à la Une », « La caméra explore le temps », les grands réalisateurs de l’époque comme Raoul Sanglas, Jean Prat, Marcel Bluwal, Stellio Lorenzi, ou Jean-Christophe Averty… Il y avait aussi des grands commis de l’État, souvent gaullistes, mais qui avaient une haute idée de la nécessité d’offrir au peuple la possibilité de se cultiver. Une idée qu’ils partageaient avec des réalisateurs souvent de gauche. On trouvait là peut-être d’anciennes alliances datant de la Résistance, souligne-t-il. Et puis, il y avait le secteur de l’information télévisée, les journalistes du JT, que Desgraupes appelait « les gilets rayés », en faisant référence à Nestor le serviteur de Tintin. Cela ne s’appliquait pas, bien sûr, à certaines grandes figures comme Frédéric Pottecher et à d’autres… Il y avait une commission de censure. Les rédacteurs en chef des services publics, télé, radio, allaient aux ordres tous les matins dans un bureau du SLII (Service de liaison interministériel pour l’information) qui était installé à côté de celui du ministre de l’Information, Alain Peyrefitte. Les représentants des ministères venaient expliquer tranquillement aux directeurs de l’information ce qu’il fallait faire, dire dans les journaux ce jour-là.

16Nous sommes passés à une autre époque, pour nous par exemple aujourd’hui, les contraintes, la censure ne s’exercent plus du tout de cette façon, les choses sont beaucoup plus subtiles ; on fait beaucoup appel à l’autocensure, ce qui joue surtout, ce sont les connivences entre responsables de médias et responsables politiques ; c’est d’ailleurs pour ça que l’on voit des responsables de médias changer de veste aussi allègrement ; on les a connus communistes ou gauchistes, ils sont devenus mitterrandistes fanatiques puis on les retrouve balladuriens… Nous sommes arrivés dans le règne de la séduction. La relation entre gens de télé et public a complètement changé. Par exemple, les présentateurs sont devenus des stars, tout d’un coup ; ce ne sont plus des journalistes qui s’adressent à des citoyens, c’est une relation irrationnelle inconsciente qui s’est créée entre ces pseudos stars, pâles imitations des stars du cinéma, et les téléspectateurs. En même temps on s’est mis à délaisser les critères de qualité au profit des critères de succès immédiat, d’audimat.

17Il critique ensuite l’orientation imposée par les responsables des chaînes, de programmes allant essentiellement dans le sens de ce que le public réclame, ce qui aboutit à Star Academy, Loft Story… Il s’agit de racoler les téléspectateurs qui sont devenus des clients, qui ne sont plus du tout des citoyens, les racoler et les drainer vers les prochains spots un peu comme un troupeau d’oies.

18La privatisation a été à ses yeux une véritable catastrophe, le cadeau de la chaîne pilote française sans compensation de renforcement de moyens aux autres chaînes publiques. Au moment où le privé arrive sur le marché, en Grande-Bretagne par exemple, on renforce le service public, le financement de la BBC est beaucoup plus important que le financement de la télé publique en France, deux à trois fois plus. Le problème, même si la télévision publique nous a épargné les dérives du type télé-poubelle, c’est qu’elle fonctionne sur le mode de l’entreprise, avec des dirigeants à la tête des chaînes qui ressemblent beaucoup à ceux du privé et ont souvent fait l’ENA. Ils ont souvent un parcours où ils sont passés du public au privé et vice versa, par la chaussure ou le vêtement ou autre chose… Ils appliquent la même nécessité de capter le public selon les exigences de l’audimat. Ils nous parlent de politique managériale, plus que de qualité. Ils n’ont guère de considération en général pour ce qu’ils appellent leurs « produits ». […] Sans doute parce qu’ils méprisent le public, c’est-à-dire le peuple.

19Il cite l’exemple de David Pujadas qui, informé de ce qui se passait le 11 septembre par l’un de ses collaborateurs, explose littéralement en s’exclamant : « C’est fantastique, on va faire un journal d’enfer ! C’est formidable !… » Quelques heures plus tard un journaliste lui fera la remarque : « Vous avez vu comment vous avez réagi tout à l’heure ? » Il a eu beaucoup de mal à s’expliquer : « Ben oui… nous les journalistes, on est un peu comme les médecins, vous savez, on s’habitue au drame, etc. » On s’habitue en effet, explique Marcel Trillat, à patauger dans le sang, au risque de ne plus faire du journalisme, mais du spectacle et d’oublier toute morale.

Quelle lecture féministe du rapport entre télévision et société ?

20Monique Dental, animatrice du réseau féministe « Ruptures », adhère à l’approche de Jean-Marie Vincent et soutien l’idée qu’il faut travailler à créer des espaces de communication autonomes, et cela suppose de son point de vue de faire la critique des espaces dominants existants. Elle centre immédiatement son propos sur une lecture sexuée de la question, considérant cet aspect comme principal dans l’analyse. Elle reprend l’idée d’une critique des espaces dominants, pour insister sur la nécessité de la déconstruction des schémas traditionnels dominants basés sur les représentations sexuées des hommes et des femmes dans la société, dans la mesure où celles-ci véhiculent des mécanismes inconscients de domination d’un sexe sur l’autre. Pour l’intervenante, tout travail d’analyse qui éviterait la question du genre est pénalisé. L’absence, pour elle, de visibilité de réflexions de femmes ou d’analyses féministes sur le sujet débattu et la critique non genrée des représentations dominantes s’apparente à une violence symbolique.

21Elle voit dans les clichés rétrogrades reproduits dans les représentations véhiculées par les médias dans notre pays l’impossibilité pour les femmes de s’identifier positivement, prêtant le flanc à des représentations qui font des femmes des rivales des hommes, et/ou des rivales entre elles. Elle pense que dans ce domaine comme dans d’autres, le fait d’une participation équilibrée des deux composantes masculine et féminine aux décisions de la société pourrait conduire à des décisions plus judicieuses pour le bien-être de la société dans son ensemble, découlant ainsi de la reconnaissance aux hommes et aux femmes d’une écoute de leur différence… Ici, elle porte au-dessus des enjeux universels liés aux contradictions qui animent les classes sociales et à la nature des problèmes posés la différence des sexes et la parité, ce qui n’est pas sans interroger l’auditoire et les autres intervenants. La question des choix politiques qui conditionnent le rapport médias-société apparaît comme secondaire dans son propos en regard de l’égalité absolue entre les deux sexes. Elle met en référence de son intervention le livre « Dites-le avec les femmes » de l’Association des Femmes Journalistes et des éléments de conclusions contenus dans des enquêtes de l’Institut média-watch qui ont été financées par la Communauté européenne. Des travaux qui ont donné lieu à la promulgation de recommandations de l’Union européenne, notamment sur le thème de la place des femmes dans le milieu des médias.

Haut de page

Notes

1  Les Cahiers d’Histoire. Revue d¨histoire critique, dossier : Démocratie pouvoirs et propagande en France au xxe siècle. De la paix de Versailles à la guerre du Golfe. n° 86, septembre 2002.

2  L’ensemble des interventions de cette journée d’étude ont été réunies dans une publication produite par OMOS, à partir desquelles ont été réalisés les résumés présentés ici, en respectant au plus près les idées et l’esprit des auteurs.

3  Certains avancent, par exemple, que la société est avant tout le résultat d’une lutte des classes (marxistes), d’autres pensent qu’elle est le résultat de structures profondes qui sont invariantes (structuralistes). Voir notamment Lazarsfeld Paul/Merton Robert (1957) : « Mass communication, popular taste and organized social action » dans Mass culture : the popular arts in America, Rosenberg et Manning White éditeurs, New York (États-Unis), 1957.

4  SMYTHE DALLAS (1980) Communication, capitalism, consciousness in Canada, éditions Ablex, Norwood (États-Unis), 1980.

5  Voir l’émission 90 minutes de Canal Plus, novembre2001.

6  Voir CBNews, n°680 du 19 au 25 novembre 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guylain Chevrier, « Un colloque de l’OMOS sur les médias qui interpelle l’historien (1ère partie) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 89 | 2002, 119-128.

Référence électronique

Guylain Chevrier, « Un colloque de l’OMOS sur les médias qui interpelle l’historien (1ère partie) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 20 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1557

Haut de page

Auteur

Guylain Chevrier

Docteur en histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page