Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire
111

Hommage à Germaine Willard

Roger Bourderon et Annie Burger-Roussennac

Texte intégral

1À la suite du décès de Germaine Willard ce mois d’avril 2003, les Cahiers d’Histoire, dont elle fut une collaboratrice, ont souhaité lui rendre hommage en rappelant à la fois son apport d’historienne du Parti Communiste et son rôle d’enseignante. Roger Bourderon, lui-même ancien secrétaire de rédaction de la revue et historien du Parti Communiste Français, a bien voulu revenir sur la contribution spécifique de Germaine Willard à l’histoire tourmentée du communisme français. Une de ses anciennes élèves de Première Supérieure au lycée Jules Ferry à Paris, Annie Burger-Roussennac, apporte, elle, un vivant témoignage sur l’enseignante passionnée qu’a été Germaine Willard et sur ce qu’un tel enseignement à la fois rigoureux et vigoureux a pu susciter d’admiration pour la personne et de passion communicative pour l’histoire. On aurait pu évoquer bien d’autres facettes d’une activité constante jusqu’à ses derniers jours, notamment son engagement au service de la mémoire et de l’histoire de la Résistance, notamment au sein du Musée de la Résistance Nationale dont elle était membre du Conseil scientifique.

Germaine Willard, historienne du PCF

2Germaine Willard nous a quittés. Agrégée d’histoire, professeur de khâgne au lycée Jules-Ferry à Paris où elle était extraordinairement appréciée de ses élèves – j’en atteste par un exemple familial –, elle a longtemps collaboré aux Cahiers d’histoire. Elle a été membre du comité de rédaction des Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez dès leur premier numéro en décembre 1972 – lorsqu’ils ont remplacé les Cahiers de l’Institut Maurice Thorez. Elle y est restée jusqu’en 1982 – ils étaient devenus en 1980 Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes. Ces années ont été essentielles pour les historiens membres du PCF. L’IMT fut alors un lieu d’intense activité historienne, qui fit peu à peu sortir l’histoire du parti communiste de son caractère officiel, avec ses carcans idéologiques et sa vocation initiale à « expliquer » – c’est-à-dire justifier – la politique du parti, pour devenir un véritable objet de recherche, au sens scientifique ou universitaire du mot. Jean Burles, directeur de l’Institut, encouragea vivement à s’engager dans cette voie.

3Dans cet aggiornamento qui avait à surmonter de fortes traditions dogmatiques dans le PCF et parmi les historiens communistes eux-mêmes – j’en parle en connaissance de cause –, Germaine Willard s’est pleinement investie avec sa fougue, ses convictions, son franc-parler, son honnêteté scientifique, son sens aigu de l’amitié. Spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, elle fut de celles et de ceux qui, dans la commission de travail sur les années 1939-1947, période particulièrement sensible s’il en en est, œuvrèrent à renouveler l’histoire communiste, à ne plus en masquer les zones d’ombre, notamment en utilisant et en faisant connaître les premières archives du Komintern versées au PCF par l’Institut du marxisme-léninisme de Moscou (IML). Les résultats suivirent, qui permirent de lever des tabous, en particulier sur les conséquences du pacte germano-soviétique d’août 1939 et sur la politique du PCF l’été 1940, dans une démarche qui, prudente au départ, est allée en se complexifiant. Pour m’en tenir à des moments particulièrement significatifs, Germaine Willard écrit en 1979 un bref article « Sur la stratégie du PCF en 1939 » (CHIMT, n° 29-30) où la question de la « contradiction », alors insolite s’agissant de la politique communiste, est clairement abordée. Cette question donne lieu à un débat qu’elle introduit et anime sur « Le tournant de 1939 », qui écorne sérieusement les mythes officiels et paraît dans une éphémère publication, supplément aux Cahiers, Recherches et débats (n°3, 1979). Ces recherches et les interprétations auxquelles elles donnent lieu se concrétisent dans une livraison des Cahiers (n° 14, 1983) sur « Le PCF 1938-1941 » qui fit date à son époque. Minutieusement élaboré et mis au point entre ses principaux intervenants – Germaine Willard, Roger Martelli et moi-même –, il mettait en lumière les contradictions et les flottements du PCF et publiait pour la première fois une série de documents inédits, notamment sur l’été 1940, tirés des archives du Komintern et présentés par Germaine Willard et moi. Indépendamment des Cahiers, mais lié aux travaux de la commission 39-47 de l’Institut Maurice Thorez, avait paru en 1980 le tome 7 de l’Histoire de la France contemporaine dirigée par Jean Elleinstein, mis à jour en 1982 dans La France dans la tourmente, ouvrages destinés à un vaste public que nous avons faits en commun et dans lesquels Germaine Willard, chargée entre autres du PCF pendant la guerre, abordait dans un véritable esprit de recherche historique des questions jusque-là intouchables dans les éditions communistes – entre autres la demande de reparution de l’Humanité en juin 1940.

4Ces travaux ont naturellement vieilli en partie, comme toute recherche susceptible d’être revue au gré de la découverte de nouvelles sources. Mais ils restent pionniers : ils ont commencé à désidéologiser l’histoire du PCF dans l’historiographie communiste, mais ils ont également contribué à la dédiaboliser en regard de certains courants de l’historiographie universitaire plus enclins à condamner qu’à comprendre. À cette percée vers une histoire sereine, Germaine Willard a alors apporté sa compétence et sa passion, sans se ménager.

5Au revoir, Germaine.

6 Roger Bourderon

Madame Germaine Willard, historienne en toute liberté

7Ce texte l’aurait sans doute embarrassée car elle n’aimait pas que l’on parle d’elle. Mais elle me pardonnerait sûrement de l’avoir écrit.

8Je l’appelle Germaine quand je parle d’elle, comme beaucoup de ses élèves de prépa. Je ne me souviens pas de l’avoir appelée autrement ces vingt dernières années. Cela n’a rien de familier. C’est une évidence. Elle fait partie de ma vie. Nous (elle, ses élèves) étions des proches. Sans doute, par respect, lui ai-je dit « madame » durant les cours et lors de nos premières discussions quand nous faisions un bout de route ensemble en métro. Puis l’année scolaire terminée, ce fut Germaine. Le passage du vous au tu a suivi presque naturellement.

9Agrégée en 1946, Germaine Willard a toujours enseigné en lycée, en province d’abord, puis à Paris où elle avait ses attachements. Mais il avait fallu les bouleversements de mai 1968, des départs en retraite massifs, d’âpres luttes syndicales dans lesquelles elle fut présente, pour qu’enfin son inspecteur la nomme en classes préparatoires, à ces fonctions pour lesquelles il la sentait prête, lui disait-il, depuis des années déjà. Sa nomination avait été freinée par son engagement militant pensait-elle, sans doute à juste titre. La France gaullienne n’était pas tendre avec les professeurs communistes du secondaire.

10En 1982, sa réputation dans le micro-univers des classes préparatoires était grande. Des rumeurs disaient jusqu’à Strasbourg qu’elle était le meilleur professeur d’histoire des khâgnes parisiennes, que les lycées d’Henri-IV s’arrachaient ses cours, que certains étaient même prêts à payer cher pour en avoir des copies, et surtout qu’elle était marxiste. Ce dernier argument, cumulé aux autres bien entendu, m’avait convaincu de quitter mon Alsace natale et de cuber à Paris, au lycée Jules-Ferry où Germaine Willard enseignait. Pourtant je ne connaissais rien à son propre travail d’historienne. J’étais encore une piètre contemporanéiste, et je dois avouer à ma grande honte que je croyais Germaine l’épouse du moderniste Pierre Vilar, le seul historien marxiste dont j’avais lu des travaux. Pardon Claude.

11L’année scolaire passée avec elle fut une école d’exigence, de rigueur et d’énergie. Ses cours étaient tous copiés sur des feuilles coupées en deux, insérées les unes dans les autres. Elle les exposait depuis le tableau dans le plus grand silence.

12J’entends encore sa voix au timbre grave d’ancienne fumeuse si caractéristique. Et je revois ses gestes toujours répétés (la mèche de cheveux qu’il faut dompter à coups de peigne, la ceinture qu’elle replaçait de droite à gauche) et puis ses robes de mémé qui nous faisaient sourire. Telle était la mise en scène immuable. Ses cours étaient des mises en récit construites au cordeau, autour d’une problématique avec une riche documentation Elle s’appropriait les manuels, les ouvrages de vulgarisation, les articles et les thèses avec la même avidité, et nous les restituait en toute discrétion, sans ostentation. Pour nous aider à comprendre l’idéologie du New Deal, elle nous a incités à lire les romans de Dashiel Hammet, et elle a visionné pur nous, chez elle entre l’écrit et l’oral. « La chevauchée fantastique » de John Ford suivie de « L’Extravagant Mr Deeds » de Frank Capra. Toujours le peuple en lutte était le héros de ses narrations, un héros intouchable pour lequel elle avait une grande compassion. Gare à celui qui s’avisait de rire ou de sourire nerveusement quand elle évoquait ses malheurs (guerre, crise, exploitation, chômage, famine…). Elle prêtait aussi une grande attention aux rouages de l’économie capitaliste qu’elle détectait jusque dans ses formes les plus primitives. Cette année-là, elle eut l’occasion de les évoquer pour les villes du monde musulman du IXe au XIIe siècles, pour la France moderne au XVIe siècle, le monde ouvrier dans la deuxième moitié du XIXe siècle, et les États-Unis de 1919 à 1945. J’ai conservé ces cours, sauf celui sur les villes musulmanes (dont elle n’était pas satisfaite). Il m’a été emprunté deux ans plus tard, et jamais rendu, par une étudiante, lors de mon année de préparation du CAPES.

13La dissertation et le commentaire de texte étaient les deux outils dont elle voulait nous enseigner la maîtrise, en tout liberté. Elle y valorisait le déroulement d’une pensée, la respectait dans sa singularité même si clairement elle manifestait des enthousiasmes très partisans. Elle refusait les grilles de correction, à cause du formatage des réponses qu’elles entraînaient.

14En juin 1983, lorsqu’elle a pris sa retraite, à 62 ans, à notre plus grand regret, la présence des grilles lui paraissait évidente dans les corrections des concours d’entrée des Écoles Normales Supérieurs de Fontenay-Saint-Cloud. Il était alors vraisemblablement temps de tourner la page de ce métier qu’elle avait tant aimé, et pour lequel elle avait tant donné d’elle-même.

15 Annie Burger-Roussennac

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Bourderon et Annie Burger-Roussennac, « Hommage à Germaine Willard », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, document 111, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 27 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1555

Haut de page

Auteurs

Roger Bourderon

Articles du même auteur

Annie Burger-Roussennac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page