Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Les résistantes dans les prisons de Vichy : l’exemple de la centrale de Rennes

Corinne Jaladieu
p. 81-97

Résumé

La répression, prolongée parfois par l’incarcération, est un des fondements de la politique du régime de Vichy. Personne n’est épargné : les femmes au premier rang desquelles se trouvent les communistes sont victimes de sanctions dont la vigueur fait peu de cas des différences de sexe. Centrée sur l’exemple de la centrale de Rennes, cette étude apporte un éclairage neuf sur la politique carcérale de Vichy à l’égard des femmes et présente leurs manières de vivre l’enfermement qui prolonge souvent l’engagement résistant contracté avant le séjour en prison.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Rennes

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  M. Foucault, Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.
  • 2  M. Perrot, Les ombres de l’histoire, crime et châtiment au xixe, Paris, Flammarion, 2001.
  • 3  Cette étude est le mémoire d’un sous-directeur des services extérieurs à l’administration pénitent (...)
  • 4  C. Carlier L’administration pénitentiaire et son personnel dans la France de l’entre-deux-guerres, (...)
  • 5  R. Badinter, La prison républicaine, Paris, Fayard, 1992.
  • 6  D. Peschanski, C. Bachelier, A. Bancaud, J.-P. Bonerandi, Justice, répression, persécution en Fran (...)
  • 7  D. Peschanski, Les camps français d’internement (1938-1946), Thèse d’État, 2000.

1Le champ pénitentiaire est un terrain d’études relativement récent pour la recherche historique. Michel Foucault 1 en a été l’un des initiateurs sur les origines de la prison moderne et ses pratiques disciplinaires ; Michelle Perrot, qui a largement contribué à nourrir cette recherche, a publié une synthèse des débats et de l’historiographie pénitentiaires 2. Mais l’univers carcéral de Vichy est mal connu ; l’étude de Pierre Pédron paru en 1993, regard d’un juriste et d’un professionnel 3, s’inscrit dans la suite des travaux de Christian Carlier 4 sur le personnel pénitentiaire de l’entre-deux-guerres et du séminaire interdisciplinaire sur « la prison républicaine », animé par Robert Badinter et M. Perrot 5.Par ailleurs, la convention de recherche entre l’Institut d’histoire du temps présent et le ministère de la Justice aboutit à un rapport final en 1993 6. L’histoire des prisons de Vichy s’insère dans l’histoire carcérale de la France et dans celle de la répression exercée par l’État collaborateur et l’occupant. Il s’agit de s’interroger sur l’essence du régime, même si la réponse contient une nécessaire appréciation de l’héritage de la IIIe République. Quelle est l’éthique pénitentiaire de l’État français ? L’étude des camps d’internement 7 permet d’éclairer la politique d’enfermement, au cœur de la politique d’exclusion du régime. Il est nécessaire de comprendre comment s’articulent camps d’internement, prisons, déportation, et se répercute dans ce microcosme qu’est la prison la dégénérescence de l’État de droit entre 1940 et 1944.

  • 8  Terme employé par Vichy et l’Administration pénitentiaire par distinction avec les infractions de (...)
  • 9  Y a-t-il traitement de la délinquance politique dans les prisons de Vichy ? (notion définie par M. (...)
  • 10  Lorsqu’elles sont conservées, les sources pénitentiaires sont très riches : registres et livrets i (...)
  • 11  Thèse préparée sous la direction de J. Sainclivier, Les centrales de Vichy : pratique pénitentiair (...)
  • 12  AN, dossier instruit par la cour de justice de la Seine à l’encontre de l’ancien directeur de l’Ad (...)

2Traiter des résistantes dans les prisons de Vichy renvoie à un double questionnement : quelle est la spécificité éventuelle de l’incarcération politique 8sous le gouvernement de l’État français et celle des structures carcérales pour femmes ? Alors que la criminologie se fonde sur l’idée d’une « nature féminine » caractéristique, regard renforcé par l’idéologie non plus dominante, mais exclusive de la Révolution nationale, l’État français s’assigne-t-il une mission pénitentiaire particulière, dépassant la simple exclusion de la résistante considérée comme terroriste, et comportant un possible amendement de la génitrice 9 ? La peine étant étroitement liée aux conceptions sociales et éthiques d’un groupe, on peut s’interroger sur les attitudes sociales (rejets, solidarités) qui s’exercent envers les prisonnières politiques. Grâce aux sources de la répression 10, il est possible de mener une étude qualitative et quantitative de la population carcérale des prisons françaises. Qui sont les femmes incarcérées pour motif politique ? Existe-t-il un nouveau profil de la délinquance féminine sous Vichy ? Les conflits de tutelle, la recherche d’une souveraineté, les pressions de l’occupant se mêlent pour engendrer entre 1940 et 1944 une évolution du règlement et des conditions de détention. D’où l’impossibilité d’un modèle-type et l’intérêt des monographies. Le choix de la centrale de Rennes 11 est triplement justifié : seule centrale de femmes en France pendant la Seconde Guerre mondiale, elle devient un lieu stratégique où les autorités de Vichy concentrent les condamnées politiques de diverses provenances. L’étude de ce corpus constitue une approche significative puisqu’il correspond à 75 % du total des condamnées politiques femmes déportées par les autorités françaises au printemps 1944 12.

L’emprisonnement politique sous Vichy fait-il place à une répression sexuée ?

  • 13  Après la fermeture de la prison de Montpellier en 1934. Celle de Doullens est réservée aux femmes (...)
  • 14  Contrairement aux hommes, les femmes purgent cette peine en métropole depuis la loi du 19 juillet (...)
  • 15  Code des prisons.
  • 16 Ibid., t. XVIII, 1911, p. 53.

3L’État de Vichy hérite des structures carcérales de la IIIe République. Parmi les onze maisons centrales de 1939, deux (Rennes et Haguenau) sont exclusivement féminines 13. Elles accueillent les détenues condamnées à mort et graciées, les condamnées à la réclusion et aux travaux forcés 14 et les condamnées à plus d’un an de prison. Depuis l’instruction n° 25 du 15 avril 1940 15, la centrale de Rennes reçoit toutes les femmes condamnées à plus de six mois de prison. Avec l’annexion de l’est de la France, elle devient la seule centrale française de femmes. Prison de construction la plus récente (1863), elle constitue un modèle par l’ordre et la discipline qui y sont observés. « Seule centrale construite entièrement pour cette destination spéciale»16, elle peut recevoir 900 femmes. De forme hexagonale avec la chapelle située « en face la porte d’entrée et dans son axe » selon le projet de l’architecte Normand, elle conserve ce plan plus moralisateur que fonctionnel. M. Hallo, directeur de la centrale en 1892, semblait d’ailleurs convaincu des effets possibles d’un espace carcéral esthétique sur la moralisation des femmes : « La femme, quelque déchue qu’elle soit, conserve toujours certains instincts de délicatesse native qui peuvent devenir pour elle des agents précieux de relèvement moral… il est possible de lui faire entrevoir le goût et l’élégance qui pour elle confinent de près à l’honnêteté. » Le cadre carcéral est donc spécifique aux femmes.

  • 17  C. Carlier, L’Administration…, op. cit., p. 163.
  • 18  AN de Fontainebleau : réponses du ministre de la Justice aux candidatures (dossiers du personnel).

4Qu’en est-il du personnel ? Lorsque la guerre éclate, les femmes sont gardées par du personnel féminin depuis environ un siècle (ce qui n’est pas le cas systématiquement dans les prisons et quartiers allemands). Sa laïcisation est presque générale. Le choix d’un personnel religieux pour les condamnées traduisait la pensée d’un lien particulier des femmes à la religion et d’un mode de moralisation et de « disciplinarisation » autre que pour les hommes. Mais le mouvement de laïcisation engagé par la IIIe République a entraîné son lent remplacement par des surveillantes : en 1939, des religieuses sont encore en poste à la Roquette, à Fresnes au dépôt et à la centrale d’Haguenau, mais plus à Rennes. Le cadre carcéral légué par la République apporte donc aux femmes la double protection de la non-mixité et d’un personnel exclusivement féminin. Christian Carlier 17 met en évidence deux facteurs conjugués de recrutement : proximité d’un ou de plusieurs grands établissements et un environnement rural peu favorisé. L’embauche est réservée aux veuves ou orphelins d’agents des services pénitentiaires, tués à l’ennemi ou décédés des suites des blessures de guerre, aux veuves ou aux orphelins d’agents morts en action de service, enfin aux parentes d’agents ou d’anciens agents. Ce n’est qu’à défaut qu’il est fait appel au concours de personnes étrangères à l’administration 18.

  • 19  Contrairement aux conclusions de C. Carlier qui évoque un personnel féminin plus exogène que celui (...)

5L’analyse des dossiers du personnel pénitentiaire montre une évolution avec la guerre. Les femmes ont des critères spécifiques de recrutement : 42 % sont filles ou femmes, voire veuves d’agents ; 26 % sont veuves de guerre (d’agents ou non) ; 26 % ont un mari prisonnier de guerre. À Rennes, le recrutement est surtout régional et local : 59 % sont originaires de Bretagne (dont 31 % de Rennes), 40 % d’une ville comprenant une centrale (Rennes, Fontevrault, Poissy) ; la moyenne d’âge en 1943 s’élève à 34 ans, soit quatre de plus que leurs collègues masculins d’Eysses et quatre de moins que le personnel féminin d’avant-guerre. Pendant le conflit, le recours à des auxiliaires (25 % des effectifs) entraîne un rajeunissement. À Rennes, le recrutement du personnel féminin reste endogène 19 et plus familial que celui des hommes, la syndicalisation y est moins forte. Autant d’éléments qu’il faut prendre en considération pour expliquer l’attitude des personnels face aux détenues politiques.

Quel est le cadre judiciaire de la prison sous Vichy ?

  • 20  Sections spéciales des Tribunaux Militaires en zone libre (loi du 14 août 1941), des Cours d’appel (...)

6Pendant la guerre, la répression s’accroît en volume et en intensité. En outre, les politiques sont jugés par des juridictions d’exception : sections spéciales et tribunaux d’État 20. Les résistantes incarcérées à Rennes ont été condamnées essentiellement par des tribunaux de zone nord (78,52 %)et, pour plus de la moitié d’entre elles, par la section spéciale de Paris.

  • 21  Rapport de l’Inspecteur général des Services administratifs J. Bancal au Garde des Sceaux, le 9 dé (...)
  • 22  À partir de 1941, elles disposent de leur propre quartier de femmes à la maison d’arrêt Jacques Ca (...)

7L’autorité allemande concourt elle aussi à l’encombrement des prisons françaises, soit en faisant garder ses prisonnières par les autorités françaises lorsqu’elle est dépourvue de structures d’accueil, soit en prenant possession, dès son installation, de quartiers complets de maisons d’arrêt. À cet égard, le cas de Rennes en décembre 1940 est intéressant. Suite à la réquisition par les autorités d’occupation, en novembre, de l’importante maison d’arrêt Jacques Cartier, « il n’y avait pas d’autre solution pour les femmes que leur transfert en centrale »21 ; de simples prévenues sont ainsi transférées, de même que 14 prisonnières politiques arrêtées par les autorités allemandes 22.

8La carte pénitentiaire se complique pendant la guerre, en raison de passages fréquents du circuit français au circuit allemand. Pendant l’Occupation, les autorités allemandes décident à tout moment du passage des politiques sous leur juridiction. Conformément aux accords Bousquet-Oberg, elles réclament les prisonnières dont elles pensent pouvoir tirer des renseignements, jugent et incarcèrent les politiques dont les actes sont considérés comme attentatoires aux troupes d’occupation. Dans les prisons où coexistent les quartiers français et allemand, l’administration allemande s’ingère quand elle le juge bon dans la section française, pour venir y chercher des détenus soupçonnés d’infraction à la police de l’occupant. À la centrale de Rennes, prison exclusivement française, vingt-six détenues (6,8 % des politiques) sont, en cours ou à l’issue de leur peine, remises aux Allemands avant l’évacuation massive des prisons françaises vers les camps nazis au printemps 1944.

  • 23  Le 9 septembre 1943.

9Le tournant sécuritaire du 15 octobre 1943 joue également sur la géographie carcérale. Suite à l’évasion du général de Lattre de Tassigny de la prison de Riom le 3 septembre 1943, l’administration pénitentiaire qui dépendait du ministère de la justice depuis 1911 passe sous la tutelle du secrétariat d’État à l’Intérieur. Au lendemain de cette décision et pour limiter les risques d’évasion, les détenus condamnés et prévenus pour faits terroristes sont regroupés dans 16 établissements dits « maisons de concentration» 23. On assiste alors à une politique de regroupement et de spécialisation des centres de détention. Les femmes politiques condamnées de zone nord sont incarcérées à la maison centrale de Rennes et à la Petite Roquette, celles de zone sud à la maisonde correction de Lyon et aux Baumettes.Cette politique modifie une carte pénitentiaire qui épousait très largement la carte socio-démographique de la France. Le poids de Rennes et de Marseille pour les femmes, d’Eysses pour les hommes, s’en trouve accentué. Au total, sur toute la période, ce sont près de 400 politiques qui ont été incarcérées à la centrale de Rennes.

Qui sont les « politiques » ?

10Dès 1939, deux catégories de détenus cohabitent : « droits communs » et « politiques ». Tous sont soumis au même régime carcéral.

  • 24  D’après mon analyse des registres d’écrou.
  • 25  Musée de l’histoire vivante de Montreuil, dossier journaux de prison, La Patriote enchaînée de la (...)
  • 26  A. de Monzie, La saison des juges, Paris, Flammarion, 1943, p. 8.
  • 27  AN, cote F7/14900, note de Jocelyn Maret, sous-directeur de l’administration pénitentiaire, 22 mai (...)

11Entre 1940 et 1944, les résistantes ont constitué en moyenne un cinquième de la population des prisons françaises pour femmes : 19 à 23 % à la centrale de Rennes 24, 18,4 % à la Petite Roquette 25. Un contemporain, Anatole de Monzie, déclare 26 : « La France ne s’écroule pas, elle s’écroue. L’État français n’aura bientôt pas assez de prisons ni de policiers pour contenir ses victimes. » Dans quelle mesure les femmes participent-elles à l’engorgement des prisons ? La constante de la faiblesse de la population pénale féminine n’est pas remise en cause pendant la guerre, mais l’incarcération des femmes connaît une hausse sensible. Selon les statistiques pénitentiaires, la proportion de détenues par rapport à l’ensemble de la population pénale s’élève au 31 décembre 1938 à 6,10 % et au 1er janvier 1946 à 15,9 %. Au 22 mai 1944, les femmes constituent 11,34 % du total des prévenus et condamnés politiques par les autorités françaises, soit 10,55 % des prévenus et 12,25 % des condamnés 27. Leur proportion est plus élevée parmi les condamnés que parmi les prévenus : elles sont plus souvent punies que les hommes et ne bénéficient d’aucune indulgence.

  • 28  Contre 36,6 % à 37,9 % dans la première moitié du siècle (d’après A.-M. Sohn « Entre deux guerres  (...)
  • 29  Dont 32,5 % de Polonaises et 15 % de Roumaines.

12L’étude qualitative de la population « politique » nous offre des indications sur l’état civil et la condamnation. Concernant l’état civil, la moyenne d’âge est de 32 ans en 1943, soit deux de plus que les résistants incarcérés à Eysses. La composition socioprofessionnelle établit une nette surreprésentation des actives (61 %)28, et, parmi elles, des ouvrières, employées et institutrices. Les résistantes sont des femmes de condition modeste ou moyenne, d’un rang social plus élevé que le corpus de droit commun féminin d’avant-guerre. Quant aux étrangères, elles représentent à Rennes en 1940-1944 12 % des politiques 29.

13En ce qui concerne les condamnations, les sources de la répression donnent une grille de lecture intéressante sur la résistance des femmes. On peut y lire la manière dont les autorités de Vichy perçoivent la gravité des différentes activités résistantes. Ainsi il apparaît que les actions de femmes relevant traditionnellement de la sphère privée sont perçues comme dangereuses par les tribunaux d’exception et sévèrement réprimées. L’hébergement (correspondant à des inculpations de recel de communistes et autres terroristes) est couramment puni d’une peine de deux ans de prison, soit plus sévèrement qu’une distribution de tracts. En outre, les perquisitions donnant lieu à la découverte de tracts ou de ronéo au domicile de la personne conduisent à l’inculpation de la femme, considérée comme responsable de son foyer et des activités qui s’y déroulent. Lorsque des réunions ont lieu au domicile de la personne, les peines sont encore plus lourdes (trois ou quatre ans de prison). Si les motifs d’inculpation ne rendent pas compte de l’activité réelle ni des éventuelles multi-appartenances, l’intérêt de la source pénitentiaire est cependant de donner des indications qui permettent de nuancer la thèse d’une action féminine résistante cantonnée à la sphère privée : les clandestines obligées de changer régulièrement de « planque », les agents de liaison ou les distributrices de tracts (la majorité du corpus), les femmes chargées de l’organisation technique (trouver des « planques » pour le matériel ou les réunions), agissent dans la sphère publique.

  • 30  AN, dossier instruit par la cour de justice de la Seine à l’encontre de André Baillet, directeur d (...)

14Parmi les détenues politiques de Rennes, les communistes sont fortement surreprésentées (96,38 %). La liste des politiques livrées aux autorités allemandes au printemps 1944 (condamnées de Rennes et de Châlons-sur-Marne, prévenues de Lyon, Besançon, etc.) confirme que cette tendance n’est pas une spécificité de la centrale de femmes 30.

  • 31  étude personnelle menée sur les registres d’écrou conservés au centre de détention d’Eysses pour l (...)
  • 32  Le recueil de témoignages et mon enquête auprès de l’ADIR (Association des déportées et internées (...)

15À la centrale d’Eysses 31, les motifs de condamnation sont plus divers. Certes, les résistants engagés dans les mouvements communistes sont les plus nombreux (60 %), mais il existe aussi un pluralisme représentatif de la diversité de la Résistance (nombreux militants des mouvements Combat, Franc-Tireur, Libération, de réseaux de renseignements, etc.). Si la dure répression anticommuniste des autorités de Vichy explique que les membres du PCF forment le groupe le plus important des détenus politiques, elle ne permet pas à elle seule de comprendre la part aussi écrasante des communistes parmi les femmes. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. Leur détention massive à la centrale de Rennes s’expliquerait par des condamnations souvent très lourdes pour les femmes communistes. Les résistantes non communistes, dites « gaullistes », sont la plupart du temps détenues dans des quartiers ou des prisons allemands 32. Cela provient-il d’une confiance des Allemands dans la répression anticommuniste de Vichy ou d’une hésitation de la justice française face à des forces subversives mal cernées ?

  • 33  Souvent condamnées à des peines de six mois de prison.
  • 34  Quelques-unes d’entre elles sont libérées de la centrale de Rennes par les autorités d’occupation (...)

16Quoi qu’il en soit, les résistantes ne constituent qu’une partie des « politiques » incarcérées. Si l’on peut facilement classer parmi les politiques non résistantes les réfractaires à un arrêté d’expulsion 33 ou les espionnes à la solde de l’Allemagne, le choix est plus délicat pour les premières politiques communistes incarcérées en raison de la ligne « pacifiste » du PCF, sous le chef d’inculpation d’« entreprise de démoralisation de nature à nuire à la défense nationale »34. La date d’arrestation peut aider à opérer un choix entre des communistes appliquant la ligne officielle tributaire de la vision dépassée d’une guerre impérialiste, puis appelant après juin 1941 à une lutte massive contre l’occupant. Ce critère n’est cependant pas entièrement satisfaisant car il occulte certains engagements individuels. C’est le cas de quelques femmes membres des comités féminins du Nord, condamnées par la section spéciale de Douai suite aux manifestations à caractère anti-allemand de mai 1941. Il faut donc tenir compte de l’exception précédente, mais l’immense majorité (82,28 %)des communistes présentes à la centrale de Rennes a été condamnée après juin 1941. Le portrait type de la détenue politique de la centrale de Rennes pendant la guerre est donc celui d’une femme mariée de 32 ans, active (ouvrière ou employée), engagée dans les mouvements communistes de résistance (comité féminin) et arrêtée en 1942.

Subissent-elles une répression sexuée ?

  • 35  Dont 11 % purgent une peine supérieure à dix ans.
  • 36  Si une femme enceinte est condamnée à mort, elle n’est exécutée qu’après sa délivrance.

17La répression au féminin reflète-t-elle la conception de la femme prônée par la Révolution nationale ? La législation, les textes officiels et les discours de la Révolution nationale montrent que les femmes sont les cibles privilégiées du mea culpa collectif auquel invite le régime. La désignation d’un « éternel féminin » que le pays, pour son malheur, aurait oublié dans ses périodes d’errements démocratiques, permet de penser la Révolution nationale comme le retour à l’ordre « naturel » du monde. Compte tenu également de la vision de la femme renvoyée à la justice, celle d’une irresponsabilité partielle liée à un fait de nature, alors que le primat d’une irréductible différence des sexes structure toute pensée sur les femmes, peuvent-elles être jugées de la même façon que les hommes ? Une première réponse est fournie par les condamnations des résistantes qui, à Rennes, sont lourdes : 24,28 % sont condamnées aux travaux forcés 35, soit seulement un peu moins que les prisonniers d’Eysses (34 %), 75,35 % à des peines de prison (dont 20,5 % supérieures à quatre ans). Elles ne sont pas condamnées à mort par les tribunaux français, hormis quelques exceptions comme Madeleine Marzin dont la peine est commuée en travaux forcés à perpétuité pour l’affaire de la rue de Buci. S’agit-il d’une difficulté pour une justice masculine de condamner une femme perçue comme mère 36 ou épouse ? On ne peut toutefois conclure à une indulgence sexuée dans le domaine des peines.

  • 37  Promenades prolongées dans la cour, régime alimentaire plus favorable, accès libre à des secteurs (...)
  • 38  Les prévenues se trouvent au quartier des nourrices de Fresnes réservé aux mères et à leurs enfant (...)
  • 39  Avis du président de la section spéciale et du représentant du Ministère public.
  • 40  C. Lesselier, Les femmes et la prison (1815-1939), Thèse de sociologie, Paris VII, 1982, p. 59.
  • 41  F. Virgili, Les tontes de femmes accusées de collaboration en France, 1943-1946, Thèse d’histoire, (...)

18Pour les femmes condamnées, l’administration pénitentiaire a-t-elle apporté des aménagements à l’exécution de la peine traditionnelle, comme elle a été amenée à le faire pour les mineurs ? Le code de procédure pénale parle de détention en général et seules quelques rares dispositions concernent les femmes : il s’agit de la durée de l’isolement cellulaire qui est réduit, de la non-application pour les femmes du régime auburnien de centrale qui consiste à raser les cheveux, d’un régime plus favorable pour les nourrices 37 quelle que soit leur condamnation 38, le statut de mère l’emportant partiellement sur celui de politique. S’y ajoute un paternalisme, peut-être davantage marqué, de la part des surveillants-chefs ou directeurs. Au-delà, Vichy considère t-il les femmes comme plus « amendables » que les hommes ? L’étude systématique des sources (jugements contenus dans les dossiers individuels d’écrou 39, registres de punition) permet d’apporter une réponse. L’analyse sémantique comparative entre droits communs et politiques montre que les mentions tendant à considérer la femme comme mineure, irresponsable et donc influençable, sont peu nombreuses. Au contraire, les termes « irrécupérable », « irréductible », « intelligente », « militante très dangereuse parce qu’intelligente et combative », sont les plus fréquents ; ils témoignent d’un scepticisme commode pour justifier l’inutilité des efforts d’amendement. C’est donc la transgression politique qui dépasse la transgression « naturelle ». « La tradition de l’explication des phénomènes criminologiques par la différence “biologique” des sexes, l’opposition de l’homme culture à la femme nature, qui est le fond commun du discours sur les femmes depuis le début du xixe siècle, reprise par Lombroso… »40 est ici remise en cause. L’opinion des femmes résistantes, en particulier communistes, prend nettement le pas sur des considérations de caractère ou de nature, ce qui contraste avec la conclusion de Fabrice Virgili sur l’épuration, où « l’explication par la nature féminine »41 tient une place importante.

  • 42  Calculés en rapport avec la population politique totale.
  • 43  AN, dossier instruit par la cour de justice de la Seine à l’encontre de l’ancien directeur de l’ad (...)

19Cette absence d’indulgence est confirmée par le fait qu’elles ne sont pas davantage libérées que les résistants. Les taux de libération 42 (9,6 % à Rennes et 10 % à Eysses) sont comparables. Le tableau des levées d’écrou des résistantes de Rennes montre que la plupart des libérations ont eu lieu en 1942. Au total, plus de 86 % des politiques ont été livrées par le régime de Vichy aux autorités allemandes pour être déportées. D’après les chiffres globaux évoqués lors du procès du directeur de l’administration pénitentiaire, condamné à mort le 20 juin 1946 43, les femmes constituent 12,35 % du total des 2 445 condamnés politiques livrés ; parmi elles, 251 (75 % des femmes) sont livrées de la centrale de Rennes. S’y ajoutent 1 598 prévenus politiques dont 95 femmes, soit 5,94 %.

  • 44  Ministère de la Justice BO 1942 – 1946, Melun, Imprimerie administrative, 1946, p. 40-41.

20Cette analyse établit une différenciation entre « politiques » et « droits communs ». Ces dernières sont toutes libérées à l’issue de leur peine. En revanche, les politiques doivent subir, en sus du régime carcéral classique, les conséquences du régime d’exclusion et de collaboration de l’État français. Une circulaire de l’administration pénitentiaire du 9 juillet 1943 44, adressée aux directeurs des prisons, stipule que pour tout condamné « pour activité communiste, terroriste ou subversive », les préfets doivent, six semaines avant l’expiration de leur peine, adresser aux autorités allemandes une notice de renseignements sur chacun d’eux, car « aucun des condamnés de la catégorie susvisée, ne pourra être libéré sans l’accord desdites autorités ». Le régime de Vichy a donc livré son système pénitentiaire au contrôle allemand, en ce qui concerne la détention des politiques. Pendant la guerre, il existe donc un traitement différencié du politique et du droit commun, mais pas d’indulgence sexuée. Une fois franchie la porte de la prison, le détenu politique, homme ou femme, est prisonnier d’un système qui le dépouille de ses droits. La date de sa libération se confond avec celle de la France, puis avec celle de sa région de déportation. Il lui faut donc s’organiser en détention, en fonction d’une perspective plus ou moins proche de libération.

Existe-t-il un vécu de la détention spécifique aux résistantes 45 ? Les femmes ont-elles poursuivi la résistance en prison ?

  • 45  Analyse élaborée à partir de l’étude de nombreuses lettres écrites de prison, complétées par des t (...)

21La question vaut pour l’ensemble des prisonniers politiques. La comparaison avec les autres catégories de détenus (droits communs, raflés de différentes origines) fait ressortir l’existence de sentiments partagés comme la peur, l’attente, la solitude, l’angoisse de l’enfermement. Mais les sources, notamment les écrits de détention, montrent que l’organisation collective, lorsqu’elle existe, renvoie à une analyse globale de la finalité de la guerre et du combat résistant, et permet aux détenus de prendre conscience de leur force. Les prisonniers politiques puisent dans leurs motivations leur organisation, leur foi en l’avenir, une force qui les aide à supporter les conditions de détention. Ils ne ressentent aucune honte ou dégradation, car l’autorité qui les condamne est illégitime à leurs yeux et sera déchue à la Libération. Leur détention n’est pas disgrâce, mais devient souvent acte d’héroïsme.

  • 46  M. Bregeon, Approche criminologique et traitement de la criminalité féminine, Thèse de droit, Renn (...)

22Au-delà de cette remarque générale, les femmes ont-elles un vécu carcéral différent ? D’après M. Bregeon 46, plusieurs arguments expliqueraient leur meilleure adaptabilité à la prison : leur nature et leur vie sociale les rendraient plus accommodantes à la vie passive, la femme serait plus docile et plus sédentaire, habituée à l’obéissance et à un enfermement quotidien dans la cellule familiale. Mais il s’agit là d’une explication traditionnelle qui ne fonctionne pas pour les résistantes ; on assiste à une inversion des schémas avec cette communauté solidaire qui agit comme une force morale et matérielle susceptible d’entraîner les droits communs autour de revendications matérielles, puis patriotiques.

  • 47  Terme employé en prison pour signifier l’organisation collective des détenus.

23Mais sous quelles formes la résistance se poursuit-elle en prison ? L’engagement s’adapte ingénieusement au cadre carcéral. Les résistants, hommes et femmes, commencent par s’opposer au régime pénitentiaire dans ce qu’il a d’humiliant et d’avilissant. Le temps carcéral devient un temps militant, comme le rappelle un article du journal clandestin La Patriote Enchaînée, écrit à la Roquette en septembre 1943 : « Nous sommes les soldats de la révolution en marche, même à la Roquette nous restons les militantes du dehors. » Les prisons à régime cellulaire rendent plus difficile cette organisation collective, mais là où existe une forte concentration de politiques, vivant à une centaine par atelier, les liens s’établissent ; dépassant les premiers objectifs de survie autour de la solidarité, une expression collective et coordonnée se met en place. Elle découle d’une adhésion volontaire et responsable à des objectifs de refus affirmés, avec une conscience des risques, multipliés ici par la surveillance étroite des gardiens et un arsenal répressif prêt à être activé. Succédant aux actions spontanées sans projet défini, une action organisée voit le jour. Dans les prisons françaises, les politiques femmes sont quasi exclusivement communistes et rassemblées en un « collectif »47 dirigé par un bureau de cadres. Si elles bénéficient de l’expérience d’une pratique d’organisation spécifiquement féminine, acquise dans les comités féminins, elles ont aussi une culture communiste commune, culture mixte, renforcée par les liens tissés entre prisons (courriers) et l’expérience acquise dans la résistance (de nombreuses femmes emprisonnées étaient d’ailleurs chargées de la solidarité avec les emprisonnés). Culture et pratique politiques tendent donc à uniformiser l’action dans les prisons.

  • 48  De nombreuses lettres réclamant le régime politique sont envoyées au maréchal Pétain en 1941 par l (...)
  • 49  Musée de l’histoire vivante, Montreuil, journaux de prison, La Patriote enchaînée de la Roquette d (...)
  • 50  La Patriote enchaînée de la Roquette, n° 2, septembre 1943.
  • 51  La Patriote enchaînée de la Roquette, 1er juillet 1943.
  • 52  AN, dossier F1a/4543.

24Bien que leur première revendication ait été la conquête d’un régime politique 48 comprenant la séparation d’avec les droits communs, elles ne les excluent pas de leur champ d’action. Les communistes revendiquent même un rôle d’avant-garde pour « ces femmes (qui) sont pour la plupart des victimes du fascisme, chacune de nous doit donc éduquer, éclairer cette masse »49 ; c’est le cas lors de la commémoration du 151e anniversaire de Valmy, où sont distribués des cocardes tricolores et des drapeaux aux droits communs, qui « pour98 % ont arboré nos trois couleurs»50. Elles les poussent aussi à s’instruire et les dissuadent d’aller à la messe 51. Ce prosélytisme inquiète l’administration pénitentiaire qui sépare les politiques des autres détenues en 1943 dans la plupart des prisons. À la centrale de Rennes, cette évolution est antérieure ; le rapport de l’inspecteur général qui s’y rend en février 1943 est révélateur : « les communistes sont séparées des autres, car elles fomentent l’indiscipline… »52.

25Si les modalités d’organisation divergent, les objectifs des actions sont souvent semblables. Sous couvert d’une lutte pour la survie et la dignité, une activité clandestine permettant l’éducation et l’action politiques se met en place, ainsi que le contact avec la Résistance extérieure, indispensable pour l’évasion, l’objectif suprême.

  • 53  Archives de la Préfecture de police, parti communiste, BA2068 (janvier-juin 1943), rapport du 1er (...)
  • 54  Ibid.

26L’aide d’une partie du personnel pénitentiaire devient alors indispensable. Le collectif s’engage donc dans une politique prudente de prosélytisme. Il s’agit d’un engagement par les mots, d’une résistance idéologique dont le but premier est de faire prendre conscience aux gardiens que leur mission de maintien de l’ordre ne doit pas se confondre avec la répression politique d’un état dictatorial. Dès lors, quelle a été l’attitude du personnel de la centrale de Rennes ? Les premières politiques sont parvenues, fin 1942, à imposer et organiser elles-mêmes la discipline. Les renseignements généraux interceptent un rapport adressé, le 8 janvier 1943, par la direction politique de la centrale de Rennes au comité central du PCF, où il est précisé qu’il existe dans la prison « un centre très actif de propagande communiste… grâce à de nombreuses complicités, ces femmes entretiennent des relations permanentes avec le comité central de l’organisation communiste illégale… Leur tâche est facilitée par le rassemblement en un seul dortoir et atelier de toutes les détenues politiques »53. Le rapport saisi est destiné à rendre compte de l’efficacité de l’organisation et peut donc conduire ces militantes disciplinées à magnifier la réalité ; mais le croisement avec d’autres sources (lettres de prison, témoignages, objets fabriqués en prison et conservés par les familles) montre que le doute méthodique ne doit pas conduire au déni systématique. L’action résistante est réelle, comme en témoignent les actions menées dans la centrale. Ainsi le 7 novembre, une exposition a été réalisée pour commémorer la révolution d’octobre ; le 11 novembre, la journée se déroule selon un plan minutieusement préparé : « Nous avons fait des insignes tricolores représentant notre sabot de prisonnières, les surveillantes de service les ont portés ostensiblement… Sur la grande table du réfectoire nous avions représenté l’arc de triomphe orné des drapeaux français, russe, anglais, américain. De chaque côté un tableau réalisé à la plume représentant les ouvriers de tous les pays abattant la croix gammée… Le silence fut observé pendant une heure pour honorer tous les morts de la liberté… Nous avons fait une ronde dans la cour et avons chanté la Marseillaise en entier et le Chant du départ. Tout cela réalisé sans aucune sanction… Quand nous avons appris le sabordement de la flotte de Toulon nous avons décidé de faire quelque chose de grand, nous avons senti que nous allions renforcer les liens de sympathie qui existent chez les surveillantes ; beaucoup d’entre elles ont un membre de leur famille dans la marine… L’intervention fut faite par Georgette C. le dimanche 29 novembre à une heure et demie. La surveillante Mlle B… était violemment émue et s’associa à nos dix minutes de silence…»54.

  • 55  Musée national de la Résistance, Champigny-sur-Marne, Fonds Nordman, Front national des juristes, (...)

27Un autre rapport, parvenu cette fois-ci à destination 55, précise : « Là ce n’est plus la même chose, dès l’arrivée parmi les camarades on a tout de suite l’impression d’une bonne organisation, d’une cité socialiste en construction. Pour commencer ce qui frappe le plus c’est la discipline, discipline de fer rendue d’autant plus difficile par la vie en commun mais qui est nécessaire pour lutter contre celle imposée par la direction… Améliorations obtenues : promenade libre dans la cour, waters libres […] 2 fois nous obtenons de jouer des pièces (Le Bourgeois gentilhomme, Les femmes savantes) exécutées par des camarades. Nous obtenons de la direction de faire un arbre de noël pour les petits des nourrices qui sont enfermés… Chaque fête, chaque anniversaire est commémoré… »

  • 56  AN, établissements pénitentiaires, F1a/4543, rapport de l’inspecteur général intitulé « Maison cen (...)

28L’inspecteur général, venu remettre de l’ordre, tente d’établir les responsabilités et livre une analyse permettant d’éclairer l’état d’esprit des prisonnières comme des gardiennes 56 :

29« I. Le régime disciplinaire actuel des détenues communistes est caractérisé :

30– par des complaisances manifestées et les tolérances accordées aux détenues à l’insu du directeur par la plupart des surveillantes […]

31– enfin et surtout par la répugnance du personnel à faire preuve d’autorité […]

32En bref on ne commande pas on négocie. En bien des points ce régime n’a de disciplinaire que le nom. Ce n’est pas encore celui de l’abbaye de Thélème, ce n’est plus celui d’une maison centrale…

33II. Les raisons pour lesquelles ce régime a pu s’instituer :

34– La carence de l’action directoriale […].

35– Trois ordres de sentiments ont amené le personnel de surveillance, démuni de directives, à se laisser dominer moralement par les détenues […]

36Il a été impressionné par le « cran », la force d’âme indéniable des détenues […] Elles ont été impressionnées également par l’intellectualisme – un intellectualisme d’école du soir à vrai dire – de certaines détenues… elles ont éprouvé un complexe d’infériorité.

37– En second lieu le personnel de surveillance est comme l’ensemble de la population française ni plus ni moins germanophobe. Sans doute les détenues de Rennes ont-elles été condamnées par l’autorité française, mais plus ou moins obscurément, le personnel pense que « si les Allemands n’étaient pas là… »

38– Enfin – et à un moindre degré – la crainte des représailles pour le jour – dont rien ne garantit, après tout, qu’il n’arrivera pas – où la militante souffrante sera devenue la militante triomphante a joué également. »

39Ce rapport montre bien l’impression très forte exercée par les politiques sur un personnel habitué à garder des détenues moins instruites et disciplinées. L’image renvoyée par le groupe des politiques concourt à renforcer un attentisme de sympathie de la part du personnel, qui évolue parfois vers la solidarité. Certes, à Rennes, on ne décompte, parmi les surveillantes, qu’un seul engagement actif en faveur des résistantes. Très surveillées par leur hiérarchie, les surveillantes franchissent rarement le pas de l’engagement, mais les bonnes relations établies contribuent à adoucir le régime de détention. Les détenues comptent également pour cela sur leur force interne.

  • 57  La Patriote enchaînée, la Roquette, 1er novembre 1943.
  • 58  La Patriote enchaînée, la Roquette, 1er février 1944.

40L’organisation comporte plusieurs volets.La vie carcérale est ponctuée de manifestations, accompagnées parfois de l’envoi de délégués pour négocier avec la direction, et de pétitions ou réclamations écrites aux différents responsables (lettres au maréchal Pétain et au Garde des Sceaux, protestations écrites aux directeurs). Des manifestations sont orchestrées dans les prisons en raison de directives politiques nationales, notamment chez les communistes. Le fil bleu blanc rouge semble guider les initiatives : la part des manifestations patriotiques est la plus importante. Aux commémorations du 11 novembre, du 14 juillet, de Valmy, s’ajoute la fréquence de la Marseillaise entonnée en diverses occasions. Le fil rouge des commémorations communistes de la Révolution russe intervient plus faiblement : on confectionne des étoiles rouges en novembre et l’on prononce des discours politiques à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Lénine en janvier, ou de la naissance de l’Armée rouge en février. Ces journées patriotiques ou révolutionnaires reflètent l’ancrage idéologique de nombreux militants et le souci de fédérer tous les résistants dans une stratégie de Front national. Interfère aussi le temps court de l’engagement résistant, avec ses manifestations contre la politique répressive de Vichy ou de l’occupant, cristallisé autour de jours de mémoire comme l’anniversaire de l’exécution des 50 otages de Châteaubriant en octobre 1943. Outre les manifestations, l’activité la plus importante a été l’organisation de cours ; elle semble avoir touché toutes les prisons, selon les possibilités offertes aux détenues. Les femmes communistes qui aspirent à devenir non seulement l’élite politique, mais aussi culturelle, des Françaises donnent la priorité à l’éducation : « Nous sortirons toutes mieux armées pour la lutte que nous reprendrons après notre internement »57, « Nos ennemis verront que malgré nos privations, notre moral reste intact et que nous ne sommes pas des matérialistes sordides, nous savons apprécier les plus belles pages de l’esprit français »58. Le bulletin d’information du 30 juin 1944 édité par la Solidarité de la Résistance titre, dans sa seconde partie : « Une élite se forme dans les camps et prisons ». On y lit : « Une nouvelle connaissance c’est une arme de plus contre l’ennemi. » Avec les résistantes, l’enseignement franchit donc la porte des prisons françaises, alors que jusque-là, la République de Jules Ferry assignait peu de place à l’éducation de ses détenues. En effet, si en 1939 l’administration pénitentiaire avait déjà renoncé à l’amendement des détenus faute de moyens et par désintérêt, pour les femmes, l’abandon est plus fort : d’après les statistiques sur l’enseignement dans les prisons en 1938, seules deux femmes étaient inscrites à l’école contre 588 hommes. Selon les statistiques pénitentiaires, l’école n’a pas fonctionné dans les prisons de femmes en 1936‑1938.

  • 59  La Patriote enchaînée de la Roquette, 1er juillet 1943. On en trouve notamment à la Roquette, Renn (...)
  • 60  La Patriote enchaînée de la Roquette, n° 2.

41La presse féminine clandestine insiste sur la priorité à donner aux cours politiques. Ils se font sous le couvert des cours autorisés par l’administration (telles les causeries littéraires du dimanche après-midi) sous la pression des résistantes et sont rendus possibles par leur regroupement dans de grands ateliers une partie de la journée : histoire, géographie, français, alphabétisation, cours de langues selon les nationalités représentées, littérature, maths, sont les disciplines les plus enseignées. Un cours de philosophie ouvre même en novembre 1943 à la Roquette. Cette formation pluridisciplinaire prépare parfois directement à l’action résistante : des ateliers de sténodactylo, des cours d’infirmière et de rédaction de tracts, affiches ou papillons, de cahiers de revendications sont justifiés explicitement en ce sens : « pour nous entraîner à des tâches qui nous incomberont à la sortie ». Les résistantes incarcérées qui se dénomment « Marraines des FTP »59 fabriquent des objets dont la vente se fait à leur profit. On confectionne par exemple des petits bérets de marins, pour célébrer le sabordage de la flotte à Toulon 60. Les femmes emprisonnées poursuivent leur rôle d’assistance en mettant leur habileté manuelle au service de la Résistance, mais leur formation les prépare aussi aux responsabilités de demain. La presse clandestine rédigée en prison joue un rôle dans cette formation ; outre la fonction politique (rendre compte à la direction du PCF d’une attitude de bonne militante et vérifier si la ligne officielle est suivie), le but est de transmettre régulièrement une liste du personnel hostile, de renseigner sur les conditions de détention et les revendications pour que la résistance extérieure serve de relais, d’organiser des projets d’évasion collective.

  • 61  Gardes mobiles de réserve.
  • 62  Suite à l’échec d’une tentative d’évasion collective.
  • 63  Le patriote enchaîné de mars 1944.

42La répression des actions est sévère et les femmes ne sont pas épargnées. Par exemple, à la centrale de Rennes, un convoi de 103 politiques arrivées au début de 1944 manifeste sa volonté de ne pas se laisser avilir. Le 6 mars, le directeur doit faire appel aux GMR 61 qui sont accueillis à l’atelier 7 par des projectiles. Ils menacent les résistantes de « faire comme à Eysses » où douze résistants venaient d’être fusillés 62 ; l’ordre est rétabli avec quelques cachots et un mois de privation générale de colis, de parloirs et de courrier. Au même moment, à Châlons-sur-Marne, se produit un épisode similaire suite à un mouvement de révolte 63.

43L’échelle des punitions est la même pour les femmes et les hommes, à l’exception du palier suprême : on ne fusille pas les femmes dans les prisons françaises. Mais les autorités d’occupation n’ont pas le même scrupule.

44L’ensemble des acquis, résultat de la pression consciente et collective des détenues, témoigne du passage d’une résistance de solidarité à une résistance d’engagement, c’est-à-dire d’un ensemble d’attitudes de lutte contre un régime carcéral avilissant, physiquement et moralement, d’initiation aux valeurs de la Résistance et de préparation à des actes de refus (dissimulation d’activités clandestines, solidarité financière avec la résistance extérieure).

45La prison de femmes est, en 1939, davantage moralisatrice que celle des hommes. Mais l’arrivée massive d’un public de résistantes opposées aux clichés de l’idéologie de Vichy modifie le traitement féminin de la peine. Sanctionnées en tant que résistantes, les prisonnières ne le sont plus en tant que femmes. Le prisonnier politique de Vichy est un « être » asexué. Les femmes conquièrent l’égalité dans la répression. Alors que la mission pénitentiaire, à l’image de la mission politique du régime de Vichy, consiste uniquement en leur exclusion, l’action des résistantes est tournée vers la préparation de la Libération et de l’après-guerre, avec une volonté ferme d’instruction générale et de formation politique. Le temps de détention est aussi un temps militant de réflexion sur les transformations nécessaires de la société. Action résistante ? En tout cas, action citoyenne par la poursuite d’un engagement individuel et collectif pour la reconstruction de la France d’après-guerre.

Haut de page

Notes

1  M. Foucault, Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

2  M. Perrot, Les ombres de l’histoire, crime et châtiment au xixe, Paris, Flammarion, 2001.

3  Cette étude est le mémoire d’un sous-directeur des services extérieurs à l’administration pénitentiaire centrale.

4  C. Carlier L’administration pénitentiaire et son personnel dans la France de l’entre-deux-guerres, Paris, ministère de la Justice, service des études et de l’organisation, n° 9, 1989.

5  R. Badinter, La prison républicaine, Paris, Fayard, 1992.

6  D. Peschanski, C. Bachelier, A. Bancaud, J.-P. Bonerandi, Justice, répression, persécution en France de la fin des années trente à la fin des années cinquante, Paris, IHTP, 1993.

7  D. Peschanski, Les camps français d’internement (1938-1946), Thèse d’État, 2000.

8  Terme employé par Vichy et l’Administration pénitentiaire par distinction avec les infractions de droit commun.

9  Y a-t-il traitement de la délinquance politique dans les prisons de Vichy ? (notion définie par M. Pinatel dans son Traité élémentaire de science pénitentiaire et de défense sociale, Paris, Sirey, 1950, comme « l’action individuelle entreprise à l’égard du délinquant en vue de modeler la personnalité dans le but de l’éloigner de la récidive et de favoriser son reclassement social»)

10  Lorsqu’elles sont conservées, les sources pénitentiaires sont très riches : registres et livrets individuels d’écrou, de punition, enquêtes policières contenues dans les dossiers de libérables, correspondance des directions de circonscriptions pénitentiaires.

11  Thèse préparée sous la direction de J. Sainclivier, Les centrales de Vichy : pratique pénitentiaire et population carcérale : Eysses, Rennes, 1940-1944.

12  AN, dossier instruit par la cour de justice de la Seine à l’encontre de l’ancien directeur de l’Administration pénitentiaire, André Baillet, cote Z6/57, dossier 926.

13  Après la fermeture de la prison de Montpellier en 1934. Celle de Doullens est réservée aux femmes de moins de 27 ans le jour de leur libération.

14  Contrairement aux hommes, les femmes purgent cette peine en métropole depuis la loi du 19 juillet 1907.

15  Code des prisons.

16 Ibid., t. XVIII, 1911, p. 53.

17  C. Carlier, L’Administration…, op. cit., p. 163.

18  AN de Fontainebleau : réponses du ministre de la Justice aux candidatures (dossiers du personnel).

19  Contrairement aux conclusions de C. Carlier qui évoque un personnel féminin plus exogène que celui masculin.

20  Sections spéciales des Tribunaux Militaires en zone libre (loi du 14 août 1941), des Cours d’appel en zone occupée, les Sections spéciales sont instituées pour juger en premier et dernier ressort les auteurs de toute infraction pénale commise dans une intention d’activité communiste et anarchiste. La loi du 18 novembre 1942 dispose que les crimes et délits contre la sûreté extérieure de l’État seront aussi jugés par les Sections spéciales. Le tribunal d’État (loi du 7 septembre 1941)est compétent pour frapper également les initiateurs des faits dont sont cousins les « conseils de guerre » : juridictions aux mains des autorités allemandes et instituées pour juger les auteurs d’attentats anti-allemands.

21  Rapport de l’Inspecteur général des Services administratifs J. Bancal au Garde des Sceaux, le 9 décembre 1940.

22  À partir de 1941, elles disposent de leur propre quartier de femmes à la maison d’arrêt Jacques Cartier et ne font plus garder leurs prisonnières à la centrale.

23  Le 9 septembre 1943.

24  D’après mon analyse des registres d’écrou.

25  Musée de l’histoire vivante de Montreuil, dossier journaux de prison, La Patriote enchaînée de la Petite Roquette du 1er juillet 1943 : « il y a 138 politiques pour 750 droits communs » (soit 18,4 %).

26  A. de Monzie, La saison des juges, Paris, Flammarion, 1943, p. 8.

27  AN, cote F7/14900, note de Jocelyn Maret, sous-directeur de l’administration pénitentiaire, 22 mai 1944.

28  Contre 36,6 % à 37,9 % dans la première moitié du siècle (d’après A.-M. Sohn « Entre deux guerres » dans F. Thébaud, Histoire des femmes, Paris, Plon, t. 5 : Le vingtième siècle, 1992, p. 95).

29  Dont 32,5 % de Polonaises et 15 % de Roumaines.

30  AN, dossier instruit par la cour de justice de la Seine à l’encontre de André Baillet, directeur de l’administration pénitentiaire, cote Z6/57, dossier 926.

31  étude personnelle menée sur les registres d’écrou conservés au centre de détention d’Eysses pour l’ensemble des 1 600 politiques.

32  Le recueil de témoignages et mon enquête auprès de l’ADIR (Association des déportées et internées de la Résistance) en atteste.

33  Souvent condamnées à des peines de six mois de prison.

34  Quelques-unes d’entre elles sont libérées de la centrale de Rennes par les autorités d’occupation en juillet 1940.

35  Dont 11 % purgent une peine supérieure à dix ans.

36  Si une femme enceinte est condamnée à mort, elle n’est exécutée qu’après sa délivrance.

37  Promenades prolongées dans la cour, régime alimentaire plus favorable, accès libre à des secteurs délimités de la détention pour faciliter la préparation des biberons, s’occuper du linge des bébés, etc.

38  Les prévenues se trouvent au quartier des nourrices de Fresnes réservé aux mères et à leurs enfants de moins de quatre ans, et les condamnées à la centrale de Rennes où elles sont regroupées avec les nourrices de droit commun.

39  Avis du président de la section spéciale et du représentant du Ministère public.

40  C. Lesselier, Les femmes et la prison (1815-1939), Thèse de sociologie, Paris VII, 1982, p. 59.

41  F. Virgili, Les tontes de femmes accusées de collaboration en France, 1943-1946, Thèse d’histoire, EHESS, 1999, p. 59.

42  Calculés en rapport avec la population politique totale.

43  AN, dossier instruit par la cour de justice de la Seine à l’encontre de l’ancien directeur de l’administration pénitentiaire, André Baillet, cote Z6/57, dossier 926.

44  Ministère de la Justice BO 1942 – 1946, Melun, Imprimerie administrative, 1946, p. 40-41.

45  Analyse élaborée à partir de l’étude de nombreuses lettres écrites de prison, complétées par des témoignages.

46  M. Bregeon, Approche criminologique et traitement de la criminalité féminine, Thèse de droit, Rennes, 1967.

47  Terme employé en prison pour signifier l’organisation collective des détenus.

48  De nombreuses lettres réclamant le régime politique sont envoyées au maréchal Pétain en 1941 par les premiers détenus politiques ; on en retrouve dans les dossiers individuels d’écrou.

49  Musée de l’histoire vivante, Montreuil, journaux de prison, La Patriote enchaînée de la Roquette du 1er juillet 1943.

50  La Patriote enchaînée de la Roquette, n° 2, septembre 1943.

51  La Patriote enchaînée de la Roquette, 1er juillet 1943.

52  AN, dossier F1a/4543.

53  Archives de la Préfecture de police, parti communiste, BA2068 (janvier-juin 1943), rapport du 1er juillet 1943.

54  Ibid.

55  Musée national de la Résistance, Champigny-sur-Marne, Fonds Nordman, Front national des juristes, service camps et prisons du PCF. Non coté.

56  AN, établissements pénitentiaires, F1a/4543, rapport de l’inspecteur général intitulé « Maison centrale de Rennes, faits de propagande politique » à M. le Garde des Sceaux, 25 février 1943.

57  La Patriote enchaînée, la Roquette, 1er novembre 1943.

58  La Patriote enchaînée, la Roquette, 1er février 1944.

59  La Patriote enchaînée de la Roquette, 1er juillet 1943. On en trouve notamment à la Roquette, Rennes, les Baumettes, Montpellier.

60  La Patriote enchaînée de la Roquette, n° 2.

61  Gardes mobiles de réserve.

62  Suite à l’échec d’une tentative d’évasion collective.

63  Le patriote enchaîné de mars 1944.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Jaladieu, « Les résistantes dans les prisons de Vichy : l’exemple de la centrale de Rennes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 89 | 2002, 81-97.

Référence électronique

Corinne Jaladieu, « Les résistantes dans les prisons de Vichy : l’exemple de la centrale de Rennes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1547

Haut de page

Auteur

Corinne Jaladieu

Doctorante, Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page