Navigation – Plan du site
DOSSIER

Question(s) de mémoire : le souvenir négrier à Nantes et Bordeaux

Éric Saugera
p. 61-68

Résumé

Cet article propose une analyse comparée de l’attitude de deux grands ports français fortement impliqués jadis dans la traite négrière : Nantes et Bordeaux. Si Nantes, faute de pouvoir continuer à taire son passé, a fini par l’admettre, Bordeaux, en revanche, persiste dans une attitude de faux-semblants.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Bordeaux, France, Nantes

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Avec quatorze États africains représentés à Bordeaux et 5 109 ressortissants y ayant élu domicile, la Gironde est un des premiers départements pour l’accueil des Africains. Au xviiie siècle, c’est sur le commerce de l’arachide et du cacao que reposaient les échanges entre Bordeaux et l’Afrique noire. Aujourd’hui, au cœur de nos relations se trouvent, à côté d’un commerce beaucoup plus diversifié, les transferts de technologie, la matière grise et la culture. » Ainsi s’exprimait, en mai 2001, le préfet de la Gironde et de la Région Aquitaine, en introduction à un opuscule intitulé L’Afrique à Bordeaux. Une seconde édition, en juin 2002, apportait des modifications : « C’est au xviiie siècle que le port de Bordeaux devient le lieu électif du commerce avec les îles et les colonies : les senteurs, les parfums, les couleurs qu’ils proviennent du cacao, de l’arachide, de l’indigo, se mêlent sur les quais tandis que s’édifie la prospérité de la ville. Cette prospérité repose aussi sur la souffrance, l’humiliation que subirent les esclaves, victimes du commerce triangulaire. »

La mémoire et ses failles

  • 1  Éric Saugera, Bordeaux, port négrier, xviie-xixe siècles,Paris, Karthala, 3e édition, novembre 200 (...)
  • 2  Regards sur les Antilles. Collection Marcel Chatillon, Bordeaux, Musée d’Aquitaine (23 septembre 1 (...)

2Quand on croit que le plus dur est fait, avec la parution en 1995, sur le passé négrier de la ville, d’un livre deux fois réédité 1, la diffusion télévisée d’un film-documentaire du même nom l’année suivante, la sensibilisation d’un quotidien régional comme Sud-Ouest qui ne fut pas avare en comptes rendus, des vocations qui naquirent et suscitèrent livres ou travaux universitaires sur le sujet, la mobilisation continue de nombreuses associations (et pas seulement antillaises ou africaines), une exposition sur les Antilles en 1999 au Musée d’Aquitaine, avec une salle sur la traite 2, on reste stupéfait de constater qu’on s’est trompé et que rien n’est définitivement acquis si l’on n’y prend garde.

3L’Afrique a souvent généré des représentations douteuses. L’image qu’elle continue à renvoyer est souvent celle d’un exotisme bon enfant et culinaire: le « Y’a bon Banania » n’est pas si loin, il est même si près que l’indigo, le cacao ou l’arachide – les cacahuètes – sont les premières productions qui viennent à l’esprit quand on y pense, les premières couleurs et les premières senteurs dont on imagine les quais de Bordeaux égayés et embaumés aux siècles passés. Puis, à y réfléchir, il y a aussi des hommes et des femmes, une main-d’œuvre gratuite et servile qui, des siècles durant, a subi les pires humiliations et les pires sévices : l’arrachement brutal à son sol, la séquestration animale, la déportation, l’exploitation violente, la mort assurée avant dix ans en moyenne pour les rescapés du voyage. Et que dire de l’ampleur de cette la tragédie, là-bas sous le soleil africain, sur l’océan, dans les îles ? Le navire négrier : un camp de concentration modèle réduit sous les tropiques. Le camp de concentration nazi : nuit et brouillard. Les négationnistes exceptés, personne ne s’avise de prendre le génocide à la légère. Une systématisation de l’horreur qui glace. Le génocide a ses lieux de mémoire, ses miradors, ses barbelés, ses mains-courantes aux listes de noms sans fin, sa comptabilité, ses témoins, ses tatouages, elle a ses sentinelles vigilantes. Mais des incendies à Bordeaux, à Lorient, le pilon à Toulon ont gommé à jamais les empreintes écrites et chiffrées des registres d’armement des navires négriers aquitains, bretons et marseillais, eux-mêmes naufragés du temps ou détruits comme ne l’ont pas été les chambres à gaz. Les entreponts ruisselants, obscurs et puants, où s’entassaient deux à trois captifs par mètre cube, les marques au fer rouge sur les corps ont disparu. Les lieux d’embarquement des captifs sont des plages bordées de cocotiers, les lieux de leur martyre outre-Atlantique et dans l’océan Indien des sites de vacances pour touristes charterisés. La traite et l’esclavage, le génocide de la Seconde Guerre mondiale, deux crimes contre l’humanité, qui n’ont pas le même statut. Un statut que la papauté (Jean-Paul Il à Gorée), le Parlement français (loi de 2001), et la communauté internationale se sont dépêchés de reconnaître comme tel dans l’ultime décennie du xxe siècle. Sous le regard ému du photographe, une délégation bordelaise, il y a quelques années, avait fait son acte de contrition en remettant solennellement un fer d’esclave aux Sénégalais à Gorée. Toutes proportions gardées, imagine-t-on des Allemands remettre à la municipalité d’Oradour-sur-Glane les reliques d’un lance-flammes ? À Milwaukee (Wisconsin) existe l’Holocaust Museum consacré à l’exposition des vestiges corrodés d’un navire négrier exhumés grâce à des fouilles archéologiques sous-marines. Le mélange des genres qu’évoque l’appellation du musée avait fait grincer des dents.

  • 3  Les Anneaux de la Mémoire. Nantes-Europe-Afrique-Amérique. Catalogue édité par le CIM et la Corder (...)
  • 4  L’idée d’un musée est soutenue par l’université de Nantes et de nombreuses associations dont les A (...)

4L’Angleterre a aussi son musée, ouvert à Liverpool en 1994. La France, terre des droits de l’homme, attend le sien. Après Le Havre et Liège, Nantes a montré la voie en inaugurant l’exposition « Nantes-Europe-Afrique-Amérique »3en 1992, la première exposition sur la traite et l’esclavage d’envergure, et envisage, dix ans après, de se doter d’un musée national de l’esclavage 4.Le Musée d’Aquitaine a franchi un pas de géant en passant de quelques objets exposés (un journal de bord de navire négrier, un fer d’esclave, un fusil de traite, des pacotilles), à une salle d’exposition uniquement réservée au passé négrier de la ville.

5Avant d’aller plus loin, force est de constater, que la traite et l’esclavage ne sont pas des sujets qui enthousiasment les autorités locales soucieuses de la réputation de leur ville, ni la plupart du temps les élites intellectuelles ; ce sont plutôt des sujets qui fâchent et qui divisent, donc autant n’en pas parler, autant ne pas connaître, pour n’en pas parler.

Retour sur la traite négrière

6L’agonie de la traite se situe au cours de la décennie 1820. La fin fut lente et difficile, les négriers refusèrent de mourir et persistèrent dans une activité devenue illégale à partir de 1815. Parce que cette interdiction avait été imposée à leur gouvernement par les Anglais, la braver, c’était faire acte de patriotisme, en même temps que redynamiser une économie coloniale asphyxiée par la guerre entre une France veuve de sa marine et une Royal Navy triomphante. De tous les ports qui refusèrent de baisser le pavillon négrier, Nantes fut de loin le plus têtu. Plus de trois cents navires partirent à la traite durant ces années d’interdiction, et le plus souvent au vu et au su des autorités dont le rôle était de faire respecter cette interdiction. On pouvait acheter des fers en vente publique, et il suffisait d’ouvrir ses fenêtres donnant sur la Fosse et la Loire pour assister aux préparatifs si reconnaissables d’une opération de traite. Les notabilités locales fermaient les yeux parce qu’il n’était pas rare qu’elles fussent elles-mêmes impliquées dans ces opérations délictueuses. Les gens qui comptaient à Nantes comptaient justement parce que leurs parents ou grands-parents avaient bâti leur fortune et conforté leur assise sociale grâce à l’argent de la traite. Beaucoup se donnèrent du mal pour que cela ne s’arrête jamais, mais stimulée par des primes avantageuses plus que par une réelle conscience humanitaire, la Marine française donna enfin la chasse aux contrevenants sur les sites de la traite en Afrique, et la législation devint de plus en plus répressive. Bref, le métier de négrier n’était plus aussi rentable et devenait même dangereux parce qu’il fallait rendre des comptes.

7Les Bordelais l’avaient compris avant les Nantais et avaient réduit leur activité quelques années plus tôt, sans doute aussi parce que leur tradition négrière était plus récente, moins ancrée que sur les bords de la Loire. Alors que Nantes s’était engagée à fond dès le début du xviiie siècle, Bordeaux avait attendu les lendemains de la guerre de Sept Ans (1763) et ceux de la guerre d’Indépendance américaine pour s’autoriser une véritable politique négrière, quand la Révolution brisa cet élan prometteur. L’avance de Nantes sur Bordeaux était fondée sur la nécessité. Nantes compensait par la traite l’absence d’un arrière-pays agricole suffisamment riche pour stimuler son développement ; Bordeaux bénéficiait au contraire de terroirs viticoles et céréaliers beaucoup plus sûrs que les ressources de la traite dont elle pouvait finalement se passer.

8Toujours est-il qu’en 1828, le nouveau ministre français de la Marine, Hyde de Neuville, entendait bien faire cesser une situation qui n’avait que trop duré. Une dernière loi, plus sévère que la précédente, venait d’être votée par la Chambre : la loi du 25 avril 1827. La nouveauté était surtout qu’il fallait la faire appliquer. Le ministre adressa une circulaire à tous les ports concernés, et le capitaine du port de Bordeaux, Bergevin, lui en accusa réception : « Je crois à ce sujet, Monseigneur, faire observer à Votre Excellence, en l’honneur du Commerce de Bordeaux, qu’avant les décisions du gouvernement qui défendent la traite des noirs, les armateurs de cette ville avaient renoncé à cet infâme trafic et fait publier eux-mêmes cette noble détermination dans différents journaux.

9[…] De tout temps, Monseigneur, le commerce de Bordeaux, grand dans ses entreprises, a dédaigné la traite des noirs, pour expédier ses navires dans les mers du sud, de l’Inde et du Mexique.

  • 5  Éric Saugera, op. cit., p. 185-186.

10[…] Nantes, au contraire, s’occupait autrefois particulièrement de ce trafic et la majeure partie de ses bâtiments étaient construits pour la traite, aussi l’exécution des lois et ordonnances prohibitives a-t-elle éprouvé beaucoup plus de difficultés dans ce port que celui-ci. »5

11À peine la traite était-elle éradiquée des habitudes françaises que Bordeaux, par l’intermédiaire de son porte-parole et capitaine de port, s’en désolidarisait et rejetait la faute sur son rival ligérien. À bien lire la réponse de Bergevin, Bordeaux n’avait jamais expédié à la traite, préférant des échappées au long cours à la fois plus aventureuses et plus honorables, tandis que Nantes, le champion incontesté, continuait son petit trafic vaille que vaille et avait du mal à s’en défaire. Lorsqu’on fait les additions, on constate que Nantes « remporte la palme » nationale avec 41 % des expéditions négrières et que Bordeaux, second ex aequo avec La Rochelle, se contente de 11 % – mais 11 % tout de même –, soit près de 500 expéditions et cent cinquante mille Africains déportés.

12Il ne fait pas de doute que la différence de traitement entre les deux grands ports atlantiques trouve là son origine la plus ancienne et la plus décisive. Il n’est que de consulter la bibliographie négrière de ces villes pour s’en convaincre. Pendant le siècle et demi qui suivit, Nantes produisit quantité d’articles, de livres et de mémoires, d’inégal intérêt sans doute mais dont l’existence même prouvait que le phénomène négrier nantais était un phénomène incontestable et reconnu. Quand des auteurs comme Mérimée s’avisaient de mettre en scène des histoires négrières, ils n’avaient pas à chercher bien loin, elles se passaient à Nantes. Cela ne signifiait pas qu’à Nantes on s’en félicitait, mais la part de la traite dans son commerce colonial, le rôle majeur des circuits négriers dans son économie, l’importance des dynasties d’armateurs et de capitaines exclusivement abonnés au trafic humain étaient tels qu’on ne pouvait les occulter. Tel n’était pas le cas à Bordeaux, avec une part négrière égale à 4,4 % de ses armements coloniaux au xviiie siècle, et des gens peu impliqués, s’autorisant la plupart du temps une ou deux expéditions, à l’exception de quelques-uns comme David Gradis, Jacques-Alexandre Laffon de Ladébat, Nairac ou Balguerie – encore ces hommes n’étaient-ils que des « petits garçons » (l’expression est de l’historien bordelais Jean Cavignac) comparés à certains de leurs concurrents nantais. Le problème qui se pose est de savoir à partir de quel critère un port peut s’auto-amnistier ou se considérer vraiment comme négrier. La hiérarchie a-t-elle à voir avec la réponse ? Est-on moins coupable pour un crime que pour dix, pour dix que pour cent, et ainsi de suite ? Si oui, Liverpool, la capitale mondiale de la traite à la fin du xviiie siècle, excuse Nantes avec seulement 1 800 expéditions réparties sur un siècle et demi, innocente Bordeaux et élimine Vannes, les gagne-petit de la traite. Dans le cas contraire, si l’on considère que la vie prise à un seul Africain est suffisante pour qualifier un port de négrier, sans aucun doute Bordeaux l’est avec ses 150 000 captifs déportés.

Le passé au présent

13Il semble qu’à Bordeaux, deux phases se soient succédées : au cours de la première, on ne s’est jamais préoccupé de rappeler le passé négrier de la ville parce qu’on s’était empressé de l’oublier, peut-être convaincu à la suite de Bergevin qu’il n’avait jamais existé. Dès 1825, le commerce négrier n’était plus mentionné aux visiteurs : Le Guide ou conducteur de l’étranger à Bordeaux publié cette année-là rappelle, « que le commerce de la capitale de la Guienne était jadis immense [quand] nous avions alors des colonies. » Une amnésie de circonstance, instantanée et durable. Les Histoires de Bordeaux à la fin du xixe siècle, celle de Gradis, celle de Camille Jullian, surtout, n’accordent que quelques pages à la traite. Bordeaux, c’est autre chose, des hommes illustres (Montaigne, Montesquieu), des vins d’exception, une architecture urbaine élégante, une longue histoire, tout un art de vivre. Comment y associer la traite, ses capitaines crapuleux, ses matelots douteux, sa marchandise malodorante, ses profits sales ? Il est dommage qu’à cette époque, on n’ait pas mieux consulté les archives de l’Inscription maritime entreposées au Magasin des vivres de la Marine, lequel a brûlé en 1919. Avec cet incendie finissait de se consumer le souvenir de la traite bordelaise. La traite, qui avait déjà disparu des mémoires, disparaissait cette fois corps et biens, « facilitant » la tâche des historiens à venir. Non seulement la traite à Bordeaux devenait marginale dans l’économie globale du port, mais des quelques traces qu’elle avait laissées dans les archives, il ne restait plus rien. À quoi bon, dans ces conditions, s’intéresser à ce qui n’avait jamais ou si peu existé, et qui de toute façon n’existait plus ? Qui s’en plaindrait ? Personne. Nantes, bouc émissaire commode, était là pour endosser la responsabilité collective. L’université bordelaise fit l’impasse sur la question, mais, pourtant, ne se désintéressa jamais de l’histoire maritime et coloniale girondine, preuve que les archives restantes permettaient de le faire. Or, il n’existe pas d’archives négrières à proprement parler ; la marine, la traite, les colonies appartiennent à une même histoire, qui se trouve dans les mêmes documents. Néanmoins, il subsistait une lacune importante, si bien qu’en 1992 Bordeaux, port négrier fut un livre de commande passée par deux éditeurs à un historien nantais encore sous l’impact de l’exposition des Anneaux de la Mémoire.

  • 6  Sur ces problèmes de mémoire à Nantes, voir Didier Guivarc’h, « Les troubles de la mémoire nantais (...)
  • 7  Cette association avait été précédée de l’association Nantes 85, du Code noir à l’abolition de l’e (...)

14Justement, à Nantes, la situation est bien différente. La série Marine 120 J offre une suite quasi ininterrompue de rôles d’armement et de désarmement des navires du port de Nantes du xviie au xixe siècle, complétée par d’autres séries aussi intéressantes et aussi foisonnantes d’informations. Non seulement la traite nantaise et ses séquelles ont toujours hanté les mentalités, et singulièrement l’esprit de ses descendants, capitaines, armateurs et autres investisseurs négriers, mais elles ne peuvent être niées, tant les preuves sont nombreuses, précises et accablantes, puisqu’il faut bien parler en termes de culpabilité. À Nantes – mais en fin de compte à Bordeaux aussi – on connaît, avec une infime marge d’erreur, le nom de chaque navire, de chaque armateur, de chaque capitaine ayant fait la traite. L’amnésie étant impossible, Nantes s’est longtemps réfugiée dans le tabou, dans le non-dit, a refoulé les secrets inavouables des familles, dans la petite boîte verte, disait Serge Daget 6. À Nantes, les façades de l’île Feydeau et de la Fosse montrent en abondance des mascarons à caractère négroïde dont celles de Bordeaux sont relativement dépourvues. Les bombardements anglo-américains de la Seconde Guerre mondiale ne les ont pas effacés, comme l’incendie de 1919 a effacé les archives négrières bordelaises. Les beaux immeubles nantais du xviiie siècle, déjà de guingois sur leurs fondations affaissées, comme s’ils portaient sur leurs façades la trace du péché capital commis par leurs locataires, se sont laissés aller à la décrépitude, à la décomposition. La lèpre, peu à peu, a rongé les pierres autrefois lisses et blanches, raboté les ornementations sculptées, rouillé les ferrailles des balcons. La ville a longtemps ignoré ce passé difficile, ou a biaisé avec lui pour s’en débarrasser à bon compte – la municipalité Chauty en 1985 avait boudé un colloque international sur la traite organisé par Serge Daget et l’université de Nantes. Mais Nantes se devait d’affronter un jour son passé négrier, la nouvelle municipalité et l’association des Anneaux de la Mémoire 7l’ont fait. Les 400 000 visiteurs qui se sont déplacés à l’exposition « Nantes-Europe-Afrique-Amérique » (1992-1994)ont témoigné de leur capacité à faire avec et non plus sans ou comme si. Depuis lors, les études universitaires sous la direction notamment de Jacques Weber se sont multipliées ; une publication annuelle des Cahiers des Anneaux de la Mémoire est née, l’île Feydeau elle-même a repris des couleurs et sesfaçades leur dignité originelle.

  • 8  Christine Chivallon, « Construction d’une mémoire relative à l’esclavage et instrumentalisation po (...)
  • 9  On ne saurait toutefois passer sous silence le rôle actif, dans les années 1990, des associations (...)

15Bordeaux n’en est pas encore à ce stade, comme le mot du préfet en introduction a pu le suggérer. Rien de semblable à ce qui s’est passé à Nantes ne s’est véritablement produit, au plan institutionnel, à Bordeaux. Cependant, des avancées sont réelles, venant de chercheurs comme Rafael Lucas, Silvia Marzagalli ou Christine Chivallon 8, ou venant d’initiatives personnelles comme celle du saxophoniste bordelais Jean-Jacques Quesada, promoteur du projet « La Mémoire du Fleuve », qui, depuis 2000, autour de la mémoire de la traite et de l’esclavage, associe concerts de jazz, films, conférences-débats…9

16Plutôt que des engagements au coup par coup, des avancées à pas comptés, l’idéal serait la mise en place d’une équipe, d’un travail de réflexion réunissant, pour commencer, les trois grands ports négriers de la France atlantique, Nantes, La Rochelle et Bordeaux. Associations, volontés individuelles, chercheurs et historiens prêts à s’investir ne manquent pas. Il reste à entraîner dans leur sillage élus politiques et représentants de l’État. Après deux siècles de résistance passive, on peut espérer qu’une dynamique voie enfin le jour.

Haut de page

Notes

1  Éric Saugera, Bordeaux, port négrier, xviie-xixe siècles,Paris, Karthala, 3e édition, novembre 2002.

2  Regards sur les Antilles. Collection Marcel Chatillon, Bordeaux, Musée d’Aquitaine (23 septembre 1999-16 janvier 2000). Catalogue, éditions de la Réunion des Musées nationaux et Musée d’Aquitaine, 1999. À noter dans la préface du député-maire de Bordeaux, Alain Juppé, cette phrase alors encourageante : « Les Antilles ont été, pour l’histoire de Bordeaux, le territoire d’une prospérité commerciale, l’espace d’un imaginaire et la mémoire trop souvent occultée d’une fortune basée sur l’économie de la traite. »

3  Les Anneaux de la Mémoire. Nantes-Europe-Afrique-Amérique. Catalogue édité par le CIM et la Corderie Royale à Rochefort, décembre 1992.

4  L’idée d’un musée est soutenue par l’université de Nantes et de nombreuses associations dont les Anneaux de la Mémoire et Mémoire d’Outre-Mer. Un dépliant édité en 2002, « Pour un musée de la traite et de l’esclavage à Nantes », renvoie au site www.rnusee-esclavage.com. Il reste à convaincre les autorités municipales de la ville de Nantes de son utilité.

5  Éric Saugera, op. cit., p. 185-186.

6  Sur ces problèmes de mémoire à Nantes, voir Didier Guivarc’h, « Les troubles de la mémoire nantaise de la traite des noirs au xxe siècle », p. 127-139 ; Marc Lastreci, « De la difficulté de rappeler la traite à Nantes et la violence en général », p. 141-167 ;Éric Saugera, « La route du négrier », p. 105-115, dans les Cahiers des Anneaux de la Mémoire, n° 1, 1999, Nantes, Les Anneaux de la Mémoire/Unesco.

7  Cette association avait été précédée de l’association Nantes 85, du Code noir à l’abolition de l’esclavage, créée en 1983, et à laquelle avait succédé l’association Triangle d’ébène.

8  Christine Chivallon, « Construction d’une mémoire relative à l’esclavage et instrumentalisation politique : le cas des anciens ports négriers de Bordeaux et Bristol », les Cahiers des Anneaux de la Mémoire, n° 4, Nantes, 2002, p. 176-203.

9  On ne saurait toutefois passer sous silence le rôle actif, dans les années 1990, des associations telles que la Commission Cheikh Anta Diop, Africapac et DiversCités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Saugera, « Question(s) de mémoire : le souvenir négrier à Nantes et Bordeaux », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 89 | 2002, 61-68.

Référence électronique

Éric Saugera, « Question(s) de mémoire : le souvenir négrier à Nantes et Bordeaux », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1537

Haut de page

Auteur

Éric Saugera

Professeur d’histoire, Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page