Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’émergence récente de la mémoire de l’esclavage dans l’espace public : enjeux et significations 1

Christine Chivallon
p. 41-60

Résumé

L’article présente les modalités contrastées de l’usage social de la mémoire relative à la traite esclavagiste dans le contexte actuel de deux villes-ports au lourd passé négrier : Bristol et Bordeaux. Alors que la première a réalisé une mise en exposition spectaculaire de son passé, la seconde ne s’est engagée que timidement dans une entreprise de reconnaissance. Cette opposition renvoie aux grandes options politiques gouvernant les deux pays concernés : le multiculturalisme d’un côté, le modèle républicain de l’autre.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ces recherches ont reçu le soutien financier de la School of Geographical Science à Bristol et du (...)
  • 2  Myriam Cottias, « Société sans mémoire, société sans histoire : le patrimoine désincarné », Encycl (...)
  • 3  Richard Price, Le Bagnard et le Colonel, Paris, PUF, 2000, p. 162 et p. 168.
  • 4  Richard Price, « Monuments and silent screamings : a view from Martinique » in Gert Oostindie (ed. (...)

1La question de la constitution d’une mémoire relative à la traite et à l’esclavage est devenue d’une actualité brûlante au cours des quinze dernières années. Jusque-là, le sujet restait entouré d’une épaisseur silencieuse déconcertante, y compris même dans les lieux marqués encore aujourd’hui par le poids des héritages de cette histoire douloureuse. Aux Antilles françaises par exemple, ces événements majeurs n’ont pas fait l’objet d’une « mémoire officielle » véhiculée par les responsables politiques. Retraçant l’historique de la sélection patrimoniale conduite à la Martinique, Myriam Cottias 2en vient à indiquer combien celle-ci se polarise sur les vestiges de l’histoire industrielle et des techniques de production du sucre, donnant ainsi à voir un « passé désincarné ». Les objets ethnographiques fabriquent une « image charmante » proche d’un « folklore exotique » qui fait « facilement oublier les principaux acteurs de l’histoire : les esclaves ». De son côté, Richard Price a récemment consacré plusieurs écrits à la Martinique qui suggèrent cette même difficulté à dire le passé esclavagiste et colonial. Le processus de « mise en musée ou de folklorisation » aboutit, nous dit-il, à « une épuration par lessivage des réalités »3. Ailleurs, l’anthropologue parlera de « silence désopilant » 4à propos d’expositions proposées dans l’île à l’occasion du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, expositions qui se destinaient pourtant à faire ressurgir le passé esclavagiste.

2Difficile à s’élaborer dans les sociétés qui ont été fondées à partir de la traite négrière et de l’esclavage, la mémoire de la période esclavagiste est tout aussi fragmentaire, pour ne pas dire inexistante, dans les espaces qui ont vu se dérouler l’entreprise tristement célèbre du commerce triangulaire, c’est-à-dire dans les anciens ports négriers et plus généralement auprès des nations européennes auxquelles appartenaient ces ports. Bien évidemment, le constat qui porte à parler d’une mémoire défaillante dans la sphère antillaise et dans la sphère européenne ne recouvre pas les mêmes significations. Aux Antilles, le processus d’enfouissement du passé – sans doute plus officiel que populaire – relève de rapports sociaux qui forment le substrat même de l’historicité de ces sociétés, alors que pour les nations européennes, l’évacuation de « l’épisode esclavagiste » est la contrepartie d’une sélection de faits puisant dans une histoire bien plus glorieuse.

  • 5  Cf. Christine Chivallon (1999 et 2001).
  • 6  Cf. Christine Chivallon (2002).
  • 7  Pour une approche de l’action communautaire, se reporter aux articles cités en bibliographie faisa (...)

3Cet article est l’occasion de revenir sur les principaux résultats de recherches conduites actuellement sur la résurgence du souvenir de l’esclavage dans deux villes européennes anciennement liées à l’activité négrière, à savoir Bordeaux en France et Bristol au Royaume-Uni 5. Bien que ces recherches concernent aussi l’univers culturel antillais 6, je laisserai volontairement de côté ce volet pourtant essentiel de la mémoire collective relative à l’esclavage, pour concentrer le propos sur les actions développées par les promoteurs de la politique publique de ces deux villes. La question des groupes d’acteurs communautaires dont la présence dans l’espace public se fait remarquable à l’occasion de cette « résurgence » sera à peine évoquée, alors que, là encore, il s’agit d’une dimension fondamentale de la problématique qu’implique cette recherche 7. Mais l’objectif privilégié dans l’espace limité de cet article se consacre au seul examen des postures officielles dont l’interprétation implique au demeurant – et nous le verrons – que soit prise en compte la perspective des relations intercommunautaires.

  • 8  Voir sur ce point le site Internet de l’UNESCO : http://www.unesco.org.
  • 9  D’après les informations recueillis sur le site de Africa Reparations Movement : http://www.arm.co (...)
  • 10  Le Courrier International, 599, 23 avril-1er mai 2002, p. 27.
  • 11  Le Courrier International, 535, 1er-7 février 2001, p. 21.
  • 12  Pacific News Service, 31 mai 2000, disponible sur le Net : http://www.alternet.org
  • 13  Sur la conférence de Durban, voir entre autres le dossier constitué par J.A./L’intelligent, n° 212 (...)

4Le silence et l’oubli qui semblaient caractériser généralement les postures mémorielles développées jusqu’ici sur la traite et l’esclavage ont donc été battus en brèche par une série d’événements assez récents qui imposent une tout autre approche. Le programme interculturel de l’UNESCO, La Route de l’Esclave, n’est certainement pas étranger à la multiplication d’initiatives en ce sens, d’autant que son objectif, clairement affiché dès son lancement en 1994, est de rompre avec l’amnésie universelle qui entoure ce qui est désigné, à la suite de l’historien Michel Deveau, comme « la plus gigantesque tragédie de l’histoire humaine par l’ampleur et la durée »8. Musées, lieux de mémoire, journées commémoratives, publications spécialisées sont quelques-uns des marqueurs qui invitent à noter l’influence grandissante de ce programme au travers de l’encouragement qu’il a fourni pour de nombreuses entreprises. Mais c’est aussi un contexte plus général qui impose de parler de « résurgence de la mémoire ». À Londres, le député Bernie Grant, originaire du Guyana, milite à la tête du Africa Reparations Movement pour obtenir les excuses officielles des nations occidentales et des réparations en compensation de l’esclavage et de la colonisation pour les « Africains de l’Afrique et de la Diaspora »9. Aux États-Unis, un avocat new-yorkais lance une procédure d’envergure à l’encontre d’entreprises qui ont légalement succédé à celles qui existaient au temps de l’esclavage pour qu’elles indemnisent les descendants noirs américains 10. Même chose en Californie où des compagnies d’assurance sont sommées de « ressortir tous les contrats qu’elles (ou leurs prédécesseurs) avaient enregistrés pour assurer les esclaves »11. À Chicago, les membres du Conseil municipal adoptent une résolution pour soutenir un projet de loi en faveur de réparations supportées par l’État américain 12. Encore plus significative, la conférence mondiale contre le racisme organisée en août 2001 par l’Organisation des Nations Unies à Durban met la question de l’esclavage et de ses héritages au centre des débats. Et même si l’épineux problème du Proche-Orient a polarisé l’attention des délégués, si les déclarations finales ont été en deçà des attentes, il reste que l’événement constitue une première pour la prise en compte internationale dont il témoigne vis-à-vis des effets toujours présents de l’institution esclavagiste 13. Autre grand témoin de l’attention nouvelle accordée à ce passé, la loi votée par le Parlement français, le 10 mai 2001, qui fait acte de reconnaissance par la République de la traite négrière et de l’esclavage comme « crime contre l’humanité ».

5« Devoir de mémoire », commémorations, réparations forment les maîtres mots de ce déploiement d’actions et de revendications concernant l’esclavage pratiqué aux Amériques et qui contraste de toute évidence avec le quasi-mutisme qui était alors de mise. Comment expliquer ce qui peut apparaître en définitive comme un emballement de la mémoire ? Une vaste et cruciale question à laquelle cet article ne prétend pas pouvoir répondre d’autant que le recul nécessaire à toute recherche manque, l’objet d’étude se trouvant pris dans une actualité dont les effets ne sont pas encore enregistrés. Nous proposons plus simplement l’examen de deux situations bien localisées. Celles-ci nous permettrons d’entrevoir des pistes d’interprétation destinées à comprendre les mécanismes de cette « mémoire en marche » dans les contextes où ils opèrent.

De Bordeaux à Bristol : deux postures mémorielles bien typées

  • 14  Selon le document « Historique des relations Bordeaux-Bristol », produit par la Mairie de Bordeaux (...)

6Les villes de Bordeaux (Gironde, sud-ouest de la France) et Bristol (comté de Avon, sud-ouest de l’Angleterre) ont la particularité d’être associées par un accord de jumelage. Lorsque ces recherches ont commencé, cette caractéristique n’était que très secondaire et ne devait même pas présider au choix des villes étudiées, celui-ci étant plutôt lié à d’autres impératifs comme l’accueil dans un laboratoire universitaire britannique. Mais ce détail a fini par se révéler très significatif au regard de la prise en charge du passé par ces deux villes. Car si Bordeaux et Bristol veulent se déclarer « jumelles », elles ne semblent pouvoir être en mesure de le faire qu’en taisant ce qui les fait être si proches l’une de l’autre, à savoir leur histoire liée à la traite négrière, à l’esclavage et au commerce colonial. L’historique des relations établies entre les deux villes ne fait ainsi aucune mention d’un événement remarquable qui pourrait rappeler officiellement cette si grande proximité historique 14. Ce n’est là qu’un des éléments, mais suffisamment éloquent, parmi ceux qui peuvent conduire à qualifier les postures mémorielles de ces deux villes comme « silencieuses » ou « oublieuses » vis-à-vis de leur passé.

  • 15  Pour reprendre le titre de l’ouvrage de J. de Cauna (1998).
  • 16  Jacques de Cauna, L’Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Béarnais aux îles d’Amérique, Biar (...)

7Les deux villes se ressemblent en effet, à quelques nuances près. Elles doivent toutes deux leur prospérité à ce fameux siècle « d’apogée » que fut le xviiie pour cette économie marchande européenne dont les réseaux d’échanges épousaient le circuit triangulaire et qui trouvait aux Amériques les moyens de son expansion territoriale et économique. Les « îles d’Amérique » ne sont-elles pas présentées comme « l’Eldorado des Aquitains » de cette époque ?15À Bordeaux comme à Bristol, la monumentalité de la ville est liée à cette période d’enrichissement avec les fiertés architecturales que représentent les hôtels particuliers, la façade des quais, la place de la Bourse, les allées de Tourny d’un côté, et de l’autre la somptueuse enclave de Clifton ou encore celle de Queen Square où les négociants bristoliens de « l’âge d’or » se faisaient un devoir d’afficher leur fortune récemment acquise. Laissons l’historien Jacques de Cauna décrire la prospérité bordelaise à travers ces quelques mots : « [L] e grand port régional qui est en même temps le premier port français et l’un des dix premiers dans le monde, c’est, sans conteste, Bordeaux qui connaît au xviiie un véritable âge d’or dû, pour l’essentiel, au développement extrêmement vigoureux du trafic colonial dont Saint-Domingue représente à elle seule les deux tiers »16. Bordeaux et Bristol sont donc similaires en ce que leur essor économique date de cette époque précise et découle essentiellement du commerce colonial.

  • 17  éric Saugera, Bordeaux port négrier, Paris, Karthala, 1995, p. 202.Précisons que Bordeaux sera le (...)
  • 18  David Richardson, The Bristol Slave Traders : a Collective Portrait,Local History Pamphlets, The B (...)
  • 19  Éric Saugera, op. cit., p. 14.
  • 20  « Comme une perte de mémoire », Sud-Ouest, 18 septembre 1998.

8Une différence concerne cependant le « poids » respectif des deux ports dans le trafic négrier. Avec 508 expéditions négrières ayant quitté son port de 1729 à 1826 (date du dernier convoi pratiqué dans l’illégalité) et déporté environ 150 000 Africains, Bordeaux se fabrique une réputation de « seconde », loin derrière Nantes qui totalise plus de 1 700 expéditions 17. Sa « jumelle » ressemble alors beaucoup plus à la « première de France » avec un total d’environ 2 000 cargaisons d’êtres humains rendus captifs 18. À la manière d’Éric Saugera qui reprenait une réflexion de l’historien Serge Daget, on s’efforcera de ne pas évacuer de cette comparaison quantifiée la question éthique qui fait que l’on « n’est pas moins négrier pour avoir déporté un seul Noir esclave qu’une cargaison de deux cents individus »19. Une telle approche ne semble pourtant pas être celle qui a prévalu dans la constitution de la mémoire bordelaise, car c’est précisément cette perception d’une participation secondaire au trafic négrier qui a contribué à justifier l’oubli bordelais sur cette triste période. La presse locale se fait l’écho de cette justification en expliquant l’amnésie qui frappe l’activité négrière par « la mauvaise réputation de Nantes [qui] a longtemps servi de paravent »20.

  • 21 Ibid.

9Autre valeur refuge pour une mémoire qui n’oserait se dire, celle accordée au « commerce en droiture », c’est-à-dire aux activités commerciales liant directement Bordeaux aux Antilles et qui ont, de loin, constitué la part majeure de l’activité commerciale de la ville lors de sa période de grande prospérité. La mémoire locale est ainsi en mesure d’éviter la référence à l’épisode négrier, de le rendre encore plus secondaire, du domaine de « l’anecdote »21, au travers d’une historiographie qui va plutôt rendre compte du xviiie siècle de façon admirative en célébrant l’esprit d’entreprise de ces centaines de Bordelais, armateurs, marchands, négociants ou planteurs dans les îles qui ont participé à la grandeur de la ville. Mais en trouvant l’alibi – conscient ou inconscient – à l’oubli d’une participation à la traite négrière, la mémoire locale fabrique une autre grande oblitération qui concerne cette fois-ci le fonctionnement même des économies des Amériques et le système esclavagiste.

  • 22  Madge Dresser, « The African slave trade in Bristol, England : the public historian and popular me (...)
  • 23  Voir sur ce point l’ouvrage de J. de Cauna (1998) qui illustre combien le développement des sociét (...)

10À Bristol, cette même tendance à se projeter dans une reconstitution glorieuse du passé est observable 22jusqu’à ce que la ville adopte une tout autre position, au milieu des années 1990, qui la fait radicalement passer de la posture de l’oubli à celle de l’aveu. Dans ce parcours, d’ailleurs, notons d’ores et déjà qu’il ne sera pas question, comme à Bordeaux, de dissocier traite négrière et esclavage, aspects d’autant plus constitutifs du même phénomène qu’ils impliquent le plus souvent les mêmes réseaux d’acteurs bien localisés dans les villes portuaires et dans les zones d’influence de celles-ci 23. À partir de ce changement opéré à Bristol, les deux villes se séparent : l’une entreprend résolument de faire émerger son passé quand l’autre tente plus lentement d’introduire certaines vérités historiques sans toutefois remettre en cause l’équilibre mémoriel produit jusqu’ici.

À Bristol : le passé en train de se dire

  • 24  Association culturelle Beehive Recording Studios and Workshops. Source : Bristol Racial Equality C (...)

11Le changement qui s’est produit au milieu des années 1990 à Bristol est provoqué par deux grandes manifestations liées à la célébration du patrimoine maritime. Elles donnent l’occasion aux communautés noires antillaises de la ville d’exprimer des revendications relatives à cette mise en scène du passé. Les deux manifestations sont, d’une part, le Festival International de la Mer, en 1996, qui se propose d’exalter « toutes les choses maritimes » tenant lieu de patrimoine, et, d’autre part, le 500e anniversaire du voyage de John Cabot, un navigateur d’origine italienne parti depuis Bristol pour découvrir les côtes canadiennes en 1497. De manière assez diffuse, des protestations se font entendre. Une association culturelle de la ville – dont l’existence semble avoir été éphémère – basée dans le quartier Saint-Paul’s où se concentrent les minorités ethniques fait savoir que toute manifestation qui commémore l’histoire maritime « ne peut pas être complète sans tenir compte des effets de cette histoire sur la vie des Antillais à travers la traite négrière qui fut le facteur décisif du développement de Bristol »24.

  • 25  Ces statistiques concernent l’ensemble de la ville et sont tirées du recensement de 1991. Cf. Mari (...)

12Les élus politiques de la ville n’attendent pas plus longtemps pour engager une action de grande envergure. Sans doute le souvenir des émeutes de Bristol en 1980 est-il encore suffisamment proche pour rappeler la fragilité des liens entre communautés culturelles. Il faut sur ce point mentionner la situation radicalement différente entre les situations bordelaise et bristolienne au regard de la présence antillaise. Si à Bordeaux cette présence se fait invisible, le poids démographique de la communauté étant notamment impossible à déterminer, elle indique à Bristol l’existence d’une situation de contrastes où les écarts sociaux se conjuguent aux appartenances ethniques. On estime en effet à 60 % les Antillais qui vivent regroupés au sein des districts centraux de Bristol, les fameuses inner cities, formant le quartier Saint-Paul’s résolument connoté comme le quartier « ethnique » de la ville. Cette enclave urbaine cumule les critères autorisant à reconnaître un processus fort de ségrégation. La concentration résidentielle des minorités ethniques à Saint-Paul’s se double ainsi de l’existence de disparités sociales nettes. Le taux de chômage et le taux d’occupation d’emplois manuels atteignent respectivement 21 % et 54 % chez la population antillaise contre 10 % et 40 % pour la population blanche 25. Ces inégalités, qui ont été plus fortes encore au cours des années 1980, sont à l’origine de l’explosion sociale que connut Saint-Paul’s, en avril 1980, violences de rue opposant des jeunes Noirs à la police et qui préfiguraient des émeutes qui allaient enflammer l’année suivante les rues de Liverpool, Manchester ou de Brixton à Londres.

  • 26  Bristol Racial Equality Council Newsletter, décembre 1996/janvier 1997.
  • 27  Cf. Christine Chivallon (1999).
  • 28  La description de ces actions découle notamment du dépouillement de la presse locale : les quotidi (...)

13Le déploiement intense qui fait suite à la revendication de mémoire exprimée de façon somme toute assez isolée pourrait paraître disproportionné s’il ne se déroulait sur les bases d’une telle situation sociale. Le City Council – dont les membres appartiennent en majorité au Labour Party – crée dès la fin 1996, le Bristol Slave Trade Action Group (BSTAG), lequel doit jouer un rôle pilote auprès des services de la mairie et du Musée de la ville pour envisager « la forme que doit prendre la reconnaissance de la traite et de l’héritage qu’elle a laissé dans la ville de Bristol »26. Ce groupe inclut aussi bien des responsables du Musée que des universitaires ou des membres de la « communauté noire » dont un conseiller municipal appartenant aux minorités ethniques et originaire du Nigeria. À partir de la création du BSTAG, et tout au long des trois années qui suivent, l’action conduite pour faire venir à visibilité le passé lié à la traite transatlantique ne va cesser de s’intensifier. Cet emballement de la mémoire, décrit plus en détail par ailleurs 27, concerne d’un côté des actions officielles concertées et de l’autre des événements plus spontanés, au caractère plus ou moins accrédité par les autorités locales 28.

14Côté pôle officiel, le BSTAG entame trois actions d’envergure supportées par le City Council en partenariat avec le Musée de la ville. La première consiste en l’ouverture d’une section permanente sur l’esclavage dans une maison du centre historique de la ville transformée en un musée qui glorifiait jusque-là la période du roi George III au travers de son ancien propriétaire, John Pinney, notable bristolien réputé. Avec l’ouverture de cette section, on apprend que la richesse de Pinney provenait de ses plantations esclavagistes des Antilles et que sa maison de Bristol abritait un esclave. Le symbole local est ainsi complètement désacralisé. La deuxième grande réalisation concerne une exposition temporaire de six mois tenue dans le Musée de la ville de mars à septembre 1999. Elle accomplit un travail similaire de mise au jour du passé de la ville. Elle tente de faire le point sur tous les aspects de la traite en lien avec le développement économique de Bristol. Le ton y est engagé. Aucun compromis ne semble vouloir être consenti. Là encore la ville de Bristol reconfigure son histoire. Bon nombre des symboles associés au prestige ancien de la ville se trouvent mis en rapport avec le terrible trafic, comme la personne d’Edward Colson incarnant jusque-là un haut personnage local, vénéré pour ses œuvres charitables et dont on dévoile aujourd’hui que l’argent qui les finançait provenait de la traite. Plus spectaculaire encore, la troisième réalisation propose un Slave Trade Trail (chemin de la traite). Livré sous la forme d’un guide disponible à l’office du tourisme, cet itinéraire dans la ville propose un balisage de tous les signes associés au passé esclavagiste. Monuments, statues, maisons d’habitation, docks, noms de rues, pubs du port, édifices bancaires, mémoriaux dédiés aux notables, squares… tout semble désormais avoir un lien avec l’esclavage. La ville met à nu les traces de son passé esclavagiste. Elle transfigure complètement les symboles d’une histoire rassurante et glorieuse pour introduire la trame d’une histoire plus chaotique, honteuse et traumatisante.

15Simultanément à ces actions menées par la ville se déroule un ensemble plus diffus d’événements qui montre la ferveur que déclenche la revendication d’une mémoire de l’esclavage. Ils intègrent des instances plus ou moins officielles en fonction de la participation des responsables politiques locaux et nationaux. Ils s’échelonnent sur un continuum allant de la contestation à la reconnaissance dans la sphère publique. Ils consistent pêle-mêle en l’apposition de plaques commémoratives dédiées aux anciens esclaves, en l’inauguration de monuments baptisés du nom d’anciens esclaves, en la tenue de journées nationales du souvenir, en la diffusion d’un feuilleton télévisé sur Bristol et l’esclavage, en des revendications diverses incluant la demande d’excuses officielles vis-à-vis du crime de l’esclavage, l’édification d’une statue du souvenir, l’appel à débaptiser des monuments et à desceller les statues associées aux notables impliqués dans le trafic négrier. Certaines actions sont plus radicales, comme la dégradation de monuments : la statue d’Edward Colson est ainsi retrouvée en janvier 1998 avec l’inscription de « Négrier » (Slave Trader) apposée sur elle. Une vive polémique en découle par voie de presse. La dégradation de la statue déclenche également des ripostes xénophobes de groupuscules racistes. En tenant compte de la tenue de colloques, de conférences, de réunions publiques, de l’attention constante maintenue par la presse locale sur le sujet de l’esclavage, on prend la mesure du véritable tourbillon dans lequel se trouve pris l’exercice de mémoire sur l’esclavage à Bristol.

16Ce tourbillon a de quoi laisser dubitatif. Il est permis de penser qu’il correspond, quels que soient ses aspects plus ou moins bien canalisés, à un souci de neutraliser le potentiel de contestation s’étant exprimé au cours des célébrations historiques bristoliennes. Une véritable machine du souvenir s’est mise en marche. Les actions entreprises deviennent presque caricaturales. Elles semblent s’accomplir sans recul, sans nuance. La ville de Bristol s’est ainsi résolument placée à l’abri des critiques de la communauté antillaise quant à la restitution de son passé.

À Bordeaux : l’oubli du passé en train de se dire

  • 29  Éric Saugera, op. cit., p. 19.

17Il ne fait aucun doute que la situation bordelaise est loin actuellement d’afficher le ton qui prévaut désormais à Bristol. Il serait pourtant erroné de voir se perpétuer une reconstitution de l’histoire locale amnésique par rapport à l’implication bordelaise dans la traite transatlantique et l’esclavage. Des événements, des discours ponctuent une évolution récente qui montre l’amorce d’un changement, qui, sans être un bouleversement, indique bien une tournure différente dans la manière dont la ville aborde son passé. Trois éléments majeurs viennent expliquer ce changement. Le premier est la publication du livre d’Éric Saugera (1995), dont le titre sans équivoque, Bordeaux port négrier, ne laisse subsister aucune ambiguïté quant à l’implication de la ville dans la traite négrière. Précis, érudit, rigoureux, l’ouvrage, qui dresse le bilan des activités portuaires de la ville impliquées dans la traite transatlantique, ne peut être ignoré. Il s’érige très vite en référence incontournable, aidé en cela par l’accueil favorable qu’il rencontre auprès d’universitaires et de chercheurs bordelais lassés par la conception « tropicaliste » qui a guidé la recherche locale. Il y a bien un « avant » et un « après Saugera », car il est désormais impossible de taire ce qui a été rendu évident par la démarche de vérification historique, conduite avec engagement sans entrer toutefois dans des polémiques accusatrices, le propos annoncé du livre étant « de rattraper une mémoire qui se dérobe, non de stigmatiser ceux qui l’auraient perdue »29.

  • 30  Selon le slogan de l’association DiversCités, lors de la manifestation qu’elle organise chaque ann (...)
  • 31  Il s’agit de l’association Africapac (fédération des associations étudiantes d’Afrique, Caraïbe, P (...)
  • 32  Plaquette de présentation de la liste « Couleurs bordelaises. Liste interculturelle. Municipales 2 (...)
  • 33  Cf. Christine Chivallon (2001).

18Le second élément tient à la place grandissante de la revendication communautaire avec la formation de plusieurs collectifs d’origine antillaise ou africaine, qui militent, selon des points de vue plus divergents que convergents, pour que la ville « assume son passé »30. Trois groupes plutôt en compétition occupent ainsi la scène de la revendication de mémoire 31. Ils organisent régulièrement des manifestations à caractère commémoratif, comme le « Mémorial de la Traite des Noirs », réalisé chaque année au mois de juin et initié par l’association DiversCités, après que son actuel président d’origine sénégalaise se fut séparé d’un groupe (Africapac) qui lui est aujourd’hui concurrent sur ce même terrain de la mémoire. La dernière édition du Mémorial, celle de 2002, a été l’occasion d’une mise au point assez caustique entre ces collectifs, les uns accusant les autres d’une utilisation politicienne au premier degré des actions commémoratives. Fait remarquable qui doit être mentionné en dépit de la brièveté de ces remarques sur les acteurs communautaires, l’introduction de ces « militants de la mémoire » dans le paysage politique local. Deux des membres responsables de ces groupes ont été présents sur des listes électorales de la ville aux dernières élections municipales de 2001, l’un (Comité Toussaint Louverture) auprès du candidat socialiste, l’autre (association DiversCités) en tête de liste d’un mouvement alternatif faisant campagne sous les mots d’ordre de la « démocratie participative » et de la « diversité culturelle ». Qu’une personne noire d’origine africaine se trouve ainsi présente aux premières lignes de la course à la représentation municipale constitue un phénomène sans précédent dans la cité bordelaise. Pour se présenter à ses électeurs potentiels, le candidat de la liste « Couleurs bordelaises » affirme entre autres : « Je ne suis pas qu’un nègre à qui on refuse le droit à sa mémoire, à son histoire »32. C’est ce qui incite à interpréter la revendication de mémoire comme un outil assurant la venue à visibilité des communautés dans l’espace public 33. La « mémoire de l’esclavage » s’offre comme une catégorie de discours dotée d’une efficacité politique, un « embrayeur de l’action ».

19On peut déjà entrevoir sur ce point une différence significative avec le contexte bristolien où la revendication de mémoire a plutôt servi à créer/préserver une entente de l’ordre du consensus entre les protagonistes du jeu politique. La visibilité publique des représentants des « minorités ethniques » étant déjà acquise, la nécessité d’entrer dans le champ politique s’est faite moins pressante. Il ne s’agit pas de dire que la revendication d’une mémoire de l’esclavage à Bristol s’est trouvée moins instrumentalisée qu’à Bordeaux, mais plutôt de noter la moindre urgence à Bristol d’affirmer une présence communautaire au sein de la société locale. Le fait que le leader d’origine africaine très présent tout au long de ce processus de mise à plat du passé bristolien n’ait pas vu son mandat de conseiller municipal renouvelé montre bien que la représentation politique des communautés n’était pas particulièrement dépendante d’une action confirmée sur le front de la mémoire. Et si celle-ci a pu être influente, ce serait alors plus en faveur d’une « sortie » du jeu politique que d’une « entrée », ce qui est à l’inverse du processus en cours à Bordeaux.

20Le troisième facteur tout aussi récent tient à l’adoption de la loi sur la reconnaissance de la traite et de l’esclavage comme crime contre l’humanité. Entamée en 1999 à l’initiative de Christiane Taubira, avec l’adoption en première lecture à l’Assemblée nationale (18 février 1999), la procédure parlementaire s’est achevée le 10 mai 2001. Cette loi infléchit très directement la position des élites locales qui vont formuler un discours dont le contenu contraste de toute évidence avec celui tenu au cours des années précédentes.

  • 34  Bordeaux, le rhum et les Antilles, catalogue de l’exposition tenue de novembre 1981 à janvier 1982 (...)
  • 35  Ibid., p. 5.

21En 1981-1982, une exposition intitulée « Bordeaux, le rhum et les Antilles » se tient au Musée de la ville (Musée d’Aquitaine). Grâce à l’un des conservateurs qui a en charge l’organisation de cette exposition, le ton est assez loin de l’euphémisme. On trouve dans le catalogue un exposé qui ne fait pas l’impasse sur la « traite des nègres », ni même sur les ambiguïtés de Montesquieu (« Il faut insister sur le fait que, même chez les philosophes réputés pour leur humanisme, l’esclavage fut justifié comme une nécessité économique »34). Le fait mérite d’autant plus d’être souligné que nous sommes dans la période de l’« avant Saugera » et qu’il existe de surcroît un fort attachement local à la figure de Montesquieu brandie comme symbole salvateur de la conscience bordelaise. Ceci étant, le catalogue n’a pas été facile à élaborer, le conservateur témoignant même de « censures » quant à l’apposition d’épigraphes attribuables à Aimé Césaire ou à Frantz Fanon. Il faut dire que le discours des autorités municipales n’est pas tout à fait semblable à celui de l’employé du musée. Un aperçu nous en est donné dans la préface de ce catalogue signée par le député-maire de l’époque, Jacques Chaban-Delmas : « Bordeaux, ce port au milieu des terres, a attiré ou donné naissance à des hommes qui, armateurs, affréteurs, négociants, eurent l’audace et réussirent […]. Nous leur devons, sous l’impulsion des Intendants, un urbanisme qui, encore aujourd’hui, donne la mesure de sa puissance financière. » Et plus loin : « J’espère que beaucoup de Bordelais pourront à leur tour faire connaissance avec cette France lointaine […] et je souhaite Bon Vent ! à Bordeaux, le Rhum et les Antilles ! »35.

  • 36  Regards sur les Antilles. Collection Marcel Chatillon, catalogue de l’exposition tenue de septembr (...)
  • 37  Extraits de l’entretien réalisé auprès d’un conservateur du Musée d’Aquitaine, février 2000.

22A travers ces quelques mots, tout est dit ou presque de la vision véhiculée par les élites locales quant à leurs liens avec les terres d’esclavage : celles-ci sont le lieu de la consécration d’un esprit de conquête tendu vers la réussite économique. Près de vingt années plus tard, un tout autre discours se précise. Celui-ci nous est livré par Alain Juppé, l’actuel député-maire de la ville. C’est également à l’occasion d’une exposition organisée au Musée d’Aquitaine de septembre 1999 à janvier 2000, « Regards sur les Antilles », que le premier magistrat de la ville livre cette nouvelle conception du passé : « Les Antilles ont été, pour l’histoire de Bordeaux, le territoire d’une prospérité commerciale, l’espace d’un imaginaire et la mémoire trop souvent occultée d’une fortune basée sur l’économie de la traite » 36. La référence est explicite à « la déportation de cent cinquante mille esclaves d’Afrique en Amérique française », de même que celle faite à la loi récemment votée par l’Assemblée nationale autorisant/obligeant désormais les élites du pays à qualifier officiellement la traite et l’esclavage de « crime contre l’humanité ». Au dire du conservateur qui a suivi cette évolution depuis l’exposition de 1981, « il y a un monde… on a changé de siècle entre Chaban-Delmas et cette manière d’édulcorer le domaine, alors que là, le premier magistrat de la cité avoue la faute, cherche une réparation… Il prend le sujet à bras-le-corps. Il nous aide en écrivant une chose comme ça »37.

23Certes, le pas franchi semble être immense, encouragé par les orientations décidées au plan national. Car la posture bordelaise sert en définitive de caisse de résonance aux options de la Nation républicaine, comme nous le verrons mieux plus loin. Pourtant, cette tournure nouvelle ne signifie pas une rupture majeure dans la trame historique locale, ou du moins pas encore. La formulation nouvelle d’Alain Juppé sur le passé semble d’ailleurs être intervenue « après coup », une fois que l’organisation de l’exposition « Regards sur les Antilles » fut achevée. Dès lors cette dernière – en l’absence d’une ligne clairement définie quant à la grille de significations voulant être véhiculée au cours de l’événement – se montre hésitante, soumise aux initiatives dispersées des conservateurs. Les notices du catalogue expriment d’ailleurs assez clairement ce traitement bien différencié réservé aux objets témoins de l’histoire antillaise, en fonction de la personne qui a eu la charge de les rédiger.

24Cette exposition, qui constitue l’événement le plus récent capable de traduire les orientations officielles en la matière, illustre en définitive la posture mémorielle actuelle de la ville. Une posture que l’on peut dire tendue entre deux impératifs : d’une part celui de ne plus passer sous silence ce qui est aujourd’hui révélé (par la démarche historique de Saugera), reconnu (par la loi) et revendiqué (par les collectifs associatifs), d’autre part celui de ne pas créer de fractures dans un édifice narratif harmonieux garant jusqu’ici d’une certaine fierté locale. Quelques remarques sur cette exposition nous permettront de mieux saisir l’expression de cette tension.

  • 38  Regards sur les Antilles. Collection Marcel Chatillon, catalogue de l’exposition, p. 16.
  • 39  Direction des Musées de Bordeaux, présentation de l’exposition temporaire « Regards sur les Antill (...)

25Constituée à partir du legs d’un médecin d’origine lyonnaise, Marcel Chatillon – un collectionneur passionné qui a séjourné plus de quarante ans aux Antilles –, cette exposition s’organise selon un axe chronologique qui permet d’apprécier les résultats de la collecte minutieuse de quelque 600 pièces historiques et artistiques relatives aux Antilles (peintures, cartes, objets et documents anciens). À part l’annonce de grandes thématiques qui regroupent les pièces (« Cartographie » ; « Paysages » ; « Les Amérindiens vus par les Européens » ; « La flore des Antilles » ; « Habitations et Société » ; « Antilles : terres coloniales, enjeux de guerre et de révoltes »), aucun support pédagogique n’intervient pour guider le visiteur et informer son propre regard porté sur les Antilles. Il faudra qu’il comprenne de lui-même, comme me l’explique un conservateur, que la présence d’un poignard de négrier sous le portrait du Révérend Père Labat « n’est pas anodine ». Le parcours reste ainsi allusif. L’impression qui prévaut est avant tout d’ordre esthétique, comme celle qui se dégage de toute exposition d’objets d’art. Certainement pas imputables au collectionneur lui-même dont le catalogue nous dit qu’il « accumule pour que les autres puissent mieux comprendre, lui ne choisit pas »38, ces options résultent plutôt de l’incertitude dans laquelle se trouve la mémoire bordelaise. Dire : oui… mais sans contredire ce qui avait déjà été dit. On m’avertira d’ailleurs dès ma première visite au Musée que cette exposition « n’est pas sur l’esclavage ». Mais comment ces « Regards sur les Antilles » peuvent-ils ne pas converger vers l’esclavage ? La continuité entretenue avec le registre mémoriel ancien de la ville s’exprime au travers de la plaquette de présentation de l’exposition diffusée par le Musée. Il y est dit que « cette collection nous invite au voyage d’île en île », que ce sont des « régions tropicales vers lesquelles sont partis de nombreux Aquitains », qu’« ils en ont rapporté les riches effluves qui parfument encore un entrepôt du port », que « leur commerce a laissé dans cette ville les témoignages de leur richesse dont le plus beau fleuron reste la place de la Bourse »39. Certains conservateurs, dans un climat qu’ils décrivent comme tendu, aménagent une petite salle annexe consacrée au commerce négrier et à l’implication bordelaise dans le trafic. Tout comme le colloque qui clôture cette exposition et qui réunit des spécialistes historiens dont Éric Saugera, tout comme le catalogue et son message averti de la part d’Alain Juppé, cette salle rattrape la mise en scène par trop feutrée de cette exposition.

  • 40  Sud-Ouest, 3 octobre 1999.
  • 41  Sud-Ouest, 24 septembre 1999.

26Il y a bien aujourd’hui dans la ville une tension entre impératifs contradictoires dont la presse locale se fait admirablement l’écho au cours de cet événement muséographique. « Regards sur les Antilles » y est vue comme une exposition qui « pour la première fois à Bordeaux aborde aussi clairement la question [de la traite et de l’esclavage] »40. Pourtant cette clarification ne paraît avoir altéré en aucune manière l’image quasi ancestrale du lien entre Bordeaux et les îles quand cette même presse affirme – en titrant « L’exotisme paradisiaque » – qu’il se dégage de cette exposition « une douceur due à un certain art de vivre, que ne parviennent pas à troubler les harangues de Toussaint Louverture sur son cheval Bel-Argent ou les éruptions de la Soufrière »41. C’est la présence simultanée de ces discours contradictoires qui amène à analyser la situation bordelaise comme celle où est en train de se dire un oubli du passé, bien plus que ce passé lui-même.

Une mémoire instrumentalisée selon des objectifs différenciés

  • 42  Christian Poirier, « Mémoire collective, identité et politique. La société québécoise et sa relati (...)
  • 43  Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, tome I (La République), Paris, Gallimard, 1984, p. VIII.

27La mémoire collective n’est pas neutre à partir du moment où elle s’offre comme un moyen de construire l’identité d’un groupe sur la base du choix des marqueurs de l’appartenance collective. La mémoire n’est pas Histoire. Elle est une mise en récit qui fabrique une cohérence en instaurant un ordre intelligible dans un univers hétérogène 42. Cette mémoire se trouve active sur un double front. Elle obéit d’abord à l’exigence de restituer une trame rassurante de l’existence par la sélection des événements du passé à retenir ou à oublier. Mais elle se plie aussi à la nécessité de produire et préserver la cohésion sociale en proposant les références qui vont faire fondation du lien social. Elle est le lieu par excellence où se densifient les symboles de la représentation communautaire et par conséquent celui depuis lequel il est possible de contrôler la destinée collective. Elle se révèle alors éminemment politique. L’historien Pierre Nora a très bien signifié cette capacité que l’on pourrait dire « régissante » de la mémoire collective en la définissant comme « un enjeu toujours disponible, un ensemble de stratégies, un être-là qui vaut moins par ce qu’il est que par ce que l’on en fait »43.

  • 44  Voir les principaux extraits de ce discours dans Le Monde, 24 avril 1998.

28De Bordeaux à Bristol, la mémoire collective répercute l’intentionnalité politique qui la gouverne. Nous sommes placés en présence de deux registres mémoriels bien typés dont le sens se comprend au travers des choix politiques qui distinguent les deux pays, la France et le Royaume-Uni. La posture de demi-silence aujourd’hui de mise à Bordeaux n’est que le prolongement d’une situation nationale d’où rejaillissent sans ambiguïté les options républicaines quelque peu fragilisées au cours des dernières années. L’oubli et le silence vis-à-vis de l’esclavage intègrent le dispositif narratif que la Nation française se donne pour accréditer le socle idéologique qui la caractérise et qui s’articule autour du triptyque fondateur « Liberté-Égalité-Fraternité ». Dans ce méta-récit identitaire, il y a la volonté de faire dire à l’Histoire la gloire de l’idéal républicain grâce à des épisodes emblématiques que la mémoire se dispose à sélectionner, retenir et entériner. Et ces épisodes ne manquent pas, comme l’a montré la célébration du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, en 1998. Cette commémoration concentre à mon sens toute la problématique de la mémoire de l’esclavage en France. Si celle-ci est si difficile à dire, c’est parce qu’elle est d’emblée compromise par l’exigence de cohérence du discours républicain. Au cours de cet événement, il s’est agi d’ériger les symboles qui font naître la République avec l’acte d’abolition de l’esclavage. Sans entrer plus dans le détail de cette manifestation, on se limitera à mentionner les trois points d’arrimage de la mémoire républicaine au cours de cette commémoration. Il y a d’abord la figure de Victor Schœlcher, auteur du décret d’abolition de 1848 alors qu’il était ministre de la Marine du gouvernement provisoire : référence obligée tout au long de cette célébration, la personnalité de l’abolitionniste incarne, sans fausse note, la générosité du combat républicain pour l’égalité entre tous. Il y a ensuite le choix du lieu des cérémonies présidées par Lionel Jospin en tant que Premier ministre : le village de Champagney, le premier à avoir réclamé sur les cahiers de doléances, à la veille de la Révolution de 1789, la fin de la traite et de l’esclavage des Noirs, village symbole par excellence d’une fraternité populaire et révolutionnaire tendue vers l’idéal de liberté pour tous. Il y a enfin le discours officiel de Jacques Chirac qui est entièrement destiné à faire fusionner abolition et république, la première se voyant définie comme l’acte fondateur de la seconde 44.

  • 45  En ce sens, la loi de 2001 pourrait n’être que le prolongement de cette projection dans une filiat (...)
  • 46  Myriam Cottias, « L’oubli du passé contre la citoyenneté : troc et ressentiment à la Martinique (1 (...)
  • 47  Jacques Fredj, « L’assimilation dans l’histoire antillaise », Les Temps modernes, 441-442, 1983, p (...)
  • 48  S. Tomei, « Un retour sur la question coloniale. Leçons de morale de l’histoire », Le Monde diplom (...)

29Ces trois repères essentiels indiquent parfaitement l’orientation générale du récit républicain qui est de confirmer la vision sociale d’une égalité conquise et acquise. Ce récit réactualise la rupture fondatrice qu’incarne la Révolution française à partir de laquelle la responsabilité du système esclavagiste va pouvoir être rejetée sur l’Ancien Régime et sur lui seulement. De fait, l’esclavage dans les colonies françaises n’intègre cette trame narrative que sous le mode de son anéantissement accompli par une République libératrice 45. Cette analyse rejoint celle d’autres auteurs comme Myriam Cottias 46qui a pu suggérer que la fusion dans le modèle républicain réclamait pour les Antillais un « oubli » de soi et de son histoire particularisante. Car il devient difficile, pour ne pas dire impossible, de rendre compatible cette accréditation des valeurs républicaines égalitaires avec la révélation des rapports socio-raciaux issus de l’expérience de l’esclavage. Ce point de vue était aussi celui formulé plus tôt par J. Fredj, qui indiquait combien l’intégration des Antilles françaises dans un modèle républicain entamée dès les lendemains de la Révolution de 1789 avait rendu « impossible l’expression de certaines contradictions sous l’aspect de la différence raciale » 47. Que la République trouve dans l’Histoire matière à alimenter son récit ne fait pas de doute. Mais qu’elle en oublie par la même occasion tout ce qui pourrait en affaiblir l’intégrité est bien actuellement ce qui pose problème. Cette question émerge de façon cruciale depuis une dizaine d’années à partir des révélations successives sur les périodes sombres mal assumées, de l’Algérie aux « zoos humains », et sur tout ce qui touche généralement à la République coloniale. Cet exercice de mémoire, on le sait, est difficile, périlleux, douloureux, d’autant plus qu’il laisse prise à l’injonction du « devoir de mémoire » qui, comme le dit fort bien S. Tomei, tend à muer l’invitation à se souvenir en une « sommation » et « la responsabilisation en une culpabilisation » 48.

  • 49  DiversCités. Le bulletin de la démocratie culturelle locale, n° 1, septembre 2001, p. 1.
  • 50 . Sud-Ouest, 29 juin 2001.
  • 51 . Sud-Ouest, 15 octobre 2001. L’objet de ce conseil est présenté comme devant « favoriser l’intégra (...)

30L’oubli bordelais se comprend mieux replacé dans ce contexte national, celui-ci lui ayant permis d’aménager cet espace d’amnésie collective au regard d’un passé si étroitement lié aux économies esclavagistes et concernant lesquelles on n’a certainement pas encore pris la mesure des filiations et connections multiples. La résurgence de mémoire que l’on observe actuellement répercute également les fragilités du système républicain enregistrées nationalement et redevables de cette grande difficulté à gérer la différence dans un système politique qui se destine à la gommer. Le collectif associatif DiversCités s’empare de cette faiblesse pour faire de sa revendication de mémoire un outil destiné à contrer « la politique républicaine hypocrite de gestion de la diversité culturelle »49. Autant les engagements – encore assez timides, il faut le dire – pris récemment par le maire de la ville pour rappeler la prise en compte du passé négrier (section permanente au Musée d’Aquitaine, apposition de plaques explicatives sur les monuments 50) que la création toute nouvelle et encore bien balbutiante par la municipalité d’un « Conseil des communautés étrangères »51tendent à signifier cette tentative inédite de la gestion de la « différence » au sein de l’espace public bordelais. Combien le modèle bristolien paraît de ce point de vue véritablement expert pour gérer la demande communautaire…

  • 52  Harry Goulbourne, Race Relations in Britain since 1945, Londres, Mcmillan Press Ltd, 1998, p. 21.

31La cité anglaise se révèle en effet, au travers du tourbillon de mémoire qui la caractérise, comme soumise à des impératifs bien distincts de ceux que fait naître l’exigence républicaine. Là où la différence doit se taire par souci de confirmer l’égalité « sans distinction d’origine, de race ou de religion » selon les termes de la Constitution française, elle doit au contraire être proclamée reconnue dans le contexte britannique. Il faut y voir la conséquence directe de l’option nationale tenant à l’infléchissement net vers un modèle multiculturaliste. Ce choix opéré par la nation britannique s’est affirmé à l’occasion de la publication du « Rapport Swann » en 1985 sur l’éducation, celui-ci encourageant la participation de tout groupe ethnique à un ensemble structuré par des valeurs communes tout en préconisant que soit favorisé le maintien de l’identité de chacun des groupes 52. L’idéal multiculturel conçoit ainsi le partage d’un espace commun de citoyenneté qui n’exclut pas l’affirmation des particularismes. D’où ces situations parfois troublantes pour le regard formé à l’école républicaine tels ces nombreux dispositifs au sein des organismes publics redevables de la prise en compte de l’appartenance raciale et dont l’expression la plus manifeste se trouve dans les catégories de recensement. Historiquement produite par la société britannique, la catégorie raciale à l’œuvre est paradoxalement devenue le vecteur par lequel s’affirme le souci multiculturel de combattre les discriminations tout en respectant la diversité des identités « raciales ».

  • 53  Fred Constant, Le Multiculturalisme, Paris, Flammarion, 2000, p. 94.

32L’emballement de la mémoire à Bristol peut se lire comme une réponse directe à l’exigence de conforter la vision sociale qui tient pour acquise l’acceptation de la différence raciale et culturelle. Provoqué par la demande communautaire, l’arsenal déployé s’est empressé de mobiliser les symboles forts qui attestent de la prise en compte sans compromis de la présence de l’Autre dans l’espace public commun. Pourtant, cette politique mémorielle entièrement vouée à œuvrer sur le plan culturel laisse vacant le champ de l’intervention sociale. On rejoint alors l’analyse de Fred Constant qui voit dans le multiculturalisme un « traitement politique de la question culturelle […] trop souvent dissocié de la gestion publique de la question sociale »53. La politique mémorielle à Bristol, dont on peut penser qu’elle est venue éteindre le feu d’une contestation toujours menaçante, pourrait ainsi s’interpréter comme la contrepartie de l’impuissance à agir sur le front des inégalités sociales.

  • 54  Cf. Christine Chivallon (2001).
  • 55  Paul Ricœur, « Vulnérabilité de la mémoire », in Jacques Le Goff (ed.), Patrimoine et passions ide (...)

33En conclusion, je rappellerai l’interprétation qu’il m’a paru utile de développer par ailleurs 54au vu de ces différences entre les cités bordelaise et bristolienne, une interprétation entièrement inspirée des travaux de Paul Ricœur 55. Le philosophe envisage deux symptômes d’une mémoire collective « blessée » qui ne parviendrait pas à accomplir un travail de deuil achevé par la verbalisation des traumatismes collectivement vécus, par la « remémoration ». Ces états pathologiques sont le « pas assez de mémoire », marqué par l’oubli, et le « trop de mémoire » que traduit une attitude compulsive vis-à-vis des actions du souvenir. Ces dysfonctionnements répercutent une visée stratégique et expriment en définitive le résultat d’une instrumentalisation politique de la mémoire collective. Une telle grille d’analyse me paraît offrir toute l’adéquation espérée d’un modèle vis-à-vis de la situation étudiée. Le « pas assez de mémoire » s’applique en effet à la situation républicaine dont le registre mémoriel appelle l’oubli pour que soit dotée d’efficacité cette croyance en la communauté intégratrice pour tous, sans témoignage de traitement différentiel, sans trace d’histoire génératrice d’inégalités. Le « trop de mémoire » peut servir à qualifier l’option multiculturelle dès lors que celle-ci se polarise sur la démonstration de la prise en compte de la différence de l’Autre dans une abondance de signes qui martèlent la venue à forme de cette « unité multiculturelle ». Mus par l’impératif de cohésion sociale, ces deux registres, malgré les intentions éthiques qui peuvent les traverser, ne semblent cependant pas être en mesure de dévoiler ce que pourrait être une mémoire collective animée par la seule volonté – et uniquement elle – de répondre à l’exigence de justice sociale. Mais une telle mémoire perfectible n’est-elle pas du domaine de l’utopie quand ce qui préside à la formation même de ces registres collectifs sur le passé n’est ni plus ni moins qu’une nécessité de fonder un ordre social ?

Haut de page

Bibliographie

– CAUNA Jacques de, 1998, L’Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Béarnais aux îles d’Amérique, Biarritz, Atlantica.

– CHIVALLON Christine, 1999, « Informer le regard sur la ville : Bristol et la mémoire de l’esclavage », Annales de la Recherche Urbaine, n° 85, pp. 100-110.

– CHIVALLON Christine, 2001, « Construction d’une mémoire relative à l’esclavage et instrumentalisation politique : le cas des anciens ports négriers de Bordeaux et Bristol », Actes du colloque The Legacy of Slavery and Emancipation in Europe and the Americas, CEPIC-Paris, Guadeloupe, mars 2001 (paru dans Les Cahiers des Anneaux de la Mémoire, n° 4, 2002, pp. 176-203).

– CHIVALLON Christine, 2002, « Affronter des questions toujours là. Autour des registres d’une mémoire antillaise de l’esclavage », Ethnologie française, 4, pp. 601-612.

– CONSTANT Fred, 2000, Le multiculturalisme, Paris, Flammarion, col. « Dominos ».

– COTTIAS Myriam, 1993, « Société sans mémoire, société sans histoire : le patrimoine désincarné », Encyclopædia Universalis, pp. 263-265.

– COTTIAS Myriam, 1997, « L’oubli du passé contre la citoyenneté : troc et ressentiment à la Martinique (1848-1946) », in Fred CONSTANT & Justin DANIEL (ed.), 1946-1996 : cinquante ans de départementalisation outre-mer, Paris, L’Harmattan, pp. 293-313.

– DRESSER Madge, 1998, « The African slave trade in Bristol, England : the public historian and popular memory », communication donnée à la Annual Conference of the Western Association of Women Historians, 15-17 mai 1998, Oxford.

– FREDJ Jacques, 1983, « L’assimilation dans l’histoire antillaise », Les Temps modernes, 441-442, pp. 1836-1848.

– GOULBOURNE Harry, 1998, Race Relations in Britain since 1945, Londres, Macmillan Press Ltd.

– MAROLLEAU Marielle, 1996, Les minorités ethniques de Bristol : une étude de cas dans les inner-cities, TER de géographie urbaine, Université de Bordeaux 3.

– NORA Pierre, 1984, Les lieux de mémoire, tome I (La République), Paris, Gallimard.

– POIRIER Christian, 2000, « Mémoire collective, identité et politique. La société québécoise et sa relation problématique avec le passé », in Inès MOLINARO & Christopher ROLFE (eds), Focus on Québec (II). Further Essays on Québécois Society and Culture, Edinburgh, GRECF, pp. 73-87.

– PRICE Richard, 2000, Le Bagnard et le Colonel, Paris, PUF.

– PRICE Richard, 2001, « Monuments and Silent Screamings : a View from Martinique », in Gert OOSTINDIE (ed.), Facing up to the Past : Pespectives on the Commemoration of Slavery from Africa, the Americas and Europe, Kingston, Ian Randle, pp. 58-62.

– RICHARDSON David, 1997, The Bristol Slave Traders : a Collective Portrait, Local History Pamphlets, The Bristol Branch of the Historical Association.

– RICŒUR Paul, 1998, « Vulnérabilité de la mémoire », in Jacques LE GOFF (ed.), Patrimoine et passions identitaires, Paris, Fayard, pp. 17-31.

– SAUGERA Éric, 1995, Bordeaux port négrier. Chronologie, économie, idéologie, XVIIe-XIXe siècles, Paris, Karthala.

Haut de page

Notes

1  Ces recherches ont reçu le soutien financier de la School of Geographical Science à Bristol et du Conseil Régional d’Aquitaine.

2  Myriam Cottias, « Société sans mémoire, société sans histoire : le patrimoine désincarné », Encyclopédie Universalis, p. 265.

3  Richard Price, Le Bagnard et le Colonel, Paris, PUF, 2000, p. 162 et p. 168.

4  Richard Price, « Monuments and silent screamings : a view from Martinique » in Gert Oostindie (ed.), Facing up to the Past : Perspectives on the Commemoration of Slavery from Africa, the Americas and Europe, Kingston, Ian Randle, 2001, p. 59.

5  Cf. Christine Chivallon (1999 et 2001).

6  Cf. Christine Chivallon (2002).

7  Pour une approche de l’action communautaire, se reporter aux articles cités en bibliographie faisant état des recherches conduites à Bordeaux et Bristol.

8  Voir sur ce point le site Internet de l’UNESCO : http://www.unesco.org.

9  D’après les informations recueillis sur le site de Africa Reparations Movement : http://www.arm.co.uk

10  Le Courrier International, 599, 23 avril-1er mai 2002, p. 27.

11  Le Courrier International, 535, 1er-7 février 2001, p. 21.

12  Pacific News Service, 31 mai 2000, disponible sur le Net : http://www.alternet.org

13  Sur la conférence de Durban, voir entre autres le dossier constitué par J.A./L’intelligent, n° 2121, 2001. Voir également les commentaires de Christian de Brie (« À Durban déjà, deux visions du monde face à face. L’avenir du passé ») dans Le Monde diplomatique, octobre 2001.

14  Selon le document « Historique des relations Bordeaux-Bristol », produit par la Mairie de Bordeaux, Direction des Relations Internationales. Signalons cependant qu’à l’occasion d’un colloque universitaire tenu en 1997 pour le cinquantenaire du jumelage sur le thème « Le port et l’imaginaire du port », un des participants, un Bristolien, consacre sa communication à l’activité du commerce esclavagiste (Mark Horton, « New archeological evidence from Bristol on the Atlantic slave trade and the Industrial Revolution », Colloque International, Pôle universitaire européen de Bordeaux, Bordeaux, 17 et 18 octobre 1997).

15  Pour reprendre le titre de l’ouvrage de J. de Cauna (1998).

16  Jacques de Cauna, L’Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Béarnais aux îles d’Amérique, Biarritz, Atlantica, 1998, p. 115.

17  éric Saugera, Bordeaux port négrier, Paris, Karthala, 1995, p. 202.Précisons que Bordeaux sera le premier port négrier français au cours des années 1802-1803 (ibid., p. 129).

18  David Richardson, The Bristol Slave Traders : a Collective Portrait,Local History Pamphlets, The Bristol Branch of Historical Association, 1997.

19  Éric Saugera, op. cit., p. 14.

20  « Comme une perte de mémoire », Sud-Ouest, 18 septembre 1998.

21 Ibid.

22  Madge Dresser, « The African slave trade in Bristol, England : the public historian and popular memory », Oxford, 1998.

23  Voir sur ce point l’ouvrage de J. de Cauna (1998) qui illustre combien le développement des sociétés insulaires des possessions françaises d’Amérique impliquait l’immigration durable d’une population originaire des ports de la façade atlantique et de l’Aquitaine en particulier.

24  Association culturelle Beehive Recording Studios and Workshops. Source : Bristol Racial Equality Council Newsletter, mai 1996.

25  Ces statistiques concernent l’ensemble de la ville et sont tirées du recensement de 1991. Cf. Marielle Marolleau (1996).

26  Bristol Racial Equality Council Newsletter, décembre 1996/janvier 1997.

27  Cf. Christine Chivallon (1999).

28  La description de ces actions découle notamment du dépouillement de la presse locale : les quotidiens Bristol Evening Post et Western Daily Press, ainsi que le magazine Venueet la Bristol Racial Equality Council Newsletter.

29  Éric Saugera, op. cit., p. 19.

30  Selon le slogan de l’association DiversCités, lors de la manifestation qu’elle organise chaque année dans les rues de Bordeaux à l’occasion du « Mémorial de la Traite des Noirs ».

31  Il s’agit de l’association Africapac (fédération des associations étudiantes d’Afrique, Caraïbe, Pacifique), de l’association multiculturelle DiversCités, et du collectif Toussaint Louverture. Pour une approche plus détaillée, cf. Christine Chivallon (2001).

32  Plaquette de présentation de la liste « Couleurs bordelaises. Liste interculturelle. Municipales 2001 », Bordeaux.

33  Cf. Christine Chivallon (2001).

34  Bordeaux, le rhum et les Antilles, catalogue de l’exposition tenue de novembre 1981 à janvier 1982, Bordeaux, Musée d’Aquitaine, p. 20.

35  Ibid., p. 5.

36  Regards sur les Antilles. Collection Marcel Chatillon, catalogue de l’exposition tenue de septembre 1999 à janvier 2000, Bordeaux, Musée d’Aquitaine, p. 9.

37  Extraits de l’entretien réalisé auprès d’un conservateur du Musée d’Aquitaine, février 2000.

38  Regards sur les Antilles. Collection Marcel Chatillon, catalogue de l’exposition, p. 16.

39  Direction des Musées de Bordeaux, présentation de l’exposition temporaire « Regards sur les Antilles… », octobre 1999.

40  Sud-Ouest, 3 octobre 1999.

41  Sud-Ouest, 24 septembre 1999.

42  Christian Poirier, « Mémoire collective, identité et politique. La société québécoise et sa relation problématique avec le passé », in Inès Molinaro & Christopher Rolfe (ed.), Focus on Québec (II). Further Essays on Québécois Society an Culture, Edinburgh, GRECF, 2000, p. 73-87.

43  Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, tome I (La République), Paris, Gallimard, 1984, p. VIII.

44  Voir les principaux extraits de ce discours dans Le Monde, 24 avril 1998.

45  En ce sens, la loi de 2001 pourrait n’être que le prolongement de cette projection dans une filiation héritée du fonds révolutionnaire qui reconnaît le crime accompli par l’Autre sans pour autant en suggérer la responsabilité en son sein. Dans tous les cas, l’accueil reçu par cette loi confirme la vision d’une France généreuse « qui sait être un grand pays de liberté et d’attachement » selon les termes du Sénégalais Amadou Lamine Sall dans le Courrier International, 437, mars 1999.

46  Myriam Cottias, « L’oubli du passé contre la citoyenneté : troc et ressentiment à la Martinique (1848-1946) », in Fred Constant & Justin Daniel (eds), 1946-1996 : cinquante ans de départementalisation outre-mer, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 293-313.

47  Jacques Fredj, « L’assimilation dans l’histoire antillaise », Les Temps modernes, 441-442, 1983, p. 1851.

48  S. Tomei, « Un retour sur la question coloniale. Leçons de morale de l’histoire », Le Monde diplomatique, novembre 2001, p. 28.

49  DiversCités. Le bulletin de la démocratie culturelle locale, n° 1, septembre 2001, p. 1.

50 . Sud-Ouest, 29 juin 2001.

51 . Sud-Ouest, 15 octobre 2001. L’objet de ce conseil est présenté comme devant « favoriser l’intégration dans la ville des ressortissants étrangers » sans être, selon les mots d’Alain Juppé, « un lieu de débat politique et religieux ».

52  Harry Goulbourne, Race Relations in Britain since 1945, Londres, Mcmillan Press Ltd, 1998, p. 21.

53  Fred Constant, Le Multiculturalisme, Paris, Flammarion, 2000, p. 94.

54  Cf. Christine Chivallon (2001).

55  Paul Ricœur, « Vulnérabilité de la mémoire », in Jacques Le Goff (ed.), Patrimoine et passions identitaires, Paris, Fayard, 1998, p. 17-31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Chivallon, « L’émergence récente de la mémoire de l’esclavage dans l’espace public : enjeux et significations  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 89 | 2002, 41-60.

Référence électronique

Christine Chivallon, « L’émergence récente de la mémoire de l’esclavage dans l’espace public : enjeux et significations  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1534

Haut de page

Auteur

Christine Chivallon

Chargée de recherche, CNRS/TIDE, MSH d’Aquitaine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page