Navigation – Plan du site
DOSSIER

Esclavage, marronnage et commémorations : les enjeux de la mémoire

Francis Dupuy et Rafael Lucas
p. 9-12

Texte intégral

1Les commémorations ont généralement pour objet de célébrer des événements d’envergure promis à être insérés dans une représentation collective. Cette dernière est conçue de manière à catégoriser et à formaliser une certaine construction de l’Histoire destinée à être présentée sur le mode valorisant et consensuel. Une telle démarche tend à privilégier l’émergence de grandes figures d’identification et de moments symboliques promus ainsi au statut de « mythes fondateurs ».

2La mode de ces grandes célébrations historiques en rapport avec le Nouveau Monde est venue de la péninsule Ibérique, à partir de deux grandes dates : 1988 et 1992. La première a remis en lumière l’exploit maritime du navigateur portugais Bartolomeu Dias qui, en 1488, doubla le Cap des Tempêtes (rebaptisé « de Bonne Espérance »), ouvrant ainsi la route des Indes par l’est. La seconde, nettement plus médiatisée, a fait revivre l’« épopée » hispanique de la « Découverte » de l’Amérique.

3En France, le Bicentenaire de la Révolution (1989) s’est inscrit dans la même tendance de glorification du passé ; pourtant il n’accorda qu’une part congrue à la question de l’esclavage. 1994, anniversaire de la première abolition officielle, a passé sous silence la date du 29 août 1793 qui vit à Saint-Domingue l’esclavage aboli pour la première fois par le délégué de la Convention, Léger-Félicité Sonthonax. 1998, cent cinquantenaire de l’abolition définitive, a insisté sur la figure de l’abolitionniste-libérateur. Opérations tout à la fois de rédemption et de réhabilitation, ces trois commémorations ont laissé dans l’ombre la part active prise par les esclaves eux-mêmes dans leur propre libération : nulle référence, ou presque, aux révoltes d’esclaves et au marronnage (du moins dans l’Hexagone). Cette posture revenait en réalité à nier un fait historique majeur, à savoir que la première suppression de l’esclavage ne résulte pas de l’abolition concédée par les maîtres mais de l’aboutissement victorieux d’un processus insurrectionnel engagé en 1791 par les esclaves de Saint-Domingue/Haïti.

  • 1 « L’Esclavage, un tabou français enfin levé », Historia « thématique », n° 80, nov.-déc. 2002. Chri (...)

4Les mêmes « oublis », décidément tenaces, sont à relever dans deux publications récentes concernant l’esclavage : le dossier de la revue Historia consacré à la question, et l’ouvrage de Christian Delacampagne présentant une synthèse ambitieuse, au demeurant excellente, sur le même sujet 1. Dès lors, tout se passe comme si le crime et sa réparation émanaient des mêmes : du camp des maîtres. Et comme si les esclaves avaient définitivement subi l’histoire. Y compris dans la bonne conscience, celle du rachat, plane une lourde et entêtante odeur de paternalisme, de celui-là même qui a toujours tenu l’Afrique et les Africains dans une incapacité atavique à faire l’histoire.

  • 2  Dans le silence ambiant, soulignons toutefois la parution récente d’un recueil de morceaux choisis (...)

5Pourtant, la contribution de Rafael Lucas est là pour rappeler qu’il y a eu marronnage à peu près partout où, en terre américaine, il y a eu esclavage. Très souvent, à peine parvenus en ces parages hostiles, les esclaves ont su refuser le sort qui leur était assigné et, par la fuite, le seul acte politique à leur disposition, prendre leur destin en main 2. Dans certains cas, comme à Saint-Domingue, cette pratique a même constitué le terreau de l’insurrection contre l’ordre colonial. Le texte de Francis Dupuy montre en parallèle que ce marronnage ne peut être réductible à la fuite, à l’évasion : dans les Guyanes – à l’instar d’autres régions où les conditions de refuge étaient offertes (Pérou, Colombie, Venezuela, Brésil, Jamaïque, Saint-Domingue, Cuba…) –, ainsi que l’illustrent les Boni (ou Aluku), il s’est révélé apte à accoucher de sociétés véritables et autonomes, structurées sur un mode spécifique et dotées de lois propres.

6Si l’esclavage fut un phénomène (tragiquement) général à l’Europe de la Renaissance et des Temps modernes pour l’expansion de ses colonies outre-Atlantique et pour le développement de son économie plantationnaire, il convient de rappeler que la traite ne naît pas au xve siècle avec les Européens. La traite transsaharienne et celle de l’océan Indien, les deux à destination essentiellement du monde arabe, avaient déjà depuis plusieurs siècles utilisé et exploité l’Afrique noire comme réservoir de main-d’œuvre servile. Pour autant, les sociétés à esclaves ne sont pas forcément des sociétés esclavagistes : c’est bien l’Europe qui fera de l’esclavage l’un des piliers de son mode de production capitaliste en formation, et c’est bien le commerce transatlantique qui imprimera à la traite négrière un caractère systématique. Les xviie et xviiie siècles ont réellement transformé et la nature et l’ampleur du phénomène.

7Quoique l’esclavage ait été indéniablement un phénomène massif pour l’ensemble de l’Europe occidentale, il semble que la traite ait relevé, elle, d’une histoire assez singulière à chacun des ports qui, sur la façade atlantique, se livraient au trafic du « bois d’ébène ». C’est peut-être une des raisons pour lesquelles la mémoire est sollicitée aujourd’hui de manière si différenciée de Bristol à Bordeaux, de Liverpool à Nantes. Deux contributions se livrent ici à une approche comparée portant sur la façon dont la mémoire de la traite a réactivé le lourd passé de ces ports et sur les procédures dont celle-ci fait l’objet dans un usage tant social que politique. Ainsi, Christine Chivallon met en évidence le contraste saisissant qui oppose le port de Bristol à celui de Bordeaux. Dans le premier, la mise en représentation du passé négrier est telle qu’elle permet, par un étonnant retournement symbolique, d’offrir une reconnaissance aux minorités afro-antillaises, alors que dans le second, de faux-semblants en atermoiements, l’on préfère encore taire l’essentiel. Par ailleurs Éric Saugera, dans sa comparaison entre Nantes et Bordeaux, montre combien, au sein d’un même pays, cette mémoire est assumée ou refoulée en fonction de la complexité de la société locale, du choix des autorités politiques, des vicissitudes, des circonstances et des acteurs sociaux plus ou moins impliqués dans cette histoire.

  • 3  Ce fait simple mais capital explique sans doute, en partie du moins, pourquoi le mouvement de la N (...)

8Les commémorations de 1998 en France et les discours y afférents ont présenté le plus souvent l’histoire de la traite et de l’esclavage selon une vision manichéenne : victimisation des uns, diabolisation des autres. L’article de Jean-Norbert Vignondé est là pour rappeler la contribution – et la responsabilité – d’États africains comme le royaume d’Abomey en cette affaire. Un Africain embarquant de force sur un bateau négrier à destination du Nouveau Monde – étrange et sinistre désignation en l’occurrence – savait au moins deux choses avec certitude : qu’il avait été acheté par un Blanc et vendu par un Noir 3. Pour autant, la faute des uns ne saurait racheter la responsabilité des autres…

  • 4  Selon le mot de Gilberto Freyre.
  • 5  Loi du 21 mai 2001 « tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime (...)

9Agents ou victimes, les Africains ont été, pour le meilleur et pour le pire, pour avoir servi le système ou pour l’avoir refusé, des acteurs à part entière de l’histoire, et non des sujets passifs. Ni « pièces d’Inde », ni « biens meubles » (art. 44 du Code noir), ils ont été présents, mais de façon fort contrastée, aux deux extrémités du système « esclavocrate »4, tantôt pourvoyeurs tantôt marchandise. Reste à préciser que cette logique était au bout du compte contrôlée et rentabilisée par les puissances européennes, au plus grand bénéfice de leur « accumulation primitive du capital », par ce que l’on appellerait de nos jours un prodigieux « gain de productivité ». La ponction en main-d’œuvre servile exigée par l’exploitation des ressources des Amériques a aggravé la dimension déshumanisante de ce rapport social pour le moins particulier. L’ayant décrété aujourd’hui – à peu de frais – « crime contre l’humanité », la loi 5rend, au moins, justice de la monstruosité.

10Face aux embarras et aux subterfuges de la mémoire, solidement abritée derrière les descriptions normalisées de l’esclavage et la glorification des abolitions, il importe de faire ressortir l’importance des stratégies de défense et/ou de mise en crise du totalitarisme esclavagiste. Le travail ne pourra être considéré comme achevé que lorsque, au-delà des commémorations officielles et des repentirs convenus, la lumière sera faite aux trois angles de l’ancien « commerce triangulaire ».

Haut de page

Notes

1 « L’Esclavage, un tabou français enfin levé », Historia « thématique », n° 80, nov.-déc. 2002. Christian Delacampagne, Une histoire de l’esclavage. De l’Antiquité à nos jours, Paris, Le Livre de Poche « Références », 2002. La courte page que cet ouvrage consacre à ces questions (pp. 185-186) paraît être de pure circonstance, sans parler des approximations historiques… Par exemple, le marronnage réussi – c’est-à-dire ayant débouché sur la mise en place de communautés autonomes – y est considéré comme un « cas exceptionnel ».

2  Dans le silence ambiant, soulignons toutefois la parution récente d’un recueil de morceaux choisis relatifs au marronnage : Ô Fugitif. Anthologie autour de la figure du Marron, présentation de Jacqueline Picard avec la collaboration d’Armelle Détang et Claude Lucas, Éd. Caret, Le Gosier Guadeloupe, 1999.

3  Ce fait simple mais capital explique sans doute, en partie du moins, pourquoi le mouvement de la Négritude s’est rapidement retrouvé dans une impasse : difficile de sublimer une Afrique qui pour avoir été celle des ancêtres avait été aussi celle des faux-frères. Nulle mythification en tout cas chez les Marrons des Guyanes qui savent à qui ils doivent d’être parvenus aux Amériques !

4  Selon le mot de Gilberto Freyre.

5  Loi du 21 mai 2001 « tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Dupuy et Rafael Lucas, « Esclavage, marronnage et commémorations : les enjeux de la mémoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 89 | 2002, 9-12.

Référence électronique

Francis Dupuy et Rafael Lucas, « Esclavage, marronnage et commémorations : les enjeux de la mémoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1524

Haut de page

Auteurs

Francis Dupuy

Maître de conférences en anthropologie, Université de Poitiers

Articles du même auteur

Rafael Lucas

Maître de conférences en langue et civilisation luso-brésiliennes, Université de Bordeaux III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page