Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-6

Texte intégral

1D’un dossier à l’autre, par des approches différentes, les Cahiers poursuivent, de fait, une réflexion qui a en son cœur une de ces questions qui taraudent ceux qui cherchent à comprendre les fonctionnements sociaux, celle de la formation des mentalités collectives, des représentations et par là même des identités collectives. Besoin de repenser à nouveaux frais les processus de domination idéologique. Interrogations historiennes qui s’alimentent de la conscience que nous avons tous de l’impact considérable des moyens de communication de masse sur nos façons de penser, de penser notamment nos appartenances sociales, nos interventions dans le réel, individuelles comme collectives, au passé comme au présent.

  • 1  Guylain Chevrier dir., « Démocratie, pouvoirs et propagande au xxe siècle. De la paix de Versaille (...)

2Dans le dossier du premier numéro de 2002, Guylain Chevrier avait réuni des politistes et des spécialistes de l’histoire de la communication autour de la question de la propagande en démocratie à travers le cas de la France du xxe siècle 1. On sentait l’ensemble de la réflexion traversée par le choc que fut, avec plus ou moins de recul pour les uns ou les autres, la façon dont les grands médias avaient rendu compte de la guerre du Golfe de 1991 et par là même contribué à créer un fort courant d’adhésion au point de vue belliciste à l’échelle du globe.

  • 2  Benoît Caritey, Maurice Carrez dir., « Sport et propagande en Europe, xixe-xxe siècle », dossier d (...)

3Depuis, les Cahiers ont repris la question de la propagande approchée dans le contexte des activités sportives 2. Ce dossier coordonné par un sociologue et un historien, Benoît Caritey et Maurice Carrez, nous a fait changer d’échelle : il rappelait que la propagande n’est pas seulement celle tous azimuts des ondes, qu’il y a aussi celle qui se développe à l’échelle locale, au niveau des activités quotidiennes, par l’encadrement conscient de celles-ci, l’encadrement volontariste notamment des jeunes, notamment des jeunes des milieux populaires, propagande qui semble, peut-être un peu rapidement, d’un autre temps, celui d’avant la médiatisation généralisée et du sport et des grands choix politiques. Pourtant l’actualité la plus vive nous rappelle chaque jour que des jeunes changent de mode de vie, d’idée et parfois exposent leur vie pour une cause dont les valeurs leurs ont été enseignées dans les cadres bien structurés d’écoles, d’églises ou de mouvements de jeunesse, au moyen de relations de proximité liées à l’interconnaissance. Là aussi le présent rattrape un passé qui pouvait sembler en partie devenu étranger.

4Le présent dossier se place d’emblée sur le terrain de la fonction du passé dans le présent. Il ne s’agit pas tant ici du passé que construisent les historiens, que de la mémoire collective, mémoire constituée de façon plus ou moins volontariste selon les temps et les lieux, plus ou moins articulée sur les travaux des historiens aussi. Comment une société, des groupes sociaux, des autorités administratives et politiques favorisent-ils l’oubli ou la remémoration, fabriquent-ils des événements, des temps forts, donnent-ils des couleurs choisies à la fresque de la mémoire commune ?

5L’anthropologue, Francis Dupuy, et le spécialiste de l’histoire luso-brésilienne, Rafaël Lucas, abordent la question ici à travers le prisme de l’esclavage et du marronnage. Comment les sociétés occidentales ont-elles, ces dernières années notamment, à travers les commémorations officielles suscité une mémoire du passé esclavagiste ? Comment cette mémoire parvient-elle à forger des passés bien différents dans le cadre de grands ports négriers ayant connu des activités de même type comme Bristol en Angleterre, Nantes ou Bordeaux en France ? Comment les commémorations contribuent-elles à susciter une mémoire complaisante insistant « sur la figure de l’abolitionniste-libérateur » et négligeant « la part active prise par les esclaves eux-mêmes dans leur propre libération » ?

6Les articles de Rafaël Lucas et de Francis Dupuy reviennent sur cette dernière dimension des commémorations européennes en montrant l’importance du phénomène si mal connu du « marronnage », cette fuite massive des esclaves qui fut une de leurs principales armes. Mais ils rappellent aussi comment, en retour, la mémoire de ces faits de marronnage contribue de façons diverses selon les espaces à l’élaboration des identités collectives dans les Caraïbes et le continent américain.

7Christine Chivallon et Éric Saugera se placent eux du point de vue des ports négriers et étudient comment la mémoire du passé esclavagiste est, selon les contextes sociaux présents, vouée à des sorts bien différents. Largement oblitérée à Bordeaux qui laisse le privilège de ce passé à sa rivale sur les mers, Nantes, cette mémoire est au contraire valorisée dans le cas de Bristol, ville liée à Bordeaux par un jumelage, qui connaît-elle, pour reprendre les termes de Christine Chivallon, un véritable « tourbillon de mémoire ». Cette multiplication d’événements commémoratifs a constitué une réponse à une demande de reconnaissance de la minorité antillaise de la ville, dans un contexte de vive tension sociale et de revendication assumée d’un multiculturalisme étranger à la tradition républicaine française.

8Le dossier se termine par un article de Jean-Norbert Vignondé qui étudie la question du point de vue africain, rappelant que la traite fait également partie de la mémoire africaine. Mémoire là aussi longtemps bannie dont pourtant l’auteur montre la persistance à travers l’examen de la toponymie et l’étude des proverbes sur les bords du golfe de Guinée, et la réappropriation actuelle à travers le processus commémoratif.

9Nous retrouvons à travers ces articles qui ont le grand intérêt de croiser les points de vue, transportant le lecteur d’un continent à l’autre, d’un bord de l’Atlantique à l’autre, la question du volontarisme politico-culturel en matière de formation des opinions, à la fois expression de représentations collectives latentes, de représentations collectives complaisantes et aussi auteur de ces représentations qu’il contribue à remodeler. La traite, l’esclavage, le marronnage retrouvent à travers cette approche dynamique un peu de la place que les historiens ont tant de mal à contribuer à leur restituer dans le passé des sociétés occidentales notamment. Mais ce dossier nous rappelle aussi que comme beaucoup de questions celles-ci ne peuvent se comprendre que dans la perspective des brassages de populations à l’échelle d’espaces de plus en plus vastes dont les histoires se croisent et se recroisent : du golfe de Guinée à la Guyane, des Antilles à Bristol et à Bordeaux, histoires de dominations, d’oppressions, de guerres, de révoltes, qui confrontent des populations dont les mémoires sont inégalement suscitées, entretenues selon les temps, selon les lieux.

10Cette recherche systématique du déplacement des lieux d’observation trouve dans ce numéro des Cahiers une autre expression à travers la présentation du fonds Moyen-Orient de l’Institut International d’Histoire sociale d’Amsterdam réalisée par Didier Monciaud dans la rubrique « Aux sources de l’histoire ». Mais dans la même rubrique, nous changeons radicalement d’échelle et de point de vue en rendant hommage à un acteur singulier de ce « Métier » d’historien, en l’occurrence une femme, l’historienne et l’enseignante, si typiquement française, l’ancienne collaboratrice de l’Institut de Recherches Marxistes récemment disparue, Germaine Willard. « Débats » et « Chantiers », chacun à leur façon, ramènent eux aussi le lecteur au cœur des passions françaises. « Chantiers », non loin des préoccupations d’historienne qui furent celles de Germaine Willard, présente ici un aspect des recherches actuelles sur la France de Vichy à travers l’article d’une jeune historienne, Claire Jaladieu sur les prisons de ce régime. « Débat » poursuit la réflexion sur la propagande en restituant les principales interventions d’une rencontre récente mêlant chercheurs et acteurs du mouvement social dans une perspective très marquée par les enjeux de l’histoire contemporaine française.

11Et pour finir, dès à présent, annonçons que le recours au décentrement comme outil de lecture du réel trouvera une de ses expressions dans le prochain dossier que proposeront les Cahiers puisque celui-ci donnera à voir l’histoire de France au prisme des approches américaines. Donc l’histoire de France telle que la font les historiens si nombreux des États-Unis, la France dans le regard de l’autre, et pas de n’importe quel autre. Gageons qu’un tel dossier, dirigé par notre collègue californien David Shafer, lui-même spécialiste de la France du xixe siècle, contribuera à montrer que l’histoire qui se fait s’ancre bien sûr dans des histoires nationales mais peut aussi participer à la dénaturalisation de celles-ci. Alors nous aurons fait œuvre d’historiens critiques et souhaitons que cette histoire vue d’ailleurs en suscitent d’autres pour lesquelles nous faisons d’emblée appel à la sagacité et à la témérité de nos amis lecteurs historiens. Vos projets de contribution à ce croisement des points de vue d’élaboration des savoirs seront les très bienvenus. Une nouvelle fois, à vos plumes !

Haut de page

Notes

1  Guylain Chevrier dir., « Démocratie, pouvoirs et propagande au xxe siècle. De la paix de Versailles à la guerre du Golfe », dossier du n° 86-2002 des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique.

2  Benoît Caritey, Maurice Carrez dir., « Sport et propagande en Europe, xixe-xxe siècle », dossier du n° 88-2002 des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 89 | 2002, 3-6.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1518

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page