Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-5

Texte intégral

1Que dire en ces temps de guerre ? Comment écrire ce mot de la rédaction alors que les bombes tombent sur l’Irak, que des puissances se sont arrogées le droit de détruire sciemment les infrastructures d’un pays tandis que des entreprises se sont déjà partagées les contrats de reconstruction, alors que les maîtres de la guerre s’appliquent à nous rappeler, comme si nous l’avions oublié, que la guerre c’est la guerre, et que l’on ne fait pas de guerre sans victimes, et que les victimes, ça souffre, ça saigne, ça meurt.

2De quoi nous parle alors cette propagande abordée ici par le biais du sport ? Sentiment qu’elle nous ramène somme toute à un temps plus doux, celui où l’on prenait le temps. Le temps de penser en termes de formation, d’éducation, même s’il s’agissait de former une jeunesse dans le sens que l’on espérait celui d’un avenir à précipiter, de canaliser son énergie au profit de pouvoirs. Même si l’on sait que cette formation pouvait être celle de futurs bons petits soldats, celle qui apprend à marcher au pas, à obéir, à se sacrifier et à accepter le sacrifice d’autres vies humaines, à la cause, à la juste cause, celle de la grandeur nationale, de la grandeur de la race, celle de la gloire religieuse, celle du triomphe d’un ordre social. Face aux bombes qui tombent, peut-être apprend-on que finalement on peut se passer de cela, du lent endoctrinement des peuples. Soit que l’on puisse aller plus vite, à coup de matraquage de communication, de grands spectacles audiovisuels, pour impressionner, terroriser par grande masse grâce au système mondialisé des médias, soit, si cela ne suffit pas, que l’on admette que l’on peut finalement se passer de l’assentiment des peuples, surtout des plus pauvres, et venir à bout des oppositions à coup de menaces policières, de matraquages grenade au poing, et, si cela ne suffit encore pas, de bombardements de pays entiers et d’occupation militaire. La propagande, quand la guerre éclate, apparaît-elle désormais comme un luxe, luxe de ces moments où peut-être l’on prépare la guerre, mais en se contentant, momentanément, de la guerre des mots et des gestuelles mimétiques ?

3Ce temps présent nous confronte, nous historiens, non sans cruauté, au temps lent de nos histoires, écrites dans nos bureaux, dans le silence des salles d’archives, temps qui demande au présent d’attendre, d’attendre, somme toute, son tour. Or cette fois, à nouveau, le présent ne veut pas attendre, nous laisser nous adonner à la recherche des régularités, des évolutions lentes, et il vient si vigoureusement bousculer nos questionnements que nous retrouvons l’urgence de la question fondamentale qui nous hante tous, faisons-nous bien l’histoire dont aujourd’hui a besoin, une histoire qui réponde aux interrogations posées par le présent, une histoire qui contribue à la compréhension des liens sociaux, des interdépendances, des effets de domination, explicites ou masqués dont nous tous, citoyens du monde, avons le plus grand besoin de débusquer les intrications, les cheminements passés, les contraintes sur le devenir de la société humaine.

  • 1  Nous renvoyons notamment aux réflexions développées dans notre n° 86 de 2002, Démocratie, pouvoirs (...)

4Nous espérons que les fureurs du présent ne rendront cependant pas inaudibles les passionnantes études de ce nouveau dossier mais au contraire contribueront à donner une nécessité renouvelée à leurs investigations. Le dossier de ce numéro des Cahiers nous met en effet au cœur de la question combien sensible dans les sociétés contemporaines de la « propagande »1, du conditionnement volontaire, conscient des esprits. L’approche du dossier coordonné par Maurice Carrez et Benoît Caritey, enseignants à l’Université de Dijon, se développe ici à travers le prisme original de cette forme neuve de la vie collective dans l’Europe de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle que fut le sport, souci nouveau du corps, entre jeu, hygiénisme et recherche de maîtrise des individus, en particulier des plus jeunes. Les articles montrent combien le souci de former la jeunesse, de canaliser son énergie vers des enjeux politiques globaux à travers l’activité sportive n’a pas été l’apanage des régimes totalitaires mais a constitué un enjeu important pour l’ensemble des courants politiques, enjeu qui rejoint celui de la visée plus globale d’éducation, de domestication des masses qui traverse toutes les sociétés en voie d’industrialisation et d’urbanisation du xixe puis du xxe siècle. Produit de contextes sociaux, culturels divers, motivé par des ambitions politiques souvent contraires, de l’exaltation nationale finlandaise à l’exaltation communiste de l’Internationale Rouge Sportive, un même souffle passe, celui du volontarisme, de la confiance dans la nécessité de l’encadrement social, de l’éducation à des règles, des idées communes, devant favoriser la diffusion d’idées et de pratiques contribuant à faire vivre une certaine idée de l’ordre social. À travers le sport comme à travers la politique, c’est bien un même rapport de l’individu au collectif qui est en cause, nous amenant à mieux mesurer l’ampleur considérable des transformations de ce rapport dans les sociétés occidentales au cours des dernières décennies et à nous interroger sur les formes prises par ce rapport partout dans un monde bousculé à grande vitesse par la mondialisation contemporaine.

5Outre ce volumineux dossier, accompagné d’une riche bibliographie qui offre un point de vue global sur la question, ce numéro des Cahiers reprend cette question fondamentale des fonctionnements sociaux que sont les modalités de l’articulation de l’individuel et du collectif dans le contexte bien spécifique de la Venise de la fin du Moyen Age. Chantiers propose, en effet, une réflexion originale d’une jeune historienne, Claire Judde de Larivière, sur les pratiques économiques des élites vénitiennes, pratiques qui, sur fond de fort sentiment d’appartenance à la cité, reposent sur la confusion des intérêts privés et du bien public, d’une façon qui, loin de faire scandale, apparaît comme une des conditions essentielles de la cohésion politique et de l’efficacité économique.

  • 2  Stéphane Sirot, Maurice Thorez, Paris, Presses de Sciences Po, 2000.

6A travers Aux sources de l’Histoire, nous poursuivons notre investigation dans les fonds d’archives, insistant sur l’importance pour le travail de l’historien des conditions d’accès aux sources, des principes d’archivage, des règles de consultation. Stéphane Sirot, auteur d’un récent ouvrage sur Maurice Thorez 2, signale ici l’importance de l’entrée aux Archives nationales des archives privées de Thorez et de son épouse, Jeannette Vermeersch, importance quantitative et qualitative par les possibles relectures que laissent entrevoir ces sources privées concernant un homme public de premier plan dans cette phase cruciale de la vie politique de la France qui courent des années 30 aux années 60.

7Les Cahiers font à nouveau dans ce numéro une large place à la lecture cinématographique de l’histoire, préoccupation dont nous retrouverons l’écho dans un de nos prochains dossiers qui, à l’automne, proposera une réflexion sur la contribution du cinéma à la naissance des nations, à la conscience que les nations se forment d’elles-mêmes. Ceci à la suite d’un dossier confié à un collègue américain qui nous présentera les enjeux de l’histoire de France vue des États-Unis, de ces « french studies » qui nous parleront autant des États-Unis que de la France à travers des effets de miroirs complexes dans laquelle l’histoire joue bien sûr son rôle dans l’aventure conflictuelle de la construction des identités collectives, toujours mise en scène d’un soi par rapport à d’autres, de d’autres par rapport à un soi, lui-même plus ou moins cohérent, solide, selon les milieux et les temps.

8Avant cela encore, le prochain dossier des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, nous ramènera à l’articulation de la propagande et de la construction des identités à travers diverses mises en œuvre de la commémoration, ici commémoration des abolitions de l’esclavage et mémoire du marronnage. Et ce prochain numéro, refera place à l’actualité des apports historiographiques à travers Débat, que l’importance du dossier du présent numéro nous a conduit à différer.

9Bonne lecture et, chers lectrices et lecteurs, à vos plumes pour nous faire part de vos réactions et suggestions afin que nous soyons mieux les historiens dont vous, aujourd’hui, avez besoin !

Haut de page

Notes

1  Nous renvoyons notamment aux réflexions développées dans notre n° 86 de 2002, Démocratie, pouvoirs et propagande en France au xxe siècle. De la paix de Versailles à la guerre du Golfe.

2  Stéphane Sirot, Maurice Thorez, Paris, Presses de Sciences Po, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 88 | 2002, 3-5.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 88 | 2002, mis en ligne le 01 juillet 2005, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1511

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page