Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927). Expériences locales et liaisons nationales

Paris, La Documentation française, 2002, 1362 p.
Raymond Huard
Référence(s) :

Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927). Expériences locales et liaisons nationales, t. I et II, Paris, La Documentation française, 2002, 1362 p.

Texte intégral

1Dans cet imposant ouvrage, Yannick Marec donne une vaste synthèse de ses nombreux travaux sur les institutions de bienfaisance et d’assistance à Rouen et dans la Seine-Inférieure au xixe et au xxe siècle. L’étude qui s’étend de 1796 à 1927 permet d’apercevoir sur une longue durée l’évolution des formes de la protection sociale, les débats auxquels celle-ci a donné lieu, les personnalités remarquables qui se sont consacrées, avec un dévouement admirable, à cette tâche. L’auteur ne se limite pas à l’assistance proprement dite. Il insère celle ci dans un ensemble beaucoup plus vaste où l’on trouve aussi les institutions de prévoyance (caisses d’épargne, mutuelles) et de secours (mont-de-piété, œuvres charitables privées de type associatif, etc.) La comparaison avec d’autres villes françaises (Paris, Reims, Le Havre) ou étrangères (Elberfeld) n’est pas ignorée. L’ouvrage est parfaitement informé et appuyé sur une connaissance approfondie et critique des aspects financiers de la question. Il est illustré par de nombreuses cartes, figures et documents d’époque, d’autant plus intéressants qu’en ce domaine, l’iconographie est souvent assez pauvre. La bibliographie, très riche, sera un instrument de référence pour les chercheurs.

2Le point de départ de l’étude, c’est la mise en place à l’époque du Directoire d’institutions publiques d’assistance, les établissements hospitaliers d’un côté, les bureaux de bienfaisance de l’autre, sous la responsabilité de la municipalité, ce qui fait entrer en application des principes établis par la Convention, mais en en restreignant l’ambition (l’assistance sera communale et le droit au secours disparaît). Rouen (79 780 habitants en l’an VIII) possède ainsi deux établissements hospitaliers, l’Hôtel-Dieu à l’ouest de la ville et l’Hospice général, à l’est (qui comptent à eux deux 2 000 pensionnaires ou malades) et un bureau de bienfaisance qui a des antennes par section, puis par paroisse et qui assiste environ 3 000 pauvres. Tandis que la population de la ville s’accroît rapidement pour atteindre 100 000 habitants en 1848, les crises économiques à la fin de la Restauration ainsi qu’en 1848 ou lors de la grande famine du coton entre 1861 et 1865 augmentent sensiblement le nombre de miséreux (9 400 personnes secourues par les seules institutions publiques en 1864). Elles obligent aussi à organiser des secours exceptionnels (ateliers municipaux en 1848). Pendant cette période, des institutions de prévoyance apparaissent (la caisse d’épargne en 1820, les mutuelles surtout à partir de 1840), mais leur rayonnement est encore faible. Les ouvriers – dont C. Noiret est l’interprète – se méfient de la charité officielle. Ces institutions se diversifieront dans la seconde moitié du siècle avec la création de la caisse d’épargne postale, l’essor de la mutualité, ordinaire puis scolaire, les tentatives de participation aux bénéfices, etc.

3Le cœur de l’ouvrage est consacré à la mise en place dans les années 1880 et 1890 d’un « système rouennais » d’assistance, qui a pu être considéré comme un modèle à l’échelle nationale. La situation sociale difficile d’une grande partie de la population dans cette ville ouvrière, dans les années 1880 où la dépression économique accroît le malaise social (Rouen compte alors 40 % d’indigents environ), le souci de limiter les dépenses d’assistance et de les répartir de façon plus efficace se conjuguent. Un des principaux inspirateurs et le porte-parole le plus éminent de cette nouvelle orientation est l’avocat Louis Ricard, protestant par conversion, maire de Rouen (1881) puis député, bientôt garde des Sceaux, passionné par ces questions qu’il aborde avec ampleur de vue et esprit de décision. Modéré au départ, Ricard se convertit progressivement au radicalisme, et incarne sur le terrain le solidarisme républicain avant même qu’il soit formulé théoriquement. Mais Ricard n’est pas seul et à côté de lui d’autres hommes, le préfet Hendlé, un autre maire de Rouen, Lebon, un industriel, Richard Waddington, et bien d’autres notables, protestants et républicains le plus souvent, mais aussi catholiques et conservateurs le cas échéant, se mobilisent pour l’assistance aux plus démunis.

4Le « système rouennais », dont l’auteur nous décrit minutieusement la genèse, visait à coordonner plus étroitement l’action des hôpitaux et celle du bureau de bienfaisance en unifiant les commissions qui les administraient, et à privilégier les secours à domicile, plutôt que l’hospitalisation, tout en recensant plus rigoureusement les bénéficiaires de l’assistance. Cela impliquait de médicaliser les bureaux de bienfaisance, au moins pour les soins les plus ordinaires, par la création de dispensaires dans les quartiers. On diversifiait ainsi l’assistance en la rapprochant de ceux qui en avaient besoin, on évitait de surcharger les hôpitaux. L’objectif était certes de faire des économies, mais aussi d’intégrer les milieux populaires à la république par une politique de régulation sociale. L’auteur décrit les résistances que la mise en œuvre de cette réforme suscita (opposition de conservateurs qui préféraient la charité privée, de médecins qui contestaient la qualité des soins en dispensaire), les problèmes administratifs et politiques qui se greffèrent sur la réforme (celui du traitement des assistés étrangers à la ville, de la laïcisation des institutions d’assistance, etc.).Sans que cessent les polémiques à son sujet, le « système rouennais » connaît son apogée au milieu des années 1890. Il apparaît à la fois rationnel et économique, et s’accompagne d’une rigueur budgétaire plus grande. Le bureau de bienfaisance devient donc progressivement un « acteur essentiel de la couverture médicale de la population rouennaise ». Cela n’empêche pas la diversification croissante des œuvres d’assistance et de prévoyance, sous l’impulsion d’associations privées confessionnelles ou laïques (la franc-maçonnerie), de groupements professionnels (chez les employés surtout).

5Y. Marec décrit ensuite le déclin de ce système sous l’effet de causes différentes, mais conjuguées. Les progrès de la législation sociale républicaine (loi de 1893 sur l’assistance médicale gratuite, celle de 1898 sur les accidents du travail, de 1905 sur l’assistance aux vieillards infirmes et incurables, de 1913 sur les familles nombreuses et les femmes en couche) rendent obligatoires certaines dépenses et les départementalisent en partie, la médicalisation croissante des hôpitaux, sous l’effet des progrès de la science, affaiblit relativement la position des dispensaires. Le mouvement ouvrier organisé a accueilli plutôt avec méfiance ces innovations. Les événements politiques, notamment la guerre de 1914-18, modifient les équilibres au détriment du bureau de bienfaisance dont les liens avec les hôpitaux se desserrent. De nouveaux problèmes apparaissent, la faiblesse de la natalité, une attention plus grande à l’hygiène, la lutte contre la tuberculose. La majorité municipale a changé en évoluant vers la droite. Des fautes de gestion enfin, au cours des années vingt, obligent à une remise en cause radicale. Avant le tournant de 1930, le système rouennais a vécu, mais il est significatif d’une époque, ce que Y. Marec fait très bien percevoir.

6Au sortir de cette plongée passionnante dans l’univers rouennais, on se dit que Rouen, qui a déjà fait l’objet de tant de beaux travaux historiques, a bien de la chance de disposer d’une étude de cette ampleur et de cette qualité sur une question d’un grand intérêt humain et qui met en jeu tant de ressorts sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Huard, « Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927). Expériences locales et liaisons nationales », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 02 octobre 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1493

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page