Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Annie Rey-Goldzeiguer, Aux origines de la guerre d’Algérie, 1940-1945 : de Mers-el-Kébir aux massacres du Nord-Constantinois

Éditions La Découverte, coll. Textes à l’appui, 2002, 403 p.
Maurice Genty
Référence(s) :

Annie Rey-Goldzeiguer, Aux origines de la guerre d’Algérie, 1940-1945 : de Mers-el-Kébir aux massacres du Nord-Constantinois, Éditions La Découverte, coll. Textes à l’appui, série Histoire contemporaine, 2002, 403 p.

Texte intégral

1Originaire de l’Afrique du Nord, traumatisée par les « événements » de mai 1945 qu’elle vécut alors qu’elle était étudiante à Alger, l’auteur s’est dès lors livrée à une « longue quête pour comprendre et expliquer » ce drame, animée du double souci de « rendre compte des événements tels qu’ils ont été vécus par les différents acteurs » (p. 45) et de nuancer les comportements et les motivations de ceux-ci, en soulignant les contradictions internes à chaque groupe, collectivement et parfois individuellement, comme au sein des pouvoirs publics et de l’armée eux-mêmes. Pour mener à bien son travail, elle a recouru largement à l’enquête orale pour compléter l’étude des archives disponibles, car, si celles-ci se sont ouvertes récemment, elles ne le sont toujours que partiellement… Malgré ces difficultés, cet ouvrage constitue un apport essentiel pour saisir les mentalités des communautés qui se sont affrontées. Il ne peut être question de résumer un ouvrage d’une grande densité, mais tout au plus d’en dégager quelques perspectives et quelques points forts.

2Les années 1940-1945 furent déterminantes pour l’évolution de l’Algérie, en élargissant le fossé entre les deux communautés qui composaient la société algérienne aux dépens d’un troisième camp, que l’auteur qualifie de « monde du contact », voire du dialogue, et qu’elle scrute avec soin, pour poser la question : ce monde médian, quoique minoritaire et de surcroît hétérogène, aurait-il pu constituer le noyau d’une « nation en formation », « pour reprendre les termes de Maurice Thorez » (p. 92), alors que la communauté française rejetait toute réforme susceptible de mettre en cause sa suprématie – elle l’avait fait bien voir en faisant échouer en 1936 le projet Blum-Viollette, pourtant bien timide – et que chez les Algériens était apparu un mouvement nationaliste, menaçant pour cette suprématie ?

3Après la défaite de 1940, accueillie avec indifférence par la plupart des Européens comme des Algériens, qui ne se sentaient guère concernés, les premiers se rallièrent en masse et avec enthousiasme au régime de Vichy, voyant en lui une assurance contre toute tentative de réforme, tandis que celui-ci semblait annoncer « une direction nouvelle tentante pour les Algériens » (p. 48), mais « qui se borna à quelques mesures sans grande portée » (p. 49) ; aussi le mouvement nationaliste rencontra-t-il une audience croissante, tandis que les tensions ethniques se développaient.

4Mais c’est le débarquement allié surtout qui allait marquer « la grande fracture » (p. 115). Ses répercussions sont étudiées dans toute leur complexité. Du côté européen se manifeste un nationalisme « exacerbé », « obsessionnel » (p. 121) : les Français d’Algérie, conscients de faire « partie de la France, non pas en parents pauvres, mais comme forces vives », ne ménagent « ni (leur) sang ni (leurs) forces pour la libération d’une mère-patrie plus ou moins mythique » (p. 195), mais pensent « avoir droit à la reconnaissance d’une dette de sang » (p. 197). Or, le débarquement et l’installation des forces anglo-saxonnes, en révélant aux Algériens la faiblesse et l’humiliation « de leur puissance colonisatrice » (p. 164), alors que les Américains diffusent largement la Charte de l’Atlantique, provoquent chez eux « une poussée de nationalisme populaire » (p. 117) et une accélération de la politisation des masses, tandis que s’unifie le mouvement nationaliste ; dès novembre 1942, Fehrat Abbas, qui, avant la guerre, cherchait en vain une nation algérienne, conclut avec le PPA clandestin de Messali Hadj et les oulémas un accord politique qui devait servir de base à la rédaction du Manifeste de 1943, dont l’objectif était la reconnaissance d’une nation algérienne et l’obtention d’un gouvernement algérien dans le cadre d’une association avec la France. Alors qu’ils subissent de plein fouet les difficultés économiques, la famine, les épidémies, qu’ils sont mobilisés avec les Européens pour la libération de la France, les Algériens ressentent d’autant plus l’injustice dont ils sont victimes – leur ration alimentaire est officiellement inférieure à celle des Européens –, et demandent eux aussi la reconnaissance par la France d’une dette de sang. Mais ce n’est qu’en avril 1943 que semble s’esquisser une ouverture après que le Manifeste eut été remis officiellement au gouverneur général et le 7 mars 1944 seulement qu’est promulguée une ordonnance prévoyant un statut de l’Algérie, mais toujours inégalitaire. Aussi cette mesure tardive et limitée mécontente tout le monde : insuffisante pour les Algériens, elle inquiète les Européens, d’autant plus que le nouveau gouverneur général, Châtaigneau, semble favoriser le mouvement nationaliste en entérinant les statuts du Manifeste et de la Liberté (AML), fondé le 14 mars à Sétif, suscitant dans toute l’Algérie un immense enthousiasme.

5L’espoir d’une évolution pacifique devait être bien vite démenti. Au congrès des AML du 24 mars 1945, « les partisans d’Abbas sont mis en minorité par les activistes du PPA, faisant voler en éclats le compromis accepté par Messali Hadj » (p. 231). Devant la peur croissante des Européens, « un double mécanisme se déclenche » au sein du gouvernement général : « le clan des durs », conduit par le secrétaire général, Gazagne, « préconise des mesures préventives », notamment l’arrestation de Fehrat Abbas et de Messali Hadj, mais il se heurte « au libéralisme du socialiste Châtaigneau », qui refuse d’enclencher la spirale de la violence (p. 232).

6Aussi bien, s’il n’y a pas de volonté délibérée de provocation pour justifier une répression de grande ampleur, s’il n’y a pas eu de complot au plus haut niveau, gouvernement général ou gouvernement français, bien que l’administration locale ait pu être encouragée par « le mot d’ordre laissé par de Gaulle à son départ pour la France » : « empêcher que l’Afrique du Nord ne glisse entre nos doigts » […] (p. 266), dès mars 1945 des mesures préventives furent prises par l’armée, suscitant l’inquiétude de l’administration civile. Surtout, le clan des durs intervient : « Ne pouvant agir sur les dirigeants, nous avons agi sur leurs lieutenants », devait reconnaître Gazagne (p. 236). Celui-ci profita de l’absence du gouverneur général, convoqué à Paris par le ministre de l’Intérieur, Tixier  – « pour mettre au point un plan urgent de réformes » – « pour monter le complot » (p. 240) ; exploitant des incidents survenus le 7 avril à Reibell, lieu de résidence surveillée de Messali, il fait procéder à l’arrestation de celui-ci, « enlèvement » qui « devient le détonateur pour le mouvement algérien » (p. 237). « En quelques jours, l’atmosphère se détériore dans toute l’Algérie » (p. 241). « Y a-t-il eu alors la formation d’un nouveau complot au niveau des notabilités locales européennes du quadrilatère (constantinois) ? Y a-t-il eu liaison avec le complot du gouvernement général ? À ces questions, il est impossible d’apporter une réponse puisque les archives du gouvernement général et des préfectures ne sont pas encore accessibles […] Quelques indices nous permettent cependant d’affirmer que les Européens ne restent pas inactifs » (p. 244) souligne l’auteur.

7Anne Rey-Goldzeiguer retrace alors minutieusement « l’escalade de la peur et de la haine » dans « la première semaine de mai » (p. 246). À l’occasion du 1er mai, le PPA organisa des manifestations séparées de celles des syndicats, manifestations dans lesquelles devait apparaître le drapeau algérien, mais qui devaient rester pacifiques ; des affrontements se produisirent pourtant, notamment à Alger et à Oran. De nouvelles manifestations furent prévues pour le 8 mai, à l’occasion de la capitulation allemande, afin « de rappeler aux Alliés, encore présents, les revendications algériennes » (p. 286) ; malgré lestentatives de certains éléments du PPA, elles devaient elles aussi rester pacifiques et les responsables des AML et du PPA cherchèrent « la plupart du temps à calmer les choses » (p. 286), « voire à collaborer avec les autorités » (p. 290). Les manifestations eurent lieu massivement dans toute l’Algérie, mais sans aboutir aux violences qui se déchaînèrent dans les régions de Sétif et de Guelma. Après avoir étudié les aspects complexes de la spécificité du quadrilatère constantinois, afin de mieux comprendre comment les manifestations purent y dégénérer, l’auteur retrace, du double point de vue des Algériens et des Européens, non seulement la journée du 8 mai, mais le mouvement insurrectionnel qui se développa les jours suivants et dont elle souligne l’ampleur, ainsi que la répression impitoyable qui s’ensuivit, menée « sans états d’âme » (p. 233) par l’armée, mais aussi par les Européens qui formèrent des milices prêtes à tous les excès, double répression à laquelle succéda une répression policière et judiciaire qui s’étendit à toute l’Algérie.

8De cet épisode sanglant, le bilan est impossible à établir en raison du silence tant des autorités publiques que des colons, du moins du côté des Algériens, car le nombre des victimes européennes est parfaitement connu – 102 tués, 110 blessés, 10 viols – parmi lesquelles, curieusement, reconnut la Sûreté générale, « des gens notoirement connus pour leur bienveillance à l’égard des musulmans » (p. 304). Refusant toute polémique inutile, car le problème n’est pas de l’ordre du quantitatif, l’auteur s’en tient, pour les Algériens, à conclure que les victimes « se comptent par milliers » (p. 305). De toute façon, le bilan général fut à tous égards désastreux pour l’avenir. Entre les deux communautés, le fossé, devenu gouffre, ne devait plus être comblé, le monde du contact se trouvant laminé, « cible commune des camps opposés » (p. 368), même si certaines passerelles purent être maintenues ou rétablies, ainsi au sein du PCA, qui reste le seul parti pluriethnique – mais aussi dans les syndicats et chez des enseignants venus de métropole, exempts du préjugé raciste. Se sentant menacés, malgré une victoire en apparence totale, les Européens font bloc ; « une Algérie française naît », qui intègre la minorité juive « hier encore rejetée et honnie » (p. 317), tandis qu’un lobby se constitue pour imposer ses vues à la métropole et « mettre la politique française au service des colons » (p. 362). Du côté du camp nationaliste, c’est l’effondrement, « la fin de la belle unité d’avril » (p. 338) ; non seulement les ponts sont rompus entre le PPA et les AML, dissous dès le 15 mai, mais des dissensions internes opposent au sein du PPA « politiques » et « activistes » ; pourtant, si, dès mai 1945, diverses initiatives « démontrent le profond ancrage du sentiment national », « la défaite de l’espoir » devait être profonde et « de longs mois seront nécessaires après le 1er novembre 1954 pour faire accepter (par les masses algériennes) les dangers d’une guerre de libération » (p. 376), à laquelle dès lors une minorité se prépare… Eût-il été possible de l’éviter si les avertissements, qui pourtant ne manquèrent pas, avaient été entendus, tels, dès juin 1945, celui du général Duval, commandant de la division de Constantine, déclarant aux Européens : « Je vous ai donné la paix pour dix ans ; si la France ne fait rien, tout recommencera en pire et probablement de façon irrémédiable » (p. 339). L’événement devait malheureusement lui donner raison…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Genty, « Annie Rey-Goldzeiguer, Aux origines de la guerre d’Algérie, 1940-1945 : de Mers-el-Kébir aux massacres du Nord-Constantinois », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 02 octobre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1491

Haut de page

Auteur

Maurice Genty

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page