Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Rapports sociaux de production dans la proto-industrie étaminière du Maine et du Perche aux xviiie et xixe siècles

Claude Cailly
p. 75-102

Résumé

Pendant plusieurs siècles jusqu'à la fin du Second Empire, le Maine et le Perche connaissent une proto-industrialisation intensive et diversifiée. L’industrie textile lainière, essentiellement étaminière, y participe activement. Cette industrie de demi-luxe, ancienne, essentiellement urbaine, est principalement localisée dans les villes du Mans et de Nogent-le-Rotrou et secondairement dans les petites villes du Maine et du Perche. Après une longue période de croissance sous l'Ancien Régime, elle connaît un déclin au XIXe siècle, dont l’origine est antérieure à la Révolution de 1789. Cette proto-industrie urbano-rurale à croissance lente dès le milieu du XVIIIe siècle, est le cadre de rapports sociaux de production proto-industriels spécifiques, illustration d’un mode de production de la transition industrielle.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Maine, Perche
Haut de page

Texte intégral

1Pendant plusieurs siècles jusqu’à la fin du Second Empire, le Maine et le Perche connaissent une proto-industrialisation intensive et diversifiée. L’industrie textile dans ses deux branches toilière – chanvre et lin – et lainière essentiellement étaminière y participe activement. Connue en France dès le Moyen Âge, l’étamine, étoffe fine et légère, faite des meilleures laines peignées, utilisée par les classes sociales dominantes (noblesse, bourgeoisie commerciale, clergé) contrairement au peuple des villes et campagnes s’habillant de serges, telons et droguets, étoffes plus grossières, représente sous l’Ancien Régime un produit de luxe et fonctionnel, signe de distinction sociale.

2L’histoire des étamines du Maine et du Perche aux XVIIIe et XIXe siècles est celle d’une industrie qui est d’abord prospère sous l’Ancien Régime, puis connaissant un long et irrésistible déclin au XIXe siècle. Ce déclin, dont l’origine est antérieure à la révolution de 1789, illustre parmi tant d’autres en France le passage d’une économie régionale fortement industrialisée à celle d’une économie industriellement sous-développée illustrant l’échec de la transition industrielle dans cette région au XIXe siècle.

La conjoncture longue : essor et déclin

  • 1  Dans le Perche, sa fabrication remonterait au xie siècle, abbé Métais et de Souancé, comte de, Sai (...)
  • 2  Le règlement général sur les manufactures de 1669 (article 22) cite comme lieux de fabrication « l (...)

3Industrie de demi-luxe, ancienne 1, essentiellement urbaine, principalement localisée dans les villes du Mans et de Nogent-le-Rotrou et secondairement dans les petites villes du Maine et du Perche de renommée nationale et internationale 2, sa réputation est déjà bien établie dès la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle avant qu’elle ne connaisse une remarquable expansion liée à une modification de la structure de sa production.

4A partir de cette situation initiale connue, l’industrie étaminière connaît au XVIIIe siècle une croissance heurtée et contrastée de part et d’autre de la guerre de Sept Ans : une phase d’essor et une phase de déclin relatif.

  • 3  Ainsi, la crise de 1725 semble durement ressentie par l’industrie étaminière.
  • 4  A Nogent, au cours de la première moitié du XVIIIe siècle (1714-1750), l’accroissement du produit (...)
  • 5  Pendant la guerre de Sept ans, à Nogent, la production tant en pièces qu’en valeur recule de plus (...)

5Au-delà des fluctuations conjoncturelles 3, la période de relative prospérité qui s’ouvre après le règne de Louis XIV confirme, surtout à partir des années 1725, le succès de l’étamine du début du siècle. La production et l’emploi s’accroissent 4 jusqu’au ralentissement provoqué par la guerre de Sept Ans (1756‑1763)5 qui annonce la crise structurelle de l’industrie étaminière dans les trente dernières années de l’Ancien Régime. La reprise s’effectue jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, mais elle reste modérée et ponctuée de crises conjoncturelles (1770-1771, 1777-1778, 1787-1788).

  • 6  Selon l’expression de Léon (Pierre), Économie et société pré-industrielles (1650-1780), Paris, A.  (...)
  • 7  Ainsi, dans le Perche, la part de Nogent-le-Rotrou dans la généralité d’Alençon passe de 28 % en 1 (...)
  • 8  Pour Le Mans, F. Dornic, op. cit., p. 241-242. Pour Nogent, Cailly (Claude), Mutations d’un espace (...)

6Cette croissance lente – à l’image de l’industrie lainière nationale 6– entraîne un déclin relatif de l’industrie étaminière dans l’ensemble lainier régional 7. La situation s’aggrave avec la crise prérévolutionnaire des années 1787-1789 qui affecte particulièrement les centres étaminiers du Maine et du Perche 8. Le rétrécissement progressif des marchés provoque ainsi le déclin de l’industrie étaminière avant la Révolution. Celle-ci révèle et précipite cette crise structurelle qui, de toute façon, aurait eu lieu tôt ou tard. On le sait, la Révolution, de nature politique et sociale, en effet, a des effets désastreux à court terme sur l’économie nationale et bien évidemment sur l’économie régionale. Les politiques intérieure et extérieure de la Révolution et de l’Empire, par leurs incidences sur la conjoncture économique, provoquent un nouveau rétrécissement des marchés déjà vulnérables et fragilisés depuis les années 1770. Dès 1790, le marché intérieur est touché par la politique religieuse de la Constituante relayée par celle de l’Assemblée législative en août 1792, abolissant les ordres monastiques, supprimant le costume ecclésiastique et celui des gens de robe. Malgré leur rétablissement sous le Consulat, cette demande ne reprend pas, car la chaîne de l’habitude vestimentaire est désormais rompue. La conjoncture économique générale intérieure dégradée de la Révolution accentue la crise des débouchés. Sous le Consulat et l’Empire, l’industrie étaminière aurait pu bénéficier de la reprise générale liée à la politique protectionniste et expansionniste de Napoléon, mais les crises de subsistances et la faible demande d’étamines, en dépit d’une amélioration des revenus, l’en empêchèrent.

7Traditionnellement exportatrice, l’industrie étaminière est également frappée de plein fouet dès 1793 par les déclarations de guerre à l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie. Puis lorsque ces deux derniers pays sont annexés ou mis sous tutelle, la politique religieuse « exportée » et ses effets sur les changements de mode vestimentaire, réduisant le marché intérieur, atteignent à leur tour les marchés méditerranéens jusque-là porteurs, auxquels s’ajoute la guerre maritime avec l’Angleterre.

  • 9  Le Mans, Nogent et d’autres centres du Maine (Bonnétable, La Ferté-Bernard, Château-du-Loir, La Fl (...)

8Enfin, l’intervention de l’État elle-même, avec la fabrication des étamines à pavillon en 1794, et malgré les préoccupations des autorités locales (municipalités et préfets), s’avère insuffisante pour compenser les effets déprimants de la crise 9.

9En définitive, c’est l’accumulation d’handicaps trop lourds dont l’épicentre fut la Révolution qui ruinent l’industrie étaminière par la conjonction de facteurs internes et externes affectant les marchés qui reposaient sur des produits trop spécifiques et par la rencontre de ces événements avec les transformations structurelles antérieures de la demande d’étamines. Dans ces conditions, le sursaut qui s’opère sous la Restauration ne peut être promis à un avenir durable sans reconversion totale de la branche.

10Dans ce contexte, l’examen des rapports sociaux de production de cette industrie résultant de la combinaison des forces productives et de l’organisation du travail, d’une part, et l’analyse de la structure des marchés et de l’organisation commerciale, d’autre part, doit nous permettre de mieux cerner la définition empirique du concept de proto-industrialisation et créditer la théorie d’une certaine valeur opérationnelle.

Un procès de production proto-industriel dominé et contrôlé par le capitalisme commercial

11Pour l’économie politique marxiste, la possession effective du capital est à la base des rapports sociaux qui s’établissent au cours du processus de production dans le mode de production capitaliste, dominant depuis deux siècles.

12Dans les formations sociales d’Ancien Régime, capital et travail n’étant pas dissociés, la question est évidemment plus complexe. Marx y a vu l’émergence, à côté du mode de production féodal dominant, d’un « mode de production marchand » caractérisé par la juxtaposition de petits producteurs indépendants possédant simultanément leurs moyens de production, leur force de travail et le produit de leur travail. Sous l’angle des rapports de propriété et des rapports découlant de l’organisation des forces productives, comment se caractérise l’ère proto-industrielle ? Se rattache-t-elle à l’un ou l’autre des deux modes de production ou s’agit-il d’un mode de production spécifique, précurseur du mode de production capitaliste, d’un « mode de production de la transition », c’est-à-dire en « transition du féodalisme au capitalisme » (P. Kriedte, H. Medik, J. Schlumbohm) ?

13Pour mener à bien cette analyse, une distinction fondamentale doit être opérée entre capital mis en œuvre au stade de la fabrication (capital industriel) et celui nécessaire à la commercialisation (capital commercial). Leur importance respective, le groupe détenteur des capitaux, les implications économiques et sociales de leur possession exigent, en effet, une approche séparée avant d’analyser les rapports entre les deux formes de capital.

Un capital proto-industriel

14Chacun le sait, malgré les progrès réalisés depuis le Moyen Âge, l’outillage des économies d’Ancien Régime reste, au XVIIIe siècle, encore rudimentaire. Dans l’industrie textile où la force et l’habileté manuelles restent la base du travail, le capital fixe continue de reposer sur un outillage certes techniquement diversifié mais globalement de faible valeur.

15A s’en tenir au seul stade du tissage, la fabrication d’étamines requiert un capital fixe peu important et peu coûteux ; le prix des métiers variant de 6 à 15 livres selon leur dimension et leur ancienneté.

  • 10  Enquête Desmarets de 1708 (BN F Fr, Ms 8037).
  • 11  Mémoire de l’inspecteur de 1778 (A.N. F12 651).
  • 12  Le même phénomène s’observe également au Mans, mais, semble-t-il, de manière plus accentuée. Le no (...)

16La difficulté est ici de mesurer la taille des entreprises. Selon les statistiques officielles de l’inspection des manufactures, centre de Nogent-le-Rotrou, au début du XVIIIe siècle, le nombre de métiers par fabricant s’élève à 2,5 10 et à la fin de l’Ancien Régime à 3,3 11. La taille des établissements semble donc s’être accrue dans l’industrie étaminière dès la première moitié du XVIIIe siècle 12.

  • 13  Les hésitations sur la qualification des fabricants dans les rôles de capitation se retrouvent éga (...)

17Les sources fiscales (rôles de capitation de Nogent-le-Rotrou pour les années 1766 à 1777) semblent traduire une concentration plus forte et serait un meilleur indicateur de la concentration. Le rapport numérique moyen serait de 6,5 « feux étaminiers » par « feu fabricant »13, la plupart des fabricants étant en fait des « étaminiers à façon travaillant pour les maîtres » même s’ils possèdent formellement leur métier.

  • 14  Second inventaire de la société Badelart-Bourdeau, 8 août 1768 (notariat de Nogent).

18L’importance de cette concentration au niveau des « entreprises » peut être également appréhendée par la répartition de la production entre les fabricants. Ainsi, selon l’inventaire de la société Badelart-Bourdeau, marchands en gros d’étamines à Nogent-le-Rotrou, établi en 1768, l’extrême dispersion de la production selon les établissements (ateliers domestiques) ne se retrouve pas au niveau des entreprises. Si la moyenne des pièces fabriquées reste médiocre (3 pièces par fabricant) du fait de la présence de « petits » fabricants, la concentration est élevée puisque 29 % des fabricants fabriquent deux tiers des étamines ; la présence de marchands-fabricants soulignant les fortes disparités au sein du groupe des fabricants 14.

  • 15  Source : listes nominatives de recensement de Nogent de 1836 et 1851 (A.D.E.L. 6 M, non cotées).

19La concentration de l’industrie étaminière et la prolétarisation qui en découle paraissent donc bien plus importantes et avancées au XVIIIe siècle que ne le laisse entrevoir le simple rapport métiers par fabricant. Ce double processus sera conduit à son terme lors de la phase de déclin définitif. Le ratio étaminiers/fabricants encore de 6,7 en 1836, s’élève, en effet, à 53 en 1851 15.

  • 16  Sur la description détaillée de la fabrication des « étamines du Mans », trois mémoires d’élèves i (...)

20Mais c’est surtout si l’on compare l’ensemble du processus de production que le capital fixe nécessaire, – bien que restant modeste – s’avère important dans l’industrie étaminière. Cela tient à la nature du produit et à la plus grande complexité et diversité des opérations techniques qu’elle engendre : préparation de la laine (dégrais, lavage, séchage, battage, graissage ou encimage) ; peignage ; filage ; ourdissage ; tissage ; dégrais, teinture et apprêt des étamines 16. L’outillage et les immobilisations nécessaires sont diversifiés.

  • 17 « Une paire de peignes, une chèvre, le pot à peignes, la potine estimés 1 livre 10 sols » (inventai (...)
  • 18  Tableau et liste résultant des inventaires après décès de teinturiers, dégraisseurs-apprêteurs et (...)

21Si les stades de la filature et du tissage, rouets à filer et à dévider, ourdissoir et métier ne sont pas particuliers à l’industrie étaminière, les autres phases du processus de production impliquent des investissements spécifiques. Le stade du peignage pour lequel quatre instruments sont nécessaires : peignes, poteau, chèvre et potine (espèce de fourneau en terre cuite), n’exige pas un investissement supérieur à deux livres 17. C’est surtout au dernier stade, « au sortir du métier », que les opérations de dégrais, teinture et apprêt qui procurent aux étamines le lustre indispensable à leur commercialisation proche ou lointaine confèrent un caractère plus capitalistique à l’industrie étaminière. Capital fixe avec les immobilisations et outils nécessaires au dégraissage (moulin à foulon, battoir, tablier, selle, égouttoir, chaudières, cuves), au chardonnage (main pour chardonner), à la teinture (local suffisamment vaste, cuves et chaudières). Mais plus encore capital circulant comprenant la matière première à transformer, mais aussi huile d’olive, colle et les nombreux ingrédients colorants et non colorants nécessaires à la teinture : pastel, vouède, indigo, chaux, bois d’Inde, noix de galle, vert de gris… ainsi qu’une quantité importante de bois de chauffage et de charbon 18. À l’évidence, ici les conditions techniques exigent des capitaux élevés.

22Ces exigences en capital technique de l’industrie étaminière expliquent pour une bonne part sa forte concentration financière, industrielle et commerciale, et son corollaire, une prolétarisation plus accusée de sa main-d’œuvre, et, par conséquent, la structure sociale inégalitaire qui prévaut dans cette industrie.

Capital proto-industriel et hiérarchie sociale

23La possession ou non de ce capital, son importance et ses formes sont évidemment à la base de la stratification sociale interne à cette industrie.

Les groupes sociaux fondamentaux

  • 19  L’on pourra comparer cette classification à celle des artisans du textile en trois groupes proposé (...)

24Sous l’angle des rapports de propriété, deux groupes fondamentaux peuvent être objectivement identifiés 19.

25Le premier groupe comprend :

  • 20  Le logement du compagnon au domicile du maître semble fréquent à Nogent ; les inventaires après dé (...)

26– Les salariés étaminiers, compagnons, travaillant le plus généralement au domicile du maître-fabricant 20, mais aussi quelquefois dans un autre local appartenant au maître ou chez eux sur un métier propriété du maître.

  • 21  Le patrimoine mobilier chez les compagnons étaminiers excède rarement 100 livres au moment de leur (...)

27La possession de leur seule force de travail, l’absence de patrimoine 21, surtout pour les travailleurs urbains, leur situation de dépendance et de subordination en font d’authentiques prolétaires « modernes ».

  • 22  Ce processus (classique) entre marchand-fabricant et tisserand à façon est explicitement décrit pa (...)

28– A ces « purs » salariés s’apparentent les étaminiers qui, propriétaires formels d’un métier, travaillent seuls à domicile avec leurs femmes et enfants, à façon pour le compte d’un fabricant, « travaillant pour les maîtres » comme les désignent les actes notariés. La faible valeur du capital fixe, la fourniture par le maître-fabricant de la matière à transformer 22, la forme du salaire – le « prix de façon » –, véritable salaire à la pièce, et l’absence de propriété sur le produit de leur travail en font des artisans dépendants, c’est-à-dire en réalité également d’authentiques prolétaires.

29Le phénomène de concentration qui s’opère dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et qui se renforce dans la première moitié du XIXe siècle, a évidemment élargi l’importance relative de ce groupe et accentué la prolétarisation « proto-industrielle », même si ces tisserands se distinguent des prolétaires de la grande industrie sous l’angle de l’organisation du travail (cf. infra).

30Le second groupe, malgré son hétérogénéité, se distingue fondamentalement du précédent par la possession effective d’un capital. Dotés d’un capital fixe et surtout d’un capital circulant relativement important, d’un capital-marchandises substantiel, tant en stock qu’en cours de fabrication, contrôlant plusieurs métiers et ouvriers, ce sont des artisans indépendants, des petits patrons, véritables « entrepreneurs capitalistes », acheteurs et possesseurs des moyens de production, distributeurs et contrôleurs du travail et enfin vendeurs pour leur compte sur le marché « primaire » en recherchant le profit maximum. La quasi-totalité des fabricants illustrent parfaitement, à des degrés divers, ces précurseurs des entrepreneurs « modernes ».

  • 23  A Nogent-le-Rotrou, une partie de ces petits fabricants vendent cependant directement à des courti (...)

31Selon l’importance du capital mis en œuvre, le nombre d’ouvriers employés ou contrôlés et le chiffre d’affaires obtenu, l’on passe ainsi insensiblement de l’étaminier à l’état de marchand-fabricant. Le premier dispose d’un ou de deux métiers et d’un petit capital mais dépend bien souvent de marchands-fabricants étaminiers en amont pour les prix et la fourniture des matières premières et en aval pour les prix et la livraison des marchandises23et se trouve souvent endetté envers ceux-ci. Le second possède un capital industriel (capital technique) dérisoire par rapport au capital commercial (créances commerciales) et assure une fonction principalement commerciale. Enfin, la situation intermédiaire est occupée par « l’entrepreneur industriel » dont la part du patrimoine affectée à l’activité industrielle est la plus élevée. Le passage au statut ultime de marchand se manifeste par la part croissante des créances commerciales et des marchandises dans l’actif. Ce n’est pas par hasard si c’est à l’égard de ce dernier groupe que la terminologie utilisée est le plus imprécise. Si donc une certaine mobilité ascendante semble exister au sein de la seconde catégorie par l’intégration d’artisans indépendants à la communauté des marchands, inversement, une fraction de sa frange « inférieure » n’échappe pas à la mobilité descendante en devenant « artisans dépendants ».

  • 24  A Lyon, dans la soierie, Maurice Garden occulte au contraire les clivages et oppositions de classe (...)
  • 25  C’est ce que M. Garden a également observé de manière pénétrante chez les soyeux lyonnais (op. cit (...)

32Entre les deux ensembles sociaux définis plus haut, la coupure socio-économique nous paraît décisive 24. D’ailleurs, les contemporains eux-mêmes en avaient une certaine conscience lorsqu’ils distinguaient, en période de crise économique, la situation des principaux fabricants qui pouvaient encore produire et éviter la misère et celle des petits fabricants et, a fortiori, des compagnons, tributaires de l’aumône privée ou publique, signe de la précarité de leur condition. Au demeurant, la situation matérielle de la majeure partie des étaminiers n’était guère enviable comparée à celle des autres catégories sociales 25.

Les caractéristiques de leur position sociale

33En raison des métiers requis (peigneurs ; fileuses ; étaminiers, sergers, telonniers ; dégraisseurs ; apprêteurs et teinturiers), la structure sociale est diversifiée et complexe. Mais globalement, la situation sociale des ouvriers de cette industrie paraît médiocre.

34Les deux instantanés présentant l’un la structure sociale de l’industrie étaminière au début du XVIIIe siècle, d’après les rôles de taille de 1708, dans la subdélégation de Nogent-le-Rotrou (tableau 1 A, ville de Nogent et tableau 1 B, paroisses rurales) et l’autre, celle de Nogent, à la sortie de la guerre de Sept Ans, d’après les rôles de capitation, pour toutes les catégories sociales (privilégiés exceptés) (tableau 2), établissent clairement la position sociale de chaque catégorie professionnelle au sein de l’industrie étaminière et celle des travailleurs étaminiers comparée aux catégories sociales des autres secteurs d’activité.

35Au sein de l’industrie étaminière, la position sociale de chaque catégorie reflète non seulement la possession ou non d’un patrimoine imposable, mais aussi le niveau de qualification. Du bas vers le haut, la hiérarchie des professions est la suivante : cardeurs, peigneurs, étaminiers et sergers, dégraisseurs et foulonniers, teinturiers, marchands.

  • 26  Cette observation vaut surtout pour le groupe des étaminiers dont la composition n’est pas homogèn (...)
  • 27  cf. les tableaux bruts de F. Dornic, op. cit., p. 164-166.
  • 28  L’assiette de la taille reposant avant tout sur le foncier, la possession ou la mise en valeur d’u (...)

36Cette hiérarchie des professions résultant des rôles fiscaux traduit pourtant mal la structure de classe, puisqu’elle masque l’opposition entre possesseurs de moyens de production et salariés ou quasi-salariés 26. En ville, où la possession de biens fonds est négligeable pour la majeure partie des contribuables, la proportion des contribuables de chaque catégorie imposés pour un montant inférieur à deux livres et la confrontation de la structure des contribuables par profession et de celle des contribuables imposés à moins de cinq livres permettent de s’en faire une idée : cardeurs, peigneurs et journaliers, compagnons étaminiers, compagnons dégraisseurs, apprêteurs et teinturiers, maîtres étaminiers et sergers à façon, constituent l’écrasante majorité des tranches inférieures d’imposition ; cardeurs, peigneurs et journaliers se tenant toujours au bas de l’échelle sociale. Par contre, comme l’on s’y attend, les tranches supérieures sont réservées aux « professions indépendantes » : marchands-fabricants ; marchands-teinturiers ; marchands et négociants d’étamines. La structure sociale de l’industrie étaminière mancelle en 1762 est fondamentalement identique 27. Le caractère urbain de l’industrie étaminière renforce la précarité des travailleurs de l’étamine, la disposition de quelques lopins de terre en milieu rural permettant un complément de revenus dont est dépourvu l’ouvrier urbain, rarement propriétaire de sa maison ou d’un bien fonds 28.

  • 29  A Mortagne-au-Perche (Orne), en 1789, les tisserands toiliers occupent une position moins enviable (...)

37Comparée à la situation des tisserands toiliers urbains et à l’ensemble des artisans de service, celle des étaminiers ne paraît dans l’ensemble ni meilleure ni pire. Les rôles fiscaux renvoient plutôt l’image d’une homogénéité des conditions du monde artisanal nogentais 29. Rien n’est moins sûr compte tenu du caractère un peu artificiel de la mesure du niveau social moyen des étaminiers résultant du rôle de capitation de 1766 intégrant sous un même vocable ouvriers étaminiers et maîtres-fabricants indépendants. Pourtant, la qualification des travailleurs de l’étamine incite à donner une réponse affirmative. D’autres éléments permettent de le préciser.

  • 30  Contrairement aux inventaires après décès, les apports au mariage constituent, on le sait, un élém (...)

38Bien que pour nous, ils ne constituent pas une source probante de la connaissance des patrimoines, les contrats de mariage dépouillés pour la dernière décennie de l’Ancien Régime apportent une nouvelle preuve des profondes inégalités sociales à Nogent 30. Les apports moyens cumulés des « étaminiers travaillant pour les maîtres » (1 060 livres) sont supérieurs à ceux des journaliers (410 l) et des peigneurs (345 l), équivalents à ceux des tisserands toiliers (1 170 l), inférieurs à ceux des fabricants d’étamines (1 630 l) et sans commune mesure avec ceux des professions judiciaires (6 500 livres) et des négociants dont les apports cumulés varient entre 50 000 et 100 000 livres.

  • 31  Le nombre d’observations reste limité, ne prenant en compte que la période 1780-1789 et une seule (...)

39Bien que notre échantillon d’inventaires après décès soit limité 31, le faible patrimoine mobilier des compagnons étaminiers (100 livres en moyenne contre 2 200 livres pour les fabricants d’étamines) place le prolétariat nogentais dans une situation aussi peu enviable que celle des tisserands toiliers. Par contre, la position des maîtres-fabricants étaminiers est plus favorable que celle des maîtres-fabricants toiliers.

  • 32  Répertoire des mutations par décès, Nogent (A.D.E.L. série Q, non coté).

40Au début du XIXe siècle, la hiérarchie des situations sociales ne semble pas s’être modifiée. Selon le relevé des déclarations de mutations par décès du bureau d’enregistrement de Nogent pour la période 1808-1820, le prolétariat urbain et agricole détient un patrimoine inférieur à celui des professions indépendantes (artisans, commerçants, agriculteurs) et les étaminiers occupent une position intermédiaire entre celle des peigneurs, fileuses et tisserands toiliers, et celle des artisans de service 32.

41Ainsi, recoupées entre elles, sources fiscales et notariales, traduisent bien les inégalités de revenus et de patrimoine entre, d’une part, les salariés (compagnons) et les travailleurs à façon et, d’autre part, les fabricants et marchands-fabricants.

Une organisation du travail proto-industrielle

42Les rapports sociaux de production ne se définissent pas uniquement par les rapports de propriété, mais aussi par l’organisation des forces productives, c’est-à-dire par la combinaison du travail et des moyens de production résultant elle-même de l’organisation technique de la production.

Une production techniquement dispersée

43Sur ce plan, le modèle proto-industriel régional s’identifie parfaitement au système de la manufacture dispersée, au « putting out system » britannique. Quel contraste, en effet, entre la concentration géographique de la main-d’œuvre et de la production et la dispersion technique du travail en une multitude d’ateliers artisanaux domestiques ! Ici point d’ateliers réunissant la main-d’œuvre et les moyens de production, point de manufacture concentrée. Certains fabricants font bien travailler plusieurs ouvriers à domicile, mais le cas le plus général – non exclusif du précédent –, tel que les inventaires des marchands-fabricants nous le présentent, est de donner à travailler à façon à des étaminiers exécutant le tissage à leur domicile. Conséquence capitale : si au plan de la possession des moyens de production et de la rémunération de la force de travail l’artisan étaminier connaît une situation de dépendance et de subordination, au plan technique, la majeure partie d’entre eux conservent une large autonomie en échappant à la surveillance et au contrôle immédiats et permanents du marchand-fabricant, leur assurant ainsi la maîtrise pratique du processus de production.

44Cette autonomie technique du travailleur textile est moins assurée dans l’industrie étaminière urbanisée que dans l’industrie textile rurale et dispersée. D’une part, parce qu’au stade du tissage, les ateliers étaminiers sont de taille plus importante – le nombre moyen de métiers installés au domicile des fabricants est plus élevé –, et la proximité géographique permet plus aisément le contrôle de la production et, d’autre part, parce que la dernière phase de la fabrication étaminière suppose une certaine dimension des établissements.

  • 33  Réponse des gardes-jurés devant le bailli de Nogent à une enquête de l’intendant d’Alençon, le 4 f (...)
  • 34  Acte de notoriété Me Rebours, notaire à Nogent, 9 février 1774.

45Cependant, même dans ce dernier cas, il semble que cette dimension soit demeurée modeste et plus encore à Nogent qu’au Mans. La pratique générale qui prévaut à Nogent pour la teinture et les apprêts des étamines consiste encore à la fin de l’Ancien Régime, à une exception près, en opérations effectuées à domicile par des artisans spécialisés et non, comme au Mans, dans les ateliers du négociant 33. Pour les trois opérations principales (dégrais, foulage, teinture), il semble même que ce soit un mouvement inverse qui se soit produit au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. En effet, la plupart des négociants préfèrent faciliter l’installation à leur compte de certains de leurs employés en leur abandonnant la maîtrise de ces apprêts, soit pour des raisons fiscales en échappant ainsi au vingtième d’industrie perçu à ce titre, soit parce que ces négociants, comme ils le disent eux-mêmes, « n’avaient ou la volonté ou la commodité de prendre chez eux des embarras ». C’est aussi pour les marchands d’étamines du Maine le moyen de recourir à des artisans indépendants de leurs concurrents nogentais lesquels, à l’occasion, deviennent leurs commettants 34.

46Les inventaires après décès et les bilans de faillite des marchands et négociants d’étamines de Nogent-le-Rotrou le confirment : ils utilisent tous, sans exception, les services de dégraisseurs, apprêteurs, foulonniers et teinturiers de Nogent. Seuls deux négociants disposent d’ateliers pour les apprêts : débouillerie et éplucherie dont d’ailleurs les immobilisations et le matériel restent modestes (60 livres pour le matériel de la débouillerie).

47Cette spécificité de l’organisation du travail nogentaise au stade final du procès de production, pour importantes qu’elles soient par les attitudes collectives différentielles qu’elles peuvent susciter, ne doivent pas cacher l’originalité de l’organisation du travail proto-industrielle, ici et là, radicalement opposée à celle de la grande industrie.

Une division technique du travail complexe

48Par contre, prémisse de l’organisation du travail capitaliste future, la division technique du travail, nous l’avons vu, par l’outillage et les spécialisations des tâches que cette industrie exige, est déjà extrêmement poussée, comme en témoignent les nombreuses manipulations « de la laine à l’étamine apprêtée » ci-dessus décrites.

49De même, si le contrôle au plan technique ne s’exerce pas au moment de la fabrication, il n’en existe pas moins en amont et en aval de celle-ci. En amont, l’artisan étaminier n’est ni maître du choix de la qualité de la matière première utilisée ni de son prix et, en aval, non seulement le produit ne lui appartient pas et il ne le vend pas pour son propre compte sur le marché, mais le marchand-fabricant contrôle sa qualité et, par là-même, règle son prix. Ce contrôle n’a évidemment rien de « naturel » ni de contractuel. Véritable superstructure juridico-idéologique, ce pouvoir coercitif résulte de la réglementation corporative d’Ancien Régime.

50Dans ces conditions, l’on comprend l’enjeu que cette dernière revêt non seulement pour les autorités mais aussi pour les agents économiques. Si pour les marchands la fraude est motivée par la recherche permanente du profit maximum, pour les petits fabricants à leur compte ou à façon, c’est d’abord le moyen de conserver leur autonomie dans la maîtrise technique de leur travail et d’assurer ainsi le maintien d’une relative indépendance.

51C’est donc finalement de la réglementation, de ses caractéristiques et surtout de son application ou non que dépendent en dernière instance l’état des rapports sociaux et donc les caractéristiques du « mode de production proto-industriel » textile étaminier.

Une proto-industrie essentiellement urbaine

Le rôle central des centres urbains, Le Mans et Nogent-le-Rotrou

  • 35  Carte annexe. Pour le Perche, dénombrement de l’an IV (A.D.E.L. L 402 et 404) ; rôles de taille et (...)

52Pendant toute la période étudiée, l’industrie étaminière de l’Ouest lainier se concentre essentiellement dans les villes et les gros bourgs et plus particulièrement dans les villes du Mans et de Nogent-le-Rotrou 35.

53Jusqu’au déclin définitif de cette industrie sous le Second Empire, les communautés rurales n’y participent que pour une fraction négligeable. L’évolution structurelle de l’industrie étaminière de la fin du XVIIe siècle au milieu du XIXe siècle accentue cette urbanisation. Si le champ géographique s’élargit et si l’emploi rural profite du mouvement d’essor jusque vers 1735-1740, la phase de croissance lente de la seconde moitié du XVIIIe siècle est marquée par un recul de ce dernier et des centres secondaires, phénomène qui s’amplifie dans la phase de déclin définitif de la première moitié du XIXe siècle.

Une urbanisation croissante mais variable selon les stades productifs

54La répartition de l’emploi étaminier masculin entre les phases de préparation et de fabrication et son évolution font clairement apparaître les caractéristiques spécifiques de la proto-industrie étaminière.

  • 36  La fabrication des étamines utilise des laines peignées et non cardées (Encyclopédie Méthodique, M (...)

55Contrairement à l’industrie lainière commune, essentiellement rurale, l’industrie étaminière « masculine » s’affirme comme une industrie urbaine à tous les stades de la production, comme le montre l’importance respective du cardage et du peignage en zone urbaine. Si le cardage est toujours plus important en milieu rural – et le phénomène s’accentue à la fin de l’Ancien Régime –, c’est que précisément cette opération concerne les étoffes communes (serges et telons) et non les étamines 36.

  • 37  Ainsi : 1. entre 1708 et 1759, les effectifs du tissage rural reculent de 0,9 % par an, alors qu’i (...)
  • 38  Dans le Perche, les peigneurs figurent dans trois paroisses rurales en 1708 contre 9 en 1759 et 11 (...)
  • 39  Tel est le cas du centre secondaire de Souancé (près de Nogent). La diminution du nombre de maître (...)

56Le tissage apparaît généralement plus concentré dans les centres urbains que le peignage et son aire d’implantation rurale y est plus réduite. Ces caractéristiques s’accentuent lors des phases de croissance lente et de déclin définitif pendant lesquelles le recul des communautés rurales et des centres secondaires affecte beaucoup plus le tissage rural que le peignage rural 37 ; le poids relatif de celui-ci augmente et, au XVIIIe siècle, son champ géographique s’élargit en s’étendant au-delà de l’aire du tissage 38. Le coût relatif des peigneurs ruraux, inférieur à celui des peigneurs urbains, et des conditions de transport moins défavorables autorisant un rôle accru des marchands de laine dans la collecte des laines peignées et filées ont certainement permis cette « ruralisation » tendancielle du stade initial du processus de production, alors qu’il était certainement plus facile et surtout moins coûteux, en période de croissance lente, pour les négociants et marchands-fabricants de maintenir le tissage urbain et de contenir le tissage rural à proximité géographique de la ville 39.

57Enfin, les teintures et apprêts sont toujours réalisés dans les centres urbains, Le Mans, Nogent et secondairement Chartres pour les étamines du Perche.

Un marché du travail féminin « dualiste »

58De l’importance quantitative de l’emploi féminin dans l’industrie étaminière comme dans l’industrie textile en général et de son apport-revenu – la filature représentant environ 25 % du coût moyen de production des étamines après apprêt – dépendent en dernier ressort les relations ville/campagne et la nature du marché du travail.

  • 40  Pour 1789, les estimations des effectifs employés à la filature dans le district de Nogent-le-Rotr (...)

59Certes les rapports officiels et, au XIXe siècle, les listes nominatives de recensement, établissent indiscutablement les relations nécessairement étroites entre la filature urbaine et les stades ultérieurs, mais l’imprécision ou la variabilité des informations sur la nature et l’importance de l’emploi de fileuse ne permettent guère une évaluation rigoureuse des parts respectives de la filature urbaine et rurale 40.

  • 41 « Cette fabrique de Nogent et Bellême peut occuper 848 fileuses pendant l’année entière exception f (...)

60Quand bien même cette répartition spatiale serait mesurable, l’incertitude totale subsiste sur la nature de l’emploi de fileuse en milieu rural. A n’en pas douter, l’emploi urbain occupé généralement par des filles, femmes et veuves d’artisans étaminiers et peigneurs constitue une activité principale voire exclusive 41 alors que l’emploi rural n’est pour le plus grand nombre qu’une activité saisonnière, secondaire et d’appoint.

  • 42  Cette prise en compte ou non de cet emploi « à temps partiel » explique les divergences d’apprécia (...)
  • 43 Claude Cailly, « Contribution à la définition d’un mode de production proto-industriel », Histoire (...)

61Mais sous l’ancien régime économique, l’importance réelle du travail industriel, surtout textile, ne se mesure pas uniquement à l’emploi « à temps complet ». Le développement du travail artisanal temporaire et saisonnier, surtout féminin 42 corrélativement à l’extension de l’industrie rurale a depuis longtemps été souligné par les historiens économistes avant de devenir un des critères essentiels de la théorie de la proto-industrialisation. C’est précisément ce critère de l’emploi féminin qui fait problème pour la mesure et la définition de la proto-industrialisation elle-même 43. Nous n’ignorons pas, en effet, que malgré le silence des statistiques et des rapports, une partie de l’activité des domestiques rurales –dont le nombre est toujours important dans les recensements de la période révolutionnaire et du XIXe siècle –, concerne la filature ; les approximations officielles présentant toujours des effectifs supérieurs à ceux des dénombrements et une zone d’implantation géographique plus large que celle du peignage et, a fortiori, du tissage.

62Au-delà d’une approche quantitative – insoluble –, de l’emploi féminin pendant l’ère proto-industrielle, deux conclusions nous paraissent néanmoins acquises :

63– L’industrie étaminière avant tout urbaine repose partiellement sur un marché du travail féminin « dualiste » résultant de l’apport non négligeable aux premiers stades de la production d’un volant de main-d’œuvre féminine saisonnière et temporaire, non ou mal rémunérée pour l’utilisation de cette force de travail spécifique, subissant de la part des marchands de laine et des marchands-fabricants les aléas de la conjoncture, même si les conséquences « existentielles » en sont moins dramatiques que pour les fileuses « professionnelles » urbaines, pour lesquelles chaque crise économique signifie chômage-misère-mendicité-mortalité accrue.

  • 44  A.N. F12 561 et 656.

64– Dans de telles conditions, pourquoi les marchands-fabricants des villes ne recourent-ils pas davantage à cette main-d’œuvre rurale ? L’inélasticité probable de cette force de travail du fait de l’importance des travaux agricoles et domestiques eu égard aux exigences d’un travail plus suivi et plus minutieux pour alimenter les chaînes et trames des métiers des catégories les plus fines d’étamines a certainement favorisé le maintien de la filature urbaine. A cette raison s’ajoutent les capacités financières réduites de la majorité des maîtres-fabricants et leur soumission à la loi des marchands de laine ou/et des marchands-laboureurs 44.

  • 45  Notamment, les conclusions de Tihomir Markovitch, « L’industrie française au XVIIIe siècle », écon (...)

65Au total, les phases de préparation et de fabrication-finition de l’industrie étaminière ne recoupent donc que partiellement la division campagne/ville si souvent évoquée pour l’industrie textile 45.

66En conclusion, l’occupation à temps plein de la totalité de la main-d’œuvre masculine et d’une fraction importante de celle féminine, leur localisation essentiellement urbaine tout en associant une certaine quantité de travail féminin rural, la ruralisation limitée du peignage encore à la fin de l’Ancien Régime, la concentration quasi exclusivement urbaine du stade de fabrication-finition exigeant le plus haut niveau de qualification, son accentuation dès la seconde moitié du XVIIIe siècle à la faveur de la crise structurelle, la proximité géographique du tissage rural près des centres urbains et, enfin, la coordination et l’organisation de la collecte, des apprêts et de la distribution des produits faisant du Mans et de Nogent les sièges du capitalisme commercial, confèrent davantage à l’industrie lainière de luxe – contrairement à l’industrie lainière commune – les caractéristiques d’une « industrie moderne » marquée notamment par la concentration géographique et l’emploi continu du travail que celles d’une industrie rurale proprement dite dont le caractère dispersé et saisonnier est généralement reconnu.

67Si, au XVIIIe siècle, au stade de la fabrication, l’on peut ainsi caractériser un « mode de production proto-industriel », système spécifique et transitoire entre le « mode de production marchand » défini comme la juxtaposition de « petits producteurs indépendants » et le « mode de production capitaliste », l’affirmation croissante du capitalisme commercial régional au sein de la formation sociale d’Ancien Régime, consécutif au développement des échanges internationaux, introduit deux questions essentielles :

68– celle des rapports entre capital manufacturier et capital commercial,

69– celle de la place de ce dernier dans le « mode de production proto-industriel ».

La domination du capital commercial

Les fondements de la domination

70Les rapports entre négociants et fabricants découlent de leur place respective dans la structure sociale proto-industrielle textile. Celle-ci, commandée par l’importance du capital manufacturier ou commercial possédé, correspond, en première analyse, aux disparités de patrimoine.

71Sources notariales, fiscales et témoignages des autorités locales concordent sur l’opposition et la grande disparité entre la bourgeoisie commerciale et la petite bourgeoisie boutiquière et artisanale du textile. Certes, et nous y avons insisté, la structure de classe n’est pas absente du monde de la fabrique, mais relativement au monde du négoce, le premier forme un groupe presque homogène tant les deux mondes paraissent séparés.

  • 46  Dépouillement des actes des trois études notariales de Nogent pour la période 1746-1789.

72Qu’il s’agisse des apports en mariage ou des actifs patrimoniaux détenus en cours ou en fin d’activité (bilans de faillite et inventaires après décès), les valeurs moyennes obtenues chez les négociants sont aux antipodes de celles des fabricants. La valeur moyenne des patrimoines mobiliers est respectivement de 93 403 l.t. et 6 730 l.t. Le patrimoine mobilier des négociants d’étamines est également bien supérieur à celui des marchands merciers et drapiers de Nogent dont l’actif mobilier moyen concernant un échantillon de 19 inventaires après décès dans la seconde moitié du XVIIIe siècle s’élève à 4 300 l.t.46.

  • 47  Rôle de capitation des officiers de l’élection de Mortagne 1772-1782 (A.D.O. C 894). Le montant du (...)
  • 48  Les témoignages sur la rapidité de la constitution des fortunes pendant la phase de croissance de (...)
  • 49 « Les marchands en gros du Mans ne sont qu’au nombre de 7 ou 8 dont 5 sont frères et beaux frères…  (...)

73Au demeurant, sans analyser ici la structure sociale interne à la bourgeoisie commerciale, relevons que ces écarts moyens traduisent mal les disparités réelles de patrimoine. Entre le sieur Guillier qui « de notoriété publique est le plus gros négociant et le plus riche particulier de la province, fortuné de plus d’un million et demi de livres, et surnommé dans Nogent à juste titre le Millionnaire »47 et le maître-fabricant « indépendant » dont le patrimoine successoral s’élève à 1 000 livres, l’écart est de 1 à 1 500 ! Cette disproportion ainsi constatée dans les trente dernières années de l’Ancien Régime résulte d’un mouvement séculaire sans précédent d’accroissement des actifs commerciaux 48 et d’une forte concentration du capital commercial. Cinq des vingt-quatre négociants (21 %) possèdent à eux seuls 62 % de ce capital. Concentration dont le mouvement s’est accéléré au XVIIIe siècle sous le double effet des faillites qui atteignent un grand nombre de négociants nogentais pendant les guerres et crises de la seconde moitié du siècle et de la cessation volontaire d’activité de quelques autres consécutive à la baisse de la rentabilité du capital dans la dernière décennie de l’Ancien Régime. Cette forte concentration commerciale est également remarquable au Mans dès la première moitié du XVIIIe siècle 49.

  • 50  Ainsi, le subdélégué Goislard de Nogent marie-t-il son fils avec la fille de l’un des plus riches (...)
  • 51  Lettre du subdélégué à l’intendant, 24 juillet 1740 (A.D.O. C 29).
  • 52  Mémoire du bailli et du procureur fiscal à l’intendant, 3 août 1740 (même dossier).
  • 53  Voici l’appréciation de l’auteur (anonyme) d’un mémoire sur l’introduction des laines étrangères e (...)

74Que le négoce des étamines ait permis la constitution de fortunes considérables et la formation d’un groupe social opulent dans la première moitié du XVIIIe siècle, les notables contemporains en ont une claire conscience. Citons les appréciations du subdélégué et du bailli de Nogent-le-Rotrou en 1740, qui prennent d’autant plus de valeur qu’observateurs extérieurs au négoce ils sont alliés à cette classe ou en sont issus 50. Le subdélégué : « Les grosses et rapides fortunes de nos marchands qui croissent comme des potirons sont surprenantes… »51.Le bailli : «… Personne n’ignore icy que les marchands en gros de Nogent sont dans une situation opulente, et qu’au contraire les maîtres-fabriquants et autres ouvriers d’étamines y sont dans un état si médiocre, que la plus grande partie a une peine extrême à vivre »52. Somme toute, une structure sociale peu différente de celle décrite par F. Dornic pour l’industrie étaminière mancelle 53 mais qui prend ici encore plus de relief dans une ville deux fois moins peuplée.

  • 54  Citons l’exemple de Guillier : l’actif commercial constitue un tiers de la fortune (actes déjà cit (...)

75Ainsi, le patrimoine des principaux négociants nogentais n’a rien à envier à celui de la noblesse traditionnelle de la province. Seule leur composition diffère : pour les premiers, l’actif commercial occupe toujours une fraction importante du patrimoine 54, alors que pour la noblesse, les actifs immobiliers et fonciers en représentent la quasi-totalité.

Les manifestations de la domination

  • 55  A.D.O. C 29.

76Présente tout au long du XVIIIe siècle, la domination des négociants sur les fabricants s’affirme plus nettement dans la seconde moitié du siècle. Déjà, en 1740, à Nogent, lorsqu’à propos de la requête formulée par un certain nombre de maîtres-fabricants (les plus aisés) proposant « d’ériger les fabriquants en corps de jurande » et de supprimer les courtiers et revendeurs d’étamines, le subdélégué rendit compte à l’Intendant de l’assemblée commune des fabricants et des marchands de gros qu’il avait convoquée, la rupture paraît consommée et la nature des rapports clairement définie : «… Comme vous m’aviez prescrit par votre lettre d’avertir les marchands en gros de se trouver à l’Assemblée je les ai convoqués, mais il m’a paru que leur présence a intimidé les fabriquants. Les grosses et rapides fortunes de nos marchands… sont surprenantes, ce qui fait croire à toutes personnes de bon sens qu’ils prennent trop sur les petits fabriquants, mais quel remède y apporter, c’est ce que je ne sais pas. » Quelques jours plus tard, le bailli et le procureur fiscal adressant leurs observations sur le même sujet sont encore plus clairvoyants et explicites sur le contenu des relations entre négociants et fabricants : « Nous n’avons point appris sans peine que ces maîtres fabriquans, placés vis-à-vis des marchands en gros dont ils dépendent à tous égards, ayant eu la faiblesse de déclarer devant Mr vostre subdélégué‚ que l’on avait mal rédigé leurs plaintes contre les courtiers, revendeuses, et les marchands en gros, au procès-verbal par nous reçu ledit jour 7 février dernier, et qu’ils y ont voulu dire au contraire que les courtiers trompaient les fabriquans en ne leur rapportant pas fidèlement le prix de leurs marchandises, et en ne se donnant pas les soins nécessaires pour les vendre. Ce changement d’avis (a été) formé par la crainte… Ces deux corps si différens l’un à l’autre en pouvoir et en opulence ont été judiciairement appelés devant M. vostre subdélégué le 21 juillet dernier, là le marchand en gros a dominé, la liberté des suffrages a été bannie chez le maître-fabriquant, asservy il n’a osé faire parler la vérité, il n’a osé soustenir à la face du marchand en gros ce qu’il avoit librement dit hors sa présence… Si vous aviez jugé à propos Monseigneur de donner ordre à M. vostre subdélégué de convoquer séparément les marchands en gros et les maîtres-fabriquans d’étamines, quelle différence dans les sentiments ! »55

77Cette domination des marchands n’est pas nouvelle, mais ses mécanismes et le rôle des acteurs semblent avoir subi des transformations pendant la phase de croissance de l’industrie étaminière.

78A la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, l’organisation commerciale et la nature de la fabrication qui prévalent alors à Nogent commandent déjà une forte dépendance des maîtres-fabricants à l’égard des marchands commissionnaires d’étamines à un double titre.

  • 56  Mémoires de l’inspecteur de la Fosse (enquête Desmarets), 1708 déjà citée et 1714 (A.N. F12 561), (...)
  • 57  Le chapitre des dettes passives des inventaires de notre échantillon de fabricants de Nogent ne me (...)
  • 58  Même source.
  • 59  Inventaires de teinturiers (notariat de Nogent).

79En amont de la production, la fabrication d’étamines faites de soie et de laine d’Espagne subordonne les fabricants aux marchands commissionnaires pour leur approvisionnement en matières premières. L’endettement des premiers vis-à-vis des seconds, surtout parmi ceux d’entre eux incapables de faire les avances nécessaires, permet d’imposer des prix élevés pour des laines souvent de mauvaise qualité. Cependant, cette dépendance reste partielle dans la mesure où les fabricants conservent le contrôle du stade préparatoire en faisant peigner et filer les laines pour leur propre compte. Ce n’est qu’au fur et à mesure de l’abandon des étamines de laine et de soie, « les retors », et corrélativement de celui des laines d’Espagne que les fabricants vont progressivement se dégager de la tutelle des marchands commissionnaires mais en devenant tributaires des marchands de laine dont la « fonction » s’est parallèlement modifiée et accrue. En effet, généralement, ceux-ci assurent le stade préparatoire en vendant aux fabricants les étaims filés, aussi bien au début du siècle pour les laines de Basse-Normandie que par la suite avec les laines de Beauce, de telle sorte qu’en amont du tissage, la dépendance des fabricants s’accroît en même temps qu’elle se déplace. Elle s’accroît en ce sens qu’étant de plus en plus dépossédés du contrôle sur la qualité des étaims filés, la maîtrise de leurs coûts de production au stade de la préparation leur est désormais interdite. Elle se déplace car les marchands de laine qui généralement ne sont plus des marchands d’étamines deviennent leurs interlocuteurs et leur imposent leur prix56. Le contrôle des marchands d’étamines sur l’approvisionnement se limite ainsi de plus en plus aux matières premières importées, surtout tinctoriales57. Mais là aussi, l’accroissement de la division sociale du travail supprime de plus en plus les relations marchands/fabricants ; rares étant les fabricants qui continuent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle à teindre eux-mêmes leurs laines 58. Seuls les teinturiers et dégraisseurs restent tributaires des négociants pour leurs achats de « drogues » ; encore, les plus aisés d’entre eux s’approvisionnent-ils directement auprès de marchands de Rouen, Orléans et Paris 59.

80L’évolution se résume donc à la spécialisation accrue des rôles commerciaux allant de pair avec un déplacement de la dépendance des fabricants : en amont du processus de production vis-à-vis des marchands de laine et en aval de la fabrication envers les marchands d’étamines.

  • 60  Au sens de l’économie politique marxiste c’est-à-dire reposant sur l’extorsion d’une plus-value.
  • 61  A.D.O. C 694.
  • 62  Séance du conseil municipal de Nogent, 17 novembre 1790.

81A ce stade, la domination des « négociants » se double d’un rapport d’exploitation 60. C’est ce qu’exprime concrètement l’auteur du projet de taille proportionnelle à Nogent en 1777 lorsqu’il reconnaît « que les uns s’enrichissent de la sueur des autres »61 et n’est-ce pas ce qu’évoquait déjà naïvement le bailli de Nogent en 1740 en concluant son mémoire sur l’inégale répartition de la valeur ajoutée de la manufacture : « Il est évident que le profit que produit vraisemblablement la manufacture de Nogent ne se distribue pas par proportion égale, et que le marchand en gros en a seul l’avantage, c’est ce qui ne paraît pas raisonnable et c’est ce à quoy nous croyons qu’il est essentiel de remédier ». Au commencement de la Révolution, le nouveau pouvoir municipal aux mains de la bourgeoisie commerciale et des offices semble également en avoir une pleine conscience lorsqu’il constate amèrement, à la suite des émeutes « de la faim » de 1789 et de 1790, que « la populace de Nogent est fermement persuadée que tous les citoyens aisés sont les ennemis de la classe malheureuse, que le riche ne s’étudie qu’à accroître la misère du pauvre »62. Jugement lourd de sens sur les rancœurs depuis longtemps accumulées chez les travailleurs de l’étamine…

82C’est l’existence de ces rapports qui caractérise en dernière instance un mode de production proto-industriel spécifique en transition vers le mode de production capitaliste, en même temps que leur nature en dessine les formes particulières.

  • 63  Chassagne (Serge), « Industrialisation et désindustrialisation dans les campagnes françaises : que (...)
  • 64  Reprenant et citant la description de l’avocat lavallois Leclerc du Flécheray en 1888 (art. cit, p (...)
  • 65  Certes, cette différenciation n’est pas toujours aisée à établir, surtout si une certaine mobilité (...)

83A cet égard, la typologie – clarificatrice – proposée par Serge Chassagne pour rendre compte de la diversité des formes sociales proto-industrielles du textile63 semble trop descriptive. Incontestablement, la structure sociale de l’industrie étaminière s’apparente au « modèle ternaire et triangulaire » qu’il définit en se référant à la stratification sociale pyramidale de l’industrie toilière lavalloise64 superposant « trois espèces de personnes » : négociants, marchands-fabricants, artisans-tisserands indépendants et ouvriers tisserands. Mais si cette analyse fonctionnaliste permet de bien différencier le négociant-marchand en gros qui relève du capitalisme commercial et le marchand-fabricant qui – on l’a vu – appartient au « capitalisme manufacturier »65, elle n’établit pas la nature des rapports sociaux existant entre ces deux fractions de classe représentatives des deux formes de capital. Or, ces rapports ne sont pas exempts de contradictions comme les événements révolutionnaires allaient le révéler en favorisant l’émergence des marchands-fabricants sur la scène politique et en créant les conditions juridico-économiques pour que, par la suite, ceux-ci se substituent aux négociants défaillants en prenant le contrôle de la proto-industrie.

84Par conséquent, le négociant étaminier n’étant ni un marchand-fabricant type XVIIIe siècle ni un industriel type XIXe siècle, ces rapports de domination et d’exploitation ne peuvent résulter que du mécanisme des prix.

85Déjà à l’aube du XVIIIe siècle, la vente des étamines ne s’effectue pas à la halle. Les fabricants vendent leurs étamines soit directement aux marchands commissionnaires soit, de plus en plus, par l’intermédiaire des courtiers. Cette pratique se maintient et se généralise tout au long du siècle. Dans ces conditions, les prix d’achat aux fabricants s’avilissent non seulement en période de crise et à l’occasion de l’achat de produits dont l’aunage n’est pas respecté, mais aussi de manière structurelle à l’égard de la majorité des fabricants que les faibles capacités financières obligent à vendre rapidement et à bas prix tout en étant contraints d’accepter de longs délais de règlement. A son tour, cette nécessité de vendre à n’importe quel prix soit pour survivre, soit pour assurer le salaire des ouvriers et acheter les matières premières, ne peut se réaliser qu’au prix d’une pression sur les salaires des fabricants à façon, compagnons, peigneurs et fileuses.

  • 66  Plan d’assiette de la taille proportionnelle, 1777 (A.D.O. C 694).
  • 67  Même source.

86Ainsi, les négociants, détenteurs réels des capitaux, exploitent de manière indirecte la force de travail des travailleurs de l’industrie étaminière en maintenant, par le mécanisme des prix, les fabricants à leur compte sous leur contrôle, et en les utilisant comme véritables « sous-traitants » collecteurs de plus-value. C’est pourquoi la situation de ces fabricants – en réalité « les marchands-fabricants » – est si ambiguë. Participant eux-mêmes à « l’exploitation » de leurs salariés et des fabricants à façon, ils n’en subissent pas moins la « loi du marché » utilisée à leur profit par les négociants constitués en véritable monopole 66. Ce n’est que grâce à leur position financière relative plus forte au sein du monde de la fabrique que certains peuvent résister aux prix imposés par les négociants nogentais, soit en attendant le moment le plus favorable pour vendre, soit en s’adressant aux négociants manceaux qui recherchent précisément les étamines du Perche pour leurs assortiments indispensables à la réalisation de profits plus élevés 67.

87En définitive, si la proto-industrie étaminière dans ses formes présente les caractéristiques du « modèle triangulaire » décrit par S. Chassagne, c’est non seulement parce que « les marchands locaux contrôlent la proto-industrialisation », mais aussi parce que l’accumulation du capital marchand qui en résulte provient du prélèvement indirect d’une plus-value sur les travailleurs du textile étaminier, collectée par la classe sociale « intermédiaire » des marchands-fabricants, restés maîtres du processus technique de production. En un mot, aux rapports de domination résultant du contrôle final de la production par les négociants (apprêt, commercialisation) s’ajoutent des rapports d’exploitation fondés sur les mécanismes de la formation des prix sur le marché.

88Ainsi, le capitalisme commercial s’impose au « capitalisme manufacturier » et fonde des rapports sociaux inégalitaires, de dominants à dominés, d’exploiteurs à exploités, signes d’une formation sociale « proto-industrielle avancée » en transition vers le capitalisme industriel.

Haut de page

Notes

1  Dans le Perche, sa fabrication remonterait au xie siècle, abbé Métais et de Souancé, comte de, Saint-Denis de Nogent, Vannes, 1895. Au Mans, elle est attestée au moins au xiiie siècle, François Dornic, L’industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1650-1815), éd. P. Belon, Le Mans, 1955, p. 4.

2  Le règlement général sur les manufactures de 1669 (article 22) cite comme lieux de fabrication « les étamines de Reims, Chalons, Nogent-le-Rotrou, Authon, Montmirail, Bazoche, Le Lude et autres lieux » (B.M. Le Mans, Maine 1550).

3  Ainsi, la crise de 1725 semble durement ressentie par l’industrie étaminière.

4  A Nogent, au cours de la première moitié du XVIIIe siècle (1714-1750), l’accroissement du produit physique, quoique modéré, paraît incontestable (environ 15 %). Au Mans, le nombre de métiers double entre 1716 et 1740 (F. Dornic, op. cit., p. 50).

5  Pendant la guerre de Sept ans, à Nogent, la production tant en pièces qu’en valeur recule de plus de moitié (A.D.0. C 36). Ralentissement constaté dès 1753 pour les étamines du Mans, F. Dornic, op. cit., p. 49.

6  Selon l’expression de Léon (Pierre), Économie et société pré-industrielles (1650-1780), Paris, A. Colin, 1970, t. II. Cette évolution rejoint celle de l’industrie lainière à Amiens au XVIIIe siècle, Deyon Pierre « Le mouvement de la production textile à Amiens au XVIIIe siècle », Revue du Nord, 1962, p. 201-211.

7  Ainsi, dans le Perche, la part de Nogent-le-Rotrou dans la généralité d’Alençon passe de 28 % en 1708 à environ 10 % dans la dernière décennie de l’Ancien Régime après un maximum de 32 % en 1750. Au Mans, le nombre de métiers passe de 800 en 1740 à 420 en 1762 et 338 en 1780 (F. Dornic, op. cit.). Pour l’ensemble du Maine (19 bureaux de marque), le nombre de métiers diminue de plus du quart entre 1762 et 1780 (1762, état de Tournay, A.N. F12 1372 ; 1780, état de Tournay, A.D.I.L. C 114).

8  Pour Le Mans, F. Dornic, op. cit., p. 241-242. Pour Nogent, Cailly (Claude), Mutations d’un espace proto-industriel : Le Perche aux XVIIIe-XIXe siècles, thèse, Fédération des Amis du Perche, 1993, 2 tomes, p. 296-297.

9  Le Mans, Nogent et d’autres centres du Maine (Bonnétable, La Ferté-Bernard, Château-du-Loir, La Flèche, La Suze) bénéficient dès 1794 de la fabrication des étamines à pavillon, mais cette demande ne pouvait par définition qu’être limitée.

10  Enquête Desmarets de 1708 (BN F Fr, Ms 8037).

11  Mémoire de l’inspecteur de 1778 (A.N. F12 651).

12  Le même phénomène s’observe également au Mans, mais, semble-t-il, de manière plus accentuée. Le nombre de métiers par fabricant passe de 2,5 en 1712 à 5,4 en 1784 selon les données rapportées par Dornic (F), op. cit., tableau, p. 49.

13  Les hésitations sur la qualification des fabricants dans les rôles de capitation se retrouvent également dans les inventaires après décès. Les mentions apparemment différenciées de « marchand », « marchand-fabricant », « fabricant », « étaminier » qui les désignent ne traduisent pas nécessairement une différenciation sociale. Par contre, l’indication de « simple étaminier travaillant pour les maîtres » définit clairement le statut de compagnon ou d’étaminier propriétaire de son métier mais fabriquant chez lui pour un fabricant.

14  Second inventaire de la société Badelart-Bourdeau, 8 août 1768 (notariat de Nogent).

15  Source : listes nominatives de recensement de Nogent de 1836 et 1851 (A.D.E.L. 6 M, non cotées).

16  Sur la description détaillée de la fabrication des « étamines du Mans », trois mémoires d’élèves inspecteurs des manufactures nous sont parvenus : mémoire de Joubert-L’Epinay, 27 mai 1781 (A.N. F12 1387) ; mémoire complémentaire par M. de Tournai, fils, 18 avril 1787 « sur la fabrication des étamines et sur les opérations par lesquelles ces étoffes passent au sortir du métier » avec figure des différents outils (A.N. F12 1388) ; mémoire particulier « sur les apprêts et la teinture des étamines du Mans » par Delivoys, 16 juin 1787 (A.N. F12 1387). Pour une synthèse, on se référera à F. Dornic, op. cit., p. 31-34 ou à son article « Du mouton du Bas-Maine à l’étamine du Mans », Annales de Normandie, 1954/4, p. 257-264.

17 « Une paire de peignes, une chèvre, le pot à peignes, la potine estimés 1 livre 10 sols » (inventaires après décès de tireurs d’étaim de 1775 et 1782, notariat de Nogent).

18  Tableau et liste résultant des inventaires après décès de teinturiers, dégraisseurs-apprêteurs et foulonnier de Nogent : Husson (1749), Bichon (1755), Chevrel (1776), Charon (1783), René Proust (1751), Pierre Proust (1759) (notariat de Nogent).

19  L’on pourra comparer cette classification à celle des artisans du textile en trois groupes proposée par Gabriel Désert : 1) « L’artisanat de clientèle » (ce que nous appelons « artisanat de service »), 2) « L’artisanat indépendant », regroupant les artisans produisant pour leur propre compte ou pour un marchand spécialisé, 3) « L’artisanat dépendant » comprenant les artisans produisant pour le compte d’un seul marchand ou fabricant avec salaire aux pièces (G. Désert, Une société rurale au XIXe siècle, les paysans du Calvados, 1815-1895, 3 t., Lille, Paris I, p. 184-186).

20  Le logement du compagnon au domicile du maître semble fréquent à Nogent ; les inventaires après décès des fabricants d’étamines mentionnant toujours, près du métier, un lit avec sa paillasse ! Les rares contrats de travail notariés de compagnons (engagement de compagnon du 8 août 1742, notariat de Nogent) et les brevets d’apprentissage renferment toujours l’obligation par le fabricant de « nourrir, blanchir, soigner et coucher » son compagnon ou son apprenti.

21  Le patrimoine mobilier chez les compagnons étaminiers excède rarement 100 livres au moment de leur décès.

22  Ce processus (classique) entre marchand-fabricant et tisserand à façon est explicitement décrit par l’inspecteur en 1743 : « La plupart des ouvriers (de Souancé) travaillent pour les maîtres-fabricants de Nogent qui leur fournissent les matières premières, se conforment aux règlements et viennent chercher les étamines » (procès-verbal de l’inspecteur, 18 novembre 1743, A.N. F12 1369 A).

23  A Nogent-le-Rotrou, une partie de ces petits fabricants vendent cependant directement à des courtiers et à des marchands en gros.

24  A Lyon, dans la soierie, Maurice Garden occulte au contraire les clivages et oppositions de classe au sein du monde de la fabrique en opposant « le bloc uni des compagnons et maîtres et celui des tout-puissants marchands-fabricants ». En somme, les rapports de classe opposeraient exclusivement le monde de la fabrication et celui du négoce en récusant les contradictions au sein du premier (Garden Maurice), Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Flammarion, 1975, 374 p., p. 181 et 213-214. Ces divergences d’appréciation sur la structure sociale des ouvriers du textile sont-elles dues à une approche sociologique trop empreinte de « professionnalisme et de juridisme » (apprenti, compagnon, maître) ou à l’existence de rapports sociaux réellement différents dans l’industrie étaminière ? Une certitude : à Nogent-le-Rotrou, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les frontières juridiques ne rendent plus compte de la réalité sociale et sont totalement dépassées notamment du fait de la non-observation des règlements corporatistes et, comme nous venons de le montrer, de la prolétarisation d’un nombre croissant de « maîtres-fabricants ».

25  C’est ce que M. Garden a également observé de manière pénétrante chez les soyeux lyonnais (op. cit.).

26  Cette observation vaut surtout pour le groupe des étaminiers dont la composition n’est pas homogène, les fabricants « aisés » n’étant pas distingués sur les rôles de 1766.

27  cf. les tableaux bruts de F. Dornic, op. cit., p. 164-166.

28  L’assiette de la taille reposant avant tout sur le foncier, la possession ou la mise en valeur d’un bien immobilier commande évidemment toute structure sociale étudiée à partir des rôles de taille.

29  A Mortagne-au-Perche (Orne), en 1789, les tisserands toiliers occupent une position moins enviable que les artisans de service et même que celle des journaliers, ce qui n’est pas le cas à Nogent-le-Rotrou.

30  Contrairement aux inventaires après décès, les apports au mariage constituent, on le sait, un élément d’appréciation très grossier de la valeur du patrimoine familial et surtout individuel. Leur montant dépend certes du patrimoine des parents (dot), mais aussi de l’épargne individuelle et des successions échues antérieurement au mariage, de telle sorte que l’incidence de l’âge au mariage peut être aussi forte – au moins pour les catégories sociales proches – que celle résultant de conditions sociales réellement différentes. Concrètement, un étaminier, par exemple, à qui vient d’échoir une succession même purement mobilière, double ou triple son apport, alors que sa condition sociale n’est pas différente de l’ouvrier étaminier qui n’a que son épargne personnelle, si toutefois, il a pu en constituer une. D’accès plus aisé par l’existence des tables de contrat de mariage et par l’exploitation informatique qu’il est possible d’en faire, les contrats de mariage constituent néanmoins une source indispensable de l’histoire sociale. Sur son utilisation et l’exposé de la méthodologie suivie, cf. M. Garden, op. cit.

31  Le nombre d’observations reste limité, ne prenant en compte que la période 1780-1789 et une seule étude de notaire.

32  Répertoire des mutations par décès, Nogent (A.D.E.L. série Q, non coté).

33  Réponse des gardes-jurés devant le bailli de Nogent à une enquête de l’intendant d’Alençon, le 4 février 1774 (A.D.E.L. B 2397).

34  Acte de notoriété Me Rebours, notaire à Nogent, 9 février 1774.

35  Carte annexe. Pour le Perche, dénombrement de l’an IV (A.D.E.L. L 402 et 404) ; rôles de taille et capitation de la subdélégation de Bellême pour l’année 1790 (A.D.O. 1285, 1286, 1364, 1365). Dans le Maine, en 1762, la ville du Mans renferme 87 % des métiers et de la production du bureau de marque du Mans et les villes ou bourgs chefs-lieux 3/4 des métiers de la province du Maine (F. Dornic, op. cit., p. 151-155).

36  La fabrication des étamines utilise des laines peignées et non cardées (Encyclopédie Méthodique, Manufacture et arts, t. I, « Étamines du Mans », p. 363-364).

37  Ainsi : 1. entre 1708 et 1759, les effectifs du tissage rural reculent de 0,9 % par an, alors qu’ils augmentent de 0,4 % à Nogent-le-Rotrou entre 1708 et 1766 ; 2. en 1766, – seule année de comparaison possible –, le ratio peigneurs/étaminiers est de 1 à 3,2 à Nogent contre 1 à 1,5 seulement à Bellême, centre secondaire (rôles des tailles et de capitation).

38  Dans le Perche, les peigneurs figurent dans trois paroisses rurales en 1708 contre 9 en 1759 et 11 en 1795 dans la subdélégation de Nogent. De même, au début de la Révolution, le peignage existe dans la subdélégation de Mortagne-au-Perche, alors que le tissage est totalement inexistant (rôle des tailles par paroisses de la subdélégation de Mortagne en 1790, A.D.O. C 1281) et il est répandu dans les districts voisins de Châteauneuf-en-Thymerais et de Chartres où il ne se fabrique pas d’étamines (enquête sur les laines, an II, A.N. F10 606).

39  Tel est le cas du centre secondaire de Souancé (près de Nogent). La diminution du nombre de maîtres-fabricants dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ne s’accompagne pas d’une diminution des étaminiers, alors qu’à Bellême – centre plus éloigné –, la diminution des « faisant fabriquer » et des « fabricants » est parallèle.

40  Pour 1789, les estimations des effectifs employés à la filature dans le district de Nogent-le-Rotrou varient entre 2 500, 3 000 et 4 200 femmes et filles (enquête de l’an III, A. N F12 1345 B). En opérant le détour par le nombre de métiers (700-750 métiers selon la même enquête) et les « normes » indiquées par l’inspecteur de Tournay du Mans en 1780 (5 fileuses par métier, A.D.I.L. C 114), nous obtenons un chiffre médian de 3 500 fileuses. Ce nombre est peu éloigné de celui indiqué par Thomassu au début de la monarchie de Juillet : « la Manufacture occupe 3 000 femmes tant dans la ville que dans les campagnes » (J.L.F.M. Thomassu, Recherches historiques sur Nogent, Chartres, 1832). Par contre, pour l’Ancien Régime, les indices sont rares et vagues : « Une partie des laines est filée dans la ville de Nogent même » (enquête Desmarets, 1708, op. cit.) ; « Les laines se peignent et se filent dans les villes et tous les autres endroits où on fabrique des étamines » (rapport de l’inspecteur, 1777, A.N. F12‑656).

41 « Cette fabrique de Nogent et Bellême peut occuper 848 fileuses pendant l’année entière exception faite des jours de dimanche et fêtes » (rapport de l’inspecteur, 1778, A.N. F12 651). Le temps de travail réel annuel est évidemment inférieur à celui suggéré par ces indications. Sur la base des données chiffrées de ce rapport, nous avons pu calculer que cet emploi « à temps plein » correspondait en réalité en heures/années à la moitié environ d’une année

42  Cette prise en compte ou non de cet emploi « à temps partiel » explique les divergences d’appréciation de l’emploi féminin selon les sources, comme le reconnaît l’inspecteur de Tournay pour le département du Mans en avançant le nombre de 7 ouvriers dont 5 fileuses employés par métier : « J’ai essayé d’approcher la vérité mais il peut y avoir et il y a même sûrement un bien plus grand nombre d’ouvriers employés à la fabrique, mais combien y en a-t-il qui ont en même temps l’exercice d’une autre profession comme fileuse, dévideuse etc... et on suppose ceux dénombrés comme ne faisant rien d’autre » (A.D.I.L. C 114).

43 Claude Cailly, « Contribution à la définition d’un mode de production proto-industriel », Histoire et mesure, 1993, VIII-1/2, p. 19-40.

44  A.N. F12 561 et 656.

45  Notamment, les conclusions de Tihomir Markovitch, « L’industrie française au XVIIIe siècle », économies et sociétés, série histoire quantitative de l’économie française, août 1968, p. 1658-1659.

46  Dépouillement des actes des trois études notariales de Nogent pour la période 1746-1789.

47  Rôle de capitation des officiers de l’élection de Mortagne 1772-1782 (A.D.O. C 894). Le montant du patrimoine tant mobilier qu’immobilier résultant des inventaires et partage après son décès en 1782 et 1783 (notariat de Nogent) atteint effectivement plus de 1,5 million de livres, somme considérable à la fin de l’Ancien Régime et comparable à la fortune des principaux négociants-armateurs du Royaume.

48  Les témoignages sur la rapidité de la constitution des fortunes pendant la phase de croissance de l’industrie étaminière ne laissent aucun doute sur ce point : mémoire des négociants, 1740 (A.D.O. C 29) ; requête des officiers municipaux de Nogent, 30 avril 1777 (A.D.O. C 694).

49 « Les marchands en gros du Mans ne sont qu’au nombre de 7 ou 8 dont 5 sont frères et beaux frères… » (Mémoire de l’inspecteur à l’intendant de Tours, juin 1733, A.D.I.L. C 115).

50  Ainsi, le subdélégué Goislard de Nogent marie-t-il son fils avec la fille de l’un des plus riches négociants (Bessirard de la Touche) (contrat de mariage, 11 mars 1784, notariat Me Guillaume). De même, le bailli de Nogent appartient à la famille Pinceloup déjà enrichie par le commerce des étamines au milieu du XVIIIe siècle.

51  Lettre du subdélégué à l’intendant, 24 juillet 1740 (A.D.O. C 29).

52  Mémoire du bailli et du procureur fiscal à l’intendant, 3 août 1740 (même dossier).

53  Voici l’appréciation de l’auteur (anonyme) d’un mémoire sur l’introduction des laines étrangères en France, vers 1750, à propos de l’ascension sociale des négociants du Mans dans la première moitié du XVIIIe siècle : « Je n’en veux pour preuve du crédit que l’étamine s’est procurée à l’étranger, la fortune rapide des premiers marchands du Mans dont les commencements sont aussi obscurs que leur fin est brillante » (A.D.I.L. C 115). Voir également F. Dornic, op. cit., chapitre X, p. 175-198 et chapitre XI, p. 211-215 dans lequel l’auteur cite aussi les témoignages que nous rapportons conservés sous la cote C 29 des A.D.O.

54  Citons l’exemple de Guillier : l’actif commercial constitue un tiers de la fortune (actes déjà cités).

55  A.D.O. C 29.

56  Mémoires de l’inspecteur de la Fosse (enquête Desmarets), 1708 déjà citée et 1714 (A.N. F12 561), confirmés par le mémoire de l’inspecteur Brunet, 8 janvier 1777 (A.N. F12 656). Un mémoire (sans date mais vraisemblablement vers 1750) concernant l’application de l’arrêt du 18 janvier 1744 sur les conditions de tonte et de vente des laines dans le Maine explique ainsi l’asservissement des fabricants aux marchands de laine : «… N’y ayant presque point de laines dans les marchés présentement, il faut nécessairement que les fabriquants les achètent des marchands qui les leur vendent beaucoup plus chères, mélangées des différentes qualités et souvent même qui ne sont pas dégraissées, ce qui leur fait un tort considérable et discrédite leur fabrique » (A.D.I.L. C 115). Les particularités de l’approvisionnement dans le Perche (étaims secs et non laines brutes dégraissées) n’ont pu qu’aggraver cette dépendance des fabricants percherons à l’égard des marchands de laine.

57  Le chapitre des dettes passives des inventaires de notre échantillon de fabricants de Nogent ne mentionne, en effet, jamais d’achats de laine auprès de négociants d’étamines mais toujours auprès de marchands de laine. Les négociants abandonnent également partiellement leur monopole d’approvisionnement des autres matières premières. Celui-ci, notamment d’huile d’olive, s’effectuant également auprès de marchands merciers dont certains vendent des étamines (même source notariale).

58  Même source.

59  Inventaires de teinturiers (notariat de Nogent).

60  Au sens de l’économie politique marxiste c’est-à-dire reposant sur l’extorsion d’une plus-value.

61  A.D.O. C 694.

62  Séance du conseil municipal de Nogent, 17 novembre 1790.

63  Chassagne (Serge), « Industrialisation et désindustrialisation dans les campagnes françaises : quelques réflexions à partir du textile », Revue du Nord, 1981/1, p. 35-57.

64  Reprenant et citant la description de l’avocat lavallois Leclerc du Flécheray en 1888 (art. cit, p. 38).

65  Certes, cette différenciation n’est pas toujours aisée à établir, surtout si une certaine mobilité sociale « ascendante » existe. Elle est pourtant indispensable surtout à Nogent où précisément elle exprime une structure sociale originale et l’un des traits majeurs de la bourgeoisie locale. En effet, contrairement aux principaux centres lainiers du Royaume ou à la soierie lyonnaise, dans l’industrie étaminière, le monde du négoce et le monde manufacturier sont séparés. Le négociant manceau ou nogentais n’est jamais un marchand-fabricant comme le mentionne le maire de Chartres au début du XIXe siècle pour le centre de Nogent : « La fabrique de Nogent diffère essentiellement de celles de Sedan, de Louviers, d’Elbeuf etc..., en ce que dans celles-ci les entrepreneurs sont tout à la fois fabricants et négociants, c’est-à-dire qu’ils font faire eux-mêmes les étoffes qui ont trait à leur commerce. A Nogent, c’est tout le contraire : les négociants achètent en fabrique et ne font pas fabriquer à leur compte, en sorte qu’on peut dire de cette manufacture qu’elle appartient à tous les négociants, sans appartenir à aucun » (Chevard Vincent, Description statistique du Département d’Eure-et-Loir, an X).

66  Plan d’assiette de la taille proportionnelle, 1777 (A.D.O. C 694).

67  Même source.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Cailly, « Rapports sociaux de production dans la proto-industrie étaminière du Maine et du Perche aux xviiie et xixe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 103 | 2008, 75-102.

Référence électronique

Claude Cailly, « Rapports sociaux de production dans la proto-industrie étaminière du Maine et du Perche aux xviiie et xixe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/149

Haut de page

Auteur

Claude Cailly

Maître de Conférences à l’Université de Bordeaux III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page