Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Marc Chervel, De la Résistance aux guerres coloniales. Des officiers républicains témoignent

Paris, L’Harmattan, coll. Mémoires du XXe siècle, 2001, 327 p.
Maurice Genty
Référence(s) :

Marc Chervel, De la Résistance aux guerres coloniales. Des officiers républicains témoignent (En collaboration avec Georges Alziari, Jean Brugié, Michel Herr, Léon Horard, René Paquet), Paris, L’Harmattan, coll. Mémoires du XXe siècle, 2001, 327 p.

Texte intégral

  • 1  « Journal de marche » de Michel Herr en Indochine, celui de Georges Alziari en Kabylie, déjà publi (...)
  • 2  René Paquet, Jean Brugié, et encore Georges Alziari.

1Cet ouvrage réunit les témoignages d’officiers qui, issus de la Résistance et pour la plupart communistes, se trouvèrent confrontés aux guerres d’Indochine ou d’Algérie ou aux deux successivement, témoignages d’époque pour certains 1, reconstitués pour les autres à partir de documents officiels ou personnels, parfois à l’occasion d’interviews 2. Pour ces officiers qui avaient choisi de rester dans l’armée à la Libération, dans l’espoir de contribuer à inspirer « un renouveau de la pensée militaire » (p. 257), en défendant « quelques principes élémentaires de la Résistance » (p. 256), accepter de participer aux guerres coloniales ne fut pas sans poser de graves problèmes de conscience. Et d’abord, fallait-il partir ou non ? C’est ainsi que, à propos de l’Indochine, certains démissionnèrent pour des raisons de principe, « l’impossibilité de se trouver face à des camarades » (p. 258), tandis que les autres restèrent, pensant « qu’il ne (fallait) pas fuir le terrain, où que ce soit », mettant notamment « en avant la Révolte de la mer Noire » – cas du capitaine Brugié après une entrevue avec André Marty (p. 259) – afin de « dénoncer le caractère de cette guerre en exigeant le retour du corps expéditionnaire » (p. 258). Une fois ce choix fait, quelle devait être l’attitude d’officiers républicains, qu’ils fussent ou non d’ailleurs issus de la Résistance ? Ils décidèrent « qu’au combat aucun reproche ne (devait) pouvoir (leur) être fait », cette attitude devant leur « permettre d’être d’autant plus forts pour (s’)opposer à tout acte contraire aux règlements militaires », surpris d’ailleurs de découvrir toutes les possibilités que ceux-ci recélaient : « interdiction des exactions, interdiction de maltraiter les prisonniers, interdiction des représailles, etc. » (p. 261).

  • 3  Voir par ex. p. 166. Ainsi Marc Chervel n’eut-il aucun tué dans son unité, n’ayant jamais été accr (...)
  • 4  Cas de Marc Chervel.

2Tous sans doute ne furent pas fidèles à ces engagements, dans des sens opposés d’ailleurs, tel reniant ses principes, tandis que, en ce qui concerne l’Indochine, tel autre passa « du côté vietnamien par solidarité internationale » et que d’autres se trouvèrent « impliqués dans des affaires de collusion avec le Viet-Minh » (p. 261). Cependant la plupart s’efforcèrent d’éviter les exactions, les représailles, les mauvais traitements infligés aux prisonniers, d’éviter aussi au maximum les pertes humaines dans les deux camps 3, s’arrangeant pour que, dans le secteur dont ils avaient la charge, « tout se passe pour le mieux » (p. 299) et se réclamant de la politique officielle de « pacification » elle-même (p. 301), en Algérie particulièrement, où une affectation dans une SAS (Section administrative spécialisée) offrait de larges possibilités d’action en faveur des populations 4. Leurs efforts, outre qu’ils contribuèrent à donner « une autre idée de la France » (p. 303), ne furent donc pas vains, même s’ils furent ponctuels, d’autant plus que leur exemple ne fut pas sans faire des émules.

  • 5  p. 280 et 294.

3Leur attitude leur valut généralement l’estime, voire le respect, tant de leurs subordonnés que de leurs supérieurs, et leur permit d’obtenir parfois le soutien d’autres officiers, direct ou implicite, et, grâce à eux, des officiers tortionnaires furent l’objet de sanctions 5. En revanche, ils apparurent souvent suspects auprès de leurs collègues et surtout de la hiérarchie militaire, victimes de diverses avanies (p. 161-162), surveillance (p. 185) tournant parfois à l’espionnage (p. 146), brimades – ainsi l’interrogatoire imprévu du capitaine Brugié et la fouille de ses bagages à son retour d’Indochine (p. 271) –, mais aussi déplacements d’office ou affectations sans emploi – ainsi au dépôt central des isolés de Versailles, où René Paquet passa cinq ans –, refus de toute promotion et même de toute réparation des préjudices de carrière subis comme le permettait pourtant la loi d’amnistie du 3 décembre 1982, refus même de toute communication de leurs dossiers militaires individuels, en 1997 encore pour Marc Chervel…

  • 6  Cf. le journal de marche de Michel Herr.

4Pourtant, cet ouvrage, même s’il fait naturellement état des exactions commises, en particulier en Indochine6, se défend d’être un ouvrage polémique et, dans sa préface, Marc Chervel rappelle que l’on a facilement fait jouer à l’armée « le rôle de bouc émissaire » pour occulter ou amoindrir la responsabilité des gouvernements (p. 11).

  • 7  Notamment Marc Chervel, p. 144 et sq.

5Cet ouvrage par ailleurs apporte également d’intéressants témoignages sur les réactions de l’armée, elles-mêmes diverses, face aux putsch du 13 mai 1958 puis d’avril 1961 et sur le rôle positif que ces officiers purent alors jouer7.

Haut de page

Notes

1  « Journal de marche » de Michel Herr en Indochine, celui de Georges Alziari en Kabylie, déjà publiés par La Nouvelle critique, n° 53, en mars 1954 pour le premier, n° 109, en juin 1959 pour le second, ainsi que le journal de campagne de Marc Chervel.

2  René Paquet, Jean Brugié, et encore Georges Alziari.

3  Voir par ex. p. 166. Ainsi Marc Chervel n’eut-il aucun tué dans son unité, n’ayant jamais été accroché d’ailleurs par le FLN (p. 297) et tous les soldats de René Paquet rentrèrent chez eux (p. 302).

4  Cas de Marc Chervel.

5  p. 280 et 294.

6  Cf. le journal de marche de Michel Herr.

7  Notamment Marc Chervel, p. 144 et sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Genty, « Marc Chervel, De la Résistance aux guerres coloniales. Des officiers républicains témoignent », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 02 octobre 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1489

Haut de page

Auteur

Maurice Genty

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page