Navigation – Plan du site
DÉBATS

Un colloque de l’OMOS 1sur les médias qui interpelle l’historien (2e partie)

Guylain Chevrier
p. 201-215

Résumé

Dans le numéro précédent des Cahiers d’Histoire, nous avons présenté la première partie d’un colloque organisé par l’Observatoire des Mouvements de la Société (OMOS) sur le thème : Représentations mentales et médias 2. L’objet de cette initiative et l’éclectisme de ses intervenants étaient porteurs d’un intérêt certain dans l’esprit critique de notre revue, qui s’est confirmé dans les faits avec un véritable tour d’horizon du rapport médias-politique-société et des questionnements actuels ; de la télé-réalité au mariage stratégique entre guerre et médias. Cette réunion était l’occasion de faire le point sur les liens du citoyen avec les médias dans un contexte qui était celui de l’après « 11 septembre » et de la préparation des esprits à une seconde guerre du Golfe, qui depuis a eu lieu. Voici donc la seconde partie de ce compte rendu qui rend toute sa cohérence à l’événement.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

Chaînes privées, numériques, locales : nouvelle télévision ?

  • 1  Cet organisme créé en mars 2000 regroupe des chercheurs de différentes disciplines et sensibilités (...)

1Francis Jandron, responsable d’activités de développement dans le domaine des multimédias, centre son propos sur le problème du renforcement de la relation entre « récepteur » et « émetteur », et l’opportunité qu’offre selon son point de vue le marché des chaînes privées, en matière de nouvelles expériences et possibilités. Le contact en question entre les deux termes est élaboré en amont, mais quand les images se font, elles sont là et elles se diffusent sans qu’il puisse y avoir une interaction forte : la co-construction de l’imaginaire qui est évoquée dans le débat ne peut pas se faire en temps réel, ne peut pas se faire dans l’interaction avec celui qui est filmé, celui qui peut, en tant qu’être social, inter-réagir avec l’écran de télévision. Il voit dans la décision de privatiser de TF1 la possibilité d’une nouvelle télévision. C’est-à-dire une télévision qui va cesser d’être une télévision d’État qui n’agit plus, au sens de l’efficacité du terme, dans sa relation avec l’individu. La privatisation de TF1 était selon lui inévitable car elle ne pouvait plus fonctionner comme chaîne d’État dans la concurrence mondiale de la représentation. Il parle de la nécessité à ses yeux de compromis à l’intérieur de la superstructure entre les commerçants, l’État et les milieux professionnels de l’audiovisuel.

2De nouvelles possibilités vont être offertes par le numérique. Le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) lance cette année son appel à candidatures concernant les chaînes de télévision numériques terrestres. En principe, il y a 331 chaînes numériques terrestres qui vont être lancées à partir vraisemblablement de 2004. Là, il s’adresse à ceux qui ont accepté de prendre des responsabilités à l’intérieur du politique local, pour les interpeller sur leurs engagements futurs dans cette voie, en leur demandant s’ils vont s’inscrire dans un univers dominé par les commerçants, avec cette responsabilité de co-construire d’une certaine façon l’imaginaire ? Lorsque la construction est dominée par l’économie, les choses atteignent d’une certaine façon leurs limites. Mais dans ce secteur où la « niche » économique est méprisée par les grands opérateurs, et les grands financiers, il voit une possibilité de mettre au point des éléments de renouvellement de la théorie de la communication, du renouvellement de l’inter-relation du téléspectateur avec sa représentation. Ainsi dans ce qui peut bouger dans le localisme sur ce plan, n’y a-t-il pas un chantier nouveau qui intervient aujourd’hui ?

Écriture de l’histoire et toute-puissance des médias

  • 3  Les Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n° 86. Dossier : Démocratie, pouvoirs et propag (...)

3Guylain Chevrier. Mon intervention est introduite par ce rappel, que les Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique ont consacré plusieurs dossiers au rapport entre « pouvoirs, information et médias », en particulier le numéro daté de septembre 2000 intitulé « Démocratie, pouvoirs et propagande en France au xxe siècle » 3.

4 J’attire l’attention sur la nécessité du rapprochement entre les disciplines et les secteurs de la recherche pour souligner la nécessité de prendre en compte le fait que s’opère un renouvellement des concepts à partir desquels penser les enjeux de la « communication », qui dépasse le simple champ des médias. Il est ainsi frappant de voir la confusion qui règne parfois dans l’usage que l’on fait de certains concepts. Un exemple, l’usage indifférencié que l’on fait du concept d’« individu » ou de « liberté », comme si nous parlions tous de la même chose en les citant. Si notre société est marquée par une évolution, c’est tout particulièrement par celle qui concerne la place de l’individu, son statut et la condition de sa liberté. Il y a encore vingt ans, on pensait globalement que toute conquête de nouvelles libertés passait par des actions collectives. Ce qui est devenu dominant aujourd’hui dans notre société, c’est l’idée que toute conquête de nouvelles libertés passe par la réussite personnelle, ce qui tend à se confondre avec la notion de développement de la personne, en éliminant toute une dimension de la vie sociale. Ce glissement constitue un tournant dans l’histoire des idées en France. En dévoyant de cette façon le concept d’« individu » on a miné l’action collective. Ce changement a accompagné un recul des forces politiques organisées qui défendent l’idée de conquêtes collectives de nouvelles libertés, des contre-pouvoirs pourtant essentiels à la démocratie. Il semble que ces forces n’aient pas porté toute leur attention sur cette évolution qui a marqué en profondeur notre société, et qui continue d’influer sur l’évolution des comportements politiques et sur la communication sociale. Cette évolution a directement à voir avec la façon dont les médias s’adressent aux gens et dont se définissent la forme et le contenu du message médiatique.

5Il semble que le capitalisme ait gagné, au moins temporairement, une bataille importante ici. Les médias le reflètent parfaitement à travers le traitement télévisuel des grands sujets de société où la dimension de l’individu et de ses satisfactions occupe le premier plan. Cette logique de l’individualisation est encore plus perceptible à travers la nouvelle génération des émissions de divertissement telles que Nice People ou Popstars… Il suffit de regarder avec les lunettes adéquates la façon dont ont reculé les références collectives pour se rendre compte des dégâts faits par exemple à travers cette manière de renvoyer la notion de « lien social » derrière celle de « la solidarité », qui n’a que peu à voir avec la lutte économique et politique contre les inégalités, mais bien au contraire tend à conforter les déséquilibres en les justifiant. La solidarité devenue bonne conscience de la loi sans merci du marché. Entre la forme de solidarité contenue dans l’esprit d’égalité de la sécurité sociale et celle contenue dans le RMI qui conforte les déséquilibres, il y a un monde, un fossé de valeurs. Les médias dans ce sens ne sont pas responsables de la mise en panne des forces progressistes et de leur capacité à participer au niveau voulu à cette lutte des idées qui conditionne la qualité et le sens des actions.

6Derrière les concepts d’« individu » et de « liberté » il y a des processus politiques, sociaux et donc historiques, il y a des conceptions différentes de la société qui s’affrontent, et qui peuvent être aux antipodes les unes des autres. Malheureusement dans l’espace public, on ne voit pas poindre ce débat pourtant incontournable. Des références comme celles de la Nation ou de la République, celle même de Peuple, sont laissées à l’abandon alors qu’elles représentent les grands cadres qui définissent la notion de collectivité, qui évoquent le point de vue des intérêts communs du grand nombre, qui est du côté précisément de ce que l’on met ensemble et s’oppose à l’individualisme.

  • 4  Idem note n° 1, Chevrier Guylain, Guerre du Golfe et télévision : un mariage stratégique, p. 63‑84(...)

7Si les grands médias peuvent être crédités d’un pouvoir, c’est de l’effet de masse et de propagation des idées qui est le leur. Mais ce serait se tromper que de leur faire endosser une responsabilité qui est bien plus politique que médiatique. L’exemple de la guerre du Golfe a été assez significatif du pouvoir des médias, spécialement télévisuels, et de la façon dont ils sont capables de faire vivre l’information selon un schéma rodé et efficace au service d’intérêts politiques repérables. Cette guerre a été l’occasion de voir au grand jour se mettre en œuvre un véritable plan de propagande, une stratégie préparée à l’avance y compris avec des entreprises de communication qui ont inventé les grands slogans et le vocabulaire propret de la guerre. L’alliance entre guerre et télévision a été un élément décisif alors pour imposer le choix des armes et en faire accepter le prix aux opinions publiques4. Il y a de la part des médias télévisuels devenus largement dominants par rapport à la presse écrite une implication majeure dans cette vocation à produire des cadres mentaux de réception des événements, prédisposant à une lecture de l’histoire qui se fait et de la mémoire que l’on peut en avoir. C’est qu’ils travaillent directement les représentations, parce que ce sont elles qui sont à la source de nos actes, qui les conditionnent : on agit comme on pense. On imagine alors l’importance qui peut être donnée à la capacité d’exercer une influence sur ce que l’on pense par ceux qui travaillent à conquérir l’adhésion des citoyens à des objectifs politiques qui ne bénéficient pas nécessairement à ces derniers. La guerre du Golfe a été un grand moment de ce point de vue, et même un tournant dans l’histoire des médias, à travers un mariage stratégique entre guerre et télévision. Ce tournant était à la mesure de celui plus général que cette guerre a représenté pour l’histoire du monde contemporain.

8L’avènement du concept de “communication” a joué un rôle central dans l’évolution du statut de l’information, jusqu’à cet usage qui en a été fait lors de la guerre du Golfe. Il ne sort pas de nulle part et s’est affirmé à la faveur d’un divorce entre démocratie et propagande, un divorce qui a une histoire. Il y a eu plusieurs tentatives, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, d’instituer en France un ministère de la propagande, comme instrument officiel de défense de l’État républicain, et qui ont échoué. L’usage que le régime de Vichy à fait de la propagande a entériné, après ces échecs, une image très négative de cette notion, servant à justifier aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale un divorce commode entre démocratie et propagande, pour mieux continuer en sous-main à en avoir l’usage. On a ainsi associé propagande et régime totalitaire, communisme en tête, pendant qu’on associait liberté de pensée et démocratie, démocratie et capitalisme. Le concept de « communication » a succédé à celui de « propagande », et on a ainsi édifié le mythe d’une information sans parti pris, escamotant au passage le nécessaire débat d’idée et renvoyant la notion de « lutte idéologique » aux plus méprisables archaïsmes. La communication a été montrée comme le pur fait des progrès de la technique, un véhicule neutre de l’information qui n’a pas de camp. Une espèce de tuyau en quelque sorte, qu’utilise le journaliste pour diffuser une information, et qui serait même la garantie de sa neutralité, la technique apparaissant comme indépendante des choix politiques. Le journaliste reçoit une information d’un tuyau qu’il transfère dans un autre tuyau, ce qui n’implique plus aucune notion de responsabilité du journaliste vis-à-vis de l’information qu’il diffuse, pas plus qu’à en vérifier la qualité de la source. Finalement, comme le traitement de l’information est le reflet d’un cadre plus large qui est celui d’un système qui commande largement les grandes références collectives, les informations formatées par cet état de fait et diffusées aux citoyens par voie de communication passent pour vérités données ou vérités naturelles. Le journaliste peut alors se réfugier derrière la bonne conscience d’une télévision se conformant à être le reflet de ces grandes références dominantes, pour s’autocensurer ou appliquer la censure. Avec la guerre du Golfe, on a atteint sous cet argumentaire de la communication des sommets de manipulation et de mensonge. Marcel Trillat a d’ailleurs été un des rares journalistes à oser dénoncer cela, alors sur le terrain des événements pour France 2.

9Il me semble qu’il est urgent d’opposer au concept de la « communication », que ce soit dans l’espace public ou dans l’entreprise, la nécessaire identification des partis pris qu’il dissimule, pour qu’un débat d’idée clair puisse avoir lieu et faire vivre notre démocratie. Lever la confusion qu’entretient ce concept, c’est ne pas laisser aux médias la « toute-puissance » des idées à travers une mission mythique de l’information. Force est de constater que l’essentiel des partis politiques et des syndicats ont adopté le concept de la « communication », qui transfère de la publicité et du marketing en politique, sans les précautions d’une analyse de fond. Il est nécessaire en la matière de ne pas adopter n’importe quoi n’importe comment, il faut savoir analyser d’où vient un concept et où il mène, sinon, le risque existe d’adopter des idées, des concepts qui ont été conçus pour défendre un système que l’on est censé combattre sans s’en apercevoir, avec toutes les conséquences que cela peut avoir.

10Enfin, l’émergence d’une information de type nouveau se hissant au rang d’une histoire vécue en temps réel, à l’appui des moyens technologiques actuels de la communication, ne peut laisser l’historien indifférent, du fait de son incidence directe sur les conditions de la construction de la mémoire collective. C’est toute une culture de l’illusion à destination du citoyen, illusion vertigineuse de vivre l’histoire au moment où elle se fait justifiant d’autant mieux qu’elle lui échappe, en même temps qu’elle se présente comme démocratique à en avoir un accès sans délai et faussement global. France Info en est un bon exemple. Cette station à longueur de journée se présente comme nous donnant accès à une information en direct et en continu avec le monde. Ce n’est pas, encore une fois, la vision faussement panoramique ou immédiate de l’information médiatique qui donne une vision pertinente d’un événement mais le concept qui sert à le regarder, à le définir, à l’analyser, à se le représenter, allié à la vérification de la qualité de la source de l’information. Il n’y a pas de démocratie sans contre-pouvoirs, et pas plus de médias démocratiques sans que ces contre-pouvoirs imposent leur place à certaines idées pour contrecarrer le danger en tout domaine pour nos libertés d’une unique façon de penser.

Capitalisme et économie symbolique de la télévision

  • 5  Bourdieu Pierre, Sur la télévision, Paris, Raisons d’agir Éditions, 1996.

11Pierre Musso, ingénieur, depuis longtemps tourné vers les enjeux de la communication, questionne l’assemblée : si les médias construisent des représentations sociales, qu’elles sont nos représentations des médias ? Il veut d’emblée insister sur le rapport qui existe entre les représentations sociales, l’imaginaire collectif, et les pratiques et usages des médias. Il propose de ne pas traiter « des médias » en général, mais selon leurs spécificités. Il distingue trois familles de médias : la presse écrite, l’audiovisuel, c’est-à-dire la radio, la télévision, les jeux vidéo, voire le cinéma, et enfin les télécommunications, l’informatique et internet. Il souligne le fait que le débat est essentiellement axé sur la télévision, ce qui est compréhensible car c’est le média de masse par excellence, qui fait « lien social ». La télévision est au centre des pratiques, des représentations sociales ; elle est la « clef de voûte » de l’imaginaire, des mythes et de la mémoire collective contemporaine, de ce que certains sociologues des médias (Elihu Katz et Daniel Dayan) appellent les « cérémonies télévisuelles » contemporaines ou des « mises en scène télévisuelles » quotidiennes. Elle contribue à la production de tous les grands dispositifs symboliques, y compris politiques. Comme l’a montré la discussion, on n’arrive pas à parler de la télévision sans passion : la télévision, c’est toujours-déjà « merveilleux » ou « terrifiant ». Elle est d’emblée soumise à jugement normatif, à croyance. Car les médias et de façon plus générale la technique captent tout le symbolique dans nos sociétés. Le nouveau Dieu c’est la TV ou internet, ou les nouvelles technologies. Il faudrait ici élargir notre questionnement sur la place de la technique dans les dispositifs symboliques, et pas simplement les représentations et discours. Malgré les discours de dénégation, de rejet, de jugement « cultivé », la télévision est d’abord un objet de plaisir, d’éveil et d’éducation populaire. Il faut donc questionner l’appréhension ordinaire de la télévision sur un registre normatif, y compris chez Pierre Bourdieu5. Il faut aussi interroger l’écart entre les discours et les représentations de la télévision et les pratiques et usages, parce que tout le monde est prêt à condamner la télévision au nom de la morale, de la culture, de « l’objectivité », etc. Mais en même temps, tout le monde regarde la télévision, façon massive, et la consommation de la télévision ne cesse d’augmenter : il y a « la bonne » et « la mauvaise » TV ; les deux peuvent co-exister.

12Il faut partir des pratiques et non des discours sur la télévision : y compris la pratique des responsables des partis politiques, y compris de ce parti (il désignait là le PCF), qui sont dans la condamnation récurrente de la télévision parce qu’elle est liée au pouvoir – pouvoir politique ou économique – et en même temps la véritable course aux plateaux et aux paillettes qui les anime pour être visible/lisible/audible. Il devient urgent de penser différemment l’objet « télévision » et les médias en général. Il faut une rupture de pensée, une rupture théorique et critique, une rupture « épistémologique » au sens bachelardien qui doit tenir compte des retards théoriques liés à une méconnaissance des travaux de recherche sur la communication, réalisés depuis cinquante ans. Pierre Musso propose dans cette perspective plusieurs réflexions.

13Première remarque, on ne peut isoler de son point de vue, la question de la télévision des autres modes de production des représentations sociales aujourd’hui. En effet, dans une société où la technique domine toute la sphère sociale et économique (et notamment les techniques de communication et d’information) s’impose un dogme technolâtre, ce que Georges Balandier nomme le « techno-messianisme » ou le « techno-imaginaire ». Or, un des dispositifs techniques majeurs, parce que c’est la première pratique sociale, c’est la télévision, ou Internet avec toutes les images et discours qui y sont associés. Les médias sont d’abord des « dispositifs techniques et industriels » qui véhiculent, cristallisent, fabriquent de l’imaginaire : ainsi, la spécificité de la télévision, c’est de fabriquer des mises en scène des messages ou des relations sociales. Si on ne part pas de cette hypothèse, on rentre immédiatement dans les débats sur « les effets », « l’influence » de la télévision (qui contrôle, qui manipule, quel est le « complot » médiatique, etc.) et on plonge assez vite dans le « degré zéro » de la pensée sur la télévision résumée dans la thèse de l’influence directe et mécanique de la télévision sur la société et les individus (exemple, la télévision produit la violence). Commençons au moins à inverser la question dite « des effets » de la télévision et intéressons-nous aussi aux récepteurs, et à ce qu’il « font de la télévision ».

14La seconde remarque est d’ordre économique : elle est relative à la télévision considérée comme industrie, car la télévision est une « industrie de l’imaginaire ». De ce point de vue, la télévision est un nain économique, c’est une économie fragile, comme tout l’audiovisuel : en France, l’ensemble des recettes des chaînes de télévision (si on cumule les chiffres d’affaires), représente environ 50 milliards de francs, c’est-à-dire moins de 0,5 % du PIB. On peut dire de la télévision que c’est un nain économique et un géant symbolique et culturel. Les grands groupes sont en train de se diversifier dans les médias, comme Bouygues venu du BTP, la Compagnie générale et la Lyonnaise des Eaux devenus respectivement Vivendi et Suez, ou Lagardère qui contrôle Hachette, l’édition et la distribution en librairie. Ces grands groupes passent du capitalisme fordiste, centré sur la production industrielle et adossé à l’État, à un capitalisme « post-fordiste » centré sur les services et les logiques financières. Au-delà de la recherche des taux de rentabilité plus élevés, ces groupes s’intéressent à la construction de l’imaginaire social et individuel : il n’y a qu’à voir comment travaillent déjà des groupes comme Zara, Benetton ou Berlusconi depuis les années soixante-dix. Leur logique vise à construire l’attente du consommateur, donc à travailler sur son imaginaire et ses représentations. Nous ne sommes plus dans le capitalisme fordiste où le pilotage de l’industrie se fait « par l’amont de la production », la logique post-fordiste de production de services opère par l’aval, c’est-à-dire en agissant sur le consommateur, par la co-construction de ses désirs, attentes, et donc de sa « demande ». C’est ce que font par exemple Zara ou Benetton avec les vêtements, : ils observent par des systèmes d’information sophistiqués les achats, les goûts et comportements des consommateurs dans leurs magasins puis font « remonter » ces informations vers les bureaux de conception et les chaînes de fabrication. Le fabricant d’ordinateurs DELL, vous configure votre ordinateur en fonction de vos souhaits et lance ensuite la fabrication (donc zéro stock). Ce processus n’est pas spécifique à la communication, mais caractéristique de la phase actuelle de développement du capitalisme. Pour comprendre la place de la télévision dans la société, il faut se placer à cette étape-là du développement du capitalisme. À partir du moment que le pilotage de l’industrie s’opère par l’aval, c’est-à-dire à partir du désir du consommateur, il convient de construire ou de co-construire un imaginaire pour cet utilisateur, pour structurer son attente. C’est pourquoi le capitalisme contemporain a besoin des industries de l’imaginaire et de travailler sur les représentations sociales et sur l’imaginaire. Le capitalisme a besoin de sa propre théâtralisation, de sa mise en spectacle, comme l’avait bien analysé Guy Debord. Si les entreprises de communication deviennent centrales, ce n’est pas simplement du fait de leur puissance économique, mais parce qu’elles sont au cœur du développement actuel du capitalisme. Ces entreprises de communication, comme Vivendi Universal, les compagnies d’Hollywood, etc., ces groupes des industries audiovisuelles ou du multimédia ont conquis la capacité de participer à l’élaboration des images et imaginaires collectifs, c’est-à-dire de vampiriser le champ culturel. Cela peut aller jusqu’à la production de leurres et de prophéties auto-réalisatrices : ainsi les annonces sur les « révolutions technologiques » créatrices de nouveaux besoins et d’une société (dite d’« information »). L’UMTS (le téléphone mobile multimédia de nouvelle génération), par exemple, a été un grand leurre collectif créé en Europe par les industriels de la téléphonie : cela a conduit à un investissement de 2000 milliards de francs en Europe, puis ce fut la grande catastrophe financière (car la « bulle » imaginaire et financière a éclaté).

15Ce travail des industries sur l’imaginaire peut être poussé à l’extrême jusqu’à la conquête du pouvoir politique. Les « hollywoodiens » ont acquis la capacité de co-construction des imaginaires, ils peuvent aller jusqu’à vampiriser le politique, Berlusconi en est l’exemple type. Ce n’est pas seulement parce qu’il détient trois chaînes de télévision qu’il a conquis le pouvoir en Italie, mais c’est parce qu’il a eu la capacité de vampiriser l’imaginaire collectif et donc le politique avec les mises en scène télévisuelles. Il ne faut donc pas se contenter d’établir un lien mécanique entre pouvoir et médias, du type l’émetteur contrôle ou influence, voire « manipule » des récepteurs censés être plus ou moins « passifs ». Ce schéma simpliste, il est urgent de s’en débarrasser. Si on ne fait pas cette rupture, on regarde le neuf – qui a déjà trente ans – avec du vieux. Je sais bien que cela rassure d’aller chercher des vieux schémas marxoïdes, surtout quand on y ajoute des couches de McLuhan et de « médiologie », mais cela ça ne suffit pas pour fournir des grilles théoriques pertinentes pour comprendre la place des médias dans le capitalisme contemporain. Il faut construire des concepts et des outils théoriques neufs pour penser « l’économie symbolique » complexe de la télévision.

16Troisième et dernière remarque sur la télévision. Je suis d’accord avec Marcel Trillat sur ce qu’il a dit à propos de la télévision du temps de l’ORTF, ce que Umberto Eco appelle la « paléo-télévision ». Car il faut voir aussi que la télévision a vécu des formes très différentes. Il y a au moins trois types de télévision en France (et dans de nombreux pays européens) depuis les années 1950. La première est celle de l’ORTF et du monopole public, qui confiait un rôle central à l’État mais qui distinguait bien, comme l’a souligné Marcel Trillat, les programmes, pour lesquels les réalisateurs disposaient d’une assez grande liberté, et l’information, étroitement contrôlée par le pouvoir politique. Mais c’était une télévision de l’émetteur et du message (la « paléo-télévision » de Eco). L’émetteur est tout-puissant (cf. la télévision du Général dont le visage occupait tout l’écran en gros plan), mais c’est aussi une télévision « fenêtre », qui permet au grand nombre de découvrir le monde, la littérature, le théâtre, le cirque, etc. Dans cette télévision-fenêtre, le contrat de visibilité qui est passé implicitement avec le téléspectateur est un contrat de vérité ou de réalité (historique ou une réalité sociale), etc. La télévision doit dire (ou devrait dire) la vérité, et décrire la réalité « vraie ». Ce contrat de visibilité est rompu avec l’émergence de la « néo-télévision » durant les années 70-80 surtout avec le développement de la télévision commerciale, marquée en France par la privatisation de TF1, la montée des recettes publicitaires, la multiplication des chaînes (la 5, TV6 devenu M6, etc.). Avec cette néo-TV, le contrat de visibilité passé avec le téléspectateur est d’abord celui du spectacle et de la relation. Ce n’est plus la« vérité »du message qui importe, mais la relation entre le téléspectateur et son double, porté de l’autre côté de l’écran (cf. le talk-show ou le jeu). Avec le talk-show, le téléspectateur (et le public) traverse l’écran, il entre sur le plateau de télévision. Le plateau devient l’élément central avec l’animateur, le téléspectateur mis en scène et le public fictif qui applaudit et sourit quand on le lui demande. Là, s’opère un dédoublement du téléspectateur, celui qui est devant l’écran et celui qui est « derrière », et une relation affective de compassion s’établit entre la télévision et son public. C’est, comme dit Dominique Mehl, une « télévision relationnelle ». C’est une télévision du récepteur présent à la fois devant son écran et sur le plateau : ainsi la télévision se fait confessionnal public comme dans « Bas les Masques » de Mireille Dumas ; désormais l’espace public et l’espace privé sont totalement confondus. Cette néo-télévision publicise la vie privée et privatise l’espace public : chacun peut aller (et rêve d’aller) raconter sa vie, la vérité c’est le vécu de chacun mis en débat public (cf. « C’est mon choix » par exemple), chacun s’expose et du coup privatise l’espace public. Il en va de même dans la pratique quotidienne du téléphone : le téléphone fixe permet l’introduction de l’espace public dans l’espace privé et domestique (la sonnerie le rappelle) et le téléphone mobile permet de balader avec soi sa sphère domestique comme une « bulle » dans l’espace public (et de publiciser ses « petites affaires domestiques »). La néo-télévision et la téléphonie mobile contribuent quotidiennement à cet effacement (ludique ?) des frontières entre espaces public et privé. Ce sont des pratiques sociales à analyser, et non une quelconque production machiavélique d’un pouvoir.

17Pierre Bourdieu a fait une conférence sur la télévision mais, en fait, il ne vise que la télévision commerciale qui n’est qu’une des formes de la télévision, minoritaire d’ailleurs en terme d’audience ; Bourdieu ne parle pas de la télévision publique qu’il méconnaît, et qui pourtant représente 30 % de l’audience globale, ni de la télévision à péage (comme Canal Plus ou les chaînes diffusées par satellite et câble qui représentent 30 % de l’audience globale). Évidemment, tout le monde a compris le fonctionnement de la télévision commerciale : c’est une logique du temps perdu transformé en audience ; parce que les médias, c’est la transformation du temps en audience ou du temps collectif en activité économique, ce n’est pas de la perte de temps, c’est du recyclage du temps en argent. C’est le modèle TF1, M6, Berlusconi, et depuis l’origine, de la télévision nord-américaine des networks. Mais c’est encore une forme particulière de la télévision en France, celle des années quatre-vingt qui est encore très puissante en terme d’audience. Mais il y a une troisième forme de télévision qui a émergé depuis quinze ans qui représente 35 % d’audience, 35 % des recettes, c’est la télévision à péage, par abonnement, type Canal Plus, les chaînes par Câble ou satellite, dont l’audience ne cesse de croître. C’est une nouvelle forme de télévision qui est une télévision de l’abonnement et du contact. Désormais, ce qui compte c’est d’être connecté, abonné, et l’opérateur s’emploie à fidéliser ses abonnés… y compris pour lui vendre des bouquets de services dits « multimédias » (c’était le cœur de la stratégie de Vivendi sous Messier). Cette télévision du contact, du simulacre de relation, n’est plus simplement une télévision du spectacle et de la mise en scène, c’est typiquement celle que met en scène aujourd’hui la télévision. La télévision se met en scène elle-même : elle est son propre objet. Elle devient même « actrice » du destin de ses téléspectateurs (Loft Story, Stars Academy, Popstars, etc.). Ce qui est mis en scène désormais, c’est le public qui devient co-scénariste comme dans Loft Story et fait le destin des lofteurs ou l’issue du jeu par son intervention dans l’émission. Ce n’est plus un public « passif », mais un public acteur. On peut condamner ou faire l’apologie de ces émissions, peu importe : c’est un fait de société qui alimente les représentations, les discours et les échanges quotidiens. Ce sont des émissions télévisuelles de la mise en scène du contact, de la relation, « on est en contact », on est « connecté », on « interagit » grâce à la télévision (on peut y associer, comme dans Loft Story, le téléphone ou internet) ; dit autrement « ça communique », on est bien là tous ensemble en train de communier, de partager les mêmes émissions et les mêmes émotions (comme dans les grandes cérémonies télévisuelles que sont par exemple les JO ou la coupe du monde de football). Peu importe le contenu, le sens, ce qui fait sens c’est le contact, la réunion, la mise en commun d’émotions : on vit ce que Bernard Noël avait déjà dit, il y a dix ans, la « sensure », c’est-à-dire la perte de sens. Et il n’est nulle besoin pour cela de super-censeur.

18La télévision actuelle réunit et fait partager : grâce à elle la société délitée, éclatée se réunit et partage des émotions et des sensations Il n’est pas question de réalité. Par définition ce sont des émissions qui confondent la fiction et le réel, le public et le privé, le public et le téléspectateur devant et derrière l’écran ; cette télévision contemporaine produit de la mise en scène de la relation et du lien social. C’est un simulacre ou une prothèse de lien social. C’est pourquoi les émissions comme Loft Story ont connu un tel succès populaire d’autant que Loft Story a su mettre en scène l’anxiété des adolescents dans leur rapport à l’entreprise et à l’insertion sociale et professionnelle (le passage des adolescents au monde des adultes, au monde de l’entreprise, avec la gestion de la sortie et de l’entrée, cf. la fonction de passage du « sas » entre le Loft et l’extérieur). Ce sont des émissions de télévision qui du point de vue de la production d’images et d’imaginaires sont très élaborées. J’insiste donc sur ces diverses formes de la télévision française qui évolue beaucoup avec la société elle-même dont elle est un excellent miroir et un révélateur, voire un analyseur. Il faudrait donc parler de la télévision sous ses différentes formes ; ces trois formes superposées que j’ai évoquées constituent la télévision d’aujourd’hui : le service public, même s’il est affaibli, la télévision commerciale et la télévision à péage. En parlant de « la télévision » on risque de tout confondre en un seul mot ; non seulement il faut différencier les médias, mais il faut différencier les types de télévisions d’autant qu’il y a des modes de financement, des modes de régulation spécifiques à chacun de ces modes. Certaines émissions comme les « Guignols de l’Info » ou le « Vrai Journal » sur Canal + vont dans le sens d’une auto-célébration de la télévision par elle-même, qui a sa dimension économique. Il y a une identité entre cette économie du péage et ce type d’émission, car ce qui compte c’est la connexion, le contact, le sentiment d’appartenir à un club, à une communauté télévisuelle qui partage des émotions. Ce qui est valorisé économiquement, c’est l’adhésion à un « club » (d’abonnés fidélisés), et ce qui est valorisé symboliquement, pour l’essentiel sur la télévision commerciale, c’est le contact, le partage et la connexion.

19Il voit deux grandes pistes possibles pour agir sur la télévision. La première, dans la construction d’une nouvelle régulation audiovisuelle. Il faut essayer de penser et de proposer une nouvelle régulation et un nouveau service public démocratisé ; ce ne peut être un retour à l’ex-ORTF qui fut un service public étatisé malgré toute la qualité de l’école dite des Buttes Chaumont et des grandes heures de la création qui a été apportée dans les années 50 et 60. La critique du mouvement social de mai 68 a porté là-dessus : le monopole de l’ORTF a été identifié à un monopole étatique et politique. C’est pourquoi reste à construire un nouveau type de service public et une responsabilité publique et sociale pour garantir le droit à la communication audiovisuelle (et l’équité dans la représentation des différents courants critiques des objets sujets des images ?). La seconde, dans le travail théorique pour analyser cet objet social essentiel et peu pensé qu’est la télévision, véritable « totem » de nos sociétés. Il y a beaucoup à faire dans les apprentissages, et notamment à l’école, à l’université, et même en entreprise, pour l’appropriation de l’image et de la télévision en général. La laïcisation de l’audiovisuel est en jeu. Ce qui a été fait pour l’école publique il y a un siècle pourrait être engagé pour la télévision. C’est un enjeu de société, de citoyenneté. Tout le monde n’est pas obligé de rester autodidacte devant sa télévision. On peut conquérir la laïcisation de l’appropriation culturelle et sociale de l’audiovisuel, y compris dans des pratiques alternatives de la production télévisuelle à travers les télévisions associatives ou par des interventions directes des citoyens dans les médias audiovisuels.

Pluralisme, médias et contre-pouvoirs

20Michel Muller, sociologue, pense que la question qui se pose aujourd’hui est la suivante : dans qu’elle mesure les médias sont acteurs du débat pluraliste qui doit affecter notre société ? Si l’on admet que les médias ne sont que des acteurs et pas les principaux responsables de l’opalisation des esprits, on peut espérer qu’ils puissent être les vecteurs des débats contradictoires qui nourrissent la vie des idées. Pour autant, le constat est qu’ils ne jouent pas ou peu ce rôle. Michel Muller revient ensuite sur l’ancienne conception du pluralisme qui prévalait à l’époque « glorieuse » de la presse écrite. Le pluralisme s’articulait autour de deux pôles : celui de la presse dite bourgeoise, et celui de la presse communiste. Cette conception datée n’a pas eu d’alternative. L’idée de créer un groupe Huma avec l’ensemble de la presse communiste s’est heurtée à des résistances et a échoué, alors que partout ailleurs les concentrations se succédaient.

21La deuxième caractéristique qui ne nous permet plus de répondre comme cela, c’est l’explosion des nouvelles technologies de la communication, qui permet d’imaginer des espaces potentiels pour créer des lieux de débats, possibilité de débats contradictoires, où la construction d’une culture propre au mouvement populaire existe potentiellement. Au contraire, l’apparition de ces nouvelles technologies de communication s’est accompagnée d’une concentration gigantesque comme on n’en avait jamais connue. Un groupe comme Sud-Ouest, presse régionale, ne doit que 40 % de son chiffre d’affaires au journal-titre Sud-Ouest. C’est-à-dire que 60 % de son activité relève de télévisions locales, de presse gratuite ou d’autres produits, pour utiliser une terminologie adaptée. On peut aussi constater que les nouvelles formes de communication qui se succèdent ne se substituent pas aux précédentes mais se rajoutent les unes aux autres. Ainsi, la presse écrite continue d’être un vecteur essentiel de l’information malgré ces évolutions, avec neuf millions de lecteurs par jour. Pour illustrer cette concentration extraordinaire des médias, les 67 titres de la presse quotidienne en France sont la propriété de seulement 25 entreprises de presse. Dix-sept de ces titres sont détenus par le seul groupe Sopresse-France-Antilles, c’est-à-dire le groupe Hersant. Nous nous retrouvons aujourd’hui avec deux groupes dominants : le groupe Dassault, avec Sopresse-France-Antilles, puisqu’il devient l’actionnaire de référence vis-à-vis de la famille Hersant qui n’est plus l’actionnaire principal, et d’autre part, le groupe Hachette-Lagardère. Les premiers groupes industriels de l’aéronautique et de l’armement (Dassault et Lagardère) et du BTP (TF1 et LCI appartiennent au groupeBouygues) détiennent en même temps les principaux médias. Qu’est-ce que l’on peut construire à côté de cela ? Ce qui importe aujourd’hui, c’est comment créer des espaces éloignés des logiques marchandes et propres aux citoyens ? Michel Muller va plus loin : n’est-il pas temps d’en faire un objectif populaire ?

22Les luttes qui existent aujourd’hui dans l’audiovisuel public, les luttes que nous avons menées dans la presse restent confinées dans la sphère de professionnels alors suspectés de « corporatisme ». Sur la question de la presse gratuite, je pense que nous n’avons pas été compris parce qu’en empêchant sa distribution notre action a été parfois considérée comme une lutte contre la liberté d’expression. Pourtant notre lutte n’avait pour objectif que d’imposer que cette presse, qui vit au détriment du pluralisme et de la qualité, ne puisse pas fait fi des mêmes exigences que la presse en général. Des luttes existent, mais lorsque le problème est posé, il est centré sur les journalistes : pourtant est-ce que ce sont toujours les journalistes des rédactions qui font les journaux qui sont fait à 50 ou 60 %, non pas seulement par des dépêches d’agences, mais aussi par des correspondants, par des pigistes qui étant payés à la ligne et en grande précarité risquent de ne pas écrire autre chose que ce que les directions attendent d’eux ? Chacun dans la profession se bat dans son coin : il faudrait créer une convergence suffisamment forte pour pouvoir représenter des alternatives. Alors dans une certaine mesure, j’acquiesce à l’idée que l’« on a les médias que l’on mérite », non que nous les ayons demandés, mais ceux qui socialement s’imposent. Tous les sondages d’opinion le montrent, il y a un potentiel réel dans la population pour promouvoir un avis très critique sur ce que produisent et deviennent les médias. La proposition de créer une fédération de la communication au sein de la CGT pour rassembler l’ensemble des structures existantes a été faite mais reste au point mort. C’est l’idée de concentrer des forces progressistes dans ce domaine, un vrai contre-pouvoir, pour répondre à la concentration du pouvoir médiatique entre des mains de moins en moins nombreuses et ancrées dans le pouvoir marchand. Enfin, en l’absence d’un projet politique cohérent sur les médias, donc éthique, mais également économique, social, je crois qu’on aura du mal à mettre vraiment les forces sociales en mouvement pour exiger une autre télé.

Une réflexion collective utile au travail et à la définition de la place de l’historien

23Au vu de la diversité et de la qualité des approches que ce thème avait suggérées aux différents intervenants, il est difficile de conclure. Cette initiative a tenu sa promesse de permettre d’ouvrir une réflexion globale, sous différents éclairages. Elle a aussi contribué à dégager des pistes de travail tout en faisant le point sur les expériences alternatives en cours. Le problème de la production des représentations est toujours au cœur des débats sur la télévision. Elle n’est certes pas cette sorte de fabrique du diable ayant tout pouvoir que l’on aime à décrire, car sa force, la capacité de nuisance qu’on lui prête proviennent d’ailleurs, de ce dont elle se fait le reflet, d’un ensemble auquel elle appartient et qui la subjugue. Voilà pourquoi il n’est nullement besoin d’un ministère de l’Information contrôlant étroitement les journalistes, car ceux-ci baignent dans un rapport de domination sous le signe duquel leur façon de faire l’info a été formée. Si l’on entend changer la télévision, son rôle, c’est sans doute, comme le suggèrent plusieurs intervenants, par une intervention plus importante des citoyens dans les rapports entre société et médias ; ici par l’action d’une télévision locale proche du citoyen, là par l’action collective qui impose un rapport de force matériel qui est aussi rapport de force des idées, ailleurs en créant l’événement pour capter les lumières de l’actualité en surprenant les médias. On voit que la question est plus affaire de contre-pouvoirs et de faire vivre la démocratie que de s’attaquer de façon systématique à la télévision ou aux médias, bien que la vigilance soit de règle les concernant, car dénoncer leurs excès est un enjeu dans l’enjeu politique plus général qui peut aider à certaines prises de conscience. Si les représentations mentales ont à voir avec le pouvoir que les médias exercent sur le cours des idées, elles sont l’effet d’une histoire où l’homme à sa part comme agent conscient de la formation de sa propre pensée.

24Ce que peut montrer un tel colloque à l’historien, c’est l’intérêt, par-delà l’éclairage qu’il peut apporter de l’expérience passée, d’un enrichissement des analyses d’autres disciplines où d’acteurs sociaux qui sont contemporaines de son travail sur un objet. Il peut avoir une place de choix dans la réflexion commune sur la façon dont avance la société dans tel domaine, sous une lecture du présent et du passé qui est en débat. L’historien a une responsabilité, celle de ne pas laisser une histoire officielle hypothéquer la mémoire collective et ainsi l’histoire à venir de notre société. Il se trouve que les rapports marchands dominants proposent les termes d’un futur à construire sur les bases d’une lecture parfois sélective et partisane du passé. Là l’historien n’est plus seulement chercheur mais sa fonction critique entre en connivence avec l’intérêt général, qui a à voir avec la qualité du débat des idées qui nourrissent le pluralisme et la perspective politique.

Haut de page

Notes

1  Cet organisme créé en mars 2000 regroupe des chercheurs de différentes disciplines et sensibilités, des militants d’organisations politiques engagés dans le mouvement social, des militants syndicaux, des professionnels de la communication, qui mêlent leurs expériences et savoir-faire, pour mieux analyser l’évolution des comportements sociaux et politiques les plus structurants.

2  Ce colloque s’est tenu le samedi 23 novembre 2002 à Paris, place du Colonel-Fabien. Ce compte rendu est le résultat de la publication des interventions du colloque, qui a vu le jour quelques mois après l’événement, croisé avec les notes relevées pendant son déroulement.

3  Les Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n° 86. Dossier : Démocratie, pouvoirs et propagande en France au xxe siècle. De la paix de Versailles à la guerre du Golfe, coordination : Guylain Chevrier. Septembre 2002.

4  Idem note n° 1, Chevrier Guylain, Guerre du Golfe et télévision : un mariage stratégique, p. 63‑84.

5  Bourdieu Pierre, Sur la télévision, Paris, Raisons d’agir Éditions, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guylain Chevrier, « Un colloque de l’OMOS sur les médias qui interpelle l’historien (2e partie) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 90-91 | 2003, 201-215.

Référence électronique

Guylain Chevrier, « Un colloque de l’OMOS sur les médias qui interpelle l’historien (2e partie) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1484

Haut de page

Auteur

Guylain Chevrier

Docteur en Histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page