Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Une nouvelle étape pour la conservation et la valorisation des archives du PCF

Pascal Carreau
p. 169-174

Résumé

Le 10 décembre 2003, le Parti communiste français donnait une réception publique en son siège national, place du Colonel-Fabien, en présence de Martine de Boisdeffre, directrice des Archives de France, et de Robert Clément, Président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis 1. C’était l’occasion pour Marie-George Buffet, Secrétaire nationale du PCF, d’annoncer le classement conjoint des archives du PCF et de la Bibliothèque marxiste de Paris par l’État, ainsi que la signature avec le Département d’une convention de dépôt de ces fonds aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis 2.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

archives, inventaire, PCF

Géographie :

France

Chronologie :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Prévue par la loi de 1979 sur les archives pour garantir la préservation et la pérennité de fonds privés « présentant du point de vue de l’histoire un intérêt public », la procédure de classement par l’État constitue une véritable distinction. Mise en œuvre exceptionnellement, elle bénéficie pour la première fois en France au patrimoine historique d’un parti politique.

Reconnaissance patrimoniale et encouragement à l’ouverture

  • 3  cf. entretien avec Pascal Carreau dans l’Humanité du 29/12/2003.

2Cette mesure, qui fait suite à une sollicitation de la direction communiste elle-même, sanctionne bien sûr la détermination du PCF à garantir l’intégrité matérielle et la bonne conservation de ses archives. Elle consacre aussi la richesse intrinsèque d’un ensemble documentaire unique 3, tout en prenant acte de l’effort de valorisation publique entrepris, en particulier par la communication des fonds à la recherche.

  • 4  cf. l’Humanité du 06/03/1993.
  • 5  cf. l’Humanité des 24 et 26/01/1998 et les autres quotidiens nationaux du 24 au 26/01/1998.
  • 6  Pour une brève rétrospective, cf. Pascal Carreau, « La gestion des fonds d’archives du PCF », in A (...)

3En effet, depuis mars 1993, avec l’annonce par Francette Lazard 4, en présence de Georges Marchais, de l’ouverture des archives du PCF, et après la confirmation de cette décision par Robert Hue à l’occasion d’une journée « Portes ouvertes sur les archives » au large retentissement, en janvier 1998 5, une forte demande de consultation s’était amplifiée pour donner lieu ces dernières années à une fréquentation soutenue (300 consultations par an en moyenne), d’ailleurs limitée par les capacités d’accueil du service des archives 6.

4L’intérêt manifesté pour cette nouvelle opportunité de travailler « sur pièces » sur le communisme français, dans des conditions favorables puisque alignées sur les modalités retenues en matière d’archives publiques, a pu se mesurer aussi à la diversité du public concerné : étudiants-chercheurs de 3e cycle ; historiens, sociologues et politologues confirmés ; auteurs de réalisations ou de publications culturelles, etc., français aussi bien qu’étrangers. Leurs travaux ont débouché sur des thèses, des ouvrages, des communications scientifiques en nombre respectable.

5On se doit de mentionner qu’outre un prestige culturel symbolique, le classement par l’État permet de solliciter des aides publiques pour soutenir des projets : initiatives ou publications ; cela s’est déjà concrétisé, à la fin 2003, avec l’attribution par le ministère de la Culture de crédits pour la numérisation de documents appartenant aux archives du PCF.

Le choix du dépôt en Seine-Saint-Denis

6Il était paradoxal qu’une telle politique de communication, libre et gratuite, qui s’apparente à une mission de service public, soit supportée depuis l’origine par les seuls moyens attribués par le PCF lui-même, dont on connaît l’ampleur et la persistance des difficultés financières.

7D’ailleurs, après plusieurs ajustements successifs des moyens affectés aux archives, le risque devenait bien réel d’aboutir, à brève échéance, à une dégradation des capacités de travail et, par voie de conséquence, des conditions de conservation et d’ouverture à la recherche. La direction du PCF, soucieuse de faire face à ses responsabilités et de tenir les engagements pris publiquement, a alors opté pour un dépôt de ses fonds dans un centre public d’archives.

8Cela ne signifiant aucun dessaisissement du PCF, qui – très officiellement – demeure sans équivoque propriétaire de ses archives, conserve un droit d’accès permanent à l’ensemble des documents qu’elles comportent et décide seul des conditions de leur communication.

9Le choix de confier – sous l’autorité morale de la direction des Archives de France – ce patrimoine classé aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis s’est imposé comme le plus cohérent. Évidemment, pour des raisons de proximité géographique, au vu de l’intérêt manifesté par le Conseil général et compte tenu de l’ancienneté des relations de travail établies entre le service des archives du PCF et celui du département. Mais, plus fondamentalement, du fait de la visibilité nationale acquise par la Seine-Saint-Denis comme lieu de référence dans le domaine de la mémoire du monde du travail. La présence, dans ses archives départementales, de fonds versés par l’IHS-CGT, « l’Humanité », de grandes entreprises publiques et privées, confère une cohérence et une complémentarité indiscutables au propre dépôt des archives du PCF.

10Visant à la bonne conservation des fonds et, indissociablement, à leur valorisation et à leur exploitation, la convention signée entre le PCF et le Département ambitionne de constituer le socle de tous les partenariats utiles avec des structures scientifiques ou culturelles, au premier rang desquelles les universités Paris VIII et Paris XIII, ainsi que l’Université de Bourgogne.

11C’est précisément au titre de ces partenariats que la convention prévoit l’accueil et la valorisation spécifiques des collections de la Bibliothèque marxiste de Paris (BMP) sous la responsabilité de l’université Paris XIII, dans le cadre du réaménagement de sa bibliothèque universitaire.

Inventaire en cours en vue d’une ouverture totale des fonds

12Le transfert des archives se fera durant l’année 2004, en veillant à éviter toute rupture dans l’accès aux documents déjà communicables. Il s’accompagnera de l’inventaire exhaustif des fonds, puisque les moyens disponibles n’ont permis de traiter à ce jour qu’une partie d’un ensemble volumineux (environ 800 mètres linéaires au total) et non classé.

13Parmi les documents déjà inventoriés et communicables, on retiendra brièvement :

  • 7  Jusqu’au regroupement, en 2000, de la Bibliothèque marxiste et des fonds conservés au siège nation (...)

14. Documents appartenant aux archives de la Section française de l’Internationale communiste (SFIC) conservées par l’ex-Institut du Marxisme Léninisme de Moscou (copie microfilmée partielle du fonds 517, inventaire 1, aujourd’hui accessible au RGASPI à Moscou)7.

15Environ 100 000 clichés pour la période 1920-1939, dont :

16– les procès-verbaux et décisions des organes de direction (Secrétariat, Bureau politique, Comité central) ; environ 22 000 pages.

17– divers documents (notes, rapports, correspondance, propagande…) concernant l’activité des Régions, le travail en direction des femmes, de la main-d’œuvre étrangère, des paysans, l’activité anti-colonialiste, les écoles et la formation des militants, l’Agit-Prop… ; environ 56 000 pages.

18. Archives des organes de direction du PCF depuis 1944

19– Relevés de décisions du Secrétariat et du Bureau politique, documents relatifs aux sessions du Comité Central : 1 boîte par année, fonds ouverts de 1944 à 1973.

20– Enregistrements sonores des réunions du Comité central : documents disponibles de 1952 à 1969.

21– Enregistrements sonores des Congrès : documents disponibles pour les xiie, xiiie et xive Congrès de 1950, 1954, 1956.

22. Archives de dirigeants et de militants

23– Fonds personnels de étienne Fajon, Léo Figuères, Jean Guimier, Raymond Guyot, Jean Kanapa, Paul Laurent, Roland Leroy, Marius Magnien, Gaston Plissonnier, Waldeck Rochet…

24– Fonds communicables restant à inventorier : François Billoux, Francis Cohen, Fernand Grenier, Victor Michaut, André Marty…

25. Archives de sections de travail ou fonds thématiques

26« Événements de Tchécoslovaquie » ; relations internationales (1957-1972) ; composition sociale des Comités fédéraux (1953-1974) ; Culture Intellectuels ; Femmes ; relations avec d’autres organisations de gauche (1956-1977) ; bilan des écoles de formation du Parti (1953-1965) ; dossiers « déclassifiés » de l’ancienne CCCP (Casanova-Servin, Fiszbin, Garaudy, Guingouin, Marty, Tillon, désaccords d’intellectuels…)…

27. Archives de propagande

28Collection des affiches, brochures, tracts originaux, édités depuis 1944.

Développer des projets et faire vivre des partenariats

29Parmi nos objectifs :

30– L’achèvement progressif de l’inventaire exhaustif des fonds, préalable obligé à leur communication.

31. Dans ce cadre, nous participerons à un projet, animé par le réseau CODHOS (Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale), de réalisation d’un inventaire global des archives d’André Marty, aujourd’hui dispersées entre plusieurs centres d’archives.

32- La poursuite de plans de sauvegarde des documents les plus fragiles, avec

33. la numérisation intégrale des relevés de décisions du Bureau politique et du Secrétariat ainsi que des documents relatifs aux réunions du Comité central depuis 1944 (ce travail a été largement entamé grâce à des crédits du ministère de la Culture, attribués à la demande de la mission Recherche Technologie en 2002 et de la direction des Archives de France en 2003),

34. le transfert sur support moderne des enregistrements des réunions du Comité central et des Congrès depuis les années 1950, ainsi que des cours ou conférences dispensés dans les Écoles centrales du PCF depuis les années 1970 (l’état actuel d’avancement résulte d’une convention passée il y a une dizaine d’années avec les Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis qui ont assuré la partie technique ; ce chantier a également bénéficié de crédits du ministère de la Culture au titre des fonds classés, fin 2003).

35Mais également, en recherchant les coopérations ou partenariats scientifiques et culturels permettant la mutualisation de compétences et de moyens :

36– Le développement d’une base de données issue de l’inventaire analytique des archives de direction du PCF (Secrétariat, Bureau politique, Comité central) depuis 1920.

  • 8  Pour plus de précisions, cf. Alexandre Courban, « Voyage dans les archives du PCF », Cahiers d’His (...)

37Ce projet 8, initié en 1997, fait aujourd’hui l’objet d’une convention entre l’association Archives du communisme français et l’Institut d’histoire contemporaine (IHC UMR CNRS 5605) de l’Université de Bourgogne, qui – outre sa participation au travail concret – en a assuré la définition méthodologique et en assure le suivi scientifique. Il consiste à rédiger, pour chaque document (procès-verbal ou relevé de décisions), une notice documentaire informatisée comportant une indexation thématique et un résumé analytique, couplée dans un deuxième temps à l’image numérisée du document original. On aboutit ainsi à un outil performant d’aide à la recherche permettant toute requête multicritère (y compris à partir de la spécificité du discours communiste, grâce aux possibilités offertes par la numérisation en matière de recherche « plein texte ») et offrant même la possibilité de consulter directement les documents pertinents.

38L’achèvement d’une base de données issue du catalogue informatisé de la collection d’affiches éditées par le PCF depuis 1944.

  • 9  Pour plus de précisions, cf. Lucie Fougeron, « Les affiches du PCF : création d’un fonds d’archive (...)

39Défini en 1998 et développé jusqu’en 2002, où il a été suspendu pour des raisons de moyens, ce projet9vise à créer, pour chaque affiche disponible, une notice documentaire informatisée combinant une indexation thématique, une description iconographique et le texte intégral des slogans y figurant, couplée dans un deuxième temps à la numérisation d’un cliché photographique en couleurs, de qualité professionnelle, de l’affiche originale. On débouche ainsi sur un outil polyvalent d’aide à la recherche historique ou iconographique, se prêtant indifféremment à un usage type « catalogue » ou à des travaux d’analyse sémiologique.

40La réalisation d’un catalogue informatisé des collections d’ouvrages et de périodiques de la Bibliothèque marxiste de Paris, et son insertion dans le réseau des bibliothèques scientifiques et spécialisées.

41Cela en confirmant notamment son statut de source de référence pour l’étude de l’activité éditoriale du PCF, ainsi que de pôle spécialisé dans l’histoire de la publication en français de textes se réclamant du marxisme.

42Pour tous renseignements complémentaires

43Pascal Carreau : 01 40 40 11 52 ou pcarreau@pcf.fr

44Catherine Bensadek : 01 40 40 11 76 ou cbensadek@pcf.fr

Haut de page

Notes

1  cf. l’Humanité du 12/12/2003.

2  Le texte de l’allocution de Marie-George Buffet est accessible sur le site Internet du PCF : www.pcf.fr.

3  cf. entretien avec Pascal Carreau dans l’Humanité du 29/12/2003.

4  cf. l’Humanité du 06/03/1993.

5  cf. l’Humanité des 24 et 26/01/1998 et les autres quotidiens nationaux du 24 au 26/01/1998.

6  Pour une brève rétrospective, cf. Pascal Carreau, « La gestion des fonds d’archives du PCF », in Archives « secrètes », secrets d’archives : historiens et archivistes face aux archives sensibles, CNRS Éditions, 2003.

7  Jusqu’au regroupement, en 2000, de la Bibliothèque marxiste et des fonds conservés au siège national dans le dispositif global des archives du PCF géré par l’association « loi 1901 » Archives du communisme français, ces microfilms étaient consultables à la BMP. Leur exploitation a donné lieu à un certain nombre d’études scientifiques et à la publication de documents dans les Cahiers d’Histoire de l’IRM durant les années 1980-1990.

8  Pour plus de précisions, cf. Alexandre Courban, « Voyage dans les archives du PCF », Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n° 86, 1er trimestre 2002.

9  Pour plus de précisions, cf. Lucie Fougeron, « Les affiches du PCF : création d’un fonds d’archives », Sociétés & Représentations, n° 12, octobre 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Carreau, « Une nouvelle étape pour la conservation et la valorisation des archives du PCF », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 90-91 | 2003, 169-174.

Référence électronique

Pascal Carreau, « Une nouvelle étape pour la conservation et la valorisation des archives du PCF », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1480

Haut de page

Auteur

Pascal Carreau

Responsable des archives du PCF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page