Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Le progrès en Occident au XXe siècle : perspectives de recherches

William Guéraiche
p. 153-165

Résumé

L’idée de progrès est au cœur de la pensée occidentale depuis plus de deux siècles. William Guéraiche ouvre ici la voie d’une recherche historique autour des usages de l’idée de progrès au cours du XXe siècle, en confrontant l’évolution de ces usages aux évolutions économiques et sociales, sources de grande violence, de ce monde occidental.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Van Doren Charles, A History of knowlegde. Past, Present and Future, New York, Ballantine Books, 1 (...)

1Il est facile de comprendre ou d’accepter l’idée de progrès dans le domaine des savoir-faire ou de la technologie, écrivait en 1991 Charles Van Doren dans une Histoire du savoir destinée au grand public, et d’être optimiste au sujet de cette continuité dans un futur prévisible. »1Cette assertion pouvait alors emporter l’avis général sans que personne ne bronchât. Or il est apparu au cours de la dernière décennie du xxe siècle que le progrès ne relevait plus de l’évidence. Pourtant cette idée, autant qu’idéologie, a traversé le siècle. Elle est devenue, plus encore qu’au xixe siècle, une des valeurs sûres de la civilisation occidentale. Le progrès aide à penser le futur en établissement la croyance que demain sera mieux qu’aujourd’hui. Ses représentations sont brouillées car les extrapolations à partir du présent invitent à prendre les augures avec prudence. On peut, de la même manière, interroger le passé à l’aune de cette crise. À l’instar d’Aristote qui acceptait comme allant de soi l’esclavage pour le bien de la cité et des citoyens, les hommes et les femmes du xxe siècle n’ont-ils pas été dans une tache obscure, qui leur a masqué l’absence de progrès ? La réponse passe par un examen de la sédimentation de cette idée dans la civilisation occidentale autant que par une réflexion sur les sources et les moyens qui permettent de saisir cette réalité d’une point de vue historique.

« Progressus », mouvement vers l’avant

2L’idée et la chose n’ont pas la même histoire. Si l’idée puise ses origines chez les Anciens, le mot est quant à lui fils de l’humanisme. À la fin du xvie siècle, un néologisme a été formé sur la racine latine du verbe progredi, action d’avancer, comme le faisait une légion sur un champ de bataille. Un virage sémantique se produit au xviie siècle bien que le soubassement idéologique soit à rechercher en amont dans la religion chrétienne. C’est ensuite par seuils que l’idée s’est transformée en idéologie aux siècles suivants pour trouver son aboutissement au xixe siècle.

Le Temps et le Bien

  • 2  Edelstein Ludwig, The idea of progress in Classical Antiquity, Baltimore, John Hopkins Press, 1967 (...)

3L’idée existait-elle chez les Anciens ? Entre des positions extrêmes, Ludwig Edelstein a répondu que, de toute façon, si elle avait existé, elle n’était pas formulée de cette manière. Si l’on peut lire les mythes, comme celui de Prométhée, dans cette perspective, le progrès tel qu’on le conçoit dans la pensée contemporaine n’est pas pensable dans l’Antiquité 2. Les racines judéo-chrétiennes du concept demeurent une autre piste à explorer. Il serait illusoire de trancher ici le nœud gordien du débat sur l’existence, ou non, de l’idée de progrès dans cette religion. Des textes comme la Genèse ou l’Apocalypse présentent une vision pessimiste et sans espoir. À l’inverse, d’autres laissent entrevoir, sinon la possibilité d’un rachat, du moins l’espérance d’une amélioration de la condition humaine. Dans le Livre de Job, par exemple, le héros malheureux est le jouet d’une lutte entre dieu et le diable. Ébranlé par des épreuves, il reste fidèle à sa foi et sa descendance est bénie. La philosophie qui se dégage du texte met en exergue l’évidence du bien qui finit toujours par triompher. Une certaine lecture de la Bible favoriserait donc l’émergence de ce concept. La vision eschatologique du catholicisme n’entre pas en contradiction avec l’idéologie du progrès, loin s’en faut. Demain portera ses fruits, si ce n’est pour moi, ce sera pour mes enfants ; le Bien finira par s’imposer sur le Mal sans que l’on sache le terme de cette échéance – le Temps n’appartient qu’à Dieu. En ce sens, le catholicisme jette les linéaments de l’idéologie du progrès en ouvrant des perspectives d’avenir, permettant notamment la construction d’une Jérusalem terrestre.

On n’arrête pas le progrès

4L’idée de progrès s’est imposée par seuils qualitatifs et non de façon linéaire. Plusieurs paliers marquent son cheminement dans la pensée occidentale. Contrairement aux représentations classiques, c’est au xviie siècle qu’elle s’impose avant même les Lumières et le début de l’industrialisation.

  • 3  Rouvillois Frédéric, L’invention du progrès. Aux origines de la pensée totalitaire (1680-1730), Pa (...)

5Pour Frédéric Rouvillois, l’Invention du progrès commence dans le contexte favorable des années 1620avec le bouleversement de la méthode scientifique 3. Dans le domaine de la pensée, le débat concomitant de la contre-Réforme est déterminant. Des théologiens mènent une réflexion sur le salut, la faute, car l’on souhaite un christianisme débarrassé de tout excès, de tout fanatisme. Les philosophes prolongent cette réflexion, de Descartes, Bacon à Fontenelle. Quelles que soient les nuances d’interprétation, ces penseurs affirment que la marche du progrès est inexorable. Celui-ci se définit par opposition aux autres perceptions du temps (cycliques) comme un mouvement continu d’ascension. Les hommes et la civilisation qu’ils construisent sont appelés à s’élever, non à décliner. Les nouvelles générations sont supérieures aux anciennes dans la mesure où l’adulte est supérieur à l’enfant. Les philosophes des Lumières reprennent cette antienne, mais tardivement dans le siècle (dans les années 1770), et ils lui donnent une dimension sociale. Dans son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, écrit sous la Convention montagnarde, Condorcet affirme la perfectibilité infinie de l’homme. Ce mouvement devrait suivre des voies plus ou moins rapides mais, affirme Condorcet, il ne sera jamais rétrograde. Ce progrès, érigé en postulat, s’épanouit dans la pensée du xixe siècle.

  • 4  Dans Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966, M. Fou (...)
  • 5  Bury-John Bognel, The Idea of Progress : an Inquiry into its Origins and its Growth, Londres, 1920 (...)

6Vitupérant les nostalgiques, Saint-Simon affirme que l’âge d’or de l’humanité est devant, non derrière. Auguste Comte dans ses Cours de philosophie positive définit un système dans lequel les civilisations passent d’un âge religieux à un âge métaphysique puis positiviste, période de bonheur pour l’humanité. Hegel dresse un tableau similaire dans la Raison dans l’histoire. On retrouve cette confiance, sereine, dans la pensée marxiste qui prédit l’avènement d’une société sans classe. Paradoxalement, les libéraux présentent la même foi en un avenir radieux et investissent leur confiance dans la « main invisible du capitalisme ». Dans le domaine des sciences, Charles Darwin, en 1859, dans L’Origine des espèces par voie de sélection naturelle,donne un cadre théorique à la perfectibilité à travers l’évolution. Le xixe siècle apparaît donc comme ce que l’on pourrait appeler, à la suite de Michel Foucault, une episteme du progrès 4. Certes, le progrès trouve aussi ses contempteurs comme Aldous L. Huxley qui publie en 1932 Brave New World (Le meilleur des mondes) mais il s’est solidifié dans le noyau dur des valeurs occidentales. Comme l’explique J.B. Bury en 1920 dans un livre de référence, l’idée de progrès au temps de la Révolution industrielle veut dire que la civilisation, sous-entendu d’Europe occidentale, a évolué, qu’elle évolue et qu’elle continuera d’évoluer dans un sens « favorable»5.

  • 6  Sur cette question des relations entre sciences et progrès, cf. la 2e partie de l’ouvrage collecti (...)
  • 7  Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Un chronique du salariat, Fayard, réédité (...)

7Quelles sont ses manifestations ? L’historicité du concept suppose que l’on abandonne, ne serait-ce que temporairement, l’histoire des idées au profit de l’histoire. Dans les démocraties occidentales, le progrès prend principalement trois formes. Premièrement, il donne un sens aux sciences et aux techniques. Les découvertes scientifiques et techniques semblent contribuer, sur le long terme, au bonheur de l’humanité. L’industrialisation, rendue possible par l’emploi et le perfectionnement de la machine à vapeur, favorise la création de richesses. La recherche et les découvertes, comme celles de Pasteur, portent l’espoir de l’éradication des maux qui touchent l’humanité 6. Deuxièmement, à l’échelle de l’Europe, mais plus encore à celle de la France, l’établissement de la démocratie s’inspire d’une logique similaire. On considère que les démocraties sont supérieures aux régimes autoritaires – la République aux monarchies et a fortiori aux empires – et qu’à l’intérieur des premières, l’élargissement du corps électoral (comme en Grande-Bretagne) ou la prise en compte de l’intérêt général de la nation constitue un progrès – mise en place de l’État-providence dès les lois sociales de Bismarck, par exemple. Troisièmement, le progrès social se mesure enfin par le mieux-être des populations, l’amélioration de leur condition matérielle d’existence. « Le développement économique intègre ainsi le progrès social comme une finalité commune aux différents groupes [sociaux] en concurrence. »7 Les conquêtes du mouvement ouvrier qui jalonnent cette histoire donnent une visibilité au progrès. Forts de cette grille, les contemporains comme les historiens ont pu croire à son caractère irrésistible.

La fin d’une évidence

  • 8  Il est intéressant de constater qu’il aura fallu près d’un siècle pour que les historiens de la Gr (...)
  • 9  Paxton Robert O., Europe in the XXth century, Fort Worth, Harbort Brace College Publishers, 1997, (...)

8Le xxe siècle s’ouvre pourtant sur le non-sens d’une guerre industrielle. Les voix, comme celle de Valéry qui constatent que les civilisations sont mortelles, sont étouffées par les vociférations patriotiques 8. En dépit des catastrophes et des horreurs qui se sont déroulées, l’idée de progrès n’a jamais été – collectivement – remise en question, comme s’il y avait eu une impossibilité à penser un retour en arrière ou l’inopérance du concept. Les populations des pays développés semblent suivre le mot d’ordre du président républicain Warren Harding de « retour à la normale (return to normalcy) ». Cette normalité en politique, explique Robert O. Paxton, « voulait dire hâter la marche d’un xixe siècle tardif en direction du suffrage universel, des régimes parlementaires et des républiques »9. La situation n’est pas essentiellement différente en 1945 car la dichotomie démocratie-régime totalitaire permet de penser la politique avec l’espoir d’une victoire éternelle de la première sur le second. Ce n’est qu’au cours de la dernière décennie du millénaire que le doute s’est instillé dans les esprits.

  • 10  Boy Daniel, Le progrès en procès, Paris, Presses de la Renaissance, 269 p. et sur « Notre crise du (...)

9Le phénomène, et donc son étude, doit s’opérer à l’échelle de l’Occident, ou au minimum à celle de l’Europe. Dans Le progrès en procès 10,Daniel Boy a tenté une analyse de « notre crise du progrès » centrée sur la France. L’auteur cherche les causes du divorce entre l’État et la science, entre l’opinion publique et les scientifiques. L’immaturité du mouvement écologique ou la méconnaissance des Français dans les domaines scientifiques sont invoqués comme autant d’explications. Or comment se fait-il que cette crise survienne simultanément dans les autres démocraties occidentales, ou bien qu’elle ne se soit pas manifestée avant ? Que valent ces analyses dans les cas allemand ou britannique ? S’il ne faut pas minorer les variables nationales – notamment pour l’Allemagne – elles ne peuvent éclairer qu’à la marge cette crise. Ainsi, une approche globale, tant dans l’espace que dans le temps, s’impose.

Retour sur l’histoire immédiate

10Une chronologie du xxe siècle pourrait commencer par la Première Guerre mondiale. En 1914, l’idée a déjà atteint sa phase de maturité et les horreurs des tranchées entament à peine son crédit. À l’autre extrémité du siècle, quels sont les faits, communs à l’Occident, qui révéleraient, au sens photographique du terme, la crise de cette idée dans les années 1990 ? Un tel exercice de réflexion sur l’histoire immédiate est malcommode pour l’historien tout autant que nécessaire. Depuis l’école des Annales, il est admis que les problématiques historiques ne sont que le reflet de préoccupations immédiates. La construction d’un « objet », au sens sociologique du terme, crée une distance par rapport aux événements, même si peu de temps s’est écoulé depuis leur déroulement. Mais il est admis aussi que faute d’une distance suffisamment grande, le risque d’une interprétation erronée est possible. C’est un risque à prendre. À tout seigneur tout honneur. Les réalités économiques ont primé en cette fin de siècle. À l’optimisme béat d’une croissance sans fin a succédé la prise de conscience d’un partage inégalitaire des richesses. La démocratie occidentale a aussi cessé de s’imposer comme modèle. À la marge, enfin, les progrès scientifiques n’ont plus été générateurs d’espoir.

  • 11  Michie Jonathan and Smith John G. [direction], Oxford, Oxford Press, 1998, 292 p.

11Dans Globalization, Growth and Governance 11 (Mondialisation, croissance et « mode de gouvernement »), des philosophes et des économistes ont mis l’accent sur le dévoiement du progrès. Les progrès techniques, scientifiques ont été instrumentalisés pour édifier le système économique actuel, au détriment de l’intérêt général. En effet, sur une courte durée, les dogmes sur les vertus du libéralisme ont été ébranlés. Au-delà de la « crise » du 1er choc pétrolier, c’est la vague ultra-libérale des années 1980 qui a sonné le glas d’un libéralisme à visage humain. Les années Reagan et Thatcher, voire la politique menée par Chirac sous la première cohabitation, ont consacré la croyance dans le bien fondé de la régulation du marché, du retour à l’orthodoxie financière et elles se sont traduites par un démantèlement de l’État-providence. À l’approche des années 1990, force fut de constater que les remèdes furent parfois pires que le mal lui-même. Ces politiques ont eu – peut-être – des effets incitateurs sur la croissance, mais elles ont accru le fossé entre les classes sociales. La pauvreté est alors devenue un thème majeur de société, le signe que la machine s’était grippée. À l’échelle de la planète, l’écroulement de l’Union soviétique en 1990 a suscité une vague d’espoir. Mais très vite, la perspective d’une capitale russe sous aide alimentaire américaine, les plans de « restructuration » du FMI qui ont suivi, la montée de l’extrême droite et de la corruption ont mis une ombre au tableau du capitalisme triomphant. Et si l’économie de marché n’était pas une panacée ? Et si elle portait en germe l’inégalité ? Cette interrogation a fait écho au problème du sous-développement, récurrent depuis les indépendances. À force d’attendre un « décollage » à la Rostow, les acteurs impliqués dans le développement ont été obligés de revoir leur copie.

  • 12  Hobsbawm Eric J., The Age of Extremes. A History of the World, London, Michael Joseph and Pelham B (...)
  • 13  Idem, p. 11.

12« Le court vingtième siècle s’achève dans des problèmes, pour lesquels personne n’a ni ne prétend avoir de solutions » affirme Eric J. Hobsbawm dans son Âge des extrêmes 12. L’historien anglais brosse un tableau des conflits contemporains qui échappent à l’affrontement bipolaire de la Guerre Froide montrant que l’effondrement de l’Union soviétique ne correspond pas à l’éradication des guerres sur la planète. En outre, aux conflits traditionnels s’ajoutent des attentats comme celui du World Trade Center de New York en 1993. Le terrorisme balaie la notion de front pour porter le fer au cœur même des pays industrialisés. Il ne suffit plus d’être en guerre pour se sentir en insécurité. Un événement marque aussi un point de rupture dans l’histoire des démocraties occidentales : la guerre du Golfe. L’opération Tempête du désert menée sous l’égide de l’ONU s’est drapée de la légitimité du droit international. Or, le règlement du conflit a fait apparaître que les intérêts particuliers – notamment avec les États-Unis et des pays occidentaux – ont prévalu. Avec l’effondrement du bloc de l’Est, c’est tout un système qui stabilisait les relations internationales depuis quarante ans qui s’est effondré. « Paradoxalement, écrit E. Hobsbawm, une ère qui prétendait au bonheur de l’humanité reposant sur les triomphes écrasants d’un progrès matériel fondée sur la science et la technique se termine sur leur rejet par une grande partie de l’opinion publique et les personnes se prétendant des penseurs en Occident. »13 Le siècle ne se termine pas par une célébration du progrès mais dans un climat de crise.

  • 14  « Kohl agrees $ 150,000 fine to avoid trial » in The Guardian, 15 février 2001.
  • 15  Rosanvallon Pierre, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Pari (...)
  • 16  Idem, p. 390.

13Les démocraties occidentales ont d’autant plus de mal à se présenter comme modèle qu’elles semblent minées de l’intérieur. La vague des « affaires » n’en a épargné aucune, montrant la collusion entre les milieux d’affaires et le monde politique. Les acteurs politiques n’hésitent d’ailleurs plus à plaider coupable, comme Helmut Kohl en Allemagne 14. La montée de l’extrême droite et de l’abstention en Europe, l’incapacité des partis de droite comme de gauche à proposer des modèles véritablement alternatifs ont accentué la déconsidération « du » politique. Finalement, explique Pierre Rosanvallon, la démocratie est, comme ce fut le cas en France, une démocratie moyenne 15 à des années-lumière des utopies de ses fondateurs. Ce qui est en jeu au tournant des années 1990 « concerne l’essence même de la politique, en même temps que le sens de la démocratie, écrit P. Rosanvallon. « Que peut la politique, qu’est-ce que vouloir en politique ? Ce sont deux questions radicales qui sont effectivement posées »16. Si le xxe siècle a été celui de la volonté politique, volonté de « changer le monde » ou à défaut d’agir sur celui-ci, son terme met en lumière l’impuissance des acteurs. Les problèmes du xxie siècle risquent d’être « transversaux », c’est-à-dire qu’ils concerneront tous les pays indépendamment de leur régime politique. Or, comment trouver des solutions aux questions démographiques et écologiques dans cette faillite de la volonté politique ?

14Deux conférences organisées par l’ONU ont contribué à alarmer l’opinion publique internationale. La première est le sommet de Rio en 1992 sur les questions d’écologie (notamment l’effet de serre) ; la seconde, la conférence du Caire, portait sur les problèmes démographiques en 1994. Dans un cas comme dans l’autre, la parole a été donnée aux « experts » qui, à grand renfort de médias, ont conclu que le xxie siècle ne constituerait pas un progrès par rapport à la situation actuelle. Si les discours des démographes sont volontiers alarmistes depuis un siècle – quel que soit le sujet considéré –, ceux des écologistes ne se sont guère montré rassurants. Ces écologistes ne sont plus les personnages sympathiques des années 1970 qui prônaient un retour à la nature ; ils jouent les Cassandre, répètent à l’envi que le monde va mal et que rien ne va s’arranger, bien au contraire. Des dossiers plus récents, des OGM ou des épizooties, tendent, si besoin s’en faisait sentir, à légitimer leur discours. En moins d’une décennie donc, les questions d’environnement et plus largement d’écologie ont gagné leurs lettres de noblesse.

  • 17  Taguieff Pierre-Henri, L’effacement de l’avenir, Paris, Galilée, 2000, 483 p. et surtout le chapit (...)

15Le doute sur l’évidence du progrès est né dans ce terreau. Rien ne permet plus de croire à des lendemains qui chantent. On assiste à L’effacement de l’avenir 17 pour Pierre-Henri Taguieff qui pense que le progrès unifiait les sciences et la morale, morale donc portée par la conviction de la perfectibilité de l’homme. Cette approche philosophique de la question mérite une mise en perspective historique. L’historien est enclin à se demander si les acteurs du xxe siècle n’ont pas été aveuglés par cette croyance en un progrès futur.

Quelle méthode ?

16Le progrès est à la fois un discours et une réalité. Le premier entre dans le domaine des représentations, la seconde se mesure : il n’y a de progrès que par rapport à quelque chose, qu’il s’agisse du pouvoir d’achat des ouvriers ou de la participation des citoyens à la vie politique de leur pays. Saisir le progrès au xxe siècle suppose-t-il que l’on considère l’un et l’autre ?

  • 18  Ruse Michael, Monad to Man : the Concept of Progress in Evolutionary Biology, Cambridge (Ma.), Har (...)
  • 19  Paxton R.O., Vichy France : Old Guard and New Order 1940-1944, New York, Random House, 1972, 399 p
  • 20  Le texte français est paru dans Commentaires, n° 47 de l’automne 1989. Il est intéressant de const (...)

17L’historiographie occidentale est actuellement influencée par l’histoire culturelle américaine, née du débat sur le linguistic turn des années 1980. À défaut de saisir les realia, l’historien s’intéresse à la construction de représentations, à la façon dont des individus perçoivent ou sont perçus. Ces études ont été menées principalement sur les « oubliés » de l’histoire, des femmes aux homosexuels. Aujourd’hui, le succès de cette histoire culturelle s’est largement diffusé. Aussi ne faut-il guère s’étonner que l’on travaille déjà outre-Atlantique sur les représentations du progrès 18. Dans cette perspective, il importerait de postuler que le progrès est d’abord un discours, une construction. Des investigations pourraient être menées à deux niveaux. Tout d’abord, quelles ont été les évolutions sémantiques du terme lui-même et ses utilisations ? Il est vraisemblable que le concept hérité du xixe siècle s’est initialement appliqué au domaine des sciences des techniques. Pourtant, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, son champ d’application couvre l’ensemble du spectre, notamment dans le domaine politique et diplomatique. Avec la victoire des démocraties, l’idée de progrès atteint alors son zénith, malgré Hiroshima, malgré le cauchemar des camps d’extermination. Par conséquent, la nouvelle guerre de Trente Ans (1914-1945), comme disait Paul Bairoch, semble paradoxalement avoir encore renforcé la croyance dans le progrès. Ensuite, même si le terme n’est pas prononcé, l’idée est suffisamment forte pour qu’elle structure les débats ; l’interprétation de l’histoire en est un bon exemple. D’une part, les crises de la première moitié du xxe siècle sont toujours considérées par ce prisme. L’Histoire, l’Humanité avancent et ne sauraient connaître, pour reprendre Condorcet, aucun retour en arrière. Or, qu’en est-il des génocides ou des guerres meurtrières qui ne sont jamais perçues comme un retour à la barbarie ? L’établissement de régimes totalitaires en Europe est toujours pensé comme une erreur, un enfantement monstrueux. C’est en Allemagne que la Querelle de l’histoire (der Historikerstreit) a été la plus intense. Précisément, comment un pays qui avait atteint un tel développement, industriel, culturel, peut-il mettre en place la Solution finale ? La réflexion sur le Sonderweg n’a toutefois jamais remis en question le dogme du progrès. Des intellectuels comme J. Habermas ont focalisé leur réflexion sur la « dérive » du nazisme dont l’existence ne pouvait s’expliquer que par la volonté de contenir le communisme. Dans les autres pays, l’incapacité à réfléchir sur ces questions a dominé. En Italie, les interprétations du fascisme n’ont jamais atteint le paroxysme allemand ; en France et en Espagne, ces questions ont été tout simplement niées. En France, il faut attendre R.O. Paxton pour qualifier La France de Vichy d’État totalitaire 19 et ce passé qui ne passe pas, comme l’écrit Henri Rousseau, est une vieille peau dont on n’arrive pas à se défaire, comme au cours du procès Papon. L’Espagne, enfin, s’est finalement bien accommodée d’un dictateur qui est mort dans son lit en 1975. La parenthèse Franco fermée, le pays intègre la communauté européenne vierge de toute réprimande. D’autre part, enfin, du progrès à la fin de l’histoire, il n’y a qu’un pas que Francis Fukuyama franchit dans une conférence sur « La fin de l’histoire » en 198820. Au-delà de la thèse, qui présentait bien des faiblesses, c’est l’idée de la négation du futur (d’un progrès en histoire ?) qui a pu apparaître choquante. Dans ce type d’analyses qui fluctuent de l’histoire des idées à celle des représentations, il faut prendre garde à ne pas raisonner par anthropomorphisme. « L’Allemagne », « l’État », « l’Occident » sont autant d’abstractions pratiques qui minimisent le poids des acteurs. Voilà une raison qui inciterait à revenir aux réalités du progrès.

18Dans quels domaines le xxe siècle fut-il un siècle de progrès ? Si l’on prend des indicateurs quantifiables, on pourrait affirmer qu’a priori dans le domaine des sciences et des techniques, de la mise en place de l’État-providence et dans l’amélioration matérielle des populations, il y eut progrès. Les problèmes de santé publique (comme le rachitisme ou la tuberculose qui persistent à la fin des années 1940) sont en passe d’être résolus ; la recherche médicale donne une vision progressiste des sciences. Comme au xixe siècle, la croyance est fermement établie que les scientifiques auront réponse à tout. Le progrès est ici apprécié comme une accumulation de savoirs et de découvertes. La mise en place de l’État-providence obéit à une autre logique, non celle de l’accumulation, mais celle du partage par l’intermédiaire d’un État redistributeur, garant de l’intérêt général, autrement dit sensible au sort des populations les plus fragiles. Avec les crises de la première moitié du siècle, les gouvernements et les administrations prennent en charge une demande sociale en matière de protection, même dans les pays réputés comme libéraux à l’instar de la Grande-Bretagne. Dans les années 1950, ce rôle dévolu à l’État semble tomber sous le sens et ne sera guère remis en question avant la vague ultra-libérale des années 1980. Enfin, si le bien-être des populations se mesure en pouvoir d’achat, d’accès à la consommation, force est d’admettre que les Trente Glorieuses ont constitué un moment phare : dans les pays industrialisés au début des années 1970, la richesse est en moyenne 5 fois supérieure à celle qu’elle était en 1914.

  • 21  L’histoire sociale allemande est pionnière en matière d’histoire européenne voire occidentale. Kae (...)

19Toutefois, cette mise en perspective des réalités du progrès est-elle satisfaisante ? Dans les trois domaines évoqués, on pourrait choisir des exemples qui illustrent… l’absence de progrès. Si au lieu d’insister sur les découvertes médicales, on braquait le projecteur sur la recherche nucléaire, on pourrait affirmer que les scientifiques ont contribué à entretenir la peur d’une guerre atomique jusqu’à la fin de la Guerre Froide. Dans le même ordre d’esprit, la mise en place de l’État-providence a suscité des critiques libérales sur l’assistanat des populations comme celles, héritières de la période victorienne, proférées à l’encontre du gouvernement Attlee dès 1946. Enfin, l’accès à la consommation peut aussi être interprété comme un leurre. H. Kaelble, depuis ses premiers travaux sur la mobilité sociale, parle d’une uniformisation des sociétés européennes dans lesquelles le bien-être est seulement matériel : à la fin du siècle, cette mobilité justement est moins importante qu’elle ne l’était au début 21 ! Il faut donc se garder de tout angélisme, voire d’une trop grande évidence du progrès. Il y a fort à parier que si l’on distingue le discours sur le progrès de sa réalité, l’on passe à côté de l’essentiel.

Une idée en mouvement

20La distinction entre discours et réalité génère-t-elle du sens ? Certes certains aspects du progrès s’apprécient à travers l’étude de l’un, comme les interprétations de l’histoire, ou de l’autre, comme l’avènement de la société de consommation. Mais pour dépasser cette opposition, peut-être faudrait-il évaluer l’impact du discours sur la réalité. Ainsi, la façon de penser le monde, de l’organiser, ne serait-elle pas liée à cette idée de progrès ? Expérimentons cette problématique sur l’impérialisme du progrès avant d’insister sur le mouvement induit par l’idée de progrès.

L’impérialisme du progrès

  • 22  Aron Raymond, Les désillusion du progrès. Essai sur la dialectique de la modernité, Paris, Calmann (...)
  • 23  Hubert Védrine, « Refonder la politique étrangère de la France » in Le Monde diplomatique, décembr (...)
  • 24  Mbembe Achille, « Esquisses d’une démocratie à l’africaine » in Le Monde diplomatique, octobre 200 (...)

21En 1969, dans Les Désillusions du progrès 22, Raymond Aron prend acte de la croissance économique sans précédent mais s’interroge sur le malaise qui paradoxalement se matérialise aux États-Unis avec le mouvement noir ou en France avec l’agitation étudiante. En dépit du titre provocateur, le philosophe exprime sa confiance dans le progrès. R. Aron pense, par exemple, que tous les pays dans le monde sont « équivalents », c’est-à-dire qu’ils disposent à plus ou moins long terme des mêmes moyens pour accéder à la prospérité. Dès qu’une colonie acquiert son indépendance, il semblerait aller de soi qu’elle se développera comme autrefois la puissance coloniale de tutelle. L’Occident devient le paradigme absolu pour penser le temps des civilisations. Ce qui ressort au demeurant, c’est l’impossibilité pour un intellectuel qu’on ne peut en aucune manière qualifier de « tiers-mondiste » de penser une autre réalité que celle du monde dans lequel il vit. Or ne faut-il pas voir ici, et de nos jours encore, l’incapacité des Occidentaux, qu’ils soient dirigeants politiques ou intellectuels, à comprendre les tiers mondes ? « On connaît ce florilège que répètent sans se lasser quelques éditorialistes chaque fois que le travail diplomatique amène à traiter avec un pays qui n’est pas encore à nos yeux une démocratie parfaite. » 23 Ce « pas encore » est lourd de sens. L’actuel ministre français des Affaires étrangères illustre ici la pensée d’acteurs qui ont une conception pré-copernicienne de la centralité de leur monde (en l’occurrence ici de la France). Or la diversité est un fait. Ainsi, dans les pays africains, les indépendances n’ont pas porté les résultats escomptés. Achille Mbembe 24expliquequ’il s’agit de la conjugaison de trois facteurs. Tout d’abord, d’un point de vueéconomique, nul n’avait prévu la montée en flèche de l’économie informelle et les ravages des politiques de restructuration souvent liées au remboursement de la dette. Ensuite, la « démocratisation » est survenue dans des conditions défavorables qui ont favorisé les décisions sur le très court terme. Enfin, les pays africains ont souffert d’une absence de modèle de démocratie intégrant le particularisme culturel. Cette analyse pourrait être prolongée pour l’Asie où les valeurs sont encore plus éloignées de l’Europe qu’elles ne le sont en Afrique. Dans une cité-état comme Singapour ou aux Philippines, la démocratie prend un relief singulier qui n’a qu’un lointain rapport avec ses origines européennes. Il ne suffit pas qu’un régime revête cette peau d’âne pour que les États fonctionnent sur le paradigme occidental.

22Pourquoi a-t-on cru au progrès alors que des pans entiers de l’espace-monde commençaient à sombrer ? Dès la fin des années 1940, la croissance du PIB est devenue son maître-étalon (et cette idée connaît encore une certaine actualité). Les dirigeants politiques et les opinions publiques se sont peu souciés de la structure de cette croissance. Dans la mesure où les entreprises nationales contribuaient à l’enrichissement d’un pays, il y avait peu de raisons pour que l’on s’intéressât à ses agissements à l’étranger ou au partage de la richesse générée, par exemple. La genèse de la mondialisation actuelle, celle qui fait de l’Occident une forteresse, repose sur les maldonnes des années 1960-1970. La vérification de cette hypothèse est peut-être encore prématurée, faute d’études globales. Mais on peut retenir un point : sur l’ensemble du siècle, les contemporains ont toujours eu une bonne raison de croire au progrès.

Le progrès, un équilibre toujours instable

23Pourquoi la décennie 1990 a-t-elle fossoyé l’idée de progrès ? Ni les sciences, ni les démocraties, ni le libéralisme n’ont plus permis d’avoir confiance en un avenir meilleur. Cette convergence du doute marque la rupture. En effet, au cours du xxe siècle, le doute a pu se manifester dans un domaine plutôt qu’un autre mais jamais dans plusieurs à la fois ; le progrès étant un mouvement vers l’avenir, on a toujours eu raison d’espérer en portant le regard sur d’autres horizons, le dos tourné aux difficultés.

  • 25  Paxton, op. cit., p. 592. Une restriction toutefois, le passage manquant est le suivant : «… voitu (...)

24Au cours du xxe siècle, la représentation du progrès est parfois troublée. Mais ce n’est jamais que dans un seul domaine. Pour les démocraties acculées à l’affrontement armé, les guerres sont toujours comprises comme une lutte contre des régimes autoritaires et la victoire des premières s’avèrent, somme toute, logiques pour ne pas dire « normales ». La crise des années 30 remet en cause le dogme de la croissance mais dans les démocraties (pas seulement d’ailleurs), les États jouent un rôle protecteur et permettent d’avoir confiance en l’avenir. Dans les années 1950-1960, enfin, après le projet Manhattan, la science est mise au banc des accusés en faisant peser le risque d’une guerre nucléaire. Là encore, les opinions publiques occidentales sont rassurées par le discours des responsables politiques. De plus, l’accès à la consommation permet de croire en l’avenir. Même dans les classes les plus défavorisées, on accumule des biens de consommation. L’un des changements les plus significatifs s’est passé dans le calme, sans même que les intéressés en aient conscience. Robert O. Paxton affirme que les Européens retrouvent au début des années 1950 (1953 exactement) une énergie qui avait été celle de la première révolution industrielle. « Les gouvernements et les hommes d’affaire ont alors plus valorisé la croissance que la sécurité collective. Les consommateurs se ruent sur les télévisions, les frigos et les automobiles […] dopant les marchés. »25 La classe ouvrière s’éloigne de plus en plus de la révolution car les ouvriers ont quelque chose à défendre ; quelque chose de matériel.

25Parler du progrès au xxe siècle revient à faire une histoire de l’espoir, de lendemains qui chantent. Mais le progrès n’est pas réductible aux progrès même si l’un dépend des autres. La fabrication du discours, des représentations, sur le progrès est-elle intrinsèquement liée aux seconds ; ou alors est-ce parfois l’absence de progrès qui revitalise le discours sur le progrès ? Dans le même ordre d’esprit, comment plaque-t-on le raisonnement sur le progrès dans un domaine, celui des sciences, par exemple, sur un autre qui n’a pas grand-chose à voir, comme la politique ? Cette lecture du xxe siècle invite à embrasser un champ vaste, celui de l’Occident, de son économie interne. Un travail de longue haleine suppose de repérer en premier lieu les articulations entre discours et réalités à l’échelle des démocraties. Ensuite seulement il sera possible de comprendre la fonction de cette idéologie, autrement dit le regard des Européens et des Américains sur le reste du monde. La projection d’un avenir forcément meilleur, profondément ancrée dans les mentalités occidentales, a peut-être rendu difficile le dialogue avec d’autres civilisations, africaines ou asiatiques, qui ont une conception plus cyclique du temps.

Haut de page

Notes

1  Van Doren Charles, A History of knowlegde. Past, Present and Future, New York, Ballantine Books, 1991, p. 16.

2  Edelstein Ludwig, The idea of progress in Classical Antiquity, Baltimore, John Hopkins Press, 1967, 211 p.

3  Rouvillois Frédéric, L’invention du progrès. Aux origines de la pensée totalitaire (1680-1730), Paris, Kime, 1996, 487 p.

4  Dans Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966, M. Foucault explique en introduction comment il se crée un « ordre » entre les sciences qui sont dépendantes les unes des autres et la façon dont elles se « regardent » détermine cette èpisteme.

5  Bury-John Bognel, The Idea of Progress : an Inquiry into its Origins and its Growth, Londres, 1920, édition américaine, New York, Macmillan Cie, 1932, 357 p.

6  Sur cette question des relations entre sciences et progrès, cf. la 2e partie de l’ouvrage collectif sous la direction de Bourg Dominique et de Besnier Jean-Michel, Peut-on encore croire au progrès ? Paris, Seuil, 2000, p. 137 et sq.

7  Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Un chronique du salariat, Fayard, réédité en Folio, 1995, p. 602.

8  Il est intéressant de constater qu’il aura fallu près d’un siècle pour que les historiens de la Grande Guerre fassent leur deuil d’une guerre « patriotique », cf. par exemple Rousseau Frédéric, La guerre censurée. Une histoire de combattants de 14-18, Paris, Seuil, 1999, 412 p.

9  Paxton Robert O., Europe in the XXth century, Fort Worth, Harbort Brace College Publishers, 1997, p. 243.

10  Boy Daniel, Le progrès en procès, Paris, Presses de la Renaissance, 269 p. et sur « Notre crise du progrès », 1998, p. 108 et sq.

11  Michie Jonathan and Smith John G. [direction], Oxford, Oxford Press, 1998, 292 p.

12  Hobsbawm Eric J., The Age of Extremes. A History of the World, London, Michael Joseph and Pelham Books, édition de poche, 1994, London and New York, First Vinage Books Edition, 1996, p. 559.

13  Idem, p. 11.

14  « Kohl agrees $ 150,000 fine to avoid trial » in The Guardian, 15 février 2001.

15  Rosanvallon Pierre, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000, p. 357 et sq.

16  Idem, p. 390.

17  Taguieff Pierre-Henri, L’effacement de l’avenir, Paris, Galilée, 2000, 483 p. et surtout le chapitre « Le progrès perdu ou la conviction du pire».

18  Ruse Michael, Monad to Man : the Concept of Progress in Evolutionary Biology, Cambridge (Ma.), Harvard University Press, 1996, 628 p.

19  Paxton R.O., Vichy France : Old Guard and New Order 1940-1944, New York, Random House, 1972, 399 p.

20  Le texte français est paru dans Commentaires, n° 47 de l’automne 1989. Il est intéressant de constater que F. Fukyama affirme aujourd’hui que les révolutions des nouvelles technologies de communication et des biotechnologies vont permettre d’écrire une nouvelle histoire, « au-delà de l’humain »( sic). « La fin de l’histoire, dix ans après» in Le Monde, 17 juin 1999.

21  L’histoire sociale allemande est pionnière en matière d’histoire européenne voire occidentale. Kaelble Hartmut, Historische Mobilitätforshung : Westeuropa und die USA im XIX und XX Jh., Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1978, 199 p. Sur l’uniformisation des sociétés européennes, Gesellschaften im Vergleich : Forschungen aus Sozial une Geschichtswissenschaften, Frankfurt, p. Lang, 1998, 588 p. Sur l’histoire de la consommation, en collaboration avec Kocka Jürgen, Europäische Konsumgeschichte : zur Gesellschafts und Kulturgeschichte des Konsums, XVIII bis XX Jahrhundert, Frankfurt, Campus, 1997, 815 p.

22  Aron Raymond, Les désillusion du progrès. Essai sur la dialectique de la modernité, Paris, Calmann-Lévy, 1969, 381 p.

23  Hubert Védrine, « Refonder la politique étrangère de la France » in Le Monde diplomatique, décembre 2000. C’est moi qui souligne.

24  Mbembe Achille, « Esquisses d’une démocratie à l’africaine » in Le Monde diplomatique, octobre 2000.

25  Paxton, op. cit., p. 592. Une restriction toutefois, le passage manquant est le suivant : «… voitures et les remplacent après quelques années, dopant… » R.O. Paxton semble projeter ici le modèle de consommation des Américains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Guéraiche, « Le progrès en Occident au XXe siècle : perspectives de recherches », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 90-91 | 2003, 153-165.

Référence électronique

William Guéraiche, « Le progrès en Occident au XXe siècle : perspectives de recherches », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 27 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1477

Haut de page

Auteur

William Guéraiche

Historien

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page