Navigation – Plan du site
DOSSIER

Brochures communistes pour les paysans entre 1945 et 1958

Jean Vigreux
p. 111-121

Résumé

Dans les années 1945-1958, le PCF utilise encore la brochure comme arme de propagande en direction des paysans. Les usages qu’il souhaite en faire sont assez différenciés : diffuser son programme, valoriser le travail de ses élus, répondre à la rhétorique inamicale de Guerre Froide, former des militants… Ces documents révèlent les principaux changements de ligne, mais également une certaine continuité dans la façon de poser la question paysanne et de représenter « Jean Marcellin » (alias Jean Bonhomme).

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

« La paysanne est au champ, aussi longtemps que l’homme ou presque. Et après avoir semé, sarclé, planté, fané, moissonné ou vendangé, il lui faut s’occuper des enfants, soigner la basse-cour, tirer de l’eau au puits […], faire les lits, préparer la soupe et les repas, laver la vaisselle, le linge, entretenir dans la maison le minimum d’ordre et de propreté. »

Waldeck Rochet, « Pour la Restauration de l’agriculture française »,

Xe Congrès du PCF, 29 juin 1945, p. 19.

« Consécration absolue des petits propriétaires exploitants à la jouissance continue et héréditaire des terres qu’ils travaillent. »

Waldeck Rochet, « La Défense de l’agriculture française et de la paysannerie laborieuse »,

XIIe Congrès du PCF, 2-6 avril 1950, p 37.

  • 1  Alexandre Courban, « Éditions et presse communistes », dans Frédérick Genevée, Roger Martelli, et (...)

1Ces deux citations extraites de brochures communistes destinées aux paysans soulignent combien la place du monde rural dans la culture politique communiste est paradoxale. Le PCF, parti de la classe ouvrière et défenseur du modèle soviétique, est obligé de composer avec le paysan français attaché à sa propriété. Cette contradiction bien connue de l’histoire du mouvement ouvrier rejoint un autre problème que souligne Alexandre Courban à propos du rôle capital de l’écrit dans « l’agitation et la propagande révolutionnnaires » 1, rôle dont Lénine avait mesuré toute la dimension dans Que faire ?.Rappelons également que la première des 21 conditions d’adhésion à l’IC exigeait de placer la presse et les moyens de propagande directement sous le contrôle de la direction du parti. Dès lors la brochure participait-elle aussi activement à la diffusion des idées communistes, à titre toutefois moins important que le journal, aux parutions plus régulières.

2Ce petit ouvrage broché, selon la définition du Littré, support qu’avaient utilisé depuis longtemps les courants, puis les partis politiques pour s’adresser à l’ensemble de la société, aux électeurs, mais aussi à leurs militants, reste important au cours des années 1950. Le recours à l’écrit, en effet, complète utilement l’oral, d’autant plus que la scolarisation a contribué au développement de la lecture dans le monde rural depuis plusieurs décennies.

3Les brochures communistes destinées au monde paysan entre 1945 et 1958 constituent un corpus original. Comme outil de la propagande, il y a plusieurs registres à étudier. Il va de soi que le discours est essentiel, puisqu’il met en jeu la dialectique émetteur-récepteur vis-à-vis du programme agraire du PCF, de ses prises de position en faveur de la paysannerie ; dans ce cadre, il y a d’une part le message politique que le parti communiste veut faire passer, d’autre part l’image qu’il se fait du lecteur, de celui qui va recevoir la brochure. Ce double usage, interne et externe, on le retrouve aussi dans le cadre des brochures de formation des militants. Toutefois, s’il y a une matrice commune sur la longue durée (puisque ce programme est celui de Marseille de 1921, qui ne sera véritablement reformulé qu’en 1964), il y a des ajustements liés à la conjoncture, à l’histoire du PCF dans la société française. C’est ce parcours entre 1945 et 1958 – pour aller vite de la Libération à la Ve République – qui retient ici notre attention, en articulation avec plusieurs questions : ces brochures paysannes ont-elles les mêmes aspects techniques et visuels que les autres brochures du PCF, bref le support est-il préétabli et généralisé ? Les aspects du contenu sont-ils seulement ciblés sur la clientèle paysanne ? Enfin, quel est l’impact de leur diffusion en relation avec les registres du discours communiste à l’usage des paysans ?

Une brochure comme les autres ?

Aspects généraux

  • 2  Marie-Cécile Bouju Les Maisons d’édition du Parti communiste français, 1920-1950, DEA, dir. J-Y. M (...)

4Les brochures paysannes ne se distinguent que par leur contenu spécifique, car la technique du tirage, en général celle des maisons d’édition du parti ou de La Terre, est la même que pour les autres brochures du PCF. À quelques exceptions près, elles ont toutes le même format : in octavo broché. Dans leur grande majorité ces brochures émanent directement du Comité Central du PCF. Comme le signale Marie-Cécile Bouju, le PCF réorganise « à la Libération, avec l’aide de Jean Jérôme et les conseils techniques de René Hilsum, son appareil éditorial » : les Éditions sociales ; le CDLP ; les Éditions Hier et Aujourd’hui ; la Bibliothèque françaiseet « France d’Abord » 2. Notons également qu’avec les résultats électorauxqui placent le PCF comme premier parti de France, même s’il faut encore économiser le papier en ces débuts de reconstruction, le tirage des brochures augmente rapidement.

5L’entrée en guerre froide conduit à un nouveau regroupement autour des EFR. Pour les brochures, la mention reste lacunaire : « édité par le PCF 44 rue Peletier », mais on mesure en fait la variété des imprimeries : l’imprimerie centrale du Croissant, devenue la SEDIC (SARL), par exemple. D’autres imprimeries sont mentionnées comme celle d’ICC J. London à Paris, Soler et Cie à Aulnay, LP Montrouge, etc.

6Sur un ensemble d’environ 450 brochures publiées entre 1945 et 1958 par le PCF, celles concernant le monde paysan représentent un corpus de 25 brochures, soit 5 % du total. C’est peu, mais cela souligne que le PCF est avant tout le parti du prolétariat urbain. Toutefois, il faudrait ajouter les brochures des organisations de masse ou des organisations proches du PCF (par exemple, le Front national, le Comité mondial de la paix des paysans, le Comité national paysan). Ces brochures destinées aux paysans doivent être aussi comparées aux autres brochures éditées par le PCF, mais aussi aux nombreux tracts diffusés dans les campagnes (bandes dessinées, affichettes, etc.).

7Un éventail rapide de ces brochures permet d’en examiner les principaux aspects, aussi bien pour le texte que pour l’illustration, marqués l’un et l’autre par une certaine simplicité.

8Les illustrations sont faites par des dessinateurs de la presse du parti comme Antony. On a aussi le plus souvent les photographies des dirigeants communistes, en particulier celle du responsable de la section agraire, Waldeck Rochet.

9Une typologie sommaire permet de distinguer cinq types de publications :

10A. Les résolutions de congrès (aspect programmatique) ou les journées d’études (conférence paysanne, CC, etc.) pour faire connaître le programme politique du parti.

11B. Les interventions des élus, pour valoriser le travail des parlementaires communistes.

12C. Les textes liés à la guerre froide (Staline, URSS, plan Marshall, plan René Mayer,…) et qui en soulignent le poids sur la conjoncture.

13D. Les publications ciblées (exploitants, fermiers, métayers, ouvriers, femmes,…) pour s’adresser à tous les paysans.

14E. Enfin les publications en interne, c’est-à-dire en direction des cadres et des militants.

Diffusion et message

  • 3  Georges Dupeux, Le front populaire et les élections de 1936, Paris : A. Colin. 1959, p. 147-150, e (...)

15Pour analyser la diffusion, le regard doit prendre en compte le contenu du support, car il révèle les techniques de propagande… Il faut aussi avoir une bonne idée de l’aire de diffusion. Bien qu’il soit toujours nécessaire d’envisager le cadre national, il convient de souligner que certains départements ont été sans doute beaucoup mieux lotis que d’autres, en particulier ceux de l’implantation du communisme rural : les bastions du Centre (Allier, Cher, Nièvre) et du sud-ouest du Massif Central (Corrèze et Lot-et-Garonne) 3.

16Le mode de diffusion doit aussi être pris en considération : écoulement par le canal militant, abonnement (comme supplément à La Terre), présentation lors de réunions publiques dans le cadre d’une campagne électorale ou d’une mobilisation particulière. Les diffusions militantes sur les foires et marchés complètent cet éventail. Il ne faut pas non plus oublier les écoles paysannes du parti.

17Ces brochures peuvent être vendues. Toutefois, elles sont la plupart du temps distribuées gratuitement, même si l’obligation légale de faire apparaître un prix est respectée (ce prix variant sur la période entre 2,5 et 15 FF).

18Enfin la brochure peut être un support publicitaire pour faire connaître d’autres moyens d’information (la presse, La Terre en particulier, la radio, Radio Moscou) ou offrir un bulletin d’adhésion au parti. Tous les répertoires de la propagande communiste sont présents.

19Qu’en est-il cependant du registre du discours politique communiste en direction de la paysannerie ? En général, il reprend des thèmes anciens : il dénonce le hobereau, le baron, l’accapareur des terres, voire le riche maquignon. Ainsi, il s’inscrit dans un discours politique issu de l’agrarisme républicain de gauche. D’autre part, il valorise, assez classiquement, le dur labeur du paysan et de sa famille. Le travail est une valeur morale, mais également politique, qui sert à dénoncer l’oisiveté des riches. Bref, il s’agit de défendre « les petits contre les gros ».

  • 4  D’après la loi complémentaire de 1962, dite loi Pisani.
  • 5  Waldeck Rochet, « Pour la restauration de l’agriculture française », rapport au Xe Congrès du PCF, (...)

20La défense de la petite propriété se retrouve après guerre. Dès le Xe Congrès du PCF, le 29 juin 1945, dans un rapport de Waldeck Rochet sur la question agraire – intitulé « Programme de restauration de l’agriculture française » – on évoque le thème de la production, mais en dégageant aussi les grandes lignes du programme d’ensemble du PCF pour la paysannerie. Dans ce rapport le dirigeant paysan du PCF aborde avec précision (le plus souvent chiffrée) tous les secteurs de l’activité agricole, puis évoque les axes à envisager pour la reconstruction et le programme de défense des paysans, commun au PCF et à la CGA (Confédération Générale de l’Agriculture), dans la lutte pour « l’unité et l’action ». Sur ce thème, il précise que l’accession à la propriété familiale doit se faire avec certaines règles – en particulier pour ce qui concerne le droit de préemption des SAFER 4 : une terre ne doit pas être vendue pour que sa mise en valeur agricole disparaisse. Par ailleurs, il affirme qu’il faut prévoir « la mise en vente des terres de certains grands propriétaires fonciers, n’ayant jamais participé aux travaux de l’agriculture 5 ». Il y a ici une nouvelle interprétation du programme de Marseille qui, lui, prévoyait l’expropriation des grands domaines et la redistribution des terres ainsi récupérées au profit des fermiers ou des métayers, voire des ouvriers agricoles. Désormais, le PCF propose de procéder à des ventes : il ne faut pas effrayer les paysans, d’autant que le PCF participe au pouvoir.

  • 6  Selon le lointain écho du décret du député Cambon, responsable des finances, adopté le 15 décembre (...)

21Comme il l’avait fait avant guerre, le PCF diffuse donc un discours de défense de la petite propriété familiale, érigée en modèle dans l’esprit du mot d’ordre « guerre aux châteaux - paix aux chaumières » 6.

  • 7  Voir en particulier Serge Berstein, Histoire du parti radical, tome 1, La recherche de l’âge d’or, (...)
  • 8  Compte rendu de cette conférence par Waldeck Rochet, « La voie du salut pour la paysannerie frança (...)

22La finalité révolutionnaire du PCF n’est pas toujours explicite ; l’axe repris par Waldeck Rochet et ses collaborateurs est la défense du petit paysan et de sa propriété. C’est véritablement l’appropriation par le PCF de tout le discours républicain, puis du programme radical, radical-socialiste 7. Ce programme est à nouveau corrigé à la Conférence de Montreuil en avril 1949, puis au XIIe Congrès du PCF en 1950 à Gennevilliers. À la conférence nationale de Montreuil, « centrée sur les questions d’organisation », le programme agraire est repris par Maurice Thorez, qui rappelle que « le socialisme, c’est enfin la terre à ceux qui la travaillent, la paix, l’expropriation des expropriateurs » 8.

  • 9 Ibid., p. 722.
  • 10 Ibid.

23Dans son discours, le secrétaire général du PCF réintroduit l’idée d’une redistribution aux paysans-travailleurs des terres confisquées aux oisifs et parle même d’un « transfert des grands domaines ayant une importance économique à la collectivité en vue de leur transformation en entreprises socialistes modernes » 9. Quatre ans après le Xe Congrès du PCF, Maurice Thorez réaffirme des principes plus intransigeants et plus conformes à l’idée révolutionnaire : il n’est plus question de vente dans le cadre d’un système libéral, mais il s’agit véritablement d’une rupture, tout en reconnaissant « la consécration absolue des petits propriétaires exploitants à la jouissance continue et héréditaire de leurs terres » 10.

24Le parti communiste renoue donc en apparence avec le projet d’avant-guerre. Mais cela s’inscrit dans une nouvelle période, celle de la guerre froide, où l’URSS est érigée en exemple. Par ailleurs, il est intéressant de constater que c’est le secrétaire général qui intervient sur ce programme agraire.

25Un autre exemple de cette figure imposée du discours de guerre froide est la dénonciation à plusieurs reprises du plan Marshall, puis des plans Mayer, qui ruinent le paysan français. D’ailleurs, dans ce contexte tendu, il faut au PCF répondre aux attaques de Paix et Liberté. De nombreuses brochures participent à cet effort. Elles sont bâties sur un scénario simple :

26Un petit paysan voit un jour des individus étrangers à son village coller des affiches de Paix et Liberté, les communistes veulent vous prendre vos terres. Ce discours est également diffusé par le maquignon du canton. Toutefois, le problème des intermédiaires, les différents plans et la baisse des prix de vente conduisent le petit paysan au surendettement. Il est saisi, racheté par le maquignon sans scrupule et le baron du village. Le seul à le défendre c’est Jean Marcellin, qui diffuse La Terre. À la fin le pauvre paysan déchu macule les affiches de Paix et Liberté d’un mot : menteur.

  • 11  Lettre de W. Rochet à M. Thorez (p. 5), Archives du Musée d’Histoire vivante à Montreuil.

27Cette belle histoire montre aussi comment le PCF utilise à son profit le discours anticommuniste, comme le rappelle Waldeck Rochet dans une lettre qu’il adresse à Maurice Thorez le 3 mars 1951 : « le groupement Paix et Liberté fait apposer en ce moment dans toute la France des affiches sur les communistes qui vont tout prendre et collectiviser les terres. Dans le même ordre d’idées, trois anciens ministres, Monnet, Le Roy Ladurie et Roclore, viennent de faire sur le même sujet une brochure tirée à un million d’exemplaires. Or, par le fait d’avoir posé et publié notre programme agraire, notre parti est mieux armé pour répondre et de larges milieux paysans savent déjà à quoi s’en tenir » 11. À la suite, l’auteur rappelle le succès d’une de ses conférences à Angoulême devant 1 500 paysans communistes et sympathisants : conférence éditée sous forme de brochure (Les communistes et la propriété paysanne).

28Enfin, le dernier exemple de cette période de guerre froide, qui valorise le modèle soviétique et le marxisme-léninisme, c’est la publication en d’une brochure de Staline. Il va de soi qu’elle a plutôt été diffusée chez les militants et les cadres que dans le monde paysan…

29Après cette dure période de la guerre froide, le PCF reprend son discours général de défense de la petite propriété et du bonheur pour tous dans les campagnes.

30Derrière cette façade, il est aussi possible de déceler la représentation sociale que le PCF se fait du paysan français ; ce modèle est même un archétype qui est symbolisé par un même dessin réutilisé à plusieurs reprises. Ce petit paysan exploitant, tantôt métayer, fermier ou propriétaire exploitant est un homme d’âge mûr, dont le visage est marqué par le soleil et les travaux pénibles. Coiffé d’un chapeau, parfois d’une casquette, il est toujours moustachu… Surtout son regard ou sa posture laissent transparaître la ténacité. Il sait ce qu’il veut et peut à l’occasion se muer en combattant.

Conclusion

  • 12  Voir Jean Vigreux, « Le PCF à la campagne : un parti ouvrier aux champs », in La diffusion des idé (...)
  • 13  Voir Jean Vigreux, Waldeck Rochet, une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, 377 p.

31La brochure paysanne communiste sous la Quatrième République apparaît donc comme un outil de propagande parmi d’autres, mais elle participe de manière originale à la formation, l’émergence et l’entretien d’un communisme aux couleurs de la France rurale, celui du mythe de la démocratie rurale et du bonheur pour tous 12. Elle montre bien la nationalisation du PCF entreprise depuis le Front populaire. Une nationalisation qui a véritablement touché les campagnes françaises après la Seconde Guerre mondiale, en s’appuyant sur le prestige de la résistance et des maquis. Cette histoire du communisme rural français se conjugue également avec celle des militants et des cadres paysans du parti, sous la direction de Waldeck Rochet, alors responsable de la section agraire du comité central depuis 1934 13. Mais si la brochure communiste tente de prendre en compte, dans sa forme comme dans son contenu, les évolutions de la vie politique d’après-guerre, elle a plus de mal à intégrer les changements à l’œuvre dans les campagnes que dans les villes.

Annexes

Faire connaître son programme

Faire connaître son programme

Valoriser le travail des élus

Valoriser le travail des élus

Conjoncture de Guerre froide

Conjoncture de Guerre froide

S’adresser à tous les paysans

S’adresser à tous les paysans

Former les militants

Former les militants

Diffusion des brochures : réunion dans un café de La Motte-Saint-Jean (Saône-et-Loire, 1956)

Diffusion des brochures : réunion dans un café de La Motte-Saint-Jean (Saône-et-Loire, 1956)

Le « paysan-type » du PCF : portrait récurrent

Le « paysan-type » du PCF : portrait récurrent
Haut de page

Notes

1  Alexandre Courban, « Éditions et presse communistes », dans Frédérick Genevée, Roger Martelli, et Serge Wolikow, Histoire du communisme en France. Paris, État de veille (Cédérom) 2000.

2  Marie-Cécile Bouju Les Maisons d’édition du Parti communiste français, 1920-1950, DEA, dir. J-Y. Mollier, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 1994 et Marie-Cécile Bouju, « Les maisons d’édition du PCF (1920-1994) », in Frédérick Genevée, Roger Martelli, et Serge Wolikow, Histoire du communisme en France, Paris, État de veille (Cédérom) 2000.

3  Georges Dupeux, Le front populaire et les élections de 1936, Paris : A. Colin. 1959, p. 147-150, et carte intitulée les suffrages communistes ; Annie Kriegel, Le pain et les roses, jalons pour une histoire des socialismes, Paris : PUF, 1968. Cartes p. 220 et 223 ; François Goguel, Géographie des élections françaises sous la Troisième et la Quatrième République, Paris : A. Colin, 1970 ; Jacques Girault, Sur l’implantation du PCF entre les deux guerres, Paris : Éditions Sociales, 1977 ; plus récemment Pierre Lévêque, Histoire des forces politiques en France, tome 1 : 1789-1880, tome 2 : 1880-1940, tome 3 : 1940 à nos jours, Paris : A. Colin, 1992, 1994, 1997 ; Stéphane Courtois, Marc Lazar, Histoire du PCF, Paris : PUF, 1995.

4  D’après la loi complémentaire de 1962, dite loi Pisani.

5  Waldeck Rochet, « Pour la restauration de l’agriculture française », rapport au Xe Congrès du PCF, Paris 29 juin 1945, p. 23.

6  Selon le lointain écho du décret du député Cambon, responsable des finances, adopté le 15 décembre 1792, qui abolit la féodalité en réquisitionnant les biens seigneuriaux et ecclésiastiques.

7  Voir en particulier Serge Berstein, Histoire du parti radical, tome 1, La recherche de l’âge d’or, Paris : PFNSP, 1980, p. 31 et 60. La défense de la propriété est au cœur des préoccupations des Congrès de 1902 et de 1909, entre autres.

8  Compte rendu de cette conférence par Waldeck Rochet, « La voie du salut pour la paysannerie française », Cahiers du communisme, n° 6, juin 1949, p. 714-722.

9 Ibid., p. 722.

10 Ibid.

11  Lettre de W. Rochet à M. Thorez (p. 5), Archives du Musée d’Histoire vivante à Montreuil.

12  Voir Jean Vigreux, « Le PCF à la campagne : un parti ouvrier aux champs », in La diffusion des idées progressistes dans le monde rural contemporain, Association pour le développement de l’enseignement supérieur dans l’Indre, Antenne Universitaire de Châteauroux, 2001, p. 83-94.

13  Voir Jean Vigreux, Waldeck Rochet, une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, 377 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Faire connaître son programme
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1468/img-2.png
Fichier image/png, 46k
Titre Valoriser le travail des élus
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Conjoncture de Guerre froide
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre S’adresser à tous les paysans
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Former les militants
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1468/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Diffusion des brochures : réunion dans un café de La Motte-Saint-Jean (Saône-et-Loire, 1956)
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1468/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Le « paysan-type » du PCF : portrait récurrent
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1468/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1468/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Vigreux, « Brochures communistes pour les paysans entre 1945 et 1958 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 90-91 | 2003, 111-121.

Référence électronique

Jean Vigreux, « Brochures communistes pour les paysans entre 1945 et 1958 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 30 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1468

Haut de page

Auteur

Jean Vigreux

Université de Bourgogne, UMR 5605 Georges Chevrier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page